Navigation – Plan du site

Le traducteur en panne d'instruments

Rémy Lambrechts
p. 91-102

Résumés

On gagnerait à regarder la traduction non plus comme objet fini, dans un schéma où langues et textes se répondent en une trompeuse symétrie, mais comme opération où un sujet se trouve aux prises avec un texte et sa propre langue. C'est alors celle-ci qui apparaît comme l'élément problématique, et c'est là que les instruments font le plus défaut : le dictionnaire bilingue n'est pas fait pour la traduction, et tant qu'ils ne se libèreront pas du support-livre, les dictionnaires analogiques resteront très imparfaits.

Haut de page

Texte intégral

1C'est une initiative heureuse qu'une réflexion consacrée à la traduction se penche sur celle-ci en invoquant le personnage du traducteur, et cela pour des raisons d'ordre théorique, ou plutôt métathéorique. En effet, qui dit traducteur, dit acteur, et « traduction » — ambiguïté commune à toute cette classe de mots — désigne aussi bien l'opération que son résultat. Il me semble que, jusqu'à présent, on a plutôt voulu considérer le résultat : ce n'est pas surprenant, le terrain des objets — textes achevés — est moins mouvant que celui des actes — production d'un texte —, mieux circonscrit, mieux balisé. Il se prête mieux à une approche que l'on voudrait rigoureuse. De plus, les études sur la traduction ont été le fait de linguistes ou de spécialistes de la littérature, qui l'ont, fort naturellement, abordée à partir de leur compétence — linguistique, analyse de texte — plutôt que de traducteurs, qui se laissent facilement effaroucher par les débats théoriques.

2Mais je crois que ce n'est pas la meilleure façon d'aborder la traduction littéraire — j'entends par là la traduction d'oeuvres de fiction (précision rendue nécessaire par des cas de synonymie entre littéraire et pour l'édition, par opposition à technique), en ayant en vue, comme « objet central moyen », la traduction initiale d'un roman contemporain —, ou, du moins, je crois que l'on gagnerait beaucoup à essayer de considérer l'acte, même si c'est plus complexe. Je commencerai par développer ce point de vue avant d'aborder la question des instruments.

3J'ouvre une brève parenthèse : on ne théorise pas en l'air, mais pour élaborer des réponses à des questions pratiques, externes. En l'occurrence, j'en vois deux — en omettant celles qui font intervenir la traduction comme moyen d'une autre fin : moyen d'interrogation linguistique, moyen d'étude critique d'un texte. L'une, aussi vieille que la traduction et fort épineuse, est celle de son esthétique, ou, pour dire les choses plus crûment, du jugement qualitatif — à laquelle je m'abstiendrai prudemment de toucher. L'autre, qui devient pressante au moment où l'on commence à former des traducteurs, est celle des « compétences » spécifiques du traducteur : que faut-il savoir faire (ce qui est un préalable nécessaire à : comment cela peut-il s'enseigner) ? C'est à celle-ci que se rattache la question des instruments du traducteur : que faut-il savoir faire et de quoi dispose-t-on pour s'aider à le faire ?

*
* *

4Toutes les approches de la traduction a posteriori s'inscrivent peu ou prou dans le même cadre d'analyse, qui présente à gauche une langue de départ et un texte original, à droite une langue d'arrivée et la traduction, et, trônant par-dessus le tout, le réel dans un rôle de lieu de passage d'une langue à l'autre et donc d'arbitre. Suivant le cas, ce que j'ai appelé rapidement « langue » peut avoir plus ou moins d'extension : cela peut englober une stylistique, une rhétorique, des éléments culturels, des traits de civilisation et même des codes non-verbaux (signification des gestes et mimiques, par exemple). Ce schéma est explicitement celui dans lequel se déroule l'analyse de Vinay et Darbelnet dans leur ouvrage fondateur Stylistique comparée du français et de l'anglais (Didier, 1958) : « L'équivalence des textes repose sur l'équivalence des situations », posent-ils pour principe dans leur préface.

5C'est donc un schéma symétrique et parfaitement statique — les seuls éléments dynamiques étant de pure forme : les mots « départ » et « arrivée » (ou, dans un langage plus moderne et technologique, « source » et « cible »), ainsi que le sens de lecture, de gauche à droite, signalent, sans plus, une polarité. C'est en même temps, et corrélativement, un schéma où tous les acteurs (auteur, traducteur, lecteur) sont absents, ce qui revient à supposer que les langues sont à la fois potentiellement et réellement bien définies (cf infra p. 93). Cette symétrie est encore abruptement affirmée par un autre père fondateur de la traductologie, Georges Mounin, qui dans les toutes premières pages des Problèmes théoriques de la traduction (Gallimard, 1963), dit tout de go : « Bilingue par définition, le traducteur... ».

6Dans ce cadre, on est naturellement amené à considérer les textes comme suites de bribes (la bribe étant à la fois le correspondant linguistique de l'« atome » de situation et l'unité commune au texte et à la langue — en syntagme dans l'un, en paradigme dans l'autre) et à s'interroger sur le degré d'équivalence de deux bribes, comme production dans l'une et l'autre langue, du point de vue de la dénotation et des connotations de divers ordres. On en arrive ainsi à une analyse qui met en relief essentiellement les écarts, qu'ils soient imputables à des « inconvénients » de la langue (et de la culture) de départ ou à des déficiences de la traduction.

7Or, d'une part, la langue, ou plutôt le texte de départ, puisque c'est de textes qu'il s'agit, est ce qu'il est — dès l'instant où il a été décidé de le traduire, il est plutôt vain, si ce n'est franchement pernicieux, de l'ordonner en fonction de sa plus ou moins grande résistance à l'opération ; d'autre part, on peut difficilement concilier la constatation expérimentale qu'il existe des traducteurs (et qu'ils prennent même parfois du plaisir à leur travail) avec une perception de ce travail comme somme de mutilations plus ou moins graves : il faut bien qu'il y ait autre chose.

8Ce qui me gêne tout particulièrement dans ce cadre d'analyse, c'est la présence — forte — du réel, indispensable dans son rôle de point de passage et d'arbitre, ainsi que l'idée que les langues (en un sens plus ou moins extensif) sont des objets bien définis, tant potentiellement, pour la communauté des locuteurs, que réellement, comme matériau de cette traduction que l'on est en train d'examiner (ce qui revient à poser que l'éventail des traductions possibles d'une bribe est fini et, idéalement au moins, immédiatement accessible à toute personne compétente, l'acte de traduction se réduisant alors à opérer un moins mauvais choix à la lumière de l'analyse de l'original). En fait, ces réalités descriptibles du monde et des langues me semblent n'exister que chaque fois que, au contraire de la littérature, il y a une finalité externe bien déterminée, c'est-à-dire, en somme, dans tout ce qui est du ressort de la traduction technique : notice d'utilisation d'un lave-vaisselle, par exemple, ou circulaire de la Commission européenne sur les quotas laitiers. Il y a donc une réalité tangible, déterminée par les organes de l'objet ou les tenants et aboutissants de la question laitière, et des langues circonscrites par un vocabulaire spécialisé et des normes de rédaction technique ou administrative. Là, on se trouve effectivement dans le royaume des « inconvénients » et des défauts, qui peuvent se mesurer par une expérience extra-linguistique : cette notice me permet-elle d'utiliser mon lave-vaisselle ? C'est particulièrement criant dans le cas de la circulaire européenne, puisque celle-ci est censée avoir très exactement la même portée en quelque langue qu'on la consulte. Mais on s'aperçoit que, dans ce cas, il n'y a plus de traduction au sens où on l'entend en traduction littéraire : il n'y a plus réellement un original et un texte second, c'est la contingence qui veut que ce lave-vaisselle soit italien ou que le commissaire à l'agriculture soit néerlandais, et la traduction se nie elle-même comme passage, comme trans-duction.

9Il n'y a donc plus de temps, et l'on peut remarquer aussi qu'il n'y a plus d'acteurs (linguistiquement parlant : auteur, traducteur, lecteur), puisque tous leurs attributs pertinents sont résumés dans la « langue » technique ou administrative : l'on retrouve la symétrie statique du modèle comparatiste. Observons, d'ailleurs, que l'exemple fondateur de Vinay et Darbelnet concernait des panneaux routiers, soit une matière fort peu littéraire.

10Or, en traduction littéraire (au sens relativement élevé du terme : il n'est pas question ici de la fabrication à la chaîne de romans populaires à la française à partir de romans populaires à l'américaine), lorsqu'il s'agit de « faire découvrir aux lecteurs français un auteur américain », comme disent les attachés de presse, le but de l'opération n'est pas de maquiller le fait que le texte que l'on a jugé utile de traduire se trouve malencontreusement avoir été écrit par un étranger. Il s'agit bien de permettre au lecteur français d'accéder à un ailleurs.

*
* *

11Si l'on se met à présent à la place du traducteur au travail, des quatre + un éléments du schéma précédent, il n'en reste, somme toute, plus que deux, et dissemblables : d'un côté, il y a ce que le traducteur voit en tant que lecteur, le texte, dont la langue n'est qu'un arrière-plan ; de l'autre, son horizon de scripteur, sa langue, dans laquelle le texte reste à écrire. Et un seul de ces éléments est bien défini : le texte — quelles que soient les résonances qu'il éveille et les abîmes de questions qu'il peut susciter —, à cette réserve près que l'idiosyncrasie du traducteur-lecteur introduit une marge de flou dans la réalité « efficiente » de ce texte. L'autre, la langue dite d'« arrivée » — mais pour le traducteur c'est « sa » langue tout court —, est un ensemble de virtualités plus qu'une réalité objective cernable.

12Quant à la réalité proprement dite, hormis toute celle qui est recensée dans les encyclopédies et autres ouvrages de référence — réalité matérielle des choses (il existe des automobiles, qui ont des roues, un volant, etc.) et réalité lexicale des choses (cela s'appelle une automobile, les roues, le volant, etc.) —, elle est intérieure au traducteur : c'est son expérience (réelle mais surtout livresque) arbitrée par sa conscience. C'est-à-dire que, excepté les points d'ancrage, qui sont d'ailleurs en grande majorité des artefacts, c'est-à-dire des objets verbalisés, baptisés dès leur prime existence, ce sont les représentations — de toute nature — que suscite la lecture qui sont à la base de la réécriture. Et ces représentations sont très largement nourries par la fiction (comment pourrait-il en être autrement si l'on songe au nombre de vies qu'il faudrait avoir vécues pour traduire une demi-douzaine d'auteurs différents ?) — ce qui n'est que justice, car, une fois de plus, s'il s'agit de littérature, on ne se trouve pas dans le domaine des descriptions exactes de réalités objectives, mais dans celui des effets et des représentations — c'est-à-dire de l'intersubjectivité.

13Je me demande même, d'ailleurs, si la fiction ne nourrit pas plus (et de plus en plus) la réalité qu'elle ne s'en inspire. Une preuve en est donnée par l'importance croissante de la publicité (moderne, pas la réclame), qui est de la fiction expressément fabriquée comme aliment de la réalité. Le « total look » Chevignon en est un bon exemple. Dans un autre registre, on peut se demander d'où l'on tire les codes culturels qui permettent de communiquer avec le monde à quinze ans : une part provient en dernier ressort de l'éducation, mais l'idée que l'on se fait de ce qu'est une bande de copains, par exemple, et de ce fait la « réalité » de sa bande de copains, me semblent plutôt provenir de la fiction (amendée par l'expérience). C'est un trop vaste débat pour que je m'y lance plus avant, et c'est un débat qui concerne la chose littéraire en général, mais sans doute plus instamment la traduction dans la mesure où l'exigence de fidélité qui la lie impose de se poser la question de sa réception.

14Revenons à la langue, sa langue. La question qui se pose au traducteur, c'est : dans quelle langue écrire ? Ou plutôt, pour lever une ambiguïté, dans quels idiomes (au pluriel : dès qu'il y a du dialogue, par exemple, il y a une pluralité d'idiomes à distinguer) — j'emploie « idiome » là où je devrais sans doute dire plutôt « idiolecte », mais je préfère utiliser un terme relativement neutre pour désigner ce qu'en d'autres temps on aurait peut-être appelé « voix » : une expression cohérente et reconnaissable, une actualisation de la langue.

15Répondre n'est pas simple. D'une part, la palette est large : on trouve, en dehors de ce qui est sans doute la tendance centrale de la littérature française — le beau style —, bon nombre d'écritures étranges chez des auteurs parfaitement honorables : Marcel Aymé, Bernanos, Giono, Queneau (dont les Exercices de style devraient figurer dans la bibliographie de base de l'apprenti traducteur), Pérec, par exemple — au point que, si l'on présentait Partage de midi de Claudel, académicien français, pour une pièce traduite du hongrois, tout le monde ou presque s'exclamerait que c'est é-pou-van-ta-ble-ment mal traduit et odieux à des oreilles françaises. Et il existe virtuellement, dans l'état actuel de la langue française, une infinité d'idiomes parfaitement recevables, donc légitimement utilisables pour une traduction.

16De plus, je ne crois pas qu'une œuvre étrangère traduite ait nécessairement vocation à s'agréger à la littérature française — elle peut, par contre, le faire après coup et à rebours, si elle produit une descendance propre dans cette littérature. Mais au moment où on la traduit, elle ne peut que porter les marques de son étrangeté. Je suis toujours étonné d'entendre dire qu'un texte sent la traduction, quand ce n'est pas pour dire que les contresens s'y repèrent sans qu'il y ait besoin de consulter l'original, mais pour dire qu'un auteur « indigène » n'aurait jamais écrit ces phrases. Donc, là encore, la liberté, l'effrayante liberté est a priori immense.

17D'autre part, je ne vois pas qu'on puisse fonder son écriture de traducteur sur autre chose que son idiome personnel, spontané : que l'on puisse utiliser (durablement : c'est la différence qu'il y a entre une version de dix lignes et une traduction de 500 feuillets) un idiome totalement synthétique et emprunté. Cela signifierait que l'on contrôle de façon consciente et organisée tous les paramètres de son expression et, là encore, il me semble que l'expérience commune prouve le contraire.

18Le travail qui est propre au traducteur, c'est de fabriquer dans sa langue (c'est- à-dire dans l'espace qui va de son idiolectie la plus personnelle à ce qui est le plus général, c'est-à-dire à ce qui est recevable par les lecteurs) les idiomes qui lui permettront de traduire le texte. C'est-à-dire de brasser tous les registres qui lui sont accessibles (ce qui lui vient spontanément, ce qu'il sait mimer, ce qu'il peut emprunter aux « voix » de sa littérature) et tous les désirs suscités par le texte et par l'expérience antérieure de traducteur de textes de cette langue (désirs de saisir telle mimique ou tel geste, d'avoir telle dynamique de l'expression, plus généralement de produire tels effets). C'est-à-dire, aussi, de trouver des solutions globales à un problème qui semble toujours local (la bribe).

19Qu'on ne s'y trompe pas : je ne suis pas en train d'affirmer la primauté de l'insertion dans la langue d'arrivée sur la fidélité au texte de départ autrement dit, de me ranger parmi les « ciblistes » dans cette antique querelle , bien au contraire. J'affirme que l'élément problématique pour le traducteur, c'est la langue d'arrivée — parce que, s'il importe de tourner son attention vers un élément particulier de la question, c'est bien vers celui qui est problématique. Et il n'y a aucune raison pour qu'il échappe à toute forme d'analyse et reste le très-saint mystère de la traduction.

20Et, pour en finir avec ces protestations, je ne songe pas un instant à nier l'importance considérable de la partie analytique du travail : il se trouve simplement qu'elle n'appartient pas spécifiquement à l'entreprise de traduction, qu'elle en est plutôt un préalable, et qu'à trop mettre l'accent dessus on risque de manquer l'essentiel.

*
* *

21Venons-en à présent aux instruments du traducteur. Le premier versant à considérer est celui de la lecture, de l'analyse. Ils sont nombreux, parfois même surabondants : dictionnaires généraux de langue, dictionnaires d'idiomatismes, de régionalismes, d'argot(s), de jargon(s), de citations, d'abord ; ouvrages de référence de toute nature (encyclopédies, cartes, ouvrages spécialisés, dictionnaires biographiques, de personnages de fiction, etc.) ensuite — sans compter, le cas échéant, la masse plus ou moins volumineuse des études critiques. Du côté de l'écriture, de la synthèse, par contre, on se trouve plutôt démuni. Il n'y a rien d'étonnant à cela : autant il est aisé de formuler une demande de supplément d'informations sur un terme ou un thème précis, autant la démarche inverse (trouver des éléments précis à partir de desiderata globaux) est difficile à formaliser et se prête mal à l'« instrumentation ».

22Pourtant, si l'on accorde quelque crédit aux thèses qui précèdent, l'un des plus grands dangers qui guettent le traducteur se trouve du côté de l'écriture : c'est l'ornière — non pas tant celle de l'idiolectie pure, qui est assez rare (sauf chez les traducteurs-poètes : l'exemple qui me vient à l'esprit est celui de Rilke qui traduisit Valéry, pour l'édition, en s'appuyant sur un système de rimes — treiben-bleiben, Zeit-weit, Baum-Raum, Schritt-Tritt, etc. — caricaturalement rilkéen et fort peu valérien), que celle d'une langue « littéraire » plus ou moins convenue qui viendrait habiter le traducteur le temps qu'il travaille — son avatar personnel de ce pâle et irréprochable spectre de langue qui hante les contrats d'édition sous la forme de l'exigence d'un « travail littéraire consciencieux et soigné ».

23Le traducteur a donc besoin de moyens extérieurs pour se désembourber sans cesse, ou, en tournant les choses de manière plus positive, pour ouvrir le champ des traductions possibles. Il n'y a rien de tel que de bonnes lectures pour alimenter cette vie de la langue, certes, mais, en pratique, on se trouve constamment confronté à des besoins particuliers dont les bonnes lectures antérieures n'ont pas toujours légué l'amorce d'une solution. Il faut donc recourir à des instruments. Il y en a deux, qui l'amorce d'une solution. Il faut donc recourir à des instruments. Il y en a deux, qui concernent presque exclusivement le lexique, et, indirectement seulement, la syntaxe : le dictionnaire bilingue et le dictionnaire analogique.

24Le dictionnaire bilingue (anglais → français, en l'occurrence), si souvent brocardé par les traducteurs, reste un compagnon indispensable. Mais c'est un objet assez bâtard parce qu'il s'efforce de servir, dans un espace nécessairement limité, trois utilisateurs aux besoins différents :

25— le lecteur français de textes anglais, pour qui il remplit la fonction que pourrait assurer un unilingue, avec l'avantage de donner les réponses dans une langue plus familière et selon un découpage des informations parfois adapté à ses cadres ;

26— le scripteur anglo-saxon, qui, pourvu qu'il ait des rudiments suffisants, doit pouvoir y trouver les éléments qui lui manquent pour composer un texte en français (d'où la présence d'indications grammaticales et d'usage globalement inutiles au francophone) ;

27— le traducteur qui, en dehors de l'usage qu'il en a comme lecteur, y cherche des mots, des expressions, des tournures qui ne lui seraient pas venues spontanément à l'esprit. Pour lui, le dictionnaire joue aussi un rôle de recadrage en donnant, terme à terme, un « sentiment commun » sur le passage d'une langue à l'autre, de la même façon que le dictionnaire unilingue français nous donne un sentiment commun (d'ailleurs légèrement variable selon celui qu'on consulte) sur la langue française.

28Il y a ainsi disjonction presque totale entre le lexique qui intéresse le lecteur et celui qui est source de difficultés pour le traducteur : le premier recherche un vocabulaire relativement rare, tandis que c'est généralement le noyau de la langue qui pose des problèmes de traduction. D'autre part, le scripteur anglo-saxon souhaiterait une solution simple et claire, même si elle manque de finesse, et n'a aucune envie de se voir proposer dix ou quinze possibilités entre lesquelles il n'a pas les moyens d'arbitrer, ce qui est exactement le contraire de ce que souhaite un traducteur.

29Un exemple tiré du Robert & Collins permettra d'illustrer ce propos :

30turn out 1 (vi) [(a)... (b)... (c)...]

(d) (transpire ; end) se révéler, s'avérer. it turned out that she had not seen her il s'est avéré qu'elle ne l'avait pas vue ; it turned out to be true cela s'est avéré juste ; it turned out to be wrong cela s'est révélé faux ; it turned out to be barder than we thought cela s'est avéré or révélé plus difficile que l'on ne pensait ; he turned out to be a good student il s'est révélé bon étudiant ; as it turned out, nobody came en l'occurrence or en fin de compte, personne n'est venu ; it all depends how things turn out tout dépend de la façon dont les choses vont se passer ; everything will turn out all right tout finira bien.

31L'abondance d'exemples témoigne d'une certaine gêne chez le lexicographe. Le lecteur n'en demande pas tant, un seul exemple standard suffirait amplement à lui confirmer le sens général de l'acception. Le scripteur anglo-saxon, lui, doit être bien embarrassé : le couple d'exemples avéré juste/révélé faux a de quoi le plonger dans des abîmes de perplexité. Quant au traducteur, il a toutes chances de sortir frustré de sa consultation : la moisson est un peu maigre — l'article (s')avérer du Petit Robert, par exemple, renvoie à apparaître, (se) montrer, paraître, (se) révéler, ce qui offre quelques autres pistes pour franchir la difficulté. On peut d'ailleurs remarquer que tout le mal vient de que s'avérer gèle en français la place de turn out to be en anglais sans l'occuper entièrement, parce qu'il garde son étymologie accrochée dans le dos. Mais on peut être certain qu'à terme il achèvera son évolution et qu'on ne sera pas plus choqué de dire qu'une chose s'avère inexacte que de dire qu'on arrive quelque part par voie de terre. L'article du dictionnaire sera alors trois fois moins long.

32En fait, un dictionnaire de traduction anglais-français serait un objet assez différent du bilingue tel que nous le connaissons, car son économie serait inverse : au lieu de chercher à procurer le minimum de variantes de traduction permettant de couvrir un maximum d'entrées et de sous-entrées, il s'efforcerait de suggérer un maximum de variantes pour un nombre d'entrées réduit au mimimum. C'est-à-dire qu'en s'abstenant de confirmer les entrées et les exemples triviaux (progesterone progestérone ; social policy politique sociale), il pourrait s'étendre plus que ne le fait un bilingue général sur les cas épineux tels que turn out (to be), dismiss as, purpose (purposeful, purposeless) ou l'effroyable pattern en proposant une palette de solutions beaucoup plus large ; offrir un réel traitement des mots outils (now, yet, indeed, so that, etc.) qui ne posent guère de problèmes de compréhension, mais sont ceux qui présentent la plus grande variété de traductions et la plus grande ductilité stylistique (c'est par eux, aussi, qu'on touche à la syntaxe) ; et aborder des problèmes lexico-grammaticaux tels que, en ce qui nous concerne, la forme progressive. Il ne s'agit certainement pas de tout prévoir, de fabriquer un impossible prêt-à-porter pour la traduction, mais d'ouvrir autant que faire se peut un champ des possibles que tout concourt à fermer : le confort de l'habitude du traducteur, la norme linguistique prise dans son sens le plus étroit et le dictionnaire bilingue lui-même.

33Le seul véritable instrument d'aide à l'écriture, c'est le dictionnaire analogique, dit aussi joliment « des idées suggérées par les mots » — ce qui est assez paradoxal, car il me semble que dans l'usage le plus courant, c'est plutôt des. mots que l'on va y retrouver à partir d'idées (par exemple « oukase », à partir de l'idée générale de législation, dont on trouvera le vocabulaire regroupé sous le mot-tête « loi »), le contraire étant une démarche intellectuelle un peu surprenante. C'est le seul outil de globalisation, le seul qui présente à l'utilisateur un champ sémantique et lui permette d'échapper à la tyrannie du local (la bribe, le mot, l'entrée de dictionnaire).

34Malheureusement, c'est là un type d'ouvrage qui souffre excessivement des contraintes de présentation de son support actuel : le livre. En effet, par nature, l'analogie se développe suivant une multitude d'axes qui ne se laissent pas facilement ordonner en une séquence linéaire : synonymique (du générique au particulier et inversement, changements de registre, antonyme), métonymique ou synecdochique (du tout à la partie, de l'acteur à l'instrument, de la cause à l'effet, du processus au résultat, etc. et inversement), métaphorique, syntagmatique (du verbe au sujet ou complément type, du nom au verbe ou adjectif type). D'autre part, l'économie de l'ouvrage oblige à segmenter, plus ou moins arbitrairement, le champ lexical en sous-ensembles regroupés sous des mots-têtes (dont le choix n'est pas le moindre des problèmes), ce qui ferme la recherche, ou à limiter très étroitement la portée de l'analogie dans le cas d'ouvrages qui ne sont analogiques qu'accessoirement comme les Robert. Enfin, ces difficultés de mise en œuvre se traduisent naturellement par une certaine pauvreté de contenu dès que l'on quitte le domaine, plus facile à maîtriser, des objets concrets pour celui des abstractions, c'est-à-dire celui où le dictionnaire analogique ne peut en aucun cas être suppléé par un outil encyclopédique (on aimerait, par exemple, pouvoir retrouver un mot tel qu'embellie à partir de l'idée d'amélioration, sans être de prime abord tenté par un vocabulaire climatologique) : il n'y a, en l'état actuel des choses, aucune utilité à accumuler de l'information si elle n'est pas réellement accessible.

35Il y a lieu d'espérer, cependant, qu'après une première étape dans l'utilisation d'un support informatique, où l'on s'est borné à utiliser ses formidables capacités de stockage, on en viendra à exploiter les nouvelles possibilités qu'offre cet outil, qui sont justement de s'affranchir de la contrainte de linéarité. Une structuration du dictionnaire analogique en base de données permettrait d'effectuer une recherche qui suive effectivement les voies propres de l'analogie sans se heurter aux partis pris du compilateur. A titre d'exemple (très élémentaire), au mot « tente », on pourra appliquer les fonctions suivantes :

>> → toile, tapis de sol, piquet, sardine, etc.
<< → camping, campement, camp, village de toile, etc.
≈ → canadienne, tipi, wigwam, yourte, etc.
ARGOT → guitoune, etc.
AGENT → campeur, scout, indien, nomade, etc.
VERBE → monter/démonter une tente, planter la tente, camper, etc.
EXPRESSION → se retirer sous sa tente, etc. et, en introduisant un
deuxième clé de recherche :
+ « judaïsme » → tabernacle.

36Si l'entrée est un nom d'objet, ce qui est le cas de cet exemple, la première rubrique (>>) est susceptible de recevoir un traitement graphique à la manière des pictorial dictionaries (seule occurrence où le dictionnaire s'affranchisse d'une stricte linéarité), qui a l'insigne avantage d'en apprendre beaucoup plus qu'une simple énumération.

37Pour peu que la machine ait un temps de réponse suffisamment bref et que réitérer plusieurs fois l'opération ne soit donc pas trop fastidieux, on devrait pouvoir ainsi instrumentaliser adéquatement les cheminements parfois extrêmement tortueux qui permettent de retrouver (ou de forger, parfois) un terme ou une expression.

38Accessoirement, on peut envisager de greffer sur un tel support un lexique des racines grecques et latines entrant dans la formation des mots savants, un dictionnaire de proverbes, un dictionnaire de citations et autres ouvrages plus périphériques.

39L'instrument du futur devrait regrouper sur un même support, et en interconnection, l'ensemble des ouvrages de consultation fréquente qui sont actuellement séparés ; soit, par exemple, un unilingue anglais, deux bilingues, l'un concis et l'autre plus développé, avec une fonction « loupe » pour passer d'un article ou d'une subdivision d'article schématique à une version plus détaillée (afin de ne plus devoir choisir entre rapidité et précision), deux dictionnaires de langue française, avec le même effet de loupe, un dictionnaire d'usage, un dictionnaire analogique, l'ensemble permettant à l'utilisateur d'effectuer une recherche très complète que la longueur des manipulations nécessaires aujourd'hui le dissuade souvent d'entreprendre lorsqu'il pense pouvoir s'en passer.

*

* *

40Peut-être était-il risqué d'asséner autant d'affirmations, dont certaines quelque peu provocantes, sans les avoir soigneusement contrôlées et étayées par un nombre suffisant d'exemples et de citations. Mais, hormis le fait que cela aurait triplé à tout le moins la longueur de ce propos, celui-ci doit s'entendre comme programmatique plus que comme une contribution achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Lambrechts, « Le traducteur en panne d'instruments », Palimpsestes, 8 | 1994, 91-102.

Référence électronique

Rémy Lambrechts, « Le traducteur en panne d'instruments », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/737 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.737

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals