Navigation – Plan du site

The Eye of Man Hath not Heard1

À la recherche de l'emphase perdue
Mary Wood
p. 123-129

Texte intégral

  • 1  Shakespeare, A Midsummer Night's Dream, IV, I, 218.

1En nous proposant une réflexion sur la traduction de la mise en relief, Paul Bensimon la définit comme "tout déplacement d'un élément de l'énoncé par rapport à l'ordre canonique de la phrase afin de le souligner, de créer la surprise, de rompre le coefficient d'attente." En anglais, un des éléments susceptibles d'être déplacé dans ce but, c'est l'accent tonique de la phrase, ou plus exactement du groupe intonatif. Le noyau intonatif porte normalement sur la syllabe accentuée du dernier élément lexical du groupe et en le faisant remonter vers un autre élément, on déplace l'accent primaire, mettant ainsi en relief le mot contenant le noyau. Mais le problème de ce qu'on appelle lâchement l'accent emphatique est beaucoup plus complexe que le simple déplacement du noyau. Tout le jeu de l'intonation anglaise a un sens qui dépasse largement l'expression des émotions, de l'affectivité. Le sémantisme de l'accentuation et de l'intonation est un labyrinthe que le traducteur-interprète se doit d'explorer.

2Dans les langues à accent fixe, comme le français, l'accent est surtout démarcatif, générateur d'intonèmes (seules les syllabes accentuées peuvent constituer le centre intonatif) et la fonction de l'intonation est structurale et modale. A un premier niveau, elle sert à délimiter les unités syntaxiques et à identifier la hiérarchie thématique ; au niveau subjectif, le locuteur peut jouer sur le rythme et l'intonation pour mettre en relief certains éléments soit pour les contraster, soit pour signaler des présuppositions, soit pour teinter son énoncé d'une nuance affective. Dans les langues à accent dit libre, telles que l'anglais, l'accentuation joue un rôle morpho-syntaxique important et les liens sont indissociables entre accentuation et intonation. Les déplacements de l'accent de phrase associés à des combinaisons intonatives multiples produisent des modifications essentielles du message non seulement sur le plan affectif mais aussi sur le plan sémantique. Si nous prenons le déterminant some comme exemple, nous verrons que ses diverses réalisations phonétiques correspondent non pas à d'infimes nuances, mais à des sens fondamentalement différents. Puisque notre attention se porte sur la traduction, nous verrons que ces différences accentuelles et intonatives génèrent autant de traductions différentes.

3Forme réduite :

He served us some [sam] local 'wine.

Il nous a servi du vin de pays.

Forme pleine accentuée :

Il nous a servi un vin du pays (mais je ne sais pas lequel).

He served us some [SAM] local 'wine.

4Forme pleine accentuée, ton creusé (fall-rise) éclaté :

He served us 'some [SAM] local ,wine.

Il nous a servi un peu de vin du pays -mais pas beaucoup (surtout du St Emilion…)

5Accentué, mais prononcé sur un ton statique, sortie portera un jugement qualitatif :

That was 'some [sam] local ' wine he served us !

Ce petit vin de pays ! Extra !

6Hors contexte, sans voir l'expression faciale du locuteur, ce some peut présenter une certaine ambiguïté : le jugement est-il melioratif ou péjoratif ? Le lexique nous guide souvent et la traduction proposée pour la phrase suivante est justifiée par les connotations habituellement peu valorisantes de local wine :

Some local wine ' that was !

Du vin de pays, ça ? Mon oeil ! (C'était du St Emilion !)

7Avec un fall-rise éclaté :

'Some local, wines don't travel well.

Certains… opposés à d'autres, qualitativement, etc.

8L'interprète doit évidemment repérer les jeux prosodiques fugitifs et les interpréter. Mais comment le traducteur aborde-t-il ce problème ? Le texte écrit n'est que le pâle reflet du texte oral, et le lecteur se doit d'imaginer le schéma accentuel et intonatif de la phrase, en s'aidant de la situation et du contexte, ou du co-texte. En fait, les traductions d'un discours purement oral sont rares. Les journaux traduisent bien les discours politiques, mais ceux-ci sont avant tout écrits, parfois par une tierce personne, voire plusieurs collaborateurs ! De plus en plus souvent, l'orateur lit son texte sur un écran. Pour illustrer mes propos, j'ai donc travaillé sur des textes anglais écrits dont l'auteur a jugé utile de souligner certains mots. Ce corpus comprend romans, nouvelles et pièces, et n'a pas vraiment été choisi : j'ai utilisé les traductions que j'avais à ma disposition, tout en m'efforçant de limiter le nombre de livres cités. Je précise que la première traduction est toujours celle trouvée dans les éditions utilisées. Si je propose des variantes pour traduire la mise en relief prosodique, je ne cherche pas à redresser la barre chaque fois que la traduction publiée part à la dérive sur d'autres points.

9Les italiques peuvent "traduire" au visuel une mise en relief sonore, mais toutes les intonations emphatiques ou tous les déplacements d'accent ne peuvent être marqués, même en anglais, où les italiques sont plus courantes qu'en français. De plus, il ne peuvent indiquer le type de mécanisme à mettre en oeuvre : déplacement du noyau, schéma intonatif du type chute supérieure, ton creusé, etc. D appartient donc au lecteur de repérer l'emphase et d'en analyser les effets.

La mise en relief d'un mot lexical

10Dans les didascalies de The loves of Cass McGuire, on lit que le jeune Dom éteint sa cigarette et cache son roman policier quand il entend arriver sa mère. He is studying when his mother enters.[…] She notices Dom's scramble to get a school book opened. Alice n'est pas dupe et les spectateurs le savent, parce qu'elle place l'accent primaire de sa première réplique à sa place normale, sur le dernier élément lexical, mais avec une intonation emphatique high fall.

11Implication : " I thought you were, but you aren't".

  • 2  Pour la signification des abréviations, voir p. 139.

12(1)(C. 10/100)2

I thought you were 'studying.

Je te croyais en train d'étudier.

13Si elle ne s'était pas rendu compte du manège de Dom, elle aurait placé le noyau, fall rise éclaté, sur thought, ce qui implique "thought so and you are".Ces deux schémas intonatifs donnent lieu à des traductions différentes :

14(1.2)

I 'thought you were, studying.

Je me disais bien que tu travaillais.

15La mise en relief d'un élément lexical, avec ou sans déplacement de l'accent primaire, signale souvent une opposition, qui peut être explicite, comme dans l'exemple suivant, où l'accent est très logiquement déplacé de commit lorsque la notion apparaît pour la deuxième fois, vers intend :

16(2) (L. 66744)

Martin : Of course I can give pardon not only for sins already committed but for sins that men intend to commit.

Martin : Bien sûr, je puis pardonner non seulement les péchés déjà commis, mais ceux que l'on se prépare à commettre.

17Elle reste parfois implicite, mais très claire pour le lecteur/spectateur qui connaît le contexte :

18(3). (C 40/134)

Cass : Gee, I didn't know she was dead.

Zut alors, je ne savais pas qu'elle était morte.

19Ici le ton creusé implique : "I thought she'd just run away". La traduction dans chaque cas laisse à l'intonation le soin de souligner l'opposition. Une légère pause avant l'élément contrasté permet de l'attaquer avec plus de souffle et en (2) la courbe intonative atteint son sommet sur prépare :

que l'on se prépare à commettre

20Dans l'exemple (3), morte étant le dernier mot, la dernière syllabe, celle qui est normalement accentuée, ce mot sera normalement prononcé sur un ton statique plus élevé que le reste de la phrase, pour montrer qu'il ne s'agit pas d'une simple constatation de non-connaissance.

21L'opposition lexicale peut souligner une sorte de surenchère :

22(4) (FLW 135/157)

…– six weeks, six days at Marlborough House is enough to drive any normal being into Bedlam.

…– six semaines ou six jours à Marlborough House suffiraient pour conduire n'importe quel être normal à l'asile de Bedlam.

23Le locuteur envisage l'échelle des possibilités et s'y déplace, que ce soit dans un mouvement "ascendant" ou "descendant". Cette hiérarchisation des éléments paradigmatiques peut être lexicalement évidente, comme ici, tout comme serait celle de three weeks, one week, ou dans l'autre sens, three days, three weeks, etc. Mais elle peut être plus nuancée, impliquant une opération plus complexe :

24(5) (L 41/25)

Lucas : Your father and I have been punishing the convent wine cellar, I'm afraid. Bit early in the day for me, too.

Lucas : Ton père et moi venons de porter un rude coup à la cave du couvent, j'avoue que c'est un peu tôt dans la journée pour mon goût.

Hans : Speak for yourself, you swirly-eyed old gander. We're not started yet, are we ?

Hans : Parle pour toi, vieux sournois. Nous n'avons pas encore commencé.

25L'opposition qui met l'accent sur le verbe lexical est en fait une opposition aspectuelle. L'opération s'effectue à deux niveaux : avec le verbe inchoatif start (niveau lexical), Hans, qui est très direct, voire grossier, proteste contre le present perfect de Lucas (niveau grammatical) et nie non seulement l'aspect accompli du procès mais son actualisation même. L'adjonction d'un intensificateur tel que even – we haven't even started yet – serait possible en anglais, mais elle me paraît indispensable en français : on n'a même pas commencé encore.

26Dans le domaine lexical, la mise en relief prosodique peut avoir une fonction d'insistance affective, qui ne pose guère de problème au traducteur.

27(6) (FLW 190/224)

Grogan came warmly into the room hand extended.

Grogan entre, cordial et main tendue.

'This is a pleasure, Smithson.'

– C'est un plaisir de vous voir, Smithson.

28Le verbe plein BE – cas un peu particulier, je l'accorde, mais lexical ici – est accentué pour insister sur la véracité de l'énoncé, qui se veut chaleureux. Dans la traduction, this est explicité par "de vous voir", mais la qualité exclamative de la phrase, sa chaleur, est perdue. Elle pourrait être récupérée : Quel plaisir de vous voir, Smithson !

29La mise en relief d'un adverbe d'intensité est également facile à rendre en utilisant un terme plus fort :

30(7) (FLW 103/120)

He sees Ernestina on her feet, her hands on her hips, in a very untypical way.

Il voit Ernestina, les mains sur les hanches, dans une attitude absolument inhabituelle.

31L'intonation française peut porter l'emphase affective et affectée de la chute supérieure signalée par les italiques dans l'exemple suivant :

32(8)(FLW 166/194)

Dreadfully old-fashionned

Terriblement démodés

33A l'écrit, dans certains registres, on pourrait avoir recours à un redoublement du "r" : terrrriblement démodés.

34(9) (FLW 325/383)

'… I have…come to the conclusion that I am not worthy of you.'

— …J'en suis arrivé à la conclusion que je ne suis pas digne de vous.

'You are not worthy of me ?

— Vous n'êtes pas digne de moi ?

'Totally unworthy.'

— Totalement indigne…

35Ici, l'incrédulité est marquée par la répétition de worthy, fortement accentué. Le noyau montant est mis en relief par une tête haute, et la logique voudrait que, dans la réplique suivante, un accent fort soit placé sur le préfixe un… Dans le texte français, une pause après pas, une force articulatoire accrue pour prononcer digne sont signalées par le soulignement ou par les italiques, (ici caractère gras), dont on peut mettre en question l'utilité et même l'acceptabilité. L'ellipse du sujet et du verbe aurait pu tout aussi bien convenir, car en faisant le vide autour d'un terme, on le rend proéminent : Pas digne de moi ? En ce qui concerne la dernière réplique, il est tout à fait possible de déplacer l'accent et de le faire porter sur le préfixe.

36L'exemple suivant ressemble à un exercice de substitution :

37(10) (FLW 109/127)

'He will never return.'

— Jamais il ne reviendra.

'You fear he will never return.

— Vous voulez dire que vous craignez qu'il ne revienne pas ?

'I know he will never return.'

— Je sais qu'il ne reviendra pas.

38La seule intonation, en français, est-elle capable de supporter la lourde charge sémantique contenue, en anglais, dans le déplacement du noyau vers fear dans la deuxième réplique, puis vers know dans la troisième, même si la présentation typographique n'en porte pas la trace ? D'autant plus que ce déplacement se combine chaque fois avec une intonation marquée du type highfall. Le passage du futur au subjonctif, dans la traduction, fait perdre le caractère quasi litanique de l'échange, mais la perte serait moins grande sans l'ajout de Vous voulez dire… Il est également permis de se demander si l'intonation anglaise est montante ou descendante, s'il s'agit d'une question ou d'une constatation. Le point d'interrogation montre que le traducteur opte pour la première solution, là où mon jugement personnel me ferait pencher pour la seconde. Le deuxième locuteur rectifie l'affirmation du premier, qui rectifie à son tour la rectification !

39Le verbe discuss est largement mis en relief dans l'exemple suivant, par la répétition exclamative (high head + high rise) et par l'insertion d'une phrase négative avec chute sur not et montée importante à partir de -cussed.

40(11) (81/60)

Martin : But won't you discuss – Cajetan : Discuss ! I've not discussed with you, and I don't intend to.

Martin : Vous ne voulez pas discuter. Cajetan : Non, je n'ai pas discuté avec vous et je ne le ferai pas.

All right, Martin, I will argue with you if you want me to, or at least…

Bon, Martin, Je vais entrer dans le jeu avec vous puisque vous y tenez tant.

41Dans la traduction, seule l'intonation marque l'emphase, ce sera à l'acteur ou au metteur en scène d'y veiller. La répétition aurait mieux cerné l'opposition : Discuter ? Non, Martin, je n'ai pas discuté… Notons aussi que nous n'avons pas I haven't (simple négation de la notion) mais I've not, forme anaphorique chargée du préconstruit de la relation I -HAVE. Ce jeu de reprise, ce renvoi à la réplique précédente, est bien rendu dans la traduction par Non,… (Nous aurons l'occasion de revenir à cet exemple pour en commenter la fin.)

La mise en relief d'un mot grammatical

42Cette dernière remarque à propos de I've not au lieu de haven't nous amène aux mots grammaticaux, problème très complexe, car il s'agit, comme nous l'avons déjà vu avec some, d'une question de degré d'emphase : forme réduite – réduite à quel point ? – forme pleine inaccentuée, forme pleine accentuée, avec ou sans déplacement du noyau intonatif, intonation plus ou moins marquée… Prenons le modal WILL :

43Réduction :

It'll rain soon.

44Prédiction, pari à 100 %, implique : "Il va bientôt pleuvoir./ Il ne va pas tarder à pleuvoir."

45Forme pleine :

He says ne will help you.

46Prédiction et élément de bon vouloir du sujet, implique :."il dit qu'il vous aidera/qu'il veut bien vous aider", (selon le contexte)

47Forme accentuée, high head :

He 'will slam the door !

48Prévisibilité et commentaire personnel, implique :"I1 faut toujours qu'il claque la porte !" (il ne s'agit pas nécessairement de "volonté")

The phone "will ring when I'm in the bath.

49Cet énoncé implique la prévisibilité d'un procès connoté "désagréable" : "il faut toujours que le téléphone sonne quand je suis dans mon bain. Chaque fois que je prends un bain, tu peux être sûr que le téléphone sonne !"

50Noyau :

He will help you.

Mais si, il t'aidera.

51Implique l'opposition à. He won't help me.

52Deux lectures sont possibles de la première réplique en 12.

53(12) (C. 25/116)

Trilbe : M'dear, who are you addressing ?

Trilbe : Ma chère, à qui vous adressez-vous ?

Cass : You just carry on. I'm sorta – you know – having an odd word with the folks out there, (indicates audience)

Cass : Continuez, continuez. Je… vous savez… de temps en temps je LEUR (le public) dis un mot ou deux.

Trilbe: Who ?

Trilbe : A qui ça ?

Cass : The folks.

Cass : A eux.

Trilbe : Catherine, m'dear, we are your only world now. We have the truth for you.

Trilbe : Catherine, ma chère, nous sommes à présent votre seul univers. Nous détenons la vérité pour vous.

54Si are portait le noyau, c'est qu'il s'opposerait à une négation, dans un contexte du type "vous me dites que ce n'est pas à X, Y ou Z que vous parlez : mais alors, à qui parlez-vous ?" Ce n'est pas le cas ici, où la curiosité de Trilbe est piquée. Elle ne comprend pas les réactions de Cass, qui l'irritent. Nous avons donc le noyau maintenu sur addressing, mais are est mis en relief en jouant sur les écarts mélodiques : tête basse après une avant-tête élevée, par exemple :

who are you addressing ?

55Il me semble que son étonnement serait mieux posé avec un petit mais : Mais à qui (donc) vous adressez-vous, ma chère ? Le LEUR de la traduction, même accompagné d'un geste englobant le public, n'est pas très heures. Il faut également mentionner le prono we. On ne peut pas toujours compter sur la présence graphique. Tel est le cas ici, où l'opposition entre le public – the folks out there – et les personnages sur schène – we – est claire. La réplique se lit avec un noyau descendant sur le pronom : we are your only world now. Ce qui pourrait être rendu par une phrase clivée : C'est nous qui sommes à présent votre seul univers.

56Les mêmes traductrices ont bien saisi l'emphase dans l'exemple suivant :

57(13)(C. 10/100)

Don : Lunch ready ?

Don : Le déjeuner est prêt ?

Alice : Yours is. We aren't eating until later

Alice : Le vôtre l'est. Nous, nous déjeunons plus tard.

58Yours, donc you, s'oppose à we, et cette opposition est bien rendue par la répétition du pronom.

59Contrairement au mot lexical, le pronom français n'est pas générateur d'intonème et peut même être considéré comme faisant phonétiquement partie intégrante du Groupe Verbal. Comme ces deux dernières citations le montrent, cette inaptitude du pronom à porter l'emphase nous conduit à opérer au niveau de la syntaxe, en répétant le pronom ou en employant une phrase clivée.

60(14)(L. 108/83)

Staupitz : They were butchered and you got them to do it.

Staupitz : Ils ont égorgé ces malheureux jusqu'au dernier et c'est vous qui les y avez poussés.

61Encore faut-il choisir le mécanisme qui convient à la situation. La phrase clivée signifie que le locuteur construit l'ensemble des valeurs possibles, dont il fait le parcours avant d'en extraire une seule, en excluant toutes les autres – c'est moi qui… etc. La répétition en revanche, moi…je etc., est un processus de focalisation qui n'exclut pas d'autres possibilités. Le domaine anglais reste encore à explorer, mais il semblerait qu'à l'affirmative, le pronom porteur d'un noyau descendant, intonation souvent associée à une assertion catégorique, indique l'exclusion, et se traduit donc par une phrase clivée, tandis que la focalisation serait opérée par un ton creusé, fall-rise, qui souligne une ouverture vers une suite, vers une opposition. (Les choses ne sont pas toujours aussi nettes, surtout quand il s'agit d'une phrase négative, car il y a alors refus, justement, d'extraction et d'exclusion. Cette question reste à … creuser.)

62Le traducteur de Luther a bien identifié le ton creusé dans la réplique de Catherine :

63(15) (L. 103/80)

Catherine : He's all right. He's just coming. Wouldn't let me help him. I think he's been sick. […] You're all right, aren't you ?

Catherine : Il va mieux. Il revient. Il n'a pas voulu que je l'aide. Je crois que le repas l'a rendu malade, […] Mais, toi, tu vas bien ?

64Il est cependant clair qu'il n'a pas reconnu ce ton quand il a pour fonction de faire ressortir le contraste entre Hans, le père de Martin, et Staupitz, son père spirituel. Staupitz a demandé si Hans était content de lui : Is he – is he pleased with you ? et après avoir évoqué quelques souvenirs, c'est Martin qui retourne la question vers Staupitz.

65(16) (L. 106/82)

Martin : Yes, and you talked me out of it, remember ? (pause) Father, are you pleased with me ?

Martin : […] (une pause) Mon Père, êtes-vous content de moi ?

66L'écho est complètement perdu dans la traduction, et pourtant le texte n'aurait pas été alourdi par une répétition : Et vous, mon Père, êtes-vous content de moi ?

67Ailleurs le pronom sujet clitique (il) est remplacé par la forme tonique, détachée (lui) :

68(17) (L. 73/53)

Cajetan : Is Staupitz with him ? Tetzel : Yes. At least, he's polite.

Cajetan : Staupitz est avec lui ? Tetzel : Oui. Au moins, lui, est poli.

69Dans l'exemple (18), le pronom est doublement mis en exergue : par sa position en tête de phrase et par le fait qu'il forme le noyau intonatif, un rise fall qui accentue le contraste entre les domestiques humains et les serviteurs d'acier.

70(18) (FLW. 22/27)

A gardener would be dismissed for being seen to come into the house with earth on his hands ; a butler for having a spot of wine on his stock ; a maid for having slut's woll under her bed. […] the gardens were a positive forest of humane man traps […] These iron servants were the most cherished by Mrs Poultney. Them she had never dismissed.

On renvoyait un jardinier qui s'était permis d'entrer dans la maison avec les mains souillées de terre, un sommelier pour avoir laissé une tache de vin sur son plastron, une femme de chambre qui supportait des traces de poussière sous son lit. […] Car les jardins étaient littéralement truffés de pièges à loups humanisés […]. Ai- je besoin d'ajouter que ces serviteurs d'acier étaient particulièrement chers au coeur de Mrs Poultney. Ils n'étaient, quant à eux, jamais congédiés

71La focalisation vient ici après coup. (Une traduction à la voix active aurait été plus fidèle, et un démonstratif aurait bien souligné le contraste : Ceux-là, elle ne les congédiait jamais.)

72D'autres mécanismes encore peuvent être employés pour renforcer un pronom :

7319. (Liv. 3/73)

'Coffins and hearses ?' he repeated. 'What was there about them to have you nightmaring ? It's corpses that give people the creeps.

Alors comme ça, t'a rêvé de cercueils et de corbillards ? reprit-il. Qu'est-ce qu'ils avaient donc que t'en fasses des cauche-mards ? C'est les cadavres qui flanquent la trouille aux gens d'habitude.

74Au lieu de répéter : Qu'est-ce qu'ils ont, eux… le traducteur a eu recours à donc pour marquer l'anaphore et à d'habitude pour accentuer le contraste.

75Il arrive qu'un pronom soit accentué, non pas à des fins d'opposition, mais pour dire l'indicible, nommer l'innommable. Hors contexte, l'exemple 20 pourrait se traduire C'est elle que j'essaie de me représenter. Mais Charles vient d'annoncer à sa fiancée, Ernestina, qu'il est amoureux d'une autre, dont il ne révèle pas l'identité. Ernestina explique sa préoccupation :

76(20) (FLW. 330/390)

I am trying to picture her.

J'essaie en ce moment de me représenter cette femme.

77La dépronominalisation opérée partiellement en anglais où la femme fatale devient her est achevée en français et la distance est marquée par cette femme.

78En (21), that s'accompagne d'un geste obscène, (up you), que le traducteur a complètement escamoté. Au lieu de "faire la nique" ou un bras d'honneur au diable, il présente la situation du côté de St Pierre !

79(21) (L. 43/27)

Hans : There's only one way of going 'up you' to Old Nick when he does come for you and that's when you show him your kids, […] – can you spring it out from under the counter at him. That to you !

Hans : Il n'y a pas de meilleur moyen d'aller retrouver Saint Pierre, quand l'heure sonne, que de lui montrer ses gosses. […] on peut se vanter de ça au bon moment.

80Hans perd en grossièreté et la traduction ne peut être fidèle ! Le geste devrait au moins figurer dans les indications scéniques, même s'il n'est pas accompagné d'un commentaire verbal. Celui-ci ne contiendrait sans doute pas de pronom comparable à that, mais les équivalences existent ! (Va te faire foutre ! Dans le baba/cul, mon vieux ! Te v'la baisé, Va te faire voir ailleurs !… selon le registre.)

81Les auxiliaires s'accentuent lorsqu'il y a opposition entre deux modalités ou deux aspects. L'intonation suffit-elle ici ?

82(22)(FLW. 124/144)

I do not – I will not believe that.

C'est cela que je ne crois pas, que je ne veux pas croire.

83Cet exemple semblerait prouver que oui, et la tentative de mise en relief n'est pas heureuse. Dans l'exemple suivant, le traducteur ajoute sans doute pour compenser la chute supérieure sur am , doublement efficace :

84(23) (FLW. 330/389)

I may be – very well, I am a deceiver

Il se peut… oui, je suis sans doute un trompeur pour vous.

85Mais alors deux remarques s'imposent. 1° Charles ne fait que surenchérir, après avoir réfléchi, sur son amorce d'affirmation, au lieu de se reprendre. Dans ce cas, n'aurait-il pas mieux valu dire Il se peut…non ? 2° Il est évident dans l'original que le very well indique que c'est une protestation gestuelle de la part d'Emestina qui pousse Charles à avouer plus franchement ses torts. Je proposerais : Il se peut – bon, soit/je vous l'accorde, je vous ai trompée, en effet.

86Charles est désespéré, et Grogan est prêt à aller voir Sarah de sa part :

87(24)(FLW. 196/232)

I shall tell her you have been unexpectedly called away. And you must go away, Smithson.

Je lui dirai que vous avez été contraint de partir à l'improviste. Et il faut que vous partiez, Smithson.

88Une sorte de surenchère s'opère sur have been called away, qui est pour le moment un mensonge, et la nécessité d'actualisation future s'oppose à la non-actualisation de la situation présente. La conjonction assure le lien entre les deux phrases et le rythme et l'intonation peuvent bien rendre l'emphase en français :

Et il faut que vous partiez, Smithson.

89Mais l'adverbe effectivement marquerait mieux la reprise dé l'idée du procès et rendrait explicite l'opposition mensonge/réalité : Et il faut effectivement partir, Smithson.

90Un adverbe peut également aider à traduire la forme emphatique de should :

91(25)(FLW. 153/179)

'I did it so that I should never be the same again, I did it so that people should point at me, should say, there walks the French lieutenant's whore – oh yes, let the word be said.'

Je l'ai fait pour n'être plus jamais la même, je l'ai fait pour qu'on puisse me montrer du doigt, que l'on dise, en me voyant – ah ! il faut que ce mot soit prononcé – voilà la putain du lieutenant français.

92Je propose : Je l'ai fait pour qu'on me montre du doigt, justement afin de faire ressortir l'opposition entre son intention et la peur qu'auraient la plupart des femmes d'être l'objet du scandale.

93Il semble que le jeu de l'hypothèse et de la réalité n'a pas été compris dans un nouvel exemple tiré de Luther :

94(26) (L.28/61)

Cajetan ….suppose you did destroy the Pope. What do you think would become of you ?

Cajetan : Supposez que vous ayez détruit le Pape. Qu'adviendra-t-il de vous ?

95En fait, il ne s'agit pas de faire des suppositions concernant un acte passé (Suppose you have/had destroyed…) mais de formuler des hypothèses concernant l'avenir : Suppose you did destroy the Pope. Encore une fois, un adverbe d'intensité aurait pu venir au secours du traducteur : Admettons même que vous détruisiez le Pape. Et dans l'hypothèse où vous détruiriez effectivement le Pape…

96Comme nous l'avons vu, not, fortement accentué nie une phrase ou une présupposition affirmative. Charles pose indirectement une question : 'But you have found other and more pressing affections.' à laquelle Sarah répond :

97(27) (FLW. 383/453)

Mr Smithson, I am not his mistress […] I have found new affections. But they are not of the kind you suggest.

Mr Smithson, je ne suis pas sa maîtresse. […] J'ai trouvé de nouvelles affections, mais elles ne sont pas de la nature que vous avez suggérée.

98Pas peut porter un certain degré d'emphase, mais la contradiction aurait pu être renforcée par Non, M. Smithson, je ne suis pas sa maîtresse. L'accent emphatique sur have apporte en revanche une confirmation qu'il convient d'expliciter : J'ai effectivement trouvé/En effet, j'ai trouvé ou J'ai trouvé de nouvelles affections, certes, mais… L'écho disparaît dans la traduction publiée.

99Une autre opposition affirmation/négation donne lieu à un accent fort sur will, dans un exemple considéré plus haut :

100(11) (81/60)

Martin : But won't you discuss – Cajetan : Discuss ! I've not discussed with you, and I don't intend to […]

Martin : Vous ne voulez pas discuter. Cajetan : Non, je n'ai pas discuté avec vous et je ne le ferai pas.[…]

All right, Martin, I will argue with you if you want me to, or, at least…

Bon, Martin, Je vais entrer dans le jeu avec vous puisque vous y tenez tant.

101Cajetan a déjà refusé de discuter, puis change d'avis, mais il s'agit en même temps de marquer son acceptation, son "bon vouloir". Ce revirement n'est pas reflété dans la traduction, qui aurait pu exploiter un mot lexicalement plus fort, tel que accepter : Bon, si vous voulez, Martin. J'accepte le débat…

102Martin a peur de se trouver seul et il veut s'assurer de la présence de Staupitz :

103(28) (L 34/39)

Martin : You will be there beside me, won't you ?

Martin : Tout à l'heure, vous serez là, \près de moi ?

104Il ne s'agit pas d'une simple question, d'une demande de renseignements, c'est une confirmation que cherche Martin. Il est indispensable de marquer ce que l'accent emphatique prouve, c'est à dire que la relation YOU – BE THERE a déjà été posée et que le locuteur revient dessus. L'opérateur du français, dans ce cas, est souvent bien et nous aurions pu avoir : Vous serez bien là, près de moi, n'est-ce pas ?

Des compensations déplacées

105Dans les quatre derniers exemples, le traducteur a essayé de compenser la perte d'une mise en relief prosodique, mais ce faisant, il a transféré l'emphase sur un autre élément de l'énoncé.

106(29) (L 49/33)

Hans : Why do you blame me for everything ?

Hans : Pourquoi m'en veux-tu à ce point-là ?

107C'est le verbe qui est modifié, intensifié ; le pronom reste neutre.

108(30) (L 104/81)

Staupitz : Well, you've never been so well looked after.

Staupitz : Jamais vous n'avez été surveillé d'aussi près.

109La répétition du pronom pourrait être renforcée par un commentaire explicite : Eh bien, vous, au moins, vous n'avez jamais été aussi bien soigné/dorloté. (Il s'agit des petits soins de Catherine).

110(31)(FLW 253/299)

By and large the passers and passed did not seem unhappy with their lots, unless it was the beggars, and they had to look miserable to succeed. But he was unhappy ; alien and unhappy…

Les passants qui le croisaient ne paraissaient nullement mécontents de leur sort, à l'exception des mendiants qui attendaient quelque rapport de la parade de leur infortune. Quant à lui, il était douloureusement étranger à ce monde, et malheureux.

111L'opposition dans l'original est établie entre les passants qui ne paraissent pas malheureux et Charles qui l'est effectivement. Opposition double, donc, les passants/Charles, pas malheureux/malheureux. Cette dernière opposition disparaît dans la traduction proposée, parce que le mot n'est pas répété (mécontents… malheureux). On pourrait suggérer mécontents de leur sort… mécontent ou encore Les passants… ne paraissaient pas malheureux… Mais Charles, lui, était bel et bien malheureux.

112Pour terminer, une opposition affirmatif/négatif, doublée d'une opposition de modalité.

113(32) (FLW 357/424)

'I cannot believe it.'

— Je peux pas le croire ;

'But prima facie you must believe it.'

— Mais, à première vue, c'est là ce que tu dois croire.

114Première remarque : Nous avons cannot et non can't. Il ne s'agit donc pas de la première occurrence du concept et cette forme implique une tentative de réalisation du procès : une négation du non-impossible est posée en préconstruit. Rappelons brièvement que :

  • On pose la possibilité avec can/kn/

  • On pose l'impossibilité avec can't/ka : nt/

  • On pose la non-impossibilité avec can /'kæn/

  • La négation de la non-impossibilité = cannot /kænot/.

115Ceci aurait pu être rendu au niveau du sémantisme du verbe choisi : Je n'arrive pas à le croire.

116Deuxième remarque : La forme emphatique de must a sa raison d'être dans l'opposition avec cannot. Que vient faire cette phrase clivée mettant en relief le complément ?. Il me paraît important de garder la répétition de la structure, mais l'intonation seule ne suffit pas et nous pourrions lui porter du renfort en remplaçant mais par Et pourtant… il faut le croire.

Conclusion

117L'accent emphatique anglais n'est pas un élément que le traducteur peut négliger. S'il peut parfois se traduire par des procédés prosodiques en français, il faut souvent avoir recours à des mécanismes syntaxiques ou lexicaux afin de rendre ses divers sens et implications, surtout lorsqu'il porte sur un mot grammatical. Adverbes d'intensité, marques anaphoriques, éléments lexicaux plus chargés sémantiquement, structures syntaxiques emphatiques… les moyens ne manquent pas. Et pourtant de nombreux traducteurs semblent répugner à trouver des "compensations" et ferment les yeux – ou les oreilles – à l'existence de cet opérateur fondamental. Il faut toujours rester à l'écoute du texte ; si on ne traduit pas avec son oreille, on risque de faire des contresens ou, au mieux, de perdre tous les réseaux de renvois, d'oppositions, de présuppositions, d'implications qui construisent le texte, quelle qu'en soit sa nature.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

Le premier chiffre figurant dans les références renvoie à la page de l'original, le deuxième à la page de la traduction. Seules les éditions citées sont mentionnées ci-dessous.

C :

Brian FRIEL, The Loves of Cass McGuire, Faber and Faber, London 1966.

Trad. G. CARPENTIER et F. VRECK, "Les amours de Cass MacGuire", in Théâtre de Brian Friel, P.U.L., Lille, 1982.

FLW :

John FOWLES ; The French Lieutenant's Woman, Triad Panther, St. Alban's, 1977.

Trad. Guy DURAND, La Maîtresse du Lieutenant Français, (Titre original Sarah et le lieutenant français) France Loisirs, Paris 1972.

L :

John OSBORNE, Luther, Faber Educational, London 1971. Liv. :

Mary LAVIN, 'The Living', in The Stories of Mary Lavin, Constable, London, 1964.

Trad. Christian PARENT, in Les Vivants et les morts, P.U.L. Lille, 1978.

Haut de page

Notes

1  Shakespeare, A Midsummer Night's Dream, IV, I, 218.

2  Pour la signification des abréviations, voir p. 139.

Haut de page

Table des illustrations

Légende que l'on se prépare à commettre
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende who are you addressing ?
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Et il faut que vous partiez, Smithson.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Wood, « The Eye of Man Hath not Heard », Palimpsestes, 5 | 1991, 123-129.

Référence électronique

Mary Wood, « The Eye of Man Hath not Heard », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/624 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.624

Haut de page

Auteur

Mary Wood

Université Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals