Navigation – Plan du site

Les structures avec inversion dans Women in Love de D.H. Lawrence et sa traduction française

Béatrice Vautherin
p. 37-49

Texte intégral

1Parmi les diverses structures susceptibles d'être utilisées a des fins de mise en relief, j'ai choisi de m'intéresser aux modifications de l'ordre canonique impliquant différents types d'inversions dites stylistiques qui, à la différence des inversions utilisées dans les interrogatives ou les hypothétiques, n'affectent pas la valeur de vérité de la phrase.

(1) Hardly had I left before the quarrelling started

(2) In a little white house lived two rabbits

2Par inversion, j'entends en fait, suivant en cela l'usage anglo-saxon, l'inversion du sujet et du verbe ou de l'auxiliaire. La tradition grammaticale française utilise fréquemment le terme de manière beaucoup plus large, pour désigner toute modification de l'ordre canonique des mots ou des groupes de mots dans la phrase. Je laisserai donc de côté les cas d'antéposition sans inversion du sujet. QUIRK et al. parlent ici d'antéposition thématique :

  • 1  Les exemples suivis de numéros de pages sont tirés de D.H. LAWRENCE Women in Love, [1920], Harmond (...)

(3) One of them she knew, a tall slow, reluctant woman…621

3Comme c'est généralement le cas, il n'y a pas correspondance bi-univoque entre une structure syntaxique donnée – ici, l'inversion – et une fonction pragmatique ou discursive donnée – la mise en relief. Les inversions peuvent être utilisées pour diverses raisons autres que la mise en relief. Les différentes fonctions des inversions dans la communication ont été décrites par GREEN (1980). Elle distingue six fonctions essentielles : commodité, charnière, introductive, citations au discours direct, clé du mystère, emphase. Je développerai chacune des fonctions qui nous intéressent dans le commentaire des exemples. On peut simplement noter dès à présent qu'aucune des fonctions décrites par GREEN n'est étiquetée "mise en relief.

4Il convient de préciser cette notion de mise en relief avant de voir quelles structures avec inversion sujet-verbe pourront être considérées comme remplissant cette fonction dans la communication. L'inversion est d'abord un phénomène syntaxique qui se situe au niveau de la phrase et même de la proposition. Cependant dès lors qu'on s'interroge sur la raison d'être de telle inversion, on est amené à déborder le cadre de la phrase et à s'intéresser au contexte plus large (paragraphe, chapitre). Qu'en est-il de la mise en relief ? Mettre en relief un élément consiste à lui donner une importance particulière, à attirer l'attention du lecteur ou de l'auditeur par différents moyens, lexicaux, syntaxiques, phonologiques ou paralinguistiques. La mise en relief peut se faire à différents niveaux : phrase, paragraphe, et même récit tout entier.

5Quel rapport y a-t-il entre la mise en relief et les notions couramment utilisées dans la description de l'organisation du message ? Je m'appuie ici sur un ouvrage récent d'initiation à la grammaire anglaise, HUDDLESTON (1988), qui donne un état représentatif de la vulgate sur cette question.

6Du point de vue de l'organisation du message, la phrase est généralement divisée en éléments qui ne coïncident que partiellement avec des éléments syntaxiques : thème/rhème ou thème/commentaire, focus contenant l'information nouvelle s'opposant à l'information donnée. Mettre en relief un élément consisterait à le signaler comme focus porteur de l'information nouvelle ou tout au moins pertinente dans l'échange linguistique considéré. Le focus est défini par BERENDONNER (1987) comme "la partie du contenu d'un énoncé présentée (à l'aide de moyens linguistiques) comme l'information maximalement pertinente au regard de l'état courant du savoir partagé, celle dont la délivrance est la raison d'être, la fin même de l'énoncé". Cette notion est à peu près équivalente à celle d'information nouvelle. De même qu'il existe un ordre des mots non marqué, dans les deux langues, que j'ai appelé ordre canonique, il existe une structure non marquée du point de vue de la place du focus. En l'absence d'indications contraires, le focus tombe, en anglais, sur le dernier élément lexical dans une phrase déclarative ; il est signalé à l'oral par l'accent nucleus. Toute modification de l'ordre des mots a une incidence sur l'identification du thème, généralement à l'initiale, et du focus, généralement en finale, dans une phrase donnée. Comment reconnaître le focus ? Deux tests sont utiles : la formulation de questions différentes attirant des réponses différentes et la coordination avec un focus contrastif.

7La phrase suivante, ambiguë à l'écrit du point de vue du focus, peut avoir différents éléments pour focus qu'il est possible de mettre en évidence par des questions : Pat phoned the matron (Who did Pat phone ? What did Pat do ? What happened next ?)

8Avant de pouvoir répondre à la question : les inversions mettent-elles un élément en relief et si oui lequel, il nous faut explorer les différentes structures avec inversion que l'on rencontre dans les deux langues car, en dépit du point commun qui nous amène à les désigner sous une même étiquette, ces structures présentent une assez grande diversité comme nous allons le voir.

9On rencontre en anglais comme en français des structures qui impliquent une modification de l'ordre canonique sujet – verbe – reste de la phrase. Ces structures comportent en fait deux modifications par rapport à l'ordre canonique : premièrement, un élément X se trouve antéposé ; deuxièmement cette antéposition entraîne l'inversion du sujet et du, verbe.

10Il existe, sur un point précis, une différence importante entre les deux langues : l'anglais connaît en effet deux types de structures inversées bien différentes selon qu'elles comportent un auxiliaire ou non. La présence d'un auxiliaire est liée à la nature de l'élément antéposé : par exemple, les inversions entraînées par l'antéposition d'une particule adverbiale ou postposition, propres à l'anglais, se font sans auxiliaire :

(4) In comes Detective O'Hara.

11En revanche, les inversions après élément négatif ou restrictif nécessitent un auxiliaire :

(5) Seldom do I get any breaks.

12Je laisserai de côté les cas d'inversions dites absolues sans élément antéposé :

(6) Enter Hamlet

13qui constituent des tournures quasi figées.

14J'ai travaillé essentiellement sur un corpus fermé : Women in Love de D.H. Lawrence. Les exemples d'inversions relevés dans Women in Love ont été classés selon la nature de l'élément antéposé et les différents types syntaxiques ainsi dégagés seront traités par ordre de fréquence.

Inversions sujet – verbe après complément circonstanciel de lieu

15Ce type est de loin le plus fréquent dans le corpus étudié : 36 exemples en principale sur une cinquantaine d'inversions au total. Plus largement, il semble fréquent dans la prose contemporaine, en particulier dans les oeuvres d'imagination et les passages descriptifs. Cette construction place en tête de phrase un complément circonstanciel de lieu, adverbe ou syntagme prépositionnel, parfois plusieurs. Dans une description, il paraît naturel de prendre comme point de départ de l'énoncé (thème) la localisation de l'élément à introduire, d'où l'antéposition du circonstanciel. Celui-ci tend à attirer le verbe, ce qui a pour effet d'entraîner l'inversion du sujet. Le placement en tête de phrase d'un complément de lieu indiquant la position est considéré comme fréquent par QUIRK et al. pour éviter la focalisation liée à la position finale ou l'ambiguïté ou l'accumulation de plusieurs circonstanciels en fin de phrase. En revanche, les compléments indiquant le mouvement se rencontrent plus rarement à l'initiale et constituent des tournures très marquées limitées au discours littéraire, littérature enfantine comprise, mises à part quelques exceptions appartenant à la langue courante.

16Verbes : le verbe le plus fréquent dans ces structures est la copule BE : 19 fois sur 36

(7) On the left was a large landscape, a valley with collieries, and opposite hills with cornfields and woods, all blackened with distance, as if seen through a veil of crape. 58

A gauche s'étendait un vaste paysage, une vallée avec des mines et, sur les collines en face, des champs de blé et des bois tout noirs à distance, comme si on les apercevait à travers un voile de crêpe. 12

17Les autres verbes rencontrés sont come, stand, sit, float, run, shine, go, flash, hover, move, soit des verbes intransitifs indiquant la position ou le mouvement (17 exemples).

18La construction inversée de l'anglais avec BE n'est traduite qu'une seule fois par son équivalent bien que le français admette la même tournure avec être – les exemples en sont nombreux, chez Proust notamment.

(8) On either side the door were two beds piled high with an enormous blue-checked overbolster, enormous. 491

De chaque côté de la porte étaient les deux lits, sur lesquels on avait empilé d'énormes édredons bleus, vraiment gigantesques. 474

19Les traducteurs ont préféré, dans les dix autres cas, tout en conservant l'inversion, utiliser un verbe autre que le verbe être : des verbes pronominaux, s'étendre, se tenir, se trouver, un verbe intransitif, apparaître.

(9) On the landing-stage was the old doctor, the father of the young man who was lost. 256

Sur le ponton, se tenait le vieux docteur, le père du jeune homme qui était perdu. 218

(10) Far down the lake were fantastic pale strings of colour, like beads of wan fire, green and red and yellow 240

Au loin, sur le lac, apparaissaient des cordons de couleurs pâles et fantastiques, pareilles aux perles d'un feu blême, vertes, rouges et jaunes. 201

20(Voir aussi ex. (7) ci-dessus.)

21Enfin dans les 8 autres cas, la traduction se fait sans inversion :

(11) But at the centre, the heart of all, was still a vivid, incandescent quivering of a white moon not quite destroyed, a white body of fire writhing and striving and not even broken open, not yet violated. 323

Mais au centre, cœur de tout ce mouvement, on voyait encore trembler, vivante et incandescente, une lune blanche qui n'avait pas été complètement détruite, un corps blanc de feu qui se tordait dans l'effort et n'avait pas encore été ouvert, pas encore violé. 290

(12) In front of them,/ at the corner of the lake,/ near the road,/ was a mossy boat-house under a walnut tree, and a little landing-stage where a boat was moored, wavering like a shadow on the still grey water, below the green, decayed poles. 96

Devant elles à l'angle du lac, près de la route, elles aperçurent sous un noyer un garage à embarcations et un petit ponton auquel était amarrée une barque qui se mouvait comme une ombre sur l'eau calme et grise au pied des perches vertes et vermoulues. 53

(13) In the faded wall-paper were dark patches where furniture had stood, where pictures had hung. 462

Sur le papier décoloré des murs, des places plus sombres indiquaient l'emplacement des meubles et des tableaux. 443

22La traduction de (13) est une reformulation qui réorganise le message autrement. En (11) et (12), la traduction introduit un agent animé en position sujet, soit indéfini, on en (11), soit déductible du contexte gauche, elles en (12). Cette traduction maintient l'inversion en employant des verbes intransitifs ou pronominaux dans 12 cas sur 17 :

(14) At the far end of the table sat the mother, with her loosely-looped hair. 75

Au bout de la table était assise la mère, avec ses mèches en désordre. 31

(15) The sun was low and yellow, sinking down, and in the sky floated a thin, ineffectual moon. 232

Le soleil était bas et jaune, près de disparaître, et dans le ciel flottait une lune mince, qui n'éclairait rien. 192

23Le corpus comporte 5 exemples où la traduction se fait sans inversion : en (16), par exemple, le passif sans agent est rendu par on.

(16) From the windows of Shortlands, on that fatal day, could be seen the flare of fire in the sky not far off,… 298

Ce jour fatal, on apercevait des fenêtres de Shortlands, les flammes s'élever dans le ciel, à peu de distance ; …265

24L'inversion est donc conservée plus souvent dans la traduction quand le verbe n'est pas la copule BE.

Temps

25Si ces constructions inversées après circonstanciel de lieu antéposé ne se rencontrent qu'avec un nombre relativement restreint de verbes, le choix du temps et de l'aspect est lui aussi sérieusement contraint.

26Tous les exemples du corpus sont au prétérit simple mais ces constructions se rencontrent également au présent simple :

(17) Here cornes the bus.

27Dans tous les exemples cités jusque là, le complément circonstanciel de lieu était un syntagme prépositionnel. C'est nettement le plus fréquent mais on trouve aussi des exemples avec adverbe de lieu antéposé :

(18) There came the mother, Mrs Crich, with her eldest son Gerald. 61

La mère, Mrs Crich, fit son apparition accompagnée de son fils aîné Gérald. 15

28L'adverbe there est ici accentué, contrairement à ce qui se passe dans les tournures existentielles.

29Ces constructions se rencontrent également dans des subordonnées : l'exemple (19) montre une inversion sujet-verbe dans une subordonnée relative dont le pronom est complément circonstanciel de lieu.

(19) They came forth at last in a little high table-land of snow, where stood the last peaks of snow like the heart petals of an open rose. 491

Ils arrivèrent afin à un petit plateau neigeux et très élevé qu'entouraient de hauts \pics neigeux, pareils aux pétales d'une rose épanouie. 474

30La traduction conserve l'inversion dans la relative mais le pronom y est devenu COD.

31— CC lieu double ou multiple : voir plus haut ex. (12) qui comporte trois CC de lieu antéposés.

(20) Over the shrubs,/ before her,/ were the pale roofs and tower of the old Church. 60

Au dessus des arbrisseaux, devant elle, apparaissaient les toits pâles et la tour de la vieille église. 14-15

(21) There / in the lowest bend of the road,/ low under the trees,/ stood a little group of expectant people, waiting to see the wedding. 59

Sur le bas côté de la route, se tenait sous les arbres un petit groupe de gens qui attendaient la noce. 14

32En (21) la traduction ne conserve qu'un seul circonstanciel sur trois en tête de phrase.

33— CC lieu + autre CC ou l'inverse : (16) comporte un CC de lieu suivi d'un CC de temps.

34On note qu'il n'y a pas d'inversion lorsque le sujet est un pronom.

Cas de non inversion après CC lieu antéposé

(22) Behind her, the large red building of the school rose up peacefully, the windows all open for the holiday. 60

Derrière elle se dressait paisible le grand bâtiment rouge de l'école : toutes les fenêtres en étaient ouvertes car c'était jour de congé. 14-15

(23) Suddenly, from the boat-house, a white figure ran out, frightening in its swift sharp transit, across the old landing-stage. 97

Tout à coup, hors de la maison bondit une silhouette blanche, qui franchit rapidement le vieux ponton. 54

35Ces deux exemples comportent une inversion dans la traduction et pas d'inversion en anglais alors qu'il y a un ou deux circonstanciels antéposés et que le sujet n'est pas un pronom. Pourquoi ? Ces deux exemples ont en commun de présenter un verbe à particule et je n'ai relevé aucun exemple du type CC lieu + V + particule + sujet. Ce que l'on trouve, en revanche, c'est l'antéposition de la particule. J'en dirai un mot plus loin. En (23), l'inversion en français permet de récupérer le sens de frightening en retardant l'arrivée du sujet, créant ainsi un certain suspense.

36Peut-on dire que ces inversions après CC de lieu opèrent une mise en relief et si oui, de quel élément ? Ce type d'inversion a pour effet de retourner la structure du message en faisant du CC le thème et du sujet le focus, l'information nouvelle alors qu'il est habituellement thème, point de départ. Quel élément est mis en relief dans de telles structures ? Sans doute le sujet mais la mise en relief du sujet semble parfois un effet secondaire dans un processus plus nettement motivé par d'autres considérations. Il est de toute manière difficile de traiter cette question dans l'abstrait. Etudions quelques exemples.

(24) There– in front of some furniture – stood the young couple, the woman who was going to have a baby, and the narrow-faced youth. 445

Devant un étalage se tenait le jeune couple, la femme enceinte et le jeune homme à la mine veule. 425

(25) They sat and looked. Away in the distance was an angry redness of sunset. 450

Ils regardaient autour d'eux. Au loin, le soleil se couchait tout rouge, du rouge de la colère. 430

37L'effet produit par l'inversion est bien différent selon que le sujet postposé est défini ou indéfini. Les deux exemples précédents illustrent clairement ce point. Dans l'exemple (24), la tournure inversée permet de retarder l'apparition du sujet et de créer un effet de surprise. Le début du chapitre comporte une description, détaillée du couple. En particulier, Ursula observe longuement la jeune femme. Cette observation est brusquement interrompue par Birkin : 'Look', said Birkin, 'there is a pretty chair'. On oublie alors le couple pour parler du fauteuil et d'autres choses que cela évoque. Le récit progresse jusqu'au moment où Ursula et Birkin décident de revenir sur leur pas. C'est là que se situe la phrase à inversion. Cet exemple correspond à ce que GREEN appelle la fonction "résolution du mystère". Un certain désordre qui s'était introduit dans la structure narrative est subitement expliqué dans la phrase à construction inversée. Notons d'ailleurs que d'autres structures syntaxiques sont possibles ici, l'important étant de retarder l'arrivée du sujet – construction passive, par exemple, où l'actant égaré en cours de récit peut figurer en fin de phrase en position agent.

38Quant à l'exemple (25) qui comporte un sujet indéfini, on peut lui attribuer la fonction charnière, l'élément antéposé servant de transition avec la phrase précédente. Ce qui importe cette fois, ce n'est pas de retarder l'apparition du sujet mais d'antéposer le circonstanciel de lieu qui établit un lien avec la phrase précédente. La fonction charnière des structures inversées (plus spécifiquement des antépositions qu'elles impliquent) est souvent marquée nettement par la présence d'anaphoriques dans l'élément placé en tête de phrase : voir ex. (12), in front of them.

39Les deux exemples suivants nous serviront de transition avec la deuxième partie puisqu'ils contiennent à la fois des inversions après CC lieu et des inversions après attribut.

Inversion après attribut

(26) In her parlour was a long-case clock, and inserted into its dial was a ruddy, round, slant-eyed, joyous-painted face, that wagged over with the most ridiculous ogle when the clock ticked, and back again with the same absurd glad-eye on the next tick. 467

Dans son salon, il y avait une horloge de campagne sur le cadran de laquelle se balançait une figure ronde, rougeaude, peinte de vives couleurs et dont les yeux jetaient un ridicule regard en coulisse. 448

40Le groupe participe passé et son complément inserted into its dial en (26) donne la localisation du sujet.

41Pour ce qui est de la fonction de ces deux inversions, la présence d'anaphoriques her, its dans chacun des éléments placés en tête des propositions nous oriente sans hésitation vers la fonction charnière. La longueur du deuxième sujet qui comporte une série d'adjectifs et une relative constitue une bonne raison pour le postposer conformément au principe très général gouvernant l'ordre des mots qui consiste à placer les éléments-courts avant les longs (fonction de commodité décrite par GREEN). Ici l'inversion se justifie-t-elle doublement par deux raisons qui n'ont rien à voir directement avec la mise en relief. L'ordre des mots en (26) renforce la cohérence et la lisibilité de la phrase et par la même occasion place le sujet en position focus. La mise en relief n'est qu'un effet secondaire.

(27) Then out ran Miss Bradley, like a large, soft plum in her dark-blue suit. Then Gerald came […] Then came Sir Joshua, in an overcoat, and lastly Hermione, striding with stiff grace from out of a great mantle of purple silk, her head tied up in purple and gold. Handsome was her stiff, long body, her straight-stepping white legs, there was a static magnificence about her as she let the cloak float loosely away from her striding. 157-158

Puis Miss Bradley arriva en courant, semblable à une grosse prune lisse dans son costume bleu sombre. Puis ce fut le tour de Gérald […] Puis arriva sir Joshua, protégé par un pardessus, et enfin Hermione, marchant, avec une grâce raidie, dans un grand manteau de soie violette, la tête enveloppée de violet et d'or. Son corps raide et long était beau, et belles ses jambes blanches à l'allure un peu raide. Il y avait en elle une magnificence statique, comme elle laissait dans sa marche le vêtement flotter négligemment derrière elle. 118

42La traduction de (27) présente un chiasme qui permet de résoudre avec élégance le problème de l'accord qui se serait posé si l'on avait calqué sur l'anglais : ? Beaux étaient son corps…, ses jambes…

(28) Strange, and desolate above all things, like disembarking from the Styx into the desolated underworld, was this landing at night. 480

Etrange et désolée au-delà de toutes choses, comme le débarquement du Styx dans la désolation du monde souterrain, fut cette arrivée nocturne. 462

(29) But as strong as the pressure of his compulsion was the repulsion of her utter terror, throwing her back away from the railway, so that she spun round and round on two legs, as if she were in the centre of some whirlwind. 169

Mais aussi impérieuses que la maîtrise de Gérald étaient la répulsion et la terreur qui forçaient la bête à s'éloigner des rails, de sorte qu'elle tournait en rond, sur deux pattes, comme si elle était le centre de quelque tourbillon. 130

43Les constructions inversées après attribut sont considérées en français comme poétiques. Elles sont plus rares en prose courante mais obligatoires s'il y a ellipse du verbe : Heureux les pauvres d'esprit…

44L'attribut est placé en tête de phrase et entraîne l'inversion du sujet essentiellement dans deux cas : pour remplir la fonction charnière ou quand l'attribut est chargé de valeur stylistique affective.

45L'effet produit par ces tournures est souvent proche de l'exclamative. Y a-t-il mise en relief ? Oui, en (28), la fonction de l'inversion est nettement emphatique. Il n'y a pas d'anaphorique dans l'élément antéposé. On insiste sur le contenu de la phrase entière.

Inversion sujet – auxiliaire après négation

(30) Never had she known such a pang of utter and final hopelessness. 65

Jamais elle n'avait ressenti une telle douleur, une pareille angoisse désespérée, totale et définitive. 20

(31) She was a nuisance – not for a minute would she keep still. 528

Quelle peste c'était ! pas une minute elle ne consentait à rester tranquille. 513

(32) Not for worlds would she enter there. 576

Pour rien au monde elle n'y serait entrée 562

46Ces constructions sont traditionnellement décrites comme emphatiques, mettant en relief l'élément antéposé. La place inhabituelle de ces expressions négatives ou restrictives contribue sans aucun doute à les mettre en valeur mais on peut se demander si l'emphase dont on parle couramment se limite aux éléments placés en tête de phrase. GREEN (1980) avance l'idée que l'ordre inhabituel des mots dans ces phrases a pour fonction d'attirer l'attention sur le contenu de la phrase toute entière simplement en ralentissant le processus de décodage. Le français semble remplir cette fonction par la simple antéposition de l'élément négatif puisque celle-ci n'entraîne pas d'inversion du sujet.

Inversions dans les subordonnées

47Huit exemples relevés : trois relatives, trois complétives, une temporelle, une interrogative indirecte.

48Nature de l'élément antéposé : CC heu le plus fréquemment.

(33) He knew how near to breaking was the vessel that held his life. 269

Il savait combien le vaisseau qui contenait sa vie était près de se rompre. 232

(34) He had come to the hollow basin of snow, surrounded by sheer slopes and precipices, out of which rose a track that brought one to the top of the mount. 575

Il était parvenu au bassin de neige, entouré de pentes à pic et de précipices, et d'où montait un sentier conduisant au sommet de la montagne. 561

(35) The little artist, isolated in his own complete envelope, felt that here at last was a woman from whom he could get something. 549

Le petit artiste, isolé dans sa propre enveloppe, sentait qu'au moins il avait trouvé une femme dont il pouvait tirer quelque chose. 534

49La plupart des inversions en proposition subordonnée semble motivée par le principe qui veut que l'on place les éléments courts avant les éléments longs et servent à faciliter le décodage. Par voie de conséquence, le sujet se retrouve en position focale. Peut-on dire pour autant qu'il est mis en relief ? Je ne pense pas qu'il soit perçu comme tel.

Conclusions

50A la lumière des exemples étudiés, il ne me paraît pas satisfaisant d'identifier l'élément mis en relief au focus explicitement signalé comme tel. Il me semble que ce serait une définition beaucoup trop étroite. J'ai eu tendance à assimiler focus et élément mis en relief parce que j'avais réfléchi à ces notions essentiellement à propos des clivées. Or celles-ci constituent un cas très particulier puisqu'elles mettent en relief le focus – pas toutes les clivées d'ailleurs, mais uniquement les clivées à focus accentué. Paul Volsik traite des clivées dans ce recueil. Il m'apparaît maintenant nécessaire de distinguer mise en relief et focalisation. Une différence sensible me semble être que si toute phrase comporte un focus identifiable au moyen de tests, toute phrase ne comporte pas d'élément mis en relief (whatever that may mean !). Il existe des phrases neutres/non marquées de ce point de vue. La mise en relief m'apparaît encore comme une notion bien fuyante, qui reste malheureusement intuitive et subjective. Les autres intervenants sont peut-être arrivés, eux, à des conclusions moins décep-tives que moi sur ce point. Quels sont les critères, les tests, les manipulations qui permettraient de repérer de manière fiable l'élément mis en relief ?

51Cela étant, je tenterai tout de même de conclure sur la question que je posais au début de ce papier. A savoir : les structures avec inversions mettent-elles un élément en relief et si oui, lequel ? Tout d'abord, on l'aura compris maintenant, je pense, ce travail est descriptif et il ne faut pas s'attendre à une théorisation qui jetterait tout à coup sur la question une lumière fulgurante. Je me contenterai de quelques remarques suscitées par l'étude du corpus. Il n'y a pas de réponse unifiée. Il faut tenir compte à la fois de la structure de détail de la phrase inversée, du contexte et de la situation. Une fois de plus on a affaire à un phénomène linguistique bien circonscrit qui n'a pourtant pas d'interprétation univoque. Où l'on retrouve l'irréductible autonomie de la syntaxe.

52Les phrases à inversions suscitent couramment des commentaires contradictoires. Par exemple, Jespersen explique que tel élément est placé en tête de phrase pour attirer l'attention et que le sujet est ainsi plus facilement mis en relief puisqu'en position finale. En quoi attirer l'attention et mettre en relief seraient des opérations différentes ? Ces contradictions sont inévitables. Tout élément déplacé par rapport à l'ordre non marqué produit de la mise en relief. Le problème est que ce déplacement a nécessairement des répercussions sur le rang des autres éléments de la phrase et de ce fait, il est parfois – voire souvent – difficile de dire si, dans ces structures, c'est l'élément en tête de phrase ou celui en fin de phrase qui se trouve mis en relief. Où l'on retrouve la notion de structure.

53Enfin, ces structures posent-elles des problèmes aux traducteurs ? Au terme de cette étude on ne peut qu'être frappé par les similitudes qui existent entre les deux langues – au delà de quelques différences bien connues – du point de vue des principes qui régissent l'ordre des mots. La linéarité des langues est un phénomène universel et incontournable. Je pense que les constructions inversées en elles-mêmes ne présentent pas pour le traducteur de difficulté spécifique dans la mesure où sa vigilance concernant l'ordre des mots ne peut se relâcher à aucun stade du déroulement du fil du discours. Au moins ont-elles le mérite de rappeler ce fait essentiel par l'apparent désordre qu'elles présentent.

Haut de page

Bibliographie

BERENDONNER, Alain, (1987) "L'ordre des mots et ses fonctions", "L'ordre des mots en français", Actes du colloque de Gand, mai 1987, Travaux de Linguistique 14/15, novembre 1987, Duculot, Paris-Gembloux, p. 9-19

GREEN, Georgia M., (1980), "Some wherefores of English inversions", Language, vol. 56, Nr 3, 1980, p. 582-601

HUDDLESTON, Rodney, (1988), English Grammar : An Outline, Cambridge University Press, 1988, xii-212

LE BIDOIS, Robert, (1952), L'inversion du sujet dans la prose contemporaine (1900-1950) étudiée plus spécialement dans l'oeuvre de Marcel Proust, Thèse, Edition d'Artrey, Paris, XVII-448

MORIER, Henri, (1961), Dictionnaire de poétique et de rhétorique, 3e édition, PUF, Paris, 1981, 1263

QUIRK et al., (1985), A Comprehensive Grammar of English, Longman, London, 1985, x-1779

Haut de page

Annexe

Traductions

Sur 36 exemples relevés d'inversions après circonstanciel de lieu en principale, 23 maintiennent l'inversion dans la traduction, soit 64 %, 13 sont traduits sans inversion (dont 4 sont des reformulations).

Haut de page

Notes

1  Les exemples suivis de numéros de pages sont tirés de D.H. LAWRENCE Women in Love, [1920], Harmondsworth : Penguin Classics 1982, pp. 596 ou de sa traduction française par Maurice Rancès et Georges Limbour, Femmes amoureuses, Paris : Gallimard, 1949, pp. 570.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Vautherin, « Les structures avec inversion dans Women in Love de D.H. Lawrence et sa traduction française », Palimpsestes, 5 | 1991, 37-49.

Référence électronique

Béatrice Vautherin, « Les structures avec inversion dans Women in Love de D.H. Lawrence et sa traduction française », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/614 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.614

Haut de page

Auteur

Béatrice Vautherin

Université Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals