Navigation – Plan du site
Lectures et textes traduits

Delabastita, Dirk et D'Hulst, Lieven (éds), European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age

Amsterdam/Philadelphie : John Benjamins Publishing Company, 1993
Michel Ballard
p. 187-195
Référence(s) :

DELABASTITA, Dirk et D'HULST, Lieven (éds), European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age, Amsterdam/Philadelphie : John Benjamins Publishing Company, 1993 (Prix : Europe Hfl 100.00, U.S. $ 59.00).

Texte intégral

1La relation de Shakespeare avec l'Europe commence et se déroule sur le mode d'un conte voltairien, rempli de surprises, d'imprévus, de retournements subits, d'ironie et de malice : un homme de lettres français à la langue trop bien pendue se fait rouer de coups par un noble qui ne badine pas avec les distinctions sociales et se voit contraint par surcroît de s'enfuir en Angleterre. Là, il apprend la langue... de Shakespeare, et découvre l'auteur par la même occasion. De retour en France, notre écrivain, séduit par ce pays étranger, ses lettres et sa civilisation, commence à s'en faire le chantre dans des Lettres dites philosophiques. Il va même jusqu'à traduire quelques extraits des pièces qu'il vient d'admirer. Quelques années plus tard, un traducteur (Pierre Letourneur) commence une traduction complète du théâtre et va même jusqu'à proposer, dans sa préface, Shakespeare comme nouveau modèle littéraire aux Français, tout en se montrant particulièrement méprisant pour l'art classique. Voltaire, percevant alors l'enjeu de l'introduction de Shakespeare en France tente de réagir avec sa "Lettre à l'Académie française" (1776). Mais il est trop tard, le "mal" est fait et la renommée de Shakespeare se répand à travers l'Europe comme une traînée de poudre. C'est le récit de cet engouement tributaire de la traduction que nous offrent les Actes du colloque organisé par Lieven D'hulst et Dirk Delabastita à l'Université d'Anvers et publié en 1993 chez Benjamins sous le titre : European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age.

2La première communication : "Shakespeare en France au tournant du XVIIIe siècle", tout en ayant son autonomie, établit quelques uns des thèmes principaux du colloque. José Lambert commence par rappeler les étapes de la recherche sur "Shakespeare en France", dont la nouveauté aujourd'hui consiste en "l'analyse très fouillée de dossiers isolés, et en particulier l'étude des représentations théâtrales" (p. 26), et cette approche sera une constante de toutes les interventions qui vont suivre. Cette démarche fait apparaître la dualité du cheminement de l'œuvre de Shakespeare en Europe : versions-textes et versions faites pour être effectivement jouées (et connaissant le succès), avec l'interrogation que peut susciter sur la nature, double, de l'influence littéraire de l'œuvre, génératrice de nouveaux modèles littéraires dans d'autres domaines.

3Il y a de toute évidence chez Lambert le double souci de faire apparaître l'importance des "phénomènes traductifs dans l'univers des lettres" (p. 27) et de dégager la prise en compte de la traduction des contraintes de l'approche normative dans laquelle "les commentateurs s'efforcent de mettre en évidence ce qui fait défaut dans une traduction" (p. 28). Cette démarche a eu des conséquences graves "dans la mesure où les adaptations ont été systématiquement exclues du dossier, sous prétexte que... ce ne sont pas des traductions !" (p. 28). Or, à peu près à la même époque, dans le dernier quart du XVIIIe siècle, la France reçoit Shakespeare au travers de deux versions principales : celle de Letourneur (1776-1782) et celle de Ducis (1769-1792). "La version de Letourneur est incompatible avec la représentation, alors que le vers (généralement l'alexandrin) est en principe le signe de prétentions théâtrales" (p. 32) ; les adaptations de Ducis, davantage conformes encore au goût français, ont plus largement contribué à faire connaître Shakespeare en France auprès d'un large public.

4Enfin le dernier aspect que souligne magistralement José Lambert, c'est l'étrange double (en)jeu européen que constitue la situation de Shakespeare en France à l'époque. Il y a certes d'abord, par le biais de cet engouement, une entreprise de redéfinition des critères culturels à l'intérieur de la société française ; mais à cela s'ajoute une remise en question de l'hégémonie culturelle de la France en Europe par l'Allemagne ; or paradoxalement, même si l'Allemagne joue "un rôle-clef dans la propagation du génie shakespearien" (p. 30), la France jouera un rôle non négligeable "dans l'établissement d'un nouveau paradigme théâtral" (p. 30) et comme pourvoyeuse de traductions intermédiaires.

5Décidé à libérer le théâtre allemand de l'influence française, Gotthold Lessing, dans ses articles critiques, présente Shakespeare comme le modèle à suivre. Les premières traductions sont celles de Johann Eschenburg puis de Christoph Wieland (1762-1766) ; ce sont des versions en prose, qui eurent une grande influence. Friedrich Schiller puis Johann Voss s'essayèrent également à la traduction de Shakespeare, mais c'est la version réalisée par Schlegel et continuée par Tieck qui eut le plus de prestige et demeura comme symbole de la manière romantique.

6Werner Habicht souligne combien ce symbole est trompeur dans la mesure où, tout en prônant une manière neuve de traduire Shakespeare, Schlegel reste tributaire des préjugés de son temps : il tend à gommer des éléments qui rattachent Shakespeare à une époque, comme Mme Dacier, il tend à éviter ce qui risque de choquer, ce qui peut paraître trop rude et primitif chez l'auteur soucieux de faire une œuvre belle ; Schlegel sacrifie parfois le style shakespearien à ses propres canons et il en efface le flou, les irrégularités et les jeux.

7La méthode des traductions ultérieures, tout en s'inspirant du modèle "Schlegel-Tieck", s'efforce de rendre avec plus de fidélité la poétique shakespearienne. Cette exploration plus fine du style et le souci d'y adhérer davantage ont entraîné une réévaluation des traductions de Johann Heinrich Voss qui osaient introduire dans un texte allemand des particularités inhabituelles, propres à faire évoluer les normes de la langue poétique.

8Cependant, Habicht souligne que ces recherches formelles produisaient des textes peu propres à émouvoir le public. La scène, au cours du XIXe siècle, réclama des textes plus jouables, gommant à nouveau nombre des particularités et des obscurités de Shakespeare. Comme dans l'étude de Lambert, apparaît le fait que les théoriciens et les promoteurs de mouvements culturels ne se préoccupent pas toujours des problèmes de réception, ni de la théâtralité de ce qu'ils élaborent. L'article se termine avec l'esquisse d'une méthode d'analyse qui permettrait de comparer et d'évaluer les traductions par la prise en compte de traits récurrents dépassant l'extrait ou la simple scène et contribuant à l'expression de thèmes ou de tonalités dans la pièce.

9Ces deux bases d'implantation étant établies, la suite du colloque nous entraîne dans un long périple à travers le reste de l'Europe.

10Brigitte Schultze rend compte de la pénétration de Shakespeare dans les cultures slaves occidentales de 1870 à la fin des années 1830. Elle réunit le cas de la Pologne et de la Bohème, qui ont une tradition culturelle, et étudie à part la Slovaquie, où la création d'une identité culturelle fut plus tardive, retardant par là-même (en l'absence de langue officielle) le processus de traduction.

11Ce n'est qu'à la fin des années 1820 que les traducteurs russes de Shakespeare commencent à produire des versions qui se rapprochent de notre conception de la fidélité. Auparavant, les tentatives pour assimiler Shakespeare étaient caractérisées par une tendance à fondre ses œuvres dans le moule néoclassique ; par exemple, la première traduction de Hamlet, réalisée en 1748 par Sumarokov à partir de la version de Laplace. Le traducteur (lui-même dramaturge) estimait que seul le monologue était de Shakespeare et il s'était arrogé le droit de modifier la fin de la pièce : Hamlet était vainqueur et rétablissait son pouvoir. Yuri D. Levin examine la manière qui a succédé à ces balbutiements : le souci des traducteurs russes, à partir de 1820, de retourner à l'original. Cependant, l'état même de la littérature russe à l'époque va infléchir les tendances générales de la traduction romantique vers un littéralisme naïf. L'intervention de Yuri D. Levin nous donne accès aux travaux de toute une série de traducteurs russes peu connus du public français.

12Kristian Smidt nous fait assister à "La découverte de Shakespeare par la Scandinavie". Cette montée de l'auteur de Hamlet se fait d'abord par le Danemark, où l'influence allemande est très forte dans les domaines linguistique et culturel. Le Danemark, alors rattaché à la Norvège (cette union dura presque quatre siècles, jusqu'en 1814), constitue une sorte de passage naturel pour la circulation des nouveautés culturelles. C'est par une traduction des Essais d'Addison que le public cultivé découvre Shakespeare au milieu du XVIIIe siècle ; l'influence française est encore forte et l'accueil un peu tiède. C'est avec la montée du romantisme et l'influence grandissante de la culture allemande (Lessing, Wieland) que Shakespeare est progressivement accepté puis traduit. Kristian Smidt nous fait suivre les avatars de cette lente progression tout en faisant apparaître les conséquences du prestige de l'allemand comme langue de culture et donc comme frein à la traduction.

13La seconde partie poursuit ce tour de l'Europe traduisant Shakespeare avec l'Italie pour Gaby Petrone Fresco, le Portugal pour Maria Joao da Rocha Afonso, la Hongrie pour Péter Davidhazi, et l'Allemagne pour Wolfgang Ranke. Mais l'objet et la démarche sont différents : on se concentre sur l'élaboration des traditions culturelles et théâtrales en liaison avec la traduction. Les études se font beaucoup plus pointues : par exemple les conditions d'élaboration, les caractéristiques de la traduction de Hamlet par Alessandro Verri (terminée en 1777 et jamais publiée) sont examinées à la loupe ; pour le Portugal, on se concentre sur la première version d'Othello ; pour l'Allemagne, sur différentes versions de Macbeth ; quant à la Hongrie, elle est l'occasion d'étudier une situation où le mythe préexistant génère bien sûr les traductions mais relègue presque la question de leur qualité au second plan.

14La troisième section, enfin, consacrée à l'évolution de la poétique de la traduction, revient d'abord sur les problèmes inhérents à la traduction de Shakespeare en France à l'époque romantique. A l'intérieur de ce paradigme, Jacques Gury présente avec beaucoup de clarté la manière dont diverses versions de Roméo et Juliette reflètent la difficulté de trouver un style nouveau en matière de traduction et de le faire accepter face aux canons persistants de l'époque "précédente". Norbert Greiner envisage sous le même angle le traitement de la comédie shakespearienne en Allemagne, les censures dont elle a été l'objet mais aussi ce qui a été retenu comme novateur ; enfin, Dirk Delabastita, tout en reconnaissant l'abondance des études sur la réception de Shakespeare aux Pays Bas, propose un recentrage tenant davantage compte du contexte littéraire et culturel ; dans ce cadre, il se concentre sur quatre traductions significatives de Hamlet.

15Les éditeurs ont regroupé les interventions selon trois thèmes qui constituent de véritables chapitres : 1. Traduction et littératures nationales ; 2. L'élaboration de traditions théâtrales, culturelles et littéraires ; 3. L'évolution de la poétique de la traduction. Les langues de communication étaient l'anglais, le français et l'allemand, mais l'ensemble des textes présentés ici est en anglais, à l'exception de celui de Jacques Gury. Chaque intervention est suivie d'une double bibliographie donnant d'une part les traductions citées ou utilisées pour le travail et d'autre part les études critiques. Chaque chapitre est suivi d'une synthèse par un rapporteur différent : Raymond Van den Broeck, Theo Hermans, Theo D'haen. L'ensemble se termine par une transcription de la table ronde, où l'on remarquera, outre la présence des participants, celle d'un des traducteurs français les plus actifs dans le domaine shakespearien : Jean-Michel Déprats. Enfin, chose relativement rare dans ce type de publication (mais qui atteste sa qualité), on trouvera un index qui, comme les très abondantes bibliographies, sera fort apprécié des chercheurs.

16Les risques des colloques, on le sait, sont l'hétérogénéité, la dérive et l'inégalité de force des interventions. Tel n'est point le cas ici ; les divers spécialistes, chacun à sa manière, se sont efforcés de respecter le contrat avec sérieux et compétence. Le résultat est une fresque somptueuse et dense à l'image de son objet d'étude, qui permet de suivre la pénétration sur le continent européen, par le biais de la traduction, d'une œuvre devenue presque mythique. On est surpris dans chaque cas de la relativement tardive et lente pénétration des œuvres du barde dans les différentes cultures et du rôle majeur joué par les traductions intermédiaires. Chaque étude nous fournit des dates précises, les conditions d'élaboration et d'accueil des diverses traductions, et surtout leurs rapports avec les littératures nationales à une époque où, dans certains cas, elle ne font qu'éclore ou connaissent une renaissance tardive et où, de toute façon se joue, au milieu d'une évolution orchestrée du goût, une forme d'hégémonie culturelle en Europe.

17Le tout est couronné par une introduction des éditeurs Dirk Delabastita et Lieven D'hulst, qui, comme bien des introductions, est en partie à lire après les interventions dans la mesure où elle prend de la distance, tire des conclusions et donne de l'ampleur à l'étude. On y dégage des constantes telles que l'opposition entre les versions littéraires faites pour êtres lues et celles qui, donnant parfois lieu à toutes les manipulations possibles, sont faites pour être jouées, avec succès. On y fait aussi apparaître la diversité des fonctions de la traduction de Shakespeare dans les cultures d'accueil (ce travail était solidement esquissé par l'intervention de José Lambert). Les éditeurs soulignent à dessein l'absence bien entendu de l'Angleterre dans ce tableau, précisément pour montrer l'importance de l'onde de choc par rapport à l'épicentre et son rôle, par le jeu de l'interaction avec la source, dans la construction d'un monument culturel qu'on ne cesse d'explorer.

18Cette étude collective, riche et bien documentée, intéressera sans doute les chercheurs de plusieurs disciplines : théâtre, littérature comparée, échanges culturels ; mais au cœur de l'ensemble, il y a une démarche d'investigation historique et méthodologique qui constitue la traductologie et qui, tout en étant un apport scientifique indéniable, fait apparaître l'importance d'une activité certainement sous-estimée : selon les termes de Théo D'haen "[this] may go to show that work on the 'margins' of literature, in this case translated literature, may well prove to be 'central' indeed" (p. 236).

19Il y a peu à redire sur le plan de la présentation matérielle, qui est bonne ; nous avons relevé des coquilles pp. 40-41 ("com-plexité" "ét") mais c'est peu de chose. On regrettera que le prix de l'ouvrage soit si élevé et risque d'en freiner la diffusion auprès des acheteurs individuels ; ce serait dommage car il y a là une vision large, dont nous avons besoin, et un souffle nouveau.


*

20TYTLER, Alexander Fraser (Lord Woodhouselee, 1747-1813), Essay on the Principles of Translation (3rd rev. ed., 1813), new edition with an introductory article by Jeffrey F. Huntsman, Indiana University, Bloomington, Indiana, Amsterdam : John Benjamins B.V. (collection : Amsterdam Studies in the Theory and History of Linguistic Science"), 1978. (Prix : Europe Hfl. 165.00, US $ 87.00).

21Face à l'édition d'un remarquable colloque portant sur une figure qui, par le biais de la traduction, est devenue à travers l'Europe le symbole d'une révision des canons littéraires, il nous semble bon de rappeler l'existence, chez le même éditeur, d'un ouvrage qui, lui, marque la fin de la période précédente, et demeure à plus d'un titre comme un classique du genre.

  • 1  George Steiner, Après Babel, 1975, traduction de Lucienne Lotringer, Paris : Albin Michel, 1978, p (...)
  • 2  Thomas R. Steiner, English Translation Theory, 1650-1800, Amsterdam : Van Gorcum, 1975, p. 1.
  • 3  Susan Bassnett-McGuire, Translation Studies, Londres : Methuen, 1980, p. 63.
  • 4  Valery Larhaud, Sous l'invocation de st Jérôme, Paris : Gallimard, 1946, p. 101.
  • 5  Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions. Lille : P.U.L., 1992.

22Les traductologues modernes ont diversement rendu compte de l'Essay de Tytler : pour George Steiner, il est comme une borne qui vient clore, au même titre que l'essai de Schleiermacher, une première période "où problèmes et notations techniques restent à l'état d'ébauche"1 ; pour T.R. Steiner2, c'est un travail sans originalité, qui reprend les lieux de la traduction exposés pendant le siècle et demi qui précède ; Susan Bassnett-McGuire3 estime que c'est le premier ouvrage théorique sur la traduction paru en anglais, mais elle n'entre guère dans son analyse (pas plus que George Steiner d'ailleurs) ; Valery Larbaud4 est particulièrement élogieux et souligne plusieurs aspects de l'œuvre de Tytler, qui, à notre avis, font sa spécificité (éléments qui n'ont pas été suffisamment clairement identifiés et rapportés à la notion de théorisation par les commentateurs) : le rattachement à une tradition antérieure par le jeu de la citation ; le rapport de la théorie à la pratique par le jeu du corpus ; l'élaboration de la technique du commentaire de traduction. Dans De Cicéron à Benjamin5, nous avons consacré 14 pages à cet auteur et surtout à ce que nous considérons également comme le premier traité de traduction en langue anglaise (le traité de Lawrence Humphrey date de 1559, mais il était rédigé en latin) — de même que le traité de Gaspard de Tende (1660) est le premier en langue française. Dans De Cicéron à Benjamin, nous avions utilisé l'édition Dent de 1907 ; nous voudrions ici attirer l'attention sur l'édition parue chez Benjamins en 1978 et à laquelle on n'a peut-être pas fait toute la publicité qui convenait.

23Il s'agit d'un remarquable volume de 457 pages réalisé dans la plus pure tradition universitaire avec tout ce qu'elle offre de sérieux et de compétence. Le maître d'œuvre en est Jeffrey F. Huntsman, Professeur à l'Université d'Indiana et auteur d'une Bibliographie des théories de la traduction, également parue chez Benjamins en 1978.

24Huntsman a pris pour base le texte de la troisième édition du traité de Tytler parue en 1813, peu avant la mort de l'auteur. Cette édition est considérablement augmentée par rapport à la première (deux fois et demie plus importante selon Huntsman, p. XXXIII) ; les ajouts sont constitués par deux chapitres, un appendice et un index introduits lors dé la deuxième édition en 1797, des exemples supplémentaires et la réécriture de certains passages.

25L'appareil critique introduit par Huntsman se répartit en deux ensembles placés l'un en tête et l'autre en fin de volume. En tête : une copieuse introduction de 36 pages, précédée d'un portrait de Tytler et suivie d'une bibliographie de références et d'une bibliographie des œuvres de Tytler. En fin de l'ouvrage on trouvera, outre l'index élaboré par Tytler, un index annoté où Huntsman fournit les références précises des ouvrages auxquels Tytler renvoie, une liste des modifications notables apportées par Tytler à sa première et à sa deuxième éditions.

26L'introduction commence par une description du milieu social et culturel auquel appartenait Tytler : celui d'Edimbourg à la fin du XVIIIe siècle. Vient ensuite une évocation de la vie et des travaux des membres de la famille Tytler, la carrière de Tytler et son œuvre de critique littéraire. Fort judicieusement, Huntsman rattache la théorisation de Tytler en matière de traduction tout autant à son œuvre de traducteur (il a traduit Les Brigands de Schiller) qu'à sa production dans le domaine de la critique littéraire et aux influences indéniahles des philosophes écossais de son temps, qui pour certains étaient ses maîtres ou ses collègues. Il y a là toute une veine, sans doute assez peu connue des lecteurs français ou du reste de l'Europe, qui éclaire assez bien les principes qui, outre la motivation personnelle, ont pu guider Tytler dans la rédaction de son ouvrage. On y trouve une exploration des théories de la connaissance aussi bien que de l'esthétique, qui sont fondamentales dans l'élaboration d'une théorie de la traduction.

27Outre une analyse peut-être un peu succincte du traité lui-même (mais on peut estimer que ce n'est pas l'objet de cette introduction), on trouvera également une évaluation honnête du travail de Tytler. Huntsman souligne le caractère amateur, au sens de "non-universitaire", du travail du maître ; mais on pourrait rétorquer qu'il ne s'est malheureusement pas trouvé d'universitaire pour l'assumer à ce moment-là. On ne peut que louer la qualité du travail accompli ainsi que sa présentation qui est fort belle. Le prix, 165 florins (87 dollars), en fait malheureusement un ouvrage réservé aux bibliothèques, c'est dommage car il est fort utile et agréable. Il reste également à souhaiter que l'éditeur fasse glisser ce traité de la collection "linguistique" à la collection "traductologie" à laquelle il appartient de toute évidence.

Haut de page

Notes

1  George Steiner, Après Babel, 1975, traduction de Lucienne Lotringer, Paris : Albin Michel, 1978, p. 224.

2  Thomas R. Steiner, English Translation Theory, 1650-1800, Amsterdam : Van Gorcum, 1975, p. 1.

3  Susan Bassnett-McGuire, Translation Studies, Londres : Methuen, 1980, p. 63.

4  Valery Larhaud, Sous l'invocation de st Jérôme, Paris : Gallimard, 1946, p. 101.

5  Michel Ballard, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions. Lille : P.U.L., 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « Delabastita, Dirk et D'Hulst, Lieven (éds), European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age », Palimpsestes, 9 | 1995, 187-195.

Référence électronique

Michel Ballard, « Delabastita, Dirk et D'Hulst, Lieven (éds), European Shakespeares. Translating Shakespeare in the Romantic Age », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/692

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Université d'Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals