Navigation – Plan du site

La traduction des clivées et le problème de la mise en relief

Paul Volsik
p. 77-99

Texte intégral

1Le travail que je présente ici est centré sur la traduction vers l'anglais des clivées françaises du type c'est Jean que j'ai vu et la traduction vers le français des cleft constructions comme it's John I saw. J'ai choisi ce problème comme champ de recherche dans la mesure où la clivée est le type même – l'exemple le plus simple – de problème qui me paraît devoir intéresser à la fois les littéraires et les linguistes : le problème de la mise en relief (foregrounding). Je procéderai comme suit :

  • d'abord je dégagerai brièvement les a priori qui sous-tendent mon travail, a priori qui sont le fruit de toute une série de travaux. Je crois que l'on sait que mon travail s'inspire directement des recherches de Mme Guillemin-Flescher dans le domaine de la linguistique contrastive et n'aurait été possible sans ses recherches ;

  • je tenterai de définir les clivées d'un point de vue grammatical ;

  • je présenterai les grandes lignes des résultats de mon travail sur un corpus de textes déjà traduits : dix pièces, deux romans policiers et deux romans plus "littéraires" rédigés à la première personne dont la liste se trouve en annexe ;

  • j'essaierai de montrer l'enjeu, disons, "littéraire" ou sémantique des modifications que les traducteurs introduisent lorsqu'ils se trouvent confrontés aux clivées. Je poserai ici, donc, les différences entre l'anglais écrit et le français écrit dans ce domaine particulier de la mise en relief.

  • finalement je soulèverai quelques problèmes théoriques qui sous-tendent mon approche et que j'espère utile même pour ceux qui n'abordent pas la traduction d'un point de vue essentiellement descriptif et linguistique, comme c'est mon cas.

  • En ce qui concerne mes hypothèses de travail, j'insisterai sur le fait que je considère, à la suite de nombreux travaux, notamment ceux de Mme Guillemin-Flescher, que toute personne qui écrit dans sa langue maternelle – et donc en principe tout traducteur – est héritier et continuateur d'une série de préférences de type stylistique dont il ou elle peut être ou ne pas être conscient et qui constituent en quelque sorte un degré zéro syntaxique, un soustrait qu'il ou elle partage avec ses contemporains. Par préférences stylistiques, j'entends préférence pour une structure syntaxique plutôt qu'une autre, pour un agencement plutôt qu'un autre ou encore une forme plutôt qu'une autre dans les situations où aucune contrainte grammaticale ou lexicale ne limite de façon absolue le jeu de possibilités offertes à celui qui écrit. Je ne m'intéresse pas ici à deux types de problèmes de traduction qui se manifestent dans l'exemple suivant tiré de Fin de partie de Beckett (traduit par lui-même) :

(1) Hamm : Il n'y a plus de dragées, (un temps)

Hamm: There are no more sugarplums !

Nagg : c'est normal […] Le rahat-lou-koum, qui n'existe plus, nous le savons bien, je l'aime plus que tout au monde.

Nagg : It's natural […] Turkish Delight, for example, which no longer exists, we all know that, there is nothing in the world I love more.

2Pour ce qui est de la traduction de dragées par sugar-plums, il s'agit là d'un phénomène à partir duquel il est difficile de généraliser, puisqu'il relève d'un choix – motivé bien sûr, et donc analysable – mais un choix particulier du traducteur. Pour dragées Beckett aurait pu soit laisser le mot français, soit choisir entre toutes sortes de friandises. Inversement l'absence ici d'article devant Turkish Delight, comme la présence de l'article devant rahat-loukoum relève d'une contrainte grammaticale et donc absolue, où l'espace de liberté du traducteur, est, pour simplifier, réduit à néant. Pour qu'il y ait phénomène stylistique, il faut qu'il y ait choix et il faut que ce choix se reproduise systématiquement dans un grand nombre de textes, qu'il ne soit pas seulement une solution choisie par le traducteur en fonction d'un contexte ou même d'un texte donné. Dans ce que j'entends par stylistique il y a toujours à la fois liberté et récurrence – une idée qui n'est pas en soi neuve – elle fait partie de l'héritage structuraliste. Le degré de conscience que peut avoir l'énonciateur de la préférence stylistique qui informe ses choix variera. Mais peu importe à la limite que le choix (ou la modification dans le cas des traducteurs) soit motivé consciemment ou non s'il a bien lieu d'une façon régulière. C'est la systématicité du phénomène qui est décisive et parlante.

  • 1  L'Epreuve de l'étranger (Paris : Gallimard, 1984) p 16.

3Deuxièmement j'émets l'hypothèse que si toute traduction (sauf le mot à mot) est un mouvement vers ce qui est stylistiquement probable dans la langue d'arrivée, le traducteur, même lorsqu'il le désire, n'arrive pas (du moins dans les exemples que j'ai étudiés) jusqu'à atteindre une configuration qui serait totalement naturelle dans sa propre langue – du moins dans des contextes longs et si l'on prend en compte plusieurs paramètres. C'est-à-dire qu'il subsistera toujours dans une traduction une étrangeté résiduelle, étrangeté que le traducteur peut, d'ailleurs, très bien revendiquer – comme le fait Antoine Berman lorsqu'il écrit que l'exigence éthique du traducteur doit être, et je le cite, "de féconder le Propre par la médiation de l'Autre"1 – mais qu'un traducteur peut tout aussi bien refuser (au nom de la "lisibilité"). La cause de ce phénomène d'étrangeté résiduelle est, bien sûr, que la langue de départ impose ses propres priorités stylistiques au traducteur, le résultat est que tout texte traduit est rédigé dans ce que j'appellerais une interlangue stylistique. Cette "interlangue" existe dans un rapport de dépendance et de différence avec à la fois la langue de départ et la langue d'arrivée. Le degré de différence et de dépendance variera selon les traductions.

4Troisièmement les phénomènes que j'analyse ne relèvent pas non plus de la "stylistique littéraire" – c'est-à-dire les choix motivés que peuvent faire tel ou tel auteur ou tel ou tel traducteur (par exemple la récurrence "anormale" du participe chez Milton, du passif dans Moll Flanders ou de l'ellipse chez James – des préférences de type stylistique qui sont perçues par le lecteur comme significatives dans le cadre d'un texte donné). Les phénomènes que j'appelle ici stylistiques se manifestent, de. façon irrégulière certes, bien au-delà d'un texte particulier ou d'une "œuvre" d'auteur (comme c'est le cas pour la stylistique littéraire). Pour parler analogiquement en termes de critique littéraire, les phénomènes que j'analyse relèvent du stéréotype ou de l'archétype plutôt que des systèmes "uniques" qui structurent des oeuvres esthétiques incomparables. Mais, comme on le sait, chaque oeuvre stéréotypique contient de l'unique; c'est pour cela que ces constatations tirent à conséquence aussi dans le domaine de la traduction littéraire, comme mon corpus, je l'espère, le prouvera.

5Mais à supposer pour le moment que ce que j'ai déjà posé comme principe soit vrai : que le traducteur modifie le texte d'origine pour reproduire des configurations stylistiques propres à sa langue maternelle mais que, ces modifications n'étant jamais totales, la traduction crée un texte métissé, il se pose un quatrième problème. Si tout texte traduit est écrit dans une interlangue stylistique, interlangue dont les priorités n'ont – jusqu'à preuve du contraire et du moins à notre époque – que peu d'avenir dans la langue naturelle dans laquelle elle est rédigée, pourquoi étudier cette interlangue ? Ma réponse ici serait que c'est précisément dans la traduction, et notamment en l'absence de toute étude systématique sur les choix stylistiques de chaque langue prise individuellement – que la différence entre les deux systèmes se fait sentir de façon éclatante et qui plus est économique. La traduction sert donc de révélateur. Comme l'a écrit Edward Sapir :

  • 2  Texte cité par Anne Cluysenaar dans Introduction to Literary Stylistics (London : B.T. Batsford Lt (...)

The literary artist may never be quite conscious of just how much he is hindered or helped or otherwise guided by the matrix (of his language), but when it is a question of translating his work into another language, the nature of the original matrix manifests itself at once. All his effects have been calculated, or intuitively felt, with reference to the formal 'genius' of his own language, they cannot be carried over without loss or modification2

6Les études de traduction montrent ainsi, je crois, l'intérêt de la linguistique contrastive – la comparaison des matrices si l'on veut – une linguistique qui a été, il me semble, trop longtemps marginalisée.

7Je voudrais passer maintenant au problème stylistique que je souhaite aborder aujourd'hui : celui de la traduction des clivées, exemple qui permettra, je l'espère, de justifier et d'étoffer les remarques qui précèdent.

Qu'est-ce qu'une clivée ?

8La définition de cette structure fait l'objet de quelques désaccords entre grammairiens mais je ne souhaite pas entrer dans le détail de leurs désaccords. J'ai moi-même une conception large de la clivée. J'y inclus, comme le font les grammairiens comme Quirk et Greenbaum ou comme Grévisse, des énoncés où l'élément qui se trouve au coeur de la structure est, par exemple, un adverbe, comme dans

(2) C'est souvent qu'il m'a appelé

9ou même – mais très rarement – une forme verbale comme

(3) C'est noyé qu'il est.

10Mais j'exclus les pseudo-clefts comme What you need most is a good rest, structure dont la fonction est souvent identique aux clivées mais qui implique des contraintes grammaticales très particulières.

11Chez les grammairiens, il y a au moins accord général sur plusieurs choses : la fonction essentielle de la clivée est de permettre la mise en relief d'une partie d'un énoncé. L'énonciateur attire l'attention du co-énonciateur (focusing) sur un élément qu'il considère comme particulièrement important. On verra que, pour la traduction, c'est ici que le problème se pose, dans la mesure où toute élimination, modification, ou rajout d'une mise en relief est, en quelque sorte, une "trahison" des intentions clairement exprimées par l'énonciateur originel.

12Mais si l'on reste pour l'instant dans le domaine de la grammaire, on peut citer un exemple donné par Sylvia Chalker dans sa Current English Grammar.

13La phrase

(4) Her husband used to ride a bicycle to the shops on Saturdays

14peut produire les clivées suivantes :

  • 3  London : Macmillan, 1984, p. 262

(4.1) It was her husband that/who/(O?) used to ride a bicycle to the shops on Saturdays
(42) It was a bicycle that/0 her husband used to ride…
(4.3) It was to the shops…
(4.4) It was on Saturdays…
(45) It was because he wanted exercise that her husband used to ride..3

15Ces différentes clivées (dans lesquelles les pronoms it ou ce sont vides) sont autant de mises en relief différentes, et, d'ailleurs, des mises en relief d'éléments dont le statut grammatical est différent : soit sujet (4.1), soit complément d'objet direct (4.2), soit complément de lieu (4.3), de temps (4.4) ou de cause (4.5).

16Certains grammairiens suggèrent aussi que la fonction de la clivée est de filtrer une valeur d'opposition, c'est-à-dire que It was on Saturdays existerait par opposition à des énoncés implicites du type on Saturdays and not on Sundays. Personnellement, je serais tenté de dire que ce n'est peut-être pas la structure en elle-même qui filtre une valeur d'opposition, mais que toute mise en relief – et à la limite tout choix – renvoie à un implicite nié. Il me semble, d'ailleurs, qu'il est artificiel de filtrer systématiquement une opposition simple. Par exemple dans le cas de (4.2), entre la bicyclette et autre chose (un cheval ? un éléphant ? que le mari aurait emprunté) – on a du mal à saisir ce qui est nié – encore qu'on peut se demander s'il ne s'agit pas d'un exemple fabriqué et donc de réalisation problématique. Il ne reste pas moins vrai que dans de nombreux cas, il est possible de filtrer un ou plusieurs termes en opposition. On peut aussi remarquer que cette structure, si elle n'est pas exclusivement orale, loin de là, apparaît beaucoup plus fréquemment dans au style direct, donc à l'oral, qu'au style indirect – même lorsque le texte est écrit à la première personne. Ce fait, bizarrement, ne va pas de soi dans la mesure où c'est justement à l'oral que l'énonciateur a accès à d'autres moyens phonétiques comme (en anglais) l'accent tonique, pour exprimer ses mises en relief. Lorsqu'il utilise une clivée, d'ailleurs, l'énonciateur redouble, en général, la mise en relief, en utilisant à la fois un moyen phonétique (l'accent) et un moyen syntaxique. (C'est Jean qui l'a fait). La mise en relief est donc, si on peut dire, doublement sans ambiguïté.

17A ce stade, je voudrais insister sur deux points. Le premier est que la clivée n'est qu'un des multiples moyens syntaxiques qui permettent de mettre en relief, moyens qui vont de Voilà… qui/que

(5) Voilà Jean qui s'en mêle…

à – dans un autre registre – (exemples attestés)

(6.1) (Il?) y aurait quelque chose qu'aurait pas collé que je serais pas autrement surpris.
(6.2) C'est un cheval (.?/?/…?), il serait dans les trois premiers que ça m'étonnerait pas.

ou encore à

(6.3) Il s'est fabriqué une petite scie circulaire que si on voulait se couper un doigt avec, il faudrait le faire exprès.

18Le deuxième point est que les frontières entre la clivée et certaines autres formes (dont les pseudo-clivées ou la forme dite impersonnelle qui permet également la mise en relief) ne sont pas toujours claires. J'ai souvent eu l'impression d'arracher ma structure au tissu vivant et beaucoup plus complexe de la langue. On peut remarquer, par exemple, que ce type de structure se retrouve dans l'interrogatif en français :

(7) Est-ce Jean qui l'a fait ?

  • 4  Paris : Hatier, 1969, 9e édition, p. 166

19Le lecteur aura remarqué qu'au cours de cette présentation j'ai mélangé les exemples tirés de l'anglais et ceux tirés du français comme si – en ce qui concerne cette structure – il n'y avait aucune différence entre les deux langues. Et, en effet, lorsque l'on consulte les grammaires anglaises et françaises, rien ne permet d'en distinguer l'utilisation. Les grammairiens non-comparatistes accordent une égale importance à la structure, et lorsqu'ils sont en désaccord entre eux dans une même langue, leurs désaccords portent sur les mêmes domaines. L'on se souviendra que j'ai posé comme sine qua non de l'existence d'un phénomène stylistique, l'absence de toute contrainte grammaticale qui interviendrait pour imposer l'utilisation de la structure. Il me semble donc intéressant de noter que lorsque Grévisse décrit cette forme il utilise le mot "gallicisme"4. Qui plus est, toute personne qui regarde de près les traductions ne peut qu'être frappée par le fait que cette structure a une forte tendance à disparaître, lorsque l'on traduit du français vers l'anglais, et, par contre, à être introduite massivement lorsque l'on traduit de l'anglais vers le français. Que cela signifie-t-il et qu'est-ce que cela implique exactement ?

20Pour jeter une lumière particulière sur ce problème, je voudrais sortir un instant du rapport français/anglais – et du binôme gallicisme/anglicisme. Jeffrey Gantz, dans un article sur sa traduction du grand texte gallois, The Mabinogion, parle de différents problèmes que pose la traduction des langues celtes et fait cette remarque qui nous concerne de très près et sur laquelle je reviendrai dans ma conclusion :

(8) These were relatively easy decisions ; it was much harder to capture the distinctively passive, noun-centered quality of the text. The Mabinogion begins thus :

Pwyll Pendeuic Dyuet a oed yn arqlwyd ar seith cantref Dyuet…

An absolutely literal reading would read something like this :

Pwyll Ruler Dyved that was in lord over seven hundred Dyved…

You can see that Welsh idiom is quite different from English : articles and personal pronouns are often omitted, relative pronouns are everywhere (and often require interpretation), verbs are turned into nouns – in fact everything is turned into a noun.

A less literal though still faithful version might read thus :

It is Pwyll Ruler of Dyved who was lord over the seven hundreds of Dyved.[…]

Even at this short distance from the original, speculations and sacrifices have been necessary […] As for the characteristically Celtic copula/relative clause (It is X that Y …) it is beguiling in one paragraph, but would it prove tiresome over three hundred pages ? I decided it would. A storyteller with a dramatic and varied delivery might make it listenable, but I could not do so in print.

So a further step was necessary. This is what I finally settled on :

Pwyll Lord of Dyved ruled over the seven cantrevs of the land.

  • 5  "Translating The Mabinogion and Early Irish Tales" in The Translator's Art, Essays in Honour of Be (...)

Here some real verbs (ruled […]) have been provided … and in general the construction has been made more fluid, more varied – and more English5.

  • 6 A Modern English Grammar on Historical Principles (London : George Allen & Unwin, 1965) t. 7 p. 149

21Pour simplifier, je voudrais attirer l'attention sur deux éléments des remarques de Gantz : premièrement, le gallois est "étranger" à l'anglais, dit Gantz, dans la mesure où il est passive, noun-centered, et deuxièmement l'anglais trouve tiresome la structure It is Pwyll Ruler of Dyved who was lord. Gantz n'est pas linguiste et certaines de ces remarques trahissent ce fait. Un linguiste ne peut qu'hésiter devant des phrases du type : in Welsh verbs are turned into nouns. En gallois, il existe bien des substantifs – c'est uniquement par rapport à l'anglais que l'on peut avoir l'impression qu'il y a un excès de substantifs en gallois. On peut, d'ailleurs, considérer que c'est une caractéristique des traducteurs que d'avoir des rapports ambigus avec "l'excès" de l'autre langue, de l'étranger. Sur le deuxième point, la structure celte n'est pas relativelcopula comme l'écrit Gantz et l'on peut noter qu'elle n'est pas identique à la clivée par laquelle il l'a traduite. En fait, la structure "celte" est beaucoup plus riche que ne le dit Gantz mais le fait qu'il refuse essentiellement une utilisation particulière de cette structure (la mise en relief d'un nom propre) est symptomatique. Or si l'"imprécision" des remarques de Gantz explique pourquoi les linguistes hésitent souvent devant les commentaires des traducteurs, trouvent leurs généralisations hâtives, leurs catégories (tiresome, lourdes, awkward, etc.) trop impressionnistes, il n'en reste pas moins, en fin de compte, que Gantz a absolument raison. C'est la source de la justesse de ses remarques que nous devons chercher. Et que les traducteurs se rassurent : les grammairiens ne sont pas à l'abri du jugement de valeur et de l'ethnocentrisme. Le très sage Jespersen ne dit-il pas dans sa grammaire en sept volumes : "The Irish make an excessive use of cleft sentences"6

22Cette remarque m'a suggéré quelque chose : puisque, précisément, l'anglo-irlandais, comme l'anglo-gallois, utilise beaucoup cette structure de mise en relief à cause de l'influence du substrat celte, est-ce qu'en "franco-breton", on peut l'utiliser de la même façon, étant donné que la clivée est censée être plus fréquente en français ? J'ai donc proposé à des collègues universitaires d'origine bretonne les phrases suivantes (sans leur dire sur quoi je travaillais). Les traductions proposées vont par groupe de deux (ex : (9.1.1.) & (9.1.2) ; (9.1.3) & (9.1.4)). La phrase marquée d'un * est la première traduction (écrite) proposée ; la deuxième (orale) a suivi une explication du pourquoi de la recherche et était perçue dans certains cas comme le dépassement d'une auto-censure :

(9.1) Well, well, there's better I am already. (Caradoc Evans)
(9.1.1) Enfin, enfin, du mieux, j'en vois déjà.*
(9.1.2) Mieux je suis, par exemp(le).
(9.1.3) Bon, bon, je vais déjà mieux.*
(9.1.4) (C'est) mieux (que) je vais déjà.
(9.2) It's not shining at all they are.(W.B. Yeats)
(9.2.1) Pour pas être brillants, ils sont pas brillants*
(9.2.2) Brillant c'est pas, par exemp(le).
(9.2.3) On ne peut pas dire qu'ils sont brillants*
(9.2.4) Brillant, on ne peut pas dire que c'est.
(9.3) It's destroyed I am with the sight of you. (J.M. Synge)
(9.3.1) Ca me démolit, rien que de te voir.*
(9.3.2) Détruit que je suis, par exemp(le).
(9.3.3) Cela me fout en l'air de te voir*
(9.3.4) Déglingué que je suis de te voir.

23Il va de soi que pour des raisons historiques, politiques, et d'histoire littéraire, le "franco-breton" n'a pas le même statut que l'anglo-irlandais ni même l'anglo-gallois. Mais on remarque dans ces exemples que là où les langues celtes (ainsi que l'anglais fortement influencé par elles – mais pas l'anglais standard) permettent une mise en relief relativement aisée des adjectifs (9.1) et des formes verbales (9.2) et (9.3) à travers une structure qui ressemble à la clivée (mais sans pronom relatif, il faut y insister), les francophones (même influencés par le breton) ont beaucoup de mal à utiliser les clivées pour mettre en relief le groupe verbal ou même l'adjectif. Et cela nous ramène à l'utilisation réelle des clivées dans le corpus que j'ai étudié – en anglais standard et en français standard.

Brève analyse du corpus

24Pour tenter de dégager les différences d'utilisation de la structure clivée en anglais et en français j'ai analysé un corpus de traductions dont le détail figure à l'appendice I. Comme tout corpus, mon choix se prête à critique, notamment par les absences. A titre d'exemple, il n'y a aucune dimension historique à mon analyse, aucun texte scientifique ou commercial, aucun texte américain ; par ailleurs les pièces de théâtre ont un statut ambigu puisqu'elles relèvent du parlé écrit et non pas du parlé parlé, et qui plus est, certaines des traductions sont davantage faites pour êtres jouées que d'autres… Ce qui signifie que mes résultats peuvent être modifiés par des recherches ultérieures, mais sont, je l'espère, suffisamment fiables pour constituer un début d'analyse. Néanmoins, les écarts dans les chiffres sont assez importants pour que les résultats soient parlants et le corpus assez étendu pour que les problèmes de "bonne" ou de "mauvaise" traduction soient compensés par l'étendue de l'échantillon.

Tableau global

Textes sources

Textes traduits

Français

188

109

Anglais

24

65

25On remarque tout de suite, bien sûr, que, numériquement, le français utilise beaucoup plus de clivées que l'anglais ; c'est de ce fait que découle la différence stylistique sur ce plan entre les deux langues et, partant, le problème auquel se trouvent confrontés les traducteurs. Ceux-ci essaient, on le constate, et sans doute dans la grande majorité des cas, inconsciemment, de retrouver un nombre "normal" de clivées dans leur propre langue. Ils n'y arrivent pas – la traduction est par conséquent toujours étrange, marquée de l'étranger – elle est rédigée dans ce que j'ai appelé au début de mon intervention, une interlangue stylistique. D'autre part, on remarquera, en conséquence, que l'écart dans la fréquence d'utilisation des clivées dans les textes traduits est beaucoup moins grand que dans les textes rédigés en langue originelle. Autrement, dit, dans la traduction la différence s'estompe.

26Pour ce qui est du détail du "comment" des modifications, je ne ferai que souligner très brièvement quelques phénomènes qui auront de l'importance pour ma conclusion, avant de regarder de près quelques exemples.

27Dans la traduction du français vers l'anglais on peut se demander ce que les traducteurs anglophones éliminent.

28Il est à remarquer que les clivées comportants des noms propres – mais je n'en avais que six cas dans mon corpus – disparaissent dans 83 % des cas. Sur les 125 clivées éliminées, 40 sont des substantifs ou des groupes nominaux et 54 des pronoms (67 % des occurrences). Ainsi 100 clivées sur les 125 éliminées relèvent du groupe nominal. En ce qui concerne les structures à fonction adverbiale, celles du type C'est à grand regret que… disparaissent plus facilement que les adverbiaux temporels (C'est depuis des semaines que…) qui ne disparaissent que dans 33 % des cas.

29En ce qui concerne la fonction de l'élément, les traducteurs anglais s'en prennent particulièrement aux compléments d'objet direct, dont 83 % sont éliminés.

30En ce qui concerne la position dans la phrase, et contrairement à mon attente, les clivées en position initiale sont moins souvent éliminées que les clivées en position médiane et finale. Pourtant l'effet de mise en relief est moins frappant en milieu de phrase qu'en position initiale.

31Dans la traduction de l'anglais vers le français on remarque que les traducteurs multiplient en moyenne par quatre le nombre de clivées – certains traducteurs le faisant plus que d'autres. Eric Kahane, mais c'est une grande exception, n'ajoute aucune clivée dans sa traduction de Pinter, alors que Mathieu Galey, dans sa traduction de la pièce Butley, les multiplie par dix. Qui plus est, cette moyenne cache des différences, les traducteurs français multipliaient les noms propres et les compléments moins que la moyenne, mais par six le nombre de clivées comportant un pronom (c'est lui qui…). Sur les 85 clivées ajoutées, 24 mettent en relief un substantif ou un groupe nominal alors que 46 mettent en relief un pronom. Dans le sens anglais-français, c'est le groupe nominal que les traducteurs souhaitent mettre en relief, avec une légère "surprésence" des pronoms.

32On notera également qu'ils rajoutent des clivées essentiellement dans le domaine des sujets de phrase – ce qui m'a étonné, car j'avais été frappé au cours de mes lectures spontanées – à cause de mon regard d'anglophone – par les rajouts d'objets directs et de compléments qui, à regarder de plus près, ne sont pourtant pas en fait statistiquement prépondérants.

33Par ailleurs, je voudrais insister sur deux phénomènes subsidiaires. D'après Quirk et Greenbaum, le pronom le plus fréquent dans les clivées est that. C'est-à-dire que It's the girl that I was complaining about… serait plus normal que It's the girl who I was complaining about…

34Or, dans mon corpus, deux phénomènes se dégagent très nettement. Premièrement la forme la plus fréquente y est en fait le marqueur zéro : It's the girl Ø I was complaining about… – ce qui suggère qu'en anglais (au moins parlé), on revient à des types plus anciens de structures relatives (type contact clause). Deuxièmement, si l'on sait que les étudiants francophones sur-utilisent, lorsqu'ils s'expriment en anglais, les formes who/which – à cause de leur similitude avec les formes qui/que dans leur propre langue – dans mon corpus les traducteurs font de même. On notera, par exemple, que Gantz, dans son commentaire sur la traduction du Mabinogion, passe d'un It is Pwyll ruler of Dyved whoà It is X that Y dans son commentaire. La présence statistiquement "excessive" de who et which marque ces textes comme relevant de la traduction, constitue une trace subtile de l'influence de la langue de départ sur leur propre écriture et contribue en fait à constituer leur étrangeté.

35Il est important de souligner que si l'on reprend les chiffres globaux de mon échantillon, on ne peut pas considérer que les chiffres 188/109 ou 24/65 recouvriraient deux réalités qui seraient dans un rapport d'ordre de grandeur, qu'ils seraient dans un rapport analogique, par exemple, à celui qui pourrait être établi entre une main d'enfant et une main d'adulte. La traduction, influencée par la langue de départ, opère des modifications beaucoup plus profondes, la configuration finale étant plutôt – je me permets d'exagérer ici – dans un rapport patte de chat/main d'adulte.

36Je crois qu'il serait utile à ce stade de regarder une série d'exemples avant de poursuivre plus loin. Je prends au hasard une série de six exemples qui se suivent dans les deux sens. Les six premiers sont extraits d'un texte très "cibliste" – la traduction du Marchand de vin de Simenon par Ellen Ellenbogen.

(11.1) – Qu'est-ce qui t'a donné l'idée de la tuer ?

'What did you have to kill her for' ?"

— Je ne pensais pas le faire. C'est elle qui m'a attaqué et j'ai eu peur.

'I never meant to. She went (6) for me and I panicked (6)'.

(11.2) – Qui est-ce ? demanda-t-il.

'Who is this ?' Maigret asked.

— C'est elle qui attendait le client de neuf heures.

'She's waiting (2) for the client (3) I was expecting (l)at nine (6)'.

(11.3) – Vous connaissez la rue Fortuny ?

'Do you know the rue Fortuny ?'

— C'est là qu'il les conduisait presque toutes.

'That's (3) where (1) he nearly (1) always (2) took them'.

(11.4) – […] Avec qui était-il ?

'Who was he with ?'

— Une jeune fille, sa secrétaire particulière.

'A young girl, his private secretary.'

— La Sauterelle ! C'est lui qui lui a donné ce prénom et tout le monde l'appelle ainsi.

'The grasshopper! That (3) was his (2) name (5) for her, now everybody (5) calls (2) her that (1).'

(11.5) – Il était tout seul.

'So at the end he was quite alone.'

— Je vous demanderai, demain, de me dresser la liste de vos amies, de toutes les maîtresses que vous lui connaissez.

'I'd be grateful if, sometime tomorrow, you would make out a list of all your women friends, and of any other women whom you know to have been your husband's mistresses'

— C'est bien un homme qui a tiré ?

'You're sure (4) it was a man (6) who shot (4) him ?'

(11.6) – Elle n'a pas manifesté beaucoup de chagrin.

'She didn't seem much upset.'

— Cela viendra. Déjà tout à l'heure, quand elle se mettra seule au lit. Peut-être est-ce la femme de chambre qui va pleurer, car elle couchait certainement avec lui aussi.

'That will come later. It will probably hit her in the night, as she lies alone in her bed. But if anybody (7) sheds (1) any tears (1), I daresay it will be the maid (6). There's no doubt in my mind that she was another of his conquests.

37Dans le sens anglais-français voici une série d'exemples tirés de R. Harwood : The Dresser, traduction : L'habilleur, J.-F. Prévand et Stephan Meldegg.

(12.1) It's facing the company (0) IS worry about.

Il n'y a qu'une chose d'importante : les gens, la compagnie.

(12.2) Doctors ? Executioners. Do you know what he told me ? A short bald butcher, II Duce in a white coat.'You need a rest', he said.

Les docteurs ! C'est pas les chemises brunes qu'il faut combattre, mais les blouses blanches !

(12.3) Cancel the performance.

— Il faut annuler.

— Can't. Mustn't. Won't.

— Je ne le peux pas, je ne le dois pas, je ne le veux pas.

— Then take the consequences.

— C'est toi qui en supporteras les conséquences.

(12.4) This is my work, my life's work, I'm an actor.

C'est mon métier, je sais, le métier que j'ai fait toute ma vie …Acteur.

(12.5) Just one person (in the audience) is certain to know and understand. And I act for him.

Une seule personne, une seule qui comprend et c'est pour elle que je joue.

(12.6) Never mind about covering the cracks, what about the wig join ?

Pour l'instant, c'est votre perruque qui dépasse.

38Chaque exemple ici mérite analyse. J'ai limité mes remarques à deux problèmes dans chaque groupe, quitte à revenir sur d'autres exemples à la fin de mon intervention. Mais d'abord je voudrais attirer l'attention sur les chiffres entre parenthèses qui suivent les traductions anglaises et qui sont le résultat d'une étude auprès d'anglophones à qui les phrases avaient été proposées afin de voir si oui ou non il y avait consensus sur les accents de phrase. Or on voit qu'il n'y a pas de consensus – ce qui signifie, qu'en partant de textes écrits on ne peut pas dire que l'utilisation d'une clivée soit obligatoire, soit imposée par une "contrainte" de type linguistique ou sémantique qui rendrait "inévitable" l'apparition de la clivée. Pour revenir à mes exemples, on note entre autres choses qu'en ce qui concerne (11.6) la mise en relief existe. La modalité peut-être (qui devient if anybody […] I daresay) et le substantif femme de chambre (maid) sont systématiquement mis en relief par les anglophones, même en l'absence d'une clivée. On n'est pas, entre le français et l'anglais, entre deux systèmes dont l'un accepterait la mise en relief et l'autre non. Dans les exemples (11.3) et (11.4) on remarque le cas intéressant de That qui est autant (mais moins certainement) mis en relief qu'un élément qui ferait partie de la clivée. Ces exemples m'intéressent dans la mesure où, en partant d'un "That" anaphorique, on retrouve très souvent une clivée en français alors que l'inverse n'est pas vrai. Ce qui veut dire ici encore que la traduction n'est pas (toujours) une activité symétrique, un courant qui passerait alternativement de droite à gauche et de gauche à droite.

39Dans la série de traductions de l'anglais vers le français, on constate dans le premier exemple un phénomène, certes, très rare, mais qu'il faut souligner : une clivée anglaise qui disparaît dans la traduction. Mais même ici, ce qui est intéressant, on verra pourquoi par la suite – est le fait que là où en anglais il y a un élément de type verbal, en français – pour simplifier – ce sont des substantifs qui sont mis en relief par un processus de focusing. Par ailleurs on remarquera en (12.12) qu'une modification sémantique importante du texte s'accompagne de l'apparition d'une clivée. Ce qui signifie, à mon avis, qu'il faudrait tenter de distinguer deux problèmes qui n'ont pas exactement le même statut théorique : la notion de fidélité au message, et les problèmes de forme syntaxique choisie. Je propose d'en rester là et de passer maintenant au problème suivant.

Signification sémantique/littéraire de la modification

40Il est possible que certains lecteurs, s'ils reconnaissent l'existence de cette modification, se posent la question de savoir si elle tire vraiment à conséquence ? Je crois que oui.

41Avant d'essayer de répondre à la question : en quoi est-ce qu'il y a modification ? Je voudrais dire que, personnellement, je me trouve en sympathie avec le courant structuraliste et néo-structuraliste qui affirme que toute modification (particulièrement là où le choix existe) tire à conséquence, que, par exemple, la maison a été construite par Paul n'est pas une paraphrase de Paul a construit la maison – autrement dit que la thématisation est toujours signifiante, aussi infimes que soient les conséquences du changement intervenu. Mais à ce niveau de principe, on n'avance pas loin. Dans l'exemple qui nous concerne ici ce qui est en jeu est le problème crucial de la mise en relief (foregrounding).

42La mise en relief est une notion importante à la fois en linguistique et en littérature. Dans le domaine de la critique littéraire, elle a connu, notamment depuis le formalisme et le structuralisme, un développement considérable. La mise en relief selon les critiques qui en parlent, génère précisément la "poéticité" d'une œuvre, car c'est la mise en relief (systématique) qui épaissit le texte, renvoie au langage et interdit, donc, une consommation purement utilitaire. Dans la mesure où, à travers la répétition ou le parallélisme, l'élément mis en relief fait partie d'un réseau, il permet au lecteur de structurer le texte en tant qu'objet esthétique – c'est le cas paradigmatique des rimes qui sont mises en relief par leur position en fin de vers. Mais, je le répète, ce n'est pas le réseau construit dans un seul texte ou "œuvre" qui m'intéresse ici ; c'est un problème de choix dans la langue.

43Pour les linguistes aussi, bien sûr, la mise en relief est un problème sémantique important, que cette mise en relief se fasse à travers une structure syntaxique comme c'est le cas ici ou bien par des moyens phonétiques. C'est par la mise en relief que l'énonciateur hiérarchise les informations qu'il propose, modalise son énoncé et oriente l'interprétation du co-énonciateur. Or, comme l'a rappelé M. Chassigneux l'année dernière, la notion de mise en relief n'a de sens que par rapport au non-mis en relief – autrement dit il n'y a pas de foreground sans background. Si le rêve d'un texte où tout serait également mis en relief (comme dans le minimalisme) est un rêve qui hante les poètes – car c'est le rêve d'un texte absolument dense ou transparent, où tout serait également nécessaire ou aléatoire – ce rêve pose problème, ne serait-ce que parce que le lecteur a toujours tendance à "mettre en perspective" – et sans doute plus profondément parce que toute activité symbolique (on pense au problème de l'opposition figure/ground) semble se reposer en partie sur la tension créée entre ce qui est mis en relief et ce qui ne l'est pas. En ce qui concerne l'activité de traduction que nous étudions ici, j'insisterai sur trois problèmes :

  • l'exactitude.

  • le problème du passage d'un texte où la mise en relief (focusing) est incertaine à celle d'un texte où la mise en relief est non-ambiguë et vice versa.

  • les conséquences du fait que la modification porte essentiellement sur la mise en relief du substantif et du pronom en français.

44Il va de soi que toute modification donne un texte "inexact", et qu'il y a dans les traductions de mon corpus des modifications qui débouchent sur ce que l'on peut appeler des faux sens ou même des contre-sens. Je crois personnellement que c'est le cas pour la traduction de (11.1). Mais si on peut discuter au cas par cas, il me semble difficile de tirer des conclusions d'ordre général sauf en ceci : s'il existe dans certaines traductions nombre de "fautes" qui relèvent de l'ignorance, de la désinvolture, de l'inattention et donc, à la limite, de l'aléatoire, beaucoup plus d'erreurs qu'on ne le pense sont provoquées par des contraintes dont le traducteur n'a même pas conscience – l'erreur aurait ainsi souvent le même statut que l'acte manqué en psychanalyse. Elle serait la trace en surface d'une tentative "maladroite" de résolution de problèmes autres. Parmi les cas présentés, je considère, par exemple, que c'est peut-être parce qu'elle est en train d'essayer d'éviter une clivée, qu'elle ne veut pas mettre en relief un pronom, qu'Ellen Ellenbogen a été amenée à commettre ce que l'on peut considérer comme un erreur (l'atténuation de la tentative de déplacement de responsabilité) dans l'exemple (11.1).

  • 7  Obsidiane (22), Printemps 1983, p. 6.

45Sur le deuxième point il faut insister sur le fait que nous ne nous trouvons pas devant une situation d'opposition simple : mise en relief/non mise en relief. Il y a des degrés de mise en relief et des consensus plus ou moins grands sur ce qui est et doit être mis en relief. Pour essayer de cerner le problème j'avais, comme je l'ai déjà écrit, proposé les exemples tirés d'Agatha Christie à six anglophones sans leur dire ce sur quoi je travaillais, et en leur demandant de mettre l'accent de phrase. Les chiffres sont à manier avec précaution car certains des anglophones ont utilisé un système à deux niveaux (main stress, minor stress) ou ont proposé plusieurs possibilités. Pourtant, ce qui m'a frappé dans leurs réponses, c'est leur variété. Si l'on prend (11.4) par exemple, il n'y a pas de consensus sur la localisation de la mise en relief; et l'énoncé s'ouvre sur toute une série de lectures différentes – c'est ce qui explique, bien sûr, qu'un acteur peut "interpréter" un texte écrit. Or l'ambiguïté de la mise en relief fait partie du sens. Comme l'a dit le poète polonais Cyprian Norwid en 1882 : "le silence et, plus précisément, ce qu'on passe sous silence font indiscutablement partie du discours"7. Mais l'on remarquera qu'il y a des exceptions à cette ambiguïté générale, notamment les phrases (11.5) et (11.6). On peut attirer l'attention sur le fait que dans (11.5) la clivée française est traduite par une cleft. La clivée est donc une des formes qui permettent de diminuer les possibilités d'interprétation, en imposant une lecture qui devient très nettement majoritaire. Le choix de la clivée est un choix d'interprétation et même – pour simplifier – le choix d'une seule interprétation. On voit donc que lorsqu'on passe d'un énoncé avec clivée à un énoncé sans clivée, on passe dans un grand nombre de cas – et je simplifie encore – d'un énoncé avec interprétation unique à un énoncé aux interprétations multiples. Or si la traduction exige le respect scrupuleux du sens du texte originel, elle devrait aussi respecter l'ambiguïté du texte originel. D'un point de vue sémantique, cette tendance générale à rajouter des clivées dans le passage vers le français et, inversement, leur élimination massive dans le sens contraire modifie d'une façon importante la topographie sémantique du texte – ouvrant l'éventail des interprétations lorsque l'on va vers l'anglais, le réduisant lorsque l'on va vers le français.

46D'une façon générale – et si je dépasse ici très largement le corpus donné, je m'appuie néanmoins sur d'autres études (notamment celles de Mme Guillemin-Flescher) sur l'antéposition, l'incise, l'inversion, l'apposition, l'articulation des procès, etc. – on constate que dans de nombreux domaines les traducteurs francophones hiérarchisent les informations là où les traducteurs anglophones les déhiérarchisent. Or toute hiérarchisation est une intervention explicite de l'énonciateur, intervention devant laquelle les traducteurs anglophones semblent, dans de nombreux domaines, rester réticents, préférant des stratégies de masquage de leur présence. Cette intervention de l'énonciateur relève d'un deuxième phénomène que les travaux de Mme Guillemin-Flescher ont soulignés. Les grammaires (par exemple Quirk et Greenbaum) insistent sur le fait que focusing (la mise en relief) et thematic fronting (thématisation) sont intimement liés. Le thème, je le rappelle, est défini – pour aller vite – comme ce que l'énonciateur pose comme repère, comme ce à partir de quoi il articule le reste de son énoncé – le topic dans d'autres écoles linguistiques :

47Par exemple :

(13) The name of Caradoc Evans (a) provokes reactions in Wales even today. His (a) volumes of stories (b), published during the Great War and after, made him the most reviled man in the country. Virtually all his (a) creative writings (b+) were naked attacks on Welsh Nonconformity, the dominant social, religious and political force at that time.

48On voit ici que le thème de la première phrase est The name of Caradoc Evans (a), de la deuxième est His (a) volume of stories (b), et de la troisième all his (a) creative writings (b+) etc. Or ces thèmes non seulement créent un réseau sémantique relativement simple mais sont aussi essentiellement des thèmes dits "attendus" ou "non-marqués", le poids sémantique de ces éléments, la nouveauté des informations qu'ils contiennent n'étant pas grand. Si en troisième phrase on avait : it was Welsh Nonconformity, the dominant social, religious and political force at that time, that formed the subject of his naked attacks…, on aurait une thématisation marquée. Or tout changement de thème est perçu comme relevant de l'intervention de l'énonciateur. Il est clair – et toutes les études le démontrent – que le français accepte et même valorise le changement de thème, ce qui est perçu comme une rupture dans le réseau – autrement plus lisse en anglais – des thèmes.

49Mais ce qui est, à la limite, plus important est que cette mise en relief ne porte pas, et par conséquent le consensus interprétatif qu'elle impose ne peut pas se porter sur tous les éléments de la phrase lorsqu'on utilise une clivée. Si l'on tente, par exemple, de mettre le ou les accents de phrase sur un ou plusieurs éléments de la phrase :

(14) I dream about it. I dream I'm always in a car and I'm driving, but I got no licence.
(Wesker : Chips with everything)

50Le consensus (pour autant qu'il puisse exister) tend à faire mettre l'accent sur dream , always , driving , got, no. Or que voit-on dans la traduction ?

C'est le truc que je vois toujours en rêve : je suis dans une voiture, c'est moi qui conduis, mais j'ai pas de permis.
(trad. : François Sommaripas)

51On est passé d'un énoncé où les verbes jouent un grand rôle, à un énoncé où le substantif, nom et pronom sont mis systématiquement en relief. On se souviendra des chiffres que j'ai déjà donnés : ce qui se passe donc dans la traduction est un changement radical du centre de gravité de l'énoncé – changement qui n'intervient pas d'une façon aléatoire. Et ici on retrouve un phénomène que tout le monde connaît, et que tout le monde commente – l'importance du substantif en français et du verbe en anglais, que les commentateurs soient des poètes comme Pound qui écrit, citant Fenellosa :

  • 8 The Chinese Written Character as a Medium for Poetry (San Francisco: City Light Books, 1969) p. 29

I have seldom seen our rhetoricians dwell on the fact that the great strength of our language lies in its splendid array of transitive verbs… I had to discover for myself why Shakespeare's English was so immeasurably superior to all others I found that it was his persistent, natural and magnificent use of hundreds of transitive verbs8,

52ou bien qu'ils soient des grammairiens ou des linguistes/pédagogues comme Chuquet et Paillard (Approche linguistique des problèmes de traduction) ou encore les traducteurs eux-mêmes. Si l'on regarde de nouveau ce qu'écrit Gantz, ne dit-il pas justement que la "difficulté" que pose le gallois au traducteur, le coeur de son "étrangeté" pour un anglophone, l'excès que le traducteur doit soit assumer soit censurer, se trouve précisément dans "the distinctly passive, noun-centered quality of the text", et que pour rendre The Mabinogion "more English", il faut ajouter constamment des real verbs.

Quelques conclusions

53J'espère avoir ici suffisamment décrit ce qui se passe dans les deux langues dans le domaine de l'utilisation des clivées. J'espère également avoir prouvé par cet exemple concret les hypothèses qui sous-tendent mon travail d'une façon générale : c'est-à-dire que là où il y a choix, l'énonciateur choisit certains agencements plutôt que d'autres d'une façon qui n'est pas arbitraire. Le traducteur se trouve donc constamment en train de tendre vers ce qui est probable dans sa propre langue mais à des degrés divers et selon ses propres priorités de traducteur. Dans les textes que j'ai étudiés ce mouvement amorcé n'aboutit jamais totalement, mais même lorsqu'il n'est qu'amorcé, il modifie nécessairement le sens du texte. On peut se poser la question de savoir si, pour autant, ce que je propose constitue "des règles de traduction". Je pense qu'il faut être très clair là-dessus. Ce à quoi j'aboutis est en fait, je crois, une probabilité statistique qui peut être décrite en termes linguistiques ou grammaticaux. Il ne s'agit pas, d'abord, de règles de type linguistique. Dans le cas de ces dernières – idéalement – on doit pouvoir arriver à une règle qui permet, dans des contextes donnés, la production d'énoncés corrects et seulement ces énoncés-là. Si la règle est correcte, tout énoncé qui ne s'y conforme pas doit être inacceptable. Or ici ce n'est pas le cas. Si j'ai dit que les traducteurs ont tendance à éliminer les clivées avec les noms propres, il va de soi que la clivée avec nom propre est possible en anglais – j'en ai d'ailleurs des exemples dans mon corpus. Et il faut insister sur le fait que ces exemples de clivée anglaise avec nom propre ne sont nullement des contre-exemples. Pour prendre un exemple équivalent banal : si l'on dit que le taux de fécondité par femme, en France, est de l'ordre de 1.8, le fait qu'aucune femme (heureusement) n'arrive à atteindre ce chiffre magique de 1.8 n'enlève rien à son exactitude, l'existence de femmes à trois enfants ne constitue pas un contre-exemple, et le nombre d'enfants produit dans chaque couple (ou ici, par analogie, dans chaque traduction) s'explique, s'il s'explique, par des facteurs d'une grande et peut-être impossible complexité. Surtout, on ne peut pas prévoir le nombre d'enfants qu'aura telle ou telle jeune fille de dix ans, comme on peut prévoir avec certitude quel sera le taux de fécondité des femmes d'ici trente ans. Plus précisément, dans mes exemples, j'ai beau essayer, je n'arrive pas à expliquer pourquoi c'est telle ou telle phrase anglaise qui est traduite par une clivée alors qu'une phrase apparemment identique ne l'est pas. Ce qui a pour résultat que je n'arrive pas à prédire la traduction de telle ou telle phrase, que je ne peux pas proposer de règles, alors que je peux prédire sur un échantillon important la tendance générale des traductions. Cela signifie que dans les démarches de type statistique descriptive, on arrive à déceler une tendance centrale avec, de chaque côté, des exemples qui n'entrent pas dans cette tendance centrale – en d'autres termes à des écarts. Et, dans le domaine qui nous concerne, ces écarts se manifestent différemment d'un traducteur à l'autre traducteur, et d'un texte l'autre.

54Néanmoins il me semble que le fait de dégager cette tendance centrale (qui n'est pas une norme – de "littérarité" par exemple – et qui peut se modifier d'époque en époque) est une activité utile. A titre d'exemple on peut prendre la pédagogie. Si (et cela ne va pas de soi) par un "bon thème", on entend la production d'un texte tel qu'il y aurait une probabilité raisonnable qu'il ressemble à un texte produit – hors situation – par un native speaker, on peut considérer que ce texte doit comporter un taux de présence de clivées sensiblement identique à celui d'un texte produit par un anglophone hors traduction – taux que l'on peut analyser. Par conséquent toute traduction qui – par exemple en respectant absolument les mises en relief du texte originel – refuserait d'éliminer les clivées lorsque l'on passe du français vers l'anglais, ou d'en ajouter lorsque l'on passe de l'anglais vers le français, aboutira à un texte qui sera perçu comme "étrange" par un lecteur unilingue. D'une façon subsidiaire, on peut considérer qu'il est utile de savoir avec précision ce qui se passe au cours de l'activité de traduction. Si l'enseignant doit à la fois s'occuper de l'unique et du récurrent, c'est, me semble-t-il, le récurrent qu'il doit enseigner en premier lieu.

55Dans un autre domaine, je pense que la linguistique a intérêt à s'adresser à des problèmes contrastifs et à des problèmes stylistiques au même titre qu'elle a intérêt à prendre en considération le développement de la linguistique historique, et qu'il y a quelque danger à faire trop constamment abstraction des configurations réelles que prend telle langue donnée à telle époque, à ne pas distinguer entre le possible et le probable et entre les degrés de probabilité.

56Finalement, il me semble que ce type de travail permet, en ce qui concerne l'étude de la traduction, d'aller au-delà de l'exemple, du problème à résoudre, sans prétendre imposer des contraintes à la liberté – très grande – du traducteur qui pourra toujours s'écarter de la moyenne; qu'il permet aussi de généraliser dans une certaine mesure, de donner un contenu plus précis à des oppositions du type "priorité à la langue de départ"/"priorité à la langue d'arrivée", "fidélité/lisibilité" qui deviennent très vite des pétitions de principe, la proclamation d'impératifs catégoriques et, je le crains, des querelles insolubles d'école.

Haut de page

Bibliographie

Textes français

CAMUS, Le malentendu, Gallimard, "Folio", 1958.

Stuart GILBERT, Cross Purpose, Penguin, 1965, "Penguin Plays". Jean GENET, Les nègres, Folio, 1958.

Bernard FRETCHMAN, The Blacks, London : Faber &Faber, 1960.

Boris VIAN, Les bâtisseurs d'empire, J.J. Pauvert 1972.

Simon WATSON TAYLOR, The Empire of Builders, New York : Groove Press, 1967.

Boris VIAN, Le goûter des généraux, J.J. Pauvert 1972.

Simon WATSON TAYLOR, The Generals' Tea Party, New York : Groove Press, 1967.

J.-P. SARTRE, Les Séquestrés d'Altona, Livre de Poche, (Gallimard) 1960.

Sylvia and George LEESON, Altona, Penguin, 1960.

Marguerite DURAS, L'amant, Les éditions de minuit, 1984.

Barbara BRAY, The Lover, Fontana, 1985.

SIMENON, Maigret et le marchand de vin, Presses de la Cité, 1970.

Eileen ELLENBOGEN, Maigret and the Wine Merchant, Penguin (Hamish Hamilton) 1971

Textes anglais

Arnold WESKER, Chips with everything Penguin, 'New English Dramatists, 7' 1963.

François SOMMARIPAS, Des frites, des frites, des frites… L'Avant-scène, No.

Harold PINTER, Old time, New York : Groove Press, 1973.

Eric KAHANE, C'était hier, N.R.F. Gallimard, 1971.

David STOREY, Home, London : Jonathan Cape, 1970.

Marguerite DURAS, Home, L'Avant-scène, 1986.

Ronald HARWOOD, The dresser, London : Amber Lane Press, 1980.

J.- F.PREVAND/ S.MELDEGG, L'habilleur, L'Avant-scène, 15 janvier 1981.

Simon GRAY, Butley, Eyre Methuen, 1979.

Matthieu GALEY, Butley, L'Avant-scène, 1er septembre, 1974.

D.M. THOMAS, The White Hotel, pp. 81-184 Penguin, 1981.

Pierre ALIEN, L'Hôtel blanc, Le livre de Poche, 1982.

Agatha CHRISTIE, Murder on the Orient Express, Fontana, 1974 (première édition 1934).

Louis POSITIF, Le Crime de l'Orient Express, Le Livre de Poche/Policier, (1934 ?).

Haut de page

Notes

1  L'Epreuve de l'étranger (Paris : Gallimard, 1984) p 16.

2  Texte cité par Anne Cluysenaar dans Introduction to Literary Stylistics (London : B.T. Batsford Ltd. 1976) pp. 41-42

3  London : Macmillan, 1984, p. 262

4  Paris : Hatier, 1969, 9e édition, p. 166

5  "Translating The Mabinogion and Early Irish Tales" in The Translator's Art, Essays in Honour of Betty Radice (Harmondsworth : Penguin Books, 1987) pp. 65-66

6 A Modern English Grammar on Historical Principles (London : George Allen & Unwin, 1965) t. 7 p. 149

7  Obsidiane (22), Printemps 1983, p. 6.

8 The Chinese Written Character as a Medium for Poetry (San Francisco: City Light Books, 1969) p. 29

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Volsik, « La traduction des clivées et le problème de la mise en relief », Palimpsestes, 5 | 1991, 77-99.

Référence électronique

Paul Volsik, « La traduction des clivées et le problème de la mise en relief », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 04 janvier 2011, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/619 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.619

Haut de page

Auteur

Paul Volsik

Université Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals