Navigation – Plan du site

Le traducteur et le dictionnaire bilingue : l'apport de la lexicographie computationnelle

Thierry Fontenelle
p. 27-40

Résumés

Dans cet article, nous remettons en question les notions fondamentales de dictionnaire sémasiologique et onomasiologique. Nous montrons que les versions informatisées de dictionnaires commerciaux permettent de combiner les avantages du dictionnaire traditionnel à ceux des thésaurus. Nous illustrons notre propos par des exemples tirés du dictionnaire informatisé Robert & Collins. L'ordinateur, en éliminant les contraintes inhérentes à l'ordre alphabétique, propose au traducteur une gamme de possibilités parmi lesquelles il pourra opérer des choix. Une étude phraséologique des propriétés combinatoires des mots law et loi dans le Robert & Collins illustre l'apport de la lexicographie computationnelle.

Haut de page

Texte intégral

1Les dernières décennies du XXe siècle ont été caractérisées par une augmentation constante du nombre de livres, journaux et périodiques en toutes langues. La soif de savoir, mais aussi celle de communiquer, se conjuguant à l'évolution rapide des sciences et des techniques, ont provoqué une véritable explosion dans le domaine de l'édition et des médias. Cependant, les barrières linguistiques, loin de disparaître, continuent de séparer les communautés en empêchant, ou du moins en gênant, la communication entre les peuples. Le marché de l'information, car c'est bien de cela qu'il s'agit, rend nécessaire, et dans des proportions sans cesse croissantes, l'activité traduisante. Le volume toujours plus important de textes à traduire et la spécialisation toujours plus poussée de ces mêmes textes imposent au traducteur des contraintes de temps parfois difficilement supportables. Obligé de traduire toujours plus vite, il se voit submergé par l'évolution constante du langage, de nouveaux termes correspondant à de nouveaux concepts étant créés chaque jour. Isolé dans son bureau, le traducteur ne peut cependant travailler seul. Il est donc entouré d'instruments au sens étroit du terme : les dictionnaires (qu'ils soient bilingues ou monolingues) et les glossaires seront, bien sûr, le mieux à même de l'aider dans sa tâche. D'autres instruments encore lui procureront le coup de pouce nécessaire. Le traitement de texte et l'ordinateur seront à ses côtés non pour l'asservir, mais pour le servir. Le système de gestion de bases de données lui permettra de gérer les informations terminologiques plus rapidement et de façon plus efficace que le bon vieux système de fiches. Le traitement de texte deviendra bien vite un outil dont il ne pourra se passer pour corriger, éditer et amender ses traductions. Bref, toute une panoplie d'instruments seront mis à sa disposition pour lui permettre de se consacrer entièrement à l'acte le plus valorisant du processus de traduction : la recréation d'un texte en une langue cible.

2Je me propose d'aborder ici le problème du dictionnaire bilingue. Le traducteur estime parfois que ce dictionnaire est faillible et lacunaire, ce qui engendre souvent un sentiment de frustration. J'essaierai d'analyser les raisons de cette frustration et les réponses que la technique moderne peut apporter aux nombreux problèmes du traducteur. Nous verrons ainsi que l'ordinateur, loin de restreindre le champ de pensée du traducteur, peut au contraire stimuler sa créativité et sa réflexion linguistique.

Conception et contenu du dictionnaire bilingue

3Un dictionnaire est avant tout un produit commercial, soumis aux lois du marché. Cela signifie que les lexicographes qui ont participé à son élaboration sont contraints de respecter certaines lignes directrices parfois fort éloignées du bon sens linguistique. Un éditeur investit souvent des sommes considérables dans la production d'un dictionnaire : il doit dès lors respecter certains principes, sans quoi son ouvrage ne se vendra pas. Le dictionnaire doit donc être relativement bon marché et tenir si possible en un volume (ce qui impose un nombre maximum de pages). Les entrées ne pourront jamais contenir tous les faits linguistiques que le lexicographe voudrait y voir figurer : vingt volumes ne suffiraient pas et le produit serait invendable. Le lexicographe est donc en fait la première personne à ressentir ce sentiment de frustration que le traducteur connaît si bien.

4Idéalement, tout vocable devrait contenir un certain nombre d'informations. Sue Atkins (1991) a ainsi défini les éléments que toute entrée se doit de comporter :

  1. l'adresse proprement dite (headword) ;

  2. les variantes (abréviation, variantes orthographiques) ;

  3. la prononciation ;

  4. les inflections ;

  5. l'étymologie ;

  6. la grammaire (la partie du discours, les structures syntaxiques requises...) ;

  7. les catégories sémantiques et syntaxiques ;

  8. les explications concernant le sens (définitions + traduction) ;

  9. les exemples (et leur traduction) ;

  10. les expressions idiomatiques ;

  11. les étiquettes linguistiques (registre de langue, étiquettes régionales, stylistiques, codes matière...) ;

  12. les notes d'usage ;

  13. les indicateurs (paraphrases, renvois, collocations typiques) ;

  14. les relations sémantiques (synonymie, antonymie, hyperonymie) ;

  15. les entrées secondaires (mots dérivés, mots composés) ;

  16. les illustrations.

5Aucun dictionnaire ne comporte tous ces types d'informations. Les dictionnaires d'apprenants, surtout britanniques, contiennent souvent des renseignements précieux concernant la grammaire des mots définis, mais ne comportent généralement pas de traduction. Les relations sémantiques sont plus souvent présentes dans les dictionnaires de synonymes. Quant aux collocations, elles font l'objet d'un traitement approfondi dans des dictionnaires spécialisés (cf BBI Combinatory Dictionary of English, 1986 ; Ilgenfritz et al., 1989 ; Sinclair, 1991). Le traducteur devra donc se procurer une panoplie de dictionnaires à la fois bilingues et monolingues s'il désire pouvoir répondre à toutes les questions linguistiques et encyclopédiques qu'un mot donné peut susciter.

Dictionnaire sémasiologique ou onomasiologique ?

6Ainsi que le note Barbara Kipfer (1986, pp. 55-56), les dictionnaires peuvent être classés en deux grandes catégories selon que l'approche adoptée est sémasiologique ou onomasiologique. Le dictionnaire sémasiologique, le plus fréquent, structure son information en se basant sur l'ordre alphabétique. Ce dernier sera donc la clé d'accès unique pour l'utilisateur. Ce dictionnaire vise tout d'abord à répondre à une question très simple : que signifie ce mot ? La réponse prendra la forme d'une traduction s'il s'agit d'un dictionnaire bilingue, d'une explication/définition dans le cas d'un monolingue. Les autres types d'informations (prononciation, étymologie, grammaire, étiquettes...) seront associés à l'entrée, mais ne seront pas accessibles en tant que tels, l'utilisateur étant limité dans ses recherches par le classement alphabétique des entrées. Cette méthode de classement est purement arbitraire : elle rapproche ainsi des mots sans rapport immédiat (carcéral précède carcinogène dans le Petit Robert) et éloigne des entrées dont les sens sont intimement liés (carcéral et prison, par exemple). L'utilisateur du dictionnaire se base donc sur un critère purement formel — l'orthographe — pour repérer, identifier et expliquer des mots inconnus.

7A l'opposé du dictionnaire sémasiologique, le dictionnaire onomasiologique prend comme point de départ non plus le mot, mais un concept qui, après avoir été défini, est mis en relation avec les termes qui peuvent le désigner. L'approche onomasiologique permet donc d'étudier les mots ou expressions selon un critère sémantique. Elle permet de découvrir quels termes expriment le mieux un concept donné. Le dictionnaire onomasiologique, libéré de toute contrainte alphabétique, favorise une approche thésaurique de la langue : dans l'exemple déjà cité, l'entrée prison de notre thésaurus permettrait de saisir les liens étroits qui unissent des mots aussi éloignés alphabétiquement que carcéral, coffrer, détenu, écrouer, emprisonner, incarcération, prison, prisonnier, taule, etc.

8Il n'entre pas dans mes intentions de nier ici les services que peut rendre le dictionnaire sémasiologique. Il est, et restera toujours, la première source que l'on consulte en abordant un mot dont on ne connaît pas la signification ou la traduction. Le dictionnaire onomasiologique, quant à lui, permettra au traducteur d'opérer des choix lorsqu'il sera mis en présence de mots sémantiquement liés. Cette démarche est finalement psychologiquement très proche de la façon dont un locuteur s'exprime (cf Miller et al., 1990) : le concept qu'il doit exprimer active chez le locuteur une série de mots parmi lesquels il va devoir choisir celui qui convient le mieux à la situation (en tenant compte du registre de langue, des facteurs syntaxiques ou pragmatiques, etc). Tous ces mots sont puisés dans notre représentation mentale du lexique et activés dans des proportions nettement supérieures à ce qui est nécessaire. La créativité linguistique de l'écrivain, du locuteur ou du traducteur résidera en grande partie dans les choix qui seront opérés.

Le Robert & Collins : un dictionnaire bilingue informatisé

9Le dictionnaire français-anglais anglais-français Robert & Collins (1978, nouvelle édition 1987) est probablement un des meilleurs dictionnaires bilingues disponibles actuellement pour cette paire de langues. Cet ouvrage, loin d'être l'équivalent d'une banque de données terminologiques spécialisées, comporte néanmoins un trésor impressionnant d'informations qui peuvent toutes être utiles au traducteur (des expressions idiomatiques aux étiquettes terminologiques en passant par les restrictions sémantiques).

10Le Département d'anglais de l'Université de Liège a pu obtenir la bande magnétique de ce dictionnaire, sous contrat de recherche avec les éditeurs. A l'origine, cette bande avait été utilisée pour l'impression du dictionnaire. Grâce au concours de Monsieur Jacques Jansen, informaticien à l'Université de Liège, la bande magnétique fut traitée afin de rendre le dictionnaire accessible aux linguistes sur de simples ordinateurs personnels IBM et compatibles. Sur la base des codes typographiques, les mots en anglais furent séparés des mots en français : l'anglais apparaît dorénavant en majuscules et le français en minuscules. L'information métalinguistique (restrictions de co-occurrence, codes matière, etc) — en italiques dans l'ouvrage imprimé — apparaît désormais entre les signes < et >. Un logiciel de recherche documentaire nommé WordCruncher (anciennement BYU) a été choisi pour permettre au traducteur ou au linguiste/lexicographe d'interroger de façon simple et interactive le fichier ainsi restructuré. Ce logiciel a généré automatiquement un index de tous les mots du dictionnaire (mot étant pris au sens large du terme : on entend par mot toute séquence de lettres entre deux blancs, ce qui signifie que les traductions, les étiquettes, l'information métalinguistique, etc., sont composées de mots interrogeables séparément ou en combinaison).

11Je me propose d'illustrer l'aide précieuse que ce genre d'organisation apporte au traducteur. Je tirerai mes exemples d'un texte assez simple traitant de l'immigration en Grande- Bretagne (voir annexe I : "Acquisition of Citizenship").

L'ordinateur au service du traducteur

A. Extraction d'information terminologique

12La première démarche d'un traducteur est d'identifier le sujet dont traite le texte à traduire. Il s'agit ensuite de se documenter et de collecter des informations aussi précises et complètes que possible sur la terminologie particulière du domaine en question. L'utilisateur du Robert & Collins ne pourra évidemment pas extraire cette information manuellement de son dictionnaire. Elle est pourtant bien présente sous forme d'étiquettes renvoyant à la discipline où l'on utilise le plus souvent un vocable donné. Toutes ces étiquettes commencent par une majuscule et sont représentées en italiques dans le dictionnaire imprimé (c'est-à-dire entre < et > dans notre version informatisée). Ces informations sont accessibles en une ou deux secondes, ce qui permet au traducteur de générer automatiquement des glossaires dans des domaines bien définis. Ainsi, dans le cas qui nous occupe, le texte de l'annexe I traite du British Nationality Act. Il s'agit clairement d'un texte à caractère juridique et le Robert & Collins utilise l'étiquette <Jur> pour coder les termes juridiques. 1122 termes portent ce code et sont accessibles directement. On peut même créer un fichier qui pourra être imprimé et manipulé plus facilement. L'appendice A (p. 38) illustre les vingt premiers termes codés <Jur> dans notre dictionnaire. On notera qu'il est possible de combiner différents types d'informations grâce aux opérateurs booléens AND, OR et NOT. On pourra ainsi restreindre la recherche terminologique : si un traducteur désire étudier plus particulièrement la terminologie juridique typiquement britannique, l'ordinateur lui offre la possibilité de combiner les étiquettes <Jur> et <Brit>. La liste ainsi produite en quelques secondes comportera les 45 termes qui répondent à cette condition (ex. assizes, bailiff, bencher, black cap, borstal, to be called to the Bar, chancellor, chancery, etc.).

B. Les expressions idiomatiques

13La localisation des expressions idiomatiques, proverbes et expressions composées de plusieurs mots, est un des problèmes auxquels le traducteur se voit continuellement confronté. Une étude approfondie de Paul Bogaards (1990) a montré que les stratégies adoptées par l'utilisateur du dictionnaire pour chercher l'information pouvaient varier d'un individu à l'autre. De même, les dictionnaires ne sont pas toujours cohérents, ce qui, pour le traducteur, peut représenter une perte de temps importante. Dans le texte de l'annexe I, les expressions come into force et come into effect (associées au British Nationality Act) sont mentionnées par le Robert & Collins sous force et effect respectivement :

effect 1 n (a) ... come into effect entrer en vigueur
force 1 n(a) ... [law, prices, etc.] to come into force
entrer en vigueur or en application

14Si le traducteur avait décidé de rechercher ces informations sous le verbe come, il y aurait trouvé un renvoi à effect :

come (e) (+ into + n) to come into sight apparaître,
devenir visible ; V bloom, blossom, effect etc.

15Les trois renvois signifient que ces mots peuvent se combiner avec come into. La mention etc. implique cependant que la liste n'est pas exhaustive, mais laisse l'utilisateur sur sa faim. Quels autres mots peuvent entrer dans cette construction ? Le mot force en fait-il partie ? La liste est-elle infinie ? Toutes ces questions restent sans réponse et ajoutent encore à la frustration de l'utilisateur. Si la liste est finie, l'ensemble des mots pouvant se combiner avec come into devrait figurer ici. Aucun dictionnaire ne peut cependant adopter cette approche : les contraintes d'espace (et de temps) que nous avons évoquées plus haut forcent le lexicographe à sélectionner les cas les plus typiques et les plus courants.

16A nouveau, le dictionnaire informatisé apporte des solutions partielles au problème de la localisation des expressions idiomatiques. Quel que soit l'emplacement de ces expressions, la machine déterminera en quelques fractions de seconde l'entrée sous laquelle l'information pertinente se trouve. Il suffira de combiner les mots come, into et force/effect pour voir s'afficher sur l'écran les expressions demandées et leurs traductions. On notera toutefois que ce type de manipulation n'est pas linguistiquement intéressant : l'information découverte était accessible à l'utilisateur et l'apport de la machine se chiffre ici en gain de temps uniquement et non en gain de qualité.

C. Enrichissement du vocabulaire

17Nous venons de voir que come into force/effect signifiait entrer en vigueur/application. Dans le texte traité, le sujet est le British Nationality Act. Act se traduisant par loi et le texte étant manifestement de caractère juridique, le traducteur est en droit de se poser certaines questions concernant le concept de "loi". Ces questions pourraient avoir trait à la genèse d'une loi, à son fonctionnement, à sa disparition, à ses caractéristiques typiques, etc. Toutes ces informations sont bien évidemment du ressort de la connaissance encyclopédique et peut-être s'écarte-t-on de la connaissance purement linguistique. La frontière entre ces deux types de connaissances est cependant très floue et l'on s'accorde généralement à dire que le bon traducteur possède avant tout une excellente culture générale (ce concept reste par ailleurs à définir).

18Nos interrogations sur la loi se résument donc à quelques questions fondamentales. Que fait-on généralement à une loi ? Que peut-elle faire ou être ? Quelles sont ses caractéristiques typiques ? Les réponses ne se trouvent pas, on s'en doute, sous le vocable loi de la partie français-anglais de notre dictionnaire. Le Robert & Collins n'est pas une encyclopédie : il se contente d'enregistrer des faits purement linguistiques. Il code néanmoins certains types d'informations qui, nous allons le voir, permettent de répondre, du moins en partie, aux questions posées. Les sujets et les objets typiques des verbes ainsi que les noms typiquement modifiés par les adjectifs sont en effet représentés en italiques dans le dictionnaire. Un système a par ailleurs été mis au point par les lexicographes pour coder de façon cohérente ces informations d'ordre syntagmatique :

  • les parenthèses carrées, [ ], associées à un verbe dénotent son sujet typique ;

  • l'absence de parenthèses dénote l'objet typique d'un verbe transitif ou un nom qu'un adjectif peut modifier.

19Les exemples suivants illustrent cette approche systématique :

  • abolir vt coutume, loi to abolish, do away with

  • adopter 1 vt (c) loi to pass

  • application nf (a) (...) mettre en application loi to enforce, apply

  • désuétude nf (...)tomber en désuétude [loi] to fall into abeyance

  • somptuaire adj (a) loi, réforme sumptuary

  • vigueur nf (d) en vigueur loi, dispositions in force (...) entrer en vigueur to come into force ou effect

20Un dictionnaire à orientation sémasiologique comme le Robert & Collins classe les entrées en respectant l'ordre alphabétique. L'utilisateur n'est donc pas à même de saisir le lien sémantique qui unit les entrées illustrées ci-dessus. C'est ici que l'ordinateur se révèle extrêmement utile en permettant au traducteur de dresser la liste de toutes les entrées où le mot loi apparaît en italiques. En combinant ce critère avec la partie du discours (vt pour verbe transitif, vi pour verbe intransitif, adj pour adjectif...), il sera à même de "modéliser" l'environnement du terme loi, d'en découvrir la structure conceptuelle et, partant, de répondre aux questions déjà évoquées. Le traducteur découvrira ainsi que l'on peut abolir une loi, on peut l'adopter, l'appliquer ou la mettre en application. On peut également l'édicter, l'éluder, l'invoquer, y obéir ou s'y soumettre. Une loi peut être applicable, peut entrer en vigueur ou, au contraire, tomber en désuétude, etc.. L'appendice B (p. 39) illustre la liste complète. L'étude approfondie de cette liste démontre que le dictionnaire abrite, sous une forme cachée, des informations pertinentes d'ordre linguistique et encyclopédique. L'ordinateur peut donc fournir au traducteur la source d'inspiration qui lui manque en enrichissant son vocabulaire, en lui présentant une étude phraséologique dans un domaine bien circonscrit. Nous nous rapprochons également des critères psycholinguistiques déjà évoqués (cf Miller, 1990), puisque la présentation d'un concept donné (le vocable loi ou le terme anglais act) active une liste de lexèmes susceptibles d'être choisis par le traducteur. Le dictionnaire informatisé joue ici le rôle du lexique mental qui propose à l'esprit humain une gamme de possibilités, ce que Mary Snell-Hornby (1991) appelle en anglais du decision-making material : au traducteur de laisser ensuite libre cours à sa créativité.

D. Thésaurus et traduction

21On notera dans l'exemple choisi que le mot act se traduit par loi. Si le texte avait traité de la réglementation au sein d'une entreprise, on aurait probablement trouvé des termes tels que regulation ou rule. Leurs traductions (règlements, règles) sont soumises en français aux mêmes restrictions que le mot loi. Tous ces mots partagent donc les mêmes propriétés combinatoires, mais il serait vain de vouloir chercher règle, règlement ou réglementation dans le vocabulaire métalinguistique en italiques de la partie français-anglais du dictionnaire. Tous ces mots appartiennent en fait à une même classe thésaurique dont le terme loi est considéré comme la tête. Cette pratique très courante en lexicographie peut être extrêmement gênante puisqu'elle force l'utilisateur à connaître l'organisation hiérarchique et les relations d'hyponymie qui unissent les membres de la classe thésaurique (une règle est une sorte de loi).

22On remarquera également que l'expérience faite sur le mot loi peut être menée en parallèle dans la partie anglais-français sur le mot law. On aura cependant une concurrence entre deux têtes thésauriques : law et bill étant deux concepts cruciaux et distincts dans le droit britannique, ces deux termes seront bien représentés en italiques dans le Robert & Collins (89 occurrences de law et 60 occurrences de bill). L'appendice C (p. 40) illustre la combinatoire du mot law et l'appendice D (p. 40) celle du mot bill. On notera que les verbes se combinant avec bill sont différents de ceux qui peuvent accompagner law. Bill faisant référence à un projet de loi, les différents verbes seront liés au vote ou au rejet de ce projet de loi. Il ne peut en effet être question d'enfreindre ou d'abolir un projet de loi puisque celui-ci n'est pas encore entré en vigueur. Ces expressions seront donc typiques de la combinatoire de law et se trouveront par conséquent associées à ce vocable. Bill n'étant pas un hyperonyme de law, il est normal que ces deux termes soient distingués. Le mot act, quant à lui, n'est pas utilisé pour coder en italiques une quelconque restriction de co-occurrence. Cette absence s'explique probablement par deux raisons. Tout d'abord, act est synonyme de law et appartient donc à la même classe thésaurique que ce dernier. Le lexicographe privilégiera donc la tête de cette classe. D'autre part, la polysémie du mot act le rend probablement trop vague pour coder ce genre de combinaison. Act étant d'ailleurs beaucoup plus fréquemment utilisé comme verbe que comme nom, il sera exclusivement employé pour faire référence au verbe to act.

23Le texte de l'annexe II ("Legislative proceedings") est tiré d'un fascicule illustrant le fonctionnement du Parlement britannique. Ainsi qu'on pourra le constater, la liste extraite automatiquement du Robert & Collins pour illustrer les propriétés combinatoires du mot loi reflète clairement la phraséologie du texte. Lorsque le traducteur en prendra connaissance, il sera mieux à même de laisser s'exprimer sa créativité tout en respectant scrupuleusement la terminologie du domaine.

Conclusions

24Dans cette étude, je me suis attaché à remettre en question les notions fondamentales de dictionnaire sémasiologique et onomasiologique. Si les dictionnaires imprimés traditionnels et les thésaurus diffèrent dans leur approche, il n'en va pas de même des versions informatisées de dictionnaires commerciaux, qu'ils soient bilingues ou monolingues. Les dictionnaires informatisés, même issus de dictionnaires sémasiologiques, permettent à leur utilisateur (qu'il soit linguiste, lexicographe ou traducteur) d'avoir accès à une base de connaissances où le lexical se mêle à l'encyclopédique. L'ordinateur, accordant une infinie diversité dans le choix des clés d'accès, permet de s'affranchir des contraintes inhérentes de l'ordre alphabétique. Facilitant une structuration onomasiologique du lexique, il combine les avantages du dictionnaire traditionnel à ceux des thésaurus et des dictionnaires spécialisés. Il est à espérer que le jour viendra où le traducteur trouvera, parmi ses instruments, un poste de travail automatisé comportant un panoplie de dictionnaires bilingues et monolingues, de glossaires et autres encyclopédies. Tous ces outils, loin de l'abrutir sous une masse informe de données, l'aideront à structurer sa pensée et le serviront dans sa belle et noble tâche : traduire.

Haut de page

Bibliographie

ATKINS, Beryl T (Sue). Seminar on Computational Lexicography for Linguists. Summer School in Computational Linguistics : Formal and Computational Models of Meaning. Prague : Charles University, July 1991.

ATKINS, Beryl T, DUVAL, Alain. Le Robert & Collins, Dictionnaire français-anglais/anglais-français. Glasgow-Paris : William Collins Sons & Co Ltd et La Société du Nouveau Littré, 1991.

BENSON, Morton, BENSON, E., ILSON, R. The BBI Combinatory Dictionary of English. Amsterdam-Philadelphia : John Benjamins Publishing Company, 1986.

BOGAARDS, Paul. "Où cherche-t-on dans le dictionnaire ?" International Journal of Lexicography 3/3, 1990.

ILGENFRITZ, Peter, STEPHEN-GABINEL, N. SCHNEIDER, G. Langenscheidts Kontextwörterbuch Französich-Deutsch. Berlin-München : Langenscheidt, 1989.

KIPFER, Barbara. "Investigating an Onomasiological Approach to Dictionary Material" Dictionaries 8 (1986) : 55-64.

MILLER, George, BECKWITH, R., FELLBAUM, Ch., GROSS, D., MILLER, K. "Introduction to WordNet : An On-Line Lexical Data Base" International Journal of Lexicography 3/4 (1990) : 235-244.

SINCLAIR, John. English Words in Use. Glasgow : Collins Publishers, 1991.

SNELL-HORNBY, Mary. "The translator's dictionary : an academic dream" Inaugural Conference of the European Society for the Study of English. Norwich, 4-8 September 1991.

WordCruncher Text Retrieval Software. Provo, Utah : Brigham Young University.

Haut de page

Annexe

APPENDICE A : Termes juridiques (<Jur>) dans le Robert & Collins (partie anglais-français) (les 20 premiers termes)

— ABANDON <vt> (<Jur> <etc> : <give> <up>) <property>, <right> renoncer

— ABANDON <vt> (<Jur>) <cargo> faire (acte de) délaissement de

— ABANDONMENT <n> (<Jur>) [<action>] désistement <m> ; [<property>, <right>]cession<f> ; [<cargo>]délaissement<m>

— ABATE <vt> (<Jur> : <abolish>) <writ> annuler ; <sentence> remettre ; <corruption> faire cesser, mettre fin

— ABATEMENT <n> (<U>) (<Jur>) [<legacy>] réduction ; [<punishment>] atténuation <f> ; [<fïne>] annulation <f>, levée <f>

— ABDUCTION <n> (<Jur> <etc) enlèvement <m>, rapt <m>.

— ABLE (<Jur>) ABLE IN BODY AND MIND sain de corps et d'esprit

— ABODE <n> (<Jur>) domicile <m>-

— ABSENCE <n> (<U>) (<Jur>) non-comparution <f>, défaut <m>

— ABSENCE (<Jur>) SENTENCED IN HIS ABSENCE condamné par contumace

— ABSOLUTE (<Jur>) THE DIVORCE WAS MADE ABSOLUTE le (jugement en) divorce a été prononcé

— ABSOLUTE <adj> (<Jur>) <proof> irréfutable, formel

— ABSOLVE <vt> (<Jur>) acquitter (<of> de) ; (<from> <obligation>, <oath>) décharger, délier (<from> de)

— ACCESS <n> (<U>) (<Jur>) droit <m> de passage

— ACCESS <n> (<U>) (<Jur> : <in> <divorce>) droit <m> de visite

— ACCESSARY (<Jur>) <n> complice <mf>

— ACCESSARY (<Jur>) <adj> complice (<to> de)

— ACCESSION <n> (<Jur>, <Pol> : <to> <a> <treaty> <etc>) adhésion <f>

— ACCESSORY<adj>(<Jur>)=ACCESSARY2.

— ACCESSORY <n> (<Jur>)=ACCESSARY 1

APPENDICE B : Combinatoire du mot loi dans le Robert & Collins ("loi" en italiques dans la partie fr-angl)

<loi> + <vt> (ce qu'on fait à une loi)

abolir, adopter, application (mettre en —), appliquer, approuver, concocter, contrevenir à, édicter, éluder, invoquer, obéir à, faire opposition à, réformer, respecter, ressusciter, sanctionner, soumettre qqn à, supprimer, toucher à, violer, voter.

<loi> + <vi> (ce qu'une loi fait)

être applicable à, défavoriser, désuétude (tomber en —), s'inspirer de, lettre (devenir — morte), prescrire, prévoir, vigueur (entrer en —).

<loi> + <adj> (ce qu'une loi est)

ancien, antidoping, antitrust, draconien, dur, existant, impératif, inappliqué, judaïque, réformable, social, somptuaire, valable, en vigueur.

APPENDICE C : Combinatoire du mot law dans le Robert & Collins ("law" en italiques dans la partie angl-fr)

<law> +<vt>

abolish, annul, apply, carry out, circumvent, contravene, defy, disobey, do away with, elude, enact, enforce, establish, evade, get round, infringe, invoke, keep, neglect, obey, offend against, operation (put into —), override, promulgate, reform, repeal, rescind, respect, revoke, sanction, stretch, subvert, trespass against, uphold, vote in.

<law> + <vi>

abeyance (fall into —), effect (take —), effective (become —), force (come into —), go through, lapse, operate, operation (be in —, come into —), ordain, stand.

<law> + <adj>

criminal, dormant, existing, lapsed, operative, oppressive, organic, penal, permissive, prohibitive, stringent.

APPENDICE D : Combinatoire du mot bill dans le Robert & Collins ("bill" en italiques dans la partie angl-fr)

<bill> + <vt>

commit, defeat, draft, kill, pass, present, promote, push through, table, throw out, vote, vote through.

<bill> + <vi>

get through, go through.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Fontenelle, « Le traducteur et le dictionnaire bilingue : l'apport de la lexicographie computationnelle », Palimpsestes, 8 | 1994, 27-40.

Référence électronique

Thierry Fontenelle, « Le traducteur et le dictionnaire bilingue : l'apport de la lexicographie computationnelle », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/731 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.731

Haut de page

Auteur

Thierry Fontenelle

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals