Navigation – Plan du site

La traduction des œuvres anglaises aux xviiie et xixe siecles : un tournant

Antoine Berman
p. 15-21

Texte intégral

1Cette communication sera placée sous le signe d'une phrase du poète Wallace Stevens :

"French and English constitute a single language".

2Cette phrase se trouve dans un ensemble de maximes sur la poésie, Adagia. Rien, dans l'ensemble en question, ne vient l'éclairer. Elle est solitaire, et nous retient par son étrangeté, son opacité absolues. L'anglais et le français, une seule langue ? Qu'est-ce que cela veut dire ?

3Il sera question ici, d'abord, du rapport des deux langues en tant qu'elles paraissent au contraire différentes, non seulement du point de vue linguistique (ce qui est évident) mais du point de vue de leur façon d'être-langue. Il sera question, ensuite, de ce qui s'est passé chez nous quand les deux langues sont entrées en contact par la voie de la traduction. Naturellement, celle-ci ne traduit pas des langues, mais des textes. Mais ceux-ci sont forcément liés à leur langue et — justement — à la façon dont celle-ci est langue. Et dans ce cas, langue écrite.

4L"'étrangeté" d'une langue réside à vrai dire dans cela, dans la façon qu'elle a d'être une langue. Ce qu'on appelait autrefois, je crois que l'expression vient de du Bellay, son "génie". Le "génie d'une langue", c'est la manière unique dont elle se rapporte à elle-même, se pose elle-même comme langue et, à partir de là, modèle et rend significatif son système linguistique.

5De ce point de vue, l'anglais est peut-être pour nous la plus étrangère (la plus étrange) des langues européennes. Car il est marqué par une double caractéristique qui, en première approximation, semble en faire une langue quasiment contradictoire. Mais on verra très vite que cet aspect contradictoire renvoie à une cohérence profonde. Le genius anglo-saxon est un.

6Cette double caractéristique peut se formuler ainsi : l'anglais est simultanément une langue communicationnelle et une langue iconique.

7Communicationnelle, qu'est-ce que cela signifie ? Que l'anglais, probablement dès le Moyen Age, s'est donné une façon-de-langue qui est celle d'un médium de communication. Communiquer, c'est faire circuler des contenus par l'intermédiaire de signes qui, en eux-mêmes, sont sans épaisseur, sont interchangeables et n'ont de "valeur" que de permettre, justement, cette circulation des contenus.

8Il aura appartenu à la culture anglaise, avec le nominalisme et l'empirisme, de donner au monde le concept même de langage comme pur système de signes (de "termes") permutables et échangeables. C'est ce qu'affirme notamment le grammatologue allemand Lohmann :

L'anglais écrit, en Angleterre, en Amérique et en général dans les domaines d'outre-mer (c'est-à-dire l'anglais comme "langue mondiale" moderne) est probablement la langue la plus formelle, la langue travaillant le plus intensément, d'une certaine manière, avec des patrons-de-pensée (speech-patterns) qui ait jamais existé. Mais ce n'est pas seulement un trait de civilisation moderne : cette caractéristique est profondément ancrée dans la langue anglaise, la langue mère des "nominalistes" et des empiristes depuis le Moyen Age. Parmi ces patrons de pensée se trouve aussi le concept moderne de "langage" (inventé par les Anglais !) qui détermine à tel point aujourd'hui la pensée — pas seulement celle des "linguistes" — en Europe et en Amérique, que personne jusqu'à présent n'a pris conscience de la nature particulière de ce concept.

9La conception même de la langue comme langage produit, au niveau de l'écrit, une prose fondamentale qui s'efforce d'être la plus communicationnelle possible, notamment (mais pas seulement) dans les domaines de la science et de la technique. Pour ce faire, elle doit :

  • ne pas être normée discursivement,

  • être discursivement prolixe,

  • être riche terminologiquement et lexicalement.

10Ne pas être (trop) normée discursivement (et partant syntaxiquement), car cela bloque la liberté de la communication : de là (vu d'ici) le fameux "laxisme" de la prose fondamentale anglaise.

  • 1  Ou le réel apparaissant comme une série d"'aspects".

11Etre discursivement prolixe, car c'est laseule manière d'appréhender les divers "aspects" du réel1.

12Etre riche en termes (donc ouverte à toutes les formes de néologie) pour la même raison.

13Ainsi l'anglais se constitue-t-il comme langue empirique, et c'est à ce titre qu'il est devenu la grande langue de la communication scientifique et technique.

  • 2  "L'anglais s'est proposé pour fin l'aspect tangible des choses" (Yves Bonnefoy).

14Mais parallèlement, cette langue qui se pose comme un langage (d'où l'orientation prépondérante du penser anglo-saxon sur les "questions de langage") est aussi une langue iconique. Est "iconique" tout mot qui provoque en nous une conscience de ressemblance avec son référent. Ainsi papillon, Schmetterling et Butterfly nous paraissent-ils — affirme Spitzer dans Stilstudien — ressembler à l'insecte en question. Illusion ? Sur le plan du savoir, évidemment. Mais l'impression de ressemblance (de mimésis du signifié) n'en disparaît pas pour autant : elle a son objectivité propre. Or, la langue anglaise est fortement iconique, comme en témoigne sa poésie, sa littérature et son théâtre. Une langue iconique est ipso facto une langue concrète, une langue dont la concrétude (réelle ou imaginaire) est manifeste2.

15En première approximation, il y a contradiction entre le caractère communicationnel et le caractère iconique (qui a tellement fasciné des Français comme Chateaubriand, Mallarmé et Bonnefoy) de l'anglais. Entre le mot purement instrumental et le mot poétiquement ressemblant.

16La langue anglaise, néanmoins, est cette contradiction. Elle ne cesse même de la résoudre, car signe communicationnel et signe iconique ont en commun leur concrétude, leur empiricité. Le lien au réel, comme dirait Bonnefoy, dans sa singularité et sa tangibilité.

17D'où vient à l'inverse que la poésie anglaise la plus imagée et la plus métaphorique, telle celle de John Donne, accueille aisément des mots qui ont un strict statut terminologique, qui sont des termes au même titre que les mots de la technique et de la science.

18Ainsi nous apparaît l'anglais, et il faut bien dire que dans sa dualité foncière qui, pour renvoyer à une unité profonde, n'en est pas moins dualité, cette langue nous est vraiment étrangère : sa façon d'être n'est pas la nôtre. Mais son étrangeté foncière, en même temps, nous fascine : nous admirons (même envions) son caractère communicationnel et son caractère iconique. Et cette admiration ne date pas d'aujourd'hui, n'est en rien liée au fait que cette langue est devenue planétaire.

19Elle date du moment où, par les traductions, la littérature anglaise (entendons ici : l'écriture anglaise) est venue à nous. Du moment où, au XVIIIe siècle, la royale langue française a rencontré l'anglais et la façon d'être-langue de l'anglais.

20Il s'agit d'un événement traductif, linguistique et culturel très important.

21A partir du XVIIIe siècle, en effet, le centre de gravité du champ de la traduction (et avec lui de tout le rapport à l'étranger) commence à se modifier en France. Jusqu'alors, le centre de gravité du champ de la traduction était l'Antiquité grecque et latine. Bien sûr, on avait déjà traduit depuis des siècles des œuvres espagnoles, italiennes, anglaises et allemandes. Mais ces traductions — et quel que fût leur nombre, leur proportion quantitative — n'avaient jamais eu l'importance (le rôle central) des traductions de l'antique. Traduire, profondément, c'était traduire les Grecs et les Romains.

22La traduction des "vulgaires" n'avait symboliquement pas la préséance. Cela signifie que les langues avec lesquelles le français avait un contact traductif étaient le grec et le latin, donc aussi des langues "mortes". Au XVIIIe siècle, l'activité traduisante s'oriente peu à peu vers la contemporanéité. Et son centre de gravité va être la littérature anglaise.

23La prédominance de l'anglais, dans les traductions du XVIIIe siècle, n'est pas d'ordre quantitatif. Mais ce sont bien les traductions de l'anglais qui commencent à redéfinir la totalité du champ de la traduction (d'une part) et le mode de traduction propre à ce champ. Même si Shakespeare, Milton, Richardson, Pope, Fielding, Defoe, Swift, Sterne, Locke, Hume, subissent chez nous le même sort qu'Homère et les Romains, c'est-à-dire sont adaptés et francisés, la rencontre de la langue et de l'écriture anglaises va constituer pour la culture française un véritable ébranlement.

24D'abord, parce que c'est sans doute la première fois qu'une littérature en vulgaire est massivement traduite chez nous. Jamais les traductions d'œuvres étrangères en langues vernaculaires n'avaient vraiment dépassé le niveau d'œuvres isolées. Au XVIIIe siècle, ce sont des pans entiers de littérature anglaise qui pénètrent en France. Et avec elle, sa langue et ses modes d'écriture. A cet égard, les remarques de Coste, le traducteur de Locke, sont révélatrices : le français classique se heurte ici à ces traits de la langue et de l'écriture anglaises qui vont peu à peu assurer son hégémonie : la copia lexicale, la faculté néologique et la liberté syntaxique. En bon classique, Coste commence par écrire :

Toutes les fois que je n'ai pas bien compris une pensée en Anglois, parce qu'elle renfermoit quelque rapport douteux (car les Anglois ne sont pas si scrupuleux que nous sur cet article) j'ai tâché, après l'avoir comprise, de l'exprimer si clairement en François, qu'on ne pût éviter de l'entendre. C'est principalement par la netteté que la Langue Françoise emporte le prix sur toutes les autres Langues, sans en excepter les Langues Savantes, autant que j'en puis juger. Et c'est pour cela, dit le P. Lami, qu'elle est plus propre qu'aucune autre pour traiter les Sciences, parce quelle le fait avec une admirable clarté.

25Mais il ajoute aussitôt :

Cependant, comme il n'y a point de Langue qui par quelque endroit ne soit inférieure à quelque autre, j'ai éprouvé dans cette Traduction ce que je ne savois autrefois que par ouï-dire, que la Langue Angloise est beaucoup plus abondante en termes que la Françoise, & qu'elle s'accommode beaucoup mieux des mots tout-à-fait nouveaux. Malgré les Règles que nos Grammairiens ont prescrites sur ce dernier article, je crois qu'ils ne trouveront pas mauvais que j'aye employé des termes qui ne sont pas fort connus dans le Monde, pour pouvoir exprimer des idées toutes nouvelles. Je n'ai guère pris cette liberté que je n'en aye fait voir la nécessité dans une petite Note. Je ne sais si l'on se contentera de mes raisons.

26Pour la première fois, le fait que l'anglais soit plus "copieux" que notre langue est vécu comme supériorité. Resterait que le français est plus "clair" et l'anglais moins "scrupuleux" dans l'expression des pensées. Par exemple, l'anglais abonde en répétitions, ce qui est proscrit en français et renvoie, par ailleurs, au caractère "copieux" de l'anglais. Coste pense supprimer ces répétitions, mais Locke, en s'y opposant, le fait réfléchir :

En relisant l'Ouvrage de Mr. Locke, j'ai été frappé d'un défaut que bien des gens y ont observé depuis longtems ; ce sont les répétitions inutiles. Mr. Locke a pressenti l'objection : & pour justifier les répétitions dont il a grossi son Livre, il nous dit dans la Préface, qu'une même notion ayant différents rapports, peut être propre ou nécessaire à prouver ou à éclaircir différentes parties d'un même discours, & que, s'il a répété les mêmes argumens, ç'a été dans des vues différentes.

Quelques personnes d'un goût très délicat m'ont extrêmement sollicité à retrancher absolument ces sortes de répétitions, qui paroissent plus propres à fatiguer qu'à éclairer l'esprit du Lecteur ; mais je n'ai pas osé tenter l'aventure.

27Ainsi, pour la première fois, le français se voit contraint d'accepter (en traduction) un mode d'écriture (la répétition qui éclaire à chaque fois différemment un aspect de son objet) qui lui est étranger. Ce ne sont pas tant des mots nouveaux qui sont introduits que des modes d'exposition discursive propres à l'anglais. Voilà les normes classiques — encore très légèrement — ébranlées. Et en même temps le mode de traduction lié à ces nonnes.

28On peut dire que l'anglais, la vieille langue saxonne que le français avait dominée et fécondée, est pour celui-ci le premier vulgaire qui l'interpelle en profondeur. Car les phases d'italianisation et d'hispanisation du français ont été brèves et superficielles. Et sans rapport avec la traduction.

29Mais ici, nous arrivons pour ainsi dire, à une troisième façon d'être-langue de l'anglais : sa "duplicité" intrinsèque. C'est le fameux "dualisme anglo-français" dont parle Mallarmé, qui évoque aussi "nos mots gênés par le devoir étrange de parler une autre langue que la leur". Plus important que la réalité objective (discutable) de ce dualisme est le statut symbolique de l'anglais qu'il révèle — le statut symbolique de l'anglais pour nous, Français, et pour les Anglo-Saxons eux-mêmes. Ce statut est d'une grande étrangeté, et il peut être formulé de deux façons :

  • l'anglais est une langue double, en ceci qu'une autre langue (le français) ne cesse d'y parler,

  • l'anglais a un fonds (saxon), là où le français a plutôt une origine (latine).

30L'étrangeté de l'anglais réside donc aussi dans le fait qu'à bien des égards, il n'est pas (pour nous) entièrement étranger, tout en étant complètement étranger, et pour cette même raison, et parce qu'il a un fonds qui, lui, nous est étranger, un fonds auquel il peut à tout moment retourner, comme en témoigne Hopkins.

31Genette, dans Mimologies, écrit de manière significative à propos de Mallarmé :

L'anglais (rêvé) est donc pour Mallarmé le lieu et l'objet non d'une véritable jouissance, mais d'un regret : le reflet inversé du manque. Et tout compte fait, comme certaines réserves nous l'avaient laissé prévoir, il s'agit assez peu dans tout cela — je veux dire dans l'ensemble du jeu — de l'anglais réel, tel qu'il est et qu'on le parle ; et toute autre langue, ou plutôt toute langue autre eût peut-être aussi bien fait l'affaire.

32Il n'est néanmoins pas sûr que "toute langue autre eût peut-être aussi bien fait l'affaire" ; Genette le sent, qui met ici un "peut-être". En tout cas, voici que ces deux langues qui, à partir du XVIe siècle, avaient suivi des destins de formation séparés, se rencontrent à nouveau : mais maintenant (depuis ce même XVIe siècle) l'anglais est devenue une langue puissante, riche à lafois de son propre fonds et de ce que le français lui a autrefois apporté et a maintenant exclu de lui-même (par exemple la liberté syntaxique, larichesse néologique).

33Rien d'étonnant si, sur la base de ce rapport très complexe avec l'anglais, les plus grandes traductions du XIXe siècle, celle de Chateaubriand au premier chef, celles de Baudelaire et de Mallarmé, sont de l'anglais. La traduction française, au siècle dernier, a son centre de gravité radical dans le domaine anglais. Simultanément, sans doute aussi sous l'influence d'A.W. Schlegel, mais essentiellement sous la pression même de ce domaine, le mode de traduire français change et se donne pour propos explicite avec Chateaubriand d'exposer la langue française (l'écriture française) au mode d'écriture de l'anglais : et c'est la traduction de Milton (qui va être rééditée). Cette traduction (la plus grande de l'histoire de France avec celle d'Amyot) mêle délibérément la volonté de traduire la textualité de Milton à celle d'"angliciser" le français, tout en jouant — à l'occasion naïvement, voire fautivement — sur la "connivence" de l'anglais et du français au niveau lexical. Steiner a relevé, par exemple, que lorsque Milton emploie le vieux mot d'origine bretonne-celtique marle, Chateaubriand trouve un équivalent de même origine, marne.

34Retenons donc ceci : la "révolution dans l'art de traduire" dont parle Chateaubriand, et qui n'en est encore qu'à ses premiers fruits, résulte de la rencontre historique avec une langue et une écriture qui ont un statut paradoxal, puisqu'elles se caractérisent pour nous (et pour nous seulement) par leur absolue étrangeté et leur absolue non-étrangeté. Par où nous nous sommes un peu rapprochés de ce que dit énigmatiquement Wallace Stevens.

35L'ébranlement de la pratique traductive et littéraire française par le contact avec l'anglais, langue étrangère paradoxale, paradoxale non seulement par sa dualité, mais parce qu'elle "a" ce que nous avons rejeté, peut conduire à cette remarque finale : la traduction est la manière privilégiée pour une langue d'historiciser sa propre façon d'être-langue. Car une fois cette façon constituée, la langue en demeure la prisonnière et s'y étiole, comme le montre l'exemple du français classique du XVIIIe siècle, où tous les grands écrivains ont dû lutter incertainement contre la façon d'être (rhétorique) de leur langue écrite. Par la traduction, et à cause des exigences qui lui sont propres, la langue entre dans l'espace de son renouvellement. "L'épreuve de l'étranger", c'est cela. Mais il faut ajouter tout de suite : il s'agit de l'épreuve d'un étranger déterminé. Historiquement, pour nous, cela a été cet étrange étranger qu'est l'anglais.

Haut de page

Notes

1  Ou le réel apparaissant comme une série d"'aspects".

2  "L'anglais s'est proposé pour fin l'aspect tangible des choses" (Yves Bonnefoy).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Berman, « La traduction des œuvres anglaises aux xviiie et xixe siecles : un tournant », Palimpsestes, 6 | 1993, 15-21.

Référence électronique

Antoine Berman, « La traduction des œuvres anglaises aux xviiie et xixe siecles : un tournant », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/753 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.753

Haut de page

Auteur

Antoine Berman

Centre Jacques-Amyot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals