Navigation – Plan du site

Notes sur un poème de Hardy traduit par Valéry

Pierre Leyris
p. 2-5

Texte intégral

Thomas Hardy, Throwing a Tree

New Forest

The two executioners stalk along over the knolls,
Bearing two axes with heavy heads shining and wide,
And a long limp two-handled saw toothed for cutting great boles,
And so they approach the proud tree that bears the death-mark on its
[side.

Jackets doffed they swing axes and chop away just above ground,
And the chips fly about and lie white on the moss and fallen leaves ;
Till a broad deep gash in the bark is hewn all the way round,
And one of them tries to hook upward a rope, which at last he achieves.

The saw then begins, till the top of the tall giant shivers :
The shivers are seen to grow greater each cut than before :
They edge out the saw, tug the rope ; but the tree only quivers,
And kneeling and sawing again, they step back to try pulling once more.

Then, lastly, the living mast sways, further sways : with a shout
Job and Ike rush aside. Reached the end of its long staying powers
The tree crashes downward : it shakes all its neighbours throughout,
And two hundred years' steady growth has been ended in less than two hours.

1The Complete Poems of Thomas HARDY, Ed. J. Gibson, The New Wessex Edition, Londres, Macmillan, 1978, p. 857.

Abatage d'un arbre, traduit par Paul Valéry1

  • 1  Commerce n° 14,1927. Dans cette publication, le poème de Hardy portait le titre : "Felling a Tree"

D'un pas majestueux les deux exécuteurs s'avancent sur les tertres.

Ils portent deux lourdes haches aux fers larges et brillants, et une longue scie à deux mains, flexibles, aux dents faites pour entamer les troncs puissants.

Tels ils approchent de l'arbre superbe qui montre sur son flanc la marque de mort.

Ils ont mis vestes bas ; ils balancent les haches ; ils frappent à coups redoublés, juste au ras de la terre.

Autour d'eux volent les éclats ; de blancs éclats couvrent la mousse et les feuilles tombées.

Bientôt une large et profonde entaille tranche l'écorce tout autour du tronc.

Et l'un des hommes essaie d'envoyer une corde au haut de l'arbre, et il finit par y parvenir.

La scie intervient alors, et travaille jusqu'à ce que la cime du haut géant frissonne. A chaque passage de la lame on voit croître et s'étendre ses frissons.

Les hommes retirent la scie ; ils pèsent sur le câble. Mais l'arbre ne fait encore que chanceler, et eux s'agenouillent et se remettent à scier. Derechef, ils s'écartent, ils essayent encore de tirer l'arbre bas.

Enfin le mât vivant s'incline, s'incline plus encore. Avec un cri, Job et Ike se jettent de côté. Parvenu à la fin de sa longue résistance, l'arbre craque et s'abat. Il ébranle en tombant tous les arbres qui l'entourent, et deux cents ans de croissance constante sont anéantis en moins de deux heures.

2Ce poème nous a été communiqué par Madame Hardy. Il est le dernier qui fut écrit par Thomas Hardy, peu de temps avant sa mort. (N.d.T.)

3Valéry s'est proposé de montrer qu'une prose rythmée pouvait évoquer ce poème de Hardy en vers réguliers et rimés. Dans quelle mesure y parvient-il ?

4Le titre : Throwing a Tree. Abatage d'un arbre.

5Le participe présent anglais veut évidemment un substantif en français. "En abattant" signifierait à peu près : "pendant que nous abattions un arbre" ou "du fait que nous abattions un arbre". "Abatage" s'impose et l'absence d'article exclut toute généralisation, insiste sur le fait qu'il s'agit d'un fait présent unique.

Strophe I :

6The two executioners stalk along over the knolls

7D'un pas majestueux les deux exécuteurs s'avancent sur les tertres

8Ces trois groupes de six syllabes scandent noblement la démarche des bûcherons bourreaux. On peut penser pourtant que "d'un pas majestueux", surtout en tête, insiste outre mesure sur la lenteur solennelle qu'on devine dans stalk along. "Les deux exécuteurs progressent" ou "procèdent sur les tertres" (de préférence à "s'avancent") rejoindrait mieux la durée de l'original et suffirait à évoquer la gravité fatale que "d'un pas majestueux" explicite peut-être trop au long.

9Bearing two axes with heavy heads shining and wide

10Ils portent deux lourdes haches aux fers larges et brillants

11Entre "haches" et "cognées", Valéry a choisi d'instinct le terme qui répondait le mieux à "exécuteurs". Pour des raisons de rythme et d'euphonie, il a déplacé sur "haches" le qualificatif "lourdes". Aucun inconvenient à cela.

12And a long limp two-handled saw toothed for cutting great boles

13et une longue scie à deux mains, flexible, aux dents faites pour entamer les troncs puissants

14Le rythme demeure sûr et noble. Mais Valéry n'a-t-il pas confondu handled et handed ? De toutes manière, c'est d'un passe-partout ou d'une scie à deux poignée qu'il s'agit. "Scie à deux mains" est impropre : une épée à deux mains ne se manie pas à deux ! Si "passe-partout" répugnait à Valéry, comme il est probable, "scie à deux poignées" n'aurait guère altéré le rythme de sa phrase pour peu qu'on fît porter l'accent sur "scie" plutôt que sur "longue".

15And so they approach the proud tree that bears the death-mark on its side Tels ils approchent de l'arbre superbe qui montre sur son flanc la marque de mort.

16On ne s'étonne pas que Valéry ait supprimé le second and du début du 4ème vers. Les enchaînements de and si fréquents en anglais du fait de l'influence biblique, se supportent plus difficilement en français surtout lorsque, comme ici, ils n'exercent pas la même fonction logique. D'ailleurs cet and ne se fût pas accordé à "tels" qui traduit si emphatiquement les so anglais. So est un élément important du discours, mais d'un apparat moins visible que "tels", qui est presque une profession de foi symboliste, sans être du tout ridicule parce que tout à fait approprié. Simplement nous nous trouvons ici non seulement en présence de deux langues, mais de deux langages poétiques.

17"Superbe" avec son léger parfum de latinisme, est très heureux pour proud. Non moins heureuse l'allitération "marque"–"mort".

18Mais en compensation du And supprimé, n'aurait-il pas mieux valu terminer le vers précédent, au lieu d'un point, par deux points pour assurer la continuité du discours ?

Strophe II :

19Jackets doffed they swing axes and chop away just above ground,
And the chips fly about and lie white on the moss and fallen leaves
 ;

20Ils ont mis vestes bas ; ils balancent les haches ; ils frappent à coups redoublés, juste au ras de la terre.

21Autour d'eux volent les éclats ; de blancs éclats couvrent la mousse et les feuilles tombées.

22Le discours, l'action sont de plus en plus hachés dans la traduction. Jackets doffed est une simple proposition circonstancielle que ne suit aucun signe de ponctuation et n'y a aucun suspens entre they swing their axes et chop away, alors que chez Valéry, deux points-virgules distinguent des temps d'arrêt ; le second surtout tend à suggérer que les bûcherons balancent d'abord les haches, puis frappent à coups redoublés, comme s'il ne s'agissait pas de la continuation du même geste. Et la fragmentation du temps est accentuée au second vers par le point-virgule qui suit "éclats" et par le point (au lieu d'un point-virgule) qui suit "tombées".

23"Juste au ras de la terre" est d'une singulière inexactitude. On sait que les bûcherons entament le tronc un peu au-dessus du sol. C'est comme si Valéry décrivait l'abatage d'un arbre d'après Hardy (lequel est beaucoup plus exact) sans avoir pris le temps de se référer à la nature.

24La répétition d'"éclats" au second vers, par contre, est poétiquement heureuse et montre que le traducteur cherche à compenser la rime intérieure fly ... lie perdue.

25Till a broad deep gash in the bark is hewn all the way around,
And one of them tries to hook upward a rope, which at last he achieves.

26Bientôt une large et profonde entaille tranche l'écorce tout autour du tronc.

27Et l'un des hommes essaye d'envoyer une corde en haut de l'arbre, et il finit par y parvenir.

28Le "Bientôt" précédé d'un point sépare à nouveau ce que till liait, mais c'est une manière habile d'échapper à l'interminable "jusqu'à ce que", qui s'imposera deux vers plus loin. Till, surtout en poésie, est souvent une croix pour le traducteur.

29Cette seconde strophe accuse en traduction, dans l'ensemble, une certaine déperdition de concret. Chop away, hewn et hook upward ressemblent bien plus à des termes de métier que "frappent à coups redoublés", "tranche", et "envoyer une corde" où le grippage n'intervient pas. Ajoutons qu'avec "frappent" et "éclats", on perd l'écho chop, chips et par là, une fois de plus, l'unité de l'abatage. En tout cas, "se creuse tout autour de l'écorce" serait d'autant plus préférable à "tranche l'écorce tout autour du tronc", que ce tronc, comme l'"arbre" du vers suivant, est ajouté et allonge le discours.

30Peut-être est-ce grâce à cet allongement régulier, comme systématique, que Valéry trouve son aisance, assure son rythme. Une traduction plus serrée resterait-elle aussi harmonieuse ? Il est certain qu'on n'aurait pas pu lui demander d'accueillir "gisent blancs" par lie white dans son langage. Cependant, "ce qu'enfin il achève", traduction tout à fait littérale de which at last he achieves serait plus heureux que l'exact, mais assez plat "il finit par y parvenir".

Strophe III :

31The saw then begins, till the top of the tall giant shivers :
The shivers are seen to grow greater each cut than before

32La scie intervient alors, et travaille jusqu'à ce que la cime du haut géant frissonne. A chaque passage de la lame on voit croître et s'étendre ses frissons.

33Il faut saluer comme une vraie trouvaille cet "intervient alors" si fatidique (pour then begins) qui marque bien plus fortement la décisive entrée en jeu de la scie que n'eût fait le pâle "commence". Au même vers, l'ajout "travaille" fait contrepoids à l'inévitable "jusqu'à ce que"; il faut admirer Valéry de ne pas s'être refusé plus que Hardy à "haut géant", ce pléonasme si efficace.

34Mais comme on déplore que les deux shivers qui se suivent immédiatement en anglais soient séparés en français par toute la longueur d'un vers ! Le regard ne s'est pas encore écarté de la cime de l'arbre et "frissons" devrait suivre tout de suite "frissonne". Cette maladresse s'explique d'autant moins que The shivers are seen appelle tout naturellement : "Ces frissons, on les voit".

35Il semble bien, d'autre part, que Valéry ait pris grow dans le sens de "croître" au lieu de "devenir", ce qui lui a fait transformer greater en un second verbe (comme dans l'expression "croître et embellir"). Ce deuxième vers est décidément le moins heureux de tous, car "passage de la lame" est démesurément long pour le monosyllabe cut et on ne le voit guère dans la bouche d'un bûcheron. Mieux vaudrait : "Ces frissons, à chaque coup de lame, on les voit se faire plus amples".

36Quant à than before, Valéry a bien vu qu'il n'y avait pas lieu de s'en soucier.

37They edge out the saw, tug the rope ; but the tree only quivers.

38And kneeling and sawing again, they step back to try pulling once more

39Les hommes retirent la scie ; ils pèsent sur le câble. Hais l'arbre ne fait encore que chanceler ; et eux s'agenouillent et se remettent à scier. Derechef ils s'écartent, ils essayent encore de tirer l'arbre bas.

40Je crois qu'un bûcheron "dégagerait" la scie plutôt qu'il ne la "retirerait". En outre, on ne reconnaît pas d'emblée dans ce "câble" la "corde" de la strophe précédente. Indépendamment des connotations peu sylvestres du mot, la chose ne pouvait vraiment subsister en haut de l'arbre que sous le même nom.

41Le regard s'arrête aussi à "chanceler", impropre pour quivers. Il ne s'agit encore que d'un frémissement. Il n'y a guère plus d'écart entre le sens de shivers et celui de quivers qu'entre les sons de ces deux mots. Cette quasi-identité, justement, montre que la scie et la corde n'ont pas encore fait leur oeuvre. "Chanceler" non plus n'est pas définitif, c'est vrai, puisqu'on n'est pas sûr qu'un édifice ou qu'un homme qui chancelle va tomber, mais il marque un progrès sensible sur les frissons, une nouvelle phase dans l'abatage de l'arbre que rien n'indique encore chez Hardy.

Strophe IV :

42Then lastly, the living mast sways, further sways ; with a shout
Job and Ike rush aside. Reached the end of its long staying powers
The tree crashes downward
 : it shakes all its neighbours throughout,
And two hundred years' steady growth has been ended in less than two hours.

43Enfin le mât vivant s'incline, s'incline plus encore. Avec un cri Job et Ike se jettent de côté. Parvenu à la fin de sa longue résistance, l'arbre craque et s'abat. Il ébranle en tombant tous les arbres qui l'entourent et deux cents ans de croissance constante sont anéantis en moins de deux heures.

44Il n'y aurait rien à relever que d'insignifiant du point de vue du vocabulaire, dans cette dernière strophe, qui est traduite en somme avec une sage exactitude. Mais c'est l'ensemble du poème en tant que tel qui s'offre à nous maintenant. Or, si nous revenons à la première strophe, nous y décelons une légère anomalie (la seule de son espèce dans les deux premières strophes). Après "Ils portent deux lourdes haches aux fers larges et brillants", un traducteur d'aujourd'hui n'hésiterait pas à aller à la ligne et à faire, conformément à l'original, un nouveau vers (ou verset, comme on voudra) de :

"Et une longue scie à deux mains, flexible, aux dents faites pour entamer les troncs puissants"

45Mais Valéry, en bon héritier de Mallarmé traduisant Poe, ne s'y sent pas autorisé après une virgule. Nous comprenons dès lors que tous ces points, que nous lui avions reproché de multiplier en fragmentant le temps – plus continu chez Hardy – de l'abatage de l'arbre, étaient pour lui autant de subterfuges, de façons de prétendre à la prose tout en se donnant le droit d'aller à la ligne pour mieux faire sentir la séparation des vers.

46Une fois opérée la petite modification susdite, les deux premières strophes anglaises se trouvent traduites vers par vers avec un grand bonheur. Qui, toutefois, ne se maintient pas continûment. A partir de "Les hommes retirent la scie", les ensembles rythmiques que l'oreille perçoit n'évoquent plus la structure de la strophe anglaise et, dans la quatrième strophe, la rupture entre les deux textes est consommée. Celui de Valéry est lié comme de la prose commune et ne laisse plus transparaître qu'à la fin l'économie de l'original. C'est tout à fait sensible pour "avec un cri", qui eût été autrement efficace s'il était resté placé comme with a shout à la fin du vers. Cela pouvait s'obtenir aisément en supprimant le "plus" superfétatoire de "plus encore". Mais c'eût été avouer le vers en allant ensuite à la ligne au milieu du discours. Il semble bien que par un indéfectible attachement à une poétique trop stricte, Valéry ait un peu gâté sur la fin une très belle traduction.

Haut de page

Notes

1  Commerce n° 14,1927. Dans cette publication, le poème de Hardy portait le titre : "Felling a Tree".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leyris, « Notes sur un poème de Hardy traduit par Valéry », Palimpsestes, 2 | 1990, 2-5.

Référence électronique

Pierre Leyris, « Notes sur un poème de Hardy traduit par Valéry », Palimpsestes [En ligne], 2 | 1990, mis en ligne le 01 janvier 1992, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/716 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.716

Haut de page

Auteur

Pierre Leyris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals