Navigation – Plan du site

La langue violée ?

Jean-René Ladmiral
p. 23-33

Texte intégral

"Quidquid recipitur ad modum recipientis recipitur"
Saint-Thomas

  • 1  Antoine Berman, L'Epreuve de l'étranger, Culture et traduction dans l'Allemagne romantique, Paris, (...)

1L'étranger dans la langue : voilà un intitulé à l'évidence tout à fait "bermanien", au sens où la traduction selon Antoine Berman doit aller à soumettre la langue d'arrivée où langue-cible à l'"épreuve de l'étranger", à "féconder le Propre par la médiation de l'Etranger"1. Ainsi, pour reprendre un mot bien connu de Pannwitz et l'appliquer au contexte du couple des langues qui nous occupent ici, il conviendrait d'angliciser le français-cible de nos traductions (et réciproquement, pour nos confrères d'outre-Manche, de franciser leur anglais-cible).

  • 2  Jean-René Ladmiral, "Sourciers et ciblistes", in Revue d'esthétique (nouvelle série) Toulouse, Edi (...)
  • 3  Eugene A. Nida, Toward a Science of Translating with special reference and procedures to Bible tra (...)

2En somme, le problème posé ainsi implicitement est un problème proprement fondamental de la traduction, qui en traverse toute l'histoire : c'est celui que je n'ai pas cru inutile de thématiser dans les termes d'une opposition entre les positions théoriques de ceux que j'ai appelés respectivement les sourciers et les ciblistes2. Très rapidement : pour les "ciblistes", ce qui est pertinent, c'est le signifié ou plutôt le sens (ou la "valeur") de la parole (ou du "discours") d'un auteur-source qu'il convient de faire advenir au sein de la langue-cible ; alors que les "sourciers" s'attachent au signifiant (ou à la "signifiance") de la langue du texte-source. C'est dire s'ils se situent bien les uns et les autres "à deux pôles diamétralement opposés" : d'un côté "la naturalisation de l'œuvre étrangère", de l'autre "la volonté de préserver (son) exotisme, ... son irréductible étrangeté", avait écrit Paul Bensimon dans sa présentation générale du colloque. Au reste, l'opposition entre "sourciers" et "ciblistes" rejoint celle qu'avait établie Eugene A. Nida entre l"'équivalence formelle" et l'"équivalence dynamique"3.

  • 4  Uriel Weinreich, Languages in contact, Findings and problems, London-The Hague-Paris, Mouton, 1967 (...)

3A un niveau plus élémentaire d'abord, et strictement linguistique, l'étranger dans la langue, ce pouvaient être aussi les emprunts, calques, interférences et autres "faux amis". En un mot, pour nous, il s'agirait du "franglais" (voire d'un "frenglish" dont, à vrai dire, on parle beaucoup moins souvent). Il y a là depuis Weinreich, comme on sait, un objet d'étude spécifique pour le linguiste4. Cette question n'est pas sans rapport avec le problème qui a été évoqué précédemment : c'en est même pour ainsi dire le corollaire, linguistique. Au reste, c'est un point qu'aborde ici-même Antoine Berman, que nous venons de citer. Il nous rappelle en effet la "mixité lexicale" de la langue anglaise : "en elle, une autre langue parle", dit-il joliment (frenglish). Réciproquement, il souligne que, dans ses traductions de Milton, Chateaubriand maximise la parenté du français avec l'anglais ; en sorte qu'on aurait là comme la généalogie d'une "autorité" littéraire justifiant le franglais..

4A vrai dire, Antoine Berman ne nous tient pas en l'occurrence le discours de la description linguistique, mais celui d'une phénoménologie des langues qui se situe entre la philosophie et la littérature, et qui est plus en rapport avec l'objet qui est le nôtre ici. Aussi, comme on l'aura vu, les principes ou postulats qu'il énonce souffrent-ils bien des exceptions, qu'au reste il ne manque pas de mettre lui-même tout de suite explicitement en évidence, dans la mesure où il y a sans doute lieu d'y voir autant de contrepoints, ou d'antidotes immunisant la dialectique d'un tel discours contre ce qu'on pourrait appeler en jargon poppérien (et franglais) des "falsifications" et lui permettant d'assurer ainsi la fonction qui lui est assignée de faire apparaître la langue comme phénomène. (A tout le moins est-ce la façon dont j'ai cru devoir l'entendre).

  • 5  C'est là un point de théorie linguistique qui appellera toute une réflexion concernant la nature d (...)

5Plus généralement, la question posée est celle d'une éventuelle "osmose linguistique", telle que l'envisage Paul Bensimon (ibidem) en invoquant, après Maurice Grevisse, le cas de "l'antéposition de plusieurs adjectifs juxtaposés ou coordonnés", dont il pointe quelques exemples chez un écrivain comme J.-M.G. Le Clézio. Il y a là un problème qui, donc, intéresse non seulement le grammairien, mais aussi ceux qui, comme nous, se penchent d'assez près sur les traductions littéraires. Bien plus, indépendamment de toute référence à la traduction ou à une quelconque modalité de contact inter-linguistique réel, se pose le problème théorique de la possibilité même de l'interférence. En effet, les exemples trouvés chez J.-M.G. Le Clézio ne l'ont pas été dans une traduction, mais bien dans le texte d'un écrivain français, et non des moindres. Peut-on imaginer que ce soient des "anglicismes" ? D'une façon générale : une langue peut-elle vraiment en influencer une autre ? N'y a-t-il pas plutôt, seulement, l'actualisation endogène de structures latentes qui existaient déjà dans la langue ? La phrase interrogative mal formée "Tu viens avec ?", est-ce du "frallemand", alsacien par exemple ? Ou du "français possible" ?5

6Au-delà donc de la "cuisine" linguistique, c'est à un autre niveau que nous avons à nous situer ici : au niveau d'une approche plus globale et fondamentale des textes à traduire ; et les textes qui nous intéressent sont ceux des œuvres littéraires. Dans cet esprit, l'étranger dans la langue, ce peut être l'étrange, l'insolite dans la littérature. Plus essentiellement, je serais tenté de dire que c'est la littérature elle-même qui apporte "l'étranger dans la langue", en un (quatrième) sens où l'écrivain est un logothète qui donne "un sens plus pur aux mots de la tribu".

7De ces quatre sens que je me suis plu à distinguer à cet intitulé élégamment énigmatique et polysémique du colloque dont c'est ici les Actes, il est clair que le sens-noyau, le sens premier qui a été mis en avant ci-dessus : "l'étranger dans la langue", est un énoncé implicitement bermanien. Mais il apparaît que les autres s'y résolvent. On a vu qu'au sens linguistique, les éventuelles "interférences" induites ponctuellement, au coup par coup, entre "langues en contact" par le dispositif de la traduction étaient sans doute d'autant plus nombreuses que l'option traductologique embrassée aura été "sourcière". Du même coup, sur le plan littéraire, les traductions conçues dans cet esprit seront de ces "belles étrangères" qui font résonner une tonalité insolite d'étrangeté dans la langue elle-même. Et n'est-ce pas là aussi, au bout du compte, une façon de faire droit à l'étrangeté en quelque sorte "hölderlinienne" de tout écrivain, qui semble toujours venu d'ailleurs, un peu comme l'étrangère qui vient de Mantinée pour nous parler de l'amour dans le Banquet de Platon.

8Cela dit, l'option "sourcière" en matière de traductions n'est pas la seule et, encore une fois, il en existe une autre qui lui est opposée, à savoir : l'option "cibliste" ; et à vrai dire, comme je m'en suis déjà amplement expliqué dans l'étude précédemment citée où je traite de ce problème, c'est à cette position cibliste que je me rallie pour ma part et que je défendrai ici. Mais il n'est pas question de polémiquer avec tel ou tel. Si j'ai cité Antoine Berman, c'est d'abord bien sûr pour les raisons qui viennent d'être évoquées ; c'est aussi parce que, pour ce qui est de la position "sourcière", je pense un peu à cet auteur, mais pas seulement à lui — ni même principalement à lui, notamment quand j'adopte une attitude résolument critique. Au reste, ce qui est en cause, c'est la logique de positions théoriques dont la forme systématique permet de dégager leur structure argumentative, l'une par rapport à l'autre, comme aussi leur mode respectif d'application à la pratique. Alors qu'à étiqueter de quelque(s) nom(s) la réflexion théorique proposée, on prend trop souvent le risque de simplifications qui ne rendent pas exactement justice à la complexité des analyses développées par les auteurs ainsi "épinglés".

  • 6  Jean-René Ladmiral, "Traductologiques", in Le français dans le monde, N° spécial Retour à la tradu (...)

9Quoi qu'il en soit, avec l'alternative traductologique entre sourciers et ciblistes, c'est un problème théorique qui se trouve posé. En quoi on ne devra pas voir que fumées spéculatives, dispensées à fonds perdus comme en vaine offrande à quelques dieux hypothétiques et à jamais muets. C'est de théorie de la pratique, à partir d'elle, qu'il s'agit : induite d'une expérience très concrète de traduire en l'occurrence, de part et d'autre. En traduction en effet, nous avons montré comment les problèmes théoriques et même "méta-théoriques" qui relèvent d'une épistémologie de la traduction sont (dans le meilleur des cas) paradoxalement en même temps d'emblée des problèmes de la pratique traduisante6. Il n'en va pas autrement de ceux qui, comme ici, nous renvoient à une esthétique et à une philosophie de la traduction.

10L'opposition entre sourciers et ciblistes est une problématique philosophique qui engage la réalité de modes d'écriture différents en traduction littéraire. D'un côté, on aura un romantisme sourcier qui tendrait à "ethnologiser" la littérature, à produire des textes exotiques en langue-cible. De l'autre, on aura un classicisme cibliste dont le programme est celui d'une esthétique de la traduction procédant empiriquement aux "réglages" précis des énoncés qui sont censés produire en langue-cible des effets sémantiques et littéraires "équivalents" à ceux qu'avait mis en oeuvre le texte-source.

  • 7  Cf. "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 36 sqq.

11S'agissant d'une étude à caractère plutôt théorique, je suis conduit à limiter ici la part des exemples à un strict minimum ; et je me contenterai d'abord de reprendre celui du titre du chapitre VII de Alice's Adventures in Wonderland : "A Mad Tea-Party", dont j'ai déjà proposé une analyse détaillée et comparative7. Alors que notre ami Guy Leclercq propose la traduction, à mes yeux, excellente (celle que j'aurais voulu avoir trouvée moi-même) : "Un thé fou", Henri Meschonnic avait traduit ce titre par l'énigmatique équivalent-cible : "Une folle partie de thé". Si j'ai critiqué la traduction littérale, sourcière, d'Henri Meschonnic, c'est que j'y vois ce que j'appellerais volontiers (en forçant un peu le trait) un fétichisme du signifiant. On pourra m'objecter qu'en l'occurrence la question n'est pas tant de savoir si la traduction doit être littérale ou non que de faire écho à une certaine "tonalité rythmique". Mais je conteste justement que ce soit le cas ici. En d'autres termes ("théoriques"), ce qui est en cause, c'est le rendu en langue-cible des effets sémantiques et stylistiques propres au texte-source. A quoi, avec la traduction cibliste qu'il nous propose, Guy Leclercq se montre bien plus "fidèle".

  • 8  Cité par Walter Benjamin, dans "La tâche du traducteur", in Œuvres, t. I : Mythe et violence, trad (...)
  • 9  Cf. ma communication au Festival franco-anglais de poésie, à Paris le 22 mai 1986, publiée sous le (...)

12On ne sait pas trop ce que peut être en français (?) une "partie de thé" (même si l'on peut y fantasmer, comme en surimpression, le télescopage ambigu de quelques isotopies sémantiques autres...). En fait, on a affaire à un mixte (inter-)linguistique par anglicisation de la syntaxe, de l'ordre des mots dans ce taxème "français" ; et cela produit un effet de bizarrerie, d'ambiguïté, dont je ne vois pas qu'il y soit en anglais, dans le texte-source. En somme, voilà un cas élémentaire (parmi mille autres possibles) de ce que recommandait Pannwitz : pour ce dernier en effet, "l'erreur fondamentale de celui qui traduit est de conserver l'état contingent de sa propre langue au lieu de la soumettre à la motion violente de la langue étrangère"8. Ainsi conviendrait-il, à l'en croire, d'helléniser, de latiniser, de germaniser, voire d"'indianiser", etc., et donc, comme je l'ai indiqué au début, d'angliciser notre français-cible, quand nous traduisons. C'est ce que j'ai appelé la "logique du viol" linguistique9.

  • 10  Ibid., p. 221.

13D'où le titre de ma présente contribution aux Actes de notre colloque sur "L'étranger dans la langue"... Ce titre joue au demeurant sur le double sens du verbe violer en français : ayant à fournir un abstract en anglais de l'étude déjà citée, il m'a fallu traduire en anglais que si les ciblistes s'attachent à "respecter" la langue-cible, les sourciers tendent eux à la "violer" : to "violate" (to "rape") the target language10 ; et, dans ce contexte, il sera loisible de filer la métaphore à l'envi, comme il m'est arrivé de le faire déjà.

  • 11  D'une façon générale, on trouvera l'essentiel de ce cahier des charges dans l'ouvrage suivant (don (...)
  • 12  Cf. Georges Kassaï et Jean-René Ladmiral (éds.), Actes du colloque Traduction et psychanalyse (Par (...)

14Or il se trouve qu'il y a là l'échéance d'une expérience, sourcière donc, à laquelle j'aurai à me confronter au plan de ma pratique traduisante, alors que, comme je l'ai dit plus haut, toute ma réflexion théorique (cibliste) de traductologue va là contre, comme aussi toute ma pratique de traducteur jusqu'à présent. Ayant accepté de retraduire Le Malaise dans la civilisation (on dira maintenant : Le Malaise dans la culture)pour les "OCF.P." (Oeuvres complètes de Freud : Psychanalyse, aux PUF) publiées sous la direction d'André Bourguignon, Pierre Cotet et Jean Laplanche, j'ai accepté par là même de me plier aux "règles du jeu" auxquelles est soumis l'attelage des nombreux traducteurs requis pour cette vaste entreprise collective. Concrètement, il conviendra de suivre les directives terminologiques — disons plutôt : lexico-terminologiques — d'un glossaire allemand-français qui concerne des centaines de mots, pour lesquels sont fournis les éléments d'une concordance bi-univoque dont en principe le traducteur ne s'écartera pas. A quoi vient s'ajouter l'obligation stylistique de suivre "l'ordre des mots" autant que faire se peut11. On conçoit que cela ne va pas sans me poser quelque problème théorique, comme je m'en suis expliqué ailleurs12 ; mais finalement c'est au niveau propre de la pratique elle-même que les vrais problèmes se posent, et trouvent (éventuellement) des solutions.

  • 13  J'y reviendrai dans une prochaine étude. (Au reste, j'en avais traité dans ma communication à notr (...)

15Ce qu'on appelle "le grand public cultivé" n'a pas été laissé dans l'ignorance des polémiques, parfois excessives, dont ces retraductions de Freud ont fait l'objet. Sans-prétendre ici arbitrer un débat important, qui appellerait de longs développements, je donnerai seulement deux exemples opposés, sans les analyser en détail13. Autant c'est très volontiers que j'accepte le néologisme la désirance pour traduire l'allemand-source Sehnsucht, à la fois parce que le terme-cible de "nostalgie" dont on se sert le plus couramment, faute de mieux, ne convient que très rarement tout à fait, et parce que le nouvel équivalent néologique qui nous est ainsi proposé est bien du "français possible" au sens où cette création verbale est à peine transgressive et s'inscrit tout naturellement dans le programme de dérivation du français. Autant je continue à n'être pas convaincu par la et même le désaide pour l'allemand-source Hilflosigkeit...

  • 14  Avec d'autres, j'ai pu en faire amplement l'expérience en traduisant la Critique du jugement pour (...)
  • 15  Cf. mes "Eléments de traduction philosophique", in Jean-René Ladmiral et Henri Meschonnic (éds.), (...)

16Si, encore une fois, je consens à en passer par là, c'est pour deux raisons. Il y a là en effet deux problèmes, tout à fait différents, qu'on a trop souvent tendance à confondre et dont il n'est pas certain qu'ils soient toujours bien clairement distingués dans l'esprit de ceux qui prennent une part parfois si véhémente à ces controverses touchant la retraduction de l'oeuvre freudienne. Il y a d'abord tout le problème de la terminologie (stricto sensu) que Freud a créée : ce sont des difficultés concrètes et précises qui admettent le plus souvent des réponses "techniques" ; et là le germaniste-philosophe que je suis ne peut que s'incliner devant la compétence du freudologue-psychanalyste qu'est Jean Laplanche et devant les arrêts de la commission de terminologie qu'il a constituée autour de lui. Philosophe-traducteur, j'ai aussi par ailleurs l'expérience de ce que plus on traduit et, surtout, plus on retraduit la terminologie mise en oeuvre par des auteurs comme Kant, ou Freud justement, plus on se trouve poussé à se rapprocher, semble-t-il, d'une position "sourcière"14 : il y a comme une "pesanteur" historique de la traduction philosophique qui nous amène à voir progressivement dans tous les mots des concepts et à en faire des "termes" (terminus technicus), à arbitrer l'alternative de la quodité traductive entre idiomatisation et terminologisation en faveur de cette dernière15.

  • 16  Voir la controverse ouverte dans les colonnes du "magazine freudien" L'Ane : n° 34 (avril-juin 198 (...)
  • 17  C'est ce que montrent déjà les deux exemples que je viens de donner ; voir aussi les travaux de Pi (...)
  • 18  Jean Laplanche, "Clinique de la traduction freudienne", loc. cit., p. 7 sq.
  • 19  C'est, à très peu près, la conclusion de mon étude précédemment citée sur "Sourciers et ciblistes" (...)

17Mais il y aussi un problème d'écriture : le rendu du style n'appelle pas les mêmes solutions que les questions terminologiques. La rigueur terminologique ne s'accorde pas toujours avec les exigences stylistiques d'une écriture, ni même parfois avec les contraintes idiomatiques propres à une langue. Alors le "français freudien" des "OCF.P" est-il une langue violée ? Quelquefois, mais pas toujours, et peut-être moins souvent que ne l'on clamé les adversaires (lacaniens notamment)16. Et quand cela se produit, l'affaire est en fait assez délicate : car la norme d'une langue n'est jamais aussi nettement tranchée qu'on le croirait17 ; et il est vrai qu'il se produit dans la langue ainsi "violée" tout un travail d'anasémie, comme l'a indiqué Jean Laplanche18, qui va dans le sens de ce que proclame, un peu massivement, Pannwitz. Autrement dit : il n'est de viol linguistique que par le rachat de la consentance19. Et globalement, on peut dire qu'à cet égard la langue est bonne fille !

  • 20  Jean-René Ladmiral et Edmond Marc Lipiansky, La Communication interculturelle, Paris, Armand Colin (...)

18Dans les faits, c'est-à-dire dans la pratique traduisante réelle, les choses se règlent pour ainsi dire au coup par coup. Chaque item concret dont l'écriture fera problème, ce sera au traducteur (à moi, à vous, à quelqu'un) de prendre une décision, au niveau propre de la pratique, en arbitrant le conflit latent dont la norme de langue-cible est l'enjeu au terme d'un va-et-vient dialogique entre l'écoute de son propre sens de la langue (Sprachgefühl) et le risque à prendre d'y faire violence. Au reste, ce viol linguistique auquel il faudra que je me prête (et auquel déjà je m'apprête) n'est pas forcément désagréable, puisqu'aussi bien j'y serai à la fois le violeur et le (ou la) violé(e). En violant la langue, c'est en effet une part de moi-même que je viole moi-même ; car il est bien vrai que profondément ma langue m'habite20. Ainsi le fait de m'imposer en tant que traducteur une telle discipline collective, notamment sur le plan lexico-terminologique, prend-il à mes yeux la valeur d'une contrainte de type "oulipien" dont j'attends qu'elle m'amène à voir sortir de sous ma propre plume (ou, du moins, des touches de mon clavier) des énoncés qu'autrement je n'eusse pas spontanément produits. L'écrivain au petit pied — qu'en tant que traducteur je suis — verra ainsi affleurer, pour ainsi dire, "l'étranger dans la langue".

19Sauf qu'à vrai dire ce n'est plus tout à fait l'étranger, puisque c'est bien de moi-même que je devrai proprement ex-primer ces énoncés-cibles et qu'il ne me sera pas vraiment possible de me "sortir des tripes" des phrases en contravention formelle avec la norme de mon sens de la langue. On voit bien que ce serait là une impossibilité, tant il est vrai qu'il y a une prégnance pour ainsi dire "dictatoriale"de la grammaire sur nous, comme l'avait déjà pressenti Nietzsche.

20Mais si c'est bien la langue-cible qu'un sourcier comme Pannwitz désire voir soumise à ce qu'il appelle la "motion violente" (que ne puis-je écrire "violante" !) de la langue-source (gewaltig), n'y aurait-il pas aussi comme une sorte de viol cibliste du texte-source puisqu'on entend le faire entrer dans le moule de la sociolangue-cible ? Peut-on éviter que La montagne magique de Thomas Mann soit traduite en un français-cible plus ou moins proustien ? Que les traductions de Dune hésitent entre une sorte de français de chevalerie reconstitué et un néo-français parlé, parfois très "oral", etc. ?

  • 21  Comme je l'ai déjà nettement marqué in "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 39 sqq.
  • 22  Voir notamment les réserves qu'a exprimées Sherry Simon dans le compte rendu qu'elle a publié du n (...)
  • 23  Il y a là toute une problématique qu'il n'est guère possible de traiter ici et à laquelle il convi (...)

21Cela dit, je ne voudrais pas trop m'étendre ici, comme "à plaisir", sur cette métaphore scabreuse de viol ; et je préférerai parler en l'occurrence d'une profanation du texte-source, passant ainsi de l'isotopie sexuelle à l'isotopie religieuse. Non seulement parce que la métaphore du viol fait problème en soi, tant sur le plan théorique21 que sur le plan "idéologique"22. Mais surtout parce qu'elle suggère l'idée d'une intervention active sur un objet-victime (pour reprendre une formule de Jean-Marie Zemb), comme c'est un peu le cas quand on prétend "bousculer" la langue-cible, — alors que la profanation cibliste du texte-source n'advient qu'au niveau subjectif de sa réception. On notera qu'il revient à ce concept de "profanation" une place cruciale au sein de l'esthétique benjaminienne23.

22Il reste que je n'ai pas le privilège d'être le seul à user de l'isotopie métaphorique de la sexualité. Outre évidemment qu'avec les exemples psychanalytiques que j'ai évoqués plus haut, on se trouve pour ainsi dire porté vers la chose, il semble que le sujet lui-même nous la suggère, nous la met dans la bouche ou, à tout le moins, nous la glisse sous la plume. Sans aller proprement jusqu'au "viol", dans sa présentation déjà citée, Paul Bensimon (citant Antoine Berman, ou tout de son propre cru) nous parle de "féconder le Propre", d"'inséminer" la langue d'arrivée, de "fertilisation" entre langues, d'une exploitation "féconde" des interférences, etc. Il est vrai qu'on trouve aussi la métaphore picturale (une langue "déteint" sur une autre, et Julien Green parle de "couleur") ou l'image des "vêtements" (qu'on retire ?).

  • 24  Georges Mounin, Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963 (1e éd. : Biblio (...)

23Ces dernières remarques n'ont pas seulement pour fonction d'atténuer la dimension de provocation un peu "pubertaire" que porte en elle la métaphore sexuelle du viol que j'ai utilisée, de me disculper en quelque sorte : cette esquisse d'une analyse du discours, des images qu'il met en oeuvre, m'est une occasion d'en souligner le caractère seulement métaphorique, d'en marquer donc les limites au niveau conceptuel ; et j'y répondrai en reprenant, encore une fois, la phrase de Jacques Lacan si souvent citée, il est vrai hors de son contexte et un peu détournée (c'est bien le moins !) de son sens : "il n'y a pas de rapport sexuel, il n'y a jamais eu de rapports sexuels !". C'est une façon de revenir, au terme des analyses ici proposées, aux deux postulats dont je suis parti, à savoir : l'option cibliste en matière de traduction, et la remise en cause de l'idée même d'interférences entre langues. En ce sens, contrairement à quelques citations célèbres et à certaines habitudes d'esprit, je dirai que la traduction n'est pas un "contact de langues"24, ni une "interaction". Elle est à peine une "mise en rapport de deux langues", car ce qui est mis en rapport, c'est bel et bien la parole-sourced'un auteur avec la langue-cible de son traducteur et, plus précisément, avec l'usage "parolique" qu'il en fait. Ménager le "dépaysement culturel" qu'apporte un texte, en respecter les "formes textuelles" et le relief de son écriture, tout cela — sans quoi il est bien clair qu'il n'est pas de traduction des œuvres littéraires (ou philosophiques) digne de ce nom — n'implique pas que la langue soit "violée" par l'irruption en elle de l'étranger. C'est la langue-cible, notre langue maternelle de traducteurs, qui "génère" (comme on tend à dire dans le franglais "techno" des linguistes notamment), qui engendre (ou "accouche", pendant qu'on y est) à partir de ses ressources propres, natives, l'étrangeté dont c'est la nature de toute littérature de nous faire jouir.

Haut de page

Notes

1  Antoine Berman, L'Epreuve de l'étranger, Culture et traduction dans l'Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984 (coll. Les Essais, n° CCXXVI), p. 16. C'est la citation invoquée par Paul Bensimon pour introduire à notre colloque sur "L'étranger dans la langue".

2  Jean-René Ladmiral, "Sourciers et ciblistes", in Revue d'esthétique (nouvelle série) Toulouse, Editions Privat, n° 12 (1986), p. 33-42. Je ne peux reprendre ici la substance de cette étude en détail ; mais je me permettrai d'y renvoyer explicitement dans la mesure où les pages qu'on va lire s'inscrivent pour ainsi dire "en aval" de cette dernière et prendront appui sur elle à maintes reprises. Il se trouve que c'est à Londres, lors d'un colloque franco-britannique sur la traduction en juin 1983, que j'ai hasardé pour la première fois ces deux termes, et que je me les suis vu maintenant "autoriser" en anglais par Peter Newmark sous la forme : "sourcerers" et "targeteers".

3  Eugene A. Nida, Toward a Science of Translating with special reference and procedures to Bible translating, Leyde, E. J. Brill, 1965, p. 159 et passim.

4  Uriel Weinreich, Languages in contact, Findings and problems, London-The Hague-Paris, Mouton, 1967 (5e éd.).

5  C'est là un point de théorie linguistique qui appellera toute une réflexion concernant la nature des langues (et leur mode de relation possible), que je ne peux traiter ici. Cf. "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 40.

6  Jean-René Ladmiral, "Traductologiques", in Le français dans le monde, N° spécial Retour à la traduction, août-septembre 1987, p. 18 sqq. C'est au demeurant tout l'objet de mon livre que de mettre en œuvre pratiquement un tel programme : Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979 (Petite Bibliothèque Payot, n° 366).

7  Cf. "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 36 sqq.

8  Cité par Walter Benjamin, dans "La tâche du traducteur", in Œuvres, t. I : Mythe et violence, trad. M. de Gandillac, Paris, Denoël, 1971 (Dossiers des Lettres Nouvelles, collection dirigée par M. Nadeau), p. 274.

9  Cf. ma communication au Festival franco-anglais de poésie, à Paris le 22 mai 1986, publiée sous le titre : "Viol et consentance", in La Traductière, n° 4-5, Printemps-Eté 1987, pp. 88-91. J'ai repris la substance de ce texte dans mon étude, déjà citée, sur "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 39 sq.

10  Ibid., p. 221.

11  D'une façon générale, on trouvera l'essentiel de ce cahier des charges dans l'ouvrage suivant (dont la présentation matérielle est celle-là même des "OCF.P") : André Bourguignon, Pierre Cotet, Jean Laplanche et François Robert, Traduire Freud, Paris, PUF, 1989. Encore que n'ait pu y être reproduit bien sûr la totalité dudit glossaire allemand-français des termes freudiens.

12  Cf. Georges Kassaï et Jean-René Ladmiral (éds.), Actes du colloque Traduction et psychanalyse (Paris, 8 décembre 1984), in Le Coq-Héron, n° 105 (1988), p. 40 sqq. ; et cf. Actes des Cinquièmes Assises de la Traduction littéraire (Arles 1988) : "Traduire Freud", Arles, Actes Sud, 1989, p. 152 sqq.

13  J'y reviendrai dans une prochaine étude. (Au reste, j'en avais traité dans ma communication à notre colloque de 1987 sur la retraduction et j'en traitais dans ma contribution "Retraduire les oeuvres de pensée" que de malheureux contretemps ont empêché de faire figurer dans les Actes publiés dans le prochain numéro de Palimpsestes ; et en parler ici, c'est un peu une façon de rattraper... On aura noté d'ailleurs que, d'entrée de jeu, Paul Bensimon a fait lui-même le lien entre les problématiques de ces deux colloques).

14  Avec d'autres, j'ai pu en faire amplement l'expérience en traduisant la Critique du jugement pour les Œuvres philosophiques de Kant publiées dans la Bibliothèque de la Pléiade ; et ce, alors que le regretté Ferdinand Alquié, maître d'oeuvre de l'opération, était un philosophe, un cartésien, que sa sensibilité portait plutôt au classicisme d'une position cibliste en traduction. Dans les faits, il y a bien là une obligation tendancielle propre à la pratique de la retraduction, qui, effectivement, constitue une problématique spécifique.

15  Cf. mes "Eléments de traduction philosophique", in Jean-René Ladmiral et Henri Meschonnic (éds.), La traduction : numéro spécial de la revue Langue française, n° 5, septembre 1981, pp. 19-34. Sur la parenté entre traduction philosophique et traduction psychanalytique, cf. Jean Laplanche, "Clinique de la traduction freudienne", in L'Ecrit du temps, n° 7, Eté 1984, pp. 6 et 10. Sur le "théorème" de quodité traductive, cf. Traduire..., op. cit., p. 223 sqq. et passim.

16  Voir la controverse ouverte dans les colonnes du "magazine freudien" L'Ane : n° 34 (avril-juin 1988), n° 35 (juil.-sept. 1988), n° 36 (oct.-déc. 1988), etc.

17  C'est ce que montrent déjà les deux exemples que je viens de donner ; voir aussi les travaux de Pierre Cadiot, et notamment : "De quoi ça parle ? - A propos de la référence de fa, pronom-sujet", in Le français moderne, n° 3-4, octobre 1988, pp. 174-193.

18  Jean Laplanche, "Clinique de la traduction freudienne", loc. cit., p. 7 sq.

19  C'est, à très peu près, la conclusion de mon étude précédemment citée sur "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 40.

20  Jean-René Ladmiral et Edmond Marc Lipiansky, La Communication interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989 (Bibliothèque européenne des sciences de l'éducation), p. 94.

21  Comme je l'ai déjà nettement marqué in "Sourciers et ciblistes", loc. cit., p. 39 sqq.

22  Voir notamment les réserves qu'a exprimées Sherry Simon dans le compte rendu qu'elle a publié du numéro déjà cité de la Revue d'esthétique sur la Traduction, il est vrai dans le contexte nord-américain de la revue de l'Association canadienne de traductologie (Montréal) : TTR (Traduction, Terminologie, Rédaction). Etudes sur le texte et ses transformations, Vol. 2, n° 2, 2e semestre 1989, p. 157 sq.

23  Il y a là toute une problématique qu'il n'est guère possible de traiter ici et à laquelle il conviendra de consacrer une prochaine étude.

24  Georges Mounin, Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963 (1e éd. : Bibliothèque des Idées, repris in coll. "tel", n° 5), p. 3 sqq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-René Ladmiral, « La langue violée ? », Palimpsestes, 6 | 1993, 23-33.

Référence électronique

Jean-René Ladmiral, « La langue violée ? », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/754 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.754

Haut de page

Auteur

Jean-René Ladmiral

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals