Navigation – Plan du site

La linguistique, instrument du traducteur : les problemes aspecto-temporels en anglais et en français

Henri Adamczewski
p. 103-114

Résumés

Le but de cette communication est de montrer l'inadéquation de la grammaire descriptive traditionnelle pour expliquer le fonctionnement des temps et de l'aspect, tant en anglais qu'en français. Des concepts nouveaux et des analyses grammaticales originales sont proposées, en particulier dans le domaine de la soi-disant "forme progressive" et de l'opérateur do en anglais et de l'opposition passé simple/imparfait en français. L'objectif est de découvrir la valeur invariante des éléments de la métalangue naturelle et de construire une grammaire explicative capable d'éclairer le processus de mise en discours et, pourquoi pas ? l'activité traduisante.

Haut de page

Texte intégral

1On commencera par un paquet de remarques préliminaires indispensables à l'intelligence de l'analyse :

  1. Le titre annoncé couvre un champ immense. On se contentera donc de poser un certain nombre de problèmes concrets et on esquissera des réponses. On renverra à la bibliographie pour un exposé plus complet.

  2. Pratiquement tous les termes du libellé du titre font problème. En premier lieu, de quelle linguistique s'agit-il ? On dira pour aller vite que la linguistique à laquelle nous travaillons est centrée sur la problématique de la production des énoncés et de leur compréhension (encodage/décodage). Dans cette optique, la grammaire d'une langue devra rendre compte des opérations de mise en discours qui aboutissent à l'énoncé final.

  3. Lorsqu'on parle du traducteur, on pense en premier lieu au pédagogue de la traduction qui, outre une traduction convenable du texte de départ, doit fournir de façon explicite les raisons de ses choix. On voit tout de suite l'importance d'une grammaire d'opérations réussie pour l'enseignant en question (ce qui ne veut pas dire que le traducteur professionnel n'ait pas besoin ou envie de comprendre ce qu'il fait).

  4. Temps et aspect figurent sans aucun doute parmi les notions les plus floues de la grammaire descriptive traditionnelle et elles sont d'autant plus dangereuses qu'on les utilise sans vergogne comme instruments de comparaison des langues. Toute traduction met en œuvre, consciemment ou non, une confrontation des deux langues en présence. Mais pour comparer valablement deux langues, il faut des outils d'analyse, outils qui font généralement défaut. Mieux, on peut dire que dans la majorité des cas, on n'en sent même pas la nécessité ! On s'appuie sur des grammaires descriptives qui sont en fait des grammaires pléonastiques, des grammaires spéculaires puisque l'assignation du sens s'y fait directement, du phénomène grammatical (mal circonscrit) à la signification : par exemple, on y avance que la "forme progressive" signifie que "l'action a une certaine durée, qu'elle est inachevée". Parfois, on y fait appel sans crier gare au verbe correspondre : on dira que be + ing correspond au français être en train de, sans se rendre compte que dans ce cas on ne dispose ni d'une analyse de be + ing, ni du principe de fonctionnement de en train de ! Cette grammaire de "bouts de ficelle" est, hélas ! celle qui a toujours cours, y compris à l'Université dont on se plaît ici et là à souligner la vocation à la recherche théorique...

2Je commencerai par un état des lieux général avant d'aborder l'état de mon sujet dans la rubrique actuelle.

  • 1 Les termes sont d'André Chervel dans sa brillante Histoire de la grammaire scolaire, Payot, 1977.

3Dans le secondaire, nos futurs étudiants ont toujours droit à une conception de la grammaire qui n'est, au fond, que la suite logique de celle qui prévaut toujours à l'école primaire. C'est avec ce bagage fait de bric et de broc1 que les anglicistes en herbe abordent les études supérieures. Là, deux cas de figure sont possibles : ou bien la grammaire anglaise du supérieur reprend purement et simplement les "règles" de la grammaire traditionnelle, ou bien l'étudiant se retrouve en situation schizophrénique puisque les éclairages nouveaux proposés par les grammairiens de service sont généralement superbement "ignorés" par les responsables de la traduction (situation intéressante, car les étudiants ne sont pas dupes !). Par ailleurs, il est patent que pour ces étudiants la grammaire du français n'a jamais fait l'objet ne serait-ce que d'un début de réflexion théorique. On va donc engager des jeunes gens dans l'épreuve de la traduction complètement désarmés, avec pour toute connaissance du fonctionnement de la grammaire française des éléments disparates du type "les seize temps", "les quatre modes", l'accord du participe passé avec avoir, etc.

  • 2 Il y a eu des articles rageurs dans Les langues modernes !

4Au contact de l'anglais, des problèmes ne manqueront pas de surgir : comment, en effet, ne pas s'interroger sur le rapport 16/2 : les seize temps du français face aux... deux temps de l'anglais ? Une redéfinition de la notion "temps" s'avère vite nécessaire et se trouve d'ailleurs facilitée par l'existence en anglais de deux termes : time et tense, face à notre unique temps qu'il faudra dorénavant accompagner des adjectifs chronologique ou grammatical. Cependant, cette paire salutaire ne peut à elle seule résoudre les redoutables problèmes de terminologie qui se posent pour des grammaires descriptives fondées essentiellement sur l'observation et l'étiquetage sémantique des formes. Que l'on songe, par exemple, à la tempête qu'avait soulevée dans les rangs des professeurs d'anglais, lors du couronnement de la reine Elizabeth II, cet énoncé du commentateur de la télévision britannique2 : "And now the Queen walks to the throne..." Mais combien de manuels de grammaire anglaise (y compris celles des autochtones) viennent à bout d'un énoncé tout simple comme le suivant (légende de photo) : "Mr. Mitterrand leaves 10 Downing after his talks with the Prime Minister". Cet énoncé, on en conviendra aisément, apporte un démenti cinglant aux grammairiens qui attribuent au "présent simple" la valeur centrale que l'on sait : action habituelle !

5Parmi les problèmes incontournables dans le domaine aspecto-temporel de l'anglais, je citerai encore celui du futur (dont la disparition n'a pas fini de désorienter certains), celui du present perfect, véritable loup-garou pour des candidats à l'anglais qui sont restés prisonniers des pseudo-temps composés en français et, last but not least, l'inévitable "forme progressive" dont l'agonie est loin... d'être achevée !

  • 3 J. Martin, The English verb. Form and Meaning. The University of Wisconsin Press, 1964 (un importan (...)

6Il n'y a pas de temps morpho-grammatical futur en anglais : en 1958 déjà, Martin Joos manifestait son irritation face aux conservateurs : "It is about time we stopped speaking of a future tense in English"3. L'angliciste français — contrastiviste conscient ou non — se voit offrir ici un accès facile à toute la problématique de la modalisation, et du même coup aux écrits d'Emile Benveniste ("l'homme dans la langue").

  • 4 G. Leech, Meaning and the English Verb, Longman, 1970.

7Malheureusement, le present perfect (des grammairiens anglais, certes, mais aussi de leurs confrères français qui n'ont pas osé traduire ce mot composé !) n'a pas réussi là où shall et will ont permis la percée épistémologique dont il vient d'être question. Car si l'anglais a deux temps grammaticaux (two tenses), qu'advient-il du present perfect ? Le lapsus symptomatique d'un Geoffrey Leech qui, à quelques lignes d'intervalle, parle de perfective aspect et de present perfect tense4 montre, s'il le fallait, combien il est difficile de se débarrasser des vieilles étiquettes ! Et la chose sera plus difficile encore pour nos étudiants (et leurs maîtres !) nourris qu'ils ont été de passé composé, de plus-que-parfait, etc., comme autant de temps composés de l'indicatif ! Pourtant, le simple bon sens aurait dû prévaloir depuis longtemps (Benveniste et Guillaume s'y étaient employés en leur temps) : l'intervention des opérateurs avoir/être en français et have en anglais manifeste un changement de perspective qui ressortit à l'aspect parfait, c'est-à-dire à une espèce de recyclage d'une relation versée au passé chronologique au bénéfice du sujet grammatical, recyclage effectué par le sujet parlant, soit au présent de parole (et on a le présent de parfait), soit en décalage par rapport au moment d'énonciation et on aura le passé de parfait (plus-que-parfait). Les deux langues ont un comportement sensiblement identique (les opérations mises en œuvre sont strictement les mêmes) malgré 1) le fait que l'anglais utilise systématiquement have, comme l'espagnol, alors que le français, l'allemand et même l'italien ont recours à avoir et être, 2) la désaffection des Français pour le passé dit simple (c'est-à-dire, en fait, le prétérit français), phénomène que l'on évoque souvent mais que l'on se garde bien de chercher à expliquer.

  • 5 Et pourtant les choses bougent : voir l'excellente monographie publiée par le CRDP de Nancy : Prati (...)

8Avec la forme progressive, on entre en plein dans le mythe grammatical. Cette malencontreuse collocation qui, si l'on y réfléchit bien, est vide de sens, est le type même de l'artefact, du leurre grammatical. Certes sont rares, désormais, les manuels de grammaire anglaise qui "osent" parler de présent progressif, de futur ou de present perfect progressifs (et j'en passe !) comme autant de temps face aux présent, futur ou present perfect... simples. Depuis quelque temps, on a même introduit la notion d'aspect, un aspect emprunté cette fois aux langues slaves où les verbes se présentent dès le dictionnaire soit à l'aspect dit perfectif, soit à l'aspect dit imperfectif. On parle donc aujourd'hui en grammaire anglaise de présent ou de prétérit en précisant s'il s'agit de perfectif ou d'imperfectif. Cette innovation terminologique — qui est la bienvenue — n'a malheureusement pas touché au mythe que j'évoquais plus haut : qu'il s'agisse de temps progressifs ou d'aspect progressif qualifiant un temps, la valeur sémantique attribuée est toujours la même, à savoir, pour l'aspect imperfectif signalé par be + ing : le caractère non-achevé, duratif ou itératif de "l'action". Ni les contre-exemples, ni les cohortes d'exceptions, ni la mise en évidence de la confusion langue/monde extralinguistique dans l'emploi du mot action, ni surtout les thèses ou les traités de grammaire théorique du dernier quart de siècle n'ont réussi à ébranler ce pseudo-concept grammatical responsable à lui seul des blocages les plus pernicieux dans l'apprentissage de l'anglais5 ! Que dis-je ? loin de vouloir mourir, ce label se trouve être appliqué au ... chinois ou à telle autre langue lointaine, sans parler des explications "stylistiques" où la durativité de be + ing est érigée au rang de procédé littéraire ! (il est vrai qu'on nous avait déjà "fait le coup" avec l'imparfait français !).

9Il est temps d'esquisser à grands traits les bouleversements que la grammaire métaopérationnelle a provoqués dans notre compréhension des phénomènes aspecto-temporels. Il n'est bien sûr pas question de reprendre le problème ab ovo. Mais on espère que le peu qui sera dit donnera envie d'y aller voir de plus près.

10L'approche métaopérationnelle des phénomènes grammaticaux peut être sommairement définie comme suit : contrairement à la grammaire descriptive qui s'est laissée absorber par l'énoncé linéaire de surface, c'est-à-dire par le produit final de l'activité langagière, la grammaire métaopérationnelle s'attache à définir les étapes qui ont conduit à l'énoncé final. Pour ce faire elle s'appuie sur la métalangue naturelle, c'est-à-dire sur les indices (marqueurs) qui sont la trace en surface des opérations successives de mise en discours (du travail de l'énonciateur). Au lieu de se contenter de dresser la liste des constructions faisant intervenir l'opérateur do en anglais, on se préoccupera du rôle invariant de morphème, de l'opération dont il est la trace dans ses multiples manifestations. Au terme d'un long cheminement (d'une longue traque !) au cours duquel on aura comparé do à ses traductions dans différentes langues, on saisira finalement la raison d'être profonde de cet opérateur très remarquable : nœud de prédication explicite qui affleure à l'énoncé de surface pour devenir le pivot d'opérations fondamentales telles que l'emphase, la négation, l'interrogation, etc. On trouvera dans la bibliographie les références indispensables pour reconstruire les étapes et les démonstrations (car il s'agit bien de démonstrations preuves à l'appui, et non pas d'un quelconque bavardage savant).

11La recherche qui vient d'être esquissée a été, en ce qui me concerne, contemporaine de ma thèse d'Etat sur be + ing (1973-76). Je suis alors arrivé à la conclusion que le marqueur -ing saturait le groupe verbal alors que do, lui, saturait le lien prédicationnel. Or, on ne peut comprendre le fonctionnement de be + ing si l'on n'a pas déchiffré le rôle de l'opérateur -ing seul ! Et ce sont les couples verbaux V1/V2 qui livrent le secret de -ing : si l'on a vu pourquoi stop, give up ou avoid sont obligatoirement suivis de V2 - ing alors que want, expect ou intend demandent to + V2, alors on tient la clé de be + ing. En effet, on a V2 - ing lorsque V1 est verbe présupposant — auquel cas V2 est lui-même présupposé, envisagé hors paradigme, post-choix paradigmatique si l'on préfère : je parle dans ces cas-là de saisie thématique. Rien de tel dans le cas des verbes non-présupposants où le choix de V2 est ouvert, car non bloqué au préalable par le sémantisme de V1, ce qui, entre parenthèses, en dit long sur l'imbrication de la syntaxe et de la sémantique. Les constructions en be + ing correspondent au même cas de figure que les verbes présupposants : ici, c'est le contexte et la situation qui jouent ce rôle. On comprendra donc facilement qu'ici comme dans le cas de V1/V2-ing, V2-ing soit saisi thématiquement. En fait, c'est de GV-ing qu'il faudrait parler, car il est essentiel de bien voir la portée de -ing pour comprendre le fossé qui sépare les énoncés sans be + ing des énoncés avec be + ing : -ing porte sur le groupe verbal tout entier et non pas sur le seul verbe comme l'ont cru pendant des décennies les promoteurs de la "forme progressive" ! Mais il y a plus : l'orientation d'un énoncé en be + ing n'est plus celle des énoncés dépourvus de ce marqueur : ici, c'est le sujet grammatical qui est visé, véritable marionnette aux mains de l'énonciateur architecte de l'énoncé. La conséquence principale de l'orientation gauche, corollaire de ce qui a été dit plus haut à propos du statut du sujet grammatical, est que la transitivité ne joue plus, ce qui ne devrait pas surprendre puisqu'il n'y a plus d'agent à gauche mais un simple objet-de-discours.

12Dans mes écrits je parle d'énoncés rhématiques et d'énoncés thématiques et j'avance le concept de phases, ce qui me permet de me débarrasser définitivement des "temps simples" et des "temps progressifs". Je parle, quant à moi, de présent de phase 1 et de présent de phase 2 — même chose pour le prétérit et pour les formes présent et passé du parfait. Par contre, comme on l'a vu plus haut, j'ai gardé le concept d'aspect pour les constructions du parfait : il m'a semblé qu'au moins pédagogiquement parlant, le recours à deux métatermes différents, phase et aspect, permettrait de mieux comprendre ce qui est en cause ici. Que l'on se souvienne du chaos terminologique engendré par la seul proximité de perfect et perfective en anglais !

13Les retombées de ce regard nouveau sur l'énoncé anglais sont fort nombreuses : on laisse le lecteur juge. Voici quelques démonstrations :

1 a) I leave tomorrow.
b) I am leaving tomorrow.

14Que n'a-t-on avancé pour rendre compte de cette paire infernale ! A chaque fois l'extralinguistique avait, hélas ! le dernier mot. Or, si l'on applique le principe que -ing porte sur le groupe verbal GV tout entier, c'est-à-dire sur leave tomorrow, tout devient clair : le statut de tomorrow n'est pas le même dans la et 1b (saisie rhématique dans le premier cas et saisie thématique dans le second) ! Du même coup l'orientation de ces deux énoncés est totalement différente : orientation droite dans la et orientation gauche dans 1b. Tout le reste est beside the point. Des preuves ? En voici : alors que * I left tomorrow est agrammatical, l'énoncé : I was leaving tomorrow (but now I won't) est, lui, parfaitement bien formé, car tomorrow ne porte pas sur was, il est encapsulé dans le prédicat en -ing : leaving tomorrow et dans ce cas tomorrow est hors-paradigme, ce qui n'était absolument pas le cas dans 1 a) où tomorrow était le résultat d'un choix ouvert. A l'appui de cette démonstration, je citerai un bel énoncé de David Lodge : "You knew I was leaving tomorrow".

2 a) He resembles his mother.
b) He is resembling his mother more and more.

  • 6 Même l'excellent Joos, qui avait relevé l'absurdité de l'étiquette "forme progressive", s'est laiss (...)

15C'est à dessein que j'ai choisi des énoncés mettant en œuvre le verbe resemble que l'on trouve toujours dans la liste des verbes rebelles à la "forme progressive". Cette paire d'énoncés est en fait une application de ce qui a été avancé à propos de la paire précédente : l'énoncé 2a est orienté à droite, d'où l'importance de his mother, préféré à his father par exemple. Dans 2b il ne s'agit plus du verbe resemble mais du verbe complexe resemble his mother thématisé par l'opérateur -ing (qui est aussi l'opérateur de nominalisation, ne l'oublions pas). On voudra bien admettre que le quantifieur more and more ne puisse porter que sur une relation déjà établie : "he/resembles his mother" et j'espère qu'on ne me tiendra pas rigueur de rappeler l'« analyse » traditionnelle, qui attribuait la forme progressive is resembling au fait que more and more apportait le sens de "devenir progressivement"6.

3 a) Somebody has eaten my porridge.
b) Somebody has been eating my porridge !

  • 7 Cf. La grammaire systématique de l'anglais d'André Joly et Dairine O'Kelly, Nathan 1990.

16La tradition grammaticale franco-britannique nous a, ici aussi, nourris d'action achevée/inachevée, d'accompli/inaccompli. Occupons-nous de 3b qui a fait et fait toujours7 couler beaucoup d'encre. On nous dit que la raison d'être de be + ing est à chercher dans le fait que, contrairement à ce qui s'est passé pour 3a, tout n'a pas été mangé, qu'il reste du porridge dans l'écuelle des three bears : d'où incomplétude, inachèvement de l'action, etc. Je dirai que l'on peut voir ici à l'oeil nu la manifestation de ce que j'ai appelé plus haut un leurre grammatical ! Il se trouve en effet que 3b a pu être énoncé non pas parce qu'il restait du porridge, mais parce qu'il en manquait ! C'est ce qui manque qui a suscité la question dans le texte original de Goldilocks and the Three Bears : Who has been eating my porridge ? Les énoncés complexes mettant en œuvre simultanément have + en et be + ing ont très souvent pour origine un repérage du sujet énonçant, qui est à même de dire ce qu'il dit parce qu'il peut en avancer des preuves (cf. You have been eating chocolate, you have been drinking whisky again...). Comme dans tous les autres cas possibles, -ing signale ici le statut thématique du GV.

  • 8 Edition légèrement remaniée, à paraître chez Nathan 1994, collection 128.

17Avant de conclure, j'aimerais évoquer un problème qui ne manquera pas d'intéresser au plus haut point les spécialistes de la traduction : il s'agit, en effet, du fait que, dans la traduction de l'anglais vers le français, l'imparfait français n'a pas forcément pour origine, dans le texte de départ, une forme verbale en be + ing (je mets bien sûr de côté les cas où l'imparfait provient d'un énoncé en would ou used, problème lui aussi intéressant mais que je ne puis traiter hic et nunc). Ce vieux problème, signalé par André Tellier ou R.A. Close il y a vingt-cinq ans, a récemment fait l'objet d'un ouvrage d'Anne Trévise intitulé : Le prétérit, ce passé pas si simple8. La thèse de notre collègue est que si tous les énoncés au prétérit en be + ing sont traduits par l'imparfait, il est loin d'être vrai que tous les imparfaits renvoient à des énoncés anglais en be + ing. En d'autre termes, c'est souvent le prétérit de phase 1 (dit simple) qui va être traduit par notre imparfait, ce qui est, il faut bien l'admettre, assez perturbant pour tout le monde. Nous rencontrons tous quotidiennement ce phénomène, en particulier au début d'un récit. En voici un quotidiennement ce phénomène, en particulier au début d'un récit. En voici un exemple, qui représente les toutes premières lignes d'une nouvelle de Somerset Maugham, "The Letter" :

Outside on the quay the sun beat fiercely. A stream of motors, lorries and buses, private cars and hirelings, sped up and down the crowded thoroughfares and every chauffeur blew his horn ; rickshaws threaded their nimble path...

  • 9 D. Cohen, L'aspect verbal, PUF, 1989 : des points de vue très traditionnels sur l'aspect dans les l (...)

18Empêtrée dans sa dichotomie accompli/non-accompli, Anne Trevise ne parvient pas à fournir une explication convaincante de cet emploi du prétérit "simple" (pour nous, de phase 1), et cela malgré la pertinence des énoncés qu'elle se donne. Le premier vers des "Daffodils" : "I wandered lonely as a cloud..." ne reçoit pas non plus d'analyse adéquate (D. Cohen s'y était attaqué sans succès lui aussi, il n'y a pas si longtemps, dans son ouvrage L'aspect verbal9). Notre théorie des phases rend compte sans problème de ces emplois, où joue à plein l'opposition rhématique/thématique, la saisie rhématique signalant le non-filtrage de la relation par l'énonciateur et, par conséquent, la possibilité d'un agent.

19Mais Anne Trevise est fascinée avant tout par l'existence d'oppositions comme celle qu'illustre la paire minimale suivante :

1) I entered the room. She wore a white dress.
2) I entered the room. She was wearing a white dress.

20L'auteur de Ce passé pas si simple dit à juste titre que les énoncés de droite seront tous deux traduits par l'imparfait français mais, ici pas plus qu'ailleurs, la théorie aspectuelle qu'elle utilise ne lui permet d'avancer une analyse réussie. Dire, en effet, que (p. 55) :

en anglais, on peut, avec un prétérit simple (...), référer à un événement extralinguistique non-terminé au moment-repère considéré, en dehors de l'opposition linguistique non-accompli/accompli. On ne précise pas alors que wear a dress indique une activité de déroulement. On ne fait que le constater,

21est tout simplement dramatique ! On voit ici qu'en matière de grammaire, repérer un problème ne signifie absolument pas que l'on dispose des instruments d'analyse capables d'en venir à bout : toute l'histoire de la discipline est là pour en témoigner. Toujours est-il qu'ici comme ailleurs, le contexte et/ou l'intention de communication décident du choix de la phase et, par conséquence, de l'orientation de l'énoncé. Que le fait de mettre l'accent sur le sujet grammatical objet de discours est décisif est illustré par des énoncés du type :

— She was wearing spectacles with heavy black frames which made her look formidably efficient. (D Lodge)
— Is this man entitled to speak ? He is not wearing an identification badge. (D. Lodge)
— How are you to identify Mr Montgomery ? He will be wearing a white mackintosh and a black hat.
(J.H. Chase)

  • 10 Le problème de la structure ternaire SVO ainsi que celui de la relation binaire sujet/prédicat font (...)

22De quoi s'agit-il, au fond ? De la faculté dont dispose l'anglais, grâce à l'opérateur de phase be + ing, de mettre l'accent soit à gauche, sur le sujet grammatical, soit à droite sur le complément dit d'objet, donc également sur l'agent dans le cas d'une relation ternaire SVO10. Le français possède le même principe puisqu'il présente une opposition de phase explicite dans la sphère du passé :

— Orientation droite : Jean lut le journal (but sa bière et sortit précipitamment).
— Orientation gauche : Jean lisait le journal lorsque je suis entré dans la pièce.

23Mais au présent la structure française est ambiguë puisqu'un énoncé tel que :

— Jean lit le journal

24doit être analysé de deux façons : façon passé simple et façon imparfait :

— Jean - lit - le journal (relation ternaire)

25ou

— Jean - lit le journal (relation binaire)

26Résumons-nous : le français ne joue pas aussi pleinement que l'anglais de la latitude liée à l'orientation de la chaîne linéaire, à quoi il faut ajouter tout de suite que le spectre de l'imparfait est beaucoup plus large que celui du prétérit de phase 2 (en be + ing). Des énoncés français comme les suivants :

Tous les dimanches il allait au cinéma.

27ou

Le 26 juillet 1908, Blériot franchissait la Manche en avion,

28en témoignent de façon éloquente.

  • 11 Voir l'ouvrage collectif : Points de vue sur l'imparfait, Université de Caen, 1986.
  • 12 Pour un exposé plus complet sur l'imparfait voir mon Français déchiffré, clé du langage et des lang (...)

29L'imparfait français a fait l'objet de très nombreux travaux qui tous mettaient l'accent sur le caractère inachevé de l'action exprimée par le verbe11. Pour ce qui me concerne, l'opposition passé simple/imparfait relève du même système de phases que celui qui régit l'ex-forme progressive en anglais. Les différences que l'on vient d'évoquer sont dues, d'une part, au fait qu'un principe commun peut connaître des applications légèrement différentes et, d'autre part, à la structure globale des deux grammaires. On se contentera de relever le caractère systématique du marqueur -ait qui, dans tous les cas, signale le statut binaire de la relation (voir, par exemple, cet énoncé extraordinaire entendu sur France Culture : "six mois plus tôt, il naissait italien" — il s'agit bien évidemment de Napoléon Bonaparte)12.

30Les problèmes qui viennent d'être évoqués ne peuvent laisser les traducteurs indifférents. On ne peut se satisfaire de la confusion terminologique des grammaires traditionnelles, qui n'est que la face visible de la confusion langue/monde. Un bonne traduction est fondée sur un déchiffrement adéquat des marqueurs mis en œuvre par les deux grammaires en présence (on n'oubliera pas, à ce propos, que la générosité métalinguistique varie d'une langue à l'autre, d'où l'impérieuse nécessité de la dimension contrastive pour la grammaire métaopérationnelle). On peut certes traduire correctement de façon intuitive, mais l'activité traduisante ne devrait pas se satisfaire de hunches, aussi brillants soient-ils. De toute façon, le pédagogue de la traduction ne peut s'en tenir à l'intuition, tenu qu'il est d'expliciter ses choix et d'orienter ceux de ses étudiants à l'aide d'arguments dont tout un chacun pourra vérifier la solidité. On ne saurait exiger des candidats aux concours qu'ils deviennent anglais ! Il ont le droit de savoir pourquoi l'on a préféré this à that, should à ought, almost à nearly... ou la phase 1 à la phase 2. Je crois personnellement que la grammaire métaopérationnelle, dont j'ai essayé dans cette analyse de donner un aperçu, hélas ! trop rapide, a un grand rôle à jouer dans la conception même de l'activité traduisante.

Haut de page

Bibliographie

(ne seront cités ici que les articles ou ouvrages n'ayant pas fait l'objet d'une mention dans les notes)

ADAMCZEWSKI, Henri. "Esquisse d'une théorie de do". Some Implications of Linguistic Theory in Applied Linguistics. P. Corder et E. Roulet, eds. Bruxelles : AIMAV ; Paris : Didier, 1975.

— "Le Concept de saturation en linguistique anglaise et en linguistique générale". Actes du Congrès de la SAES, Tours, 1977 ; Didier, 1980.

Be + ing dans la grammaire de l'anglais contemporain. Thèse d'état, 1976 (Ed. Lille III et Librairie Champion).

Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : A. Colin, 1982.

Haut de page

Notes

1 Les termes sont d'André Chervel dans sa brillante Histoire de la grammaire scolaire, Payot, 1977.

2 Il y a eu des articles rageurs dans Les langues modernes !

3 J. Martin, The English verb. Form and Meaning. The University of Wisconsin Press, 1964 (un important jalon dans la grammaire du verbe anglais).

4 G. Leech, Meaning and the English Verb, Longman, 1970.

5 Et pourtant les choses bougent : voir l'excellente monographie publiée par le CRDP de Nancy : Pratique raisonnée de la langue, de Jean Lallemand (plaquette consacrée à be + ing).

6 Même l'excellent Joos, qui avait relevé l'absurdité de l'étiquette "forme progressive", s'est laissé prendre au piège. Voir le long compte rendu qu'il consacre à la thèse de A. Ota : "Tense and Aspect in Present-Day American English" dans Langage, vol. 40, n° 3, 1964, 487-98.

7 Cf. La grammaire systématique de l'anglais d'André Joly et Dairine O'Kelly, Nathan 1990.

8 Edition légèrement remaniée, à paraître chez Nathan 1994, collection 128.

9 D. Cohen, L'aspect verbal, PUF, 1989 : des points de vue très traditionnels sur l'aspect dans les langues sémitiques.

10 Le problème de la structure ternaire SVO ainsi que celui de la relation binaire sujet/prédicat font l'objet de développements importants dans Les clés de la grammaire anglaise de Henri Adamczewski et Jean-Pierre Gabilan, A. Colin, 1992.

11 Voir l'ouvrage collectif : Points de vue sur l'imparfait, Université de Caen, 1986.

12 Pour un exposé plus complet sur l'imparfait voir mon Français déchiffré, clé du langage et des langues, A. Colin, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Adamczewski, « La linguistique, instrument du traducteur : les problemes aspecto-temporels en anglais et en français », Palimpsestes, 8 | 1994, 103-114.

Référence électronique

Henri Adamczewski, « La linguistique, instrument du traducteur : les problemes aspecto-temporels en anglais et en français », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/739 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.739

Haut de page

Auteur

Henri Adamczewski

Université Paris III — Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals