Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Les éléments non fictionnels de « The Custom-House »
Les traductions en français de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne

Julie Arsenault
p. 65-83

Résumés

En 1850, The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne est publié avec un succès immédiat auprès du public américain. Cependant, « The Custom-House », l’introduction à l’histoire d’Hester Prynne, attire l’attention, dérange et fait couler beaucoup d’encre. Pourtant l’histoire de la femme déchue aurait davantage dû choquer la société puritaine américaine de l’époque que cette longue introduction aux apparences inoffensives. Nous nous sommes interrogée sur le contenu de cette dernière. Pour cela, nous avons adopté un point de vue historique. Nous nous intéressons d’abord aux éléments historiques de « The Custom-House » et à ceux qui sont présentés comme tels par l’auteur. Puis nous rendons compte de la polémique relative à la publication de cette introduction. Ensuite, nous effectuons une analyse contrastive des onze traductions en français de cette introduction en accordant une attention particulière à leur dimension historique. Cela nous permet de formuler des hypothèses sur la présence ou l’absence de « The Custom-House » en traduction ; d’établir quels éléments historiques se retrouvent dans les traductions et quels sont ceux qui sont omis, pour ensuite proposer les raisons possibles de ces choix ; et enfin d’énoncer dans quelle mesure ces derniers modifient l’illusion de vraisemblance produite. En conclusion, nous constatons que quatre des six traductions qui incluent l’introduction transmettent presque intégralement les éléments non fictionnels au lecteur, permettant ainsi de conserver l’illusion de réel créée par Hawthorne.

Haut de page

Texte intégral

1Les divers genres romanesques (roman réaliste, science-fiction, roman policier…) sont régis par une relation spécifique à l’empirie, laquelle conditionne leur poétique propre. C’est ce qu’il ressort des recherches de Jean-Marc Gouanvic sur la sociologie du champ de la science-fiction (1999) et du champ du roman réaliste (2007) tels qu’ils apparaissent en traduction dans la culture française. Si la science-fiction se caractérise par ce que Marc Angenot (1978) nomme un « paradigme absent » et des « mots-fiction », on pourrait avancer que le roman réaliste se définit par un renvoi continu à un paradigme « présent », la rhétorique du réalisme s’appuyant sur des référents avérés dans le monde empirique. C’est dans cette optique que nous nous situerons en concentrant notre attention sur un roman réaliste important du xixe siècle américain, The Scarlet Letter. Nous nous focaliserons tout particulièrement sur l’introduction du roman, « The Custom-House », et sa traduction en français. Nous commencerons par nous intéresser aux éléments historiques de « The Custom-House », ainsi qu’à ceux qui sont présentés comme tels. Puis, nous présenterons la polémique entourant la publication de cette introduction. Nous serons ensuite en mesure de nous interroger sur le sort réservé à cette introduction ainsi qu’à ses éléments historiques dans les onze traductions en français de l’œuvre maîtresse d’un des pères fondateurs de la littérature américaine.

2En 1850, est publié The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne, et le roman connaît un succès immédiat auprès du public américain.

The Scarlet Letter was published on Saturday, 16 March 1850, by Ticknor and Company with copies available in Boston that day. The first edition of 2,500 copies sold out in three days. On 22 April a second edition of 2,500 copies was released, followed by a third edition of 1,000 published in September. (Kesterson (ed.), 1988 : 2)

  • 1 Dans la deuxième édition, « The Custom-House » compte 54 pages, ce qui représente un sixième du rom (...)

3Dès sa publication, « The Custom-House » a attiré l’attention, dérangé et fait couler beaucoup d’encre. Et pourtant, l’histoire de la femme déchue qu’est Hester Prynne aurait davantage dû choquer la société puritaine américaine de l’époque que cette longue introduction1 aux apparences inoffensives. Mais que contenait donc cette introduction ?

  • 2 « It is scarcely decorous, however, to speak all, even when we speak impersonally. But—as thoughts (...)
  • 3 Les propos de Baym semblent bien résumer les différentes opinions : « He designed “The Custom-House (...)

4Après avoir énoncé son désir de partager l’expérience qu’il a vécue dans les bureaux de la douane et évoqué ce qui rend acceptable les écrits de nature autobiographique2, Hawthorne affirme que la raison d’être de « The Custom-House » est d’offrir des preuves de l’authenticité du récit qu’il propose. Il est certain qu’il existe d’autres raisons qui ont poussé le romancier américain à rédiger cette introduction, et plusieurs spécialistes, chercheurs et critiques littéraires, se sont exprimés sur cette question3 ; néanmoins, nous allons nous en tenir à ce qu’il avance dans « The Custom-House ».

  • 4 Nous employons « fictionnel », et plus loin « non-fictionnel », au sens où Greimas et Courtès l’ent (...)

5En entrant dans la tradition du « document authentique », Hawthorne maintient l’illusion du réel. Ainsi, avant même que le lecteur commence la lecture de The Scarlet letter, il croit en l’existence d’Hester Prynne et à la véracité de son histoire. L’existence de cette femme et son histoire semblent possibles puisque presque toute l’introduction repose sur des éléments historiques. En effet, Hawthorne décrit l’édifice de la douane (tant l’intérieur que l’extérieur) et ses environs ; ses collègues et leurs occupations avec une attention particulière au Percepteur, à l’Inspecteur et à un troisième personnage qu’il ne nomme pas ; ses ancêtres et leurs liens avec Salem ; sa vie à la douane ; les circonstances entourant sa découverte de la lettre écarlate et des notes de monsieur le surveillant Pue à propos d’Hester Prynne, et les circonstances ayant mené à sa destitution. De ces éléments, les seuls qui soient fictionnels4 sont, bien entendu, ceux entourant la découverte de la lettre écarlate et des notes du surveillant Pue.

Le contexte historique et la réception critique

6Qu’est-ce qui dérangeait tant les contemporains de Hawthorne dans cette introduction ? Dans la préface à la seconde édition, Hawthorne déclare que la presse et la communauté de Salem le jugent coupable d’atrocités. Il affirme pourtant que « the only remarkable features of the sketch are its frank and genuine good-humor, and the general accuracy with which he [the author] has conveyed his sincere impressions of the characters therein described » (Hawthorne, 1850 : IV). Avant même de tenter de répondre à cette question, il s’avère important de considérer les conditions dans lesquelles Hawthorne a obtenu, puis perdu son poste. Le 3 avril 1846, Hawthorne signe son contrat avec le gouvernement démocrate et, six jours plus tard, prend ses fonctions officielles au bureau de la douane de Salem comme « Surveyor for the District of Salem and Beverly and Inspector of the Revenue for the Port of Salem » (Stewart, 1948 : 79). À cette époque, tous les fonctionnaires obtiennent leur poste grâce à leur allégeance au parti politique au pouvoir, et Hawthorne n’y fait pas exception. Si l’écrivain devenu fonctionnaire n’a plus le temps d’écrire d’œuvres littéraires, comme il le souligne dans son introduction, il trouve néanmoins le temps de faire parvenir aux gens de lettres de sa connaissance des exemplaires de ses œuvres et de rédiger des critiques littéraires pour le Literary World et les journaux locaux.

  • 5 Nous entendons par « agents » : « […] les personnes qui évoluent dans un champ. Il s’agit des auteu (...)
  • 6 « L’espace culturel est une forme non complètement organisée, sanctionnée du champ » (Arsenault, 20 (...)

7Cela a pour effet d’accroître sa popularité auprès des différents agents5 de l’espace culturel6 et du grand public américains.

  • 7 Woodson rapporte ces accusations dans Kesterson (ed.), 1988 : 186.

8Mais cette popularité n’empêche pas les Whigs de le décapiter – au sens figuré, bien sûr – lorsqu’ils prennent le pouvoir en novembre 1848. Ils accusent Hawthorne d’avoir mal géré la douane et d’avoir utilisé son bureau à des fins politiques, alors que ce dernier se dit indifférent à la politique7. Hawthorne est forcé de quitter ses fonctions officielles le 8 juin 1849.

  • 8 L’article original est paru le 5 avril 1850 dans le Springfield Republican.
  • 9 Leurs articles paraissent respectivement en juillet 1850 dans le North American Review, en octobre  (...)
  • 10 Voici deux exemples : « […] we confess that, to our individual taste, this naughty chapter [« The C (...)

9En évoquant les atrocités dont il est accusé, Hawthorne semble donc plutôt faire allusion aux critiques qui suggèrent que « The Custom-House » est l’occasion pour l’auteur américain de se venger de ses anciens collègues après son renvoi ou, du moins, d’étaler son ressentiment à leur endroit : « The author gets hard hits on all hands for the bad feeling displayed in his wholly uncalled introduction, in which he caricatures and abuses his former fellow officers in the Salem Custom-House. » (Beta, 1992 : 25)8 D’autres articles paraissent dans le Salem Register où, entre autres, il est dit de l’homme de lettres qu’il est un « despicable lampooner » à l’origine de « calumnious caricatures of inoffensive men » (Lee, 1982 : 51-52). Puis, trois critiques littéraires reconnus sont hostiles à « The Custom-House », mais aussi, et peut-être même davantage, au reste du roman : Anne W. Abbott, Orestes A. Brownson et Arthur Cleveland Coxe910.

10Cependant, plusieurs autres critiques sont favorables à « The Custom-House » :

Indeed, much of the critical commentary on The Scarlet Letter focused on Hawthorne’s caricatures of his former coworkers in the introduction. […] Such Democratic papers as the New York Evening Post, however, protested that there had been no “malignant intention in the writer”. (Scharnhorst, 1992 : XIV-XV)

  • 11 L’article original est paru le 15 mars 1850 dans le Boston Transcript.

These pages [« The Custom-House »] are full of wit and humor of the richest description, and show that the writer is as much at home with a smile on his countenance, as he is with a tear in his eye. (Anonyme in Scharnhorst (ed.), 1992 : 12)11

  • 12 L’article original est paru le 25 mars 1850 dans le Philadelphia Cummings’ Evening Telegraphic Bull (...)

This part of the book [« The Custom-House »] is filled with the most exquisite pen-portraits, and with passages of rich humor, quiet wit, and genial sentiment, that will warm, the heart of every reader. (Anonyme in Scharnhorst (ed.), 1992 : 20)12

11Notons aussi le commentaire d’un critique de la seconde moitié du xxe siècle qui fait remarquer que l’introduction « is detached even from himself, whom he discusses with the mock-intimacy he can make so charming » (Van Doren, 1962 [1949] : 166). Ainsi, Hawthorne ne se moque pas uniquement de ses prétendus ennemis.

12D’après notre analyse, les opinions entourant la réception de « The Custom-House » sont très défavorables lorsqu’elles sont émises par des ennemis politiques qui résident à Salem ou dans les environs de la ville. Les opinions favorables sont, elles, émises par des critiques non partisans dont le lieu de résidence n’a pas d’incidence sur leurs opinions. Dans les deux cas, les opinions véhiculées reposent sur une interprétation de faits – réels pour les uns, inventés pour les autres – qui n’ont jamais vraiment pu être prouvés.

13Il semble aussi possible d’émettre l’hypothèse selon laquelle les critiques négatives à l’endroit de « The Custom-House » ont une incidence sur la façon dont plusieurs critiques perçoivent cette introduction comme n’ayant aucun lien avec le roman, ce qui pousse certains à simplement l’ignorer. Et pourtant, plusieurs critiques contemporains rappellent que la lettre écarlate en elle-même lie l’introduction et le roman, mais aussi qu’il est nécessaire de lire les deux textes afin de pleinement comprendre le roman. En effet, d’après Van Deusen : « “The Custom-House” and our acquaintance with the mind and sensibility of its central character are an essential and indispensable part of our experience of The Scarlet Letter. » (Van Deusen, 1978 : 280)

La traduction et les éléments non fictionnels de « The Custom-House »

14Entre 1853 et 1979, onze traductions en français du roman sont publiées dont deux (celles de Marie Canavaggia et de Charles Cestre) sont encore aujourd’hui rééditées.

  • 13 Le capital est le produit d’un rapport social. En d’autres mots, il se définit comme « une énergie (...)
  • 14 Bourdieu définit le champ de grande production comme un système « spécifiquement organisé en vue de (...)

15Même si plusieurs critiques américains et anglais ont souligné le lien étroit que partagent « The Custom-House » et le roman lui-même, seules six des traductions françaises, toutes publiées après la Seconde Guerre mondiale, l’incluent. Il s’agit des traductions de Marie Canavaggia, de Henry Langon, de Léon Perrin, de Pierre Leyris, de Charles Cestre et de Jean-Luc Day. Nous tenons à souligner que les deux traductions qui sont encore rééditées aujourd’hui, celles de Marie Canavaggia et de Charles Cestre, se trouvent parmi ces six traductions. Cela semble indiquer qu’après coup, l’espace culturel français reconnaît l’importance de « The Custom-House ». Notons aussi que toutes ces traductions, à l’exception de celle de Leyris, comportent au moins un élément de paratexte (portant le nom de préface, d’introduction ou d’avant-propos) qui propose une biographie de Hawthorne. Ainsi, il semble que, en intégrant « The Custom-House » et un élément de paratexte à leur ouvrage respectif, ces cinq maisons d’édition ont cherché à présenter au public de langue française les œuvres les plus complètes possibles afin d’assurer la meilleure réception au roman. Et pour cause, dans la lutte pour l’accroissement du capital symbolique13 qui anime le champ de grande production14 littéraire français de cette période d’après-guerre, Hawthorne est une valeur sûre investie d’une légitimité avérée qui ne peut être que profitable pour l’avenir d’une maison d’édition et ce, tant pour les grandes que les petites maisons d’édition.

  • 15 Old Nick est l’un des pseudonymes d’Émile Daurand Forgues et c’est celui qu’il a utilisé pour signe (...)

16Mais pour quelles raisons les cinq autres traductions n’incluent-elles pas « The Custom-House » et par qui cette décision a-t-elle été prise ? Pour ce qui est de la toute première traduction, celle qu’Émile Daurand Forgues a signée du pseudonyme Old Nick15, il semble que la décision de ne pas inclure cette introduction ait été prise par quelqu’un d’autre que le traducteur, sûrement l’éditeur, et contre son conseil. En effet, dans un article qui paraît en 1852 dans la Revue des deux mondes sous le titre « Poètes et romanciers américains. Nathaniel Hawthorne », Forgues soutient que les préfaces de Nathaniel Hawthorne sont aussi intéressantes que les œuvres elles-mêmes et qu’elles se révèlent être d’excellentes sources de renseignements qui permettent au lecteur de mieux connaître l’écrivain américain.

Je sais des gens, – le nombre est grand, – à qui les préfaces sont odieuses comme le moi, et peut-être par les mêmes raisons. Pour d’autres, au contraire, la préface vaut le livre, quelquefois mieux. Une préface de Walter Scott, une préface de Charles Nodier, quelle friandise ! Il faut y ajouter désormais les préfaces de Nathaniel Hawthorne, qui nous l’ont fait connaître, aimer surtout, et sans lesquelles nous n’aurions peut-être lu aucun de ses romans ou de ses contes. (Forgues, 1852 : 337)

17En outre, dans cet article, Forgues cite un assez long passage (une page et demie) qu’il a traduit de « The Custom-House ». Le passage en question est celui où Hawthorne explique sa vision d’une carrière dans l’administration et précise dans quelles conditions il a été démis de ses fonctions officielles. Il est surprenant qu’après avoir tant insisté sur l’importance des préfaces de Hawthorne et après avoir amorcé la traduction de celle de The Scarlet Letter, Forgues l’ait délibérément omise de sa traduction. La personne responsable de cette décision a probablement considéré que l’omission ne nuirait pas à la compréhension de l’intrigue du roman par le public français. Il se peut aussi qu’elle ait eu vent des critiques américaines et anglaises à l’endroit de l’introduction, et qu’elle ait décidé de ne pas l’inclure afin de ne pas entraîner le public français sur un terrain inconnu. Mais il se peut fort bien que le choix de ne pas insérer la traduction de « The Custom-House » dans le roman soit dû à des questions liées aux coûts de publication, c’est-à-dire que l’introduction a été jugée trop longue et qu’elle aurait entraîné des coûts de production trop importants qui auraient sûrement amoindri les bénéfices. Il ne faudrait pas négliger une dernière hypothèse. Selon Ronald Jenn, « the most embarrassing part of the novel was “The Cutstom-House,” The Scarlet Letter’s companion-piece, because of its guillotine and decapitation metaphor which was reminiscent of the Revolution » (Jenn, 2007: 89). Il faut se rappeler qu’en 1849, deux propriétaires de journaux ont été condamnés à la prison et à payer d’importantes amendes pour avoir mentionné de façon métaphorique le retour de la guillotine. Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant qu’il fût décidé de ne prendre aucun risque et de ne pas inclure « The Custom-House ».

  • 16 Nous ne sommes pas en mesure de spécifier à quel moment cet incendie a eu lieu, car la personne ave (...)

18Ces suppositions semblent aussi s’appliquer aux autres traductions. Nos recherches sur les quatre autres maisons d’édition (Alphonse Lebègue, La Centaine, Marguerat et Éditions Gérard & Cie) ne nous ont rien appris sur leurs politiques éditoriales à l’époque où elles ont publié leurs traductions de The Scarlet Letter. Cela s’explique par le fait qu’il s’agit de petites maisons d’édition, à l’exception d’une seule – les Éditions Gérard & Cie –, qui ont eu une courte vie et n’ont pas laissé de trace dans l’espace culturel ou dans le champ, selon l’époque. Quant aux Éditions Gérard & Cie, maison d’édition dont l’importance est connue à l’époque de la traduction par Lucienne Molitor de La Lettre écarlate, leurs archives auraient pu nous apporter des réponses, mais elles ont été détruites par un incendie16.

19En outre, les quatre traducteurs dont il est ici question (Squarr, Benett, Benassy et Molitor) ne se sont pas exprimés sur leur pratique de traducteur, du moins pas à notre connaissance. Cela n’a rien d’étonnant si nous considérons que la traduction n’était pas l’activité principale de Squarr, que Benett n’a traduit qu’une seule autre œuvre, qu’il s’agit de la seule traduction de Benassy et que le mystère entourant Molitor, qui a tout de même traduit plus d’une dizaine d’œuvres, demeure entier. On peut voir là la confirmation de l’invisibilité du traducteur étudiée par Lawrence Venuti :

many newspapers […] do not even list the translators in headnotes to reviews, reviewers often fail to mention that a book is a translation […], and publishers almost uniformly exclude translators from book covers and advertisements. (Christ cité dans Venuti, 1995 : 8)

  • 17 La réception critique des onze traductions en français de The Scarlet Letter est traitée dans Arsen (...)

20Quant à la mince réception critique des traductions (seulement seize articles pour les onze traductions)17, elle ne nous éclaire pas non plus : l’introduction n’y est jamais mentionnée. Le fait que cette réception critique soit si mince est assez surprenant. Il se peut que Hawthorne et son roman soient alors si bien connus des Français que la presse ne juge pas nécessaire à leur succès de leur accorder plus d’attention. Sinon, comment expliquer que les journaux et périodiques « boudent » une des œuvres maîtresses d’une littérature et d’une civilisation qu’ils admirent, qu’ils cherchent à connaître et à faire connaître ?

21Revenons maintenant aux traductions qui incluent l’introduction de Hawthorne et voyons quel sort les traducteurs ont réservé à ses éléments non fictionnels. Même si, parmi ces traducteurs, certains sont plus connus que d’autres (nous pensons tout spécialement à Canavaggia et Leyris), ils ne se sont pas plus exprimés sur leur pratique de traduction que les traducteurs que nous avons évoqués précédemment. En outre, il n’a pas non plus été possible d’établir les politiques éditoriales des maisons d’édition qui ont publié leurs traductions. La Nouvelle Édition, le Carrefour, les Compagnons du livre et Beckers sont de petites maisons d’édition qui n’ont été en fonction que durant quelques années et qui, par conséquent, n’ont guère marqué le champ. Quant à Confluences, ce n’est pas une maison d’édition à proprement parler, mais un périodique qui publie quelques traductions durant la Seconde Guerre mondiale. Pour ce qui est des Belles Lettres, il n’a pas été possible d’obtenir de renseignements concernant leurs politiques éditoriales de l’époque. En ce qui a trait à la réception critique, aucune mention des politiques éditoriales de nos six maisons d’édition n’y est faite.

La traduction de Marie Canavaggia

  • 18 Tous les exemples sont regroupés dans le fascicule Textes de référence.

22Commençons par la traduction de Marie Canavaggia de « The Custom-House ». La traductrice traduit presque entièrement l’introduction, mais omet un certain nombre de courts passages contenant des éléments historiques (voir exemple 118)

23Les omissions relevées, qui semblent être aléatoires, sont toutes relativement courtes et n’entravent en rien la compréhension. C’est pour ces raisons que nous formons l’hypothèse qu’elles sont imputables à la traductrice et non à l’éditeur. Cependant, il reste que l’accumulation de ces omissions amoindrit l’illusion de vraisemblance, car Hawthorne ne nomme que quelques lieux et personnes dans « The Custom-House ». Quant aux raisons qui ont pu pousser Marie Canavaggia à omettre ces éléments historiques précis, elles semblent difficiles à expliquer. En effet, aux yeux des Français, ces éléments ne sont pas plus étrangers ou inconnus que ceux qu’elle inclut dans l’introduction. C’est comme si ces passages avaient échappé à la vigilance de la traductrice.

24Pour la dernière omission : « and the remainder are gleaned from annuals and magazines, of such antique date that they have gone round the circle, and come back to novelty again » (Hawthorne, 1850 : 52), il semble qu’elle soit intentionnelle. Nous savons qu’au moment où Hawthorne rédige « The Custom-House », il n’a pas encore terminé The Scarlet Letter et qu’il compte compléter son volume par des nouvelles, ce dont son éditeur (James T. Field) le dissuade après avoir lu ce qu’il pressent être un chef-d’œuvre. Étant donné qu’il décide finalement de développer davantage The Scarlet Letter afin d’en faire un roman, il semble raisonnable de supposer que Marie Canavaggia choisit délibérément d’omettre ce passage afin d’éviter que le lecteur se pose inutilement des questions ou pour éviter, par obligation morale, de devoir rédiger une note de traduction pour éclaircir la situation.

25Nous avons également repéré quelques modifications et les avons divisées en trois catégories que nous maintiendrons pour l’analyse des autres traductions (exemple 2).

  • 19 Cette hypothèse ne va pas à l’encontre de celle que nous avons formée un peu plus tôt et qui suppos (...)
  • 20 Une bibliographie des traductions de Marie Canavaggia est proposée dans Arsenault, 2007 : 383-386.
  • 21 Pour des phénomènes similaires, se rapporter à Jenn, 2006 : 35-50.

26Pour la plupart, ces modifications sont mineures et passent inaperçues aux yeux du lecteur, car elles font appel à des référents qui lui sont connus. C’est comme si la traductrice avait voulu que le lecteur se retrouve dans cette société qu’il connaît si peu. Pour la traduction de the British army in its flight from Boston, il semble que Marie Canavaggia ait lu trop rapidement. Mais pour ce qui est des traductions de collector et de surveyor, nous ne nous attendions qu’à une traduction pour chaque terme. Nous avons l’impression que la traductrice hésite, qu’elle confond les deux titres. Pour ce qui est de fonctionnaire de la République, il s’agit d’un glissement de sens qui semble dénoter une certaine domestication (Venuti) ; sinon cela signifie qu’elle connaît fort mal la culture américaine, ce qui semble peu probable19 si nous considérons le sérieux avec lequel elle a réalisé ses traductions de l’américain20. Considérons un autre glissement de sens : la traduction de firewood from the British provinces par bois de chauffage de Grande-Bretagne21. Il semble sage de supposer que le bois de chauffage provenait du Canada, qui était effectivement une « province » de la Grande-Bretagne et qui possédait les ressources forestières naturelles, plutôt que de la Grande-Bretagne, pays qui n’était pas un grand producteur de bois de chauffage. En outre, il aurait été plutôt onéreux de faire venir du bois de chauffage de Grande-Bretagne. Ce glissement de sens dénote une connaissance lacunaire du contexte nord-américain du xixe siècle.

La traduction de Henry Langon

27La traduction de Langon ne contient qu’une seule omission. Lorsque Hawthorne écrit qu’il veut faire part au public de son expérience à la douane, Langon ne traduit pas le passage suivant : « the example of the famous “P. P., Clerk of the Parish,” was never more faithfully followed » (Hawthorne, 1850 : 1).

28Cette omission semble s’expliquer par les mêmes raisons que celles avancées pour la traduction de Marie Canavaggia, c’est-à-dire pour favoriser la compréhension du lecteur en évitant de le confronter à des éléments inconnus. Cependant, comme c’est l’unique omission, il se peut fort bien que Langon n’ait simplement pas vu cet extrait.

29Les modifications repérées sont dans l’exemple 3. Ces modifications ne semblent pouvoir s’expliquer que par une connaissance lacunaire de la culture américaine. Et cela est plus que possible, car, à cette époque, Langon, José-André Lacour de son vrai nom, ne s’est jamais rendu aux États-Unis et n’a pas non plus lu de façon extensive sur la culture de ce pays. Quant à la traduction de the town-pump par la place du marché, il semble que le traducteur ait délibérément choisi un équivalent culturel pour faciliter la lecture. Pour la référence à « Main Street » (une des nouvelles que Hawthorne voulait faire publier dans le même volume que The Scarlet Letter), la traduction de included in the present volume par qui est joint au troisième volume de cette édition indique clairement que le traducteur a établi sa traduction à partir de la troisième édition du roman de Hawthorne. Toutefois, l’auteur a inclus cet élément dès la toute première édition, ce que le lecteur français ne peut pas savoir. En outre, « Main Street » n’a jamais été publié avec The Scarlet Letter.

La traduction de Léon Perrin

30La traduction de Perrin ne comprend aucune omission. Pour ce qui est des modifications, il y en a peu, comme le montre l’exemple 4. Ajoutons qu’elles n’affectent en rien la compréhension et qu’elles semblent découler d’une connaissance insuffisante de la culture américaine.

La traduction de Pierre Leyris

31La traduction de Leyris ne contient aucune omission et seulement quelques modifications mineures qui semblent également dues à une connaissance lacunaire de la culture américaine. L’exemple 5 indique les modifications qu’il a apportées au texte original.

32Nous aimerions dire un mot de la traduction de my Democratic brethren par mes frères en Démocratie. Dans le contexte, il est plutôt question des confrères démocrates de Hawthorne que de tous ceux qui croient en la démocratie. Et c’est une différence importante que Hawthorne souligne tout au long de « The Custom-House ». Pour lui, ainsi que pour tous les hommes politiques de cette époque, le fossé entre les démocrates et les Whigs est infranchissable, ce qui empêche ces hommes d’être des frères en Démocratie. Cependant, la société française d’après-guerre voit les États-Unis comme un pays où la démocratie prime, et tout particulièrement en politique. Ainsi, la traduction de Leyris corrobore l’idée que les Français ont de la démocratie américaine, alors qu’une traduction littérale irait à l’encontre de cette idée. Est-ce pour cette raison que Leyris opte pour cette traduction ou est-ce simplement une mauvaise interprétation de sa part ? Rien ne nous permet de dire laquelle de ces hypothèses est la bonne.

La traduction de Charles Cestre

  • 22 Ce n’est pas le lieu d’étudier son habitus (Bourdieu). Qu’il soit simplement dit que Charles Cestre (...)
  • 23 Se référer à Arsenault, 2007 : 285-296.

33Passons à la traduction de Cestre22. Les omissions que nous avons relevées sont dans l’exemple 6. Il semble que Cestre conçoive la traduction comme une activité permettant une grande liberté. En effet, Cestre supprime plusieurs passages du roman lui-même23. En outre, Ronald Jenn fait remarquer que « dans l’ensemble, il [Cestre] affiche une tendance à concentrer et résumer le texte de départ » (Jenn, 2006 : 47).

34Nous avons également relevé plusieurs modifications (exemple 7). Ces modifications sont, pour la plupart, du même ordre que celles relevées chez les autres traducteurs et semblent s’expliquer par un désir de proposer au public de langue française une traduction où il se retrouve, une traduction où la domestication est à l’œuvre. Cependant, nous aimerions attirer l’attention sur deux traductions précises qui illustrent un désir d’expliciter la parole de Hawthorne. En rendant the elder Adams par Samuel et John Adams, Cestre crée un faux-sens. Quant aux prétendues sorcières, cette interprétation semble trouver sa justification dans le fait qu’après coup, la société américaine a reconnu que ces femmes n’étaient pas des sorcières. Mais, pour Hawthorne, le drame est que son ancêtre ne l’a jamais reconnu et ne s’est jamais excusé de ce qu’il avait fait. Nous remarquons aussi qu’en ne rendant pas inherited, le traducteur atténue le lien de filiation unissant Hawthorne à ses ancêtres qui le hantent toujours. Pour la tache indélébile, il s’agit d’un ajout qui ne peut découler que d’une interprétation personnelle. Ces pratiques ne sont pas isolées et elles ont aussi été validées par notre analyse de la traduction de The Scarlet Letter.

35La liberté avec laquelle Cestre traite les éléments non fictionnels de « The Custom-House » est certes surprenante, car elle modifie le discours de l’auteur et induit le lecteur en erreur en lui présentant une vision autre que celle véhiculée par l’auteur dans son texte. Cela ne semble pouvoir s’expliquer que par le fait que Cestre est un universitaire qui a fait des traductions sans toutefois avoir une formation de traducteur et que, n’étant pas totalement intégré au champ littéraire français, il n’est pas toujours en mesure de bien établir les limites des exigences de ce dernier. Nous nous interrogeons cependant sur le fait qu’aucun agent n’a émis d’objection à l’endroit de la traduction de Cestre. Cela pourrait s’expliquer par l’important capital symbolique dont Cestre est doté en tant que spécialiste de la littérature américaine et qui peut paraître inattaquable.

La traduction de Jean-Luc Day

36L’unique omission relevée dans la traduction de Day ne semble s’expliquer que par un oubli (exemple 8).

37Les diverses modifications mineures observées (exemple 9) sont du même ordre que celles observées chez les autres traducteurs. C’est pourquoi nous ne nous attarderons pas sur la question.

Conclusion

38Notre analyse du traitement des éléments non fictionnels de « The Custom-House » montre que la traduction est heureuse, puisque quatre des six traductions qui incluent l’introduction transmettent presque intégralement ces éléments au lecteur, ce qui permet de conserver l’illusion de réel créée par Hawthorne et de garder intact le rapport rhétorique avec le monde empirique. La traduction de Marie Canavaggia, en omettant un certain nombre des éléments non fictionnels, amoindrit un peu cette illusion, sans lui nuire réellement En revanche, le choix de Charles Cestre de sacrifier une grande partie des éléments non fictionnels de l’introduction et d’imprimer sa vision ou son interprétation de ce qu’il transmet suggère que sa traduction est à certains égards plus proche de l’adaptation. Rappelons que dans tous les cas, à l’exception de celui de Marie Canavaggia, les résultats de notre analyse concordent avec ceux de l’analyse de The Scarlet Letter. Quant à Marie Canavaggia, sa traduction du roman est plus près du texte de Hawthorne que celle de l’introduction. Il se pourrait que cela découle d’une connaissance limitée de la société américaine et que des pressions exercées sur elle par la Nouvelle Édition pour l’inciter à terminer rapidement sa traduction l’aient empêchée de mener des recherches plus approfondies qui lui auraient permis de mieux rendre les éléments non fictionnels.

39Pour achever cette étude, il ne resterait plus maintenant qu’à comparer le traitement de ces résultats à celui que les onze traducteurs ont réservé, en traduction, aux éléments non fictionnels du roman lui-même. En effet, nous savons que Hawthorne a consulté plusieurs écrits historiques pour The Scarlet Letter :

Hawthorne used the most creditable history of Boston available to him at the time, and one which is still an important source for identification of houses of the early settlers and for landmarks in the city. The book is Dr. Caleb H. Snow’s History of Boston. […] he studied Increase Mather’s Illustrious Providences and Cotton Mather’s Magnolia Christi Americana. He read the local histories of all the important New England towns. He read—and mentioned in his works—Bancroft’s History of the United States, Felt’s Annals of Salem, and Winthrop’s Journal. […] Hawthorne pored over the daily records of the past […] (Ryskamp in Gerber (ed.), 1968 : 20-21)

40Une telle comparaison nous permettrait de mieux saisir dans quelle mesure les traducteurs de l’un des chefs-d’œuvre de la littérature américaine ont transmis les éléments historiques de cette œuvre dans leur traduction.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Hawthorne, Nathaniel, 1850, The Scarlet Letter, Boston, Ticknor, Reed et Fields.

—, 1853, La Lettre rouge A, roman américain, trad. Old Nick, Paris, Gabriel de Gonet.

—, 1855, La Lettre rouge, trad. ANONYME, Paris, Marescq.

—, 1856, La Femme au pilori (chronique de Boston), trad. O. Squarr, Bruxelles, Alphonse Lebègue.

—, 1945, La Lettre écarlate, trad. G. A. Benett, Paris et Bruxelles, La Centaine.

—, 1945, La Lettre écarlate, trad. Marie Canavaggia, Paris, La Nouvelle Édition.

—, 1945, La Lettre écarlate, trad. Henry Langon, Bruxelles, Le Carrefour.

—, 1946, La Lettre écarlate, trad. Léon Perrin, Lyon, Confluences.

—, 1949, La Lettre écarlate, trad. Pierre Leyris, Paris, Les Compagnons du livre.

—, 1951, La Lettre écarlate, trad. Maurice Bénassy, Lausanne, Marguerat.

—, 1955, La Lettre écarlate, trad. Charles Cestre, Paris, Les Belles Lettres.

—, 1957, La Lettre écarlate, trad. Lucienne Molitor, Verviers, Éditions Gérard et Cie.

—, 1979, La Lettre écarlate, trad. Jean-Luc Day, Anvers, Beckers.

Ouvrages et articles

Angenot, Marc, 1978, « Le paradigme absent : éléments d’une sémiotique de la science-fiction », Poétique, 33 (février), p. 74-79.

Arsenault, Julie, 2007, The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne traduit dans l’espace culturel de langue française (1850-1979), thèse pour le doctorat d’Études du monde anglophone, Paris, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Anonyme, 1992, « Nathaniel Hawthorne », in Scharnhorst, Gary (ed.), The Critical Response to Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter, New York, Greenwood Press, p. 10.

—, 1992, « Literary Notices », in Scharnhorst, Gary (ed.), The Critical Response to Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter, New York, Greenwood Press, p. 18-20.

Beta, 1992, « Personal Gossip – Literary Matters », in Scharnhorst, Gary (ed.), The Critical Response to Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter, New York, Greenwood Press, p. 25.

Bourdieu, Pierre, 1971, « Le Marché des biens symboliques », l’Année sociologique, 3e série, XXII, p. 49-126.

—, 1979, La Distinction – Critique sociale du jugement de goût, Paris, Les Éditions de Minuit.

—, 1992, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

—, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bourdieu, Pierre et Wacquant, Loïc J. D., 1992, Réponses – Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Bradley, Sculley et al. (eds), 1978 [1961], The Scarlet Letter: An Authoritative Text, Backgrounds and Sources, Criticism, New York, W. W. Norton & Company Inc.

Crowley, J. Donald (ed.), 1970, Hawthorne. The Critical Heritage. Londres, Routledge & Kegan Paul.

Forgues, Émile Daurand, 1852, « Poètes et romanciers américains. Nathaniel Hawthorne », La Revue des deux mondes, no 14 nouv. période, p. 337-365.

Gerber, John C. (ed.), 1968, Twentieth Century Interpretations of The Scarlet Letter, Englewood Cliffs (New Jersey), Prentice-Hall Inc.

Gouanvic, Jean-Marc, 1999, Sociologie de la traduction : la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950, Arras, Artois Presses Université.

—, 2007, La Pratique sociale de la traduction : le roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960), Arras, Artois Presses Université.

Haar, Roberta et Wynn, Neil (eds), 2009, Transatlantic Conflict and Consensus: Culture, History & Politics, Cambridge, Cambridge Academic.

Jenn, Ronald, 2006, « L’adjectif composé dans The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne », Palimpsestes 19, p. 35-50.

—, 2007, « Translation and Institutions. Translating Nathaniel Hawthorne’s and Mark Twain’s novels in the 19th Century France », in Trim, Richard et Alatorre, Sophie (eds), Through Other Eyes. The Translation of Anglophone Literature in Europe, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, p. 87-98.

—, 2009, « Transatlantic Conflict and Consensus in the Field of Cultural Production. The Case of French Translations of Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter and Mark Twain’s Tom Sawyer and Huckleberry Finn », in Haar, Roberta et Wynn, Neil (eds), Transatlantic Conflict and Consensus: Culture, History & Politics, Cambridge, Cambridge Academic, p. 31-46.

Kesterson, David B. (ed.), 1988, Critical Essays on Hawthorne’s The Scarlet Letter, Boston, G. K. Hall & Co.

Lee, Robert, A., 1982, « “Like a Dream Behind Me”: Hawthorne’s “The Custom-House” and The Scarlet Letter », in Lee, Robert, A. (ed.), Nathaniel Hawthorne: New Critical Essays, Totowa, Barnes & Noble Books, p. 48-68.

— (ed.), 1982, Nathaniel Hawthorne: New Critical Essays, Totowa, Barnes & Noble Books.

Ryskamp, Charles, 1968, « The New England Sources of The Scarlet Letter », in Gerber, John C. (ed.), Twentieth Century Interpretations of The Scarlet Letter, Englewood Cliffs (New Jersey), p. 19-34.

Scharnhorst, Gary, 1992, « Introduction », in Scharnhorst, Gary (ed.), The Critical Response to Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter, New York, Greenwood Press, p. XII-XXX.

— (ed.), 1992, The Critical Response to Nathaniel Hawthorne’s The Scarlet Letter, New York, Greenwood Press.

Stewart, Randall, 1948, Nathaniel Hawthorne, A Biography, Londres et New Haven, Yale University Press et Oxford University Press.

Trim, Richard et Alatorre, Sophie (eds), 2007, Through Other Eyes. The Translation of Anglophone Literature in Europe, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing.

Van Deusen, Marshall, 1978, « Native Tone in “The Custom-House” and The Scarlet Letter », in Bradley, Sculley et al. (eds), The Scarlet Letter: An Authoritative Text, Backgrounds and Sources, Criticism, New York, W. W. Norton & Company Inc, p. 263-269.

Van Doren, Mark, 1962 [1949], Nathaniel Hawthorne, New York, The Viking Press.

Venuti, Lawrence, 1995, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Londres et New York, Routledge.

Woodson, Thomas, 1988, « Hawthorne, Upham, and The Scarlet Letter », in Kesterson, David B. (ed.), Critical Essays on Hawthorne’s The Scarlet Letter, Boston, G. K. Hall & Co., p. 183-193.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Dans la deuxième édition, « The Custom-House » compte 54 pages, ce qui représente un sixième du roman (le roman faisant 322 pages).

2 « It is scarcely decorous, however, to speak all, even when we speak impersonally. But—as thoughts are frozen and utterance benumbed, unless the speaker stand in some true relation with his audience—it may be pardonable to imagine that a friend, a kind and apprehensive, though not the closest friend, is listening to our talk; and then, a native reserve being thawed by this genial consciousness, we may prate of the circumstances that lie around us, and even of ourself, but still keep the inmost Me behind veil. To this extent and within these limits, an author, methinks, may be autobiographical, without violating either the reader’s rights or his own. » (Hawthorne, 1850 : 2)

3 Les propos de Baym semblent bien résumer les différentes opinions : « He designed “The Custom-House” for many purposes: to balance the mood and tone of The Scarlet Letter, which, he feared, was monotonous in its single effect [Woodberry, George E., 1902, Nathaniel Hawthorne, Boston et New York, Houghton, Mifflin & Company, p. 185.]; to increase the length of the volume in which The Scarlet Letter was to be published [Stewart, Randall, 1948, Nathaniel Hawthorne. A Biography, Londres et New Haven, Yale University Press et Oxford University Press, p. 94.]; to take revenge on the politicians who had caused his removal from the Custom-House [Desalvo, Louise, 1987, Nathaniel Hawthorne, Atlantic Highlands, Humanities Press International Inc.]. But above all, he wrote it as a commentary on, and a frame for, The Scarlet Letter [Lee, Robert A., (ed.), 1982, Nathaniel Hawthorne: New Critical Essays, Totowa, Barnes & Noble Books, p. 67.]. » (Baym, Nina, 1988, « The Major Phase I, 1850: The Scarlet Letter », in Kesterson (ed.), 1988 : 133)

4 Nous employons « fictionnel », et plus loin « non-fictionnel », au sens où Greimas et Courtès l’entendent : « On entend par fiction une articulation descriptive (v. Convention) d’un monde qui n’est pas un monde naturel*. Tandis que, pour une communauté culturelle, le monde naturel se prête par définition à l’articulation par un ensemble ouvert et infini de descriptions contrôlées par autant de métalangages différents, ce qui relativise la valeur de vérité de chaque description appliquée à lui et invite à la constitution de probabilité de tel ou tel type de description, le monde non naturel décrit par une fiction est par principe fermé à d’autres descriptions que celle qui le crée. Il s’agit donc d’une articulation descriptive unique, singulière, seule pertinente pour la détermination du contenu de ce monde. » (Greimas, Algirdas, Courtés, Joseph, 1986, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage II, Paris, Hachette, « Classiques Hachette », p. 88)

5 Nous entendons par « agents » : « […] les personnes qui évoluent dans un champ. Il s’agit des auteurs, des traducteurs, des critiques, des directeurs de collection et des éditeurs pour le champ littéraire et des théoriciens, des chercheurs, des directeurs de collection et des éditeurs pour le champ de la traductologie » (Arsenault, 2007 : 35).

6 « L’espace culturel est une forme non complètement organisée, sanctionnée du champ » (Arsenault, 2007 : 37). Voici une définition du champ : « En termes analytiques, un champ peut être défini comme un réseau, ou une configuration de relations objectives entre des positions. Ces positions sont définies objectivement dans leur existence et dans les déterminations qu’elles imposent à leurs occupants, agents ou institutions, par leur situation (situs) actuelle et potentielle dans la structure de la distribution des différentes espèces de pouvoir (ou de capital) dont la possession commande l’accès aux profits spécifiques qui sont en jeu dans le champ, et, du même coup, par leurs relations objectives aux autres positions (domination, subordination, homologie, etc.). » (Bourdieu et Wacquant, 1992 : 72-73)

7 Woodson rapporte ces accusations dans Kesterson (ed.), 1988 : 186.

8 L’article original est paru le 5 avril 1850 dans le Springfield Republican.

Nous avons aussi recensé quelques articles du début du xxe siècle qui abondent en ce sens, dont deux sont particulièrement intéressants : « […] in his sketch of the Custom-House […], one feels that Hawthorne stooped in taking his literary revenge on his humble associates by holding them up to personal ridicule » (Woodberry, George E., 1902, Nathaniel Hawthorne, Boston et New York, Houghton, Mifflin & Company, p. 203), « He added to the novel an autobiographical introduction dealing with his experience in the Custom-House, in which he expressed under a veil of satire all the ill-feeling which he bore his fellow-townsmen. » (Morris, Lloyd, 1969 [1927], The Rebellious Puritan: Portrait of Mr. Hawthorne, Port Washington, Kennikat Press, p. 230)

9 Leurs articles paraissent respectivement en juillet 1850 dans le North American Review, en octobre 1850 dans le Brownson’s Quaterly Review et en janvier 1851 dans The Church Review.

10 Voici deux exemples : « […] we confess that, to our individual taste, this naughty chapter [« The Custom-House »] is more piquant than any thing (sic) in the book […] » (Abbott, Anne W, 1970, « From a Review in the North American Review », in J. D. Crowley (ed.), 1970 : 164), « Mr. Hawthorne seems never to have learned that pride is not only sin, but the root of all sin, and that humility is not only a virtue, but the root of all virtue. […] Mr. Hawthorne also mistakes entirely the effect of Christian pardon upon the interior state of the sinner. He seems entirely ignorant of the religion that can restore peace to the sinner,true, inward peace, we mean. […] Again, Mr. Hawthorne mistakes the character of confession. » (Brownson, Orestes, 1970, « From a Review in Brownson’s Quaterly Review », in J. D. Crowley (ed.), 1970 : 178)

11 L’article original est paru le 15 mars 1850 dans le Boston Transcript.

12 L’article original est paru le 25 mars 1850 dans le Philadelphia Cummings’ Evening Telegraphic Bulletin.

13 Le capital est le produit d’un rapport social. En d’autres mots, il se définit comme « une énergie sociale qui n’existe et ne produit ses effets que dans le champ où elle se produit et se reproduit » (Bourdieu, 1979 : 127). « Le capital symbolique (l’honneur masculin des sociétés méditerranéennes, l’honorabilité du notable ou du mandarin chinois, le prestige de l’écrivain renommé, etc.) n’est pas une espèce particulière de capital, mais ce que devient toute espèce de capital lorsqu’elle est méconnue en tant que capital, c’est-à-dire en tant que force, pouvoir ou capacité d’exploitation (actuelle ou potentielle), donc reconnue comme légitime. » (Bourdieu, 1997 : 285)

14 Bourdieu définit le champ de grande production comme un système « spécifiquement organisé en vue de la production de biens symboliques destinés à des non-producteurs (“le grand public”) qui peuvent se recruter soit dans les fractions non intellectuelles de la classe dominante (“le public cultivé”), soit dans les autres classes sociales » (Bourdieu, 1971 : 55). Ajoutons que ce système « obéit à la loi de la concurrence pour la conquête d’un marché aussi vaste que possible » (ibid.).

15 Old Nick est l’un des pseudonymes d’Émile Daurand Forgues et c’est celui qu’il a utilisé pour signer plusieurs articles de littératures anglaise et américaine ainsi que quelques traductions, et ce, tout au long de sa carrière.

16 Nous ne sommes pas en mesure de spécifier à quel moment cet incendie a eu lieu, car la personne avec laquelle nous avons communiqué chez Marabout (c’est sous ce nom que les plus importantes collections de Gérard & Cie ont été publiées à partir de 1949) ne nous a pas donné cette information.

17 La réception critique des onze traductions en français de The Scarlet Letter est traitée dans Arsenault, 2007 : 92-106.

18 Tous les exemples sont regroupés dans le fascicule Textes de référence.

19 Cette hypothèse ne va pas à l’encontre de celle que nous avons formée un peu plus tôt et qui supposait une connaissance limitée de la société américaine. En effet, ces deux hypothèses sont valables puisque nos recherches ne nous ont pas permis d’établir à quel degré Marie Canavaggia connaissait la culture américaine à l’époque où elle a traduit The Scarlet Letter.

20 Une bibliographie des traductions de Marie Canavaggia est proposée dans Arsenault, 2007 : 383-386.

21 Pour des phénomènes similaires, se rapporter à Jenn, 2006 : 35-50.

22 Ce n’est pas le lieu d’étudier son habitus (Bourdieu). Qu’il soit simplement dit que Charles Cestre est un professeur de littérature américaine, le premier titulaire de la chaire de littérature et civilisation américaines à la Sorbonne. Cette chaire, qui a été créée pour lui par un mécène américain, est inaugurée le 25 janvier 1927.

23 Se référer à Arsenault, 2007 : 285-296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Arsenault, « Les éléments non fictionnels de « The Custom-House »
Les traductions en français de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne
 », Palimpsestes, 24 | 2011, 65-83.

Référence électronique

Julie Arsenault, « Les éléments non fictionnels de « The Custom-House »
Les traductions en français de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne
 », Palimpsestes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/853 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.853

Haut de page

Auteur

Julie Arsenault

Julie Arsenault est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne traduit dans l’espace culturel de langue française (1850-1979), sous la direction de la professeure Christine Raguet et soutenue en novembre 2007 à l’Institut du Monde Anglophone (Sorbonne Nouvelle – Paris 3). Depuis, elle enseigne la traduction dans quatre universités canadiennes : l’université Concordia, l’université McGill, l’université d’Ottawa et l’université de Sherbrooke. Sa recherche porte principalement sur différents traducteurs de langue française des deux derniers siècles et plus particulièrement sur Émile Daurand Forgues.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals