Navigation – Plan du site

Annie Brisset, Sociocritique de la traduction / Théâtre et altérité au Québec (1968-1988)

Préface d'Antoine Berman. Longueuil : Éditions du Préambule, 1990, 347 pages
Michel Ballard
p. 135-140
Référence(s) :

Annie Brisset, Sociocritique de la traduction / Théâtre et altérité au Québec (1968-1988), Préface d'Antoine Berman. Longueuil : Éditions du Préambule, 1990, 347 pages, ISBN 2.89133.114.1. Distribution en France ; SEDES, 88 bd Saint-Germain, 75005 Paris

Texte intégral

1Aujourd'hui directrice de l'École de traducteurs et d'interprètes de l'Université d'Ottawa, Annie Brisset a derrière elle une longue expérience de la traduction comme interprète du Bureau fédéral de la traduction à Ottawa. Elle a mené parallèlement une brillante carrière de critique théâtrale qui lui a valu en 1987 le prix Jean Béraud.

2Annie Brisset n'est pas une inconnue pour ceux qui fréquentent le Centre de recherches animé par Paul Bensimon puisque, lors du colloque de 1990, elle y avait fait une communication sur le thème : "Les mots de la doxa : la traduction théâtrale au Québec". Les lecteurs de revues traductologiques ont pu remarquer son article "In Search of a Target Language : The Politics of Theatre Translation in Quebec" paru dans Target (1989, 1 : 1) ainsi que "Le public et son traducteur : Profil idéologique de la traduction théâtrale au Québec" paru dans T.T.R. (1988, vol. 1, n° 2). On est surpris de constater que ces deux articles, pas plus d'ailleurs qu'aucune production personnelle de l'auteur, ne figurent dans la bibliographie de Sociocritique, n'est-ce pas dommage ? Et quelle étrange modestie ; Pourtant, la bibliographie est de taille raisonnable : treize pages qui rassemblent 193 titres. Il est vrai qu'une bonne partie de ces titres est constituée par le corpus relativement important sur lequel a travaillé Annie Brisset On se demande alors s'il n'eût pas été plus judicieux d'adopter une présentation plus ordonnée avec, d'une part, la bibliographie de corpus et, d'autre part, une bibliographie d'ouvrages théoriques. Ces derniers sont très divers et révèlent bien la spécificité et la nouveauté de l'approche d'Annie Brisset : elle touche à la fois au théâtre, à la traduction, à la critique de traductions, à l'enracinement de l'écriture dans un contexte social et historique. Toutefois, tout en étant conscient des limites que l'on est matériellement amené à imposer à une bibliographie, nous avons trouvé étrange que Susan Bassnett-McGuire ne soit citée que pour son article sur la traduction du théâtre et qu'un ouvrage comme celui de Mary Snell-Hornby (Translation Studies / An Integrated Approach, Benjamins, 1988) n'apparaisse pas. Ajoutons que la bibliographie est suivie d'une liste des tableaux statistiques et des figures qui servent à argumenter cette étude très sérieuse. L'ouvrage se termine, avant la table des matières, par une "table onomastique" dont on peut se demander si l'appellation est juste dans la mesure où l'onomastique désigne la science de l'ensemble des noms propres et que l'index ainsi baptisé ne concerne que les noms d'auteurs.

3Annie Brisset conclut son introduction en ces termes :

[...] l'objet de ce travail ne concerne pas la spécificité de la traduction théâtrale ni même directement celle de l'institution du théâtre québécois, mais bien plutôt le rapport entre traduction et parole instituée, dans un champ qui se trouve être celui du théâtre au Québec (p. 36),

4mettant ainsi l'accent sur le caractère méthodologique de son ouvrage ; elle ne pourra cependant empêcher le lecteur étranger (et en particulier le lecteur français) de le lire aussi pour ce qu'il est également : une remarquable étude sur la traduction théâtrale au Québec de 1968 à 1988, qui fait apparaître comme institutionnalisée une pratique antithétique de celle actuellement prônée en France, et en particulier par celui qui avait rédigé la préface de ce livre, le regretté Antoine Berman.

5Prenant la traduction comme acte discursif, "tributaire du lieu et du moment de sa réalisation" (p. 23) et se réclamant des théories des polysystèmes d'Itamac Even-Zohar et Gideon Toury, Annie Brisset expose ce qui constitue sa démarche : observer un corpus pour en dégager de façon statistique la régularité des choix du traducteur et ainsi accéder aux idéologèmes qui régissent le discours d'accueil. Annie Brisset a ordonné la présentation de son étude en quatre chapitres : l'observation de l'étranger dans l'institution théâtrale et puis l'examen des trois modalités de traduction qu'elle a dégagées : l'iconoclaste, le perlocutoire et l'identitaire.

6L'étranger dans l'institution théâtrale, c'est d'abord une image, élaborée à partir des publications (et surtout ce qui constitue le paratexte : préfaces, postfaces, notices, etc.) ; ce sont également les chiffres de la programmation étrangère dans les compagnies théâtrales. Si le nombre de traductions publiées est relativement faible (une quinzaine de pièces), il n'en est pas moins révélateur du processus d'occultation de l'altérité du théâtre étranger pour le rendre acceptable et séduisant pour le public d'arrivée : prééminence donnée à des traducteurs patentés et de surcroît, et même avant tout, auteur québécois (Michel Tremblay, Marie Cardinal) par rapport à l'auteur ; toilettage du texte, transfert culturel, mise au goût du jour ; les pièces subissent non seulement une adaptation mais doivent faire oublier leurs origines et paraître québécoises ou contribuer à l'émergence de la littérature nationale. Annie Brisset donne une foule d'indications sur les prolongements typographiques et éditoriaux de cette politique implicite. Dans la seconde partie de ce premier chapitre, on voit s'affirmer le caractère statistique de la méthode d'Annie Brisset avec "les chiffres de l'étranger sur la scène". On voit certes apparaître les mêmes tendances que celle décelées dans les pratiques de l'édition : rejet du théâtre anglo-canadien, souci de promouvoir un théâtre national qui, selon les termes de M. Bélair, exprime les mythes, les besoins ou les caractéristiques propres à la communauté (p. 80), mais aussi une belle présence de l'étranger avec 392 pièces sur 716 répertoriées dans sept grands théâtres de Montréal et de Québec. A partir de là, Annie Brisset nous donne une série de tableaux statistiques commentés qui sont autant de radiographies concernant la répartition et le pourcentage des oeuvres étrangères et québécoises selon les théâtres, la fréquence des oeuvres et des auteur étrangers par nationalité, etc. Tout en examinant la composition de ce théâtre importé par la langue d'origine, elle en note la nature disparate pour les langues autres que le français et l'anglais, souligne l'importance de la dramaturgie française et de la dramaturgie américaine mais toujours selon des critères identitaires liés au projet nationaliste : "il faut toucher un public à peine conscient de son existence'." (p. 96). Enfin, elle note la corrélation existant entre le politique et le théâtral québécois dans les pointes qu'enregistre la proportion du théâtre québécois lors de périodes significatives de l'histoire du mouvement autonomiste (1969-1970,1977-1978, etc.). Un autre tableau révèle pendant la première période étudiée "un abandon progressif du répertoire français au profit du répertoire américain" (p. 105), marque de l'affirmation de l'américanité du Québec et de son rejet de la culture française comme "survivance colonialiste à éliminer" (p. 106). En même temps s'accroît la part des traductions réalisées au Québec par rapport à celles réalisées en France : "L'activité de traduction est rapatriée sur le lieu où l'on a besoin d'elle" (p. 109). A cela s'ajoute le fait dégagé dans la section précédente, à savoir que "l'adaptation constitue en moyenne 42 % des versions québécoises" (p. 110).

L'adaptation efface toutes les marques étrangères de l'oeuvre dramatique pour lui donner l'aspect d'une oeuvre locale. Elle procure au public l'illusion de se trouver dans le milieu familier de sa propre culture et, par ce biais, elle accroît le patrimoine littéraire du pays qui la produit (p. 111)

7Le chapitre deux traite de la traduction iconoclaste, celle qui "brise le modèle" et "prend la forme de l'adaptation, de l'imitation et de la parodie" (p. 35). L'avènement du théâtre québécois se présente comme une affirmation contre l'hégémonie anglo-canadienne et l'héritage linguistique et culturel de la France. 1968 est marqué à la fois par le succès d'une pièce de Michel Tremblay (Les belles soeurs) et une traduction du Pygmalion de Shaw qui, pour la première fois, utilise le vernaculaire pour la totalité des dialogues. L'oeuvre de Jean-Claude Germain, A Canadian Play / Une plaie canadienne est présentée comme paradigme d'un nouveau genre ; la parodie, qui dénonce les effets pervers du bilinguisme. A la fois jeu linguistique et rappel historique d'une tentative d'assimilation, la pièce dénonce les effets pervers de la traduction comme processus qui ramène à un rapport infériorisant et destructeur :

L'autre est une figure hégémonique et asservissante dont la présence à côté de soi mène à la dégradation puis à la perte de l'identité individuelle et collective (p. 129).

8La recherche québécoise de l'altérité s'oppose donc à la Bildung allemande où la formation de soi s'effectue par le contact avec l'étranger. Ici au contraire, l'expérience est une lutte quotidienne contre l'assimilation. Annie Brisset analyse des exemples de traduction parodique avec Les Gens du Québec de Michel Tremblay qui transpose dans le Québec la trame de Revizor de Gogol ; La Mandragore de Jean-Pierre Ronfard qui caricature les personnages et les situations de la comédie inspirée de Machiavel, la langue québécoise servant à créer un décalage par rapport à l'espace-temps de la Renaissance. Le Bourgeois gentleman dénonce la tentation représentée par le modèle anglais, cette parodie du Bourgeois gentilhomme détourne "vers un groupe ethnique et religieux plutôt que social [...] la cible originellement visée par la satire" (p. 148). L'exemple le plus achevé de la parodie, selon Annie Brisset, serait le Cid Maghané de Réjean Ducharme, où le processus repose effectivement sur "la traduction du langage élevé de Corneille dans un langage prosaïque mâtiné d'anglais" (p. 149), c'est un procédé qui a été utilisé en France pour cette pièce, mais ici la détérioration d'une pièce associée "au patrimoine culturel hérité de la France" (p. 152) a pour effet de la repousser et de la rendre étrangère. De plus, l'auteur actualise la pièce en y intégrant des "stéréotypes de la littérature de masse ou encore de la télévision et du cinéma" (p. 154), manière aussi de souligner le caractère dépassé de la problématique des héros classiques dans notre société, manière d'accéder à une "nouvelle vision du monde et de l'homme dans le monde" (p. 159). Le même esprit anime le Lear de Jean-Pierre Ronfard : filtrage du sensationnel, exagération de la "bouffonnerie volontiers scatologique et pornographique" (p. 162), anachronisme. La parodie devient l'instrument d'une sorte de révolution culturelle :

[...] la culture ; la culture qui nous relie au souffle et au sang des ancêtres comme les tuyaux de toutes les couleurs entretiennent à l'hôpital l'existence du moribond momifié dans ses bandelettes (Ronfard, cité par Brisset, p. 164).

9Le reste de ce chapitre propose d'autres exemples de traduction iconoclaste dont il démonte le mécanismes.

10Le chapitre trois est centré sur la traduction perlocutoire, c'est-à-dire comme acte de propagande, se préoccupant de "l'effet sur le récepteur". Les processus en sont démontés de façon magistrale à partir du Macbeth de Michel Garneau (nous voilà pris par la formulation québécoise) où la pièce de Shakespeare devient matière à évoquer la condition québécoise par toute une série de transferts, de gommages, d'ajouts. Prenant pour base théorique les "chronotopes" de Bakhtine, Annie Brisset établit que leur étude fait apparaître le traducteur "comme relais des normes du discours social et de l'institution qui les instaure et les sanctionne" (p. 199). Le traductologue ne manquera pas d'apprécier la précision avec laquelle Annie Brisset démonte les mécanismes de création d'un "équivalent dynamique" : les amputations des scènes où il y a trop de noms propres de personnages (qui rattachent le texte à la culture d'origine), le jeu sur le paradigme de désignation de l'Écosse (tableaux statistiques à l'appui et tableaux comparatifs sur les traductions de Leyris, Bonnefoy, Déprats), etc. Et enfin, la façon dont le traducteur greffe dans son texte le code de la poésie québécoise des années 60 et 70. C'est là que la traduction n'apparaît plus simplement comme un travail sur les langues ou les cultures, mais sur un discours social, un matériau préformé. Et la fonction de la traduction au Québec alors apparaît pleinement comme une répétition de celle de l'écriture : "consolider les idéologèmes de la représentation sociale, notamment dans ses dimensions historiques et politiques" (p. 253).

11Dans le dernier chapitre, Annie Brisset aborde la question linguistique. Le problème est envisagé sous l'angle traductologique et historique : la langue-dialecte qui s'affirme comme langue à part entière par la traduction. On souligne également les prolongements politiques et sociaux de cette pratique traductrice identitaire : l'enjeu n'est pas seulement linguistique, il est topologique : "Acquérir une langue natale, c'est renaître dans un pays libre, avoir un pays tout à soi" (p. 279). Courageusement, Annie Brisset n'hésite pas à souligner les illusions et les dangers d'une culture homogène. Elle souligne également le caractère mythique de cette langue natale que certains, comme Michèle Lalonde, invitent les littérateurs à accoucher dans leurs oeuvres en utilisant le parler populaire. Par ailleurs, l'émergence de cette langue, fût-elle de littérature et diverse dans ses manifestations, facilite la traduction des "sociolectes de la dramaturgie anglo-américaine" (cf Tennessee (Williams, Albee, 0'Neill).

12L'ouvrage d'Annie Brisset est véritablement un travail scientifique sur un aspect de la traduction tel qu'il est déterminé par l'institution qui le gère. C'est une étude rigoureuse, menée avec maîtrise à partir d'un corpus clairement délimité et d'où l'on tire des observations exposées avec clarté et brio. Il y a certes là une démarche qui explore avec méthode tout un domaine de la traductologie : les formes de l'adaptation, ses sources, son rapport à une réalité sociale, politique et culturelle. C'est aussi, sans doute, un remarquable témoignage sur un moment de la littérature québécoise qui nous permet d'accéder au fonctionnement d'un laboratoire idéologique et dramaturgique. Ajoutons, enfin, que cette étude possède une des qualités nécessaires à l'éclosion de la traductologie : elle ne comporte pas de jugement de valeur, d'injonction à traduire de telle ou telle manière ; elle observe le réel et s'efforce de l'analyser et le comprendre, d'en rendre compte avec efficacité et honnêteté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « Annie Brisset, Sociocritique de la traduction / Théâtre et altérité au Québec (1968-1988) », Palimpsestes, 7 | 1993, 135-140.

Référence électronique

Michel Ballard, « Annie Brisset, Sociocritique de la traduction / Théâtre et altérité au Québec (1968-1988) », Palimpsestes [En ligne], 7 | 1993, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/656

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals