Navigation – Plan du site

Nadine Gordimer : l'implicite et l'explicite quelques problèmes de traduction de The Conservationist1

Antoinette Roubichou-Stretz
p. 117-121

Texte intégral

  • 1  N. GORDIMER, The Conservationist, Penguin, Harmondsworth, 1983 Traduit sous le titre : Le conserva (...)

1Les trois textes choisis permettent d'étudier la double problématique de la traduction : aux problèmes posés par le passage d'une langue à une autre (contraintes stylistiques et linguistiques qui conditionnent l'écriture ; phrases nominales, répétitions, usage différent des pronoms personnels et possessifs), viennent s'ajouter ceux que pose le respect, du projet de l'auteur, lequel est, dans une certaine mesure, difficile à couler dans le moule de la langue d'arrivée, le français.

2L'auteur elle-même a exigé une fidélité totale au sens explicite, mais aussi au non-dit, aux ambiguïtés, refusant donc la copia verborum de Jacques Amyot (dont il a été si brillamment question plus tôt), les doublets, les équivalences, et interdisant d'expliciter l'implicite.

3Il fallait par conséquent trouver une interlangue capable de jeter un pont entre les deux textes, celui de départ et celui d'arrivée.

4Par ailleurs, comment pratiquer la mise en relief quand les connotations doivent rester ambiguës et que les "béquilles déictiques" du français (c'est…qui, ce sont…qui), si peu élégantes et maniables, demeurent le seul recours pour sortir de l'impasse imposée par un ordre des mots ultra-rigide (sans mentionner les contraintes de la concordance des temps) ?

5Dans notre corpus nous nous concentrerons sur l'étude du versant sémantique de la mise en relief, sans pour autant négliger la syntaxe.

Premier extrait

6Le texte qui ouvre le roman nous jette dans l'action in medias res. Il est difficile, à première lecture, d'en saisir toutes les implications parce qu'il présente formellement certains des signes distinctifs du récit (utilisation de la troisième personne). Mais si on se penche sur le promoisson d'impressions olfactives (page 10, lignes 30-39) vient compléter le tableau avant que celui-ci ne s'étende jusqu'à l'horizon.

7C'est alors seulement que cette première scène se termine sur un passage qui en constitue comme le couronnement apocalyptique : A whole clutch of guinea fowl eggs… Ce sont les premières phrases vraiment explicites. Il ne restera plus rien quand les Noirs auront pris le pouvoir. L'anaphore renforcée en français ((un seul in en anglais) : Dans tout le pays. Dans tout le continent. Dans les océans, dans le ciel.) nous a permis de bien mettre en relief cette idée essentielle. En effet, jusque-là la tâche du traducteur était surtout de restituer l'unicité du point de vue et la convergence des différentes impressions sensorielles (les impressions tactiles, au sens où B.Berenson emploie ce mot, étant constamment associées aux éléments visuels, et l'auditif et le visuel au moins une fois : like audible smoke (p. 10, ligne 18). Cette convergence des impressions sensorielles formant un faisceau est fréquente chez Nadine Gordimer où elle s'exprime le plus souvent sans aucun adverbe de comparaison, ce qui contraint le traducteur à renoncer à l'usage de comme, en quelque sorte, pour ainsi dire, considérés comme trop explicites. Les mots d'ordre sont, par conséquent, dépouillement, fidélité, rigueur.

Deuxième extrait

8Il s'agit d'un retour en arrière du point de vue du temps très imprécis et fluide du récit, sans aucun repérage par rapport au moment de l'énonciation. Le héros a acheté la ferme dont nous le voyons propriétaire depuis déjà quelques mois au début du roman, et téléphone à la jeune femme avec laquelle il l'a visitée, dès qu'il a su que la propriété était en vente. Nous n'apprendrons son nom que quelques pages plus loin : Antonia. L'absence du nom propre est, en effet, comme nous l'avons dit plus haut, l'un des marqueurs soulignant la dimension réelle de l'énoncé qui, plus que récit émanant d'un point de vue omniscient (à prédominance narrative, donc), est le stream of consciousness du héros.

9Il est difficile pour le traducteur de ne pas expliciter un dialogue aussi concis, des phrases aussi brèves dont les connotations ne sont pas toujours claires pour le lecteur français.

10Il y a quand même des repérages, notamment la localisation de l'élément farm par rapport à la situation d'énonciation : that farm, et plus loin the house, et un certain décalage temporel (You've bought).

11Les trois premières répliques situent donc le dialogue, et l'aparté qui suit (Not yet the house ; but soon, soon there.) souligne la prédominance du discours intérieur libre.

12The Carlton évoquant un établissement chic et coûteux en France (comme partout ailleurs), point n'est besoin d'expliciter la réponse de Mehring. Par contre, celle de la jeune femme est loin d'être claire : cette dernière est une gauchiste qui, suivant ses conventions, ne fréquente pas les restaurants que fréquente la minorité blanche au pouvoir et rejette (apparemment) certains aliments (parce que trop chers ? – smoked salmon – ou trop à la mode ? – Parma ham and melon –). Elle invite donc chez elle cet homme qu'elle connaît à peine, mais cette attitude doit, elle aussi, s'inscrire dans son comportement général de femme libérée. Presque toutes les phrases du dialogue sont nominales en anglais, ce qui vaut aussi pour une partie de la description de la maison d'Antonia et pour les interventions de la jeune femme lorsque le dialogue reprend après cette partie narrative (p. 72, lignes 12-15 : Dusty subject…, ligne 19 : People with a future, ligne 31 : A charity school in your farm…)

13Nadine Gordimer tenait beaucoup à ce que le caractère nominal de ces phrases soit respecté (ce qui est malaisé en français), et l'on peut se demander pourquoi. Est-ce pour rompre l'illusion romanesque, pour que nous comprenions qu'il ne s'agit pas d'un vrai dialogue ? Le verbe situe, explicite, il est par conséquent à rejeter. En l'absence de procès repères ou repérés, tout demeure indéterminé. Nous devons donc percevoir les répliques échangées entre les deux protagonistes commes des clichés, des expressions toutes faites traduisant deux sensibilités politiques opposées. Les connotations d'ordre politique sont, d'ailleurs, plus faciles à saisir que les connotations d'ordre "alimentaire", et c'est pourquoi leur représentation elliptique et allusive peut être respectée.

14Cette affirmation ne comporte qu'une dérogation : Vous êtes de ceux qui ont trop de tout (p. 78, ligne 25 pour traduire You're the sort who has too much, p. 72, ligne 36), l'ellipse étant impossible en l'occurrence.

15A la lumière de ce texte et compte tenu d'analyses très approfondies de la syntaxe comparée des deux langues, il nous semble justifié de dire qu'il est impossible de généraliser en ce qui concerne les ellipses et les phrases nominales en français ou en anglais. Tout traducteur qui a étudié à fond un texte se sent avantagé par rapport au lecteur éventuel, et disposé à lui faciliter charitablement la tâche. Dans chaque cas, il faut tenir compte du contexte situationnel, de l'étrangeté et de "l'exotisme" de la réflexion de l'auteur sur ce contexte. Il n'est pas plus interdit d'écrire en français : il sonna. Personne que No, no. Parma ham and melon en anglais. La réaction du traducteur doit toujours être prudente, ponctuelle et pleinement motivée.

Troisième extrait

16Ce texte constitue un exemple de syntaxe extrêmement lâche, de construction désarticulée dans laquelle les syntagmes verbaux sont rares (et par conséquent les procès très peu situés dans le parcours temporel). Il termine un chapitre au cours duquel Mehring s'est livré à des attouchements sur la personne d'une jeune fille, dans un avion le ramenant d'un lointain voyage chez lui, en Afrique. Le héros imagine ce qui aurait pu se passer en une séquence proprement onirique.

17Avec la phrase qui commence par Not without tenderness, il semblerait qu'on ait atteint un point limite, celui où la syntaxe "craque". A notre avis, un verbe s'imposerait ici en français (ligne 6 : cela ne s'était pas déroulé sans tendresse), de même qu'une virgule après mais qui saura jamais, pour traduire : but who is ever to know that is part…) et des points de suspension après la première parenthèse (ligne 9 de la traduction). Mais l'ambiguïté très grande de la phrase survit, malgré ces trahisons mineures : elle exprime les rapports d'oppression qui sévissent en Afrique du Sud, rapports très clairs entre Blancs et Noirs, mais beaucoup moins entre la minorité au pouvoir (Boers et Anglo-Saxons) et les autres groupes ethniques (la jeune fille est un immigrante portugaise). La situation du héros dans l'avion est donc emblématique, tout comme la scène décrite dans le premier extrait.

18L'ambiguïté est très grande aussi dans le terme disclosed (ligne 10) qui est un mot-clé du roman. En effet, c'est au cadavre qu'il se réfère, ce cadavre qui ne veut jamais disparaître. Divulgué n'est certainement pas aussi riche de sens.

19Quant à la dernière phrase, extrêmement chaotique et mal bâtie, elle doit rendre la confusion qui règne dans l'esprit du héros et que déclenche l'image de la jeune fille (l'étrangère – the stranger – lui rappelant l'étranger – a strange man – assassiné et déposé ensuite sur sa ferme). L'effet produit est celui d'une "mise en relief en creux" : le héros a l'impression d'être sauvé tout en sentant une vague menace peser sur lui (she may anytime be quite near) ; la construction disloquée a été fidèlement rendue en français, exception faite de l'introduction d'un tiret pour faciliter la lecture.

20En conclusion, on peut dire que cet exercice de traduction littérale, bien qu'extrêmement difficile, n'est ni impossible ni infructueux. Les procédés chers à Nadine Gordimer peuvent presque tous être utilisés en français (à l'exception des anacoluthes trop hardies), et les effets de mise en relief s'imposer de la même façon dans les deux langues (toutes proportions gardées, les répétitions "pures" devant être évitées en français, mais pouvant fort bien être rendues par des "répétitions déguisées"). Les différences au niveau de la lecture, de la réception du message, découlent davantage de problèmes liés au contexte culturel que de problèmes linguistiques proprement dits.

21Par ailleurs, nous espérons avoir fait comprendre grâce à ces trois extraits que le Conservateur est une oeuvre fortement structurée et "pensée" jusque dans les moindres détails, où presque chaque mot revêt une importance particulière, ce qui justifie l'exigence de fidélité absolue exprimée par l'auteur.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  N. GORDIMER, The Conservationist, Penguin, Harmondsworth, 1983 Traduit sous le titre : Le conservateur par Antoinette ROUBICHOU, Albin Michel, Paris, 1988.
Voir texte de référence. Vol. II, Annexe III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Roubichou-Stretz, « Nadine Gordimer : l'implicite et l'explicite quelques problèmes de traduction de The Conservationist », Palimpsestes, 5 | 1991, 117-121.

Référence électronique

Antoinette Roubichou-Stretz, « Nadine Gordimer : l'implicite et l'explicite quelques problèmes de traduction de The Conservationist », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/622 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.622

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals