Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Bensimon
p. i-iii

Texte intégral

1La poésie est-elle intraduisible ? Tel critique, tel linguiste, tel poète affirment que dans ce domaine plus que dans tous les autres, traduire, c'est trahir. Qu'on se rappelle la remarque de Jean Cassou : "La poésie, c'est justement ce résidu qui, d'une langue à l'autre, ne passe pas". Robert Frost eut un jour ce mot : "Poetry is what gets lost in translation". Et de son côté, Jakobson : "La poésie, par définition, est intraduisible. Seule est possible la transposition créatrice" (Essais de linguistique générale ch. IV : Aspects linguistiques de la traduction. 1963, p. 86).

2Envers et contre toutes ces assertions, non seulement la poésie se traduit depuis des siècles, mais beaucoup des meilleurs poèmes dans les langues occidentales ont été – et sont encore – des traductions. Un poète hongrois de notre temps, à qui l'on avait demandé quel était le plus beau poème hongrois, répondit : "L'"Ode to the West Wind" de Shelley dans la traduction d'Arpad Toth". Charles Tomlinson, poète et critique anglais d'aujourd'hui, éditeur de The Oxford Book of Verse in English Translation, rêvant qu'on l'avait interrogé pour connaître le plus grand poème anglais du XVIIIe siècle, déclara : "L'Iliade d'Homère dans la traduction d'Alexander Pope".

3Que la poésie soit traduisible, Yves Bonnefoy, naguère traducteur de Shakespeare et, plus récemment, de Yeats, l'atteste par sa traduction inédite de deux poèmes de John Donne : "A Hymne to Christ, at the Authors last going into Germany" et "Hymne to God my God, in my sicknesse".

4S'il est vrai que traduction poétique et création poétique sont des opérations jumelles, et qu'entre elles s'établit un flux constant, une constante fécondation mutuelle, les poètes sont-ils toujours les meilleurs traducteurs de poésie ? A cette question complexe Pierre Leyris apporte un élément de réponse en passant au crible la traduction par Valéry de "Throwing a Tree", poème de Thomas Hardy, et celle, par Saint-John Perse, de la première partie de "The Hollow Men" de T.S.Eliot. Valéry a traduit avec un certain bonheur, en prose rythmée, le poème de Hardy en vers réguliers et rimés. Mais l'analyse que fait Leyris de la version française de "The Hollow Men" publiée en 1924 par l'auteur de 1'Anabase, permet d'y déceler nombre de carences : perte de concret, évacuation de la dimension religieuse, intellectualisation du discours, méconnaissance des valeurs de sens d'un mot-clé (shape/form). Pour étayer cette étude décapante, Pierre Leyris cite sa propre traduction du poème, "Les Hommes creux", qui allie une simplicité dépouillée, austère, à une scrupuleuse précision.

5Avant de traduire "Pantomime", pièce des Fêtes galantes de Verlaine, Guy Leclercq procède à un examen extrêmement fouillé de sa forme et de son fonctionnement. Il scrute le poème à ses divers niveaux constitutifs : thématique, syntaxique, phonétique, en distinguant le sens manifeste du sens latent et des sens métaphoriques. Il envisage aussi, cachée sous la lecture obligée qu'imposent des références appartenant à la mémoire collective, une autre lecture où le libertinage se dévoie. A ses yeux, la démarche traductrice consiste à créer un couple de poèmes dont l'un, qui n'aurait jamais pu exister sans l'autre, revendique le droit d'exister seul et de porter le nom de poème, le traducteur assumant alors pleinement son statut de réécrivain.

6Revenant à l'anglais comme langue source, Paul Bensimon recherche les moyens lexicaux, syntaxiques et stylistiques de traduire les adjectifs composés métaphoriques fréquents dans la poésie anglaise moderne, néologismes d'une ellipticité et d'une immédiateté saisissantes. Ces composés, miniaturisations de structures complexes, créent un effet d'étrangeté, de défamiliarisation, en même temps qu'ils amorcent de vastes chaînes connotées. Pour rendre ces authentiques métaphores vives, le français doit emprunter d'autres voies que 1'adjectivation et la modalisation – en l'occurrence, la juxtaposition et l'apposition.

7Sur le versant français-anglais de la traduction poétique, Michel Remy expose les difficultés aiguës qu'ont rencontrées les traducteurs d'Éluard et de Breton. Les stratégies de l'écriture surréaliste étaient notamment d'utiliser la grammaticalité des énoncés pour mieux la subvertir de l'intérieur par des incompatibilités sémantiques, et de précipiter les uns contre les autres les termes abstraits et les termes concrets. Pour mimer de telles stratégies, il eût fallu à ces traducteurs l'audace de retravailler leur propre langue pour lui faire admettre une certaine étrangeté, lui faire accepter l'étranger. Peut-être ont-ils manqué, en leur temps, l'occasion de stimuler les facultés créatrices de l'anglais – de fertiliser l'anglais par le français.

8Dans leur réflexion critique comme dans leur pratique de traduction, l'ensemble des collaborateurs de Palimpsestes 2 ont eu présente à l'esprit cette observation de Henri Meschonnic : "Ce n'est pas encore un truisme pour tous que de dire que traduire un poème est écrire un poème, et doit être cela d'abord" (Pour la poétique II, Poétique de la traduction, 1973, p. 355).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 2 | 1990, i-iii.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 2 | 1990, mis en ligne le 01 janvier 1992, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/712

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals