Navigation – Plan du site
Perspectives

À propos des procédés de traduction

Michel Ballard
p. 113-130

Résumés

L’objet de cette étude est de dénoncer l’inanité des procédés de traduction tels qu’ils ont été exposés par Vinay et Darbelnet dans leur célèbre Stylistique comparée. La critique s’organise en deux étapes : d’abord la terminologie elle-même, puis ce qui se trouve à l’arrière-plan de cette mauvaise description de la traduction. La terminologie de Vinay et Darbelnet souffre de deux maux : un nombre ridiculement bas de termes pour décrire une opération si complexe et l’inadéquation de termes qui, dans l’ensemble, ont été mal définis ou mal intégrés à une théorie de la traduction qui soit satisfaisante. Ce qui est à l’arrière-plan de cet outil frustrant, c’est une vision caricaturale de la traduction et par là même de la théorie de la traduction : l’idée qu’une unité de traduction peut s’identifier dans le texte source laisse complètement de côté le fait que le texte cible fait aussi partie de la traduction. Le cœur de la théorie de la traduction devrait être fondé sur l’observation de l’action du traducteur, qui est un mélange d’herméneutique, de production d’équivalence et de réécriture ; notre objet devrait être d’identifier, de décrire et de nommer ces opérations, et elles ne peuvent se réduire à sept (ou neuf) « trucs ».

Haut de page

Texte intégral

1La notion de procédés de traductions a été introduite par Vinay et Darbelnet en 1958, dans la Stylistique comparée du français et de l’anglais. Cet ouvrage qui se donne ouvertement comme une Méthode de traduction (sous-titre utilisé par les auteurs eux-mêmes) peut être considéré comme une production caractéristique de la linguistique appliquée à la traduction avec des visées didactiques et pratiques : « il s’agit [selon leurs propres termes] de faciliter au traducteur l’identification de difficultés auxquelles il se heurte et de les placer dans les catégories ad hoc » (Vinay et Darbelnet [désormais V&D], 1966 [1958] : 27). La notion de procédés est étroitement associée à cette démarche, puisqu’ils proposent d’« étudier sur des exemples aussi précis et aussi probants que possible les mécanismes de la traduction, en dériver des procédés, et par-delà les procédés retrouver les attitudes mentales, sociales, culturelles qui les informent » (ibid. : 26).

2Cette méthode a connu un succès remarquable puisque plus de quarante ans après sa publication, elle demeure sans aucun doute l’ouvrage de référence le plus largement accepté et le plus souvent cité ou évoqué ; il a même eu droit à une traduction en anglais réalisée par Sager et Hamel, publiée en 1995 chez Benjamins. Ce succès cependant, si l’on y regarde d’un peu plus près, a été assez étrange, et presque ambigu, et cette ambiguïté caractérise assez bien l’état de l’enseignement de la traduction et de ses rapports à la traductologie.

3L’ouvrage lui-même a rarement figuré au programme des enseignements universitaires : je ne l’ai jamais vu utilisé et donc intégré dans un cours de traduction quand j’étais étudiant, c’était le genre de livre auquel on accédait seul, sans, parfois même, que l’enseignant l’ait mentionné ou conseillé en cours. Par ailleurs, aujourd’hui, tout comme bon nombre d’ouvrages de traductologie, il n’est pas utilisé systématiquement : je suis frappé par le nombre d’étudiants qui, arrivant à un niveau de CAPES ou de maîtrise, n’en ont jamais entendu parler.

4L’ouvrage est souvent critiqué dans les couloirs aussi bien par des linguistes que par des personnes s’intéressant à la traduction ou/et à la traductologie, mais plus de quarante ans après, alors que la méthode n’a pas évolué, n’a jamais été remaniée, on continue de se référer à ce livre et de prendre pour base son analyse des procédés de traduction dans la plupart des manuels ou des ouvrages qui traitent de traduction.

5J’en donnerai pour exemple un manuel très apprécié en France, l’Approche linguistique des problèmes de traduction d’Hélène Chuquet et Michel Paillard (1987), qui consacre deux pages à un rappel des procédés de Vinay et Darbelnet et deux chapitres (respectivement de 15 et 13 pages) aux deux procédés qu’ils estiment centraux : la transposition et la modulation ; un tableau (p. 39) reprend les différents procédés et les illustre avec des titres de films. On peut également mentionner le manuel de Henri Van Hoof, Traduire l’anglais, paru chez Duculot en 1989, qui reprend sur 57 pages les différents procédés de Vinay et Darbelnet ; ou bien encore l’ABC de la version anglaise de Françoise Vreck qui dans une section centrale (les gammes du traducteur, pages 75 à 108) reprend la transposition, la modulation, le chassé-croisé et l’étoffement.

6Les théoriciens de l’ESIT, ainsi que Jean Peeters, parlent non sans mépris des procédés de traduction comme de trucs. J’ai pour ma part utilisé, au début de mon enseignement, la terminologie Vinay et Darbelnet, je m’en suis progressivement détaché (je souligne que je ne parle pas de procédés dans La Traduction de l’anglais), pour toutes sortes de raisons que je voudrais exposer ici.

Critique de la classification et de la terminologie de Vinay et Darbelnet

7Je partirai de leur tableau, maintenant classique, qui se trouve à la page 55 de leur manuel. Ma critique sera double : elle sera d’abord d’ordre quantitatif et ensuite d’ordre qualitatif.

Critique quantitative

8Dans un ouvrage encore plus récent que ceux évoqués ci-dessus, Apprendre à traduire, consacré à une « typologie d’exercices de traduction » et paru aux Presses Universitaires de Nancy en 1991, Françoise Grellet, auteur de plusieurs manuels et passionnée de didactique de traduction, reprend, dans la section 1.5 de ce livre, les procédés de Vinay et Darbelnet (emprunt, calque, traduction littérale, transposition, modulation, équivalence et adaptation) et propose aux étudiants de les identifier dans un texte et sa traduction dont voici un extrait :

Victor paused at the window and looked straight out at a toast-coloured apartment building across Third Avenue. He and his mother lived on the eighteenth floor, next to the top floor where the penthouses were, the building across the street was even taller than this one. Victor had liked their Riverside Drive apartment better. He had liked the school he had gone to there better. Here they laughed at his clothes. In the other school, they had finally got tired of laughing at them. (P. Highsmith)

Victor s’arrêta à la fenêtre et son regard plongea droit sur un immeuble d’habitation couleur de pain doré, situé de l’autre côté de Third Avenue. Sa mère et lui habitaient au dix-huitième étage, juste avant le dernier niveau où il y avait des appartements en terrasse. L’immeuble de l’autre côté de la rue était encore plus élevé que celui-ci. Victor avait préféré leur appartement de Riverside Drive. Il avait préféré l’école où il se rendait là-bas. Ici ses camarades se moquaient de ses vêtements. Dans l’autre école ils avaient fini par se lasser d’en rire. (Trad. H. Yvinec, Presses Pocket, in : F. Grellet, 1991 : 96)

9À l’aide des procédés de Vinay et Darbelnet, tels qu’ils sont donnés et décrits dans leur propre tableau, on va pouvoir décrire (ou commenter) les points suivants :

Victor paused at the window : Victor s’arrêta à la fenêtre : traduction littérale

apartment building : immeuble d’habitation : modulation

finally : finir par : transposition

10Une fois ces trois identifications faites, je ferai remarquer qu’il y a des équivalences dont on n’a pas rendu compte et dont on ne pourra pas rendre compte avec les procédés proposés :

  • la traduction de and looked straight out par son regard plongea droit, qui est la restructuration d’un prédicat coordonné en une proposition dont le sujet est issu du verbe du prédicat. En anglais, Victor (sujet) regarde directement à l’extérieur ; en français, c’est son regard qui plongea, verbe obtenu par hyponymisation de regarder en fonction du contexte locatif, dont on peut d’ailleurs se demander s’il est correctement interprété ;

  • toast-coloured : couleur de pain doré, qui est le développement d’un adjectif composé ;

  • building across Third Avenue : situé de l’autre côté de Third Avenue, qui est un étoffement d’un syntagme prépositionnel locatif, complément d’un SN, par un participe passé introductif ;

  • he and his mother lived on the eighteenth floor : sa mère et lui habitaient au dix-huitième étage, où il y a interversion des mots (sa mère et lui) et erreur sur l’étage : il s’agit du dix-septième étage, la scène se passe aux États-Unis ;

  • where the penthouses were : où il y avait des appartements en terrasse.
    Il y a une insertion du tour présentatif il y avait, qui correspond au besoin en français de placer le sujet à la fin de la relative (on aurait pu avoir : où se trouvaient les appartements en terrasse), de plus on peut noter le rapport du terme à la définition dans la traduction de penthouse ;

  • liked… better : préféré, où il y a réduction du groupe verbal ;

  • they : ses camarades, où il y a dépronominalisation, explicitation du référent du pronom.

11Les fameux procédés permettent de rendre compte de trois types de sélections de traductions (dont deux traductions obliques sur une dizaine, c’est peu), surtout quand on sait que, décrivant le processus de traduction, Vinay et Darbelnet déclarent :

[Les] voies, [les] procédés [du traducteur] apparaissent multiples au premier abord, mais se laissent ramener à sept, correspondant à des difficultés d’ordre croissant, et qui peuvent s’employer isolément ou à l’état combiné. (V&D, 1966 [1958] : 46)

  • 1 C’est bien entendu à dessein que j’utilise cet hyperonyme peu apprécié des stylistes français.

12Ces paroles sont bien imprudentes car peut-on prétendre ramener à sept (chiffre magique !) les procédés de traduction quand on considère la complexité de l’opération, quand une simple tentative de commentaire de traduction portant sur un seul paragraphe fait apparaître que cette terminologie et ce qu’il y a de « théorie » derrière est inadéquate pour décrire le processus. Disons que Vinay et Darbelnet ont mis en évidence quelque chose, qu’ils appellent des procédés, mais dont on ne saurait vraiment dire qu’ils sont les procédés de traduction parce qu’ils ne couvrent pas l’ensemble de l’opération de traduction ; même si d’autres « choses »1 apparaissent dans le corps de leur ouvrage, elles ne sont pas intégrées dans ce fameux tableau et ce qui le constitue.

13Certains auteurs de manuels comme Gérard Hardin et Cynthia Picot (1990) ont perçu l’insuffisance de cette terminologie. Dans leur introduction méthodologique, ils consacrent dix pages aux procédés de traduction, et après avoir rappelé les sept procédés institués par Vinay et Darbelnet, ils proposent leur propre classification : elle est bipartite et reprend les procédés des pères fondateurs mais en les étoffant. Ils distinguent entre les faux procédés (traduction littérale, calque, emprunt) et les procédés créateurs, à l’intérieur desquels ils reprennent la transposition, la modulation, l’équivalence et l’adaptation, et auxquels ils ajoutent « l’étoffement, la réduction et la recomposition ».

Critique qualitative

14Ma critique qualitative des procédés de Vinay et Darbelnet va s’articuler en deux temps : premièrement, cette terminologie n’a pas toujours été clairement définie et se révèle souvent inadéquate à l’objet qu’elle prétend décrire ; deuxièmement, et ce problème est étroitement lié bien que de nature différente, elle ne constitue pas un système cohérent, rattaché à l’opération elle-même.

Critique générale des procédés de Vinay et Darbelnet

15Si l’on se réfère au tableau présentant leurs procédés (V&D, 1966 [1958] : 55), il est possible de faire une critique élément par élément et à cela peut s’ajouter d’abord une critique de la présentation de leur typologie. Ils commencent par distinguer entre deux types de traductions : « la traduction directe ou littérale et la traduction oblique » (V&D, 1966 [1958] : 46). Au premier type, se rattachent les procédés de l’emprunt, du calque, et de la traduction littérale ; au second, les procédés obliques : la transposition, la modulation, l’équivalence, l’adaptation. On notera d’emblée une faiblesse terminologique, et par là même taxinomique, dans le fait de donner le même nom à une catégorie et à une sous-catégorie : « traduction littérale ». Passons maintenant aux détails des procédés.

16L’« emprunt » est décrit comme étant « le plus simple de tous les procédés de traduction », celui qui trahit « une lacune, généralement une lacune métalinguistique (technique nouvelle, concept inconnu) », le traducteur y recourt également parfois pour créer de la couleur locale (V&D, 1966 [1958] : 47).

  • 2 Delisle définit le report en ces termes : « opération du processus cognitif de la traduction consis (...)

17Si l’on y réfléchit bien, l’emprunt n’est pas un acte individuel, c’est un fait de société, progressif ou soudain, généralement durable, qui dépasse la traduction et concerne l’adoption par une communauté linguistico-culturelle d’un terme appartenant à une autre communauté linguistico-culturelle, pour des raisons de nécessité (trou lexical ou culturel, néologie ou/et technologie plus avancée) ou de mode (barman, cocktail, milk bar). Il arrive par contre que le traducteur reporte dans son texte des éléments du texte de départ pour de multiples raisons : par nécessité (trou lexical), parce qu’il est de tradition de ne pas traduire les anthroponymes d’individus qui ne sont pas des personnages historiques, ou par désir de préserver la spécificité d’un élément du texte de départ (TD) ou de créer de la couleur locale. C’est pourquoi je trouve judicieux d’utiliser, comme le fait Jean Delisle, le terme de « report »2 pour désigner cet acte individuel de traducteur, ponctuel, qui peut recouper ou utiliser l’emprunt, mais qui, à sa différence, ne consacre pas l’intégration d’un terme dans la langue même s’il peut, dans certains cas, en avoir la visée, dans le cadre d’une option de traduction qui cherche à faire connaître l’étranger.

18J’ai déjà à plusieurs reprises critiqué le terme « transposition » comme étant impropre (cf en particulier Ballard, 1991 : 724 sq) et j’ai proposé d’utiliser à la place le terme « recatégorisation » (je l’ai fait pour la première fois, outre dans ma thèse, dans Le Commentaire de traduction). Par ailleurs il me semble que le terme de « transposition » ne peut être véritablement utilisé pour décrire un phénomène comme « as soon as he gets up : dès son lever » parce que la transposition, selon les propres termes de Vinay et Darbelnet, « consiste à remplacer une partie du discours par une autre » or ici « lever » est bien une partie du discours, mais il traduit « he gets up », qui est un énoncé ; il me semble préférable d’introduire ici la notion de « nominalisation », qui correspond à un changement de niveau : de l’énoncé au mot.

19La comparaison de l’« équivalence » et de l’« adaptation » fait apparaître que ces deux catégories ne sont pas nettement distinguées. On ne voit pas ce qui différencie l’équivalence, où « la soupe » correspond à « tea » (dans le domaine militaire), de l’adaptation, où « cyclisme » correspond à « cricket ». Je voudrais par ailleurs souligner le fait que Vinay et Darbelnet donnent aussi des définitions et des exemples qui ne sont pas probants :

Nous avons souligné à plusieurs reprises qu’il était possible que deux textes rendent compte d’une même situation en mettant en œuvre des moyens stylistiques et structuraux entièrement différents. Il s’agit alors d’une équivalence. L’exemple classique de l’équivalence est fourni par la réaction de l’amateur qui plante un clou et se tape sur les doigts : s’il est français, il dira « aïe », s’il est anglais, il dira ouch. (V&D, 1966 [1958] : 52)

20Peut-on dire que aïe et ouch sont des moyens stylistiques et structuraux ? Peut-on dire que dans cette utilisation il y a action du traducteur ? Il s’agit d’un donné linguistique du même ordre que la différence existant entre hammer et marteau ; tout au plus pourra-t-on dire que ce sont des interjections proches de l’onomatopée, des cris, et que même la transcription des cris basiques diffère d’une langue à l’autre. D’ailleurs la définition et l’exemple donnés en tête de l’ouvrage ne coïncident pas vraiment avec cet exemple et confirment le fait que le terme est très général :

[…] procédé de traduction qui rend compte de la même situation que dans l’original en ayant recours à une rédaction entièrement différente. Ex : « the story so far : résumé des chapitres précédents » (V&D, 1966 [1958] : 8-9)

  • 3 R. Jakobson, 1963, « Aspects linguistiques de la traduction », in Essais de linguistique générale, (...)

21Le terme « équivalence » a une portée trop large pour être appliqué à une sous-catégorie : toute traduction est une équivalence, je renvoie sur ce point au célèbre essai de Jakobson3. Ladmiral fait également ce reproche à Vinay et Darbelnet : « le concept d’équivalence a une validité extrêmement générale et il tend à désigner toute opération de traduction » (Ladmiral, 1979 : 20).

  • 4 S. Ullmann, 1952, Précis de sémantique française, Berne, A. Francke, p. 300, cité par Georges Mouni (...)

22La « modulation », comme l’équivalence, est une notion trop vague, trop large, pour décrire ou nommer un phénomène précis. Voici la définition qui en est donnée : « la modulation est une variation dans le message, obtenue en changeant de point de vue, d’éclairage » (V&D, 1966 [1958] : 51 ; c’est nous qui soulignons). Une telle description pourrait s’appliquer au simple fait de changer de langue, dans la mesure où « tout système linguistique renferme une analyse du monde extérieur qui lui est propre et qui diffère de celle d’autres langues ou d’autres étapes de la même langue »4. Le caractère imprécis (« attrape tout ») de la modulation m’est apparu à l’analyse et également lors de la pratique du commentaire de traduction où le terme s’est avéré insuffisant et avoir un effet pernicieux dans la mesure où il n’incite pas l’étudiant à affiner sa perception des problèmes. Ce terme permet de désigner aussi bien des phénomènes syntaxiques que lexicaux ou de l’ordre de la rhétorique ; je préfère que l’on me nomme et me décrive de façon précise chaque phénomène identifié plutôt que d’utiliser cette étiquette hyperonymique qui finalement n’apporte rien. Je signale ou rappelle que j’ai substitué pour ma part à une partie des phénomènes désignés par la modulation, la notion de « paradigme de désignation » (Ballard, 1994 [1987] : 48-49 et 1992 : 41-44).

23Enfin je traiterai d’un point qui me semble révélateur de la confusion et de l’incohérence de cette terminologie. En plusieurs endroits de leur manuel, Vinay et Darbelnet utilisent des termes tels que « amplification, économie, dilution, concentration, étoffement, dépouillement », qui se recoupent et se chevauchent de façon assez anarchique. Je me concentrerai sur l’étoffement.

24Tout d’abord on notera que les auteurs ne travaillent pas à l’économie. Si l’on considère la définition de l’étoffement, ce phénomène est décrit comme étant « une variété de l’amplification appliquée aux prépositions françaises qui ont besoin d’être étoffées » (V&D, 1966 [1958] : 9). Il n’y a pas d’exemple donné pour l’étoffement dans le glossaire, et l’exemple qui est donné pour l’amplification (« l’accusation portée contre lui : the charge against him ») correspond en fait à l’étoffement. Il me semble qu’il y a là un doublet bien inutile, sinon pourquoi favoriser ainsi la préposition et ne pas introduire des termes spécifiques pour l’amplification du verbe, de l’adverbe, du nom ?

25Par ailleurs on notera que la définition de l’amplification (« cas où la LA emploie plus de mots que la LD pour exprimer la même idée » [V&D, 1966 [1958] : 5]) manque de clarté. S’il n’y avait pas l’exemple pour l’éclaircir, on pourrait croire qu’elle reprend en termes non linguistiques la définition de la dilution : « répartition d’un signifié sur plusieurs signifiants » (V&D, 1966 [1958] : 7). Encore une fois, la formulation, pour l’amplification, n’est pas bonne, elle est le reflet d’une absence d’élaboration de la théorie.

26Ceci étant posé, je voudrais revenir sur le caractère incohérent et confus de la terminologie de Vinay et Darbelnet.

27L’étoffement est traité plus en détail dans la section C du chapitre 2, « Stylistique comparée des espèces », de la deuxième partie (V&D, 1966 [1958] : 109-114). Là, l’étoffement est défini, de façon assez générale, comme « le renforcement d’un mot qui ne suffit pas à lui-même et qui a besoin d’être épaulé par d’autres » (V&D, 1966 [1958] : 109). Alors que dans le glossaire, l’étoffement était « une variété d’amplification appliquée aux prépositions françaises qui ont besoin d’être étoffées par l’adjonction d’un adjectif ou d’un participe passé ou même d’un nom, alors que les prépositions anglaises se suffisent à elles-mêmes » (V&D, 1966 [1958] : 9), il est appliqué, dans ce chapitre, aux particules (prépositions ou postpositions), aux pronoms démonstratifs et aux conjonctions. J’extrais deux exemples du paragraphe consacré à « l’étoffement du pronom démonstratif par un nom » :

This is your receipt : Reçu du client.
We’ll land Sunday, and this will be mailed then : Nous débarquons dimanche et cette lettre partira ce jour-là.
(V&D, 1966 : 112 ; ce sont les auteurs qui soulignent)

28Pour ce qui est du premier exemple, en quoi peut-on dire que client est un étoffement de This ? Pour ma part si l’on me demandait de commenter ces deux expressions figées, je dirais qu’en anglais l’énoncé prend pour terme de départ une représentation du reçu par déictique, nous avons là une forme de redondance qui joue un rôle d’appel, l’information importante est donnée après, dans le prédicat de be ; en français, il n’y a pas de déictique, l’objet (ou l’acte) est directement nommé en tête de la formule, la référence au client est explicite, le tour est cependant plus impersonnel qu’en anglais car il y a effacement de la relation intersubjective établie par le your.

  • 5 Françoise Vreck reprend cette terminologie dans son ABC de la version, mais sans doute consciente d (...)

29Pour ce qui est du second exemple, en quoi peut-on dire que this traduit par cette lettre est un étoffement, c’est-à-dire le « renforcement d’un mot par d’autres » alors que le mot disparaît (le this anglais est un pronom, le cette français, un déterminant) ; une telle analyse aurait plutôt pour effet de semer la confusion dans l’esprit des étudiants qui penseront que le this et le cette de cette lettre sont de même nature5. Dans ce cas, je préfère parler de dépronominalisation ou explicitation du référent, c’est plus juste, c’est plus clair.

30Il est surtout clair que Vinay et Darbelnet ont esquissé une description d’un phénomène majeur en traduction, une catégorie que j’ai appelée « la différence de concentration » (Ballard, 1994 [1987], chap. 4) qui regroupe un certain nombre de phénomènes tels que l’étoffement et l’effacement, le développement et la réduction. Or cette catégorie n’apparaît pas dans le tableau général de leurs procédés parce que celui-ci ne part pas d’une vision globale de la traduction et que leurs procédés ne sont pas rattachés de façon synthétique au processus de traduction.

31Par ailleurs, la traduction relève-t-elle de procédés ? Je pourrais faire une réponse de Normand et dire oui et non, je préfère dire : qu’entendez-vous par là ? Des trucs ? des recettes ? non merci, je n’y crois pas ! Certains viennent chercher dans la traductologie ou dans la linguistique contrastive des trucs infaillibles qui permettraient de réussir sa version ou de faire sa traduction sans réfléchir ! Ce n’est pas cela l’objet. Je préfère pour ma part parler d’opérations qui reflètent la triple démarche de la traduction, à savoir : des opérations d’interprétation, de paraphrase et d’ajustement ; je reviendrai sur ces aspects. L’observation de la traduction devrait nous permettre (et elle a permis) de mieux accéder à la connaissance de la compétence du traducteur et donc à une meilleure acquisition, une acquisition facilitée ou plus éclairée, de cette compétence ; elle ne saurait cependant se substituer à l’intelligence, au talent, à une compétence innée, et surtout à la motivation. La traductologie ne peut sécréter une machine qui dispenserait de penser et d’agir, pas plus que la linguistique ou la textologie ; ces sciences permettent une meilleure conceptualisation des problèmes, de meilleures analyses, des prises de décision plus conscientes.

32Une des failles de l’ouvrage de Vinay et Darbelnet est que les procédés non seulement sont en nombre trop petit pour rendre compte de l’opération, mais aussi qu’ils ne sont pas assez explicitement rapportés à l’opération elle-même ainsi qu’à l’outil conceptuel permettant de pouvoir servir de cadre à son analyse et à sa conceptualisation : l’unité de traduction (UT).

L’unité de traduction instrument de conceptualisation de l’opération

Critique de l’unité de traduction selon Vinay et Darbelnet

33La définition de l’UT chez Vinay et Darbelnet est étrange, trop restrictive, presque contradictoire dans ses termes, insuffisante en tout cas à mes yeux :

Nous considérons comme équivalents les termes : unité de pensée, unité lexicologique et unité de traduction. Pour nous ces termes expriment la même réalité considérée d’un point de vue différent. Nos unités de traduction sont des unités lexicologiques dans lesquelles les éléments du lexique concourent à l’expression d’un seul élément de pensée. On pourrait encore dire que l’unité de traduction est le plus petit segment de l’énoncé dont la cohésion des signes est telle qu’ils ne doivent pas être traduits séparément. (V&D, 1966 : 37 ; c’est nous qui soulignons)

34Leur définition tend d’abord, et la suite des exemples le prouve (V&D, 1966 : 39-42), à donner une image de l’unité de traduction, qui, tout en étant fondée sur le sens, est axée sur le lexique, sur des expressions et en particulier des expressions idiomatiques, et à privilégier l’idée que l’unité de traduction repose sur la différence de concentration de deux segments ou sur la cohésion et l’affinité de deux éléments d’une expression.

35Deuxièmement, malgré ce qui est dit du « plus petit segment de l’énoncé dont la cohésion des signes est telle qu’ils ne doivent pas être traduits séparément », cette définition est axée sur le texte de départ, elle entretient l’illusion que l’on peut découper a priori des unités de traduction dans le texte de départ ; à un point tel qu’ils ne traduisent même pas certains de leurs exemples ; or cette illusion est très fortement répandue et coïncide avec une mauvaise perception de la nature de la traduction.

36Enfin, tout en ayant mis en avant le primat du sens et tout en développant une UT axée sur le TD ils ne se préoccupent pas de la phase interprétative dont ils n’intègrent pas la portée dans leur conception de l’UT.

Quelques réflexions et propositions

37Étant donné l’extrait suivant :

Sally asked her to join a party going to the Slade dance. Paul detested dances. After some pleading she went alone, and arrived back at six in the morning. Dora was unable to be exact about time or anything else.
(Murdoch, 1963 [1958] : 10)

38On peut fort bien imaginer une traduction assez littérale de ce passage, telle que celle-ci :

Sally lui demanda de se joindre à un groupe qui se rendait au bal de la Slade. Paul détestait danser. Après l’avoir supplié de venir, elle y alla seule et rentra à six heures du matin. Dora était incapable d’exactitude en ce qui concerne le temps ou toute autre chose.

39Il se trouve que le traducteur de l’édition Folio a traduit de la façon suivante :

Un jour, son amie la pria d’assister à une soirée organisée à son ancienne école. Paul exécrait la danse. Après l’avoir imploré, elle obtint l’autorisation de s’y rendre seule, mais incapable de la moindre discipline, n’en revint qu’à six heures du matin. (Desseine, 1985 : 12-13)

40Ce genre de traduction est bien la preuve qu’on ne peut pas prédécouper des UT dans le TD ; c’est par rapport à la reformulation, autour de l’équivalence, tout autant que de la réécriture, que se construit l’UT. La base de l’UT est ici formée (outre le contexte général du roman) de quatre phrases qui constituent une unité de sens globale, décomposable en sous-unités qui représentent des présupposés.

41Sur le plan formel, on note que pour obtenir une construction plus idiomatique en français, le traducteur réagence et modifie les deux dernières phrases. Il accentue le caractère verbal du premier syntagme en utilisant l’infinitif passé (Après l’avoir imploré) ; il explicite l’obtention de l’autorisation (obtint l’autorisation de) et transforme la dernière phrase en syntagme ou proposition adjectivale (avec condensation des compléments, time or anything else, pour des raisons d’ordre stylistique), qu’il insère de façon antéposée sous forme de causale avant le contenu de la proposition coordonnée, dont il accentue le caractère adversatif en liaison avec le trait de caractère de Dora ainsi thématisé. Tout cela relève d’une traduction non littérale, souple, faisant intervenir la créativité, commentable et analysable, mais en des termes qui ne sont pas ceux des sept procédés de traduction.

42L’UT a besoin d’être redéfinie par rapport au processus lui-même. La traduction est un processus complexe que l’on peut ramener à un modèle triadique, dont le cœur est une opération de paraphrase synonymique visant à produire un texte équivalent au texte de départ. La nature de cette équivalence donne lieu à toutes sortes de discussions dans lesquelles je n’entrerai pas ici, le tout est de savoir et d’accepter qu’elle ne signifie pas identité et que la traduction comporte une part inévitable de métamorphose qu’il s’agit de gérer au mieux. Cette position centrale de l’équivalence a amené nombre de pédagogues, de théoriciens, et même de linguistes, à axer l’étude de la traduction sur la recherche de procédés, oubliant d’une part qu’il n’y a pas de recettes et que d’autre part la traduction comporte au moins deux autres phases tout aussi importantes : la phase herméneutique et la phase de réécriture. Le commentaire de traduction est généralement axé sur la recherche d’équivalences, oubliant que derrière les équivalences identifiables dans l’observable que sont le TD et le TA, il y a eu des opérations d’interprétation et de réécriture du texte. Il est vrai que, étant donné la nature synthétique de la traduction, qui vise à produire un texte fini, les trois phases ont tendance à être fondues ou écrasées ; mais il convient d’en tenir compte si l’on veut donner une analyse juste de l’opération et une définition juste de l’unité.

43L’unité de traduction est un élément constituant d’un tout qui a sa source, ou base formelle, dans le texte de départ, son aboutissement dans le texte d’arrivée, et qui passe pour sa réalisation par le cerveau du traducteur ; il s’agit donc d’un ensemble à configuration variable selon l’individu qui le construit ; ce qui signifie qu’il faut intégrer la subjectivité dans l’UT. À partir de là, on peut dire que l’objet étant le texte, il y a constitution d’une unité de travail en traduction lorsque le traducteur, après interprétation des formes, met en rapport une unité constituante du texte de départ avec le système de la langue d’arrivée en vue de produire une équivalence acceptable, susceptible de contribuer à la réécriture d’un texte dont l’équivalence globale par rapport au texte de départ doit s’accommoder d’ajustements internes dictés par sa cohérence et sa lisibilité. Cela signifie que sur le plan formel, il existe plusieurs types d’UT selon que leur base apparente est dans le texte de départ (et c’est le plus souvent le cas) ou plutôt générée par la constitution du texte d’arrivée et les exigences extralinguistiques de la culture d’accueil.

44L’unité de traduction n’est donc pas une unité du TD, qui est une unité à traduire, pas plus qu’une unité du texte d’arrivée (TA), qui est une unité traduite. Le prédécoupage du TD (même en unités importantes telles que la phrase) ne fait que donner des bases, à interpréter, dont on ne peut affirmer avec certitude le devenir, mais ces bases constituent un donné sémantico-stylistique que le traducteur réagence (ou non) en opérant des choix de regroupement. En terme d’action du traducteur, je conçois l’UT comme un balayage articulé qui part de la construction du sens (opération fondamentale ou de base) pour produire des équivalences (seconde phase de l’opération) visant à la réécriture d’un texte, dont la cohérence et l’acceptabilité va générer un troisième type d’interventions de la part du traducteur, interventions qui souvent visent à restituer le liant du texte et ses qualités pragmatiques. L’objet du commentaire de traduction, et donc de la traductologie pragmatique, doit être de rendre compte de la compétence du traducteur, qui se manifeste dans les trois phases constitutives de l’opération. J’illustrerai brièvement ces trois aspects avec un court exemple :

The matron had given her leave to go out as soon as the women’s tea was over, and Maria looked forward to her evening out. The kitchen was spick and span: the cook said you could see yourself in the big copper boilers. (Joyce, 1992 [1914] : 97)

La surveillante lui avait accordé une soirée de sortie sitôt après le thé des femmes et Ursule se réjouissait à cette perspective. La cuisine reluisait comme un sou neuf ; au dire de la cuisinière, on aurait pu se mirer dans les grands chaudrons de cuivre. (Fernandez, 1982 [1926] : 123)

L’intendante l’avait autorisée à partir dès que les femmes auraient fini leur thé et Maria se faisait une joie de la sortie de ce soir-là. La cuisine était briquée : la cuisinière disait qu’on pouvait se regarder dans les grands chaudrons de cuivre. (Aubert, 1993 [1974] : 170)

L’intendante l’avait autorisée à s’en aller dès que le thé des femmes aurait pris fin et Maria se réjouissait d’avance de sa sortie de ce soir. La cuisine reluisait de propreté : la cuisinière disait qu’on pouvait se voir dans les grands chaudrons de cuivre. (Tadié, 1994 : 135)

45Si l’on donnait ce texte à traduire à des étudiants, selon le niveau, le premier mot, matron, poserait sans doute celui de l’identification du semi faux-ami. En l’occurrence pour des professionnels, il pose un problème de choix parmi les acceptions d’un polysème qui peut être rendu en français par : « infirmière en chef, intendante ou directrice dans une institution ». Le contexte est fourni plus loin dans le texte, où l’on apprend que Maria travaille dans the “Dublin by Lamplight” laundry, et les notes de l’édition Penguin indiquent qu’il s’agit d’une institution charitable chargée de la réinsertion des femmes de mauvaise vie. Le terme pose un problème de choix car si la surveillante peut être écarté, on peut hésiter entre intendante ou directrice. La base matron et ses divers aboutissements est une UT qui illustre la relation de la reformulation à la compétence herméneutique du traducteur. La traduction du segment The kitchen was spick and span pose le problème de la traduction des expressions idiomatiques, qui, dans l’esprit de beaucoup, semble échapper à l’action du traducteur. Fernandez opte pour la solution d’une expression idiomatique, Aubert pour celle d’un mot assez expressif, et Tadié pour une formulation assez plate qui démétaphorise l’expression ; trois options assez contrastées qui reflètent bien une gamme d’équivalences codifiable mais non prévisible dans son application et où l’on voit intervenir la subjectivité du traducteur.

46La portion centrale de la première phrase offre, chez Fernandez, un assortiment de recatégorisations typiques (go out : sortie) ou de nominalisations (as soon as the women’s tea was over : sitôt après le thé des femmes) mais qui ne sont pas à mon avis le plus intéressant. Ce qui est plus riche et révélateur, c’est de voir la différence de traitement d’un phénomène de répétition masquée ainsi que de divers phénomènes syntaxiques. Fernandez adopte un style de réécriture souple, élégant qui efface la répétition masquée de her evening out en la rendant par cette perspective, travail à l’intérieur du paradigme de désignation, créatif en fonction du contexte. La nominalisation de la proposition contribue également à l’allègement. Les traductions d’Aubert et de Tadié sont plus littérales de ce point de vue, mais un regard à celle de Tadié montre qu’il n’a pas été sensible à la quadruple allitération en /s/ de sa sortie de ce soir. Également, on peut noter que le style indirect, rendu de façon littérale par Tadié et Aubert, est pratiquement narrativisé par Fernandez qui, de plus, crée un décalage de registre au niveau de see rendu par mirer. Cette dernière série d’observations illustre à la fois les aspects de l’équivalence analytique codifiable et des aspects du travail de réécriture plus ou moins justifiés, plus ou moins aboutis.

  • 6 Cf mon intervention au colloque Qu’est-ce que la traductologie? (Université d’Artois, mars 2003) : (...)

47J’espère avoir réussi à montrer que la notion de procédé est inadéquate pour rendre compte de la traduction, en raison de sa pauvreté conceptuelle et théorique. Je propose de lui substituer une analyse du travail réel ou supposé du traducteur dans le cadre d’unités de traductions dont les composantes formelles visibles ou invisibles dans le TD et le TA sont unies par une relation d’équivalence, ce qui suppose que l’on intègre la composante Ø dans la base et l’aboutissement. La notion d’équivalence demeure centrale et peut être explorée de façon systématique6, même si l’on est amené à examiner les limites de la systématicité de la traduction ; je m’explique brièvement sur ces deux points.

48On peut explorer une systématique de l’équivalence en travaillant à partir de grandes catégories telles que la paraphrase synonymique directe, ou traduction littérale, et la paraphrase synonymique indirecte où l’on peut dégager des schémas tels que celui de la relation hypero-hyponymique ou encore ceux qui caractérisent le traitement de grands schémas syntaxiques ou énonciatifs, des problèmes tels que la traduction des temps, etc. Mais à côté de cette systématique de la déduction ou du traitement rationnel, il ne faut pas négliger l’irrationnel, le sociolinguistique et le subjectif. Je m’explique : une partie du travail de traduction est créatif, il faut l’intégrer dans les analyses, pour tenter de l’explorer et éventuellement l’accepter comme tel ; une partie du travail de traduction est d’ordre sociolinguistique, l’individu est confronté alors à du donné plus ou moins impératif sur lequel on peut se demander s’il a prise, je pense en particulier aux idiomes, et il faut l’intégrer et l’explorer. Je dirai enfin la même chose de la subjectivité qui parfois se manifeste comme force d’opposition à la déductibilité et aux normes, c’est également un élément qu’il faut intégrer si l’on veut donner une idée juste et réaliste de la traduction.

49Enfin, ce qui me semble devoir caractériser la traductologie, c’est son acceptation d’un inévitable degré d’imprévisibilité de la traduction qui se manifestera par une plus grande modalisation d’un éventuel système d’équivalences auquel on pourrait aboutir par l’observation de corpus. Et surtout, ce système est inévitablement flanqué de ou adossé à l’exploration de deux composantes essentielles : l’herméneutique du texte de départ et la constitution du texte d’arrivée. L’objet de la traductologie n’est pas la langue, même si on peut profiter de la traduction pour étudier ou affiner sa perception des langues (et ceci est manifeste dans l’usage qui est fait de la traduction dans le cadre de l’enseignement de langues) ; l’objet de la traductologie n’est pas le langage mais la traduction, c’est-à-dire une activité de paraphrase synonymique interlinguistique dont la base est un texte, matière à interprétation, et dont l’objet est la reconstitution, donc l’écriture d’un texte équivalent pour un public d’une autre culture. Je conçois la traductologie comme une science d’observation intégrant des paramètres qui permettent de dessiner des repères fondamentaux indicatifs tels que les spécificités linguistiques et les caractéristiques des textes à traiter en tant que genres, mais une science qui intègre également des facteurs qui introduisent des variables telles que les conditions sociolinguistiques de production de la traduction, la subjectivité du traducteur au niveau de l’interprétation, des choix et des options de traduction, tout autant que celui de la créativité.

Haut de page

Bibliographie

Références 

Ballard, Michel, 1991, Éléments pour une didactique de la traduction, Thèse de doctorat d’état (sous la direction de Paul Bensimon), Université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

—, 1992, Le Commentaire de traduction anglaise, Paris, Nathan.

—, 1994 [1987], La Traduction de l’anglais au français, 2e édition, revue et corrigée, Paris, Nathan.

—, 2001, Le Nom propre en traduction, Paris, Ophrys.

Chuquet, Hélène et Paillard, Michel, 1987, Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys.

Delisle, Jean, 1993, La Traduction raisonnée, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa (coll. « Pédagogie de la traduction »).

Grellet, Françoise, 1991, Apprendre à traduire. Typologie d’exercices de traduction, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Hardin, Gérard et Picot, Cynthia, 1990, Translate. Initiation à la pratique de la traduction, Paris, Dunod.

Ladmiral, Jean-René, 1979, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot.

Van Hoof, Henri, 1989, Traduire l’anglais. Théorie et pratique, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Vinay, Jean-Paul et Darbelnet, Jean, 1966 [1958], Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier.

, 1995, Comparative Stylistics of French and English, trad.
J. C. Sager et M.-J. Hamel, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

Vreck, Françoise, 1992, ABC de la version anglaise, Paris, Longman France (coll. « Longman Université »).

Corpus

Joyce, James, 1992 [1914], Dubliners, with an introduction and notes by Terence Brown, Harmondsworth, Penguin.

1982 [1926], Gens de Dublin, trad. Yva Fernandez, Hélène du Pasquier, Jacques-Paul Raynaud, préface de Valéry Larbaud, Paris, Plon (Presses Pocket).

—, 1993 [1974], Dublinois, traduit de l’anglais par Jacques Aubert, Paris, Gallimard (Folio).

—, 1994, Gens de Dublin, trad. et édition Benoît Tadié, Paris, Flammarion (GF).

Murdoch, Iris, 1963 [1958], The Bell, Harmondsworth, Penguin.

—, 1985, Les Cloches, traduction française de Jérome Desseine, Paris, Gallimard (Folio).

Haut de page

Notes

1 C’est bien entendu à dessein que j’utilise cet hyperonyme peu apprécié des stylistes français.

2 Delisle définit le report en ces termes : « opération du processus cognitif de la traduction consistant à transférer tout simplement du TD dans le TA des éléments d’information (noms propres, nombres, dates, symboles, vocables monosémiques, etc.) qui ne nécessitent pas ou presque pas d’analyse interprétative » (Delisle, 1993 : 42). J’ai repris ce terme, en en exposant les avantages et en en discutant et en aménageant la définition, dans Le Nom propre en traduction (Ballard, 2001 : 16).

3 R. Jakobson, 1963, « Aspects linguistiques de la traduction », in Essais de linguistique générale, trad. Nicolas Ruwet, vol. 1, Paris, Éditions de minuit, p. 78-80.

4 S. Ullmann, 1952, Précis de sémantique française, Berne, A. Francke, p. 300, cité par Georges Mounin, 1963, Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, p. 43.

5 Françoise Vreck reprend cette terminologie dans son ABC de la version, mais sans doute consciente de la contradiction existant entre la définition de V&D et les exemples que j’incrimine ici, elle redéfinit la notion d’étoffement d’une façon assez personnelle : « Il consiste à exprimer dans une langue ce qui était implicite dans l’autre » (Vreck, 1992 : 100) et elle donne des exemples du même style que ceux de V&D : « I followed her : je suivis mon amie » (Vreck, 1992 : 103) que j’estime aussi dangereux pour la perception et l’analyse des problèmes.

6 Cf mon intervention au colloque Qu’est-ce que la traductologie? (Université d’Artois, mars 2003) : « La traductologie : science d’observation », à paraître aux Presses de l’Université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « À propos des procédés de traduction », Palimpsestes, Hors série | 2006, 113-130.

Référence électronique

Michel Ballard, « À propos des procédés de traduction », Palimpsestes [En ligne], Hors série | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/386 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.386

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Michel Ballard est professeur, docteur honoris causa de l’université de Genève ; sa thèse de doctorat d’état, Éléments pour une didactique de la traduction, a été préparée sous la direction de Paul Bensimon. Ses recherches portent sur la théorie de la traduction, la didactique, l’histoire de la traduction et de ses théories. Outre des articles et des éditions de collectifs, il a publié des ouvrages personnels dans ces domaines : De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions (Lille, PUL, 1992) ; Le Commentaire de traduction (Armand Colin, 2005) ; Les Faux amis (Paris, Ellipses, 1999), une édition revue, abrégée, avec des exercices (en collaboration avec C. Wecksteen) ; Les Faux amis en anglais (Ellipses, 2005) ; Le Nom propre en traduction (Paris, Ophrys, 2001) ; Versus (vol. 1) : repérages et paramètres (Paris, Ophrys, 2003) ; Versus (vol. 2) : des signes au texte (Paris, Ophrys, 2004).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals