Navigation – Plan du site

Linguistique et pragmatique, outils de l'apprenti-traducteur

Mary Wood
p. 115-134

Résumés

Quels outils pouvons-nous fournir à nos étudiants pour les aider à traduire les fonctions sémantique et implicative des structures grammaticales qui n'ont pas d'équivalent dans la langue d'arrivée ? Cet article propose un exercice où une description énonciative et une approche pragmatique sont appliquées à la traduction en français d'un dialogue anglais comportant de nombreux exemples de be + ing.

Haut de page

Texte intégral

1Dictionnaires bilingues et unilingues, généraux et spécialisés, thesaurus, lexiques, banques de données... L'apprenti-traducteur qui sait s'en servir y trouvera de l'aide pour choisir le mot juste, démêler ses problèmes de polysémie, redistribuer dans le texte d'arrivée tous les sèmes contenus dans le lexique de l'original. Ces outils précieux, indispensables, même pour le traducteur confirmé, ne sont cependant pas d'un grand secours lorsqu'il s'agit de "traduire" des formes grammaticales fondamentales qui n'existent pas dans la langue d'arrivée. En tant qu'angliciste, je pense surtout au génitif, à be + ing, ou encore au present perfect, qui trouve un écho généralement trompeur dans le passé composé français, dont la similarité n'est que superficielle.

2La préférence qu'accorde l'énonciateur à telle structure grammaticale plutôt qu'à telle autre n'est jamais innocente, puisque chacune a sa valeur propre en langue. Il semble donc indispensable que les effets de sens ainsi générés dans le discours se retrouvent dans la traduction. Et pourtant, nombreux sont nos étudiants, francophones, anglophones ou bilingues, qui se contentent, par exemple, de traduire par le présent simple, l'imparfait ou "en train de" cette forme aux multiples facettes qu'est be + ing. Quel outil pouvons-nous leur proposer pour suppléer à ce qui, chez certains traducteurs chevronnés, relève du "flair" ou de l'intuition ? Dans un premier temps, il leur faut une description des deux langues confrontées, qui repose sur un modèle métalinguistique fiable. Une fois qu'ils ont compris les valeurs fondamentales des opérateurs, il leur faut des notions de pragmatique, afin de reconnaître les mécanismes mis en jeu par l'énonciateur dans une situation et un contexte donnés.

3L'exercice que je propose ici prend appui sur un film vidéo réalisé par Nadine Legros et moi-même et destiné, à l'origine, au télé-enseignement de la grammaire en deuxième année du premier cycle. Comment dire le monde ? fait appel à une théorie qui tient compte de l'énonciation, pour mettre en parallèle le système des déterminants et le système verbal anglais. Le schéma de base est un cercle :

4Dans l'hémisphère "-spécifique" le monde "se dit tout seul" : le locuteur, que, pour des raisons pratiques, d'ordre visuel, nous appelons je, mais que j'identifierai dans chaque cas ci-dessous, n'intervient pas dans son discours. La zone "+ spécifique" est celle où l'énoncé est rattaché à je, à sa situation et/ou à son interlocuteur et à sa situation. Des exemples et des sketches illustrant le fonctionnement des déterminants permettent de dégager leur valeur et de les placer sur le cercle, qui sert ensuite pour relancer, en miroir, en quelque sorte, le deuxième volet, qui traite de be + ing.

5En employant be + ing, je ne se contente pas de constater des faits, il commente une relation Sujet-Prédicat déjà posée. Mais quel type de commentaire fait-il ? Les effets de sens sont très divers et peuvent s'accumuler. Il faut donc, chaque fois qu'on rencontre be + ing, fouiller le contexte, la situation extralinguistique globale, l'interaction entre les participants au dialogue, l'intonation du locuteur, ses gestes, ses expressions faciales... C'est ce que nous tentons de faire ensuite dans le film. Sans développer à fond les notions de rhème et de thème, nous recherchons, dans un sketch parodique, les effets de sens de be + ing, les exemples étant ensuite repris, analysés et commentés.

6Il m'a paru intéressant de voir à quel point il était possible d'appliquer à la traduction les conclusions auxquelles nous sommes arrivées. Malheureusement, je ne peux livrer ici que le script, contraignant le lecteur à faire un effort d'imagination plus grand que s'il avait un téléviseur sur lequel la scène se déroulerait "devant ses yeux".

7COMMENT DIRE LE MONDE ?
SKETCH : INSPECTOR LINGUISTO

Mrs B.

Ah, Inspector Linguisto, I'm so glad you could come yourself

Ling.

You were lucky. I'm going on leave next week. The wife, Mrs. Linguisto, and I are cruising the Mediterranean. I'm always thinking about crime : got to get away right away. So, I'm packing, getting myself vaccinated, all that sort of thing. Now, what seems to be your problem. A burglary ?

Mrs B.

I'm afraid not. This must be what you call an inside job. You see, we've been having trouble with the combination lock on the safe, and I couldn't get it open when I went to put my brooch away. It's a family heirloom, and had just been repaired. Anyway, I panicked, so I hid it in the grandfather clock.

Ling.

You're not telling me someone actually found it there ?

Mrs B.

I am indeed.

Ling.

You must be joking !

Mrs B.

I wouldn't joke about a matter like this. And what's more, it must have disappeared some time between 10.45 and 11.30 last night, when I had second thoughts and went to fetch it to put it under my pillow.

Ling.

Now, show me. Where is this clock ?

Mrs B.

It's right over here...

Mrs B.

This is the clock where I hid the brooch when I went to wind it up.

Ling.

Ah ! (opening the clock case) You don't smoke, do you ?

Mrs B.

No, never.

Ling.

Well, someone has been smoking : there's some ash. (Touches ash, feels texture and sniffs.) Our thief probably smokes... American cigarettes. Who is staying in the house, besides you ?

Mrs B.

We have three paying guests. They're having coffee in the drawing-room. But I haven't said anything about the theft to anyone.

***

Ling.

Now, I'm here because some jewellery is missing. I want to know what each of you was doing at 11 p.m. last night. What about you, Mr. Smith ?

Smith

Me ? Well, I went to bed about nine. You see, there's this book I'm reading, and I'd just got to the part where they...

Ling.

Yes, yes. But can you prove it ?

Smith

Well, no...

Mrs G.

As I was going past his room, just before eleven, I noticed his light was on. It was shining under his door.

Jones

And what were you doing, going past his door ?

Mrs G.

Are you suggesting I had no right to be there ?

Ling.

(to Jones) I'm asking the questions, if you don't mind !

Mrs G.

I was going downstairs to... to fetch a glass of milk.

Ling.

So, at eleven o'clock you were in the kitchen.

Mrs G.

Well, no. I was going downstairs, but I went back to bed, when I saw...

Ling.

Something peculiar, out of the ordinary ?

Mrs G.

I saw Mr. Jones. He was going downstairs.

Ling.

(to Jones) And where were you going ?

Jones

Well, you see, Inspector, somebody had been tampering with one of the shutters, and it was banging.

Mrs G.

(whispering to Linguisto, who looks inquisitively at Jones.) He was carrying a weapon.

Jones

What's she been whispering ?

Ling.

She was telling me you were carrying a weapon.

Jones

A weapon ? It was a screwdriver ! There, now, you see, Inspector. You can tell she'd been drinking !

Smith

(standing up, indignant.) I say, you're forgetting your manners, aren't you ?

Ling.

Now, now, now. (Opens a packet of cigarettes.) Cigarette ?

Mrs G.

No thanks, it's a filthy habit.

Smith

I'm all right thanks, I've got my pipe.

Jones

No thanks. I'm not smoking... I mean, I don't smoke.

Ling.

(to Jones) Now, how did you come by this screwdriver ?

Jones

(exasperated) Now look here, I'm not answering any more of your stupid questions ! Who cares, anyway, about a silly brooch ? I'm leaving !

Ling.

Nobody's leaving until I say so.

Mrs G.

But I'm catching the midday train. My sister's having a baby and she wants me to be on hand.

Smith

I'm sure the inspector will have finished in time. It's only eleven, (The clock has just been striking.)

Mrs G.

I hadn't noticed the clock was going.

Jones

Oh, yes. I remember Mrs. Brown winding it up, last night.

Ling.

I think you've gone far enough, Mr. Jones. You are the one who is lying, or trying to. You've given yourself away several times.

How did he give himself away ?

Ling.

He said 'I'm not smoking,' which means he does sometimes. He mentioned the brooch, when I had only spoken about some missing jewellery. He said he remembered Mrs. Brown winding up the clock, which means he witnessed the event.

***

81. I'm going on leave next week.
2. The wife and I are cruising the Mediterranean.
3. So I'm packing, getting myself vaccinated...

9     Il ne faut pas commettre l'erreur de séparer ces trois phrases. En effet, si nous ne considérons que les deux premières, nous voyons certes que je actualise un événement futur qu'il ancre déjà dans la réalité, et nous nous doutons qu'il cherche à expliquer son énoncé précédent You were lucky. Mais alors, la raison pour laquelle Mrs Brown peut s'estimer heureuse serait qu'elle a fait appel à lui cette semaine et non la semaine prochaine :

101.1 ( ?) La semaine prochaine je serai en congé.
2.1 ( ?) Je pars avec ma femme faire une croisière en Méditerranée.

11     Avec le futur en r, modal, impliquant son absence, Linguisto explique un état de fait, puis il ajoute une précision, à l'aide du présent simple. Cette traduction serait acceptable, malgré un certain décalage par rapport à l'original :

121. explication (action/départ) + 2. développement (action/activité)
2. explication (état/absence) + 2. développement (action/départ + activité)

13     Mais ce n'est pas son absence future qui explique de façon directe You're lucky : c'est le fait qu'il est actuellement très occupé, accaparé par ses préparatifs (phrase 3). 1. anticipe, élucide à l'avance la raison de ce débordement et 2. développe les idées exprimées en 1.

14     Pour traduire 1., donc, un présent simple peut annoncer le projet, mais l'aspect "amorce d'explication" peut être renforcé par un adverbe :

151.2. Je pars justement en congé, la semaine prochaine.

16Cet énoncé trouve son développement à l'aide du futur périphrastique en aller + inf. auquel on peut appliquer ce qu'avance Pierre Cotte (1990) au sujet de a lot of : "C'est sans doute parce qu'elle reconstruit le sens et le développement que la périphrase peut renforcer et être actualisante..." :

172.2. Ma femme et moi, nous allons faire une croisière en Méditerranée.

18Nous arrivons ainsi, après une incise, à l'explication (⇒ 'donc'), qui concerne ses activités actuelles (nominalisées), et l'inspecteur, à l'aide de be + ing., situe le sujet — lui-même — en plein dans l'événement.

193.1. Je suis donc en pleins préparatifs : bagages, vaccinations...

20Si on estime préférable de passer par des verbes, on peut en choisir dont le non-achèvement fait partie des sèmes :

213.2. Alors, je prépare mes valises, j'ai commencé la série de vaccinations...

22Avec

234. I'm always thinking about crime, Linguisto se justifie, donne la raison qui le pousse à prendre ces vacances exotiques : cela ne tourne pas rond dans sa tête ! L'équation est faite entre le Sujet (I) et un Prédicat indiquant un état obsessionnel, "Je n'arrête pas de penser à" = "Je suis obsédé par" :

244.1. Je suis obsédé par la criminalité.

25     Be + ing. se combine avec have + en pour parler du résultat d'un procès situé au moins partiellement dans le passé, tout en focalisant l'attention sur le rapport entre le Sujet et le Prédicat :

265. You see, we've been having trouble with the combination lock on the safe...

27Avec be + ing. le locuteur situe la relation prédicative entre des "bornes temporelles", et en formulant ainsi son explication, Mrs Brown suggère qu'il y a rupture avec la normalité du passé. Le fait qu'elle n'indique aucune durée — il eût été possible de trouver we've been having trouble for years — laisse supposer que ces ennuis sont récents :

285.1. Voyez-vous, Inspecteur, depuis un certain temps, nous avons des problèmes avec la combinaison du coffre et...

295.2... depuis un certain temps, la combinaison du coffre nous joue des tours.
6. You're not telling me that somebody... ?

30     Tout en montrant son incrédulité (⇒ "tout de même pas"), Linguisto se réfère à ce qui vient d'être dit (éventuellement ⇒ "par là"), à ce qu'il a donc en commun avec son interlocutrice. Il est intéressant de noter que Mrs Brown a fini son explication, mais que Linguisto utilise un présent pour en reconstruire le sens caché. Le français doit, soit expliciter la visée illocutoire :

316.1. Vous ne voulez tout de même pas dire que quelqu'un...

32soit avoir recours à aller + inf, avec sa valeur implicative, "vous-dire x implique vous-dire y'" :

336.2. Vous n'allez tout de même pas me dire que quelqu'un...

34L'anaphore se poursuit, combinée avec le must épistémique :

357. You must be joking !

36     C'est la seule explication logique. Comme beaucoup d'exclamations courantes, cet énoncé devra être traduit par équivalence, mais il faudra tenir compte du registre. Si, dans une autre situation, il serait possible d'envisager "Non, c'est une blague, ou quoi ?" ou même, avec l'intonation appropriée et le geste de l'épaule qui l'accompagne, "Allez !", les relations entre nos deux locuteurs nous imposent ici un peu plus de retenue. La non-congruence entre ce qui est dit et ce qui paraît possible, logique, sera marquée par l'opérateur mais et l'impossibilité peut être, ou non, explicitée :

377.1. Mais (c'est pas possible), vous plaisantez !
8. Well, someone's been smoking : there's some ash.

38     La présence des cendres de cigarette, constatée par Linguiste et par le gros plan qu'effectue la caméra, contraste avec la phrase You don't smoke, do you ? (⇒ "pourtant") et confirme la relation x-smoke qu'elle aide l'inspecteur à reconstruire. Cette confirmation se traduira à l'aide du "verrouilleur" bien, qui permet de thématiser l'existence "reconstruite" de ce fumeur. Nous avons vu, avec la phrase 5, qu'en combinant be + ing. avec have + en, je attire l'attention sur l'état actuel du Sujet ou sur un état de fait le concernant. Mais ici, en 8, le Sujet est une personne non-identifiée : c'est donc l'existence même de cet agent qui est mise en relief :

398.1. Et pourtant, il y a bien quelqu'un qui a fumé : il reste des cendres.

40Lorsque Linguisto demande :
9. Who's staying in the house, besides you ?

41sa question ne porte que sur le moment présent, sur un at the moment, un now assez large. Ces bornes temporelles sont portées par la seule forme be + ing. et suggèrent que les habitants de la maison ne sont pas toujours les mêmes : en effet, Linguisto sait que Mrs Brown prend des pensionnaires. Le présent simple français laisserait l'impression que l'inspecteur ne connaît pas la situation et qu'il se renseigne sur la famille : "qui occupe la maison ?". Il faut donc expliciter l'élément temporel et bien choisir son verbe : "occuper", "demeurer", "rester", etc. ont des sèmes de "permanence" que n'a pas stay dans ce contexte, (cf I stayed with my aunt. ⇒ "Je suis descendu chez ma tante", voire "j'ai couché chez ma tante".)

429.1. Qui d'autre, à part vous, y a-t-il dans la maison, en ce moment ?

43(Question d'usage : le "d'autre" peut paraître redondant, mais cette locution accompagne souvent "à part...", placé tout de suite après ou rejeté à la fin de la phrase. Sans doute estime-t-on qu'il faut poser de façon thématique l'existence présupposée de ces personnes.)

4410. They're having coffee in the drawing room.

45Enfin, un exemple d'une "action en cours au moment où on parle" :

4610.1. Ils sont en train de prendre le café au salon.

47ou, si on veut éviter "en train de", il faut encore préciser "en ce moment" ou :

4810.2. A cette heure-ci, ils prennent le café au salon.

49En disant

5011. Well, I'd better be interviewing them, I suppose.

51Linguisto commente la situation et la relation I — interview them, inéluctable s'il veut faire son devoir. Son manque d'enthousiasme, qui est surtout confirmé par l'intonation, l'expression faciale et l'attitude générale du locuteur, peut être souligné en traduisant le well par un "bon" qui résume la situation, "eh bien" qui annonce un dénouement et peut-être même par un "allons-y", qui nous conduit, en quelque sorte, vers la situation où la relation prédicative sera réalisée.

5211.1. Bon, eh bien, allons-y. Il vaudrait mieux, sans doute, que je les interroge.
12. I'm here because some jewellery is missing.

53En annonçant les raisons de sa présence, Linguisto nous pose trois problèmes :

  1. Faut-il analyser be missing comme be + ing ou be + adj ? Quoi qu'il en soit, sa traduction demande une modulation intéressante :
    état présent ⇒ action passée.

  2. En disant some jewellery, l'inspecteur reste volontairement vague. Mais l'indénombrable anglais se traduit par un dénombrable français : il faut donc choisir entre "un bijou" et "des bijoux". Dans le premier cas on dévoile une information qui reste cachée en anglais. Le détective francophone ne peut rester neutre : peut-être choisira-t-il de tendre un piège au voleur.

  3. Be here n'est pas toujours purement locatif, et l'élément dynamique souligné à l'oral par un accent relativement fort sur Sujet et adverbe peut être traduit par "je suis venu" ou même, puisqu'il est en service commandé, "on m'a fait venir", sans trahir l'original. Le now, qui annonce, présente une explication, se traduira "voilà" :

5412.1. Voilà. On m'a fait venir parce que des bijoux ont disparu.

55     Ou bien on peut avoir recours à une tournure plus emphatique, où la nature rhématique de l'information qu'on attend, est signalée par "c'est" :

5612.2 Voilà. Si je suis là, c'est parce que des bijoux ont disparu.
13. I want to know what each of you was doing at 11 o'clock last night.

57     La précision temporelle qui déclenche, en anglais, be + ing au passé, puisqu'elle situe le Sujet en plein dans le Prédicat, demande, en français un imparfait. En effet, "à 11 heures hier soir" présuppose la relation Sujet-Prédicat que chacun doit dévoiler : le choix du Prédicat n'est plus libre :

5813.1. Je veux savoir ce que chacun d'entre vous faisait à 11 heures hier soir.

59Mr Smith s'explique :

6014. You see, there's this book I'm reading, and...

61     Il justifie ses agissements, tout en indiquant qu'il n'a toujours pas terminé son livre. Tout comme be + ing, "en train de" peut s'employer, même si l'action n'est pas vraiment en cours au moment de renonciation. La traduction des articulations pratiques est toujours délicate. Rappelons ce qui précède :

6214.1. Je me suis couché vers 9 heures. Il faut dire que /Parce que, vous comprenez, je suis en train de lire un livre passionnant...

63     La valeur affective du démonstratif this est ici explicitée par un adjectif — qui pourrait être "fort intéressant" — qui aide à justifier l'intérêt que Smith porte à son livre.

6415. As I was going past his room, I noticed his light was on.
16. It was shining under the door.

65     As déclenche ici be + ing et signale que le prédicat englobe celui de la proposition suivante, pour ne constituer avec lui qu'un seul événement. Si les deux Sujets sont identiques, la tournure en + V-ant remplit la même fonction, tout en faisant l'économie du premier Sujet. 16 ne fait que reprendre l'idée exprimée par his light was on, l'information nouvelle, qui donne sa raison d'être à cette explication, étant under the door :

6615.2 + 16.2 En passant devant sa chambre, j'ai remarqué qu'il n'avait pas éteint. Il y avait de la lumière sous sa porte.
17. And what were you doing, going past his door ?

67     Mr Jones est sur ses gardes. Son intonation et son doigt pointé vers Mrs Green sont accusateurs. L'imparfait seul ne suffit pas. Mais introduira la discordance, l'interlocuteur sera interpellé, et une réponse sera suscitée par un "dites-moi", ou un "dites-donc", encore plus chargé de sous-entendus :

6817.1. Mais, dites donc, qu'est-ce que vous faisiez là, vous, sur le palier ?

69(Modulation : action/déplacement ⇒ état/localisation.)

70Mrs Green s'indigne, prête à se défendre :

7118. Are you suggesting I had no right to be there ?

72tout en reprenant ce qui vient d'être dit (cf n° 6). L'anaphore peut être marquée par un "et alors ?" métaphorique et non temporel, chargé d'agressivité, et par un renvoi direct à l'énoncé (⇒"par là") :

7318.1. Et alors ? Vous insinuez par là que je n'avais pas à m'y trouver ?

74     Linguisto reprend les choses en main, et, dans la situation, le présent simple français ne peut avoir qu'une valeur ponctuelle :

7519. I'm asking the questions, if you don't mind !
19.1. C'est moi qui pose les questions (ici), si ça ne vous dérange pas !

76Ensuite, nous trouvons deux phrases superficiellement semblables :

7720.I was going downstairs to fetch a glass... a glass of milk
21. Well, no. I was going downstairs, but I went back to bed..

78Si l'imparfait suffit pour rendre compte de sa présence sur le palier :

7920.1. Je descendais chercher un verre de... de lait,

80l'accent emphatique porté sur l'auxiliaire en 21 modifie totalement le sens de la phrase. Elle n'est précédée ni par une négation (You weren't going downstairs, were you ?) ni par une implication négative (I'm sure you were upstairs) que l'accent emphatique viendrait nier : il ne s'agit pas de "mais si, je vous dis que je descendais". C'est donc ici la valeur désactualisante du prétérit qui est mise en relief, accentuant la rupture entre le moment dont on a parlé et celui dont on parle. Entre les deux, il s'est passé quelque chose. En fait, l'effet de sens de be + ing n'est pas le même dans les deux phrases. Dans l'exemple 20, le Sujet est simplement perçu en pleine action, mais en 21, Mrs Green explique pourquoi elle n'était pas dans la cuisine comme Linguisto l'affirme, et be + ing revêt en plus le sens d'intention, qui peut être explicité et mis en relief par une intonation contrastive — une pause avant "l'intention", qui sera prononcé sur un ton plus haut. Le fait qu'il s'agisse de confirmer son intention initiale pourrait être marqué par "bien" ou par "effectivement", mais à l'oral, l'intonation suffit :

8121.1. En fait, non. J'avais bien l'intention de descendre, mais je suis retournée me coucher...

82Il est également possible de situer le Sujet sur une trajectoire qui sera inversée par le mais...

8321.2. En fait, non. J'était partie pour descendre, mais je suis retournée me coucher...

84L'intonation contrastive portera cette fois sur "partie".

8522. He was going downstairs.
22.1. Lui (aussi), il descendait.

86Ou, pour qu'elle l'ait vu sans être vue :

8722.2. Lui, il était déjà dans l'escalier.
23. And where were you going ?
23.1. Et vous, vous alliez où ?
24. Well, you see, Inspector, somebody had been tampering with one of the shutters and it was banging.

88     Mrs Jones justifie son déplacement (one of the shutters was banging) et c'est l'aspect itératif de ce verbe "d'action courte" qui est souligné. Mais auparavant, il fournit une explication à ce désordre. Il reconstruit la situation dans le passé, Somebody had been tampering..., à l'aide des indices qu'il a pu trouver (le bruit, peut-être des traces...) (cf. n° 8). Il met en cause le Sujet, et le sème interfere contenu dans tamper — verbe toujours difficile à rendre complètement — pourrait être transféré vers cet agent non-identifié :

8924.1. C'est-à-dire, M. l'Inspecteur... Il y a un petit malin qui avait touché à un des volets, qui n'arrêtait pas de claquer.

9025. He was carrying a weapon.
25.1. Il avait une arme à la main.
25.2. (?)Il était armé.

91(Si on adoptait 25.2 il faudrait modifier la défense de Jones, qui reprend A weapon ? ⇒ "Armé ? Je n'avais qu'un tournevis.")

9226. What's she been whispering ?

93Renvoi à l'énonciation et à l'énoncé précédents, plus un degré d'inquiétude de la part du voleur :

9426.1. Et qu'est-ce qu'elle vous a raconté, celle-là, avec ses messes basses ?
27. She was telling me you were carrying a weapon.
27.1 Elle me disait que vous aviez une arme à la main.
28. There now, you see, Inspector. You can tell shed been drinking.
29.1. Bon, alors là, Inspecteur, vous voyez bien qu'elle avait bu.

95     Ces effets de sens et leurs traductions ont déjà été commentés plus haut. Il n'est donc pas nécessaire d'y revenir.

96     Ensuite, Smith s'adresse à un interlocuteur bien précis (⇒ "mon vieux") qu'il juge (⇒ "il me semble") en évaluant son énoncé (⇒ "là") :

9730. I say, you're forgetting your manners, aren't you ?
30.1. Dites donc, mon vieux. Il me semble que vous y allez un peu fort, là !

98     Ou bien il interpelle (⇒ "là"), relie son énoncé à ce qui précède (⇒ "et") et reprend la situation créée par la sortie de Jones, avec un "alors" indigné :

9930.2. Dites-donc là. Et la politesse, alors, (qu'est-ce que vous en faites) ?

100     Une des phrases-clés de Jones, où be + ing ancre bien la relation prédicative dans le moment de l'énonciation, ne peut se traduire que par équivalence :

10131. No thanks, I'm not smoking. I mean I don't smoke.

102Que dit-on pour refuser une cigarette lorsqu'on est fumeur ?

10331.1. (?) Non merci. Pas maintenant/pour le moment.

104     Cette expression est trop différente de la phrase qui devrait suivre : "C'est-à-dire, je ne fume pas" pour qu'on les prononce l'une après l'autre. Le mécanisme est bloqué en français et il faudrait trouver un autre indice linguistique pour aider l'inspecteur !

10532. Now look here, I'm not answering any more of your stupid questions ! I'm leaving !

106     La situation, l'intonation (accent sur not et sur any), la suite du contexte et les gestes du locuteur, qui se lève, tout concourt à souligner la valeur d'intention de ces deux be + ing, intention du locuteur-Sujet. Puisqu'elle est manifeste, il est sans doute inutile de l'expliciter, en français ("je refuse", "je n'ai plus l'intention") :

10732.1 Ecoutez-moi bien. J'en ai assez de toutes ces questions idiotes. Je m'en vais.

108     Notons la modulation : Now look here (visuel + lieu) => "Ecoutez-moi" (auditif + personne source du son). Décidément, les façons dont l'anglophone attire l'attention de son interlocuteur vers son énoncé diffèrent presque toujours des stratégies dont use le francophone ! Je signalerai en passant que le script original ne comportait que l'essentiel des phrases : ce sont nos "acteurs" américains, britanniques ou bilingues, qui ont tous fourni les You see, Look here, Inspector, Now..., confirmant ainsi nos analyses.

10933. Nobody's leaving until I say so.

110     Linguisto impose son autorité. La fin de la phrase suspendant sa permission, implique l'absence, pendant un certain temps à venir, de la relation x-partir. Nous pouvons donc modaliser à l'aide du futur en r avec les deux valeurs, prévisibilité et implication :

11133.1. Personne ne partira sans ma permission.
34. But I'm catching the midday train.

112     Mrs Green annonce non seulement ses intentions, mais ce qui est convenu : elle n'est pas seule en cause, sa sœur l'attend. L'intention se double donc d'une sorte d'obligation :

11334.1. Mais je dois prendre le train de midi, moi.

114     Soulignons encore la nécessité de prendre connaissance de la suite du texte, de s'imprégner de tous les détails de la situation. Il en va de même pour la phrase suivante :

11535. My sister's having a baby.

116     Le have est ici dynamique : on n'annonce pas une grossesse, mais l'imminence d'un accouchement. Le champ exact du now élastique et subjectif qui sous-tend les emplois de be + ing au présent doit apparaître en surface :

11735.2. Ma sœur est sur le point d'accoucher...

118     Les bornes temporelles dont be + ing entoure les procès annoncent parfois une rupture avec le passé, le futur ou les habitudes du présent.

11936. I hadn't noticed the clock was going,
peut suggérer que la pendule était arrêtée auparavant, ou qu'elle ne marchait pas d'habitude :

12036.1. Je n'avais pas remarqué que la pendule remarchait.

121     En français, un présent simple dans une phrase clivée peut être événementiel ou habituel, mais la situation lève toute ambiguïté :

12237. You are the one now who is lying.
37.1. C'est vous qui mentez.

123     En s'opposant à la complétive en that, V + ing finit par confirmer les soupçons du détective. Jones avait à sa disposition les deux constructions :

12438. Oh yes, I remember Mrs. Brown winding it up last night.
39. Oh yes, I remenber (that) Mrs. Brown wound it up last night.

125     Un imparfait au lieu d'un passé composé suffit-il pour vendre la mèche ? De toutes manières, la différence entre les deux formes ne se perçoit pas à l'oral ! Le voleur serait-il assez inattentif pour employer une traduction plus naturelle ?

12638.2. J'ai vu Mrs. Brown la remonter hier soir.

127     La difficulté de l'enquête et la crédibilité des conclusions dépendront donc de la traduction choisie. Il est heureux pour Linguisto que les problèmes d'hypéronymie existent dans les deux langues, et que spécifier "une broche" quand on n'a mentionné que "des bijoux", suffise pour se faire repérer ! Néanmoins, s'il s'agissait de doubler ce sketch, une adaptation s'imposerait, qui obligerait le traducteur à fabriquer d'autres indices linguistiques en quantité suffisante.

128     Selon la situation, selon le contexte, divers opérateurs français viennent à notre secours pour bien rendre toutes les nuances de be + ing : structures mettant en relief l'existence du Sujet, adverbes ancrant explicitement l'énoncé dans la situation, aller + inf., être en train de, le futur en r... sans oublier les marqueurs d'anaphore tels que "bien", "alors", "donc"... Ces derniers sont indispensables, particulièrement à l'écrit : tous ces petits étoffements que l'enseignant propose dans ses corrigés modèles, trouvent leur justification autrement que par "cela sonne mieux". Le choix de l'un plutôt que de l'autre est parfois subjectif, car nous avons tous nos préférences linguistiques, surtout dans un registre relativement familier et lorsqu'il s'agit d'assurer la cohérence et la cohésion du discours. Il ne faut pas non plus perdre de vue que le ton, les jeux d'intonation, les grimaces, les gestes, la situation elle-même peuvent souvent nous dispenser d'alourdir la phrase. Le traducteur expérimenté exploite intuitivement ces ressources, mais l'étudiant qui manque encore de "flair" a besoin d'une solide formation théorique, afin d'analyser les mécanismes mis en jeu par le locuteur et de choisir les "mots-outils" qui assureront les mêmes fonctions dans la langue d'arrivée.

Haut de page

Bibliographie

ADAMCZEWSKI, Henri. Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : Armand Colin, 1982.

ADAMCZEWSKI, Henri. Le français déchiffré : clé du langage et des langues. Paris : Armand Colin, 1991.

BOUSCAREN, Janine & CHUQUET, Jean. Grammaire et textes anglais : guide pour l'analyse linguistique. Paris : Ophrys, 1987.

CHARNOCK, Ross. "Pragmatic Presupposition and Theme". L'Anaphore. Travaux du C.I.E.R.E.C. LXV. Saint-Etienne, 1989.

COTTE, Pierre. "Quantité, périphrase et organisation du sens". L'organisation du sens. Travaux du C.I.E.R.E.C. LXVIII, 227-241, Saint-Etienne, 1990.

CULIOLI, Antoine. "Valeurs modales et opérations énonciatives". Modèles linguistiques, tome 1, fascicule 2, Lille : P.U.L., 1979.

DUBOS, Ulrika. L'Explication grammaticale du thème anglais. Paris : Nathan, 1990.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L'Enonciation de la subjectivité dans le langage. Paris : Armand Colin, 1980.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. L'implicite. Paris : Armand Colin, 1986.

LARREY A, Paul. "Sens et effets de sens". L'organisation du sens. Travaux du C.I.E.R.E.C. LXVIII, 201-214, St Etienne, 1990.

LARREY A, Paul, RIVIERE, Claude. Grammaire explicative de l'anglais. Paris : Longman, 1991.

LEECH, Geoffrey. Principles of Pragmatics. London : Longman, 1983.

LEGROS, Nadine, WOOD, Mary. Comment dire le monde ? film vidéo, copyright Lille III et Université Audio-visuel, E.N.S. de Saint-Cloud, 1986.

ROULET, Eddy. "L'intégration des mouvements discursifs et le rôle des connecteurs interactifs dans une approche dynamique de la construction du discours monologique". Modèles linguistiques, tome IX, fascicule 1, Lille : P.U.L., 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Wood, « Linguistique et pragmatique, outils de l'apprenti-traducteur », Palimpsestes, 8 | 1994, 115-134.

Référence électronique

Mary Wood, « Linguistique et pragmatique, outils de l'apprenti-traducteur », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/742 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.742

Haut de page

Auteur

Mary Wood

Université Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals