Navigation – Plan du site
Compte rendu

“Doxa” et “épistémè” : réflexions à propos du De Cicéron à Benjamin de Michel Ballard

Jacky Martin
p. 148-157

Texte intégral

1Michel Ballard a entrepris et mené à bien un formidable projet. Il ne s'agissait pas moins que de recenser les réflexions sur la traduction en Occident et dans le monde méditerranéen. Son ouvrage se décompose en quatre chapitres divisant fonctionnellement la masse de l'information historique en quatre époques ou "modes de penser" sur la traduction. Ces quatre chapitres sont précédés d'une introduction qui esquisse le projet et ses limites, tandis que la conclusion — en fait "les" conclusions — nous livre bien plus qu'un bilan factuel à l'issue d'un aussi vaste tour d'horizon puisqu'elle énonce, avec le recul de l'historien, des enseignements de nature à placer le lecteur traductologue au seuil d'une recherche responsable et éclairée, ce qui est le but non avoué mais néanmoins très fermement poursuivi par notre auteur.

2Le projet, comme Ballard le fait observer dans sa Préface, n'est pas entièrement novateur dans son orientation. Il l'est beaucoup plus par son ambition encyclopédique. Il s'agit, pour ainsi dire, d'un historique au second niveau, dans la mesure où notre auteur s'appuie sur un certain nombre d'études centrées sur certains pays ou limitées à des périodes historiques définies. S'il est vrai que le contact avec les sources primaires eût été idéalement préférable mais, en pratique, techniquement irréalisable, cette approche a favorisé l'orientation majeure de cette étude et mis en valeur les qualités les plus distinctives de son auteur. Ce qui distingue cet ouvrage, c'est précisément qu'il ne se cantonnne pas dans des aires géographiques ou culturelles, pas plus qu'il ne s'enferme entre des repères temporels toujours artificiels. Suprême prétention, syncrétisme inévitable, survol superficiel ! Tous ces jugements qui ne manqueraient pas de fleurir à l'énoncé du seul projet in abstracto manqueraient tout aussi certainement leur cible. L'objectif de Michel Ballard était précisément, en s'appuyant sur de très érudites et très circonstanciées études, de s'affranchir des servitudes de l'histoire, de l'inévitable carcan de l'établissement du fait historique, pour essayer de repérer des ensembles, baliser des tendances, esquisser des rapprochements, indiquer aux chercheurs contemporains des orientations fiables et fécondes. Par ailleurs, par sa formation et par nature, Michel Ballard est un observateur — fonction qu'il s'approprie par association avec Gaspard de Tende dans les dernières lignes de sa conclusion (279) — et il est aussi, par excellence, un fédérateur. Seul le travail sur un matériau en grande partie mais en aucune manière totalement amassé et avéré par d'autres, lui permettait d'exercer pleinement ces deux fonctions. Son regard observe les variations et les constantes à travers les âges ; son jugement démêle et dépassionne les polémiques, jauge et juge les arguments, redonnant à chacun sa véritable place dans le discours sur la traduction. Ce qui ressort de ce parcours historique, ce n'est ni l'affirmation — un peu sotte lorsqu'il s'agit de culture — d'un inéluctable progrès invalidant les thèses du passé, ni le spectacle de stériles arguties dénuées d'intérêt hors de leur contexte d'origine, mais un panorama discursif dans lequel chaque argument trouve naturellement sa place, son poids et sa validité, où les insuffisances du passé sont signalées dans la perspective de leur utilité présente, et où les articulations complexes entre concepts et méthodes sont tracées avec exactitude et finesse.

3Tout juste peut-on regretter, après un parcours aussi magistral, l'abandon dans le dernier chapitre du centre de référence qu'avait constitué le domaine français pour une longue excursion, ou plutôt un va-et-vient entre l'Angleterre et l'Allemagne. Certes, ces deux pays marquent profondément la culture occidentale dès l'orée du XIXème siècle, et la traduction aussi inévitablement, mais les lettres françaises ne restent pas à la traîne. J'en veux pour preuve, par exemple, la référence trop allusive à la traduction très importante d'Antoine Galland lorsqu'il est question de Burton et de l'apparition en Grande-Bretagne d'un orientalisme de seconde main, ou le renvoi pur et simple dans la note 110 à l'ouvrage de Lieven D'Hulst pour l'étude du XIXème français. Le XXème siècle, période la plus touffue mais aussi la plus féconde, est presque complètement oublié. On a l'impression qu'un contrat est rompu et que le parti pris oxymoronique de "survol exhaustif a été rompu vers la fin de l'ouvrage, ou bien que l'approche historique n'est plus de mise pour aborder notre siècle. On passe d'une analyse prenant en compte les aires culturelles entendues au sens large à une autre moins exhaustive et plus sélective ne tenant plus compte que des individualités marquantes qui ont fait progresser la problématique de la traduction. Cette nouvelle orientation, signe d'une autre possibilité d'approche ou nécessaire adaptation au zeitgeistde l'ère moderne, débouche sur l'exposé de la pensée toujours aussi bouleversante et lumineuse de Benjamin sur les langues, le langage et la traduction. On excuse le détour en se félicitant du point de chute.

4En fait, Ballard reste fidèle à son projet. Il corrige patiemment toutes les limitations qui obèrent les visions rétrospectives du domaine traductif. Celles qui se cantonnent dans certains pays ou dans certaines périodes sont les plus évidentes et nous avons indiqué comment Ballard s'en est affranchi. Celles qui affectent le discours habituel des traductologues sont plus secrètes et plus pernicieuses. Ces pseudo-historiens remontent le fil de l'histoire pour trouver d'illustres antécédents, souvent au mépris des époques et des cultures. Ayant formé le dessein d'explorer l'histoire pour informer la recherche traductologique, le travail de Ballard restitue les valeurs, rétablit les proportions et reconstitue inlassablement les contextes. Il affine (mot qu'il affecte plus que d'autres et qui décrit bien sa démarche) les conclusions à tirer. Tout juste peut-on regretter l'espace consacré à la réfutation d'arguments ou aux citations de certaines de ses sources secondaires comme Newmark ou Kelly (174), Lefevere (226), J.-M. Cohen (239) ou Savory, qui rentrent dans la catégorie des traductologues en mal d'antécédents évoquée précédemment On regrettera aussi que, par le fait de la scélérate "seconde main", certaines citations n'apparaissent pas dans leur langue d'origine, et parfois même se trouvent en traduction citées dans une autre langue que la française du texte de référence : ainsi, Bodmer cité en anglais (229). Mais, pour l'essentiel, les textes-clefs du discours traductologique sont rassemblés, replacés en contexte et très exactement référencés. Comme Ballard le formule lui-même : "Nous avons voulu interroger des textes souvent mentionnés et rarement cités afin de voir s'ils disent vraiment ce qu'on leur fait dire. Nous avons également cherché, et trouvé, des textes inconnus ou négligés, dont, à notre avis, l'importance n'a pas toujours été perçue". (19). Si Ballard n'avait accompli que cette tâche, le mérite de son étude ne serait pas mince.

5Mais il fait plus. Tout en n'étant ni historien ni épistémologue (on reviendra néanmoins sur ces deux autres façons d'aborder le sujet), le projet le plus fort de notre auteur —celui qui guide ce travail sans qu'il soit explicitement exprimé — est d'asseoir la recherche traductologique contemporaine sur des bases solides et fiables. On peut, si l'on garde en mémoire l'importance de cette intention finale, lui faire crédit de certaines vacillations ou dérives dans la définition de son objet d'étude. Les vacillations tiennent à ce que l'histoire, comme tout autre donné brut d'observation, ne se prête pas simplement à l'analyse. Il n'y a pas un fait traductif unique dont l'historien ferait la chronique mais de multiples facettes dont l'importance est loin d'être comparable. On découvre dans l'étude de Michel Ballard des observations concernant les styles de traduction et les réflexions sur cette pratique, ce qui semble constituer le coeur du sujet ; mais on trouve également des commentaires sur l'histoire de cette réflexion, sur la fonction de la traduction, sur la nature des oeuvres traduites, sur la didactique de la traduction, et même des biographies de traducteurs, toutes considérations qui semblent accompagner plutôt que marquer des tendances. Tentant de se justifier, Ballard parle de "noeuds de relations" : "L'autre aiguillon de cette étude a été constitué par un noeud de relations : celles qui existent entre théorie et pratique, traduction et enseignement, puis entre la traductologie, la pratique et l'enseignement" (150). Nous pensons quant à nous qu'il s'agit bel et bien des facettes d'un même objet mais qu'elles ne sont pas toutes également réfléchissantes, et que l'étude aurait probablement gagné en clarté si les valeurs respectives de l'objet traduction (pratique et théorie) et de ses champs d'application avaient été respectées.

6Mais, encore une fois, si l'on garde en mémoire le but recherché par Ballard, l'exhaustivité compte plus que la systématicité. Pour faire cesser les recherches partisanes, resituer les déclarations péremptoires des pseudo-rénovateurs de la traduction et remettre à leur place les filiations biaisées ou la lecture abusive des textes du passé, pour baliser les vieilles lunes du discours traductif, Ballard a choisi l'objectivité et le libéralisme le plus total. Il présente un bilan méthodique des problèmes et des options pour que naisse un savoir enfin conscient de lui-même. Tout choix directif, une orientation trop appuyée, auraient relancé la polémique stérile dans un domaine déjà bien éprouvé.

7Trois ordres de considérations ne manqueront pas d'interpeller le lecteur à la lecture de ce bilan quasi encyclopédique. Tout d'abord, on est frappé par le volume impressionnant des écrits sur la traduction, l'importance de la doxa accumulée à travers les siècles. Ce qui surprend ensuite, c'est la relative stabilité des positions énoncées, pour ne pas dire leur stéréotypie à travers les âges et les cultures. Enfin, on est surpris que tant de choses aient été dites pour produire si peu d'effet, que la réflexion ait aussi peu contribué à l'avancement de la recherche. On reste peu ou prou dans la doxa, dans les lieux communs et les apories du discours traductologique. Bien sûr, cette réflexion prend à contre-pied l'argumentation de Ballard, mais elle peut ne pas s'imposer à l'attention. Les avancées sont infimes en regard de l'immense impression de stagnation que dégage le parcours historique.

8Des raisons évidentes, et invalides parce que trop évidentes, se signalent à l'attention. La traduction est un genre mineur dans lequel le producteur de la traduction s'approprie le texte et la pensée d'un écrivain authentique. Il y a comme un cannibalisme pervers et honteux dans l'acte de traduction qui motive sa prolifération chez ceux qui sont dénués de talent. La plupart de ces écrivains substitutifs ont ainsi voulu donner un statut, une justification ou une dignité à ce qui n'était au mieux qu'un truchement et, dans leur vie, une compensation. Bon nombre de textes d'orientation théorique sont en réalité des plaidoyers pro domo. Ballard en fait d'ailleurs l'une de ses conclusions : "C'est cette absence de perception globale qui fait que la traductologie ait mis si longtemps à se créer. Il est caractéristique de la position ancillaire généralement attribuée au traducteur, et de la vision erronée que l'on a de la traduction, que la réflexion soit née d'un besoin de se justifier et de se disculper. La théorie de la traduction commence par des excuses ou des justifications." (274)

  • 1  Cf. "Science et Savoir", Ch VI, Archéologie du savoir. Paris : Gallimard, 1969, pp. 233-55.

9On peut se demander si, dans ces textes, il est question de théorie et, même, si le sujet en est la traduction. En fait, il s'agit plus profondément, à travers ces traducteurs et leurs préfaces et par-delà la traduction, d'un débat idéologique entre des cultures que l'acte de traduction met en conflit, ou tout simplement, en parallèle ; ou, dans le sein d'une même culture, de heurts entre des systèmes de pensée dont la différence va s'exprimer à travers ou à propos de la traduction. C'est le cas fort bien étudié par Ballard de la dissidence janséniste et de ses détracteurs (cf. 174 sq). Les arguments avancés de part et d'autre d'une frontière naturelle entre des Etats, ou d'un bord à l'autre dans un conflit idéologique, ne sont pas adressés pour ou contre la traduction mais bien pour ou contre tel ou tel système philosophique ou telle ou telle croyance religieuse. D'où la prolifération et la multiplicité des opinions, leur caractère passionnel et leur récurrence cyclique. On est dans la proliférante doxa et non dans la très sévère "épistémè", ce qui ne revient pas à disqualifier l'une au profit de l'autre mais à marquer la divergence de leurs objectifs. Il est possible, de surcroît, que la confusion entre les deux soit, jusqu'à un certain point, non encore aujourd'hui définie, et dans une certaine mesure, comme le signale Foucault, inévitable.1 La traduction et tout ce qui s'y rattache est à la fois sujet de discours (un topoi) et objet de recherche — cet objet n'étant pas encore, à l'heure présente, clairement défini.

10Dans l'intervalle, comment aborder le problème de la suture entre le passé d'un concept et sa nécessaire définition dans le présent ? Deux approches concurrentes ont été choisies par Ballard qui nous apparaissent également inévitables et inévitablement dépassables. La première concerne la perspective historique, indispensable dans la mesure où il est inconcevable d'aborder le passé, même dans le cas de perspectives "cavalières", sans fixer des repères temporels, poser des jalons chronologiques, rapporter les observations par rapport aux événements majeurs du passé ; Il n'en reste pas moins que, dans le domaine des représentations idéologiques, les mutations et les avancées ne semblent pas directement liées aux individus ou aux événements. Les événements paraissent sans prise sur les discours ambiants et les individus, quelle que soit leur fonction ou leur magnitude, sont des porte-parole au sens étroit de ce terme, des positions dans un discours qui leur pré-existe et les conditionne très largement. La seconde approche possible, également adoptée par Ballard, concerne la préoccupation traductologique. Le regard porté sur le passé filtre les événements dans la perspective d'un savoir en cours de constitution. On voit aisément comment cette approche peut entrer en conflit avec la précédente, dans la mesure où la mise en place d'un savoir n'est pas nécessairement linéaire comme l'histoire. Il n'en reste pas moins que ce regard rétrospectif est précieux dans la mesure où il permet de faire des choix utiles pour le présent, d'éviter les redites de l'histoire et d'organiser clairement les idées et les objets selon les critères du savoir contemporain. Il y a néanmoins des risques certains d'anachronisme et de réductionnisme qui apparaissent dans le discours de Ballard à travers des observations telles que : "La théorisation qui nous vient de l'Antiquité est à la fois relativement mince et révélatrice d'une approche erronée des problèmes..." (55).

11En fait, on se prend alors à rêver d'une autre étude qui ferait suite à celle de Ballard, et qui se fonderait sur d'autres concepts, d'ailleurs assez complémentaires, comme la notion d'Etrange(r) dans les relations interculturelles et celle d'Epistémè développée par Foucault dans son Archéologie du savoir.

  • 2  H. Meschonnic, Pour la poétique II. Paris : Gallimard, 1973.

12La première touche le plus près à la traduction. Elle traite de tous les biais par lesquels une culture donnée négocie le défi de l'Etrange ou de l'Ailleurs, les moyens qu'elle s'invente pour affronter la double perception qu'il occasionne : la découverte "scandaleuse" d'un système culturel autre et de la relativité de ses propres valeurs. Cette prise de conscience de la relativité des cultures entraîne des réactions de défense (depuis la simple annexion jusqu'à des attitudes ouvertement isolationnistes) ou d'ouverture (depuis la conversion pure et simple jusqu'à l'acculturation) bien observées par H. Meschonnic.2 Il est permis d'ajouter que ces attitudes liées au frottement des cultures s'observent également dans les rapports que les hommes ont tissés entre leur perception empirique du monde et l'Autre absolu que constitue le Divin. Il semble même que les solutions qui ont servi pour dialoguer avec le divin aient également été utilisées, au moins dans les premiers âges de la civilisation, pour "inventer" des rapports avec les autres civilisations dont la transcendance était moindre mais le danger tout aussi réel. Ainsi, la traduction n'a jamais totalement perdu ses liens avec la divination ou l'interprétation des oracles. La traduction serait, dans ces conditions, le moyen le plus équilibré et le plus interactif pour faire face au défi de l'Autre/Etrange/Etranger : elle permet par le "décentrement" (Meschonnic) qu'elle occasionne de faire grandir l'univers culturel de la langue d'accueil, de l'étirer au maximum sans rompre le tissu de sa culture dans le même temps que s'atténue le scandale de l'inconnu, de l'étrange ou du non-pensable.

13Qu'il s'agisse de refus ou d'accueil, de concurrence ou d'émulation, l'essentiel est de percevoir à travers les âges le frottement continuel et l'empilement des cultures et systèmes de pensée. Dans cette dynamique complexe, la traduction est un opérateur crucial, tantôt facteur de blocage tantôt de changement. Une culture n'en remplace pas un autre : d'où l'inutilité des divisions et jalons de l'histoire. Les systèmes culturels s'imbriquent et se fertilisent les uns les autres selon des procédures complexes mais prévisibles en fonction des relations socio-économiques des pays concernés. Cette dimension fondamentale dans la dynamique des rapports culturels, bien mise en évidence lorsqu'il traite des premiers âges de l'humanité, disparaît très vite du parcours historique de Michel Ballard, comme si la traduction était devenue par enchantement un pur phénomène culturel sans rapport avec ses déterminants économiques et politiques. Nous pensons, au contraire, qu'à chaque mutation de l'humanité, la traduction a été l'une des réponses possibles au défi de l'Etrange que posait l'expansionnisme économique et politique des nations tant en ce qui concernait la conversion des valeurs du conquérant que la nécessaire adaptation des cultures placées sous tutelle. Il reste encore à trouver les moyens de penser le rapport, qui est loin d'être direct et unilatéral, entre ces déterminants historiques et leurs conséquences culturelles.

  • 3  Cf. dans cette perspective les travaux de D. Maingueneau, notamment dans Genèses du Discours, Brux (...)
  • 4  Cf. dans l'ouvrage de Ballard le passage tout à fait remarquable sur les "Belles Infidèles" (Ch. 6 (...)

14Il est possible néanmoins de s'inspirer du concept d"'épistémè" tel qu'il a été défini et mis en pratique par Michel Foucault. Plutôt que de partir à la recherche d'un concept central, tel que la "théorie de la traduction", formé dans le creuset du savoir de notre époque donc strictement circonscrit à son "épistémè", il semble plus opportun de suivre les traces de l'émergence d'une "conscience" du phénomène traductif en tant que réponse au défi de l'Etrange et suivre ses avatars à travers l'histoire. Plus qu'une entité conceptuelle clairement définie une fois pour toutes, il semble que la traduction ait été un lieu relationnel, un point de rencontre et de conflit dans un champ discursif qui le conditionne et l'explique, lui confère et limite tout à la fois sa consistance conceptuelle.3 Ainsi, on se plaît à imaginer une archéologie de la traduction qui nous permettrait de comprendre par quels cheminements, après quels détours, par quels processus d'assimilation ou de discrimination, au prix de quels ratés, ce fait incontestable et incontournable qu'est l'acte de traduire a pu être conceptualisé dans l'histoire, successivement, comme "herméneutique", "imitation", "adaptation", etc.. Cette archéologie d'un concept exclut toute notion d'antécédence, de continuité ou de filiation. Les mouvements qui l'animent s'apparentent plutôt à la tectonique des strates superposées d'une formation géologique. Chaque strate conceptuelle constitue un ensemble de réponses appropriées à l'équation socio-économique d'une époque donnée. Entre ces couches lentement accumulées par l'histoire se créent progressivement des tassements ou des glissements que nous assimilons aux aléas de l'histoire et, de loin en loin, des fractures par lesquelles nous figurons le débat idéologique, car aucune de ces strates n'est homogène, d'où la pluralité des conceptions et la pluralité des discours.4 Lorsque deux formations entrent en contact, des systèmes complexes de failles, de charriage ou de fusion vont s'opérer, tectonique culturelle d'où résultent les "conceptions", les "systèmes" et les "méthodes" tels qu'ils apparaissent dans les archives de l'histoire. La traduction n'est jamais totalement isolée des autres phénomènes culturels ni des conflits profonds de l'histoire, elle est toujours tributaire des forces idéologiques mises en présence à un moment donné de l'histoire.

15Cette dynamique culturelle étant posée, comment penser l'articulation entre la recherche contemporaine et la nécessaire référence à l'histoire ? En d'autres termes, quelle traductologie peut-on imaginer après la lecture de l'ouvrage de Michel Ballard ? Une chose est certaine, c'est l'importance de l'évolution d'un savoir à partir de l'histoire, comme le fait remarquer Berman, cité par Ballard : "La constitution d'une histoire de la traduction est la première tâche d'une théorie moderne de la traduction. A toute modernité appartient, non un regard passéiste, mais un mouvement de rétrospective qui est saisie de soi" (Ballard 12). Au moins trois solutions sont envisageables pour effectuer cette saisie. Celle préconisée par Ballard dont toute la réflexion vise à motiver une continuité entre les acquis du passé et la poursuite de la réflexion en traductologie. Il exprime cette conviction à l'appui d'une importante citation de Garnier : "C'est le sentiment de ce continuum, transposé dans le domaine traductologique, que nous avons essayé d'exprimer" (270). A l'opposé, un autre choix consisterait à marquer une "coupure épistémologique" radicale, en épurant le discours traductologique des vieilles lunes du passé pour une redéfinition de concepts fiables. Il semble bien, comme le fait observer Ballard, que cette position ne soit pas très réaliste dans la mesure où elle risque de replonger le chercheur dans des errements que l'examen du passé lui aurait permis d'éviter.

  • 5  Cf. notre tentative dans L. Hewson et J. Martin, Redefining Translation, The Variational Approach. (...)

16Une autre optique, conforme à notre vision des phénomènes culturels tels que nous avons tenté de les exposer sommairement précédemment, serait, tout en tenant compte des schèmes conceptuels du passé, de plonger résolument dans l'épistémè de notre époque. S'il est acquis, pour un grand nombre de chercheurs contemporains, qu'il est objectivement impossible d'échapper à l'idéologie de son temps, il convient de s'appuyer sur ses forces tout en essayant de minimiser ses faiblesses. Nous pensons, dans cette optique, que la traduction a tout intérêt à se rapprocher des sciences ou des savoirs qui lui sont proches, la linguistique, bien sûr, dans des développements récents vers la théorie de l'interlocution, la socio-linguistique toujours, et la grammaire du discours sous toutes ses formes ; mais aussi, de riches enseignements risquent d'apparaître du côté de l'informatique, de la robotique ou de sciences bien plus lointaines, qui ont, à l'origine, emprunté leur concepts à la traduction, comme la génétique. Il est vital, à la lumière du panorama historique de Michel Ballard, de casser le lien entre traduction/Sujet de discours et traduction/Objet de recherche qui a vicié à travers les siècles la réflexion sur le sujet. Nous pensons qu'il est urgent de disqualifier comme objet d'investigation le texte traduit et de formuler de nouveaux objets de recherche permettant de cerner l'ensemble des phénomènes traductifs.5 Michel Ballard, par son livre indispensable pour tout chercheur dans le domaine traductologique, nous y invite avec insistance et ferveur.

Haut de page

Notes

1  Cf. "Science et Savoir", Ch VI, Archéologie du savoir. Paris : Gallimard, 1969, pp. 233-55.

2  H. Meschonnic, Pour la poétique II. Paris : Gallimard, 1973.

3  Cf. dans cette perspective les travaux de D. Maingueneau, notamment dans Genèses du Discours, Bruxelles : Dessart et Mardaga, 1974.

4  Cf. dans l'ouvrage de Ballard le passage tout à fait remarquable sur les "Belles Infidèles" (Ch. 6) qui pourrait être utilisé à l'appui de cette thèse.

5  Cf. notre tentative dans L. Hewson et J. Martin, Redefining Translation, The Variational Approach. London / New York : Routledge, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Martin, « “Doxa” et “épistémè” : réflexions à propos du De Cicéron à Benjamin de Michel Ballard », Palimpsestes, 8 | 1994, 148-157.

Référence électronique

Jacky Martin, « “Doxa” et “épistémè” : réflexions à propos du De Cicéron à Benjamin de Michel Ballard », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/745

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals