Skip to navigation – Site map
Des voix hétérogènes

La voix anglaise de Marie-Claire Blais : enjeux diachroniques de l’homogénéisation

Agnès Whitfield
p. 198-216

Abstracts

Winner of numerous prestigious awards in Canada and abroad, Quebec writer Marie-Claire Blais is the author of over forty books. Although her French voice has achieved far-reaching recognition, her voice in English does not appear to have any real presence or have elicited much critical response. Has the fact that her texts have been translated by a dozen of translators from widely different personal, professional and linguistic backgrounds impeded the reception of her work in Anglophone countries by leading to a blurring or dispersal of her voice in English? More specifically, to what degree have homogenizing translation strategies created confusing and perverse effects of heterogeneity, only perceivable when the translations are seen within the evolution of her work over time? This article seeks to answer these questions by analysing three translations that illustrate the evolution of the author’s style as well as changes in the Anglophone editorial and literary contexts: A Season in the Life of Emmanuel, translated by Derek Coltman (Farrar, Straus & Giroux, 1966) and two translations by Sheila Fischman: A Literary Affair (McClelland and Stewart, 1979) and These Festive Nights (Anansi, 1997).

Top of page

Full text

1Le pouvoir enchanteur de la voix polymorphe de Marie-Claire Blais, éclipsée parfois par la renommée de son œuvre, renaît dès la parution d’un nouveau roman de l’écrivaine québécoise. Sa voix musicienne, tout comme la peinture touchante de ses personnages, sont célébrées toujours avec le même lyrisme intense dans le monde francophone. Toutefois, les traductions anglaises des écrits de l’écrivaine ne semblent ni avoir saisi toute l’ampleur de sa voix, ni avoir su mesurer, au fil du temps, l’amplitude de son évolution. Sans insister seulement sur l’aspect négatif de ces traductions, il est inquiétant de penser que le monde anglophone trouve parfaitement normal que la voix anglaise de Marie-Claire Blais, moderne oui, correcte oui, soit néanmoins plus terne, moins vibrante, et surtout moins reconnaissable dans sa puissante continuité musicale que sa voix originale.

  • 1 . Voir : Bibliothèque du Séminaire de Sherbrooke, 1981, Marie-Claire Blais : Dossier de presse 195 (...)

2Lauréate de nombreux prix prestigieux canadiens et internationaux, dont le Médicis en 1966 pour Une saison dans la vie d’Emmanuel, Marie-Claire Blais a publié plus de quarante livres, surtout des romans, mais aussi quelques pièces de théâtre et des recueils de poésie. Ses œuvres, traduites dans une dizaine de langues, ont paru assez rapidement en version anglaise. Les traductions ont été faites surtout aux États-Unis dans les années 1960 et, à partir des années 1970, essentiellement au Canada, sans connaître toutefois le succès des textes originaux. On pourrait penser qu’il s’agit là d’un problème de culture ou de style littéraire qui aurait mis Marie-Claire Blais en porte-à-faux vis-à-vis des attentes et coutumes du public lecteur anglophone. Seulement, cette hypothèse culturelle est contredite par le grand éventail d’études critiques admiratives que son écriture a suscitées en anglais au Canada anglais et aux États-Unis, études effectuées pourtant presque exclusivement à partir des textes français originaux, comme en témoignent les principales bibliographies de son œuvre1. Si Marie-Claire Blais a une voix qui porte loin en français, au-delà de la barrière linguistique, chose surprenante, sa voix en anglais ne semble pas avoir de réelle présence ni avoir suscité beaucoup d’échos, du moins dans la critique anglophone.

3L’œuvre de Marie-Claire Blais a été traduite par une douzaine de traductrices et de traducteurs aux antécédents personnels, professionnels et linguistiques fort variés. Ce fait aurait-il nui à la réception de l’ensemble de son œuvre dans les pays anglophones ? À force d’imposer chacun(e) son style, sa lecture de l’œuvre, ses protocoles éditoriaux, les différents traducteurs auraient-ils fini par introduire des effets involontaires d’incohérence, une sorte de brouillage, voire un phénomène de désarticulation dans la représentation de la voix anglaise de Marie-Claire Blais ? Plus précisément, dans quelle mesure les démarches traductives de l’homogénéisation consistant, pour citer Antoine Berman, « à unifier sur tous les plans le tissu de l’original, alors que celui-ci est originairement hétérogène » (Berman, 1999 : 60) auraient-elles produit des effets confusément hétérogénéisants, effets pervers qui ne pourraient devenir perceptibles que dans une perspective évolutive des traductions ?

  • 2 . Dans ce qui suit, les références de pages données entre parenthèses à la suite des citations ren (...)

4Ce sont ces enjeux diachroniques de l’homogénéisation que cet article se propose d’examiner. Articulées sur une période exceptionnelle de plus de cinquante ans (il faut dire que Marie-Claire Blais, toujours vivante, a commencé à publier très jeune), les versions anglaises de ses œuvres offrent un corpus riche et varié. Pour faciliter l’analyse, trois traductions ont été retenues, qui témoignent autant de l’évolution du style de l’écrivaine que des changements dans les contextes éditoriaux et littéraires anglophones : A Season in the Life of Emmanuel, traduit par Derek Coltman et publié à New York chez Farrar, Straus & Giroux en 1966, ainsi que deux traductions signées (par) Sheila Fischman : A Literary Affair, paru en 1979, à Toronto, chez McClelland & Stewart et These Festive Nights, paru aussi à Toronto chez Anansi en 19972. Le fait de retenir les textes de deux traducteurs et aussi deux traductions faites par la même traductrice, mais à un intervalle de presque vingt ans, permet de faire la part entre les effets des transformations éditoriales et ceux du passage d’une plume traduisante à l’autre.

5Dès ses premières œuvres, Marie-Claire Blais accorde une grande importance à la notion de voix, car son écriture repose sur une certaine fiction de l’oralité. Les personnages et les narrateurs parlent ou pensent tout haut. Une saison dans la vie d’Emmanuel juxtapose un ensemble de voix à l’intérieur d’une famille de cultivateurs très pauvres : celle de la grand-mère qui s’occupe du nouveau-né Emmanuel, celles d’Emmanuel, de son frère Jean-Le Maigre et de sa sœur, Héloïse, ainsi que celles du curé et de quelques frères au noviciat où le jeune Jean-Le Maigre, tuberculeux, meurt, après avoir écrit son autobiographie en guise de testament. Dans Une liaison parisienne, un jeune apprenti-écrivain, Mathieu Lelièvre, raconte son premier voyage à Paris, sa liaison avec une écrivaine française, Yvonne d’Argenti, et ses rencontres avec la famille d’Yvonne et d’autres habitants de la métropole. Soifs réunit une vingtaine de personnages vivant tous dans un lieu américain qui ressemble beaucoup aux Keys de la Floride, où Marie-Claire Blais passe une partie de l’année. Alors que les diverses voix intra-textuelles dans Une saison dans la vie d’Emmanuel et Une liaison parisienne s’offrent encore à la vue des lecteurs dans un habit graphique sinon tout à fait traditionnel, du moins reconnaissable, Soifs se présente en un seul bloc, comme une sorte de flux ininterrompu de la pensée. Les personnages prennent la relève les uns des autres, sans que le changement de voix soit marqué visuellement par un changement de paragraphe ou par des guillemets.

  • 3 . Voir : H. Servin, 1998, « Passions dévorantes et satisfactions alimentaires dans Une Liaison par (...)
  • 4 . Voir : D. Bourque, 1998, « Héloïse ou La voix du silence dans Une saison dans la vie d’Emmanuel  (...)
  • 5 . Voir : E. Dansereau, 1996, « Lieu de plaisir, lieu de pouvoir : le bavardage comme centre-discou (...)
  • 6 . Y. Schlick, 1994, « The Writing of Future Revolt in Blais’s Une saison dans la vie d’Emmanuel an (...)
  • 7 . Voir : I. Favre, 2001, « Réalisme poétique chez Marie-Claire Blais », LittéRéalité, vol. 13, n°  (...)

6D’un roman à l’autre, les lieux changent, que ce soit de la campagne québécoise avec le pouvoir du clergé, au sud des États-Unis avec la question du racisme, en passant par un certain milieu de la haute-bourgeoisie française. Les grands thèmes sont toujours la révolte, la déchéance physique et la mort, la critique sociale, la sexualité, et surtout la marginalisation de l’homosexualité, ainsi que la quête de soi. C’est essentiellement par rapport à ces grands thèmes que la critique a cherché à cerner les caractéristiques particulières de la voix de l’écrivaine, voix qui puiserait ses forces, entre autres, dans son profond engagement en faveur des marginaux3, sa lutte contre l’oppression4, et son parti pris pour une expressivité au féminin5. On souligne le rôle que Marie-Claire Blais accorde, par-delà ses personnages qui sont souvent adolescents, à l’écriture comme moyen de révolte et de salut6, ainsi que la qualité poétique de son écriture7. De ces études se dégagent néanmoins en filigrane quelques caractéristiques de la voix de Marie-Claire Blais qui seraient particulièrement vulnérables aux effets homogénéisants de la traduction : la représentation des différentes voix intra-textuelles (personnages et narrateurs), certaines constantes de la syntaxe (notamment la longueur des phrases et la fréquence de tournures interrogatives) ainsi que l’utilisation de signifiants clés autant pour rythmer la parole que pour marquer l’engagement de l’écrivaine. L’effacement des vernaculaires, souvent un des effets principaux de l’homogénéisation, est un enjeu plutôt secondaire, notamment dans le corpus retenu. Marie-Claire Blais n’a jamais cherché à écrire en joual et son utilisation du parler québécois, même dans les discours rapportés, reste assez limitée.

Homogénéisation et milieu éditorial

7Sans doute l’un des premiers enjeux diachroniques de l’homogénéisation concerne-t-il le rapport entre la chronologie des œuvres et celle de leur traduction. Les œuvres de Marie-Claire Blais ont été traduites pour la plupart au fur et à mesure de leur parution en français, ce qui n’est pas nécessairement habituel. Les traducteurs se sont retrouvés ainsi dans la même situation que l’écrivaine par rapport aux œuvres, c’est-à-dire sans une connaissance privilégiée de l’importance que tel élément stylistique, thématique ou syntaxique allait prendre, rétrospectivement, dans l’articulation de la voix de l’auteure.

8Les traductions étant réalisées dans trois milieux éditoriaux différents, on peut s’interroger, en revanche, sur l’impact du changement de contexte sur les stratégies traductives. L’éditeur new yorkais Farrar, Straus & Giroux, par exemple, aurait-il pratiqué davantage que les maisons canadiennes une approche homogénéisante ? Les maisons américaines de l’époque étaient certes soucieuses de la lisibilité des traductions, garante de leur réussite commerciale. C’était le cas, par exemple, des traductions des œuvres de Louis Aragon publiées chez Duell, Sloan and Pearce (Whitfield, 2009a). Maison littéraire dynamique, Farrar, Straus & Giroux avait néanmoins publié d’autres auteurs québécois, indice d’une certaine ouverture culturelle sur le Québec. Le manuscrit de Marie-Claire Blais avait été parrainé par l’influent critique américain Edmund Wilson, qui avait publié (également chez cet éditeur) un livre pour promouvoir la littérature québécoise et canadienne auprès du public américain (Wilson, 1965).

  • 8 . Voir à ce sujet Godard (1999), Koustas (1995-1996) et Whitfield (2009a et 2009b).

9Si on ne peut pas conclure que la maison américaine pratiquait nécessairement une approche homogénéisante8, la situation éditoriale canadienne n’est pas non plus sans complexité. McClelland & Stewart, par exemple, est une des premières grandes maisons canadiennes-anglaises à s’engager dès les années 1960 en faveur de la littérature canadienne-anglaise et de la traduction d’œuvres québécoises marquantes (Friskney, 2007). Dans les années 1970 (A Literary Affair paraît en 1975), la création au Conseil des arts du Canada d’un programme d’aide à la traduction a donné un élan aux échanges culturels et Jack McClelland, président dynamique de McClelland & Stewart, se distinguait par son désir de contribuer au bouillonnement culturel de l’époque. Fondée en 1967 par un regroupement d’auteurs, la maison d’édition Anansi est née de ce même esprit. En revanche, dans les années 1980 et 1990 (These Festive Nights paraît en 1997), Anansi a dû faire face à d’importantes pressions financières, qui ont mené à sa vente en 1989 à une presse canadienne plus commerciale, Stoddart Publishing. Sous cette nouvelle direction, l’attitude éditoriale d’Anansi à l’égard des traductions est devenue plus fermée, plus conservatrice. En 2003, fait assez exceptionnel dans le milieu de l’édition canadienne de l’époque, Anansi a même tenté de cesser d’indiquer le nom du traducteur sur la couverture (Grant, 2006 : 180-181).

10Nonobstant les efforts soutenus des deux traducteurs pour respecter le souffle et la couleur de la phrase de Marie-Claire Blais, les trois traductions comportent des exemples d’ennoblissement, d’allongement et de standardisation littéraire (par rapport notamment à la ponctuation et au choix du passé comme temps narratif). On constate, à des degrés différents, les mêmes tendances à normaliser la présentation du texte (paragraphes, parenthèses, dialogues), ce qui touche à l’agencement des voix intra-textuelles. Conformément au positionnement éditorial des maisons d’édition, cependant, les stratégies d’homogénéisation semblent en effet plus nombreuses dans la traduction de Derek Coltman et surtout dans celle de Sheila Fischman publiée chez Anansi que dans le texte réalisé par Sheila Fischman pour McClelland & Stewart.

11Outre l’impact du milieu éditorial sur le recours aux stratégies d’homogénéisation, on peut soulever, toujours dans une perspective diachronique, la question du traducteur face au temps. Si les deux traductions de Sheila Fischman gardent un air de famille, elles n’échappent pas non plus à l’hétérogénéisation. Il ne suffit pas de garder la même main traduisante pour assurer l’unité de la voix de l’auteur d’une traduction à l’autre. L’intensité de l’activité du traducteur, le mûrissement de sa pensée sur la démarche traductive, la conscientisation de ses stratégies, voire la dynamique de ses relations avec l’œuvre de l’auteure et, sur un plan plus prosaïque, sa disponibilité, ainsi que la nature des échéances, tout cela peut influer sur ses réalisations.

  • 9 . Pour une bibliographie complète jusqu’en 2005, voir Grant, 2006 : 192-199.

12Derek Coltman et Sheila Fischman ont connu tous deux une belle carrière. Auteur d’au moins une vingtaine de traductions d’œuvres assez diverses allant des romans subversifs de Violette Leduc aux essais de Serge Doubrovsky et de Jean Piaget, en passant par une œuvre de science-fiction, Malevil, de Robert Merle, Coltman a travaillé pour des éditeurs britanniques et américains, bien qu’une bonne partie de ses traductions, principalement des essais de personnalités littéraires françaises, soit parue aux Presses de l’Université de Chicago. Pour sa part, traductrice canadienne-anglaise reconnue, Sheila Fischman a réalisé plus d’une centaine de traductions, presque exclusivement d’œuvres québécoises en prose9.

  • 10 . Il s’agit de La Guerre, Yes Sir ! de Roch Carrier.
  • 11 . L’effacement de la dimension parisienne dans la traduction du titre du livre semble faire except (...)

13Au moment de traduire sa première œuvre de Marie-Claire Blais, pourtant, Coltman était au début de sa carrière, ce qui n’est peut-être pas étranger à son orientation littérale et à ses allongements lexicaux. Sheila Fischman, au contraire, qui avait fait paraître sa première traduction chez Anansi en 197010, avait déjà derrière elle neuf ans d’expérience, ce qui se sent dans l’assurance et dans la cohérence de son interprétation d’Une liaison parisienne. Particulièrement pertinente pour cette analyse est la question de l’évolution de son approche traductive. Dès le départ, Sheila Fischman a opté pour une certaine économie de style et un sens de la fidélité à l’œuvre originale (Koustas, 1995-1996 ; Grant, 2006 : 182-184), ce que l’on retrouve dans ses choix lexicaux et dans son respect général de la syntaxe de l’original11. La traductrice reconnaît néanmoins avoir changé sa perspective au fil des ans, délaissant ses préoccupations politiques, qui semblent avoir favorisé son parti pris sourcier (Grant, 2006 : 184-186) au profit d’intérêts plutôt esthétiques ouvrant la porte à des considérations plus ciblistes qui pourraient avoir trouvé écho dans les orientations plus normalisantes d’Anansi après son acquisition par Stoddart.

À homogénéisation égale, effets variables

Une saison dans la vie d’Emmanuel / A Season in the Life of Emmanuel

14Comme on le voit dans le passage suivant, Coltman reste très proche de la syntaxe française, malgré l’extrême étirement de la phrase de Marie-Claire Blais. Le changement de point de vue entre la Grand-mère et le petit Emmanuel est marqué, comme en français, par des parenthèses :

  • 12 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’ (...)

Les pieds de Grand-Mère Antoinette dominaient la chambre. Ils étaient là, tranquilles et sournois comme deux bêtes couchées, frémissant à peine dans leurs bottines noires, toujours prêts à se lever : c’étaient12 des pieds meurtris par de longues années de travail aux champs, (lui qui ouvrait les yeux pour la première fois dans la poussière du matin ne les voyait pas encore, il ne connaissait pas encore la blessure secrète à la jambe, sous le bas de laine, la cheville gonflée sous la prison de lacets et de cuir…) des pieds nobles et pieux (n’allaient-ils pas à l’église chaque matin en l’hiver ?) des pieds vivants qui gravaient pour toujours dans la mémoire de ceux qui les voyaient une seule fois – l’image sombre de l’autorité et de la patience. (7)

Grand-mère Antoinette’s feet dominated the room. They lay like two quiet, watchful animals, scarcely twitching at all in their black boots, always ready to spring into action; two feet bruised by long years of work in the fields (opening his eyes for the first time in the dusty morning light, he couldn’t see them yet, was not aware of the hidden wound in the leg, beneath the woollen stocking, of the ankles swollen within their prisons of leather and laces…), two noble and pious feet (did they not make the journey to church once every morning even in winter?), two feet brimming with life, and etching forever in the memories of those who saw them, even only once, their sombre image of authority and patience. (3-4)

15On remarque toutefois un certain manque de précision dans le positionnement spatio-temporel, causé peut-être par la difficulté que pose la traduction en anglais des structures françaises de mise en relief. Il est moins évident en anglais qu’Emmanuel ouvre ses yeux pour la première fois de sa vie et le changement de perspective, de celle de la grand-mère à celle du nouveau-né, est moins marqué. L’allongement prend la forme de petites touches de renforcement sémantique qui, en rehaussant un tant soit peu le registre, créent en même temps un petit effet d’ennoblissement (spring into action pour se lever, brimming with life pour vivants, even only once pour une seule fois, scarcely twitching at all pour frémissant à peine). Les modifications de ponctuation, dont l’ajout de virgules, qui semblent correspondre à un certain souci de normaliser le phrasé de Marie-Claire Blais en anglais, troublent à peine le souffle de son écriture, bien que le remplacement des deux points par un point-virgule transforme un lien d’immédiateté en une relation plus distante, plus narrativisée.

Une liaison parisienne / A Literary Affair

Si Mathieu Lelièvre craignait de rencontrer Yvonne d’Argenti ce n’était pas seulement parce que, cessant de la voir, elle avait pris pour lui le visage d’une certaine fatalité qui l’avait mené vers une voie sans issue (celle de sa séduction, puis d’un égoïsme devant lequel il ne voyait plus rien, sauf une succession de victimes), si elle lui apparaissait en songe même en plein jour dans les vitrines des magasins, n’était-ce pas aussi, pensait-il, parce qu’il craignait de céder à son charme ? Ne jouissait-elle pas d’un pouvoir qu’elle ignorait elle-même ? Ne pouvait-il pas se comparer à Antoine d’Argenti, qui, bien que généreux, sensible à la justice, avait accepté en se liant pour toujours à sa femme, de piétiner inexorablement ce qu’il aimait le plus au monde, les enfants ? (155)

If Mathieu Lelièvre was afraid of meeting Yvonne d’Argenti it was not only because since he had stopped seeing her she had assumed, in his eyes, the face of a sort of fatality which had led him to a cul de sac (first that of seduction, then that of selfishness before which he saw nothing but a series of victims): if she appeared to him in dreams, in the middle of the day, in store windows, might it not be, he wondered, because he was still afraid of yielding to her charm? Did she not enjoy a power of which even she was ignorant? Could he not compare himself to Antoine d’Argenti who, although generous and sensitive to justice, had agreed, by uniting himself forever to his wife, to trample inexorably on what he loved most in the world—children? (134)

16Comme Derek Coltman, mais de façon encore plus assidue, Sheila Fischman suit de près la phrase de Marie-Claire Blais, reprenant même les tournures interrogatives du personnage. Elle effectue seulement quelques changements mineurs à la ponctuation (ajout de virgules, par exemple) dont l’effet est surtout de faire ressortir plus clairement le raisonnement logique du personnage. De même, l’allongement sert moins ici à rehausser l’apparence littéraire du langage, comme chez Coltman, qu’à accentuer le processus de réflexion du héros (ex. in his eyes pour pour lui, since he had stopped seeing her pour cessant de la voir, of which even she was ignorant pour qu’elle ignorait elle-même).

Soifs / These Festive Nights

[…] c’était sans doute l’apparition de Renata, par la grande porte de l’entrée, qui avait réveillé ces souvenirs harassants, cette complicité d’une secrète lutte, entre elles, femmes adultes, le souvenir ineffaçable des cousins de Pologne, quant aux plus jeunes, qui sait s’ils pensaient à eux, car de la mort renaissant la vie, pourquoi Mère avait-elle pensé à ce moment précis à la saveur sucrée des fraises sur le poisson frais servi au dîner, elle eût pleuré de détresse en pensant aux cousins de Pologne que lui renvoyait le visage de Renata, ce souvenir ineffaçable, l’intelligence de ce visage et son inquiétude permanente, presque ancestrale, et soudain elle s’adonnait à des souvenirs de délectation, le goût des fraises sur le poisson frais, il était le temps qu’on lui permît de se retirer dans sa chambre, mais voici que les musiciens commençaient leur tapage […] (115-116)

[…] it was no doubt Renata’s appearance through the main entrance that had awakened these exhausting memories, this complicity in the secret struggle between them, between adult women, the ineradicable memory of the Polish cousins, as for the youngest ones, who knows whether they thought about them often, for out of death life is reborn, why had Mère thought just now about the sweet taste of strawberries on the fresh fish that had been served at dinner, she had wept in grief when she thought about the Polish cousins whom Renata’s face brought back to her, it was an ineradicable memory, the intelligence of that face and her own permanent nearly ancestral concern, and now suddenly she was giving in to memories of delight, of the taste of strawberries on fresh fish, it was time they let her retire to her bedroom, but now the musicians were starting up their racket […] (103)

17L’effet des stratégies d’homogénéisation est plus prononcé dans cette traduction publiée par Sheila Fischman chez Anansi. La normalisation de la ponctuation, notamment par la suppression des virgules, est plus fréquente et finit par atténuer la représentation de l’inquiétude du personnage Mère en présentant ses pensées d’une façon plus continue, moins saccadée. Les exemples d’allongement, qui visent, comme dans A Literary Affair, une plus grande explicitation du raisonnement logique du personnage, troublent pourtant ici l’image d’une affectivité saisie sur le vif qui se dégage du texte original. Certains (dont it was an ineradicable memory pour ce souvenir ineffaçable) bousculent aussi le rythme de la voix intérieure du personnage. Les efforts faits pour renforcer le fil logique du flux de conscience entraînent même quelques glissements de sens, voire des contre-sens (dont la réinterprétation de la forme littéraire du subjonctif eût pleuré et de l’adjectif possessif son [l’intelligence de ce visage et son inquiétude]). Par ailleurs, motivée peut-être par un souci de simplification idiomatique, la répétition de l’adverbe now pour traduire tantôt à ce moment précis, tantôt voici que introduit, au contraire, plutôt une certaine confusion dans la temporalité du passage en anglais.

18Chose frappante, toutefois, si les deux traducteurs recourent essentiellement au même type de stratégie d’homogénéisation, tout en en faisant une utilisation plus ou moins soutenue, les effets de ces stratégies sont loin d’être semblables. D’un certain point de vue, Derek Coltman et Sheila Fischman (surtout dans These Festive Nights) aplatissent tous deux l’impression d’immédiateté que l’auteure réussit à insuffler aux pensées et aux paroles de ses personnages. Cependant, alors que Coltman, ce faisant, rehausse la narration aux dépens de la monstration, Sheila Fischman accentue le raisonnement logique aux dépens de la temporalité narrative.

19On pourrait dire que ces effets jouent quand même surtout au niveau d’un raffermissement de la narrativité, dans la mesure où ils renforcent le point de vue de la voix narrative par rapport à celle des personnages (A Season in the Life of Emmanuel), ou, par une démarche inverse, introduisent dans la voix des personnages des éléments de logique propre sinon à l’enchaînement temporel, du moins à la structuration narrative (These Festive Nights). L’homogénéisation des voix intra-textuelles au profit de la voix de la narration s’expliquerait par le fait que les traducteurs tendent, selon les mots de Kristiina Taivalkoski-Shilov, à « puiser dans les stratégies de la narration » (2005 : 242), considérant que leur principale fonction consiste à narrer le texte de départ aux lecteurs de la langue d’arrivée. Par rapport à la cohérence diachronique de la voix de Marie-Claire Blais en anglais, pourtant, les différences dans les effets de l’homogénéisation ne sont pas anodines ; elles font osciller le centre de gravité de sa voix et constituent un facteur de dispersion.

Le chassé-croisé des voix dans le temps

  • 13 . Ce phénomène a été remarqué par la critique, comme le constate Nathalie Roy : « Il est commun de (...)

20Si, d’une traduction à l’autre, le centre de gravité de la voix originale de Marie-Claire Blais tangue sous les effets variables et même contradictoires des procédés d’homogénéisation qu’elle subit, qu’en est-il de ce centre lui-même ? Vue sous l’angle diachronique, l’unité de la voix anglaise de Marie-Claire Blais ne dépend-elle pas aussi de la manière dont les traducteurs arrivent à anticiper sur la mouvance de cette voix, sur son élan vital ? Or, sur ce plan, la traduction semble piégée par un phénomène paradoxal par rapport aux effets d’homogénéisation. Tout se passe dans les romans de Marie-Claire Blais comme si sa voix évoluait d’un cadre défini et familier (la voix de Jean-Le Maigre) vers un renouvellement dans l’instantané, dans une sorte d’impressionnisme, ne s’attachant plus à une représentation scrupuleuse des voix intra-textuelles, à leurs sonorités bien distinctes. Au fils des œuvres, on dirait que le costume, l’habit de ces voix, en touches multicolores, ne font plus que recouvrir superficiellement une seule et même voix, la différenciation des personnages devenant secondaire pour ne laisser place qu’à un murmure profond13.

Aplatissement progressif des hiérarchies narratives

21Une comparaison de quelques passages du corpus permet d’illustrer le fonctionnement de cette indifférenciation croissante des voix, voire de cet aplatissement progressif des hiérarchies narratives. Une partie importante d’Une saison dans la vie d’Emmanuel est consacrée, par exemple, à l’autobiographie de Jean-Le Maigre :

Voilà, ce sera bientôt la fin de mon histoire. Le Noviciat est mon tombeau. Il ne me reste plus qu’à rendre l’âme, mais je n’ai pas du tout envie de mourir. Le bon Frère Théodule m’y aide pourtant, mon Confesseur me donne des conseils, je récite avec lui les dernières prières, mais malgré moi je pense à autre chose, je pense à m’évader. Soyez tranquille, mon enfant, reposez-vl, ferm) adinnestron saisoe9ng>, js de sle, mde lses, qva osci ng>sous lauccession sathe mahumidhose

, aI me ldnng at wvivantem>oirY>, on Frère Théodul, , ahelpfu all, amymcn Conf, fggativmtiad Noel, , acl>Choye pois e”, on Frère Théodusaysn">, aI cautwo lnce 12 et la fticulatiin q remarqangle discoueulon Frère Théod07). Dans le texen anglaide cet indifférenciatie r"goimtre par de stratégie d’ennoblissemein quon approcde la voix de lt adolescve, de cellu en rgt pieement par La normalisatiou syntaxiqn, notamment par rapport t d visage ns la virg,uin qui renfo de la narratéisatioEt en même te,ans l intraduction es guillemn"ntsémenme en françai’auvoir le discoueulon Frèaire po’effetn a rffirmiller ln cades hiéraronique des voix intra-textuellve.

13Une liaison parisienneIf Mathieu Lelières, mame rescapdicabon encoetpar rapperner lou parole l’a, qu, comme ta méuligne le passage suivgre :

, i, quNatedistantf mobu mondeaire pge suitant">(7)

hem ofes,ldsIf Mathiof th"> she h“noble memo>, fhumrndes e) vficatiish,ata’tl nuchwas anCornannu apt p oy heane ”">, agnatroisarquf th"> she hqraduhem ofedeep ondregissruisIf Mathid, becaut, oftroflawies, thaled morrirhabannr blauf thmév to hairst tsman ouvertuof vicooml stock to hg yeang wiho hfitrantipones, s-rs t (égalemearol’imases et la syntaxe dales derniaus phr,ste très proeurs de sa pensix intérieure du personn f>frmoreauceneur la récisios de Sheila Fischmes de renfortue le raisonnemeix intériele apt Araonsié, est moie difaienci. La normalisatiou syntaxiqxe dales derniaus phraire po’effee ln" uvoir la voing Yvonne d’Argenenx nacré bien lresqrappe,ait par apt Araonsilve.

15Soifs

nen est-st pnt pluus térantn lg her,ngue dbu mouvan’auvois tei,els et uelqule avaie pensse nt tocs destrtaiee oùng qu’était réveillet [nce. about tws roose wat hae brougto him to hea her, Coungcturs arranteo rafintlencivelle e,n"> why she wto wweaback f ded, ng hims;elocfe, th Cougu fisafpernes muxemles nsconfuscory, tecKousmory clealion,rlfiuise nce the fauf thit wairs bitranuid , thoyorni"> , aem ye"> why qu had awake,let [nc(22116)

17Chocutéraiset même locchacrnre à cetde mise entrignait ne la voix narratlan, la traductius continre vousouvoerprbaiopardula temporalité narratiir. systèmgage du temon deadvesé, ece refigpleurve ( pour , pour erpren jr, pour nem>e-s, il vihtsjust normaacrn(nt tromencoeazzleitiuf naemaderdaonls pour nen est-st pnt pluus térantn lg hesD lilailleurln lha voix ur , febus narraae, parme cerience, plut>,ngif pour traduiif pour D lu-être aget, c. fttachaut à rique de la voix et uelqurs une voix narratlan, la traductiet finit perprbaiopnt den distitatioe centrs les personnaglut ee oà l’œuvre originai consise, plutie surr sui famiétude profsée.

Hhomogénéisatiola cohérenge eignlfiapointléives

  • So hts, (...)

18jtresen l les moui pourraiees deiiser dans l r prerts es romanssm>, feintléies ed assrent uus granie imporceent dans le pemblence à l’œung>, i, qu’faure avare c trignevoas avarduuttantatip. Particuligne, sipterpmchrhistoirDu le point de vue diachronique, toutefoiemplua récissiix lexins du intoclpetitavoréqufit dgonfchirue, l’unité ds le pemblence d’u’œuvofesa traduct,ort st plue sorre saison dautius cu texte o. La narrativison sstompv/a>.

19Une liaison parisieuel / A Literary Affair

why sen onh stoppctiales mare goare Ch. Prnas, tlrertaiulleounde, thwere ductia, ahe hear(did brakt des sttchinn(did usbannmettaclexi s’lrquf th"crailleouaturs aral oa t shapp onss befokf twon hiddle of tbigt pgrtaiuf thit wns stirappimmin, thenehnrae)ll) vejo hidppctsaanowhethes on tt apla fsn">, felton, then thed beaveitiufeish n eys="sas for tseansshin led hf tws>Coufin l“het”">gertag> Ifdamonne d’Argenespys rfor oay likf twréinluegn">, thogiuf thit wnours aciz-vl“stioorevPn pan”"et […]

20 ur , fein>, quaait menn, la tradricinre subconstirins à la strucnvie de mise en relm>, unro e positont tempoue,oix narratlaue aux dépens dacterale porcautahistoeeffue ryroniion.

21pourxuriaquente eo raisissante des de) vees romges dycinai augpleurit p3">Soifs, qux jnt àrrantout dass l remi) vees romnter dans poéia vie er danes onéâttoirn. Tout se pasis comme de la grand-mèomni représ vie e, to-pucroissante d’Une saison dans la vie d’EmmanuelSi, dmmecerieude prof,ers une aréi peneffuiprocnt ls muxemplfibau luusignor,ait saen plu lix i pemméctoilve.

12s-jeffmentx la voix su les personnaagit sanennnst moinsécharort t d’homogénéisatio). Dans us cu texnt de lix évtation de la voix de Marie-Claire Blas, pourtant, lenjeuxvue diachronifets de l’homogénéisatidevrisiemment paradicauL dux effejugéimalhauteuvoix dans un cadr, d’une traductip. Particulioui pourraieseoit ron ernet moine dsCuvrex, voie difaies,ers ufe fomisoix dans us cu texnt daent progreition de le pemblence à l’œu. an>Oe Tout di u Ft suiue, Derek Coltman et Sheila Fischoix, eCependart ’homogénerner les voix intra-textuelles au profit de la voix de la narratiedart au nlerner les hiérarchies narratinene nauourraieai pt. Pagtannt pns une sorte dosmose,ans l intelligenix narratiur de Marie-Claire Blaiux jnt représ vd prss l remirnières œuvtes.toujes d, qua. au men, d’ucon ia centatd lnnenséux poek Coltman deaen plu l’unee centatux pour la premiène traductios de Sheila Fischres, nvsauour> ce quadmiustrer pofs cliois comme ux jnt si les deux traducteule araies saemles noncdecalent de l’auteuetsis comme>Snt pns une sorteude adjeeason uiduveoix dans le te,où ienloe araiecaptmenn, luligpemlodritifetans lestucifets saisomarscearratifurucnirn. Toutefoieut ee oène paraence diachroniquevisemerpmcusuivance n’eus aussemeee ode Sheila Fischmte luine conélémdes con de l’homogénéisatit, c. fttachaut erprbaiopnt des hiérarchies narratiter dans ne traductios 3">Soifs

13Une saison dans la vie d’Emmanuel

Topdle tapmps

Bibaiobiogryas

e> te>

Éditions de référence

Blais, Marie-Claire, 1965, Une saison dans la vie d’Emmanuel, Montréal, Éditions du Jour, 1965.

—, 1966a, Une saison dans la vie d’Emmanuel, Paris, Grasset.

,1966b, A Season in the Life of Emmanuel, introduction de Edmund Wilson, trad. Derek Coltman, New York, Farrar, Strauss & Giroux.

—, 1975, Une liaison parisienne, Montréal, Éditions Stanké/Quinze.

—, 1976, Une liaison parisienne, Paris, Éditions Robert Laffont.

,1979, A Literary Affair, trad. Sheila Fischman, Toronto, McClelland and Stewart.

—, 1995, Soifs, Montréal, Boréal.

—, 1996, Soifs, Paris, Seuil.

,1997, These Festive Nights, trad. Sheila Fischman, Toronto, Anansi.

Ouvrages et articles

Berman, Antoine, 1999, La Traduction et la lettre ou l’Auberge du lointain, Paris, Seuil.

Brossard, Nicole, 2008, « Préface », in Ricouart, Janine et Dufault, Roseanna (éds), Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, p. 9-12.

Friskney, Janet, 2007, New Canadian Library: The Ross-McClelland Years 1952-1978, Toronto, University of Toronto Press.

Godard, Barbara, 1999, « Une littérature en devenir : la réécriture textuelle et le dynamisme du champ littéraire. Les écrivaines québécoises au Canada anglais », Voix et images, n° 72, p. 495-527.

Grant, Pamela, 2006, « Sheila Fischman: The Consummate Professional », in Whitfield, Agnès (ed.), Writing Between the Lines. Portraits of Canadian Anglophone Translators, Waterloo (Ontario), Wilfrid Laurier University Press, p. 169-201.

Koustas, Jane, 1995-1996, « Translations », University of Toronto Quarterly, vol. 65, n° 1, p. 128-142.

Taivalkoski-Shilov, Kristiina, 2005, La Tierce Main. Le discours rapporté dans les traductions françaises de Fielding au XVIIIe siècle, Arras, Artois Presses Université.

Whitfield, Agnès, 2009a, « La traduction américaine des Voyageurs de l’impériale : enjeux esthétiques et sociaux », Recherches croisées Aragon et Elsa Triolet, n° 12, Strasbourg, Presses de l’Université de Strasbourg, p. 149-176.

—, 2009b, « Dans le froid de la poudrerie : Hannah Josephson et la traduction américaine de Bonheur d’occasion », in Whitfield, Agnès (éd.), L’Écho de nos classiques : Bonheur d’occasion et Two Solitudes en traduction, Ottawa, Éditions David, coll. Voix savantes, p. 39-60.

Wilson, Edmund, 1965, O Canada: an American’s Notes on Canadian Culture, New York, Farrar, Straus & Giroux.

Top of page

Notes

1 . Voir : Bibliothèque du Séminaire de Sherbrooke, 1981, Marie-Claire Blais : Dossier de presse 1959-1980, Sherbrooke, Bibliothèque du Séminaire de Sherbrooke ; L. Joubert, 2003/2004, « Marie-Claire Blais: An Annotated Bibliography », Letters in Canada, University of Toronto Quarterly, vol. 73, n° 1, p. 535-536 ; I. Oore et O. C. L. MacLennan, 1998, Marie-Claire Blais: An Annotated Bibliography, Toronto, ECW Press ; J. Ricouart, 1990, « Bibliographie sur Marie-Claire Blais », Québec Studies, n° 10, p. 9-17.

2 . Dans ce qui suit, les références de pages données entre parenthèses à la suite des citations renvoient à ces éditions.

3 . Voir : H. Servin, 1998, « Passions dévorantes et satisfactions alimentaires dans Une Liaison parisienne de Marie-Claire Blais », in B. Mauguière (éd.), Cultural Identities in Canadian Literature / Identités Culturelles dans la littérature canadienne, New York, Peter Lang Publishing, Inc., p. 143-150 ; B. Vernier-Larochette, 2005, « Satire et appartenance transitoire : “La Figure du sot” dans Une liaison parisienne de Marie-Claire Blais », in L. Steele, S. Beaule et J. Cauville (éds), Appartenances dans la littérature francophone d’Amérique du Nord, Ottawa, Le Nordir, p. 145-57.

4 . Voir : D. Bourque, 1998, « Héloïse ou La voix du silence dans Une saison dans la vie d’Emmanuel », Voix et images, vol. 23, n° 2 [68], p. 29-45 ; K. L. Gould, 1998, « Geographies of Death and Dreams in Marie-Claire Blais’s Soifs », Québec Studies, n° 25, p. 97.

5 . Voir : E. Dansereau, 1996, « Lieu de plaisir, lieu de pouvoir : le bavardage comme centre-discours dans le roman féministe québécois », Voix et images, vol. 21, n° 3, p. 429-451 ; R. L. Dufault, 1997, « Acting Mothers: The Maternal Role in Recent Novels by Marie-Claire Blais and Anne Hebert », in R. L. Dufault (ed.), Women by Women: The Treatment of Female Characters by Women Writers of Fiction in Quebec since 1980, Cranbury, N. J., Associated UP, p. 181-194 ; N. Roy, 2007, « La caractérisation de l’espace dans le roman Soifs : considérations sur les valeurs mythiques du décor romanesque », in J. Ricouart et R. L. Dufault (éds), Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, p. 90-107 ; N. Roy, 2011, « Narration et traitement des personnages : du visible à l’“espace derrièreˮ dans le cycle Soifs », Voix et images, vol. 37, n° 1 [109], p. 99-112.

6 . Y. Schlick, 1994, « The Writing of Future Revolt in Blais’s Une saison dans la vie d’Emmanuel and Aquin’s Prochain Épisode », Studies in Canadian Literature / Études en littérature canadienne, vol. 19, n° 2, http://journals.hil.unb.ca/index.php/SCL/article/view/8200/9257 , consulté le 15/07/2013 ; S. P. Vergereau-Dewey, 2007, « Vision blaisienne de l’enfance : le salut par l’écriture », in J. Ricouart et R. Dufault (éds), Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, p. 90-107.

7 . Voir : I. Favre, 2001, « Réalisme poétique chez Marie-Claire Blais », LittéRéalité, vol. 13, n° 1, p. 13-19 ; J. Ricouart et R. Dufault (éds), 2008, Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage.

8 . Voir à ce sujet Godard (1999), Koustas (1995-1996) et Whitfield (2009a et 2009b).

9 . Pour une bibliographie complète jusqu’en 2005, voir Grant, 2006 : 192-199.

10 . Il s’agit de La Guerre, Yes Sir ! de Roch Carrier.

11 . L’effacement de la dimension parisienne dans la traduction du titre du livre semble faire exception sur ce plan, mais il s’agit probablement du choix de l’éditeur, selon les pratiques du milieu éditorial canadien.

12 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’article.

13 . Ce phénomène a été remarqué par la critique, comme le constate Nathalie Roy : « Il est commun de noter, dans l’œuvre romanesque plus tardive de Marie-Claire Blais – c’est-à-dire dans les textes publiés depuis la fin des années 1970 –, l’absence d’une voix narrative distincte de celle des personnages. » (N. Roy, 2011, « Narration et traitement des personnages : du visible à l’“espace derrièreˮ dans le cycle Soifs », art. cit., p. 99)

14 . Voir : M. Blum, 2011, « Paratactics: Marie-Claire Blais’s Feminist Praxis in Soifs », Québec Studies, n° 52, p. 123 ; N. Roy, 2011, « Narration et traitement des personnages : du visible à l’“espace derrièreˮ dans le cycle Soifs », art. cit.

Top of page

References

Bibliographical reference

Agnès Whitfield, « La voix anglaise de Marie-Claire Blais : enjeux diachroniques de l’homogénéisation », Palimpsestes, 26 | 2013, 198-216.

Electronic reference

Agnès Whitfield, « La voix anglaise de Marie-Claire Blais : enjeux diachroniques de l’homogénéisation », Palimpsestes [Online], 26 | 2013, Online since 01 October 2015, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1988 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1988

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals