Navigation – Plan du site

Le dictionnaire bilingue est-il un mauvais outil ?

Alain Duval
p. 15-25

Résumés

Alors que les dictionnaires monolingues sont perçus comme des objets de culture, les bilingues sont considérés comme des outils frustes fournissant de mauvais équivalents en langue cible des mots et expressions de la langue source. Les usagers ne trouvent pas ce qu'ils cherchent ou produisent des traductions absurdes. Le lexicographe tente bien de fournir une métalangue qui désambiguïse les éléments polysémiques, mais les bilingues n'étant pas des manuels d'apprentissage, l'usager ignore trop souvent ses conseils. Le traitement du mot rossignol dans les bilingues français-anglais montre plusieurs exemples de ce dialogue implicite, ainsi que le changement d'optique depuis le dictionnaire de décodage fait pour l'utilisateur-version jusqu'au dictionnaire d'encodage qui s'attache à répondre aux besoins spécifiques de l'utilisateur-thème.

Haut de page

Texte intégral

1Proposer comme titre de cet article : "Le dictionnaire bilingue est-il un mauvais outil ?" présuppose que le dictionnaire bilingue est un outil, ce qui le situe d'emblée dans un certain rapport, qui peut sembler réducteur, avec l'usager.

2Le dictionnaire monolingue est généralement perçu comme ouvrage de référence, objet de culture, moyen de connaissance, arbitre... Dire que le dictionnaire monolingue n'est qu'un outil serait le considérer dans sa fonction la plus mécanique, le ravaler au rang de vulgaire correcteur d'orthographe par exemple.

3Le dictionnaire bilingue, en revanche, n'a jamais été considéré comme objet de culture. Malgré la taille et le prix parfois, il ne figure pas dans la catégorie du livre-cadeau. Il est austère et fonctionnel. Dire que c'est un outil, c'est mettre en évidence sa véritable nature. C'est un transcodeur qui permet une opération de substitution sur l'axe syntagmatique d'un paradigme de langue source en son équivalent en langue cible. C'est un instrument de traduction, ce n'est même que cela.

4Dire que le bilingue peut être mauvais, c'est souligner une autre différence d'essence par rapport au monolingue. On trouvera le monolingue plus ou moins précis, plus ou moins documenté, plus ou moins complet, mais on dira rarement qu'il est mauvais. Que serait un mauvais monolingue ? Un dictionnaire bourré de fautes d'orthographe ? Un dictionnaire donnant des définitions erronées ?

5Or le qualificatif "mauvais" est souvent accolé au bilingue. Les enseignants y sont généralement hostiles et le considèrent comme un mal parfois nécessaire. La preuve tangible de la nature pernicieuse du bilingue est apportée par les traductions "faites à coups de dictionnaire", engendrant des catastrophes dans les copies d'étudiants, fournissant des perles plus ou moins authentiques qu'apprécient en connaisseurs les professeurs de langue aux interclasses.

6Pourtant, le bilingue ne contient généralement pas plus de fautes d'orthographe que le monolingue, et guère plus que ce dernier il ne se trompe sur le sens des mots. S'il est ressenti comme mauvais, le mal est ailleurs, dans le rapport du texte à l'usager.

7Car les carences du monolingue sont masquées par le fait que l'article est écrit dans un code connu du locuteur. Celui-ci a donc prise sur l'information, il peut la tester, la confronter à son expérience de la langue, en saisir les limites et la retraiter en fonction des besoins spécifiques de la situation.

8L'usager du bilingue n'a pas ces points de repère. Il ne peut pas se permettre d'évaluer l'information donnée. Il doit l'accepter telle quelle, lui faire une confiance aveugle. Aussi sa déconvenue est-elle plus grande lorsqu'il se rend compte que ce recours absolu l'a trahi.

9Comment reconnaît-on un mauvais bilingue ? Très simplement lorsque l'opération de substitution indiquée précédemment ne peut s'effectuer ou s'effectue mal. Le bilingue est considéré comme un mauvais outil pour essentiellement deux raisons : le lecteur ne trouve pas le renseignement cherché, ou bien il croit avoir trouvé ce qu'il cherche et obtient sans le savoir une mauvaise réponse parce que le dictionnaire ne lui a pas donné les moyens d'interpréter correctement l'information.

10Dans le premier cas, il s'agit d'un problème d'omission, qui est commun au monolingue et au bilingue. Il revêt cependant une acuité plus grande dans ce dernier parce que le lecteur n'a pas facilement accès à d'autres sources d'information, peut plus difficilement s'enquérir autour de lui, ne dispose pas, dans le reste de l'article, d'éléments définitionnels lui donnant une piste pour décrypter l'acception manquante.

11Le second cas est beaucoup plus sournois parce qu'il laisse le lecteur dans l'ignorance de son erreur, ce qui conduit à des contresens qui vont du cocasse à l'incongru, à des quiproquos qui peuvent conduire à l'incident diplomatique. Au mieux l'usager pourra-t-il vaguement se douter du décalage, aura-t-il le sentiment confus d'un malaise, mais il n'aura aucun moyen de vérifier son intuition.

12D'autre part, la fréquentation du dictionnaire et la consultation des articles à partir d'une liste alphabétique d'entrées isolées donnent intuitivement de la langue une idée fausse : on a trop tendance à croire que l'énoncé est formé d'une suite de mots indépendants, chacun contenant sa parcelle de sens, enfilés comme des perles sur l'axe syntagmatique. Cette conception de correspondance biunivoque terme à terme entre l'entrée et son équivalent est entretenue par nombre de dictionnaires de petit format, faits pour une consultation rapide, qui prennent des allures de glossaires pour touristes.

13L'une des erreurs les plus graves est la non-reconnaissance de l'unité de traduction, c'est à dire de l'unité minimale indépendante du contexte qui doit recevoir un équivalent, du paradigme insécable qui doit être pris en compte dans l'opération de substitution. Cette unité est une lexie plus ou moins complexe : mot, syntagme, expression figée, phrase entière. On trouve en partie ces lexies complexes dans le monolingue en tant que locutions ou proverbes, mais elles dépendent également des conditions de réalisation en langue d'arrivée et leur liste non close varie en fonction des couples de langues considérés. Le dictionnaire sera d'autant plus mauvais qu'il n'isolera pas suffisamment les lexies pertinentes ou n'attirera pas l'attention de l'usager sur les risque de la traduction mot à mot.

14Une erreur non moins grave, mais naturelle, est la méconnaissance de la nature fortement polysémique des unités de traduction. La vie serait si simple — trop simple sans doute — si chaque unité n'avait qu'un seul sens, si chaque emploi recevait un équivalent unique quelles que soient les collocations. Les outils de traduction électroniques remplaceraient alors avantageusement le traducteur humain. Le mauvais bilingue, en ne mentionnant que l'un des sens ou en ne permettant pas à l'usager de faire le bon choix parmi les équivalents non interchangeables proposés, tend là ses pièges les plus raffinés.

15Un dernier péché capital est de croire que la traduction est nécessairement possible quel que soit le contexte, avec même valeur, même registre, même fréquence, mêmes relations associatives avec les autres unités de la langue. Or des tics linguistiques courants peuvent ne pas avoir d'équivalent immédiat, des référents tout à fait banals dans une culture peuvent être totalement absents de l'autre univers culturel. Il y a des trous dans la trame signifiante et l'opération de substitution ne peut pas toujours avoir lieu. Ce n'est pas alors le bilingue qui est mauvais mais la langue qui est impuissante à rendre le message.

16Pour éviter les erreurs d'interprétation, le lexicographe a élaboré les moyens de désambiguïser l'information et d'engager le dialogue avec l'usager. Pour le guider plus sûrement vers la traduction voulue, des renseignements métalinguistiques (ponctuation, indication de domaines, précisions syntaxiques) viennent étiqueter les équivalents proposés en les contrastant à l'intérieur de l'article.

17Un nouvel écueil cependant apparaît : plus l'information est canalisée, encadrée par le lexicographe, plus donc l'outil se fait précis, plus aussi il devient complexe. Ce raffinement de l'information suppose un raffinement parallèle du lecteur, une plus grande prise de conscience de sa part, un plus grand désir de prendre le temps d'aller au fond des choses.

18Cependant, le dictionnaire n'est ni un lieu d'apprentissage de la langue ni un manuel. Pour louable que soit le souci didactique du lexicographe, le lecteur ne souhaite pas obtenir ces précisions. Il doit résoudre à chaque consultation un problème ponctuel bien défini. Seul l'élément recherché est pertinent et les autres sont parasites. Il y a donc divergence d'intérêt entre usager et lexicographe, ce dernier s'évertuant à apporter des éléments de désambiguïsation dont le destinataire désire se débarrasser. C'est à l'usager débutant, le moins averti des pièges linguistiques, qu'il faudrait le dictionnaire le plus documenté, le plus explicite. Or l'usager débutant n'a pas l'appareil intellectuel suffisant pour prendre conscience des problèmes et utiliser avec profit les explications fournies. Il se tourne alors vers les ouvrages de faible volume qui l'entretiennent dans la conception simpliste d'une langue "sac à mots".

19Le dictionnaire bilingue, enfin, est un outil à double usage, donc une arme à double tranchant. Le francophone, par exemple, peut effectuer deux opérations totalement indépendantes vis-à-vis de la langue étrangère : tenter de comprendre celle-ci par une opération de décodage, ou tenter de se faire comprendre dans celle-ci par une opération d'encodage. Dans le premier cas, le dictionnaire sera utilisé dans le sens "version" et aura un rôle passif ; dans le deuxième, le sens "thème", il aura un rôle actif. La présentation de l'article devrait être profondément différente selon la nature de l'opération. Une part importante des erreurs d'utilisation du bilingue vient d'un mauvais choix du type de dictionnaire envisagé.

20Voici, à titre d'exemple, le comportement du mot rossignol dans un monolingue. Trois éléments polysémiques principaux sont habituellement distingués :

21rossignol

22Sens principaux :

  • passereau dont le mâle est célèbre pour son chant (ex : rossignol de muraille, rossignol gorge-bleue, rossignol bâtard...) ;

  • crochet permettant de forcer les serrures ;

  • marchandise (livre en particulier) invendue, démodée et défraîchie.

23Sens marginaux, anciens ou techniques :

  •  petite flûte ;

  •  sifflet de marin ;

  •  jeu d'orgue.

24Syntagmes figés de faible fréquence :

  • rossignol des tanneurs : lésions aux mains ;

  • rossignol d'Arcadie : nom humoristique de l'âne.

25Voici maintenant le comportement de ce même mot au hasard d'une douzaine de bilingues français-anglais de tailles diverses, afin d'illustrer les perspectives divergentes prises par le lexicographe, et le dialogue explicite ou implicite qu'il engage avec le lecteur pour le renseigner sur la véritable valeur des équivalents proposés.

1. rossignol n.m. nightingale.

     [Garnier Flammarion, 1964]

26Il s'agit de l'information minimale que peut fournir le bilingue. Elle est contenue dans un dictionnaire de petit format, de type guide de voyage, afin de renseigner le touriste pressé. Seul le sens principal figure. L'usager francophone doit intuitivement comprendre que, vu l'ambition limitée de l'ouvrage, il est impossible de couvrir les autres sens. Pourtant, l'information n'est pleinement assimilable que par l'anglophone désirant décoder un mot français de faible fréquence. Si le décalage est trop grand par rapport au référent (qui pourrait être une scène de cambriolage ou un contexte de braderie), il comprendra que l'information fournie ne convient pas et que la permutation langue source/langue cible serait absurde. Tel n'est pas le cas du potache français voulant pallier discrètement une défaillance de mémoire dans une épreuve de traduction et qui aura deux chances sur trois de produire un faux sens suspect.

27Le bilingue est donc adapté à une tâche particulière. Seul un mauvais usage en fait un mauvais outil.

2. rossignol m Zool. nightingale.

     [Larousse Apollo, 1973]

28L'information est ici plus complète puisqu'elle met en oeuvre un élément métalinguistique : Zool., marque de domaine qui fonctionne comme un signal d'alarme en direction du locuteur francophone en position d'encodage en lui indiquant l'aire de validité de la traduction. Celle-ci reçoit une étiquette. Elle est garantie dans un contexte zoologique. En dehors de cela, le dictionnaire ne répond plus de rien. C'est en quelque sorte une indication en creux. Zool. veut dire en fait que le domaine du cambriolage ou de la braderie ne sont pas traités. Le lexicographe invite l'usager à un dialogue implicite fondé plus sur le non-dit que sur le dit. Cette abréviation, complexe, risque pourtant de ne pas être immédiatement comprise du débutant qui peut écrémer une information peu explicite, présentée de manière énigmatique dans la même police de caractères que la traduction, et perdre ainsi le bénéfice d'une précision louable.

29Le décodeur anglophone ne tirera, quant à lui, aucun bénéfice de la précision, le domaine d'utilisation étant univoque. Elle lui est vaguement parasite, mais sera sans peine écrémée.

3. rossignol nm (Zool) nightingale.

      [Collins French Pocket, 1990]

30L'infrastructure métalinguistique mise en oeuvre est, dans ce cas, plus explicite. L'opposition typographique italique/romain, ainsi que les parenthèses cernant la marque de domaine, en font une masse plus difficilement contournable par le locuteur. Il ne peut plus alléguer l'inadvertance ou la confusion pour ignorer l'élément désambiguïsant. Il sera coupable de paresse ou de mauvaise foi s'il refuse de le prendre en compte.

4. rossignol nm (oiseau) nightingale.

     [Robert & Collins Cadet, 1983]

31L'indication métalinguistique présente la même opposition formelle que précédemment. La nature de l'étiquette a cependant changé. Elle cesse d'être une marque de domaine abstraite, avec son symbolisme codifié d'abréviation, pour devenir un élément naturel de discours. Le dialogue lexicographe-usager se fait plus transparent. Le décryptage est grandement facilité pour l'utilisateur "version". Il faut cependant remarquer que l'utilisateur "thème" se trouve maintenant confronté à deux éléments d'une langue de départ étrangère en relation d'hyperonymie/hyponymie dont il comprend mal la raison d'être et qui ne lui apportent rien.

32Les quatre exemples précédents montrent le glissement de l'article de décodage vers l'article d'encodage, chaque étape facilitant la tâche de l'encodeur en compliquant par contrecoup la tâche du décodeur.

5. rossignol s.m. 1. nightingale. 2. skeleton key.

     [Harrap's Mini Pocket, 1969]

33Nous abordons avec cet exemple un article plus fouillé présentant deux traductions non-interchangeables. Le lexicographe, pour éviter toute ambiguïté, a soigneusement isolé les deux équivalents par des subdivisions structurelles fortes améliorant grandement l'outil de décodage qui devient un instrument plus fin de traduction couvrant des emplois plus nombreux. L'outil reste cependant très énigmatique du point de vue de l'encodage. Il fait naître le doute dans l'esprit de l'utilisateur "thème" sans vraiment répondre à ses questions. S'il peut deviner en analysant les termes du second équivalent (le mot key ) qu'il s'agit de l'instrument du cambrioleur, il n'a pas les moyens de savoir quels éléments sont couverts par le premier terme (oiseau et/ou invendu).

6. rossignol nm (Zool.) nightingale ; (fig.) old stock.

     [Dictionnaire de l'anglais d'aujourd'hui, 1982]

34Cet article donne une étiquette métalinguistique à chaque équivalent. Il est en cela plus précis que le précédent. La deuxième indication est cependant très peu éclairante. (fig.) peut aussi bien s'appliquer au crochet de cambrioleur qu'aux invendus. La traduction elle-même old stock ne permet pas immédiatement une opération simple de commutation. Il s'agit en fait d'une glose, d'une définition en langue cible de l'entrée. Elle est acceptable sémantiquement mais inutilisable en l'état en contexte. Elle renseignera utilement l'usager décodeur mais tendra à l'usager encodeur les pièges habituels de l'insertion syntaxique.

7. rossignol m nightingale ; (fam) picklock ; unsaleable article.

     [Hugo French, 1973]

35Du point de vue du décodeur, l'information atteint un grand degré de précision, les trois sens essentiels étant couverts. Au niveau des traductions, picklock rend peut-être mieux la coloration sémantique de l'entrée, mais a le gros défaut d'être polysémique, l'anglais pouvant désigner à la fois l'outil et le cambrioleur, ce que la simple notation (fam), indiquant le registre familier, ne parvient pas à désambiguïser.

36Unsaleable article est plus immédiatement utilisable sur le plan syntaxique que old stock vu plus haut, et permet à l'opération de substitution d'avoir lieu. Cette dernière traduction peut toutefois être contestée au niveau du registre et paraître un équivalent bien terne du français.

37Du point de vue de l'encodeur, cet article rend perplexe. (fam) s'applique-t-il à une seule ou aux deux traductions qui le suivent ? Les deux dernières traductions sont-elles ou non interchangeables ? La seconde traduction n'est-elle qu'un synonyme familier de la première ?

38Encore ces incertitudes ne peuvent-elles naître que dans l'esprit d'un encodeur averti, qui ne se réfère habituellement pas à ce type de petit dictionnaire. La clientèle habituelle de ce produit procédera simplement par empirisme intuitif, soit en prenant la première traduction venue, soit en se laissant guider par les hasards d'un pile ou face mental.

8. rossignol m (ìñðl) Nightingale (géi1). Picklock [clé]. Unsaleable article.

      [Larousse de poche, 1968]

39Cet article, qui donne dans le même ordre les mêmes équivalents que le précédent, se veut autant un article d'encodage que de décodage. S'adressant également à l'anglophone et au francophone, il est de type bidirectionnel. Il offre ainsi un dialogue implicite entre usager et lexicographe d'une rare complexité. Riche en information, il joue sur le non-dit. Il pourrait être paraphrasé ainsi :

40Les trois traductions ne sont pas interchangeables car elles sont délimitées par des points, qui sont des séparateurs forts. La première traduction couvre logiquement l'emploi le plus fréquent, donc le domaine zoologique, et ce n'est pas la peine de l'indiquer. La dernière traduction est une glose facilement décodable d'après le sens de chaque terme et couvre évidemment le domaine des invendus. La traduction centrale étant plus énigmatique, une précision métalinguistique indique clairement qu'il s'agit de l'outil et non du cambrioleur. Sur le plan de la prononciation en anglais, l'insertion de lettres en italique montre la place de l'accent tonique, et une notation figurée entre parenthèses avec voyelle en exposant insiste sur la diphtongaison. Sur le plan de la prononciation du français, une autre notation figurant après la catégorie grammaticale, donc dans le corps de l'article, donne à grand renfort de tilde et autres signes diacritiques une approximation phonétique de la deuxième partie de l'entrée.

41Un esprit chagrin pourrait toutefois trouver qu'une précision aussi grande alliée à une aussi grande complexité se détruisent mutuellement. L'usager débutant se trouve devant un outil parfait qu'il ne peut en aucune manière maîtriser, écrit par le lexicographe pour le lexicographe.

9. rossignol nm 1 (oiseau) nightingale. 2 (crochet) picklock.

      [Harrap's Pocket, 1988]

42Cet article est typique d'un dictionnaire d'encodage de taille moyenne. Tous les sens ne sont pas couverts, mais l'utilisateur "thème" a les moyens de connaître les limites de chaque équivalent. On constate une nette évolution par rapport à la version du même ouvrage vingt ans plus tôt (ex. n° 5). La structuration par chiffres arabes a été complétée par des éléments synonymiques guidant l'usager. Dans le domaine du cambriolage l'équivalent picklock a remplacé skeleton key avec la précision métalinguistique levant l'ambiguïté polysémique de ce dernier terme en anglais. Le passage d'une perspective de décodage à une perspective d'encodage apparaît très nettement ici.

10. rossignol nm      (a) (Orn) nightingale. (b) (* : invendu) unsaleable article. (c) (clé) picklock.

      [Robert & Collins Junior, 1990]

43Article d'encodage lui aussi, il rend compte des trois sens principaux en les distinguant par des subdivisions sémantiques fortes. Chaque subdivision reçoit une étiquette métalinguistique. Dans le domaine des invendus, un astérisque précise que l'acception est du registre familier.

11. rossignol nm      (a) (Orn) nightingale. (b) (* : invendu) unsaleable article, piece of junk *. (c) (clé) picklock.

      [Robert & Collins, 1987]

44Cet article, version développée du précédent pour un dictionnaire de gros format, apporte dans la seconde subdivision sémantique une traduction supplémentaire piece of junk* qui tente de donner une équivalence de même registre. Toutefois, cette traduction ayant normalement un sens plus général, elle est implicitement limitée dans son champ d'application par l'indication métalinguistique entre parenthèses (* : invendu) et l'équivalent glosé unsaleable article qui la précèdent. Il faut noter cependant l'ambiguïté profonde du procédé : l'étiquette (* : invendu) ne sert pas uniquement dans ce cas à isoler un emploi de rossignol. Elle réduit arbitrairement l'utilisation de piece of junk* et tente d'influer sur la langue d'arrivée en apportant au syntagme une limitation de sens qu'il n'a pas.

12. rossignol nm      (a) (oiseau) nightingale ; (b) (clef) skeleton key ; (c) F (objet) old unsaleable article, white elephant ; vieux rossignols, old stock.

      [Harrap's Shorter, 1990]

45Cet article, qui a des airs de famille avec le précédent dans la nouvelle présentation des subdivisions sémantiques, a fait des choix différents au niveau du matériel métalinguistique et des traductions. Il ajoute enfin un élément de phraséologie qui apporte une indication syntaxique sur l'utilisation de la traduction old stock. Le domaine F (objet) contient lui aussi une première traduction glosée et un second équivalent : white elephant qui se veut plus idiomatique. Il l'est assurément et c'est un point positif au niveau de la forme. Il n'est malheureusement pas évident, au niveau du fond, que cette traduction puisse jamais correspondre au sens du mot français.

13. rossignol n.m.      Nightingale ; picklock, skeleton key ; whistle ; flute (made of bark) ; old organ-stop imitating nightingale ; (Carp.) wedge ; (fig.) unsaleable article (in a shop). Rossignol d'Arcadie, braying jackass.

      [Garnier/Cassel, 1981]

46Cet article est de très loin le plus dense, le plus complet. Il devrait faire le bonheur du traducteur anglophone. Les sens principaux sont là, mais aussi les sens secondaires et même d'autres, plus rares encore, que les monolingues récents n'ont plus le courage ou la place de mentionner. Il s'agit donc d'un outil extrêmement fin de décodage. Toutefois, la présentation et la nature de la traduction en font un instrument d'utilisation malaisée.

47Au plan de la présentation, il est peu utilisable par le francophone encodeur, abasourdi par la richesse des équivalents proposés sans véritable métalangue désambiguïsante. Au plan de la fréquence, l'un des sens majeurs, celui d'invendu, ne paraît timidement qu'à la fin, distancé par le sifflet, la flûte ou le jeu d'orgue. Au plan de l'exhaustivité agressivement affirmée par la longueur de l'article, on peut s'étonner de ne pas trouver le rossignol de muraille ou le rossignol des tanneurs, aussi courants, sinon plus, que le rossignol d'Arcadie. Au plan de la précision, whistle est beaucoup trop général et fait figure d'hyperonyme plus que d'équivalent spécifique. Il y a enfin, au plan de la traduction, une confusion entre la fonction de transcodage du bilingue et la fonction de définition du monolingue. La mention (in a shop) n'ajoute pas grand-chose à la traduction unsaleable article. L'indication (made of bark) pour la flûte est de nature encyclopédique. La description du jeu d'orgue semble tirée d'une notice pour facteur d'instruments de musique. Le lexicographe, animé du désir de bien faire, n'a pas voulu utiliser son sens critique et donne une information non traitée en pâture à son lecteur.

48Les dictionnaires précédents sont-ils de mauvais outils ou est-ce l'usager qui serait un mauvais ouvrier ? Il n'y a pas d'article idéal, satisfaisant à la fois l'encodeur et le décodeur, le traducteur professionnel et le grand débutant. Il y a, en fonction du travail à accomplir, des outils différents et adaptés. Il faut trouver le bon et surtout apprendre à s'en servir, en connaître les limites et se faire attentif au dialogue auquel le lexicographe convie l'usager par le biais de la métalangue.

49Ces différents exemples ont tenté de montrer que le lexicographe est un travailleur sérieux qui s'évertue honnêtement à communiquer un certain type de renseignement à un certain type d'utilisateur. S'il y parvient avec des fortunes diverses, l'usager doit réfléchir sur la paille et la poutre avant de lui jeter la pierre, autant de locutions figées que les "bons" outils de traduction doivent permettre d'encoder.

50Une dernière chose à noter : aucun des dictionnaires consultés ne traduit explicitement l'un des emplois courants du mot rossignol : celui de livre invendable, abandonné en haut d'une étagère. Omission ... ? Superstition... ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Duval, « Le dictionnaire bilingue est-il un mauvais outil ? », Palimpsestes, 8 | 1994, 15-25.

Référence électronique

Alain Duval, « Le dictionnaire bilingue est-il un mauvais outil ? », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/729 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.729

Haut de page

Auteur

Alain Duval

Université Paris X — Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals