Navigation – Plan du site

Vers une problématique de la traduction des textes surrealistes

Michel Remy
p. 109-126

Texte intégral

1La notion même de traduction pose une question fondamentale à l'écriture : quelle est très exactement la mesure de l'autonomie d'un texte ? Car, s'il est censé pouvoir être traduit, c'est qu'il est conforme à des schémas répétables et qu'il peut s'identifier à un code qui en limiterait d'autant le travail de signifiance. Dans quelle mesure un texte peut-il échapper aux codes discursifs qui l'entourent et dont il est le lieu de réfraction ? Dans quelle mesure peut-il être traduit, c'est-à-dire plié à un autre système linguistique que celui qui l'a produit ? Car traduire se fait toujours en vue d'un discours codé, d'un système de règles répétables et tout geste de traduction postule à son horizon une équivalence, la plus stricte possible, non seulement entre les signes des deux langues mais aussi entre les signifiants des deux langues et leurs signifiés correspondants. Il s'agit, en d'autres termes, de serrer au plus près l'univocité, d'éliminer tout ce qui peut faire différence et de tout faire coïncider. Le dire sera subordonné au dit.

  • 1  Tous les textes d'Éluard traduits dans transition le sont par Eugène Jolas. Les textes d'Éluard et (...)

2C'est ici que s'inscrit pour nous la problématique de la traduction. De deux choses l'une : ou bien l'on considère une traduction comme une mécanique, une clôture, dont l'espace vise à être cartographiable et tolère le moins de zones d'ombre possible, ou bien on la considère comme un processus de réécriture pour lequel l'espace du texte s'espace sans cesse. Ou bien elle est envisagée comme répétition plus ou moins mécanique du texte de départ, comme la répétition du Même, ou bien comme la réinscription du texte de départ, c'est-à-dire comme une itération qui débouche, quelque paradoxal que cela puisse paraître, sur une altérité, ainsi que le révèle l'étymologie de iter proposée par Derrida 1. Ou bien le traducteur vise le Même, et il est objet de son texte, ou bien il vise l'Autre, et il reste sujet à part entière.

  • 2  André BRETON, Second manifeste du surréalisme, Paris, Gallimard, (Coll. 10/18), 1970, 92.

3Ce problème dont il faudrait analyser les termes d'une façon plus détaillée – mais cela dépasse le cadre de ces notes – se manifeste avec une acuité particulière dans le champ du surréalisme et de la traduction des textes surréalistes. En effet, l'écriture surréaliste veut résister, par définition, à tout ce qui est soumission à un discours, elle est en elle-même subversion de logique, refus de rationalité et résistance à toute traductibilité. Sans cesse, le sujet, lecteur ou scripteur, devient le lieu d'une suspension de l'identité et de la présence, d'une "descente vertigineuse" dans "les lieux cachés" 2, où la langue est interrogée dans son origination même. Dès lors, que se passe-t-il lorsque ce qui veut échapper au discours se trouve en passe d'être intégré à une autre langue et à ses discours ? Dans quelle mesure peut-il inquiéter la langue d'arrivée ? Comment traduire, non pas des mots, mais un geste qui, prenant certes appui sur des mots lexicalisés, n'en vise pas moins à bouleverser les schémas de pensée qui les gouvernent ?

  • 3  transition, éd. Eugène Jolas, I (Avril 1927) - 27 (Avril-Mai 1938); les n° 21 et 24 furent publiés (...)

4La traduction de certains textes surréalistes français en anglais dont nous proposons une étude ici, révèle en filigrane tous ces problèmes, d'autant plus intéressants que ces traductions ont joué un rôle capital dans le passage du surréalisme en Angleterre. On sait que douze années ont séparé la publication du Manifeste de Breton en 1924 de l'Exposition surréaliste internationale de Londres en 1936 au cours de laquelle le groupe surréaliste anglais s'est formé, douze années d'une lente et sinueuse introduction d'idées et de textes. Rares étaient les surréalistes anglais qui connaissaient le français, malgré les nombreux séjours qu'ils faisaient en France, et rares étaient les surréalistes français qui connaissaient l'anglais. Aussi les problèmes linguistiques que nous allons évoquer appellent peut-être des explications supplémentaires pour ce retard de douze ans. Nous nous bornerons aux traductions publiées dans deux revues qui ont joué le rôle de passeurs d'idées en 1927 et 1932, transition, d'Eugène Jolas, et This Quarter d'Edward Titus 3. La première, dont les positions linguistiques totalement révolutionnaires questionnaient violemment le formation du lexique et prônaient le démantèlement de la grammaire et de la syntaxe, publia 22 textes français dans des traductions de Jolas et d'Elliot Paul ; la seconde, dans son numéro spécial de septembre 1932 dont la rédaction fut confiée à André Breton, publia 17 poèmes et 18 textes de prose, parmi lesquels des textes de Dali traduits par Richard Thoma, de Breton et d'Éluard traduits par Samuel Beckett et de Péret, traduits par Julius Bronowski. Etant donné que ces revues étaient écrites en anglais, que les textes émanaient tous ou presque, d'écrivains anglo-saxons et qu'elles étaient éditées, imprimées et publiées à Paris, on comprend qu'elles faisaient le pont avec l'Angleterre et qu'elles rendirent accessibles au public anglais pour la première fois les textes des surréalistes français. Il a été recensé qu'en 8 ans, environ 90 textes de surréalistes français ont été publiés dans trois périodiques (dont 35 dans le numéro spécial de This Quarter),et que 60 d'entre eux ont été traduits. Il nous semble que la rareté de ces traductions s'explique, en partie au moins, par les ruptures, les déplacements, les contradictions que, de toute évidence, elles provoquaient dans la langue anglaise.

5Il est à noter d'entrée que le surréalisme n'a pas pour but premier de bouleverser de fond en comble les structures syntaxiques – si ce n'est peut-être dans une certaine mesure dans l'écriture automatique, mais ceci est un autre problème – et que sa stratégie principale est d'utiliser la grammaticalité des séquences afin de mieux la subvertir de l'intérieur par des incompatibilités sémantiques ; l'acceptabilité syntaxique sert d'alibi à l'inacceptabilité sémantique. Nous nous attarderons donc ici sur des problèmes sémantiques, comme si nous étions cités comme témoins au procès du Sens.

Champs sémantiques

  • 4  "Knowledge Prohibited", transition, 12 (mars 1928), 109-III (Éluard, "Défense de savoir", Oeuvres (...)
  • 5  "Knowledge Prohibited", transition, 12, ibid. (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 219).

6Il est indéniable que l'anglais manie avec moins de fréquence les termes techniques et abstraits, en particulier d'origine latine. De même, la différence est plus nette entre langue "ordinaire" (à forte densité de mots anglo-saxons) et langue "littéraire" (à forte densité de mots d'origine latine). Parallèlement, l'on sait que l'un des moyens utilisés par le surréalisme pour plonger dans la confusion les catégories lexicales a été précisément la précipitation des termes abstraits et concrets les uns contre les autres, l'entrechoc des termes empruntés à des domaines lexicaux différents, la création d'images dont le prototype reste la phrase de Lautréamont : "beau comme la rencontre sur une table de dissection d'un parapluie et d'une machine à coudre". Que ce soit en jouant avec la polysémie, les procédés de détermination ou d'adjectivation, le but est toujours le même : attaquer le discours de l'intérieur afin de l'espacer de lui-même. Plusieurs poèmes d'Éluard ouvrent ce problème ; dans les textes traduits dans transition, "Iefface my image", "the form of your heart is chimerical" et "the large habitable mirror" sont beaucoup plus marqués que ne le sont en français "j'efface", "chimérique" et "habitable", et donnent l'impression d'un certain pédantisme 4. Le titre lui-même du recueil d'Éluard "Défense de savoir" fait le mauvais choix entre abstrait et concret ; "Knowledge prohibited" introduit un substantif passif au lieu d'un verbe actif. "No knowing" aurait peut-être été meilleur. De même, le recueil Ne plus partager est traduit par "No more division" ; un verbe, une injonction active sont remplacés par une froide constatation, sans parler du faux sens assez grave commis sur l'idée de partage. Dans le même texte, "Et ton ombre est une serrure" est traduit par "And your shadow is a lock" 5, là où le texte français ouvre, le texte anglais ferme, et peut-être "keyhole" eût été meilleur.

  • 6  "The Free Union", This Quarter, 5, I (Septembre 1932), 72-73 (André Breton, "L'Union libre", Clair (...)
  • 7  "All-Proof", This Quarter, ibid., 94-95 (Éluard, "A toute épreuve", ibid., 293).
  • 8  "Lethal Relief", This Quarter, ibid., 74-75 (A. Breton, "Le Grand secours meurtrier" dans "Le Revo (...)

7Dans la traduction de l'Union libre d'André Breton faite par Beckett dans This Quarter, "aux jambes de fusées" devient "whose legs are spindles moving" où l'on a privilégié le sens archaïque du substantif en éliminant les connotations de voyage, de vitesse et de vertige. "Diamanté" devient "sparkling", où l'éclat est dénué de tout caractère précieux. Dans le même ordre d'idées, "chute d'un verre dans lequel on vient de boire" devient "the glass that held the wine" où l'action est totalement détournée et d'où toute trace de sujet est exclue. "Amiante" est traduit "amianth" et non "asbestos" plus simple et "ornithorynque" est traduit "ornithorynchus" et non "platy-pus" 6. Dans un poème d'Éluard "dompteur" devient "victor" et "imaginaire" devient "un-real", contresens s'il en est ! 7 Dans le texte Le Grand secours meurtrier de Breton, "bougie de radium" est traduit par "radium bougie", mot rare en anglais (qui n'a de surcroît que le sens de bougie de suif) 8.

8Dans tous ces cas, la délimitation des champs de la langue ordinaire et des langues spécialisées apparaît comme un préalable indispensable.

Détermination

  • 9  "Confections", This Quarter, ibid., 96-98 (Dans l'édition des Oeuvres Complètes, le texte figure d (...)
  • 10  transition 12, ibid., 109-112 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 215 et 216).
  • 11  "Out of sight", This Quarter, ibid., 86-87 (Éluard, "A perte de vue" dans "La Vie immédiate", ibid (...)

9Le surréalisme a voulu suspendre les rapports conventionnels non seulement entre les choses mais aussi entre les choses et les mots afin d'ouvrir de nouvelles mises en rapport. C'est là que le travail du traducteur va nécessairement achopper ainsi que le révèlent plusieurs exemples de notre corpus. Dans la traduction de Confections d'Éluard, on a "harvest shells" pour "coquilles de moissons" où l'anglais lie davantage les deux termes, neutralisant la polysémie ; de même, "violence of sea-winds" pour "la violence des vents du large" se remarque par une perte de rythme et, comme dans l'exemple précédent, oblitère le sens de provenance qu'il peut y avoir dans "de" ; plus loin, "des navires de vieux visages" devient "ships' old faces", où l'utilisation du cas génitif associe les deux termes de façon excessive qui renforce le contresens 9. Dans Défense de savoir, "ma couronne d'uni-vers" devient "my crown of the universe", s'alourdissant d'un article qui retire à "univers" sa valeur de "matière", son sens vraisemblablement pluriel et cos-mique. "Sur les places des yeux désertes ou peuplées" devient le contresens suivant, "On the places deserted or peopled with eyes", par une réticence à suivre la détermination. De même, "pour l'oubli du monde" devient "for the world's forgetting", où le cas génitif annule l'ambivalence de la détermination 10. Dans A perte de vue, "les regards de permission" sont traduits par "eyes consenting" où l'on perd le chevauchement du concret et de l'abstrait 11.

  • 12  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 219).
  • 13  "Georges Braque", transition 2, ibid., 110 (Éluard, "Georges Braque", dans "Capitale de la douleur (...)
  • 14  "Second Nature", This Quarter, ibid., 97 (Éluard, "Second nature", dans "L'Amour la poésie", ibid. (...)
  • 15  "Scene", This Quarter, ibid., 93 (Éluard, "La Vue", dans "La Vie immédiate", ibid., 389).

10On arrive ici à un autre type de jeu sur les catégories, ou plutôt à un jeu que l'on installe entre les catégories (comme on dit "il y a du jeu"). Dans sa tentative de saisir la réalité au delà de ses contradictions, le surréalisme s'est fait un devoir de briser la dichotomie entre le corps et l'esprit, le matériel et le spirituel, le physique et le mental, d'où, comme le dernier exemple l'annonçait, l'importance donnée à l'interaction entre le concret et l'abstrait. L'anglais semble ne pas accepter cela sans problème. Dans Défense de savoir, "la nuit sans une paille" devient "night without straw" où l'utilisation de l'indénombrable ne s'explique pas 12. Dans Georges Braque, Éluard écrit "enfermé dans son envol", à la fois abstrait et concret, alors que "enclosed in its flight" est surtout concret 13. Dans Seconde nature, "les disparitions du monde sans mystère" voit son sens nivelé, son opposition entre la notion de disparition et l'absence de mystère occultée et l'impossibilité sémantique gommée dans "the things of time passing simply away" 14. Dans La Vue, "le risque enfant" est traduit par "risk infant" ; le contraire eût été plus fidèle à l'adjectivation et...au sens15.

  • 16  "No More Division", transition 2, ibid., 114-115 (Éluard, "Ne plus partager", dans "Capitale de la (...)

11A noter enfin, le "de" non plus partitif ou déterminatif, mais le "de" prépositionnel, ambivalence sur laquelle joue l'écriture surréaliste, et que Jolas laisse échapper selon nous à la fin du texte d'Éluard Ne plus partager : "Je distingue le jour de cette clarté d'homme... / Je distingue le vertige de la liberté / La mort de l'ivresse / Le sommeil du rêve" où le "de" est de toute évidence séparatif. Or Jolas traduit "I see the days of that human light... / I see the dizziness of liberty / The death of drunkenness / The slumber of the dream", d'où sont évacuées les idées de reflet (reprises dans le dernier vers s "0 reflet sur moi-même ...") et l'exigence de rigueur dans la recherche de l'absolu 16.

  • 17  "All-Proof", This Quarter, ibid., 94 (Texte publié dans Éluard, "A toute épreuve", "L'Univers soli (...)
  • 18  "Scarcely Disfigured", This Quarter, ibid., 87 (Éluard, "A peine défigurée" dans "La Vie immédiate (...)
  • 19  André Breton et Paul Éluard, "Simulation of General Paralysis Essayed", This Quarter, ibid., 123-1 (...)
  • 20  "The Queen of Diamonds", This Quarter, ibid., 89-90 (Éluard, "La Dame de carreau" dans "Les Dessou (...)
  • 21  "Confections", This Quarter, ibid., 96 (Éluard, "A toute épreuve", ibid., 298).
  • 22  "The Free Union", This Quarter, ibid., 74 (A. Breton, "L'Union libre", Clair de terre, ibid., 94).

12L'écriture surréaliste est une écriture de la matière, dont elle vise la déréalisation sans pour autant la transcender le moins du monde. Il est curieux dans ce cas, que certaines traductions dont celles de Samuel Beckett, n'aient pu résister à l'utilisation d'archaïsmes pour traduire ce qui pouvait passer par un "effet poétique". Ainsi, le recours quasi systématique à "Thee" ou "Thou" pour traduire le tutoiement renvoie à une tradition biblique des plus malheureuses dans notre contexte ! Quand, dans la traduction de All-Proof, on lit "Thou puttest on an armour", le texte s'hypostasie à toute une "poetic diction" et celle-ci détruit l'intensité d'un texte qui jouait justement sur l'incongruité de l'armure aujourd'hui17. L'effet irruptif se dilue donc dans une phrase par ailleurs préparée par "I want to kiss thee, I do kiss thee" qui édulcore singulièrement l'érotisme direct ; il en va de même pour "thine eyes" et "thou art" dans A peine défigurée 18. Plus grave encore, tout le texte de simulation de paralysie est encombré de ce pronom archaïque qui contredit l'immédiateté du flot spontané des mots19. Dans La Dame de carreau, "En vérité, la lumière m'éblouit" est traduit par "verily" qui relève davantage du Nouveau Testament20. Dans Confections, "Il faut voir de près" devient "It is meet to scrutinize" et dans le même texte, l'utilisation de "yea" est une injonction archaïque maladroite : "La simplicité même écrire" devient "Simplicity yea even to write"21, ou bien dans l'Union libre, "Ma femme à la gorge... / De rendez-vous dans le lit même du torrent" devient "tryst in the bed yea the bed of the torrent"22. Il faut tout simplement se souvenir que le texte surréaliste joue sur quelques mots rares seulement à des endroits bien précis et qu'ils ne sauraient en aucune façon faire rentrer le texte dans une tradition ou un passé historicisé.

Clichés et expressions toutes faites

  • 23  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 216) - "Uni (...)
  • 24  "Scene", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "La Vue", "La Vie immédiate", 390).
  • 25  Voir This Quarter, ibid., 86 (Éluard, "La Vie immédiate", ibid., 364).
  • 26  "No More Division", transition 2, ibid., 114-115 (Éluard, "Ne plus partager", dans "Capitale de la (...)
  • 27  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 215).
  • 28  "In Company", Transition 2, ibid., 112 (Éluard, "En société" dans "Les Dessous d'une vie", ibid., (...)
  • 29  "The Free Union", This Quarter, ibid., 72 (Breton, "L'Union libre", Clair de Terre, ibid., 93).
  • 30  "Lethal Relief", This Quarter, ibid., 74 (Breton, "Le Grand secours meurtrier", dans "Le Revolver (...)

13Là où le problème s'aiguise, c'est avec les syntagmes qui représentent un état figé de la langue. De toute évidence, la traduction doit véritablement se varier. Le surréalisme joue avec ce qui se donne comme toujours déjà-là, avec les lieux de reconnaissance entretenue, lieux fixes, pour les perturber et nous les faire connaître à nouveau, hors de leurs fixations. C'est à un décalement que l'on assiste lorsque, par exemple, Éluard parle dans Défense de savoir de "baisers sous roche", ou écrit "les rires où l'on prend place" dans A toute épreuve ou même "ma belle et ma bête" dans l'Essai de simulation de paralysie générale. Si "beneath rocks" garde par un heureux hasard le potentiel de renouvellement de l'expression française (même si le renouvellement n'est pas de même nature), on ne peut dire la même chose de "the laughter that receives you" qui, d'une part déneutralise, donc dégénéralise, et, d'autre part, désactive la phrase. Plus grave est la traduction "my beautiful one and ray foolish one" qui occulte le cliché qui s'imposait tout à fait dans un essai de simulation de paralysie ; pourquoi pas "my beauty and my beast" ? 23 Dans La Vue, on a voulu éviter la littéralité en traduisant "l'eau fait l'éclaboussée" par "Catches up her skirts", mais a-t-on bien fait ? 24 Le paradoxe est perdu et, avec lui, le renversement des attributions ; la traduction a privilégié un seul des signifiés de la métaphore. Le sous-titre de A perte de vue est "Dans le sens de mon corps", traduit par "in the direction of my body" 25 ; mais "body" devient une fin, alors qu'il est au contraire dans le texte français ouverture et participe, si l'on peut dire, à une absence de fin. "Following my body" serait une suggestion. Dans Ne plus partager, "tous les ponts sont coupés", traduit par "All the bridges are hewn down" est trop concret et ne préserve pas l'ambivalence de l'expression originale 26 ; "burned down" se rapproche-rait du cliché. Dans Défense de savoir, "il n'y a pas de planète qui tienne" devient "there is no planet that holds out" qui est un faux-sens dû à ce qui semble être une ignorance du cliché français, même si on peut lire celui-ci littéralement 27. Y a-t-il une autre solution ? Nous arrivons ici à certaines limites. Par contre, dans Les Dessous d'une vie, "miettes du grand repos" n'aurait peut-être pas dû être traduit par "crumbs of the great rest" alors que "last sleep" semble mieux correspondre au cliché 28. Dans L'Union libre, la syllepse "aux mouvements d'horlogerie et de désespoir" est perdue dans la traduction "gestures of clockwork and despair" ; "driven by" aurait eu un effet plus exact. Dans le même texte, "taille de loutre entre dents de tigre" devient "body is otter in tiger jaws", où le déplacement métonymique (taille – body) atténue l'érotisme implicite du bras autour de la taille 29. Dans Grand secours meutrier d'André Breton, "m'est réservé de toute éternité" est faussement traduit par "is reserved for me for all eternity" 30 ; alors que l'expression française télescope le passé et le futur, l'anglais est inchoatif, prospectif ; pourquoi pas "from time immemorial" qui reprend bien l'idée de la rencontre qu'inspirent de mystérieuses lois qui préexistent à la conscience de l'individu. Dans le même texte, "le ballon bleu ciel en forme de tête de Turc" devient "In the form of a Turk's head the blue ballon", qui conserve la métaphore nautique de "tête de Turc", mais ne peut garder l'idée de résistance solide. Il ressort de ces quelques exemples que le surréalisme, nouveau en Angleterre, devait reconquérir les clichés du discours et ne pas vouloir les éviter. Il y va de l'efficacité de l'opération surréaliste.

Pronominalisation des verbes

  • 31  "Scene", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "La Vie immédiate", ibid., 390).
  • 32  "Lady Love", This Quarter, ibid., 86 (Éluard, "L'Amoureuse", dans "Mourir de ne pas mourir", ibid. (...)
  • 33  "Simulation of a Delirium of Interpretation Essayed", This Quarter, ibid., 126 (Éluard, "Essai de (...)
  • 34  "Univers Solitude", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "Univers solitude" dans "A toute épreuve", ib (...)

14Nous retrouvons ici la différence entre concret et abstrait, à la faveur de laquelle se joue l'animation et, par voie de conséquence, l'effacement des catégories. Dire "la porte s'ouvre", c'est en quelque sorte incorporer l'agent à l'objet et c'est en tant que partie de l'objet que l'agent crée le mouvement. La pronominalisation précipite l'extérieur et l'intérieur l'un contre l'autre en un geste qui dépasse la différence entre sujet et objet, en une mouvante neutralité. Dans La Vue 31, "on s'étonne pour la dernière fois" est traduit par "it is the last astonishment ", une constatation remplaçant une action, et "si l'oeil s'est refusé la nacre" par "if the eye shuns nacre", qui, bien évidemment occulte tout ce qu'il peut y avoir de quasi masochiste dans le français. Dans le même texte, "l'éclat du jour s'enflamme aux courbes de la vague" est rendu par "the scrolls of wave/Set the spark of dawn aflame" où l'action n'est plus affectée que d'un agent, alors qu'elle se partageait entre deux "sujets" dans le texte français. Dans L'Amoureuse, "elle s'engloutit" devient "she is engulfed", où disparaît le désir profond (...) du sujet 32 ; de même, dans l'Essai de paralysie générale 33, "le Pont au Change se courbait" voit l'agent de l'action renvoyé et postulé à l'extérieur dans "the Pont au Change was magnified" (le choix lexical étant lui-même particulièrement injustifié) et dans la traduction de "ils se dénichent" par "taking wing from their nests", le désir autonome de libération, le mouvement hors de soi, venu de soi, est réduit à une action objective, vue de l'extérieur uniquement. Enfin, dans A toute épreuve, "les yeux où l'on s'enferme" est trahi dans "the eyes that cloister you", où le désir qui s'origine dans l'individu est gommé et transformé en une soumission à une force extérieure 34.

  • 35  Charles Madge, "Surrealism for the English", New Verse, 6 (Décembre 1933). Madge, poète de Cambrid (...)
  • 36  Henri Meschonnic, "D'une linguistique de la traduction à la poétique de la traduction", Pour la po (...)

15Il faudrait ajouter à ces relevés la liste des problèmes de traduction que soulèvent les automatismes et associations de mots par la phonétique (nous pensons ici à Breton et à L'Union libre, où l'on peut lire "Spectre de la rose sous la rosée" ou "aux mollets de moëlle de sureau"), mais nous avons voulu nous en tenir aux phénomènes essentiellement syntaxiques et grammaticaux. De plus, nous n'avons pas voulu accuser Jolas ou Beckett d'avoir "mal" traduit ; nous avons surtout voulu souligner les principaux obstacles qu'a rencontrés la traduction des textes surréalistes en anglais à la veille de l'inauguration du surréalisme en Angleterre. Ceci nous amène d'ailleurs inévitablement à l'un des plus importants articles qui aient été publiés avant 1936, celui de Charles Madge dans New Verse, dans lequel il pressait ses compatriotes de moins s'aveugler aux "dieux étrangers" et de travailler à l'automatisation à l'"anglicisation" du surréalisme 35. En effet, il ne fallait pas que les traducteurs craignent de remettre en question les structures linguistiques de leur propre langue et de reprendre à leur compte les interrogations que le surréalisme posait à ces structures, le problème de la détermination, celui du mot composé en anglais, du cas génitif, de l'alliance concret-abstrait, tant il est vrai, comme le cite Meschonnic en reprenant C. Rabin, que "la traduction révèle les possibilités cachées d'une langue" 36 ; celles-ci peuvent ensuite, nous le pensons, passer des textes traduits dans la langue.

16Devant un texte surréaliste, le traducteur se doit de se souvenir de la nécessité de contribuer à "l'intensification des pouvoirs d'irritabilité de l'esprit" et les quelques exemples que nous avons vus doivent, en ce sens, être augmentés d'autres encore, choisis dans d'autres textes, le plus exhaustivement possible, afin qu'un protocole de traduction des textes surréalistes puisse être élaboré dans l'idée de s'affiner perpétuellement ; il ne nous semble pas bon, en effet, de viser à une systématisation qui prétendrait avoir répertorié toutes les recettes de traduction de ces textes. Nous avons parlé de protocole, c'est-à-dire de l'établissement de garde-fous qui, d'une part éviteraient que des erreurs telles que celles que nous avons signalées ici ne soient commises et, d'autre part, aideraient à ne pas attenter au pluriel du texte surréaliste et à son incessant glissement des signifiés. C'est en ce sens, un "sens" très surréaliste, que la traduction est un geste qui crée un espace nouveau, non le sien propre, mais un espace à venir. La traduction d'un texte surréaliste doit créer ces conditions d'asepsie que Breton exigeait pour que se développe l'opération surréaliste sur le langage et, par voie de conséquence, sur la réalité.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Tous les textes d'Éluard traduits dans transition le sont par Eugène Jolas. Les textes d'Éluard et de Breton traduits dans This Quarter le sont par Samuel Beckett.

Cité par Norbert Elmalih, dans son article fondateur "Répétition et réinscription : la problématique et ses enjeux", Autrement dire (Presses Universitaires de Nancy), 2 (1986), II. Le numéro entier établit et problématise parfaitement toute la différence entre répétition et réinscription, capitale dans le domaine qui nous intéresse ici. C'est à Norbert Elmalih que nous aimerions dédier notre article.

2  André BRETON, Second manifeste du surréalisme, Paris, Gallimard, (Coll. 10/18), 1970, 92.

3  transition, éd. Eugène Jolas, I (Avril 1927) - 27 (Avril-Mai 1938); les n° 21 et 24 furent publiés à La Haye, les n° 25 et 26 à New-York; les autres à Paris. This Quarter, éd. Edward Titus (Paris), I (1925) - 5,2 (1932).

4  "Knowledge Prohibited", transition, 12 (mars 1928), 109-III (Éluard, "Défense de savoir", Oeuvres Complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1968, 215 sqq.).

5  "Knowledge Prohibited", transition, 12, ibid. (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 219).

6  "The Free Union", This Quarter, 5, I (Septembre 1932), 72-73 (André Breton, "L'Union libre", Clair de terre, Paris, Gallimard (Livre de Poche), 93-95).

7  "All-Proof", This Quarter, ibid., 94-95 (Éluard, "A toute épreuve", ibid., 293).

8  "Lethal Relief", This Quarter, ibid., 74-75 (A. Breton, "Le Grand secours meurtrier" dans "Le Revolver à cheveux blancs", ibid., 147-148).

9  "Confections", This Quarter, ibid., 96-98 (Dans l'édition des Oeuvres Complètes, le texte figure dans "A toute épreuve", ibid., 298 sqq.).

10  transition 12, ibid., 109-112 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 215 et 216).

11  "Out of sight", This Quarter, ibid., 86-87 (Éluard, "A perte de vue" dans "La Vie immédiate", ibid., 364-365).

12  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 219).

13  "Georges Braque", transition 2, ibid., 110 (Éluard, "Georges Braque", dans "Capitale de la douleur", ibid., 191-192).

14  "Second Nature", This Quarter, ibid., 97 (Éluard, "Second nature", dans "L'Amour la poésie", ibid., 245).

15  "Scene", This Quarter, ibid., 93 (Éluard, "La Vue", dans "La Vie immédiate", ibid., 389).

16  "No More Division", transition 2, ibid., 114-115 (Éluard, "Ne plus partager", dans "Capitale de la douleur", ibid. 175).

17  "All-Proof", This Quarter, ibid., 94 (Texte publié dans Éluard, "A toute épreuve", "L'Univers solitude", ibid., 399).

18  "Scarcely Disfigured", This Quarter, ibid., 87 (Éluard, "A peine défigurée" dans "La Vie immédiate", ibid., 365).

19  André Breton et Paul Éluard, "Simulation of General Paralysis Essayed", This Quarter, ibid., 123-125 (Éluard, "Essai de simulation de la paralysie générale" dans "L'Immaculée Conception", ibid., 322-325).

20  "The Queen of Diamonds", This Quarter, ibid., 89-90 (Éluard, "La Dame de carreau" dans "Les Dessous d'une vie", ibid., 202-203).

21  "Confections", This Quarter, ibid., 96 (Éluard, "A toute épreuve", ibid., 298).

22  "The Free Union", This Quarter, ibid., 74 (A. Breton, "L'Union libre", Clair de terre, ibid., 94).

23  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 216) - "Univers solitude", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "L'Univers solitude" dans "A toute épreuve", ibid., 298) "Simulation of General Paralysis Essayed", This Quarter, ibid., 123 (Éluard, Essai de simulation de la paralysie générale, "L'Immaculée Conception", ibid., 327).

24  "Scene", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "La Vue", "La Vie immédiate", 390).

25  Voir This Quarter, ibid., 86 (Éluard, "La Vie immédiate", ibid., 364).

26  "No More Division", transition 2, ibid., 114-115 (Éluard, "Ne plus partager", dans "Capitale de la douleur", ibid., 175).

27  "Knowledge Prohibited", transition 12, ibid., 109 (Éluard, "Défense de savoir", ibid., 215).

28  "In Company", Transition 2, ibid., 112 (Éluard, "En société" dans "Les Dessous d'une vie", ibid., 211).

29  "The Free Union", This Quarter, ibid., 72 (Breton, "L'Union libre", Clair de Terre, ibid., 93).

30  "Lethal Relief", This Quarter, ibid., 74 (Breton, "Le Grand secours meurtrier", dans "Le Revolver aux cheveux blancs". Clair de terre, ibid., 148).

31  "Scene", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "La Vie immédiate", ibid., 390).

32  "Lady Love", This Quarter, ibid., 86 (Éluard, "L'Amoureuse", dans "Mourir de ne pas mourir", ibid., 140).

33  "Simulation of a Delirium of Interpretation Essayed", This Quarter, ibid., 126 (Éluard, "Essai de Simulation du délire d'interprétation" dans "L'Immaculée Conception", ibid., 325).

34  "Univers Solitude", This Quarter, ibid., 94 (Éluard, "Univers solitude" dans "A toute épreuve", ibid., 298).

35  Charles Madge, "Surrealism for the English", New Verse, 6 (Décembre 1933). Madge, poète de Cambridge, était alors un proche de plusieurs peintres et poètes, comme Jennings et Trevelyan, qui allaient devenir trois ans plus tard les lanceurs du surréalisme en Angleterre.

36  Henri Meschonnic, "D'une linguistique de la traduction à la poétique de la traduction", Pour la poétique II, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1973, 316.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Remy, « Vers une problématique de la traduction des textes surrealistes », Palimpsestes, 2 | 1990, 109-126.

Référence électronique

Michel Remy, « Vers une problématique de la traduction des textes surrealistes », Palimpsestes [En ligne], 2 | 1990, mis en ligne le 01 janvier 1992, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/723 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.723

Haut de page

Auteur

Michel Remy

Université de Nice.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals