Navigation – Plan du site

Les instruments de la docilité

Jacques Colson
p. 57-71

Résumés

En dépit d'une relative stabilité, le rôle et, corrélativement, le statut du traducteur ont évolué. En une opposition simple, on pourrait poser au départ de ce parcours un statut princier, et à son terme la réduction du traducteur à l'état de machine. Il y a, au coeur de cette évolution, la relation qui unit le traducteur et ses instruments, relation d'enchâssement puisqu'elle désigne à la fois l'instrument que forment le traducteur et ses instruments, mais aussi la relation qui lie le traducteur et ses instruments. Relation utilitaire donc, relation de docilité, mais quels en sont les termes et quelle en est la dynamique ? Qui est l'instrument ? Qui est la main ? C'est par une réflexion sur l'opération traduisante et ses facteurs constitutifs que cet exposé essaie de démêler le réseau de rapports où s'inscrit le couple traducteur/instruments de traduction.

Haut de page

Texte intégral

La traduction-transaction

  • 1 G. Mounin, p. 97.

1S'il faut en croire Georges Mounin,1 les traducteurs de l'Egypte ancienne étaient princes. Notre époque vise à leur donner plutôt le statut de machine mais, comme nous glorifions les machines, sans doute les traducteurs n'en souffriront-ils pas.

2Cette évolution dans le statut du traducteur appelle une réflexion sur son rôle, c'est-à-dire sur le réseau de relations où il s'inscrit en tant que traducteur, donc sur les termes de ces relations, et en particulier sur celles qui unissent le traducteur et ses instruments. Deux types de relation se dégagent immédiatement : c'est que le traducteur pris avec ses instruments constitue, en soi, un instrument qu'il faut situer dans l'opération globale qu'est la traduction mais, d'autre part, on peut dissocier le traducteur de ses instruments et s'interroger sur la relation qui les unit.

3Immédiatement aussi se posent diverses questions : quels sont les instruments du traducteur ? Evoluent-ils ? En quoi affectent-ils le traducteur et la traduction ? Le traducteur peut-il choisir ses instruments ? En est-il l'esclave ? Ou est-il peut-être l'esclave d'un autre maître ? Etc. Autant de questions auxquelles je m'efforcerai de répondre en analysant les différents facteurs constitutifs de l'opération de traduction et de la relation traducteur/instruments du traducteur.

4Le cadre dans lequel s'inscrit le couple traducteur/instruments s'articule autour de deux axes interdépendants : un rapport de force, d'une part, c'est-à-dire l'exercice d'un pouvoir, donc une dimension politique, et un rapport d'échange de biens et de services de l'autre, donc une relation économique.

5Traduire est une relation de pouvoir dans la mesure où le traducteur est celui qui donne ou refuse l'accès à un bien, l'information, mais c'est aussi une relation de pouvoir dans la mesure où un client commande un service au traducteur. C'est aussi une activité économique régie par la loi de l'offre et de la demande, dans la mesure où le traducteur partage avec d'autres ce pouvoir de donner ou de refuser l'accès à l'information, mais en même temps rivalise aussi avec eux pour obtenir une commande. Le pouvoir du traducteur est aussi proportionnel à la langue ou aux langues qu'il possède et au degré de rareté de ses compétences, mais il se trouve en partie limité par la concurrence.

6Pour bien saisir la dynamique du couple traducteur/instruments, il me semble indispensable de le situer dans le modèle général de l'activité de traduction. Celui qui suit permet de rendre compte de la plupart des situations où il y a traduction.

destinataire
instruments

traducteur

document
compensation

client

spécifications contractuelles
contrôle de conformité
conformité spécifications/traduction

7J'envisage uniquement dans ce schéma une relation traducteur/client. J'exclus donc d'emblée toutes ces traductions où il n'y a pas commande, où le traducteur se livre spontanément à son activité. On peut imaginer que Julien Green ou Samuel Beckett se traduisant eux-mêmes, l'ethnologue traduisant de sa propre initiative les mythes d'un peuple peu connu, pourraient entrer dans cette catégorie. Et dans la “traduction de commande”, on pourrait, je crois, faire entrer tous les autres cas.

8Il s'agit là d'un paradigme, d'un modèle, donc d'une simplification. Cette relation de commande permet de rendre compte aussi bien de la commande d'une entreprise à un traducteur indépendant que de la “commande” d'un document par le responsable d'un service de traduction institutionnel (UNESCO, CEE, gouvernement bilingue ou plurilingue) à l'un des membres de son équipe. La transaction est directe entre un traducteur indépendant et son client, indirecte dans le cas des traducteurs institutionnels, où la compensation n'est pas négociée par rapport au document commandé puisque ces traducteurs sont salariés. La préoccupation première du traducteur, commercial autant qu'institutionnel, c'est la productivité. Pour le traducteur non institutionnel, cette productivité n'est que le relais de la rentabilité. Dans un cas comme dans l'autre, le non-respect de l'échange expose le traducteur aussi bien que le client à des sanctions de la part de l'autre.

9La généralité de ce modèle est importante, car elle permet de faire apparaître le rapport traducteur/client dans sa réalité d'échange, de transaction économique, et donc de rapport de force. Quelle que soit la configuration des éléments de ce schéma-paradigme, il y a entre traducteur et client un échange : un texte traduit contre une compensation, le plus souvent une rémunération, mais parfois aussi, dans le cas de la traduction littéraire par exemple, en plus de la rémunération ou même en guise de rémunération, un bien plus abstrait tel que la promesse d'une certaine notoriété, l'espoir de la gloire peut-être. Les termes de cet échange n'en affectent pas le principe, qui reste constant. De même, la nature du document traduit garde intact le principe : peu importe qu'il s'agisse d'une traduction littéraire ou érudite ou de correspondance commerciale. Ceci ne veut pas dire cependant que, sur “le marché des biens symboliques”, pour reprendre l'expression de Bourdieu, les documents utilitaires vaillent les documents littéraires. Il y a entre eux une différence de prestige que je ne ferai ici qu'évoquer pour y revenir plus loin.

10La transaction qui réunit le traducteur et son client se conforme à un contrat, dont les clauses peuvent être plus ou moins explicites. En échange d'une compensation convenue, le traducteur s'engage à produire un texte conforme aux spécifications édictées par le client ou, à défaut, conforme aux normes en usage. Par spécifications, il faut entendre les indications du client sur un certain nombre de points : la nature du document, son envergure, son degré de complexité, le délai à respecter, éventuellement aussi les destinataires visés, le degré de fidélité, le style souhaité et le mode de présentation du produit fini. La combinaison de ces indications n'est pas aussi anodine qu'il y paraît à première vue, car elle implique des choix idéologiques, politiques, qui affectent le traducteur, et sur lesquels il n'a pas forcément prise du fait même de son statut. Nous y reviendrons mais une illustration s'impose.

11Dans une réflexion sur les traductions des textes arabes faites en Espagne aux 12ème et 13ème siècles, Clara Foz écrit :

  • 2 C. Foz, p. 58.

... le rôle du traducteur ne se limite pas à celui d'un intermédiaire : médiateur entre un ouvrage ancien et un lecteur ou des lecteurs modernes, sa tâche consiste autant à accéder aux grands textes scientifiques et philosophiques hérités de la culture arabe qu'à opérer sur ces derniers des transformations visant à les faire accepter par l'autorité à laquelle les traducteurs étaient soumis, à savoir celle de l'Eglise catholique au 12ème siècle et celle d'un roi mécène (Alphonse X) au siècle suivant.2

12De la même façon, les traductions françaises de romans étrangers au 18ème siècle impliquent une certaine perception, et donc une certaine déformation des ouvrages originaux.

13Lorsque le client ne formule aucune exigence particulière quant au degré de fidélité ou au style par exemple, le traducteur se conformera à ses propres principes, eux-mêmes influencés par les pratiques en cours à son époque.

14Le respect par le traducteur des desiderata exprimés par le client constitue, en principe, une garantie de la qualité du travail fourni. Mais celui-ci s'inscrivant dans un cadre contractuel, donc relatif, sa qualité sera elle-même relative, et non absolue. C'est pourquoi, en un sens du moins, il n'y a de bonnes ou de mauvaises traductions que par rapport à certains principes qui fixent son cadre à la transaction du traducteur et de son client. Quoi qu'il en soit, la qualité joue un rôle crucial dans le rapport traducteur/client. Elle garantit l'existence de ce rapport mais aussi sa stabilité, voire son amélioration, bref la “fidélisation du client”. Ce qui ne veut pas dire qu'elle soit la seule garantie de ce rapport. Les jeux, on le sait, sont parfois truqués : les bureaux de traduction institutionnels qui canalisent leur excédent de traduction vers des traducteurs indépendants favorisés sans que joue la libre concurrence ne relèvent pas que de la fiction.

Les instruments du traducteur

15Certains points de référence toutefois, et donc certains critères de qualité, échappent au contrat qui lie traducteur et client, notamment en ce qui concerne les instruments utilisés. C'est sur ces instruments que portera l'étape suivante de cette réflexion.

16Il ne faut pas perdre de vue, en les abordant, que la transaction traducteur/client est sujette aux impératifs de la productivité : toujours plus, toujours mieux, toujours plus vite.

17Pour parler des instruments du traducteur, il faut commencer par les désigner, et donc au préalable cerner le sens du mot "instrument", que je voudrais assez étroit pour recouvrir le dictaphone mais assez large pour ne pas exclure le ou la dactylographe sans qui ce dictaphone ne serait d'aucune utilité. On pourrait donc parler, dans une perspective plus englobante, des ressources du traducteur : en premier lieu, bien sûr, sa connaissance de sa langue maternelle et de l'autre langue, ou des autres langues qu'il pratique et, point essentiel, de la culture qui s'y associe. Il s'agit d'un capital, et pas seulement dans un sens métaphorique, dont dépendra en proportion directe l'autorité du traducteur, ou si l'on préfère son pouvoir, sur le marché des biens symboliques où se situe la traduction.

18Ce capital langue et culture a ceci de particulier par rapport aux autres instruments qu'il est inséparable du traducteur. Il ne lui est pas extérieur mais il n'est pas non plus fini : il peut et doit s'enrichir de ressources extérieures. Il ne peut se concevoir sans l'ancrage de dictionnaires, de lexiques, de glossaires et d'une ouverture critique aux "faits de langue" : mots nouveaux, tournures à la mode, clichés, etc.

19Comme complément à ce genre d'outil, il y a les banques de données, que l'on désigne par là les outils institutionnels comme la banque de terminologie du Québec, Termium, ou divers dictionnaires ou fichiers sous format disque à lecture optique.

20A ces instruments informatisés qui ne peuvent s'utiliser qu'avec des machines viennent s'adjoindre d'autres machines : l'indispensable ordinateur ou machine à traitement de texte, qui a évincé la machine à écrire, le modem, le dictaphone, le télécopieur, etc. Ces machines sont sans doute ce qui a le plus modifié l'activité des traducteurs depuis que ceux-ci existent.

21Restent les ressources humaines : pour la dactylographie, à un niveau strictement technique et, pour ce qui est de la traduction proprement dite, tous les informateurs que le traducteur peut solliciter : client, auteur du texte, experts, collègues, quiconque au fond peut répondre avec justesse à ses questions.

Le traducteur et ses instruments : unité de production

22Parler de la relation du traducteur et de ses instruments, c'est parler de deux relations : il y a la relation qui lie le traducteur et ses instruments, mais il y a aussi la relation qui lie l'unité de production qu'ils forment à autre chose qui leur est extérieur. Ces deux relations sont du reste interdépendantes, la première étant comme enchâssée dans la seconde.

23Or le traducteur doit être performant. En cela, soit dit en passant, sa situation n'a rien d'unique. Si le client (client institutionnel ou client au sens strict) est un consommateur averti, il sera à même de discerner quel traducteur lui offre le meilleur rapport qualité/prix. La réalité, cependant, n'est pas aussi simple. Tout traducteur indépendant sait que certains clients sont incapables de juger de la qualité d'une traduction, de l'ampleur du travail qu'elle requiert, d'en apprécier l'importance (par exemple, en termes négatifs, par l'absence d'une bonne traduction) ou d'en accepter le prix. Et à qualité égale, par ailleurs, le client sera naturellement porté à choisir un prix inférieur. Cette réalité économique est un indice important du statut du traducteur et donc de sa place dans la relation instruments/traducteur.

  • 3 S. MacRae, p. 5.

24Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Aux Etats-Unis par exemple, 8 % seulement des traducteurs déclarent un revenu supérieur à 45 000 $ ;24 % se situent dans la tranche 45 000 $ - 25 000 $ et tout le reste, c'est-à-dire 68 %, en dessous des 25 000 $.3 Il faudrait prendre en compte, évidemment, des facteurs comme la formation des traducteurs, le nombre d'heures prestées, etc., mais on est loin, même dans le meilleur des cas, de la distribution des revenus et du prestige des cadres et des professions libérales outre-Atlantique.

25Sans doute fera-t-on remarquer que les lois du marché ne s'appliquent pas de manière égale aux traducteurs indépendant, commercial ou littéraire, à une agence de traduction, à un traducteur d'entreprise ou à un traducteur institutionnel. Il faut admettre en effet que les institutions exercent un contrôle sur l'offre et la demande par le fait qu'elles canalisent leurs documents à traduire vers leurs propres traducteurs salariés de manière à assurer la qualité, l'homogénéité et la confidentialité de leur production, mais il s'agit simplement d'un mode détourné de transaction qui n'affecte pas le principe général d'un échange traduction/compensation. Le fait que les institutions (Nations-Unies, CEE, etc.) fassent aussi appel à des traducteurs extérieurs pour traiter leurs textes excédentaires, aux prix du marché cette fois, fait coexister deux formes de ce principe unique de l'offre et de la demande. Si c'est donc un principe unique qui régit toute transaction de traduction, il faut admettre que les modalités en sont variables, à cause essentiellement des variations que recouvrent les nouons de prix et de service et certains facteurs qui s'y rattachent. Ainsi, la notoriété même du service peut en élargir la demande : un client fera plus vite appel à une agence de traduction dont le nom est largement répandu qu'à un traducteur indépendant isolé et peu connu. Et la capacité de traduire rapidement de grandes quantités de mots permet d'en réduire le prix de revient, et même le prix tout court. Or la capacité d'effectuer un travail en dessous de son prix de revient pour des raisons de prestige est un des moyens de se créer une notoriété. Bref, si tous les traducteurs sont égaux devant l'offre et la demande, certains sont plus égaux que d'autres.

26Quoi qu'il en soit, si l'on exclut les situations où il y a truquage du marché (canalisation de documents de surplus d'un organisme institutionnel vers une seule agence, par exemple, ou exclusion arbitraire d'un traducteur du marché), l'unité de production que forme le couple traducteur/instruments doit se montrer compétitive. Or qui dit compétitivité dit, certes, agressivité, mais aussi docilité. C'est, après tout, un service que vend le traducteur. Plus encore, il s'agit d'un service doublement marqué par la docilité puisque traduire signifie généralement être fidèle, s'empêcher tout écart, respecter la création que l'on a devant soi. Je n'aborderai pas la question des limites de cette fidélité, mais il y a lieu de souligner cependant qu'il s'agit d'une relation de sujétion et, paradoxalement, d'une relation noble, puisqu'il s'agit de créer à nouveau, de faire exister ce qui, sans la traduction, resterait inaccessible. C'est, au fond, avec, souvent, la dimension artistique en moins, la noblesse de l'interprète qui, docilement et grâce à l'instrument qu'il maîtrise, donne la vie à la création du compositeur. Relation noble, soit, mais avant tout, hélas, relation de soumission, de docilité et donc, sur une échelle des valeurs, relation de second ordre.

Quelle docilité ?

27Pour aborder la relation qu'entretient le traducteur avec ses instruments, il me semble utile de proposer quelques réflexions sur cette docilité. Docilité de qui par rapport à qui ou à quoi ? En présentant plus haut les différents facteurs en jeu dans la traduction, j'ai souligné le fait que la traduction est une transaction, un échange, et donc un rapport de force. Par le jeu de la concurrence, le traducteur se retrouve souvent dominé, exécutant au service de celui qui lui passe commande. Car la vente de son service est sans doute plus importante pour lui que l'achat de ce service ne l'est pour le client. Le rapport peut toutefois s'inverser lorsque le traducteur possède une spécialisation rare et recherchée, juridique par exemple, ou lorsqu'il manifeste un talent littéraire particulier, auquel cas il peut, comme on dit, faire son prix. Mais même cette domination atypique du traducteur ne lui donne pas toutes les libertés. Il reste nécessairement assujetti à d'autres facteurs de l'opération de traduction que l'on pourrait regrouper sous ce que j'ai appelé plus haut les exigences contractuelles du client : délai ou degré de fidélité du document, par exemple.

28Il est à remarquer par ailleurs que le client n'est pas forcément consommateur de la traduction qu'il commande. Or cette consommation suppose certains impératifs parfois contradictoires : il y a, notamment, les besoins réels ou potentiels du lecteur et il y a ce que le client doit ou veut lui faire lire.

  • 4 P. Horguelin, p. 76.
  • 5 P. Horguelin, pp. 126-127.

29Les “belles infidèles”, ces “traductions qui, pour plaire et se conformer au goût et aux bienséances de l'époque, sont des versions «revues et corrigées»”4, constituent sans doute l'un des exemples les plus frappants de cet effort des traducteurs pour se conformer au goût du lecteur. L'abbé Prévost sabrant dans le Paméla de Samuel Richardson5 pour en ramener les sept volumes originaux à quatre volumes conformes au goût français s'inscrit bien dans cette lignée.

  • 6 P. Horguelin, p. 26.

30L'exemple, cité précédemment, des traductions espagnoles aux 12ème et 13ème siècles le montre bien aussi : une traduction peut servir un dessein idéologique. Il semble que ce soit le cas de manière générale des traductions effectuées au moyen-âge sous l'impulsion de la royauté française en particulier.6

31Mais l'esprit d'une époque, et donc la communauté d'esprit éventuelle entre un traducteur et son client ou son lecteur, rend parfois difficile la distinction entre cette communauté de perception du traducteur et du lecteur, ou du client, et l'effet que le client souhaite produire sur le lecteur par l'intermédiaire de la traduction. Il est clair en tout cas que le traducteur, à cheval sur deux cultures, peut jouer un rôle décisif dans l'évolution des perceptions culturelles. Dans la mesure où ce rôle relève de son initiative, il n'est pas qu'un simple instrument mais son autonomie, nous l'avons vu, a pour limites celles qu'il peut négocier avec son client.

32Car le dessein du client est souvent décisif. C'est lui qui détermine le choix, et partant le rejet éventuel, de textes, leur mode d'appropriation et leur diffusion : par le choix de la langue et de la culture-source, par une traduction intégrale ou partielle ou une traduction “expurgée”, par le niveau de langue adopté, etc. L'usage de sous-titres français dans un film tourné en québécois, par exemple, souligne le caractère distinct, étranger, de cette culture pourtant francophone tout en reconnaissant à son mode d'expression linguistique le statut de “langue d'art”.

33De la même façon, la décision prise par la CEE de donner à tout document qu'elle publie valeur d'original, et non de traduction, manifeste le principe d'une égalité de statut des langues de la communauté, position politique essentielle dans le cadre d'une politique européenne.

34Qui a le dernier mot dans la modulation d'une traduction ? Client ou traducteur ? Il y a généralement négociation, mais on serait tenté de dire que la langue du plus fort est toujours la meilleure.

La docilité des outils

35Si l'unité de production que forme le traducteur avec ses instruments est elle-même l'un des instruments d'une volonté de traduire qui lui est extérieure, il est intéressant d'examiner les rapports que le traducteur entretient lui-même avec ses instruments.

36L'interprète en situation de traduction simultanée concrétise la coïncidence entre le rôle de l'unité de production traducteur/instruments et l'objectif ultime, idéal, de l'activité traduisante. A peine un message est-il émis que déjà son double existe et ferme le circuit de la communication locuteur-interlocuteur. L'interprète ne peut guère traduire plus, il ne peut guère traduire plus vite, et c'est sans doute à grand-peine qu'il pourrait traduire mieux.

37Temps, quantité, qualité : tels sont précisément les impératifs auxquels doit obéir le traducteur. Si nous décomposons le processus de traduction en ses opérations élémentaires, ceci veut dire : comprendre, transposer dans la langue-cible, effectuer les recherches nécessaires, mettre par écrit et réviser, et tout cela en quantités toujours plus grandes, toujours plus vite et toujours mieux. C'est à ces objectifs que le traducteur doit subordonner le maniement de ses instruments.

38Certains de ces impératifs, c'est clair, sont incompatibles. Traduire très vite, et beaucoup, c'est rarement traduire très bien, et inversement. Par ailleurs, le degré de difficulté, et donc la nature du document à traduire, déterminent dans une large mesure la rapidité et la qualité du travail.

39Les contraintes qui pèsent sur la performance du traducteur sont en fait multiples. Certaines de ces résistances qu'il lui faut vaincre tiennent à la nature même de l'opération traduisante, d'autres tiennent aux exigences contractuelles qu'impose le client, d'autres enfin tiennent au traducteur lui-même et à ses instruments.

  • 7 L. Castellano, pp. 61-62, R. Fagan, p. 5, W.J. Hutchins, p. 5.

40Bien que j'envisage, dans le modèle proposé, un traducteur abstrait, paradigmatique, il faut bien se rendre compte que le véritable traducteur est forcément limité et que s'il peut, en théorie, traduire n'importe quoi, ce serait au prix, parfois, d'un énorme investissement en temps. Selon plusieurs estimations7, les traducteurs consacrent de 40 % à 60 % de leur temps de travail à des recherches. La spécialisation, qui entraîne une réduction du temps de recherche, permet donc au traducteur une performance plus rapide.

41Cette spécialisation va au delà d'une excellente compétence linguistique et culturelle, exigence minimale, indispensable, puisqu'elle permet de repérer les références culturelles, les jeux de mots, les ambiguïtés, les valeurs stylistiques, etc. A ces connaissances de base devrait s'ajouter ce qu'on pourrait appeler une composante encyclopédique, sur laquelle viendraient se greffer la ou les spécialisations dont nous avons parlé. Dans l'idéal, ces connaissances générales et spécialisées permettraient de ramener à zéro le temps de recherche que demande une traduction.

42Encore faudrait-il que le traducteur ait accès à cette information de manière instantanée. Si l'on veut comprimer ces 40 % à 60 % de temps de recherche, il ne suffit plus que le traducteur ait à sa disposition des lexiques spécialisés, des fichiers, des textes déjà traduits, des banques de données, etc. Il faut qu'il y ait accès non pas en se déplaçant de son bureau à une bibliothèque, non pas au prix d'une longue attente devant l'ordinateur qui lui donne accès à une banque de données, mais instantanément, au moment même où il en a besoin. La chose est possible d'un point de vue technique par la création de postes de travail reliés à des lexiques ou à des fichiers automatisés, à des banques terminologiques, à des documents déjà traduits.

43Au coeur de ce réseau informatique, il y a l'ordinateur ou la machine à traitement de texte du traducteur, qui est sans doute le premier outil permettant de comprimer considérablement le temps de création du document traduit.

44Si l'acquisition d'un ordinateur est accessible au traducteur isolé, son intégration à un poste de travail complexe dépasse généralement les possibilités budgétaires du traducteur indépendant isolé, et correspond plutôt au mode de fonctionnement des bureaux de traduction institutionnels ou commerciaux. Ce qui semble entraîner pour l'aspirant traducteur un dilemme : ou bien, d'une part, il se veut indépendant, s'équipe à grands frais et s'engage alors avec ses instruments dans une relation en spirale, angoissante : acquérir des instruments très performants pour être très performant pour pouvoir amortir ces instruments, et le traducteur devient l'esclave de ses instruments. Ou bien, d'autre part, le traducteur recule devant les risques et met ses compétences au service d'un employeur qui, lui, dispose de ces instruments performants.

45Faut-il en conclure que le traducteur isolé soit appelé à disparaître ? Avant de répondre à cette question, il faut faire remarquer que le traducteur indépendant, sans aller jusqu'à se doter d'un poste de travail intégré, peut multiplier sa productivité tout en exploitant la technologie actuelle : ordinateur et imprimante, dictaphone, modem, télécopie, etc. Ces instruments lui permettent de raccourcir le temps de matérialisation de sa traduction, mais pas son temps de recherche ou son temps de réflexion. Je ne pense pas que le traducteur indépendant soit en voie de disparition, mais il me semble appelé soit à former des associations coopératives avec d'autres traducteurs, soit à occuper un créneau très étroit où il peut se valoriser par une spécialisation extrêmement pointue et recherchée : la traduction juridique ou littéraire, par exemple, mais ces spécialisations supposent, elles aussi un investissement en formation. Il faut bien voir, en outre, que certains types de spécialisation sont rentables, certains même rapportent gros, d'autres pas.

46Cette distinction m'amène à réintroduire le cadre de réflexion économique auquel j'ai déjà eu recours. J'avais précisé cependant qu'il fallait entendre ces termes économiques dans un sens large. J'avais parlé de “compensation” et pas seulement de rémunération. C'est dans cette perspective que je viens de parler de “valorisation” du traducteur, concept qui nous ramène à la docilité.

47La docilité des choses que sont les instruments du traducteur, relève, bien sûr, de la métaphore, mais il n'en reste pas moins que la maîtrise d'un logiciel de traitement de texte, par exemple, n'est pas entièrement métaphorique. Et on comprend que l'implantation de postes de travail automatisés puisse rencontrer des résistances, indices d'un malaise, de la part de traducteurs relativement satisfaits de leurs habitudes de travail. Et on sait quelles angoisses les machines à traduire ont provoquées : l'instrument semblait appelé à remplacer le traducteur. C'est une vaste gamme d'émotions que les instruments de traduction peuvent susciter chez le traducteur : fierté, joie, frustration, découragement, irritation, jalousie, envie, crainte, etc. En fin de compte pourtant, les instruments du traducteur restent des instruments dociles, des choses qui ne se rebellent pas mais qu'il lui faut maîtriser. Il y a lieu d'être nettement plus nuancé, en revanche, en ce qui concerne le couple que forme le traducteur avec ses instruments.

Docilité et créativité

48Dans la mesure où un traducteur effectue un travail de commande, il y aura, de sa part, une docilité qui ne peut être sans réserves. Lorsqu'on lui confie une tâche, c'est à lui, l'expert, de déterminer comment l'accomplir au mieux. Encore une fois, il s'agit là d'une vue théorique. On sait que tous les traducteurs n'ont pas les mêmes compétences, le même degré d'expérience ni le même degré d'autorité. Mais cela dit, un traducteur pleinement maître de ses moyens dispose d'une marge de manoeuvre qu'il peut investir d'une créativité qui le distingue et le valorise. Encore faut-il, objectera-t-on, que le client l'autorise et que le document se prête à cette créativité. J'ai évoqué les négociations traducteur/client, où tous les scénarios sont possibles. Pour ce qui est des documents, on voit poindre tout de suite, à l'horizon de cette objection, l'“artistique” et l'“esthétique”, lieux privilégiés de la création. Mais à leur suite surgit la question des valeurs de référence par rapport auxquelles se mesure la valeur du traducteur : fidélité au texte, mais fidélité à la lettre ou à l'esprit ? Maîtrise de la langue-source et de la langue-cible, élégance, rapidité d'exécution, etc. Or ces valeurs peuvent être conflictuelles. Si un texte technique n'autorise pas qu'on sacrifie la précision du contenu à l'élégance, l'inverse est vrai, dans une certaine mesure, lorsqu'il s'agit d'un texte littéraire. Il ne faudrait pas en conclure que la dimension formelle soit le seul axe sur lequel puisse s'exercer la créativité. Ce serait négliger la créativité lexicale (on pensera aux traductions philosophiques par exemple) que peut demander un texte technique et ce serait séparer indûment le contenu de la forme. Ce serait négliger aussi la créativité que le traducteur peut introduire dans ses méthodes de travail. Ce qui est en jeu, c'est le degré de priorité de ces valeurs.

49En bref, il serait inexact de dire que le texte utilitaire n'est pas lieu de créativité. Il serait plus exact de dire que la créativité qui y a cours est en général moins valorisée, ce qui aurait pour corollaire que la valorisation du traducteur par le texte traduit est fonction de la nature du texte de départ. Au contraire du texte utilitaire, le texte littéraire valorise la langue qui le véhicule – c'est bien le sens de la fonction poétique telle que la définit Jakobson. Artiste du mot, le traducteur littéraire opère donc sur un terrain qui, d'emblée, le valorise plus que le texte utilitaire, à tel point que l'on peut associer un traducteur à un auteur, ce qui est rare, semble-t-il, pour les textes utilitaires dont le traducteur sort rarement de l'obscurité, voire de l'anonymat. Dans la hiérarchie des productions langagières, l'écrit occupe une place privilégiée, et l'écrit littéraire bénéficie de surcroît de son appartenance au domaine esthétique. Sur une échelle parallèle de la valeur des producteurs, l'auteur d'un texte littéraire jouit d'un prestige dont son traducteur, son relais, ne reçoit qu'un reflet. Le traducteur est créateur, c'est indéniable, mais ce n'est que par rapport à certaines dimensions de l'oeuvre créée, relativement superficielles et indépendantes d'autres dimensions plus fondamentales et sur lesquelles il n'a pas prise, comme la structure globale de l'oeuvre, la répartition en chapitres, la suite des événements, l'univers fictif qui y prend vie, etc. Traducteur et auteur sont complémentaires dans la vie d'une oeuvre littéraire, mais si les traducteurs sont plus ou moins interchangeables, l'auteur est unique. C'est ce qui place leurs créations respectives sur des plans différents. Si l'on met de côté le prestige de la création artistique, ce décalage s'applique à l'auteur utilitaire et à son traducteur. Le traducteur littéraire partage le prestige de la création artistique et les joies qu'elle procure, et il faut admettre que cela fait partie de la compensation qu'il reçoit pour son travail.

  • 8 G. Mounin, p. 210.
  • 9 S. MacRae, p. 5.

50De même que chaque société établit une hiérarchie des textes qu'elle produit, elle établit une hiérarchie de ceux qui les produisent et de ceux qui les traduisent. Docile de par la nature de sa fonction, le traducteur joue forcément un rôle effacé qui détermine son statut social, lequel dépend aussi, et peut-être dans un rapport réversible, de facteurs tels que sa formation et sa rémunération. Il s'agit là d'une question complexe que je ne peux aborder ici. Je me contenterai d'indiquer un parallèle entre le statut du traducteur et la perception qu'a une société de la traduction. Le statut de la traduction et des traducteurs n'est pas le même, semble-t-il, en Union soviétique ou en Allemagne8, où il jouit paraît-il d'un certain prestige, et aux Etats-Unis9 où l'on constate, selon des sources américaines bien informées : “A lack of value generally placed in the US on the cultures and languages of other countries, especially in the business community”. Sans doute faut-il en tirer, en conclusion, que si certains traducteurs sont plus dociles que d'autres, certains ont aussi de meilleurs maîtres que d'autres.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre. “Le Marché des biens symboliques.” L'Année sociologique, n° 22, 3ème série, 1971.

CASTELLANO, Lanna. “Machine Aids for Translators.” ASLIB Conference : November 20,1980. Babel, 27, n° 1, 1981 : 61-62.

FAGAN, Ronald. Feasibility Study for a MAT System. Fredericton, New Brunswick : The Translation Bureau of New Brunswick, 1991.

FOZ, Clara. “La Traduction-appropriation : le cas des traducteurs tolédans des 12ème et 13ème siècles”. TTR, vol. 1, n° 2 : 58-64.

HORGUELIN, Paul. Anthologie de la manière de traduire. Montréal : Linguatech, 1981.

HUTCHINS, W. J. “Future Perspectives in Translation Technologies.” Technology as Translation Strategy. Vasconcellos, M., ed. American Translators Association. Scholarly Monograph Series, vol. 2. Binghamton, New York : SUNY, 1988 : 223-240.

MACRAE, Sheila. “Freelance Translation and the International Communication Gap in the US.” Proceedings of the 31st Annual Conference of the American Translators Association. Medford, New Jersey : Learned Information Inc, 1990.

MOUNIN, Georges. Linguistique et traduction. Bruxelles : Dessart et Mardaga, 1978.

Haut de page

Notes

1 G. Mounin, p. 97.

2 C. Foz, p. 58.

3 S. MacRae, p. 5.

4 P. Horguelin, p. 76.

5 P. Horguelin, pp. 126-127.

6 P. Horguelin, p. 26.

7 L. Castellano, pp. 61-62, R. Fagan, p. 5, W.J. Hutchins, p. 5.

8 G. Mounin, p. 210.

9 S. MacRae, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Colson, « Les instruments de la docilité », Palimpsestes, 8 | 1994, 57-71.

Référence électronique

Jacques Colson, « Les instruments de la docilité », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/734 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.734

Haut de page

Auteur

Jacques Colson

Université du Nouveau-Brunswick

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals