Navigation – Plan du site

L'accentuation et le principe d'abondance en traduction

Antoine Berman
p. 11-17

Texte intégral

1Il sera aujourd'hui question de l'accentuation, considérée comme un principe de traduction lui-même subordonné à un autre principe plus fondamental, que nous appellerons le principe d'abondance. Pour montrer comment fonctionnent ces deux principes, j'analyserai brièvement une traduction qui, malheureusement, n'est pas de l'anglais : celle qu'Amyot, au XVIe siècle, a faite de Plutarque. A partir d'une analyse essentiellement historique de cette traduction, j'espère dégager quelques perspectives sur l'acte de traduire qui ébranlent la vision traditionnelle que nous avons de celui-ci : celle d'un processus de reproduction marqué par de l'entropie.

2Avant d'en venir aux formes concrètes que revêt l'accentuation chez Amyot, il est nécessaire d'exposer brièvement quels sont les traits fondamentaux de sa traduction. Ces traits sont grosso modo les suivants :

  • la correspondance à l'original : qu'elle soit ponctuellement exacte ou non, cette traduction doit correspondre aux structures textuelles de l'œuvre de Plutarque. Cette correspondance peut être vérifiée essentiellement au niveau des phrases et de leur organisation ;

  • la transformation délibérée de l'original : il y a chez Amyot toute une série de modifications de l'original qui ont leur logique propre ;

  • la grésification du français (néologismes lexicaux et syntaxiques) ;

  • l'équilibre de la langue savante et de la langue populaire ;

  • l'extrême "accomplissement de la langue", qui a fait qu'à l'époque, tout le monde a considéré Amyot comme un véritable "père de la langue française".

3Le phénomène de l'accentuation renvoie évidemment au second trait de cette traduction : la transformation. Car toute accentuation d'un quelconque élément textuel de l'original est une transformation de celui-ci.

4Les transformations qu'Amyot apporte au texte de Plutarque semblent d'abord répondre à la visée traductive qui est celle de la Renaissance. Nous appelions visée traductive d'une époque l'ensemble des objectifs, et des normes, qu'elle prescrit à l'acte de traduire. Aucun traducteur ne peut y échapper – même s'il n'en est pas l'esclave. Cette visée, pour le XVIe siècle, est la clarification et l'adaptation appropriatrice de l'original, considéré comme un "trésor" qu'il s'agit d'annexer à la langue et à la culture nationale. Au XVIe siècle, une traduction n'est lisible et acceptable que si elle se conforme à cette visée. Et de fait, il est facile de trouver chez Amyot des transformations qui répondent à cette visée de clarification et d'adaptation.

5Ces transformations sont en gros de deux types.

6La francisation des termes grecs vernaculaires, qui est en même temps une modernisation de ceux-ci. Ainsi Amyot fait-il des vestales des religieuses ; un nome pythique devient un cantique à Apollon Pythien ; les grands pontifes deviennent des prélats, etc. Il faut noter tout de suite que cette pratique, courante au XVIe siècle, est contrebalancée par un mouvement inverse : l'introduction, par calque ou emprunt, de termes grecs. Amyot francise Plutarque et grécise le français.

7Le second type de transformation est l'ajout. Très souvent celui-ci est de type explicatif et clarifiant: Amyot, évidemment, veut mettre Plutarque à la portée de son public. Juste un petit exemple amusant : introduisant le néologisme misanthrope, qui a eu la fortune que l'on sait, Amyot ajoute tout de suite : comme qui dirait loup-garou ou haïssant les hommes.

8Mais – et c'est là que nous entrons dans le vif de notre sujet – ces ajouts (ou allongements) n'ont pas toujours une fonction explicative. En d'autres termes, Amyot allonge parfois sans raison apparente. Là où Plutarque dit à peu près : au lieu de consentir, Amyot met : sans approuver ni admettre.

9Pareillement, se baigner devient s'étuver et baigner. Cette gratuité, qui consiste avant tout à mettre plusieurs mots là où l'original n'en comporte qu'un, obéit à un principe qui n'est plus celui de la clarification : c'est ce que nous désignerons sous le nom de "principe d'abondance". Déjà connu des "translateurs" médiévaux, dans le cadre de la pratique de l'amplificatio (écrire, c'est amplifier un texte déjà existant), ce type d'allongement reçoit à la Renaissance un nouveau nom et un nouveau cadre. C'est ce que le XVIe siècle appelle d'un autre nom latin, la copia, qui signifie "abondance", et a donné en français copie et copieux. Selon le principe de la copia, tout texte doit être riche en mots et en tournures. Erasme l'exprime très clairement, en liant ce principe à la traduction :

Il n'y a rien de plus admirable ou de plus splendide qu'un discours avec une riche copia de pensées et de mots débordants en un flot doré […] Nous accroîtrons grandement la copia de notre langue par la traduction des auteurs grecs, car la langue grecque est particulièrement riche et en mots, et en pensées.

10Et cela vient d'une intuition très profonde, selon laquelle l'écriture traduisante est le lieu où une langue s'enrichit.

11Pour, les hommes de la Renaissance, la traduction est source de richesse. Mais la vraie forme de la richesse, pour eux, c'est l'abondance : l'abondance (emblématisée par la fameuse corne), c'est la richesse débordante, la richesse qui s'étale, se manifeste, se montre. Et la traduction est productrice d'abondance langagière. Pourquoi ? Parce qu'en elle et par elle, la langue s'enrichit doublement.

12D'abord, en accueillant en son sein une foule de termes, de formes, de "tournures" d'une autre langue.

13Ensuite, et plus subtilement, parce que dans l'effort même de traduire un texte étranger, la langue traduisante se met à proliférer, à devenir "copieuse". Le traducteur, de fait, convoque, rassemble, réquisitionne, réveille tous les possibles de sa langue ; il la "développe" au sens originel du terme, tout en "développant" le texte original.

14Le principe d'abondance fonctionne à plusieurs niveaux.

La copia discursive

15Partout où Amyot réordonne et éclaircit les phrases de l'original, le principe de la copia agit. La copia discursive est celle par laquelle le traducteur "allonge" l'original pour le rendre plus éloquent. Cette copia est accentuative, parce qu'elle correspond à un trait de l'original, qui est justement l'éloquence. La prose grecque – des sophistes et orateurs classiques jusqu'aux écrivains de l'époque de Plutarque – est de part en part déterminée par la rhétorique considérée comme l'art du déploiement du logos, du discours. Rendre Plutarque "éloquent" en français ne peut se faire qu'en accentuant son éloquence.

La copia poétique

16Il s'agit là de la production, via la traduction, d'un texte poétiquement plus riche que celui de l'original, en accentuant certains traits poétiques de celui-ci.

17Amyot traduit le mot grec latupè, qui signifie prosaïquement sciure de pierre (pour refroidir le fer rougi à la forge), par chapplis de pierre. Là où Plutarque dit seulement : Mélissa distribue des couronnes, Amyot, lui, propose : Mélissa envoie de rang à chacun des conviés son chapeau de fleurs.

18Estephanomenoi (parés de fleurs) devient chez lui ayant chapeaux de fleurs dessus nos têtes.

19Là où Plutarque parle de l'âme qui est enfermée dans le corps comme dans un moulin et qui tourne sans cesse autour du besoin de nourriture, Amyot développe : l'âme de plusieurs est cachée, et affublée de crainte d'avoir faute, dedans le corps, comme dedans un moulin, tournant toujours à l'entour d'une meule après la poursuite de quelque nourriture.

20Le principe de la copia traductive mène Amyot à des pratiques qu'il est intéressant de regarder de près, d'une part parce qu'elles contredisent certains dogmes de traduction récemment érigés, et qui ont leur vérité, d'autre part parce qu'elles répondent, fut-ce naïvement, à un trait profond de l'original : l'oralité. Ces pratiques peuvent être rangées en trois "sous-principes" :

Le principe de variete

21Il consiste à rendre un signifiant fortement récurrent dans l'original par une multiplicité de signifiants. Amyot traduit ainsi o adoleskos, le bavard, par ces grands parleurs, celui qui parle trop, ces importuns langageurs, ces grands causeurs, de tels jangleurs, ces grands baveurs, ces habilleurs, voire les plus grands truants d'une ville et les plus pleins de loisirs…

22A l'époque où rendre un signifiant par le même signifiant est devenu une règle majeure, il y a peut-être lieu de méditer (avant toute prise de position) le principe inverse.

Le principe de popularisation

23Ce principe revoie au fait qu'une expression grecque est rendue par une expression du français populaire, même si, à première vue, elle est moins marquée du sceau de l'oralité populaire en grec. Ainsi, chez Amyot, une servante à qui sa maîtresse a révélé un prétendu secret d'Etat s'en va aussitôt declicquer toute l'histoire à une autre domestique, là où Plutarque dit plus sobrement emballei ton logon. Le bavard, dit Plutarque, est un importun que l'on évite avec soin. A peine arrive-t-il quelque part que tous taxeos anazeuxin autois paregnosi, expression banale en grec qu'Amyot transforme en : vous diriez que l'on a sonné la retraicte, si viste chascung se retire. Là où Plutarque évoque prosaïquement une femme d'un grand âge, Amyot fait surgir une vieille prochaine de sa fosse.

Le principe de metaphorisation

24Très proche du dernier, il consiste à accentuer les images de l'original, voire à introduire des images là où l'original n'en a pas, ou n'en a que des germes. La traduction, ici, se fait imageante. En grec, une diète stricte se garde di onukos (jusqu'à l'ongle). Amyot dit : au doigt et à l'œil. Dans la Vie de Périclès, celui-ci déclare qu'il faut ôter la châssie (lèmè) que constitue l'île d'Egine de l'œil du Pirée. Amyot traduit : qu'il falloit oster la ville d'Egine parce qu'elle estoit comme une paille en l'œil du port de Pirée. Ailleurs, il apporte carrément l'image: parler à quelqu'un avec hardiesse devient parler des grosses dents ; se tromper sur le sens d'une expression, la rendre à contrepoil.

25Ainsi fonctionne la copia poétique. Bien entendu, on peut toujours dire qu'il s'agit là d'infidélités philologiques ou de licences littéraires, et les retraductions des hellénistes modernes s'en gardent soigneusement. Tout en admirant les "poétismes" d'Amyot, ils considèrent qu'il s'agit là du tribut versé par le traducteur à la visée traductive de son époque. Et c'est, historiquement parlant, incontestable. Mais cela risque de faire oublier un fait fondamental : la traduction d'Amyot n'est pas seulement plus "belle" que les retraductions modernes, elle est aussi plus "parlante". Qu'est-ce que cela veut dire ? Que son système de modifications accentuatrices, loin d'adapter platement Plutarque à la "sensibilité" de la Renaissance – ou plutôt : tout en l'adaptant à cette sensibilité – se montre aussi capable, non seulement de révéler Plutarque au lecteur, mais de transférer son œuvre en français et de lui donner, en cette langue, statut d'œuvre. Loin de défigurer l'original, la copia traductive institue avec lui un rapport vrai et fécond : accentuant en elle le fondamental, elle assure sa survie.

26Ceci peut nous amener à une conclusion provisoire : l'accentuation, et avec elle le principe d'abondance, est la seule manière :

(a)

de transférer la textualité d'une œuvre dans une langue et une culture de telle manière que cette œuvre s'y trouve manifestée dans ses traits fondamentaux ;

(b)

de re-créer un original, c'est à dire de donner à la traduction le statut d'une œuvre, sans lequel elle est dépourvue, non seulement de parlance, mais d'autorité propre.

27L'accentuation, donc, garantit et la nécessaire hétéronomie d'une traduction (son rapport "fidèle" à l'original) et sa nécessaire autonomie.

28Certes, les modes concrets de l'accentuation sont innombrables, et il est impensable de les formaliser. Nul besoin de reprendre ceux d'Amyot ; nul besoin, non plus, de considérer qu'appartenant à la visée traductive du XVIe siècle, ils sont "choses du passé".

29La frontière entre la licence et la nécessité, tout en étant réelle, ne peut être dogmatiquement tracée. Dans le cas d'Amyot, elle peut être repérée (mais cela nous entraînerait trop loin) dans le jeu d'auto-limitation du principe de la copia, qui est systématiquement contrebalancé par les principes de grécisation du français et de correspondance syntaxique avec l'original. Toute traduction aboutie est la résultante de l'équilibre de principes opposés. C'est pourquoi la "critique d'une traduction" doit d'abord établir, avant tout examen ponctuel, si oui ou non une traduction obéit globalement à des principes. Elle doit ensuite déterminer la nature et le jeu mutuel de ces principes. Sans cette double détermination, elle n'a aucun sol de validité : elle n'est plus qu'un jeu de comparaison naïf entre un original et sa traduction, qui débouche nécessairement :

  • sur la constatation que le traducteur a agi selon les "normes" de sa culture ;

  • sur le repérage accablant des "pertes" qui se sont produites pendant le transfert.

30La démarche que nous proposons vise plutôt à déterminer le plus précisément possible la positivité de la traduction. Elle aboutit à un discours sur la traduction axé sur l'abondance, et non sur la perte. En ceci, nous cherchons à ranimer l'intuition fondamentale de la Renaissance, mais aussi du Romantisme, pour laquelle traduire, c'est avant tout produire de l'enrichissement. Non seulement pour la culture traduisante, mais aussi pour l'original. Pour la culture qui traduit, cet enrichissement signifie : vie de la langue. Pour l'original : sa survie, sa vie-continuée. Et de fait, les principes fondamentaux de l'évaluation d'une traduction (littéraire) paraissent être :

(a)

le texte traduit, de par sa cohérence, a-t-il ou non autorité ?

(b)

le texte traduit, en tant qu'oeuvre langagière, élargit-il sa propre langue ?

(c)

le texte traduit, en tant qu'événement, a-t-il un effet après coup sur l'original et la langue de l'œuvre traduite (selon la remarque de Goethe : "le traducteur ne travaille pas seulement pour sa nation ; la langue à laquelle il emprunte un ouvrage bénéficie également de son labeur") ?

(d)

le texte traduit accomplit-il la survie de l'original ?

31Etablir les paramètres définissant les conditions de possibilité de l'autorité du texte traduit et les conditions de possibilité de la survie des œuvres par la traduction, voilà ce qui devrait constituer, à mon sens, la tâche de ceux qui réfléchissent sur la traduction et le rapport entre les langues qu'elle instaure, ou peut instaurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Berman, « L'accentuation et le principe d'abondance en traduction », Palimpsestes, 5 | 1991, 11-17.

Référence électronique

Antoine Berman, « L'accentuation et le principe d'abondance en traduction », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 22 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/611 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.611

Haut de page

Auteur

Antoine Berman

Centre Jacques-Amyot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals