Navigation – Plan du site

Traduction / Adaptation / Parodie. Traduire Alice en toute justice

Guy Leclercq

Texte intégral

1Pour les lecteurs des aventures d'Alice en langue anglaise, au plaisir de la découverte de ce qui jusque-là était ignoré, s'ajoute le plaisir de la rencontre du déjà-vu, du déjà-lu, du déjà-entendu. Les frères Tweedle, La Reine de Cœur ou Humpty Dumpty ne sont pas reçus comme le sont la Brebis, la Chenille ou le Faon. Les seconds sont des personnages nouveaux dont l'existence même était jusque-là ignorée, alors que les premiers sont des personnages retrouvés qui préexistent à leur apparition sur la route d'Alice. Lorsque la petite fille rencontre, comme par hasard (let's pretend), l'un de ces personnages déjà-là-ailleurs, il est chargé de toute une vie antérieure. Ce qui est nouveau, ce n'est pas le personnage, c'est sa présence à ce moment là, en cet endroit là ; c'est son apparition contre toute attente.

2Il est donc des personnages et des événements qui, lorsqu'ils apparaissent ou se produisent, ne font que re-venir, ou se re-produire. Ainsi, leur première évocation est d'une nouveauté trompeuse. A la première vue, au premier mot, ils sont riches de tout un réseau de connotations implicites. Alice fait à ses dépens, comme à sa grande joie, l'expérience de telles rencontres ; ses lecteurs en font de même. Partout et toujours, la résurgence de fragments de passé que l'on avait oubliés ou refoulés agit sur l'accueil que l'on fait à ce qui se présente.

  • 1  Pour une étude détaillée de « How doth the little crocodile » et quelques autres comptines parodiq (...)

3Dans les premiers temps de son périple sous terre, Alice est perturbée par le tour nouveau que prennent les choses. Pour tenter de répondre à la question première « qui suis-je ? » elle s'assure d'abord qu'elle n'est pas une autre, puis elle se pose quelques problèmes, à la solution éclairante ; elle se soumet ainsi à la triple épreuve des mathématiques, de la géographie et de la poésie. Cependant, bien qu'elle se mette en condition de succès en se tenant bien droite, les pieds joints et les mains croisées, comme lorsqu'elle récite ses leçons, « les mots ne viennent pas comme ils le font d'habitude » et le gentil poème qui chante les louanges de la petite abeille laborieuse se grime et se travestit pour vanter les exploits du petit crocodile dont le charme ravage les eaux du Nil1. Une deuxième tentative pour se re-trouver et se re-nommer se solde par le même échec. Avec la Chenille pour juge, Alice ne peut empêcher les mots de n'en faire qu'à leur tête, comme le constatera plus tard Humpty Dumpty. Si, dans le long poème qu'elle récite, le Père Guillaume reste lui-même, rien de ce qui fait son conflit avec le jeune homme n'est relaté normalement : « c'est faux du début à la fin », constate la Chenille avec grand mépris.

4Alice est ainsi sollicitée par le rappel de l'avant et de l'ailleurs comme par le travestissement du connu. Humpty Dumpty (connu) et le crocodile (travestissement) jouent le même rôle provocateur que la comptine de la Reine de Cœur (connu) et la ballade du Cavalier Blanc (travestissement). C'est à rendre cette double perception et les plaisirs qu'elle engendre que la traduction du récit des aventures d'Alice doit tendre. Que resterait-il de ces clins d'oeil à la mémoire collective dans une traduction qui mettrait en scène un crocodile séducteur grand amateur de petits poissons ou une reine de jeu de cartes en conflit avec un valet ? Où serait pour le lecteur francophone l'allusion à ce qu'il connait déjà ? Il n'y aurait plus alors de rappel, plus de retour, plus de rentrée, plus de réapparition. Dans l'absence de telles convocations d'un passé commun, le lecteur d'Alice en français ne peut que rester perplexe devant les réactions de la petite fille face à des faits ou des personnages qui font partie de son univers et dont lui est exclu. Il ne comprend pas, le lecteur français, il ne peut pas comprendre pourquoi l'œuf qui tient sur une étagère dans un équilibre précaire ne peut être que Humpty Dumpty en personne ; il ne comprend pas pourquoi Alice reconnait avec une quasi certitude les deux petits personnages rencontrés dans le bois comme étant Tweedledum et Tweedledee ; il ne comprend pas pourquoi Alice dit avoir déjà entendu un poème qui ressemblait fort à la chanson du Chapelier. H ne comprend pas ; tout est nouveau pour lui, tout lui parle dans l'instant ; le passé et l'ailleurs n'ont aucune présence. Il ne comprend pas : il ne suit pas Alice dans ses paroles ; il ne l'aime pas.

5La poésie et les poèmes étant au cœur d'Alice et dans le cœur de ses lecteurs, j'appuierai mon propos sur trois comptines ; on rencontrera ainsi successivement :

  •  un poème connu emprunté au folklore enfantin, collé sur le texte du récit des aventures d'Alice, dans le respect total de sa forme habituelle (Tweedledum and Twedledee) ;

  •  un poème connu prélevé dans le répertoire des textes didactiques et moralisateurs, dans un fragment travesti mais reconnaissable sous la parodie qui en est faite (Twinkle, twinkle, little star) ;

  •  un poème nouveau totalement original qu'Alice et ses lecteurs entendent donc pour la première fois (In winter, when the fields are white…).

6Les trois poèmes et les fragments de leur contexte décrits dans le cours de cet article seront accompagnés de la traduction que j'en propose, me soumettant aux contraintes nées de ces trois regards que je prends ici comme règle première. On trouvera en annexe quelques traductions de ces mêmes poèmes choisies dans la vingtaine de versions intégrales des « livres d'Alice » publiées à ce jour.

7A la lisière d'une clairière du bois-sans-nom, Alice rencontre deux petits personnages replets qui croisent pour la première fois son chemin. Cependant, son premier étonnement surmonté, elle nomme sans hésiter ses nouveaux interlocuteurs, […] in another moment she recovered herself feeling sure that they must be TWEEDLEDUM AND TWEEDLEDEE. Puis, après s'être assurée que leur nom était bien brodé, partie commune sur le devant de leur col et partie personnelle sur le derrière, elle se surprend à réciter, sans l'avoir désiré, ni même y avoir été invitée, le poème qui met (précisément) en scène les deux frères. Les paroles s'enchaînent, le rythme s'impose et la comptine sonne à ses oreilles avec la régularité du tic-tac d'une horloge, (The words of the old song kept ringing through and through her head like the ticking of a clock) :

Tweedledum and Tweedledee
Agreed to have a battle ;
For Tweedledum said Tweedledee
Had spoilt his nice new rattle.

Just then flew down a monstrous crow.
As black as a tar-barrel ;
Which frightened both the heroes so,
They quite forgot their quarrel.

8Donc Alice connait Tweedledum et Tweedledee avant même de faire leur connaissance. Les deux frères préexistent à leur entrée dans le monde que parcourt Alice – et que les lecteurs anglophones de ses aventures parcourent avec elle – car le texte qui a fait naître Dum et Dee préexiste au texte qui a fait naître Alice. Depuis près d'un siècle il figure en bonne place dans tous les recueils de « nursery rhymes », ces courts poèmes pour rire et pour pleurer tant aimés des (petits) enfants de l'Angleterre victorienne.

  • 2  Sur les citations, emprunts et collages, voir : REVUE D'ESTHÉTIQUE. « Collages », n° 3/4, 1978. SC (...)

9Les deux quatrains empruntés au folklore des enfants sont ici collés dans leur intégralité et leur totale intégrité2. Mais ce collage n'est pas un simple plaquage qui juxtaposerait des éléments étrangers. Au contraire, il s'intègre dans le texte d'accueil, il rayonne et le marque de part en part de son empreinte. Dans le même temps que lés héros de la chansonnette qu'il introduit se font chair, leur querelle et leur amour-haine éclatent devant les yeux d'Alice. Dum et Dee entrent dans le monde d'Alice et Alice entre dans le monde de Dum et Dee. Le monde de la comptine et le monde de la petite fille se rejoignent et coexistent, l'un dans l'autre, l'autre dans l'un.

10Ponctuels et instantanés ou récurrents et exploités, les moments de ces rencontres sont autant d'échos lourds de sens et de signifiance (voir Annexe 1). Ils peuvent être ponctuels ; ils sont alors simples et consistent en une reprise occasionnelle : un élément unique est extrait du poème et repris dans sa nudité, sans complément ni ajout d'aucune sorte (black, qui qualifie le corbeau, frightened, qui dit l'humeur de Tweedledum), ou sont composés (monstrous crow) et complexes (you agree to have a battle). Les échos peuvent également être exploités, la reprise est alors filée (nice new rattle) ; le jeu est dans le jeu, le jeu engendre le jeu.

11Nice… new… rattle, chacun de ces trois termes accolés dans la comptine est repris et exploité dans le texte d'accueil, parfois isolément, parfois en couple et parfois dans une série qui reprend l'ordre initial. Enfin, se joignant à ces échos manifestes, une reprise déguisée, dissimulée, codée, (dans le droit fil des comptines ludiques) complète l'entrelacs de ces liens multiples et variés.

  • 3  Je fais ici allusion à l'un des célèbres aphorismes de la Duchesse : Take care of the sense and th (...)

12Alice, précise, pour apaiser Tweedledum, que l'objet qui gît à terre n'est qu'une crécelle (rattle), et non pas un serpent à sonnette (rattle-snake), – confondant dans le même jugement la chose et le nom3, mais l'argument n'est pas écouté et Dum réitère ses récriminations. La crécelle maintenant détériorée était neuve, elle était neuve et belle (his/my nice new rattle). Le ton monte, l'intonation se fait tranchée, la diction est hachée. L'échange aigre-doux s'intensifie ; le nom de l'objet du litige est une balle que l'on se renvoie, chaque reprise, chaque coup est marqué d'un terme qui lui donne sa force ou son effet (old/not old/new rattle). L'échange se termine sur un mot lancé par Dum ; coup plus violent que les autres, ce coup décisif qui donne le point à Dum est asséné avec une détermination calculée et progressive, comme l'indique l'emphase croissante des caractères typographiques qui marque la reprise en coda des trois termes qui disent l'objet incriminé (nice < NEW > RATTLE)

A. […] an old rattle – quite old and
broken. (…) an old rattle.
Tm. […] it isn't old ! […] it's new […]
my nice NEW RATTLE

13Cette même paire de contraires (new / not new) et de contradictoires (new / old) sert de support à un autre écho, la reprise étant cette fois masquée. Par un homonyme parfait (new / knew), Tweedledum maintient et confirme sa position, il ne se renie pas, au contraire, il s'entête sans toutefois s'exposer ouvertement à une rebuffade ; il dit sans avoir l'air de dire,

14Tweedledum parle un langage codé où le sens est dans le son, adoptant en cela une position inverse de celle préconisée par la Duchesse pour qui l'essen ce c'est le sens, les sons étant bien assez grands pour être laissés à eux-mêmes. Dum rejoint ici les usagers de la parole à double-sens dont le discours trouble tant Alice : le Moucheron, le Lys Tigré, sans oublier le Griffon, ce grand maître de la parole ambiguë.

15Tweedledum ne peut rien faire que Tweedledee ne fasse à son tour ; les deux frères se complètent dans l'approbation (ditto) comme dans la contradiction (nohow… contrariwise). Que Dum exploite les richesses cachées des homophones, Dee s'empresse de suivre dans la voie tracée ; la démarche est identique et dans le même temps elle est distincte ; le jeu de Dum est déguisé (new / knew) celui de Dee l'est également … jusqu'au moment où le déguisement tombe pour faire place à une exploitation ouverte de ce qui n'était que suggéré (would/ wood). Dans l'intervalle délimité par les deux facéties verbales de Dee (homophonie masquée, homophonie dévoilée), Alice entre (ingénue-ment ?) dans le jeu ;

16[N.B. : Dans les quatre exemples qui suivent, c'est moi qui souligne « would, wood » et « could »].

Dee. « If it was so, it might be ; and if it were it would be ; but as it isn't, it ain't. That's logic. »
A. « I was thinking, » Alice said very politely « which is the best way to get out of this wood : it's getting so dark. Would you tell me please ? »

17Ainsi, dans son raisonnement sophistiqué, Dee introduit l'élément du jeu qu'il met en série, le faisant suivre et précéder de termes de même nature ; puis Alice entre dans le jeu, reprenant le mot-clé pour l'exploiter à des fins personnelles. L'emploi consécutif qu'elle fait des deux formes graphiques de /wud/ est souligné quelques instants plus tard, avant que Dee ne récite la complainte du Morse et du Charpentier, lorsque par deux fois elle réitère sa demande – la seconde requête, rendue encore plus implorante par l'introduction de please et first, étant interrompue avant que le mot qui fait jeu n'ait été prononcé.

« Would you tell me which road leads out of the wood […] would you please tell me first which road – »

18Mais le jeu ne s'arrête pas là, car cette confrontation ludique qu'Alice fait innocemment (?) n'est qu'un rappel de la remarque que le Moucheron avait osée d'une faible voix entrecoupée de soupirs après qu'Alice ait une première fois exprimé son désir de sortir du bois,

« […] I was in the wood just now – and I wish I could get out of there !»
« You might make a joke on that, » said the little voice close to her ear,
« something about 'you would if you could'you know. »

19A son tour, ce jeu préalable et prétexte au jeu appuyé de Tweedledee n'est que le rappel d'un type de jeu fréquent dans les « nursery rhymes », comme l'atteste cette comptine contre laquelle il n'est pas de petit enfant qui n'ait buté, tant le plaisir est grand de voir tourner en dérision les difficultés de cette langue que les (grands) éducateurs s'efforcent d'enseigner aux (petits) enfants ;

I would, if I could,
If I couldn't could I ?
I couldn't, without I could, could I ?
Could you without you could, could ye ? could ye
Could you, without you could, could ye ?

20Le seul chapitre VII, consacré aux frères Tweedle, établit un triple lien avec le folklore poétique enfantin : avec la comptine prélevée et collée telle quelle (Tweedledum and Tweedledee) et la comptine de référence prétexte à jeu de mots et de sons (I would if I could), une troisième, comptine est évoquée par son seul premier vers :

« But it certainly was funny, […] to find myself singing 'here we go round the mulberry bush'»

21Le premier vers suffit à la re-connaissance du petit poème dans son entier : Alice sait de quoi elle parle, sa grande sœur, à qui elle s'adresse, le sait aussi comme le savent tous les lecteurs anglophones du récit de ces aventures. Ce vers n'est que le rappel d'une connaissance commune partagée par tous – comment le traducteur pourrait-il méconnaître cette sollicitation de la mémoire collective ?

22Si l'on admet que les références (explicites comme implicites) et les allusions de toute nature sont autant de marques étroitement liées au texte qui font sens pour les lecteurs anglophones, une traduction de ce chapitre ne peut alors se concevoir que dans le respect des différentes reprises et exploitations des fragments de la comptine centrale qui, elle-même, renvoie à un ailleurs commun à tous. Dans une telle traduction, les citations de cet ailleurs et de sa trace visible sont ainsi maintenues et rendues coup pour coup, trait pour trait, allusion pour allusion. C'est ce rapport complexe, ce sont ces liens étroits et entrelacés qu'il convient donc alors de maintenir. La mise en regard ci-dessous des principaux fragments qui appartiennent à la fois à la comptine et à son texte d'accueil ne fait que lever le voile sur ces jeux de connaissance-reconnaissance, d'abord dans le texte anglais puis dans la traduction que j'en propose.

23  

COMPTINE

TEXTE D'ACCUEIL

Agreed to have a battle

Of course you agree to have a battle

Had spoilt his nice new rattle

it's spoilt of course [...] my nice new rattle

Just then flew down a monstrous crow

I wish the monstrous crow would come

24  

COMPTINE

TEXTE D'ACCUEIL

S'assènent tous deux beaucoup de coups

Tu approuves comme il se doit que l'on se donne beaucoup de coups

A tout cassé son beau joujou

et bien entendu il est tout cassé (...) mon tout beau joujou

Mais un corbeau, ciel qu'il est gros, Plonge du ciel [...]

J'aimerais tant que le gros corbeau fonde du ciel

25De la même manière, l'exploitation par Alice du nom de l'objet du litige reposera dans l'un et l'autre cas sur un jeu de langue : homonyme expansé ici (rattle / rattle-snake), séquence ébauchée d'une série figée là (joujou … pou … hibou …).

26Le jeune lecteur francophone des aventures d'Alice, encore tout imprégné des listes d'irrégularités et autres « exceptions qui confirment la règle » dont est riche l'apprentissage de l'orthographe, ne peut que compléter la nomenclature de cette suite de pluriels irréguliers, dont les éléments sont liés les uns aux autres … comme le sont les paroles d'une comptine : joujou, pou, hibou, genou, chou, caillou. »

27Enfin, dans le même respect de ces sollicitations de la mémoire collective, la référence à la comptine évoquée par son seul premier vers (here we go down the mulberry bush) parlera au lecteur francophone comme elle parle au lecteur anglophone si tous deux sont interpellés par une comptine au rythme fortement marqué et dont la réalisation s'accompagne d'un langage corporel tout aussi soutenu. Ainsi, j'ai descendu dans mon jardin, qui s'accompagne d'une ronde, ou scions, scions du bois, inséparable de jeux de mains, rempliront-ils ce rôle de ce côté-ci de la Manche.

28Après ces quelques remarques sur les principaux échos entre la comptine et son texte d'accueil, venons-en au poème lui-même. Un mot sur le rythme d'abord : les deux quatrains français que je propose font alterner syllabes accentuées et syllabes inaccentuées avec la régularité du tic-tac d'une pendule, répondant ainsi à l'impression ressentie par Alice

La – rí don – daine – La – rí don – dón
Se – sónt do – nnés – beau – cóup de – cóups

  • 4  Sur le rythme des comptines de langue française, voir la contribution de F. Guibat en recueil prés (...)
  • 5  Ce it, ce chat montré du doigt les comptines d'élimination offre un exemple de ces retenues qui po (...)

29La forme souligne ce que le fond exprime et la forme exprime ce que le fond souligne (la Duchesse pourrait y perdre son latin). Le rythme binaire qui marque les temps de la diction4 marque aussi les coups régulièrement et équitablement distribués par les héros ; il marque les points de ce combat singulier. Celui des deux protagonistes sur lequel tombera la dernière syllabe, le dernier coup, sortira du jeu ; il sera exclu, ou au contraire, il sera élu. Dans l'un comme dans l'autre des cas, il sera désigné, choisi, nommé ; il sera it, il s'y collera, il sera le chat…5

30Une dernière remarque enfin sur le nom même des personnages. Le chapitre III de Through the Looking-Glass se termine sur feeling sure that they must be sans aucune marque de ponctuation finale ; le chapitre IV porte comme titre, écrit en caractères majuscules TWEE-DLEDUM AND TWEEDLEDEE. Cette complémentarité se double d'une identité dans le nombre des syllabes (sept pour chacun des fragments) et d'une assonance pour la dernière (be – dee). Ne peut-on alors considérer ces deux fragments comme formant un distique introductif aux deux quatrains de la comptine – qui comptent eux aussi sept pieds ?

31Partant de cette volonté de faire parler et de faire sonner les noms propres en français comme ils parlent et comme ils sonnent en anglais, la traduction des noms, cette pure traduction de l'être (dis-moi comment tu te nommes, je te dirai qui tu es) se donnera pour raison première de maintenir la nature double (doublement double) et bruyante des deux frères. Leurs noms, visiblement sécables, sont marqués par la double paire de plosives (/t//d/).

32La réalité sonore des noms ne s'arrête pas à cette première constatation ; car leur connotation bruyante est double. Tweedle, la moitié commune, évoque un son nasillard et tenu, doublé par la paire dee dum qui marque les deux temps d'un rythme binaire par la succession d'un bruit faible et d'un bruit fort, léger et lourd, aigu et sourd. Comment dans les noms français ne pas tenter de rendre ce bruitage binaire doublement scandé ? Comment ne pas tenter de rendre visuellement la rondeur des deux petits personnages dodus ? C'est à ces deux injonctions, que je me suis soumis en faisant de Laridondaine et Laridondon les héros de cette fausse comptine aux allures de vraie comptine.

33Les noms français que je propose répondent aux deux caractères reconnus des noms anglais : leur composition double et les échos consonantiques internes qu'ils font naître ; ils permettent ainsi un découpage dans le maintien d'un premier élément commun et d'un second à la fois semblable et différent

Tweedledum  Tweedledee
Laridondaine   Laridondon

34Coquetterie aux allures carrolliennes (ou illustration de cette tendance fâcheuse du traducteur à en faire trop) les noms français des deux frères se soumettent à un double découpage : le premier fragment étant soit manifestement donné comme nom à l'apparence anglo-saxonne (Lari), soit déjà allusif au monde de la ritournelle (Laridon) ; le second fragment renvoyant soit à un refrain typique des comptines et chansonnettes (dondaine / dondon), soit à un rythme binaire scandé et sonore évoquant le son d'une cloche (daine / don).

35A la vraie comptine anglaise répondra donc dans la traduction que je propose cette vraie-fausse comptine française ; (vrai) passeport vers de (fausses) contrées inconnues (voir Annexe 2).

Laridondon, Laridondaine
s'assènent tous deux beaucoup de coups,
C'est que Dondon dit que Dondaine
A tout cassé son beau joujou.

Mais un corbeau, ciel qu'il est gros,
Il est tout noir, fini l'espoir,
Il plonge du ciel sur les héros ;
Et c'est la fin de leur histoire.

  • 6  Lors d'une réunion du groupe de recherche de l'U.F.R. d'Études Anglo-Américaines de l'Université d (...)
  • 7  La chanson du Chapelier est une parodie de la première strophe du célèbre poème (célèbre dans l'An (...)

36Au cours de ce thé fou6 pris-non pris dans une clairière du bois où Alice s'est fourvoyée à la poursuite du Lapin Blanc, le Chapelier, l'un des trois compères attablés, chante la chanson qui fut la cause de sa brouille avec le temps et de l'obstination de celui-ci à s'en tenir à cinq heures de l'après-midi. Bien qu'Alice ne le mentionne pas explicitement, elle ne peut pas ne pas éprouver à l'écoute de ces quelques vers une impression de déjà-entendu, car, pas plus que les lecteurs de ses aventures, elle n'ignore la première strophe du poème parodié, tant le maquillage est grossier. En effet, le parodié se dévoile largement sous la parodie qui ne repose que sur quatre modifications ponctuelles dans le maintien total de la chaîne syntaxique, les altérations ne portant que sur une expansion avec changement de valeur du verbe (you are/you're at), et trois substitutions dont deux sont lexica les (star/bat, diamond/tea-tray) et une implique une recatégorisation grammaticale (so high/you fly), comme le montre la juxtaposition ci-dessous où le vers parodique suit immédiatement le vers parodié7 :

37Contrairement au poème de Tweedledum et Tweedledee qui est collé sur le texte d'accueil, la chanson du Chapelier est un collage travesti. Mais dans un cas comme dans l'autre, le poème et son contexte sont reliés entre-eux.

38Attachons-nous ici à deux liens dans cet entrelacs : l'un appartenant au texte parodié (twinkle), l'autre au texte parodique (tea-tray). Twinkle, qui est à l'attaque des deux poèmes est redoublé et mis en apposition à un groupe rival de même nature (little star / bat), rappelle une remarque du Chapelier évoquant le mouvement des aiguilles sur le cadran de l'horloge (and round goes the clock in a twinkling !) ; la ronde des aiguilles rejoint le vol de la chauve-souris, à travers une action empruntée à l'étoile.

39Tea-tray n'apparaît pas dans sa forme composée hors du poème ; par contre, le thé y est constamment présent (tea : mais aussi tea-party, tea-things, tea-pot, tea-spoon). C'est encore le thé qui sera le signe distinctif du Chapelier lorsque celui-ci entrera de nouveau en scène pour déposer au procès du Valet de Cœur. Evoquant quelques événements « importants-inimportants », (comme le constate le Roi de Cœur dans un moment de grande confusion) le malheureux témoin rappelle que le scintillement du thé (the twinkling of the tea) est la cause première de tous les dérèglements dont il est victime ; d'où cet échange entre le roi courroucé et son sujet apeuré (voir annexe 2)

H. « I'm a poor man, your Majesty, »[(…] « and,
I hadn't begun my tea […] and what with
the bread-and-butter getting so thin – and
the twinkling of the tea – »
K « The twinkling of what ? » […]
H. « It began with the tea, » […]
K. « Of course twinkling begins with a T ! » […]
H. « I'm a poor man, »(…) « and most of the things twinkled after that – » […]

40Cet écho à distance (à cinq chapitres de distance – ch. VII vs ch. XII) témoigne à son tour des rapports étroits qu'entretiennent tea et twinkle d'une part, et du lien que la paire entretient avec le poème et son contexte d'autre part ; ce rôle privilégié étant à opposer au rôle non marqué que joue bat, l'un des deux termes de substitution avec tea-tray. Le jeu triangulaire ainsi mis en évidence (tea / twinkle / T) éclaire à son tour d'un jour nouveau les caprices de la majuscule qui marque, ou ne marque pas, le terme qui est au centre de ce dialogue de fous et de sourds qu'entretiennent les différents participants à ce thé impossible : time et Time. Soit donc le court échange entre Alice et le Chapelier sur l'origine du conflit et les responsabilités de la Reine de Cœur dans la mesure finale – décision hors mesure s'il en est, la peine capitale punissant une simple entorse à la mesure ! – (He is murdering the time, off with his head !). Donc, dans ce court passage, time, sans majuscule, est employé trois fois par Alice ou la Reine et deux fois par le Chapelier, alors que Time, avec majuscule, est évoqué trois fois par ce même Chapelier. L'alternance T/t trouvant une réplique dans l'alternance pronom masculin / pronom neutre (If you knew Time as well as I do, said the Hatter, you wouldn't talk of wasting it, it's him.)

41Il semble difficile d'envisager une traduction de la chanson du Chapelier qui fasse l'économie de ces quelques liens et échos entre le poème et son contexte, rapproché ou éloigné. Le texte en anglais se caractérise, rappelons-le, par :

42— sa nature parodique : le poème parodié étant immédiatement recon-naissable sous le travestissement qui en cache quelques fragments ;

43— son double lien avec le contexte proche (twinkle / twinkling et tea-tray / tea-party, tea-pot, tea-spoon, tea-things, tea) ainsi qu'avec le contexte éloigné (ch. VII / ch. XII) ;

44— ses jeux graphiques et homophoniques (Time / time, him / it / tea / T).

45En me donnant une nouvelle fois pour règle de respecter toutes les marques et tous les échos qui caractérisent, qui lient et qui relient les différents moments du texte, je traduirai la comptine et ses rappels en m'attachant particulièrement à obéir à trois contraintes : — maintenir les liens avec le contexte proche,

46comme avec le contexte éloigné,

C. « Je suis un pauvre homme, Majesté, » […]
et je n'avais pas encore commencé à prendre
mon thé […] et que dire de la minceur des
tartines beurrées … et du thé qui clignait… […] »
R. « Qu'est-ce qui clignait ? […] »
C. « Tout a commencé avec le thé, […] »
R. « C'est évident, tout commence par un T,
comme clignait finit par un T. »
C. « Je suis un pauvre homme, » […] « et juste
après celà, la plupart des objets se sont mis
à cligner … […]

47— respecter les jeux homophoniques (tea / T), en les doublant de l'opposition animé / inanimé (Time / time, him / it).

« Si vous connaissiez le Temps aussi intimement que moi, dit le Chapelier-Toqué, vous ne parleriez pas de le perdre comme on perd une chose, c'est quelqu'un, vous savez. »

  • 8  J'ai renoncé à donner la langue d'Alice au chat ; mais je ne renonce pas au plaisir d'offrir à la (...)

48— enfin la chanson du Chapelier sera parodique, la comptine moquée, à la fois comptine et formulette d'élimination transparaissant sous sa version déguisée par le maintien de quelques repères évocateurs8 ;

Tu clignes, tu mouilles,
Que fais-tu petite grenouille !
Tu clignes, et voles au vent,
Comme une tasse à thé dansant !
N. B. Le lecteur de ces quelques pages aura reconnu ce classique des cours de récréation et autres terrains de jeux :
Il pleut, il mouille,
C'est la fête à la grenouille,
Il pleut, il fait beau temps,
C'est la fête au paysan !

  • 9  Alice médusée … Voilà donc une nouvelle identité assumée par la petite exploratrice de ces étrange (...)

49La comptine de Tweedledum et Tweedledee est un collage pur, la chanson du Chapelier est un emprunt travesti et le poème de Humpty Dumpty est une création originale qui semble ne rien devoir au folklore enfantin. Ce long drame en vers que l'œuf savant déclare avec fierté avoir composé pour le seul plaisir d'Alice, (it was written entirely for your amusement) se présente au premier abord sous une double identité où le « je » de la prose dément ce que le « je » du poème déclare, (I sing it for your delight / only I don't sing it) ; chose et non-chose dans le même temps, un peu à la manière de ces non-anniversaires (unbirthday) dont Humpty Dumpty vante les avantages à une Alice, médusée9 :

'In winter, when the fields are white,
I sing this song for your delight –
'In spring, when the woods are getting green,
I'll try and tell you what I mean.
'In summer, when the days are long,
Perhaps you'll understand my song :
In autumn, when the leaves are brown,
Take pen and ink and write it down. '
'I sent a message to the fish :
I told them « This is what I wish. »
The little fishes of the sea,
They sent an answer back to me.
The little fishes'answer was
" We cannot do it, Sir, because – " '
'I sent to them again to say
"It will be better to obey. "
The fishes answered with a grin, "
Why, what a temper you are in ! "
I told them once, I told them twice ;
They would not listen to advice.
I took a kettle large and new,
Fit for the deed I had to do.
My heart went hop, my heart went thump
I filled the kettle at the pump.
Then some one came to me and said
" The little fishes are in bed. "
I said to him, I said it plain,
" Then you must wake them up again. "
I said it very loud and clear ;
I went and shouted in his ear.'
'But he was very stiff and proud ;
He said " You needn't shout so loud ! "
And he was very proud and stiff ;
He said " I'd go and wake them, if – "
I took a corkscrew from the shelf :
I went to wake them up myself.
And when I found the door was locked,
I pulled and pushed and kicked and knocked.
And when I found the door was shut,
I tried to turn the handle, but –.

50Donc, In winter… n'est pas une vraie chanson (car elle n'est pas chantée) ; ce qu'Alice voit bien (façon de parler – façon de parler qui fait l'admiration de Humpty Dumpty qui pourtant en a vu et entendu, des choses et des mots !)

« […] only I don't sing it, » he added, as an explantion.
« I see you don't, " said Alice.
« If you can see whether I'm singing or not,
you've sharper eyes than most, » […].

51In winter… n'est pas une chanson, c'est une presque chanson, tant le rythme et la scansion y sont réguliers et répétitifs, créant une mélopée lancinante qui semble ne pas devoir se terminer – qui ne se termine d'ailleurs pas, le narrateur-acteur mettant un terme à sa longue narration de manière fort soudaine, ne faisant suivre le mot suspendu que d'un long silence ; cet arrêt brutal de la parole, cette coupure du souffle étant aussi plein de sens que ce qui le précède et lui donne naissance.

I tried to turn the handle but –
There was a long pause.
« Is that all ? » Alice timidly asked.
« That's all, » said Humpty Dumpty, "Good-bye".

52L'ambiguïté du poème de Humpty Dumpty ne s'arrête pas à sa double identité, elle tient également à son triple découpage. En effet, à la succession des vingt distiques qui se donnent immédiatement à voir et à entendre, se superpose un second découpage dont les moments sont marqués par les interventions intempestives d'Alice et de Humpty Dumpty lui-même, puis un troisième, donné par le thème de l'épopée (préambule, genèse du conflit, expédition punitive) ; soit, dans le même temps, vingt strophes de deux vers, six strophes de deux, deux, quatre, six, seize et dix vers et enfin trois strophes de huit, douze et vingt vers.

53Sans aborder ici l'étude systématique du poème, quelques remarques sur la forme permettront de montrer différentes manifestations d'une grande rigueur dans la structure générale de cet ensemble de quarante vers :

54— les vers sont couplés en vingt distiques séparés par un blanc et marqués par une ponctuation qui souligne la succession des vingt petites unités : seize distiques correspondent à une phrase et se terminent par un point (douze), par un tiret (quatre) ou par un point d'exclamation (deux) ; une seule phrase est formée de quatre vers et se termine elle aussi par un point, les deux distiques qui la composent étant séparés par deux points.

  •  chacun des quarante vers compte huit pieds à quatre accents forts dans la succession faible-fort ;

  •  les rimes sont plates (a-a, b-b, c-c …) aucune n'est reprise et quatorze portent sur un monosyllabe ; toutes les rimes sont riches ou suffisantes à l'exception d'une qui repose sur un à-peu-près phonique (shelf I myself).

55Contrairement aux deux poèmes précédents qui sont empruntés à un corpus extérieur mais qui entretiennent des liens étroits avec leur contexte d'accueil, le poème de Humpty Dumpty, qui est en tous points original, n'est en rien rattaché à son contexte proche. Ce n'est qu'après qu'Alice a assisté au combat du Lion et de la Licorne et qu'elle a accompagné quelques moments le Cavalier Blanc dans son errance, que les deux Reines évoqueront devant elle un moment de la tragique histoire des petits poissons (ch IX).

W.Q. « Humpty Dumpty saw it too » […] « He came
to the door with a corkscrew in his hand —
R.Q. « What did he want ? » […]
W.Q. « He said he would come in, » […]« because
he was looking for a hippopotamus » […]
A. « I know what he came for, » […] « he wanted
to punish the fish because — »

56ce court échange compte donc trois échos ponctuels : l'identité des victimes (the fishes), la nature de l'objet dont se saisit le justicier pour exécuter la sanction (corkscrew) et la cause, qui reste inconnue, de la terrible décision (because) il est également marqué par deux suspensions brutales du récit, la Reine Blanche (in his hand –) comme Alice (because –) n'allant pas au bout de leur parole.

57Par contre, In winter … est riche de nombreux échos internes qui créent tout un réseau de rappels et de renvois à l'intérieur même du récit. Ainsi, si l'on ne considère que le corps du poème, en excluant les quatre premiers et les cinq derniers distiques qui présentent un autre type de relations plus étroites encore que l'on regardera plus loin, les vingt-deux vers centraux comptent trois groupes d'échos qui totalisent vingt-quatre occurrences lexicales et trois reprises grammaticales :

  •  des échos ponctuels, noms, adjectifs ou verbes (shout X 2, kettle X 2, answer X 3, fishes X 5 dont little fishes X 3)

  •  des reprises de groupes sujet-verbe, dans tous les cas un pronom personnel et un verbe d'action monosyllabique (I took X 2, I went X 2, I try X 2, I/they went X 3, I/he said X 5)

  •  enfin, trois parallélismes qui imposent leurs jeux à l'intérieur d'un même vers ou entre deux vers,

58Dans les deux premiers exemples la seule marque d'opposition est une alternance des termes en fin d'hémistiches, dans le troisième, elle tient à une alternance en début de vers et à une permutation créant un chiasme en fin de vers.

59Ces différents échos déjà alourdis en parallélismes ponctuels dans les derniers exemples évoqués trouvent leur paroxysme dans les distiques d'entrée et de conclusion du poème.

60— Le premier vers de chacun des quatre distiques du préambule offre un cas exemplaire de reprise massive : dans une structure syntaxique identique, trois substitutions lexicales sont opérées ; ces marques d'identité quatre fois répétées se complétant dans un cas d'une double opposition (la deuxième reprise supprime le déterminant devant le nom et utilise une forme verbale complexe).

61  

In winter

when

the fields are

white

« spring

« 

Ø woods « 

getting green

« Summer

« 

« days « 

long

« Automn

« 

« leaves « 

brown

62Mais ce sont les cinq derniers vers qui présentent les échos et les parallélismes les plus massifs. Je les rappellerai ici par un simple tableau qui souligne les rapports étroits qui unissent deux à deux les quatre premiers et les quatre derniers vers, donnant au distique central un caractère et un rôle à part : ses deux vers étant reliés l'un à l'autre par leur attaque et leur section rimante ;

63Autant d'échos qui se répondent à l'intérieur d'un cadre aux limites étroitement dessinées,

64Le dernier mot répond au premier mot (but … but) ; la boucle est bouclée ; le cercle est refermé ; l'œuf replet est satisfait.

65Je ne m'en tiens ici, dans ce regard rapide porté à la chanson de Humpty Dumpty, qu'à quelques remarques propres à éclairer mon propos. Je n'entreprends donc pas une étude totale de poème qui ne pourrait faire l'économie de l'étude de la syntaxe, de la morphologie ni de la phonétique. Les assonances et allitérations, par exemple, qui contribuent à donner au poème son allure et son aire de comptine qu'exploite Humpty Dumpty avec la jouissance que l'on sait. Une analyse totale ne pourrait non plus ignorer la ponctuation et ses fluctuations dans le respect et le non-respect de la norme ; elle ne pourrait plus ignorer la présence-absence de majuscules.

66Un seul exemple montrera ici le rôle et la richesse de telles contraintes.

The little fishes'answer was
« We cannot do it, Sir, because – »

67le lecteur de la pseudo-chanson (qui est dans le même temps son auditeur) voit (et entend) ce Sir à la fois isolé par deux virgules (et par deux courts silences) et marqué par une majuscule (et une emphase dans la diction). Le lecteur-auditeur est ainsi renvoyé à cet autre « sir » donné, dans un autre poème,

« Such a trial, dear sir,
With no jury or judge, […] »

68et les poissons rejoignent la Souris. Alice, qui, une première fois au sortir de la mare de larmes, à été le témoin impuissant de l'enchaînement des faits à la logique inexorable, sait au fond d'elle-même que le sort des poissons est lui aussi décidé avec la même rigueur implacable. Elle sait, parce que sa mémoire le lui rappelle, qu'à l'instant précis où ils ont prononcé le nom de leur interlocuteur et juge de la manière que l'on sait (,Sir, /,dear sir) les petits poissons de la mer rejoignent la souris rencontrée au logis dans la cohorte des victimes par nature. Alice sait cela, les lecteurs de ses aventures le savent également ; mais si cette pré-connaissance est donnée pour les uns (les lecteurs anglophones) il revient au traducteur, ce lecteur privilégié, de faire en sorte qu'elle soit également donnée aux autres (les lecteurs non-anglophones).

69La régularité rythmique constitue, je pense l'avoir montré, l'essence même de la chanson de Humpty Dumpty en lui donnant son apparence et son aire de comptine, en faisant d'un poème original un poème en tous points comparables à ces petites pièces qui composent le florilège de Mother Goose. Quelques remarques sur l'un de ces vers fortement balancés relevés plus haut permettront une nouvelle fois de montrer l'importance et le rôle de l'écho, même (surtout) lorsqu'il se manifeste entre des éléments éloignés dans le texte. Soit :

My heart went hop, my heart went thump

70Ce vers est déjà remarquable par l'écho interne qui le compose ; les deux hémistiches égales ne se distinguant que par l'alternance de leurs derniers termes qui tous deux appartiennent à la même catégorie grammaticale (hop / thump). Il l'est également par la composante sonore dans le sens de ces deux termes. Les mondes d'Alice sont pleins de bruits et de frayeur et, si l'on a souvent porté une grande attention aux peurs de la petite fille et à ce qui les provoque, on a négligé, voire ignoré les bruits et les sons dont ces contrées retentissent

71Hop et thump, bien que proches l'un de l'autre dans plusieurs champs n'ont pas la même charge de sens ; car si hop n'apparaît qu'une fois dans les deux livres d'Alice, il n'en est pas de même pour thump qui compte quatre occurences, une dans W et trois dans T.L.G.

Suddenly, thump ! thump ! down she came upon a heap of sticks and dry leaves

— « She's coming ! » cried the Larkspur, I hear her footsteps, thump, thump, along the gravel walk

— My heart went hop, my heart went thump I filled the kettle at the pump

— I cried « Come, tell me how you live ! And thumped him on the head. »

72Ces quatre emplois de thump comptent trois formes nominales et adjectivales et une forme verbale. Notons également que si ce dernier emploi est suivi d'un double complément, et que le troisième est rejeté et mis en parallèle avec un terme dont il constitue le complément sémantique, les deux premiers sont mis redoublés et mis en position incise,

thump ! thump !

thump, thump,

… hop … thump

thumped him on the head

73Ainsi un lien est affirmé entre le bruit que fait un corps tombant sur des branchages secs, des pas qui se rapprochent sur une allée recouverte de gravillons, les battements d'un cœur en proie à la passion et les coups violents assenés sur une tête. Tous ces actes sont distincts et de nature différente, parfois même contradictoire ; et cependant, tous sont accompagnés du même bruit Comment cette identité dans la distinction pourrait-elle être négligée par le traducteur ? Comment ne serait-elle pas prise au contraire pour essentielle ? C'est donc rendre cet écho sonore que renvoyer le battement de cœur à la chute d'Alice, au bruit de pas de la Reine et aux coups portés sur la tête du très très vieux monsieur :

74Je propose donc pour ce même bruit aux diverses occurrences :

— Tout à coup, crac ! crac ! elle atterrit sur un tas de branchages et de feuilles mortes

— « Elle arrive ! » cria le Pied d'Alouette, « crac, crac,
J'entends son pas sur le gravier de l'allée »

— Mon cœur fait crac et tchac aussi
Le pot s'emplit à l'eau du puits

— Et je lui crie « Allons, dis-moi de quoi tu vis
Et mon poing frappe et mes doigts craquent sur sa tête

75… et pour la complainte que l'œuf savant offre à la petite fille :

En hiver les champs sont blancs
Et mon chant n'est pas semblant….

Au printemps même l'air est vert
Et je fais pour toi ces vers

En été le soleil brille
Et dit tout aux petites filles ;

En automne tout est fané,
Ecris vite sur ton carnet.

Dans un mot pour les poissons,
J'ai écrit : « obéissons ! »

Les poissons de l'océan,
Ont répondu tous séant.

Les poissons m'ont répondu :
« Du tout, Monsieur, du tout du …

Petits poissons, lisez-moi,
C'est écrit : « Je suis la loi ! »

Les poissons dans un rictus
S'écrient tous : « Mais quel cactus ! »

Je leur dis et dis encore,
Ils ne sont jamais d'accord.

Je m'empare d'un très grand pot
Tout exprès pour mon propos.

Mon cœur fait crac et tchac aussi :
Le pot s'emplit à l'eau du puits.

Quelqu'un alors s'approche et dit :
« Petits poissons sont tous au lit »

Je lui dis : « Vas, mon ami,
Réveille-moi ces endormis. »

Je lui dis et m'époumonne,
Je le crie et le claironne.

Mais il est raide et hautain
Et me dis : « Moins de tintouin ! »

Mais il est hautain et raide
Et me dit : « Si je vous aide … »

Je décroche un tire-bouchon
Pour réveiller les poissons.

Mais la porte est verrouillée,
Je pousse et tire et frappe du pied.

Mais la porte est bien fermée,
Je le sens, elle va céder, mais …

76Si l'on admet, comme je le propose, que les échos constituent un réseau dont les manifestations contribuent à la cohésion autant qu'à l'originalité du texte, et donc que négliger les rappels et autres références reviendrait à dénaturer, à dévoyer l'errance que le lecteur fait à la suite d'Alice sous la surface des choses ; si l'on reconnaît le pouvoir de cette inquiétante étrangeté née du déjà-vu et du déjà entendu, on ne peut alors traduire les récits des aventures d'Alice qu'en se soumettant à ces contraintes – pour les transformer en autant d'éléments dynamiques.

77S'il veut qu'Alice dans le récit de ses aventures en langue française soit suivie pas à pas, mot à mot ; s'il veut que le lecteur soit complice de chacun de ses instants ; en un mot, s'il ne veut pas que le lecteur francophone soit un sous-lecteur, alors le traducteur doit s'attacher à maintenir le triple regard et la triple écoute qui sont ceux d'Alice et de ses lecteurs anglophones. Ici comme là, le nouveau, le connu et le travesti se partageront le pays de merveilles. Ici comme là, il sera loisible à chacun de découvrir, de retrouver ou de dévoiler ce qui habille ce pays comme ceux qui l'habitent.

Haut de page

Notes

1  Pour une étude détaillée de « How doth the little crocodile » et quelques autres comptines parodiques, voir LECLERCQ Guy, « Parodie et traduction : dire et laisser dire », Contrastes, n° hors série, (Automne 86), pp. 110-124.

2  Sur les citations, emprunts et collages, voir : REVUE D'ESTHÉTIQUE. « Collages », n° 3/4, 1978. SCHNEIDER Michel, Voleurs de mots, Paris, Gallimard, 1985.

3  Je fais ici allusion à l'un des célèbres aphorismes de la Duchesse : Take care of the sense and the sounds will take care of themselves que j'ai proposé de traduire par laissons les sons, l'essence c'est le sens lors d'une table ronde sur la traduction tenue à l'Université de Paris VIII à laquelle participaient Georges Belmont, John D. Edwards, Henri Gobard, Guy Leclercq, Gabriel Merle et Henri Suhamy, ENCRAGES, « Poésie / Traduction, » n° 4/5, 1980, pp 180-188.

4  Sur le rythme des comptines de langue française, voir la contribution de F. Guibat en recueil présenté par Philippe Soupault ; pour les comptines en langue anglaise voir les analyses complémentaires et croisées de J. Guéron et B. de Cornulier. GUIBAT Frank. « Mélodie et rythme des comptines », Comptines de langue française, Paris, Seghers, 1970.

DE CORNULIER Benoît, « Musique et vers : sur le rythme des comptines », Recherches Linguistiques, n° 11 (octobre 1983, p. 8).

5  Ce it, ce chat montré du doigt les comptines d'élimination offre un exemple de ces retenues qui ponctuent la démarche du traducteur. Ici, l'usage est trompeur, retenir ce qui se dit en pareille circonstance reviendrait à dénaturer les propos d'Alice – ou plus précisément à faire dire en français à la petite fille ce qu'elle se refuse à dire en anglais. Dans ces contrées étranges où le mangeur côtoie sans cesse le mangé et où le mangeur risque à tout instant d'être mangé ; ce serait une bien imprudente concession que de donner sa langue au chat Le Chat de Cheshire, avec son perpétuel rictus et ses innombrables dents ne serait que trop heureux d'une telle aubaine !

6  Lors d'une réunion du groupe de recherche de l'U.F.R. d'Études Anglo-Américaines de l'Université de Paris X, où Henri Meschonnic parlait sur « Alice etHamlet », j'ai proposé « Thé fou » comme traduction du titre du chapitre VII « A MadTea Party ». Les « thés dansants », ces autres réunions populaires permettaient detenter une telle nomination, mais c'est essentiellement en jouant sur l'oralisationd'Alice (!) que j'ai trouvé la justification la plus défendable de ma proposition : t'es fou venant doubler thé fou dans une sonorisation bruyante de cette scène qui évoque avant la lettre – et l'image parlante – certaines réunions mouvementées des MarxBrothers.

Pour une présentation touffue et savamment humoristique de la réunion, voir l'introduction de J. R. Ladmiral au volume « traduction » de la Revue d'Esthétique, « Traduction », n° 12, 1986, pp 5-8.

7  La chanson du Chapelier est une parodie de la première strophe du célèbre poème (célèbre dans l'Angleterre victorienne !) de Jane Taylor 1783-1924 « The Star ». La notoriété de ce poème et de quelques autres de la même inspiration fut telle que le recueil des sœurs Taylor, publié en 1806, fêtait en 1835 sa vingt-septième édition. « The Star » fut repris en 1865, l'année même de la publication de W, dans une édition de poèmes à chanter illustrés par John Millais.

TAYLOR J, and A. Rhymes for the Nursery, Darton & Harvey, Londres, 1806. OPIE Peter & Iona, The Oxford Dictionary of Nursery Rhymes, Londres, O.U.P. 1951.

8  J'ai renoncé à donner la langue d'Alice au chat ; mais je ne renonce pas au plaisir d'offrir à la gourmandise des lecteurs ce vol-au-vent qui les sollicite par ses clins d'œil aguicheurs ; le vol-au-vent qui cligne de l'œil rejoignant the twinkling of the tea dans le catalogue des rencontres insolites-banales offert par Alice à ceux qui vont à sa rencontre.

9  Alice médusée … Voilà donc une nouvelle identité assumée par la petite exploratrice de ces étranges contrées où il suffit de dire les choses pour que sur le champ elles soient ce que l'on en dit Donc Alice est Méduse – comme la Reine est Brebis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Leclercq, « Traduction / Adaptation / Parodie. Traduire Alice en toute justice », Palimpsestes [En ligne], 3 | 1990, mis en ligne le 28 septembre 2010, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/429 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.429

Haut de page

Auteur

Guy Leclercq

Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals