Navigation – Plan du site

Les outils documentaires du traducteur

Daniel Gile
p. 73-89

Résumés

La qualité des sources dans la recherche thématique et terminologique en traduction se mesure à leur existence, à leur accessibilité externe et interne, à leur complétude et à leur fiabilité. Dans la recherche terminologique, les sources directes (dictionnaires, glossaires, etc.) présentent quand elles existent la meilleure accessibilité interne, mais sont moins fiables que les sources indirectes (textes thématiques). Les meilleures stratégies et tactiques dans la recherche documentaire et terminologique sont la vérification dans des sources d'arrivée, la spécialisation, la recherche du contact direct avec le destinataire de la traduction, l'établissement de sources maison. Les sources humaines, précieuses, sont largement inexploitées.

Haut de page

Texte intégral

1. Définition de la traduction

1Le terme "traduction" recouvre des modalités, des niveaux et des finalités très variables : la traduction scolaire ne saurait être assimilée à la traduction professionnelle, la traduction d'un catalogue à celle d'un poème, la traduction d'un panneau indiquant le parc de stationnement dans une foire internationale à celle d'un manuel d'entretien d'avion de combat, la traduction approximative comme aide à la compréhension à la traduction destinée à la publication. Dans ces différents cas de figure, les outils utiles ne seront pas les mêmes. Nous nous référerons ici à la traduction professionnelle, non littéraire et de "haut niveau". Plus concrètement, notre étude portera sur un type de traduction qui :

  • est faite à la demande d'un client et rémunérée par lui dans un environnement professionnel ;

  • porte sur un texte à message essentiellement informationnel plutôt qu'esthétique ou émotionnel, qui comporte ou non des informations spécialisées ;

  • doit aboutir à un texte en langue d'arrivée qui, sous réserve de modifications minimes par le réviseur, peut être publié tel quel.

2Le troisième volet de cette définition correspond à l'image de la traduction de haut niveau que visent et défendent les écoles universitaires de traduction professionnelle et les membres des associations et sociétés de traducteurs de par le monde. Soulignons que nous ne posons pas ici la légitimité exclusive de ce type et de ce niveau de traduction. En effet, dans le monde économique dans lequel s'inscrit la traduction professionnelle, il faut bien reconnaître que l'utilisation de la traduction ne justifie pas toujours le prix élevé de la traduction de "haut niveau". L'on peut regretter que le même terme soit employé pour des activités ne se situant pas sur le même plan, mais en elles-mêmes, ces activités sont toutes légitimes. Notre discussion des outils documentaires se situe dans le cadre de "haut niveau" défini plus haut, qui correspond à une réalité professionnelle assez répandue, et où les outils documentaires prennent toute leur signification.

3Notons enfin que si nous nous situons ici dans la traduction professionnelle de "haut niveau" de textes non littéraires (ou pragmatiques, comme on les appelle parfois : voir Delisle 1980), notre analyse s'applique également, à des degrés variables, à d'autres types de traduction.

2. La démarche traduisante et les outils documentaires

4Dans la traduction professionnelle telle que définie plus haut, le traducteur opère très schématiquement de manière séquentielle et itérative (fig. 1 p. 75). Dans une première phase, dite de "compréhension", il lit une "unité de traduction" (dont nous ne poserons pas la longueur exacte, qui va en général d'un mot unique à une phrase) et en extrait le sens. Il interprète cette unité pour élaborer une "hypothèse de sens", en vérifie la plausibilité, en construit éventuellement une deuxième et en vérifie la plausibilité, et ainsi de suite jusqu'à adoption de l'une des hypothèses. Dans une deuxième phase, dite de "restitution", il rédige un énoncé correspondant à l'unité de traduction en langue d'arrivée, en vérifie la fidélité et l'acceptabilité rédactionnelle, le modifie le cas échéant, et ainsi de suite jusqu'à adoption d'un énoncé en langue d'arrivée. Puis il passe à l'unité de traduction suivante et parcourt les phases de compréhension et de restitution, et ainsi de suite. Périodiquement, il vérifie la fidélité et l'acceptabilité rédactionnelle d'un groupe d'unités de traduction et modifie éventuellement l'énoncé en conséquence.

5Si l'on peut lire parfois dans les publications sur la traduction (voir par exemple Folkart 1984) que le traducteur doit avoir une compréhension "parfaite" ou "en profondeur" de l'énoncé en langue de départ, dans la pratique, cette exigence n'est pas toujours satisfaite, sans pour autant que la qualité de la traduction en souffre nécessairement. Lors de la phase de compréhension, le traducteur élabore un modèle mental du sens de l'énoncé. Ce modèle peut être représenté par un "réseau sémantique" où figurent les référents des noms, groupes nominaux et pronominaux, d'éventuels "attributs" de ces référents (qualificatifs, déclarations d'existence, d'évolution, de disparition, etc.), et des "liens" entre eux (comparaisons, liens de causalité, d'appartenance, d'association, etc.). Dans la grande majorité des cas, les "liens" et "attributs" sont exprimés par des moyens lexicaux et syntaxiques qui relèvent du langage non spécialisé et ne posent pas de problèmes de compréhension pour le traducteur, même dans un domaine spécialisé qu'il ne connaît pas. L'essentiel des problèmes de compréhension est associé aux termes techniques : compréhension très approximative des référents de ces termes, et ambiguïté des "liens" et "attributs" provenant de cette incompréhension du terme (par exemple, en informatique, les notions de "gestionnaire" et d'"administrateur" peuvent s'appliquer à un logiciel aussi bien qu'à un humain, et la phrase "nous avons maintenant un administrateur de X au centre Y" peut être interprétée comme désignant le fonctionnement d'un logiciel au centre Y, ou comme indiquant la présence physique d'un responsable de la gestion de X au centre Y).

Fig. 1 : Un modèle séquentiel de la traduction

Fig. 1 : Un modèle séquentiel de la traduction

6La traduction est possible dès lors que :

  1. les "liens" et "attributs" sont clairs dans l'esprit du traducteur ;

  2. le traducteur dispose des moyens linguistiques nécessaires pour réexprimer en langue d'arrivée ces "liens" et "attributs" ainsi que les référents des noms et groupes assimilés.

7Pour interpréter le texte en langue de départ, le traducteur se sert de ses connaissances linguistiques et extra-linguistiques (connaissance "du monde"). Quand ces connaissances préexistantes, représentées par la "boîte" située à gauche sur la fig. 1 ne suffisent pas, il fait un effort d'acquisition de connaissances nouvelles, dit "recherche documentaire" ou "recherche terminologique" de manière quelque peu impropre. Cette acquisition de connaissances nouvelles est représentée par la "boîte" située à droite sur la fig. 1.

8Lors de la phase de restitution, le traducteur se sert une fois de plus de ses connaissances préexistantes, qu'il complète par la "recherche documentaire" ou la "recherche terminologique" (voir Gile 1990). C'est lors de ces opérations d'acquisition de connaissances complémentaires qu'interviennent les "outils documentaires" du traducteur.

3. Les outils documentaires : définition

9Nous définissons donc ici les outils documentaires du traducteur professionnel comme les sources documentaires extérieures au texte à traduire qu'il utilise pour acquérir les connaissances lui permettant de parvenir au niveau de compréhension requis du texte de départ et de réexprimer de manière adéquate le contenu de ce texte en langue d'arrivée.

10Nous englobons dans cette définition les documents sur papier, les documents informatiques, les documents sonores sur bande magnétique et les documents visuels et audiovisuels sur diapositives, films, cassettes vidéo, etc. Toutefois, il faut savoir que dans la pratique, les deux premières catégories (documents sur support papier ou informatique) correspondent à la quasi-totalité des documents utilisés.

4. Le facteur temps dans l'acquisition de connaissances complémentaires

11Trois observations liminaires s'imposent à propos de l'utilisation des sources documentaires dans la traduction.

  1. De toute évidence, il existe un rapport de complémentarité entre connaissances préexistantes et acquisition de connaissances nouvelles à partir de sources extérieures au texte : mieux le traducteur connaît le sujet, moins il a besoin de faire appel à des sources extérieures. Néanmoins, dès que la traduction devient un tant soit peu technique, le recours à des sources extérieures d'information complémentaire est extrêmement fréquent, même quand le traducteur travaille dans sa spécialité. C'est pourquoi on peut considérer l'acquisition de connaissances extérieures ("recherche documentaire" ou "recherche terminologique") comme partie intégrante du processus de traduction.

  2. La pression la plus forte qui s'exerce sur le traducteur professionnel est celle du temps. D'une part, les traductions demandées sont souvent "urgentes". D'autre part, même quand elles ne le sont pas initialement, un léger retard dans leur réalisation ou l'arrivée d'un nouveau texte à traduire ont tendance à les rendre urgentes. Notons pour information qu'en France, la vitesse moyenne de progression du traducteur indépendant est en général estimée à quelque 10 pages en langue d'arrivée par jour, et que dans les services de traduction des organisations internationales, les normes officielles varient entre 6 et 14 pages.

  3. Dans la traduction technique, l'acquisition d'informations complémentaires occupe en général une proportion très importante du temps total de la traduction, souvent bien plus de la moitié.

12Par ailleurs, le principe des rendements décroissants trouve dans la recherche documentaire une application particulièrement adaptée : si une partie, parfois importante, des difficultés de traduction peuvent être résolues assez rapidement, les difficultés résiduelles demandent souvent des efforts considérables et un temps bien plus long. Le phénomène est lié au troisième volet de la définition de la traduction de haut niveau énoncé plus haut : le traducteur doit produire un texte publiable, ce qui implique la recherche d'une solution définitive à toutes les difficultés. Il arrive, dans les cas extrêmes, qu'il ne trouve pas de solution idoine et qu'il soit obligé de passer la main à son client, ou qu'il opte finalement pour une approximation, mais avant d'en arriver là, il doit en principe déployer tous les efforts possibles pour résoudre son problème lui-même, faute de quoi il retombe dans une autre catégorie de la traduction, où il ne fait qu'une ébauche de traduction, et où la qualité de son travail face à celle d'un amateur ne justifie pas nécessairement la différence de prix pour le client. C'est pourquoi le facteur temps, dans la recherche documentaire, a une importance capitale.

5. Types d'information recherchée

13Les informations recherchées dans les sources documentaires peuvent être classées essentiellement en deux catégories :

  1. Les informations terminologiques : ce sont de loin les informations les plus recherchées. Ce sont aussi les informations pour lesquelles la séparation entre compréhension et restitution dans la démarche traduisante est la moins nette : si le traducteur est sûr de son "équivalent contextuel" (terme en langue d'arrivée qui est un bon équivalent du terme en langue de départ dans le contexte donné), il peut en général se passer d'une compréhension précise de ce terme. La "recherche terminologique" en traduction vise, le plus souvent, à trouver de tels équivalents en langue d'arrivée (recherche terminologique "translinguistique"). Il arrive qu'elle vise plutôt à élucider le sens d'un terme donné (recherche terminologique "de compréhension"), mais généralement, il s'agit d'une première étape vers la recherche translinguistique. Notons que ces emplois de l'expression "recherche terminologique" peuvent entrer en conflit avec une autre acception de la même expression, celle des terminologues, qui se réfère à la recherche scientifique sur les termes techniques, leur formation, leur classement, etc. Nous ne prenons pas position ici sur le bien-fondé de tel emploi par opposition à l'autre, et nous nous bornons simplement à suivre l'usage généralisé chez les traducteurs.

  2. Les informations hors-terminologie : au niveau lexical, il arrive que le traducteur ait à chercher le sens d'un terme non technique ou d'une expression, en raison de leur caractère régional ou insolite. Il arrive aussi qu'il ait besoin d'élucider la nature d'un nom propre, et notamment d'un sigle, afin de mieux comprendre la phrase même s'il dispose déjà d'un équivalent fiable en langue d'arrivée. Au niveau structurel, des informations sont parfois nécessaires pour interpréter un énoncé ambigu, et des informations sont souvent nécessaires pour savoir comment formuler l'énoncé en langue d'arrivée conformément au sociolecte en usage dans le groupe de lecteurs à qui la traduction est destinée. Dans l'exemple 1 et dans la partie anglaise de l'exemple 3 des textes d'illustration présentés en annexe, la connaissance des équivalents des termes en français ne suffit pas à la production d'un énoncé répondant aux critères du sociolecte en usage dans les publicités françaises correspondantes. Par exemple, la phrase anglaise "Includes math coprocessor socket" a une structure qui ne correspond pas du tout à la phrase française : "Embase pour coprocesseur 387SX". C'est en étudiant des textes français similaires donnant la même information que l'on trouve les indications stylistiques nécessaires à la traduction.

6. Variables fonctionnelles des sources documentaires

14Pour le traducteur professionnel, l'utilité des sources documentaires s'évalue selon cinq critères principaux :

  1. L'existence de la source : cette variable, a priori trop évidente pour figurer dans cette énumération, prend toute son importance dans l'analyse de la dynamique du travail de traduction et des règles opérationnelles de l'acquisition d'informations pour la traduction (voir plus loin).

  2. L'accès à la source ou accessibilité externe : l'accessibilité externe se définit en fonction de la facilité d'accès à la source et se mesure en temps, en coût financier et en efforts ou pénibilité (déplacements, attente dans une bibliothèque, contacts désagréables avec des correspondants, etc.).

  3. L'accessibilité interne : l'accessibilité interne se mesure en temps et en pénibilité d'accès à l'information recherchée une fois que le traducteur a accédé à la source. Cette définition englobe non seulement le temps d'accès aux segments de la source où figure l'information, mais aussi la pénibilité de l'extraction ou de la compréhension de l'information à partir de ces passages. L'accessibilité interne est donc elle-même fonction de l'organisation des éléments d'information dans la source, de sa qualité rédactionnelle, de sa présentation visuelle.

  4. La complétude : il s'agit de la mesure dans laquelle l'information recherchée se trouve effectivement dans la source. Par convention, une information qui n'est pas à jour ou qui n'est pas pertinente sur le plan sociolinguistique (par exemple un terme désuet ou un terme qui n'est pas employé dans le milieu des destinataires de la traduction) sera dite néanmoins présente bien qu'éventuellement inutilisable (voir plus loin), et n'affectera donc pas la complétude de la source.

  5. La fiabilité : la source est plus ou moins fiable selon qu'une proportion plus ou moins grande des informations qu'elle fournit sont vraies.

7. Sources terminologiques "directes" et "indirectes"

15Dans la recherche terminologique, on distinguera les "sources directes" et les "sources indirectes". Les premières sont celles qui ont été constituées à des fins terminologiques ou lexicologiques : dictionnaires, glossaires, listes de définitions, fichiers terminologiques, bases de données terminologiques. Ces sources directes peuvent être unilingues, bilingues ou multilingues. Elles ont en général soit une orientation normative (glossaires officiels recommandant ou imposant des termes et des acceptions), soit une orientation descriptive. Les sources dites indirectes ont été constituées à d'autres fins : livres, articles, catalogues destinés à informer, à enseigner, à faire vendre, à divertir, mais contiennent des informations terminologiques, puisqu'elles emploient des termes pour désigner des concepts, des objets, etc.

8. Points forts et faiblesses des sources

8.1 Existence

16Le premier mérite d'une source est d'exister. Par définition, des sources indirectes existent pour ainsi dire toujours, car il est rare que le texte à traduire soit le seul à traiter du thème concerné. En revanche, les sources terminologiques directes se situent en aval de la production de textes thématiques et résultent d'une volonté d'expliquer des termes existants, d'en donner des équivalents translinguistiques, ou d'en fixer l'usage. Cette volonté n'est pas nécessairement présente, surtout s'il s'agit d'un domaine à faible diffusion. En outre, la constitution de sources directes demande un travail non négligeable, donc du temps, des efforts et, le cas échéant, des ressources financières. Pour toutes ces raisons, les sources directes pour un domaine donné sont souvent inexistantes.

8.2 Accessibilité externe

17L'accessibilité externe des sources diffère des autres variables analysées ici en ce sens qu'elle dépend grandement de la situation géographique et professionnelle du traducteur. Ainsi, la proximité géographique des centres de documentation et des bibliothèques favorise les traducteurs urbains pour ce qui est des sources sur papier (sauf présence d'une bonne source de documents telle qu'un institut de recherche sur place), mais elle a une influence nettement moins importante en ce qui concerne les banques de données. L'éloignement du pays de la langue de départ ou d'arrivée a, lui aussi, une grande influence s'il ne s'agit pas d'une langue à grande diffusion dans le pays où travaille le traducteur : en France, il est difficile de trouver de la documentation japonaise, mais l'éloignement de l'Australie pose moins problème pour des textes australiens. Par ailleurs, la différence peut être capitale selon que l'on travaille directement pour le destinataire de la traduction ou que l'on passe par une agence. Cette dernière, dans la crainte de perdre ses clients, refuse souvent de les mettre en contact avec le traducteur, ce qui prive ce dernier de sources importantes. C'est probablement là le principal argument à avancer contre la traduction avec intermédiaire interposé.

8.3 Accessibilité interne

18Par contraste, l'accessibilité interne d'une source dépend de sa composition, et non pas de l'environnement. A cet égard, pour la recherche terminologique, les sources directes présentent l'incommensurable avantage d'un classement de l'information, le plus souvent alphabétique, alors que les sources indirectes sur papier sont très peu performantes au regard de l'accès interne. En revanche, les progrès de l'informatique laissent espérer une amélioration spectaculaire : quand les sources seront sur support informatique, la fonction "recherche", disponible actuellement sur les traitements de textes et les programmes de PAO, permettra un accès interne aussi aisé sur les sources indirectes que sur les sources directes.

19La recherche thématique, elle, est axée sur la construction d'une structure sémantique intégrant le texte à traduire et permettant de mieux comprendre les idées de l'auteur et de mieux reconstituer l'information. A cet égard, les sources indirectes sont supérieures aux sources directes, car elles sont elles-mêmes composées sur la base d'une structure intégratrice, alors que les sources directes prennent des termes isolément, même si l'information que donne leur définition permet de les rattacher à une structure sémantique existante chez le traducteur (en indiquant, par exemple, l'appartenance du référent à une catégorie ou en précisant ses caractéristiques).

8.4 Complétude

20La complétude est fonction de l'information recherchée, qui elle-même dépend des connaissances préexistantes du traducteur. Telle source apparaîtra assez complète au béotien car il y trouvera une très forte proportion des informations qu'il cherchera, alors que ce taux baissera à zéro pour un spécialiste du domaine qui recherche deux ou trois informations précises. L'on peut toutefois mettre en contraste deux règles de portée générale.

  1. En matière terminologique, il est rare qu'une seule source puisse livrer toutes les informations recherchées (voir l'exemple 1 dans les textes en annexe ; le dictionnaire utilisé est réputé comme le plus complet en français en informatique), ce qui entraîne le recours à des sources multiples, de plus en plus nombreuses à mesure que l'on avance vers des problèmes résiduels de moins en moins nombreux. La non-complétude des sources directes s'explique tant par des facteurs économiques et commerciaux (leur production doit se justifier financièrement) que par le contraste entre la vitesse de l'innovation lexicale et le rythme de progression de la production documentaire, plus lente pour des raisons techniques et, une nouvelle fois, économiques.

  2. En matière de recherche thématique, il existe souvent des sources assez complètes, les sources documentaires non terminologiques évoluant au même rythme que le domaine sur lequel elles portent, par opposition aux sources terminologiques qui se situent en aval. Notons cependant qu'à partir d'un certain seuil, plus une source est complète, plus son accessibilité interne baisse, l'information devenant trop abondante et trop détaillée.

8.5 Fiabilité

21La fiabilité d'une source s'articule sur quatre éléments :

  1. La maîtrise linguistique qu'a son auteur (ou ses auteurs) de la langue (ou des langues) dans laquelle elle est rédigée : en règle générale, une source rédigée par un locuteur natif dans sa langue maternelle est plus fiable qu'une source rédigée par un locuteur non natif, encore que, sur le plan terminologique, l'on puisse atteindre dans une langue étrangère une bonne maîtrise des termes utilisés dans un domaine que l'on connaît bien (le texte français de l'exemple 2 illustre, de manière quelque peu extrême mais néanmoins réaliste, les problèmes de fiabilité que l'on risque de rencontrer quand le rédacteur est non-natif).

  2. La connaissance du domaine par l'auteur de la source : une source rédigée par un journaliste sera moins fiable (bien que souvent plus facile à lire parce que mieux rédigée et structurée) qu'une source rédigée par un spécialiste, et la source sera d'autant plus fiable qu'elle sera rédigée par un spécialiste du domaine précis concerné. Par exemple, pour un texte relevant des troubles du rythme cardiaque, il peut y avoir une différence de fiabilité significative entre des sources rédigées par des médecins généralistes, des cardiologues "généralistes" et des cardiologues rythmologues. Notons, en particulier, que dans beaucoup de domaines techniques à progression rapide, l'innovation terminologique a du mal à suivre, ce qui explique la prolifération de xénismes d'une part, et de polysémies d'autre part, contrairement à l'idée reçue selon laquelle la polysémie tend à disparaître dans les langages de spécialité.

  3. La similitude entre la source et le texte à traduire : étant donné les différences de sociolectes, tant sur le plan terminologique que sur le plan stylistique, dans les milieux spécialisés, les sources sont d'autant plus fiables qu'elles traitent exactement du même sujet et de la même manière que le texte à traduire. La différence est surtout importante lors de la phase de restitution dans la traduction.

  4. Le facteur temps : dans de nombreux domaines scientifiques et techniques, les connaissances évoluent très rapidement, et les informations deviennent obsolescentes tout aussi vite. Le phénomène est surtout dangereux dans les sources terminologiques directes ne comportant pas de contexte, car rien n'y indique l'obsolescence de certaines informations.

9. Règles opérationnelles dans la sélection des sources

22En règle générale, l'ampleur des problèmes de documentation baisse très fortement à mesure que le traducteur se familiarise avec son sujet. Cela est dû non seulement au fait que plus le traducteur connaît sa spécialité, moins il a besoin de sources documentaires, mais aussi à sa familiarité croissante avec les sources existantes, qui lui permet de choisir les sources adaptées, d'accéder plus rapidement aux informations recherchées, et de mieux mesurer la fiabilité de celles-ci. On notera à ce propos qu'au moment de leur arrivée sur le marché, les traducteurs débutants font souvent un gros effort pour s'outiller en achetant des dizaines de dictionnaires et glossaires en tous genres ainsi que des sources indirectes de différents types, et qu'ils acquièrent ainsi à grands frais une masse de documents en grande partie redondants ou peu fiables qui, une fois leur inutilité reconnue, viendront encombrer les rayons supérieurs d'une bibliothèque surchargée ou seront revendus à grande perte. Les professionnels aguerris, ainsi d'ailleurs que les traducteurs débutants entrant dans une spécialité précise avec laquelle ils sont déjà familiarisés, savent bien mieux orienter leurs investissements.

23Sur le plan stratégique, nous nous reportons ici surtout au cas des traducteurs indépendants "généralistes", c'est-à-dire ceux qui ne bénéficient ni d'une infrastructure d'encadrement qui leur fournit les outils documentaires, voire les informations précises qu'ils recherchent, ni d'une excellente connaissance de leur domaine de spécialité. Sur le plan tactique, les principes restent les mêmes dans tous les cas.

24Si l'on part du principe que la traduction doit aboutir à un texte publiable, la variable prioritaire est la fiabilité de la source. C'est pourquoi, dans le processus de "recherche documentaire", il est important de distinguer les sources de départ et les sources intermédiaires d'une part, et les sources d'arrivée en fin de processus d'autre part. Dans les sources de départ et les sources intermédiaires, on recherchera la complétude, c'est-à-dire la présence de l'information recherchée, ne serait-ce que sous une forme peu fiable. A partir de cette information, on cherchera à affiner éventuellement, puis à vérifier dans des sources d'arrivée. Les sources de départ peuvent être des textes en langue de départ ou d'arrivée ou en langue tierce, des traductions, des dictionnaires multilingues. Les sources d'arrivée seront de préférence des dictionnaires unilingues en langue d'arrivée et d'autres sources rédigées directement en langue d'arrivée par des spécialistes. La plus grande fiabilité sera en général atteinte dans les articles de revues spécialisées, qui sont les textes les plus récents et qui reflètent par définition la pratique sur le terrain plutôt qu'une vue normative et toujours un peu théorique.

25Les plus gros problèmes pratiques se posent en termes d'accessibilité externe et interne. Les situations sur le terrain sont très variables, mais deux règles générales méritent d'être énoncées :

  1. La spécialisation réduit les dimensions du problème, car elle permet d'orienter les efforts de documentation toujours dans la même direction et de réutiliser de manière répétée une grande partie des sources et des informations acquises. Elle permet aussi d'aller plus loin dans les investissements : un traducteur est plus enclin à acheter des ouvrages onéreux qui vont servir souvent que des documents susceptibles de ne servir que rarement et qui s'ajouteront à d'autres documents tout aussi onéreux relevant d'autres domaines.

  2. C'est auprès de l'auteur du texte ou de ses destinataires que l'on a le plus de chances de trouver des sources documentaires (en général indirectes) fiables. C'est pourquoi le contact direct entre le traducteur et le destinataire, déjà mentionné, est si important pour la qualité du travail. Ce contact permet aussi, le cas échéant, de se mettre d'accord avec le client sur des termes précis et sur la tactique à adopter face à des difficultés de traduction.

26En général, à mesure que le temps passe, l'utilité d'un outil documentaire commercial décroît, d'une part en raison des connaissances acquises progressivement par le traducteur, et d'autre part en raison de l'évolution du domaine en question, tant dans le fond que dans la terminologie. En particulier, le degré de complétude de chaque source, déjà faible au départ (il faut le plus souvent plusieurs sources différentes, voire plusieurs dizaines de sources, pour résoudre tous les problèmes survenant dans une traduction donnée), baisse rapidement, surtout dans des domaines à progression rapide tels que les technologies modernes ainsi que dans certaines disciplines scientifiques telles que les sciences cognitives et quelques spécialités de la médecine. Le rendement de ces sources commerciales étant faible, après un premier effort important d'acquisition d'un fonds documentaire, les traducteurs complètent leur documentation par des sources maison plutôt que par des achats réguliers. Il s'agit surtout de sources directes, fichiers terminologiques ou glossaires, de plus en plus souvent informatisés. De nouveaux achats interviennent toujours, surtout pour de grosses traductions dont les revenus attendus font paraître plus petite la dépense documentaire, mais à intervalles plus éloignés.

27Hormis l'achat de sources documentaires et la confection de sources maison, les bibliothèques sont, cela va sans dire, un lieu de documentation de prédilection. Les traducteurs recherchent plus particulièrement les bibliothèques spécialisées (degré de complétude plus élevé), et les bibliothèques où l'on peut accéder directement aux livres sans passer par un bibliothécaire, afin de pouvoir "rentabiliser" le temps en parcourant plusieurs dizaines d'ouvrages pour trouver l'information voulue, parfois en quelques dizaines de minutes seulement. Dans les bibliothèques, les ouvrages les plus utiles sont ceux qui comportent des tables des matières détaillées et des index, car leur accessibilité interne y est bien plus grande. Enfin, on trouve dans de nombreux ouvrages spécialisés des glossaires de quelques pages qu'il est maintenant de plus en plus souvent possible de photocopier dans les bibliothèques mêmes. Notons à ce propos que les sources terminologiques sont d'autant plus utiles qu'elles comportent des définitions, voire des illustrations, plutôt que des "équivalents linguistiques" seulement. Sur ce plan-là, les dictionnaires bilingues et multilingues japonais, bien que peu fiables sur le plan linguistique en ce qui concerné les langues étrangères, sont souvent fort utiles dans l'élucidation du sens des termes japonais, car ils comportent en majorité des définitions, des explications et des illustrations.

28Par ailleurs, les ordinateurs permettent de gagner énormément de temps par la simple fonction mécanique du tri alphabétique. Les traducteurs ne s'en rendent pas toujours compte : en feuilletant plusieurs ouvrages pour rechercher des informations notées par eux sous la forme de quelques dizaines de termes en langue de départ, ils peuvent réduire le temps de recherche de moitié ou davantage encore s'ils ont pris soin de classer ces termes par ordre alphabétique préalablement. Cette opération, qui prend quelques secondes sur ordinateur, leur permet d'avancer toujours dans le même sens de A à Z dans les dictionnaires et les index, et d'éviter le va-et-vient très consommateur de temps qu'implique inévitablement une liste non triée.

29Dans l'établissement d'un glossaire maison, dans le cas d'une information trouvée après des recherches ardues, il est bon de noter soigneusement la ou les sources pour pouvoir les retrouver ultérieurement. De même, quand les informations diffèrent selon les sources, notamment en matière terminologique, il convient de noter celles-ci pour pouvoir en évaluer ultérieurement la fiabilité, voire à titre préventif, pour pouvoir répondre à un client qui conteste le choix terminologique du traducteur.

30Il est souvent conseillé au traducteur de lire la totalité de son texte avant de commencer à le traduire. Cette stratégie n'est pas nécessairement la meilleure dans tous les cas, entre autres quand le texte est long, quand il est composé de segments rédigés par différents auteurs ou quand il traite de plusieurs sujets distincts. En revanche, la démarche peut devenir très utile au regard de la recherche documentaire pour résoudre des problèmes face auxquels les sources extérieures ne suffisent pas. A titre d'exemple, en japonais, l'innovation lexicale est très rapide, les auteurs prennent 1 des libertés individuelles dans l'usage de la langue et, comme il est dit plus haut, les documents japonais sont rares en Europe (voir Gile 1988). Dans ces conditions, une analyse minutieuse des textes eux-mêmes permet souvent de résoudre des problèmes : non seulement le contexte général fournit des indications, mais l'auteur peut utiliser deux termes différents, dont l'un est connu du traducteur, pour le même concept, et des graphiques et des illustrations comportent souvent, outre l'information thématique qu'ils soulignent, une légende en anglais. Il va sans dire que l'analyse du texte de départ fait intrinsèquement partie de la traduction quelles que soient les langues concernées, mais l'équilibre le plus "rentable" entre le temps et les efforts consacrés à cette analyse et ceux attribués à la recherche dans les sources extérieures peut être très différent selon les situations.

10. Les sources humaines

31Enfin, soulignons qu'un spécialiste du domaine, locuteur natif de la langue d'arrivée qui comprend la langue de départ, est potentiellement la plus complète, la plus fiable et la plus rapide des sources en termes d'accès interne. Le principal problème se situe dans l'accès externe, qui, dans ce cas précis, se conjugue en repérage des informateurs potentiels, en motivation, en rémunération, en : institutionnalisation de la relation de travail : même si le traducteur connaît un spécialiste ayant les connaissances linguistiques et thématiques requises, il ne peut en général le solliciter longuement et régulièrement, à moins que ce spécialiste soit lui-même le client ou le destinataire de la traduction ou qu'il y ait entre les deux des relations personnelles privilégiées. Une réponse possible à ce problème se situerait dans la formalisation d'une collaboration traducteur-informateur, le premier rémunérant le second en fonction du temps passé, de la quantité de texte parcourue ou de la quantité d'information donnée. Dans la collaboration établie entre nous-même et un médecin dans la traduction médicale, le système s'est avéré payant à tous points de vue pour les deux parties (Gile 1986).

32Le système pourrait aisément être élargi et institutionnalisé à travers un fichier d'adresses de spécialistes disponibles pour consultations selon un barême à déterminer.

Haut de page

Bibliographie

DELISLE, Jean. L'analyse du discours comme méthode de traduction, Ottawa : Editions de l'Université d'Ottawa, 1980.

FOLKART, Barbara. "A Thing-Bound Approach to the Practice and Teaching of Technical Translation", Meta 29/3 (1984) : 229-246.

GILE, Daniel. "La traduction médicale doit-elle être laissée aux seuls traducteurs médecins ? Quelques réflexions", Meta 31/1 (1986) : 26-30.

— "L'enseignement de la traduction japonais-français : une formation à l'analyse", Meta 33/1 (1988) : 13-21.

Basic Concepts and Models for Conference Interpretation Training, Monographie non publiée, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Un modèle séquentiel de la traduction
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/735/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Gile, « Les outils documentaires du traducteur », Palimpsestes, 8 | 1994, 73-89.

Référence électronique

Daniel Gile, « Les outils documentaires du traducteur », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/735 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.735

Haut de page

Auteur

Daniel Gile

INALCO et CEEI (ISIT)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals