Navigation – Plan du site
L'avant-lire

Les lecteurs du Livre de Ruth

Colette Touitou-Benitah
p. 27-42

Résumés

Dans cet article, le statut du lecteur des traductions françaises les plus courantes du Livre de Ruth est l'objet de l'analyse proposée.
On a distingué les traductions faites sur la base de l'original hébraïque de celles qui sont issues de traductions antérieures. Le statut du lecteur est cerné à partir du contrat de lecture énoncé explicitement dans les introductions de ces traductions ou, de façon plus diffuse, dans la présentation ou l'organisation du texte.
L'adresse au lecteur (chapitre 4, verset 7) permet un approfondissement de ce statut. La comparaison entre les différents systèmes de ponctuation adoptés par les traductions et la spécificité du souffle biblique du texte original permet au lecteur de découvrir une dimension du Livre de Ruth qui est autre que narrative, historique ou poétique.

Haut de page

Texte intégral

1Le lecteur de textes traduits se définit tout d'abord négativement : c'est celui qui ne peut pas lire tel auteur ou tel ouvrage dans le texte.
Lire dans le texte. Qu'exprime cette tournure du langage quotidien ?
La traduction n'aurait-elle pas le statut de texte ?

2Le lecteur de textes traduits n'a pas le sentiment d'être malheureux. Au contraire, il est tout à fait satisfait d'avoir accès à des textes qu'il aurait ignorés autrement. L'écrivain israélien Abraham B. Yehoshua, à qui l'on demandait quels avaient été les auteurs qui l'avaient le plus marqué, répondit : Dostoïevski et Camus. A la question qui suivit : les avez-vous lus dans le texte ? Il répondit tout naturellement : non, et je suis sûr de ne pas avoir perdu grand-chose en les lisant en traduction hébraïque.

3Le lecteur de textes traduits est-il un imbécile heureux ? Au fond, que lit-il ?
A partir d'un texte biblique particulièrement court, le Livre de Ruth (4 chapitres, 85 versets) on se demandera : que lisent les lecteurs du Livre de Ruth dans les traductions françaises ?
Puis on se posera la question : que lisent les lecteurs du Livre de Ruth qui le lisent dans le texte ?

Les lecteurs du Livre de Ruth en traduction française

4Les traductions françaises qui ont cours aujourd'hui se répartissent en deux groupes :

  • les traductions d'hébreu en français

  • les traductions de traductions, la traduction intermédiaire étant en général la traduction grecque des Septante ou la traduction latine de la Vulgate.

5Ces deux types de traduction peuvent être schématisés de la façon suivante :

  • 1  Les caractères ombrés signalent ici l'original hébraïque. Dans l'ensemble du texte, les mots hébre (...)

Traduction de l'original1

Traduction de l'original1

Traduction de traduction
(et non pas double traduction puisque les deux traductions ne sont pas identiques)

Traduction de traduction(et non pas double traduction puisque les deux traductions ne sont pas identiques)

6Le lecteur L1 lit l'original hébraïque mais la question est de savoir comment il le lit. Il demeure évident que les lecteurs L1 qu'ont été les réénonciateurs français n'ont pas nécessairement tous lu de la même façon. Les introductions à leurs traductions A, B... nous fourniront des renseignements précieux sur leur lecture.

7Le lecteur L1', bien qu'ayant lu l'original hébraïque, ne l'a vraisemblablement pas lu en se conformant à la lecture juive traditionnelle.

8Le lecteur L2' a lu le Livre de Ruth en grec, en latin, en hébreu aussi parfois. Comme il est difficile, sinon impossible, de savoir ce que L2' a lu au juste et comment L1' a lu le Livre de Ruth, j'ai expulsé L1' et L2' de mon champ d'observation.

9Les lecteurs en traduction française sont les lecteurs L2 et L3. Ce sont eux qui vont nous intéresser en premier lieu. Puis, dans un second temps, on se préoccupera du lecteur L1 pour savoir ce qu'il a lu et pour voir s'il y a quelque enseignement à tirer de son mode de lecture.

Le lecteur L2

10Il a aujourd'hui le choix entre trois Livre de Ruth.

  • 2  La Bible. Traduite du texte original par les membres du Rabbinat français sous la direction de M. (...)

111. Il peut lire le Livre de Ruth inclus dans la Bible du Rabbinat, dont la première édition remonte à 1899 et qui est constamment rééditée2. Cette traduction reprend la division interne en trois parties de la Bible hébraïque, à savoir :

  • les cinq Livres de Moïse ou Pentateuque

  • les Livres des Prophètes

  • les Hagiographes et parmi eux les Cinq Rouleaux, dont le Livre de Ruth.

12C'est une entreprise collective menée par le grand rabbin Zadoc Kahn qui écrivit alors dans son avant-propos :

Notre seule ambition est de reproduire aussi fidèlement et clairement que possible le texte original, tel que la tradition nous l'a conservé à travers les siècles [...] Ne faisant pas tâche de critiques mais seulement de traducteurs, nous avons accepté les textes comme ils se présentent à nous, et cherché à les comprendre du mieux que nous pouvions, en optant pour l'interprétation la plus plausible. Bref, ceci n'est pas une oeuvre de science et de critique, c'est une oeuvre modeste de translation, devant donner satisfaction aux lecteurs qui demandent à la Bible des inspirations religieuses et morales.

  • 3  H. Meschonnic, Les Cinq Rouleaux. Le Chant des Chants, Ruth, Comme ou les Lamentations, Paroles du (...)
  • 4  Les te'amim, littéralement les "goûts", les "saveurs" sont un ensemble de 25 accents conjonctifs e (...)

132. La deuxième traduction du Livre de Ruth est celle d'Henri Meschonnic3 qui observe la division traditionnelle et la public dans un ouvrage intitulé Les Cinq Rouleaux. Meschonnic n'a traduit jusqu'à présent que quelques-uns des 24 livres de la Bible hébraïque. Sa traduction s'inscrit dans une poétique basée sur le rythme. Aussi a-t-il soin de reproduire les te'amim4 par des blancs comme dans sa traduction du Livre de Ruth et dans ses traductions bibliques ultérieures.

14La traduction est précédée d'une introduction dont nous extrayons ce passage :

Peut-être le langage poétique moderne pourra donner au domaine français la Bible avec toute sa force de langage consonantique, avec ses absolus paratactiques, qui sont des paradigmes de prosodie et de rythme — alors que le langage poétique ancien était surtout subordination, rythmes externes. Ainsi s'est faite une coïncidence du français moderne et de textes bibliques, à saisir, pour assurer le français dans des rythmes où il se reconnaît en se créant.

  • 5  A. Berman, "La retraduction comme espace de la traduction", Palimpsestes 4 (1990) : pp. 1-7.

15Ce que dit ici Meschonnic est à rapprocher de ce que disait il n'y a pas si longtemps encore Antoine Berman et qu'il appelait le kairos, "ce moment favorable où il devient possible d'inscrire la signifiance d'une œuvre dans notre espace langagier"5.

  • 6  A. Chouraqui, La Bible. Les Cinq Volumes. Paris : Desclée de Brouwer, 1975.

163. Le lecteur L2 peut enfin lire la traduction de Chouraqui6 qui, lui aussi, conserve le découpage de la Bible hébraïque tout en la publiant par volumes successifs. Le Livre de Ruth (Routh chez Chouraqui) fait partie des "Cinq Volumes" et connaît un double système de sous-titres qui constitue en soi une lecture. Ces sous-titres sont inexistants dans la version traditionnelle. L'objectif de Chouraqui est de libérer la Bible de la glose : "Cette traduction offre le texte de la Bible reçue dans sa nudité originelle". Tel est du moins sa déclaration de principe.

Le lecteur L3

17Parmi les nombreuses traductions de traduction que nous avons en français, j'ai choisi celles, classiques, que tout lecteur peut trouver dans une bibliothèque d'un pays non francophone : la Bible de Segond et la Bible de Dhorme.

  • 7  La Sainte Bible, qui comprend l'Ancien et le Nouveau Testament traduits sur les textes originaux h (...)

181. La Bible de Segond7. Rééditée régulièrement depuis 1873 c'est la Bible protestante par excellence. La traduction est faite à partir d'originaux hébraïques et grecs. Il est difficile de savoir pour chaque livre quel a été le texte de départ. La traduction des Septante a vraisemblablement été le principal texte de départ. La Bible hébraïque s'appelle ici l'Ancien Testament et une division en quatre parties rassemble, outre le Pentateuque, les Livres historiques, les Livres poétiques et les Livres prophétiques. Le Livre de Ruth figure au sein des Livres historiques. Comme il était d'usage encore au XIXe siècle, le Livre de Ruth est précédé d'un sommaire : "Attachement de Ruth pour Naomi, sa belle-mère. Elle va glaner dans le champ de Boaz. Son mariage avec Boaz. Généalogie de David".

  • 8  La Bible, Ancien Testament. Introduction par Edouard Dhorme, Franck Michaéli et Antoine Guillaumon (...)

192. La Bible de Dhorme8 adopte aussi la division en Livres historiques, poétiques et prophétiques mais reprend néanmoins la distinction hébraïque des Cinq Rouleaux dans lesquels figure le Livre de Ruth. Ce dernier ne serait-il donc plus un Livre historique comme il l'était dans la Bible de Segond ? Non, puisqu'il ne figure pas au nombre des Livres historiques. Et pourtant, dans l'introduction qui précède la traduction, il est signalé "qu'il était naturel de placer le récit à la suite des Juges, ce qu'ont fait les Septante et la Vulgate". Position ambiguë qui laisse le lecteur d'autant plus perplexe que le Livre de Ruth est dans cette même introduction qualifié de "nouvelle", de "charmante aventure" que tout le monde connaît. Le Livre de Ruth serait-il le roman à l'eau de rose de la Bible ?

  • 9  Meschonnic, op. cit. p. 13 : "L'ordre où ils (les textes) se suivent est celui de la tradition. Et (...)

20On le voit, avant même de commencer à lire le premier verset du Livre de Ruth, notre lecteur aura collecté une somme d'informations différentes et divergentes selon qu'il aura choisi l'une ou l'autre traduction. Comme le dit Meschonnic9, la place du Livre, l'ordre des Livres est en soi une lecture.

21Les lecteurs L2 et L3 liront effectivement des Livre de Ruth différents, même au niveau le plus élémentaire de la qualification des personnages principaux. Ruth (3.11, eshet Khayil) est pour le Rabbinat et pour Meschonnic une femme vaillante, pour Segond elle est une femme vertueuse, pour Dhorme elle est une femme de valeur, tandis que pour Chouraqui elle est une femme forte. Quant à Booz (2.1, gibbor Khayil) il est unanimement un homme d'une grande richesse sauf pour Chouraqui, pour lequel il est un héros de l'armée.

22Nous allons voir de plus près ce que lisent les lecteurs L2 et L3 à partir d'un verset qui interpelle le lecteur, au chapitre 4, verset 7.

  • 10  On la trouve parfois à travers l'expression temporelle "jusqu'à ce jour" comme dans Josué, 7, 26 : (...)

23Il convient de signaler que l'adresse directe au lecteur est assez rare dans la Bible hébraïque10.

L'inscription du lecteur dans le Livre de Ruth

24L'inscription du lecteur concerne un usage ancien qui n'avait vraisemblablement plus cours au moment de la rédaction du Livre de Ruth. Voici le verset et ses traductions.

251. Original hébraïque

ve-zot lefanim be-yisrael al ha-geula ve-al ha-temura le-qayem kol davar shalaf ish naalo ve-natan le-rehu ve-zot ha-teuda be-yisrael.

262. Traduction du Rabbinat

Or, jadis en Israël, quand il s'agissait de rachat ou d'échange, tel était le procédé pour rendre définitif un contrat : l'un (des contractants) retirait sa sandale et la donnait à l'autre. Voilà quelle était la règle en Israël.

273. Traduction de Meschonnic

284. Traduction de Chouraqui

Ceci, jadis en Yisraël, était pour le rachat, et pour l'échange : pour valider toute parole, l'homme ôtait sa sandale et la donnait à son semblable. Et c'était une attestation en Yisraël.

295. Traduction de Segond

Autrefois en Israël, pour valider une affaire quelconque relative à un rachat ou à un échange, l'un ôtait son soulier et le donnait à l'autre : cela servait de témoignage en Israël.

306. Traduction de Dhorme

Autrefois, en Israël, voici ce qu'on faisait, en cas de rachat et en cas d'échange, pour valider toute affaire : on ôtait sa sandale et la donnait à l'autre. Telle était la façon de témoigner en Israël.

31Considérons tout d'abord l'original hébraïque et les traductions françaises telles qu'elles s'offrent au lecteur. La traduction de Meschonnic comme le verset en hébreu ne comporte aucune ponctuation. Le caractère de prose rythmée du Livre de Ruth, qui est obtenu par le système des te'amim (cf. note 3), est rendu par Meschonnic, comme nous l'avons dit précédemment, à l'aide d'un système de blancs de longueur différente.

32Toutes les autres traductions ont traduit la respiration, le souffle biblique au moyen de la ponctuation. Or, ce qui se passe est autre. La ponctuation ne remplit pas de fonction rythmique, poétique. Elle opère comme renforcement du réseau de mots de liaison, conjonctions et autres qui viennent effacer la parataxe de l'hébreu. Le recours à une ponctuation forte obéit à ce qui est ressenti comme un impératif syntaxique et sémantique. Il faut noter particulièrement l'utilisation des deux points. Leur place change : la Bible du Rabbinat et celle de Dhorme les placent au même endroit avec une valeur explicative, chez Chouraqui elles annoncent l'analyse, chez Segond elles marquent la synthèse de ce qui précède. La ponctuation, au lieu d'être la servante du souffle fait sens, a partie liée avec la syntaxe verbale à qui elle permet l'économie de quelques mots. Mais, du même coup, elle contribue à annihiler le rythme de la syntaxe paratactique de l'hébreu. Tout se passe comme si on ne faisait pas confiance à la participation du lecteur dans la construction du sens à partir d'unités qui ne seraient pas verbales.

  • 11  W. Iser, L'Acte de lecture. Théorie de l'effet esthétique. Bruxelles : Pierre Mardaga, 1985, p. 25 (...)

33Cet excès de médiation du traducteur, on pourrait le rapprocher du travail du cinéaste de la version filmée d'un livre, dont Wolfgang Iser dit11 :

La version filmée d'un roman met en suspens l'activité de composition suscitée par la lecture [...] C'est la raison pour laquelle l'exactitude optique de l'image de perception, par opposition à l'imprécision de l'image représentée, ne nous apparaît pas comme un enrichissement, mais au contraire comme un appauvrissement.

34Sur le plan typographique, toutes les traductions ont produit un texte en prose ; seul Chouraqui propose un Livre de Ruth en vers libres, ce qui semble anachronique pour un texte biblique.

35Revenons à notre verset 7 du chapitre 4. Il constitue une procédure d'annonce, ou procédure cataphorique. En effet, il vient avertir le lecteur que ce qu'on va lui raconter au verset 9 — qui pourrait paraître curieux — est en fait une ancienne coutume qui n'avait plus cours au moment de la rédaction du Livre de Ruth et qui, certainement, est inconnue du lecteur.

  • 12  M. Picard, Lire le temps. Paris : Editions de Minuit, 1989.

36En fait, le lecteur qui vivait le temps du récit avait oublié son propre temps. Ce verset l'oblige à se ressaisir, à prendre conscience de sa propre situation. Il l'oblige même à une réflexion complexe sur le temps. On pourrait dire, en utilisant le titre de l'ouvrage de Michel Picard, que ce verset oblige le lecteur à lire le temps12.

37La terminologie de Picard nous permettra de distinguer trois strates temporelles :

  1. le temps raconté, celui de Ruth et Booz — en ce temps-là, le don de la chaussure concrétisait l'acte de vente ;

  2. le temps racontant, c'est celui du rédacteur du Livre de Ruth — à son époque, cette coutume n'avait plus cours ;

  3. le temps du lecteur, qui est à présent sorti de sa passivité et qui sait qu'il va lire la description d'une coutume qui n'avait déjà plus cours à l'époque de la rédaction du Livre de Ruth.

38Le temps raconté s'organise dans le verset autour du seul adverbe lefanim "jadis", "autrefois", sans addition d'aucun autre verbe au passé, outre les deux verbes descriptifs shalaf, natan "ôtait" ou "retirait" et "donnait". La première et la dernière proposition de ce verset qui parlent de la coutume et de sa valeur de témoignage, de règle ou d'attestation sont privées d'un verbe explicite. Ce qui pour le lecteur L1 ne donne pas cet aspect de coutume bizarre et désuète qu'elle a, à divers degrés, dans ces traductions, à un degré moindre chez Meschonnic et Segond avec l'addition d'un seul verbe au passé, davantage chez Chouraqui et Dhorme avec l'addition de deux verbes, et, plus encore, dans la Bible du Rabbinat avec trois verbes ajoutés.

  • 13  M. Bal, Femmes imaginaires. L'Ancien Testament au risque d'une narratologie critique. Utrecht : He (...)

39Mais cette adresse au lecteur, sous ses dehors anodins d'attention apportée à un usage ancien, traite en fait un grave problème de droit qui est au centre du Livre de Ruth. Ce verset est ambigu dans la mesure où il concrétise la confusion qui existe entre deux lois, l'une est la loi du rachat des terres geula, l'autre est la loi du lévirat yiboum. Mieke Bal a analysé cette problématique dans une optique littéraire et féministe mais elle ne s'est pas attardée à ce verset qui pourtant focalise la tension13. De quoi s'agit-il exactement ?

  • 14  E. Benveniste, in Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, 1966. "Don et échange dan (...)
  • 15  Le choix de la sandale comme symbole de la possession de la terre a peut être son origine dans le (...)

40La loi du rachat des terres oblige le parent le plus proche d'une personne appauvrie à racheter la terre que celle-ci sera contrainte de vendre. En fait, ce rachat est plus complexe qu'il ne paraît car on ne vend pas la terre ; elle est inaliénable. On vend un certain nombre de récoltes jusqu'à l'année du jubilé. Cet acte de vente était concrétisé par ce que Benveniste appelle une "prestation compensatoire"14. Ce don de la sandale est donc devenu acte symbolique du rachat de la terre15.

  • 16  Deutéronome, chapitre 25, versets 5 à 10.

41La loi du lévirat stipule qu'au cas où quelqu'un meurt sans laisser d'enfant, son frère devra épouser sa veuve pour lui assurer une postérité. Mais si le frère refuse d'épouser sa belle-sœur, il est dégagé de cette obligation au cours d'une cérémonie qui se déroule en présence de juges et où, en signe de mépris, parce qu'il a refusé de donner une descendance à son frère, sa belle-soeur lui ôte sa sandale et la lui lance16.

42Ces deux lois, dont l'application conjointe marque le dénouement du Livre de Ruth trouvent leur symbolisation dans ce verset, autour de cette sandale qui peut autant symboliser la solution du problème de Ruth qu'elle peut laisser planer le doute sur cette même solution.

Le lecteur L1

43Les lecteurs du Livre de Ruth accordent à l'aspect rustique et champêtre du livre plus d'importance qu'il ne semble en avoir dans le texte original : Chouraqui, dans ses propos liminaires à la traduction de ce Livre, revient plusieurs fois sur l'expression "au temps des moissons". "Un mot suffit pour décrire la famine, le deuil, l'angoisse, la joie, la fidélité, l'émotion, le désir, l'amour ; 85 phrases, moins de 2 000 mots pour exprimer tout l'univers de l'homme et de la nature".

44Voici ce qu'il écrit à propos du verset dont nous venons de parler : "L'écrivain vit plusieurs générations après les faits qu'il décrit : les coutumes dont il parle appartiennent à une époque révolue et il doit les expliquer à ses lecteurs". Chouraqui, pourtant juriste de formation, n'a rien lu d'autre dans ce verset 7 du chapitre 4 que ce que lisent les lecteurs du texte traduit. Bien que lecteur du texte original, il s'est abstenu d'une lecture traditionnelle, se limitant à une lecture de la Tora écrite en excluant scrupuleusement la Tora orale qui est pour lui la "gangue exégétique" dont il veut libérer la traduction.

  • 17  E.F. Campbell Jr., "The Hebrew Short Story : A Study of Ruth" in A Light unto my Path. Old Testame (...)

45Chouraqui aura lu dans le Livre de Ruth un très beau texte descriptif et narratif où, selon lui, "l'héroïne est ici symbole de conversion parfaite à l'amour". Il a lu un texte littéraire dont il loue la composition interne, la concision, la vivacité du récit. Il a lu une nouvelle et non pas une short story, pour reprendre Campbell qui la définit comme "un récit ayant une certaine portion d'historicité et dont la rédaction en prose artistique rythmée dérive d'une transmission orale de cette prose"17. Transmission orale dont Chouraqui se méfie terriblement.

  • 18  Meschonnic, op. cit. p. 17.

46Meschonnic, dans son introduction, écrit : "Est-ce le goût de la pastorale, un arrière-reflet du "Booz endormi" de Hugo, ou le charme du conte, une saveur de terroir, — il y a un philtre qui fait de cette histoire un poème". Meschonnic a lu effectivement un poème, un poème chanté. Et ce qu'il veut donner à lire à son lecteur de Ruth en traduction française, c'est une traduction qui chante. Entreprise délicate s'il en fut. Si Meschonnic réussit à recréer en français le rythme de l'hébreu, rythme qui fait sens comme il le montre à partir du verset 4, ch. 1 : "Qu'on ne s'étonne pas de voir séparés des groupes logiquement indissociables, le verbe et le complément [...]18 Il [le rythme] impose de traduire ils prirent pour eux des femmes des Moavites et non "ils épousèrent des Moabites", car, dit Meschonnic, "l'auteur appuie sur ceci que Ruth était d'une nation avec laquelle on ne devait pas s'allier".

47Son système de blancs ne peut rendre toutes les valeurs des te'amim, d'autant que le texte biblique a de plus, lui aussi, un système de blancs à valeur thématique. Et le Livre de Ruth est à ma connaissance le seul Livre biblique qui ne comporte aucun blanc, ce qui voudrait dire que les divers thèmes qui s'y enchevêtrent ne forment qu'une seule et même unité.

  • 19  H. Meschonnic, "Et la traduction chantera", Revue d'esthétique 12 (1986) : pp. 75-90.

48Le lecteur de Ruth, via Meschonnic, pénètre dans un univers au rythme nouveau mais la traduction ne chante pas encore, elle chantera. Et il faut donner à ce futur l'aspect inchoatif du futur hébraïque du premier verset du Cantique de la Mer19.

49Le Livre de Ruth de la Bible du Rabbinat français s'appuie sur une lecture juive traditionnelle qui est chargée de la tradition orale de lecture du livre. Par ailleurs, ses critères d'écriture sont jusqu'à ce jour prisonniers des normes du siècle dernier et son idéal est de fournir aux "fidèles" une "Bible française, vraiment populaire ... agréable à lire". Donc, comme nous l'avons vu, la lecture de Ruth devra être source d'inspiration morale et religieuse mais elle devra également être une lecture qui procure du plaisir.

50Le lecteur de cette traduction se trouve donc au confluent de deux traditions de lecture : la tradition hébraïque et la tradition occidentale. La question sera alors de savoir, une fois qu'on aura déterminé les caractéristiques de chacune de ces traditions, si les rabbins traducteurs ont réussi cette symbiose ou si, au contraire, leur projet ambitieux étant d'avance voué à l'échec, ils ont installé leur lecteur sur un lit de Procuste.

51Avant d'examiner la lecture traditionnelle du lecteur L1, il convient de faire quelques observations.

52Si le récit de l'amour de Ruth et Booz occupe une place de premier plan, cet amour en cache un autre, auquel le lecteur moderne n'est pas tellement réceptif, celui d'une femme pour sa belle-mère. Et pourtant, sans l'amour de Ruth pour Naomi, rien ne serait arrivé.

  • 20  Ruth, chapitre 1, versets 16, 17.

53C'est cet amour qui, dans le Livre de Ruth, a droit aux accents les plus romantiques et pathétiques : "là où tu iras, j'irai, là où tu t'arrêteras, je m'arrêterai, ton peuple sera mon peuple, ton Dieu sera mon Dieu, là où tu mourras je mourrai [...] seule la mort nous séparera"20.

54Par contre, toute l'histoire d'amour de Ruth et Booz est prise dans un tissu de règles sociales et juridiques d'origine religieuse. Leur rencontre se fait sur fond d'observance des commandements divins qui concernent la protection de la veuve, les moissonneurs étant tenus de leur abandonner les gerbes tombées à terre et les coins des champs non moissonnés. Malgré le coup d'audace de Ruth qui, sur la recommandation de sa belle-mère se rend la nuit sur le champ de Booz et se couche à ses pieds, leur union ne se fait que dans la stricte observance du rachat de la terre au plus proche parent afin de garder intact le patrimoine tribal.

55L'argumentation qu'expose Booz à Ruth la nuit, puis le lendemain, devant les juges de Bethléem, en présence du plus proche ayant droit n'a rien de particulièrement romantique et elle occupe à peu près le quart du récit biblique.

56Et pourtant, des lecteurs privilégiés comme les traducteurs parlent, à propos du Livre de Ruth d'"exquise histoire d'amour", des "amours de Bo'az et Routh au temps des blés mûrs" (Chouraqui) ; "c'est pour ce philtre que j'ai tenté cette traduction" (Meschonnic). Même l'austère dictionnaire de la Bible qualifie le Livre de Ruth de "récit paisible et serein".

57Le Livre de Ruth est donc pour le lecteur L1 un texte qui n'est pas seulement historique mais narratif, poétique.
Qu'est-il d'autre ?

Les lecteurs du Livre de Ruth dans la tradition juive

58Dans la tradition juive, qui lit ce livre ? quand, où et comment ?
Tout un chacun est tenu de lire le Livre de Ruth au cours de la fête de Chavouoth qui a lieu sept semaines après Pâques, c'est-à-dire à l'époque des moissons. La lecture s'effectue soit à la synagogue à partir d'un texte manuscrit sur rouleau de parchemin, soit dans le cadre familial, chaque chef de famille le lisant à haute voix après le repas de fête.

59Notre lecteur relit donc chaque année à la même période le Livre de Ruth, période qui correspond à celle évoquée dans le livre. Le temps de la lecture est en soi une lecture. D'autres éléments, thématiques cette fois, relient également le Livre de Ruth à la fête de Chavouoth (le don de la Tora et la conversion au judaïsme de Ruth).

  • 21  U. Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narr (...)

60En plus de la cantillation, qui fait de ce texte comme de tout texte biblique hébraïque un texte chanté, donc plus facilement mémorisable, la tradition juive accompagne la lecture du livre de gloses qui ont été transmises oralement pendant des siècles puis ont été transcrites. Ces gloses ont comme objectif de guider la coopération interprétative du lecteur, pour reprendre une expression de Umberto Eco21.

61La stratégie de lecture juive traditionnelle impose au lecteur un triple espace d'assimilation. L'écrit n'est pas seulement lu et interprété comme dans la tradition occidentale. Il est : 1. (lu, chanté, écoulé, mémorisé) ; 2. discuté (à partir de traductions canoniques et de commentaires autorisés) ; 3. interprété.

62Ce faisant, la tradition juive de la lecture crée une ambiance de laboratoire scientifique dans le cerveau du lecteur. Elle l'oblige à emmagasiner un grand nombre de données avant de parvenir au stade de l'interprétation personnelle.

63De plus, de lecture en relecture, d'année en année, les expériences que le lecteur aura vécues d'une fête de Chavouoth à l'autre, le rendront sensible à d'autres aspects du Livre de Ruth, à d'autres commentaires, et l'entraîneront vers d'autres interprétations.

  • 22  B. Rojtman, Feu noir sur feu blanc. Essai sur l'herméneutique juive. Paris : Verdier, 1986, p. 45.

64C'est ainsi par exemple, pour reprendre le verset étudié précédemment, qu'une lecture se fondant sur les commentaires à caractère linguistique fera découvrir au lecteur, la répétition dans ce même verset du démonstratif zot qui est aussi bien un féminin qu'un neutre. Betty Rojtman, s'appuyant sur l'analyse du système déictique de l'hébreu ancien par Konrad Ehlich et le dépassant, qualifie le démonstratif hébraïque de "coefficient d'actualité" qui, "au delà de la pure désignation du rapport référentiel qu'il régit [...] connote en quelque sorte un contexte second qui sert de complément sémantique au premier, et permet d'en achever la lecture"22. Dans notre verset, les deux occurrences de zot, en tant que pronom démonstratif, neutre au début et féminin à la fin du verset, encadrent la partie descriptive centrale du verset qui comporte deux verbes conjugués au passé, alors que les deux démonstratifs se trouvent dans un entourage linguistique privé de verbe et de temporalité pour la première occurrence et sous-entendant un verbe être au présent pour la seconde occurrence. Cela confère au principe même de la "prestation compensatoire" une actualité qui est anéantie dans toutes les traductions, car si le premier démonstratif n'est traduit que par Chouraqui et Mcschonnic, le second est toujours accompagné d'un verbe au passé qui fait de tout ce verset un énoncé qui, à la rigueur, peut présenter pour le lecteur un intérêt historique. A tel point qu'une traduction comme celle d'Ostervald, sur laquelle se fonde Segond, a mis ce verset entre parenthèses. Le lecteur peut en faire l'économie. Or, pour le lecteur L1 qui lit selon la stratégie juive traditionnelle, ce verset présente un intérêt puisque la "prestation compensatoire" a encore cours aujourd'hui lors de signatures de contrat comme celle du contrat de mariage (kinyan soudar).

65Pour le lecteur L1, le Livre de Ruth constitue un "précédent" au sens juridique du terme.
L'inscription du lecteur dans le Livre de Ruth nous a fait découvrir une dimension pragmatique que les lecteurs de traductions ne pouvaient soupçonner dans ce verset 7 du chapitre 4, qui semblait si dépassé.

66Revenons, pour conclure, au débat sur le genre littéraire du Livre de Ruth. Campbell, qui soutient la thèse de la short story, exclut de la short story de Ruth les cinq derniers versets. Les voici dans la traduction de Meschonnic :

  • 23  Isaïe, chapitre 41, verset 4.

67Or, d'après la tradition juive, dans ces cinq versets, un lecteur est inscrit. Ce lecteur est le Lecteur avec un grand L, Dieu, puisque l'un de ses attributs, est d'être "le Lecteur des générations"23, Lecteur-Narrateur tout-puissant qui avait lu d'emblée la postérité de Ruth.

Haut de page

Notes

1  Les caractères ombrés signalent ici l'original hébraïque. Dans l'ensemble du texte, les mots hébreux sont présentés en caractères latins. L'article ne s'adressant pas à des hébraïsants spécialistes, on n'a cherché à effectuer ni une translittération ni une notation graphophonologique. La transcription, aussi simple que possible, permet d'articuler les mots comme on l'entend faire en Israël. [Note de Michel Masson, auteur de tous les passages translittérés].

2  La Bible. Traduite du texte original par les membres du Rabbinat français sous la direction de M. Zadoc Kahn, grand-rabbin. Paris : Librairie Durlacher, 1960.

3  H. Meschonnic, Les Cinq Rouleaux. Le Chant des Chants, Ruth, Comme ou les Lamentations, Paroles du Sage, Esther, traduit de l'hébreu. Paris : Gallimard, 1970. La citation se trouve à la p. 10.

4  Les te'amim, littéralement les "goûts", les "saveurs" sont un ensemble de 25 accents conjonctifs et disjonctifs qui remplissent trois rôles différents : ils marquent la syllabe accentuée dans chaque mot ; ils tiennent lieu de ponctuation ; enfin, ce sont des signes de cantilation.

"Les caractères hébreux annotés des accents de la diction chantée constituent un monisme de "la parole dans l'écriture", ce dont seul chez les modernes semble s'être aperçu Gerard Manley Hopkins. Ils sont un être-dans-la-lettre". (op. cit. p. 93)

5  A. Berman, "La retraduction comme espace de la traduction", Palimpsestes 4 (1990) : pp. 1-7.

6  A. Chouraqui, La Bible. Les Cinq Volumes. Paris : Desclée de Brouwer, 1975.

7  La Sainte Bible, qui comprend l'Ancien et le Nouveau Testament traduits sur les textes originaux hébreu et grec par Louis Segond, Paris, 1912.

8  La Bible, Ancien Testament. Introduction par Edouard Dhorme, Franck Michaéli et Antoine Guillaumont. Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1956.

9  Meschonnic, op. cit. p. 13 : "L'ordre où ils (les textes) se suivent est celui de la tradition. Et cet ordre est une lecture." (C'est Meschonnic qui souligne).

10  On la trouve parfois à travers l'expression temporelle "jusqu'à ce jour" comme dans Josué, 7, 26 : "et ils élevèrent par-dessus un grand monceau de pierres jusqu'à ce jour et le courroux de Dieu s'apaisa c'est pourquoi il appela cet endroit du nom de Emek Akhor jusqu'à ce jour", et plus fréquemment dans les Livres des Rois où à propos d'un événement historique à peine évoqué, le lecteur est prié de se reporter à des sources historiques anciennes, comme dans Rois II, 15, 6 : "Le reste de l'histoire d'Azaria et tous ses actes sont consignés dans le livre des annales des rois de Juda".

11  W. Iser, L'Acte de lecture. Théorie de l'effet esthétique. Bruxelles : Pierre Mardaga, 1985, p. 252.

12  M. Picard, Lire le temps. Paris : Editions de Minuit, 1989.

13  M. Bal, Femmes imaginaires. L'Ancien Testament au risque d'une narratologie critique. Utrecht : Hes Publishers ; Paris : Nizet, 1986, pp. 191-198.

14  E. Benveniste, in Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, 1966. "Don et échange dans le vocabulaire indo-européen" : pp. 315-26.

15  Le choix de la sandale comme symbole de la possession de la terre a peut être son origine dans le verset du Deutéronome 11.24 : "Toute région où se posera la plante de vos pieds, sera à vous..."

16  Deutéronome, chapitre 25, versets 5 à 10.

17  E.F. Campbell Jr., "The Hebrew Short Story : A Study of Ruth" in A Light unto my Path. Old Testament Studies in Honor of J.M. Myers. Philadelphie, 1974, pp. 83-101.

18  Meschonnic, op. cit. p. 17.

19  H. Meschonnic, "Et la traduction chantera", Revue d'esthétique 12 (1986) : pp. 75-90.

20  Ruth, chapitre 1, versets 16, 17.

21  U. Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs. Paris : Grasset, 1985.

22  B. Rojtman, Feu noir sur feu blanc. Essai sur l'herméneutique juive. Paris : Verdier, 1986, p. 45.

23  Isaïe, chapitre 41, verset 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Traduction de l'original1
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/670/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Traduction de traduction(et non pas double traduction puisque les deux traductions ne sont pas identiques)
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/670/img-2.png
Fichier image/png, 6,6k
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Touitou-Benitah, « Les lecteurs du Livre de Ruth », Palimpsestes, 9 | 1995, 27-42.

Référence électronique

Colette Touitou-Benitah, « Les lecteurs du Livre de Ruth », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/670 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.670

Haut de page

Auteur

Colette Touitou-Benitah

Université Bar-Ilan

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals