Navigation – Plan du site
Discours greffés

Diglossie et biculturalisme littéraires :
le cas de A Free Life, de Ha Jin

Isabelle Perrin
p. 205-222

Résumés

Le roman La Liberté de vivre, de Ha Jin, place son lecteur face à un type d’« écriture-traduction », puisqu’il suit le parcours d’un Chinois contraint par son exil aux États-Unis après les événements de Tian’anmen d’adopter la langue et la culture américaines. La représentation mimétique du réel joue sur le concept d’étrangeté, que le texte fait fonctionner en miroir : étrangeté des référents langagiers et culturels américains pour le héros chinois, étrangeté des référents langagiers et culturels chinois pour le lecteur américain. Dans ce texte porté par une poétique de l’entre-deux, le greffage du réel se marque ainsi par la violence faite à la langue d’accueil et par l’inscription dans la trame diégétique des déficiences du transfert interculturel.
Face à ce métissage littéraire placé au cœur même de l’acte créatif, le projet traductif se doit de dépasser la dichotomie des pratiques sourcière et cibliste pour mieux rester fidèle à la dualité inscrite dans le texte original. Une analyse des choix traductifs (translittération de l’accent au moyen du lambdacisme, vernacularisation des dialogues par le biais de ruptures morphosyntaxiques, adaptation des impropriétés ou jeux de mots, rendu des références culturelles chinoises et américaines selon des stratégies inversées) montrera que, à condition de postuler un pacte traductologique avec le lecteur, la langue cible, qui acquiert ici le statut de langue tierce, apporte paradoxalement au texte source une dimension supplémentaire, un point de référence allogène qui permet de mettre en relief les deux pôles conflictuels de la réalité reconstruite par la fiction.

Haut de page

Texte intégral

The style in this book is different from my earlier books. […] The linguistic playfulness in this book cannot be translated anymore.
Ha Jin
1

1Le roman A Free Life, de Ha Jin, suit le parcours d’un Chinois contraint par son exil aux États-Unis d’adopter la langue et la culture américaines. La représentation mimétique du réel joue sur le concept d’étrangeté, que le texte fait fonctionner en miroir : étrangeté des référents langagiers et culturels américains pour le héros chinois, étrangeté des référents culturels chinois pour le lecteur américain. Dans ce texte porté par la thématique de l’entre-deux, c’est la langue même qui est le lieu d’un greffage du réel, celui-ci apparaissant dans la violence faite à la langue d’accueil et dans l’inscription au centre de la trame diégétique des ratages du transfert interculturel.

  • 2 In the Pond, 1998, Cambridge (Ma.), Zoland (La Mare, 2004, trad. Josée Kamoun, Paris, Le Seuil), Wa (...)
  • 3 Il s’en explique notamment dans Jin (2009).

2Avant d’aborder les difficultés de traduction posées par ce roman, quelques mots sur l’auteur et son œuvre permettront d’éclairer la problématique. Ha Jin est un Chinois parti étudier aux États-Unis en 1985 en qualité de boursier. Au moment du massacre de Tian’anmen, il décide de ne pas rentrer au pays. Il accomplit ensuite une brillante carrière universitaire, et publie des essais littéraires, des recueils de poésie ou de nouvelles et des romans, cinq à ce jour, couronnés de nombreux prix littéraires2. Fait remarquable, il a toujours écrit en anglais3, sa langue d’adoption, ce qui lui confère un style à la fois très dépouillé (que d’aucuns ont pu qualifier de plat mais qui se caractérise par une véritable poétique de la simplicité) et truffé de termes recherchés, voire savants, qu’il glane avec passion dans les dictionnaires.

3A Free Life est le premier de ses romans qui se situe en Amérique, et le parcours du héros correspond pour partie à celui de l’auteur. Le livre s’ouvre en 1989, six semaines après Tian’anmen, et s’attache à la destinée de Nan Wu, improbable incarnation du rêve américain. Arrivé aux États-Unis comme étudiant pour préparer un doctorat en sciences politiques avec le projet de rentrer ensuite au pays enseigner, il fait venir femme et enfant auprès de lui, puis, horrifié par les événements de Tian’anmen et résolu à ce que son fils ne grandisse pas dans son pays natal, dont l’histoire est marquée par la violence, il abandonne ses études, enchaîne les petits boulots et finit par réunir la somme nécessaire au rachat d’un restaurant chinois à Atlanta, puis d’une maison. Mais cette fulgurante réussite sociale ne suffit pas à guérir Nan de ses ambitions de poète, qui cèdent régulièrement devant les contraintes professionnelles et sociales qu’il s’impose par peur du lendemain. Après de nombreuses péripéties, Nan revend son restaurant pour reprendre un emploi de directeur de nuit dans un motel afin de pouvoir se consacrer à sa poésie, et c’est sur ses poèmes écrits dans sa langue d’adoption que s’achève le livre.

4Les questions de traduction que soulève ce roman tournent donc autour du greffage au cœur même du texte d’une réalité biculturelle. Il s’apparente en cela à la « traduction-écriture », concept notamment utilisé par Paul Bandia (2001) à la suite d’Antoine Berman, pour analyser les pratiques traductologiques dans la littérature postcoloniale. En effet, si la question de la langue et des référents culturels interroge toute traduction, elle est ici dédoublée, car, avant même l’acte traductif, le texte original nous donne à voir en juxtaposition dans une même langue deux réalités culturelles. Ceci pose la question de la réception du texte en soi, dans un premier temps, puis de la traduction, dans un deuxième temps. Le héros et le lecteur américain, d’une part, puis le lecteur français, d’autre part, occupent des positions différentes. Le héros est un Chinois confronté à l’exotisme de cette terre américaine qu’il découvre, le lecteur américain occupe une position symétrique (l’exotisme est lié aux références culturelles chinoises alors que le cadre américain lui parle et lui permet de poser parfois un regard amusé sur le héros). Quant au lecteur français, il se retrouve face à un double exotisme : ce qui est surprenant pour le héros et banal pour le lecteur américain lui est aussi étranger que ce qui est normal pour le héros et exotique pour le lecteur américain. Face à ce métissage littéraire qui sous-tend l’acte créatif, le projet traductif se retrouve contraint de dépasser la dichotomie des pratiques sourcière et cibliste pour mieux rester fidèle, paradoxalement, à la dualité inscrite dans le texte original.

  • 4 On se reportera utilement sur ce point aux bibliographies fournies par Paul Bandia (2001) et Myriam (...)
  • 5 Un des rares articles sur la question est le témoignage de Karine Laléchère (2009) sur son expérien (...)

5Dans cette démarche, les nombreuses études portant sur la diglossie, la vernacularisation, les pidgins et les créoles4, si passionnantes soient-elles et malgré un certain nombre de problématiques communes, ne sont pas directement prégnantes dans la mesure où, linguistiquement, elles portent surtout sur le domaine africain, caraïbe ou indien, et où, culturellement, elles sont traversées par des questions idéologiques liées à l’impérialisme qui ne sont pas pertinentes à notre analyse. En effet, il ne s’agit pas ici de littérature coloniale ou postcoloniale, mais de littérature de l’exil, à laquelle Ha Jin a d’ailleurs récemment consacré un essai théorique (Jin, 2008). Celle-ci concerne l’adoption volontaire d’une langue seconde par le héros immigrant (et en l’occurrence par l’auteur), et les œuvres ressortissant de ce genre, a fortiori dans la sphère spécifiquement sino-américaine qui nous concerne, n’ont pas encore donné lieu à des études en nombre suffisant pour que se dégage un consensus traductologique auquel on pourrait adosser la pratique traduisante5. Le livre ne s’apparente même pas véritablement à ce que Myriam Suchet (2009), à la suite de Rainier Grutman, appelle les « littératures hétérolingues », puisque le texte original est intégralement en anglais et ne présente un xénisme chinois qu’à travers le prisme de la langue anglaise : il n’y a donc pas à proprement parler de bilinguisme, ni de code-switching ou de code-mixing.

6Les remarques qui suivent permettront peut-être d’ouvrir quelques pistes de réflexion sur la traduction des romans ressortissant de la littérature de l’exil, et, pour ce faire, je me propose de faire porter mon analyse sur deux grands domaines : les spécificités liées à la diglossie dialogique, diégétique et textuelle, puis le traitement du biculturalisme imposé aux personnages par l’exil.

Diglossie : vers le dépassement du stéréotype

7Le héros en exil s’exprime en anglais dans la sphère des études, du travail et des contacts sociaux de la vie quotidienne en Amérique, mais en mandarin dans la sphère amicale et familiale. Une partie des dialogues est donc censée se dérouler en chinois. Pour transformer cette diglossie de nature diégétique en une diglossie perceptible au niveau textuel, et faute, bien évidemment, de pouvoir utiliser directement le chinois, qu’il s’agisse d’idéogrammes ou de transcription, sans se couper de son lectorat américain, Ha Jin adopte une convention typographique aussi simple qu’efficace : les dialogues en anglais sont en caractères romains, et les dialogues censément en chinois figurent en anglais en italiques, comme dans l’exemple suivant, première occurrence de dialogue en « chinois » :

  • 6 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

He wrapped an arm around Pingping, whispering in Chinese, Let’s wait a little longer. I’m sure he’ll come out soon. Don’t worry in advance. Between themselves they spoke Mandarin. (FL : 56)

8Ce choix ne pose pas de véritable problème de traduction, puisqu’il suffit d’adopter la même convention en français. Reste que le xénisme chinois, en anglais comme dans la traduction française, se retrouve de facto éliminé, ou tout du moins réduit à une simple variation typographique.

  • 7 À noter qu’ici, c’est essentiellement la mauvaise prononciation du son [th] qui est mise en avant, (...)

9Le véritable problème que pose le livre au traducteur est celui de la translittération de l’accent chinois. En effet, Nan parle anglais assez correctement, malgré quelques impropriétés sur lesquelles nous reviendrons plus loin, mais avec un accent très prononcé marqué graphiquement dans le texte anglais, comme dans l’exemple suivant, première occurrence de dialogue en anglais7 :

“Don’t worry, Mr. Wu,” a pleasant female voice consoled Nan. “Your son should be all right.”
“We were told zat he is on zer plane.” Nan often mismanaged the interdental sound that the Chinese language doesn’t have.
“Then he should be.”
“Do you have anozzer way to check zat?”
(FL : 4)

10La solution de facilité, à savoir l’esquive, qui aurait consisté à accompagner cette première occurrence d’une formule telle que dit-il en anglais avec un très fort accent chinois, n’était pas tenable sur le long terme, puisque, le livre comportant plus de mille feuillets, le lecteur français aurait progressivement oublié cette caractéristique du personnage, alors que le lecteur anglais l’a en permanence sous les yeux. Il s’agit même là d’un des traits saillants de greffage du réel, qui montre un personnage toujours phonétiquement en porte-à-faux alors même qu’il maîtrise assez bien la syntaxe et le lexique anglais et qu’il s’intègre peu à peu dans la société américaine. Il était donc impératif de marquer graphiquement son accent.

  • 8 Par exemple : H. J. Kockaert et L. Jiayi, 2008, Guide pratique de prononciation française pour des (...)

11Faute de substrat théorique en traductologie pour les raisons précédemment exposées, le recours à des phonéticiens (sinologues ou non) s’imposait pour formaliser le schéma acoustique de l’accent chinois en français que tout francophone a clairement à l’oreille. La recherche sur les écarts phonétiques par rapport à la base articulatoire du français est foisonnante et a débouché sur de nombreux articles ou manuels de didactique du FLE destinés aux apprenants chinois8. Parmi les difficultés récurrentes figurent notamment la palatalisation de certaines consonnes, la vocalisation du [e] muet, la non-discrimination entre les paires de consonnes voisées ou non voisées (b/p, z/s ou d/t par exemple), etc. Les marqueurs de défaillance phonétique ne manquent pas, bien au contraire, à tel point que leur fidèle transcription graphique dans les dialogues aurait donné un texte illisible. Il fallait donc trouver une solution d’un autre ordre.

12Paradoxalement, la réponse à cette question de traduction est inscrite dans le texte original. En effet, de même que Ha Jin a adopté une convention typographique pour marquer la diglossie par les italiques, ses choix de transcription dialogique relèvent d’une stratégie. Ainsi, tout au long du roman, Pingping, l’épouse de Nan, parle un anglais extrêmement fautif, marqué par des ruptures morphosyntaxiques, des impropriétés lexicales ou des fautes de grammaire, comme l’illustre l’exemple suivant :

“I glad Nan stopped mix with his Chinese friends. When they’re together, they talk nothing, only politics. […] Everybody like prime minister or something.” (FL : 5)

13Or ses interventions orales, si fautives soient-elles par ailleurs, ne se caractérisent pas par la translittération d’une défaillance phonétique, ce qui semble relativement incohérent. Par ailleurs, quelques personnages secondaires du roman (un autre émigré chinois, un émigré russe, un Américain d’origine italienne) sont décrits dans la narration comme parlant un anglais accentué, mais ceci n’apparaît pas dans les dialogues. Enfin, à regarder de plus près l’accent chinois de Nan en anglais, on constate que les défaillances effectivement marquées sur le [th] ou certaines voyelles ne le sont pas systématiquement, d’une part, et que, d’autre part, certains sons anglais qui posent classiquement problème aux sinophones sont réalisés correctement par Nan.

  • 9 Le lambdacisme est ainsi employé systématiquement pour les personnages asiatiques dans certaines ba (...)

14Ces différentes remarques nous confirment que l’auteur a opté pour une convention, qui serait critiquable en soi si le texte n’était pas fictionnel, puisqu’elle n’est pas vraisemblable. Le greffage du réel au niveau dialogique n’est pas systématisé, mais « filtré » de façon à servir l’histoire. A posteriori, la translittération de l’accent de Nan en anglais apparaît comme un code contribuant à la caractérisation du personnage (moins comme sinophone que comme non-anglophone, finalement), qu’il est donc possible d’adapter en français grâce à un autre code, sans tenir compte d’un impératif de réalisme absolu. D’où le choix d’oublier les multiples écarts phonétiques détaillés ci-dessus pour focaliser le rendu sur un seul élément consonantique, le [r], en ayant recours au cliché du lambdacisme, susceptible de réactiver la mémoire littéraire et culturelle du lecteur français9, en l’occurrence pour le remplacer par un [l] à l’intérieur des mots et par un [h] en finale. Le résultat obtenu rend ainsi un vrai-faux greffage du réel par un autre, ni plus ni moins satisfaisant.

15La diglossie anglais-chinois étant marquée typographiquement selon la même convention dans le texte français, et la translittération de l’accent chinois en anglais débouchant sur l’adoption d’un cliché phonétique similaire dans la traduction française, reste l’éternel problème des pataquès dus à la mauvaise maîtrise de l’anglais par les personnages, et qui aboutissent à des quiproquos ou des jeux de mots involontaires. Lors d’une conférence à l’université de Boston10 à l’occasion de la parution du livre, d’ailleurs, Ha Jin explique qu’il a employé en anglais des « distortions and misuse and play on words », et dit nettement : « But there is a disadvantage to that, that is that this is not translatable anymore. I used to believe translatability is a literary principle. You create a style based upon word play, and then the style does not translate anymore. So that’s the price one has to pay. »

  • 11 Je renvoie pour une analyse détaillée de ces phénomènes à l’ouvrage très complet de Jacqueline Henr (...)

16Tout traducteur se retrouve un jour confronté à un ou deux jeux de mots qui apparaissent ponctuellement dans le texte à traduire. En excluant l’effacement ou l’affreuse note de bas de page « jeu de mot intraduisible » qui constituent des échecs patents, il semble qu’aucun traducteur ne dispose de recette toute faite et qu’il opte au coup par coup pour tel ou tel type de rendu en fonction de l’impact local du jeu de mots dans le texte original et de son propre bagage cognitif dans la langue d’arrivée11.

17Ainsi l’exemple suivant est un jeu de mot ponctuel qui n’a d’autre fonction que l’amusement du lecteur :

  • 12 Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’art (...)

[Dick, un ami américain de Nan, lui annonce qu’il utilise une plante médicinale chinoise, le dong quai, pour accroître sa virilité. Nan lui répond.]
“To tell zer truth, in China women use dong quai to regulate menstruation. It nurtures zer yin in your body, not zer yang. I’ve never heard zat any man eats zis herb to strengthen a dick.”12
Dick was amazed, then grinned. “Nan, you’re a poet.”
“How so?”
“You just made a pun with my name.”
“Oh yes.” Nan was surprised by his unintended feat.
(FL : 307)

18Les stratégies de l’effacement pur et simple ou de l’effacement compensé ailleurs dans le texte par l’insertion d’un autre jeu de mots n’étaient pas envisageables, puisqu’il fallait que le commentaire de Dick reste pertinent. Par ailleurs, le procédé (sémantisation du prénom Dick par homonymie avec le nom commun désignant familièrement le pénis) devait également être conservé puisque, le personnage étant récurrent, il était impossible de modifier ici son prénom pour obtenir un jeu de mots par homonymie ou paronomase d’un autre prénom (et encore moins de modifier son prénom dans l’ensemble du livre). La solution retenue a été de conserver le prénom comme véhicule du jeu de mots, mais en l’intégrant à une forme verbale :

« Si tu veux tout savoih, en Chine, les femmes utilisent le dong quai pour légulaliser la menstluation. Ça noullit le yin dans le coh, pas le yang. La médecine chinoise contle-indique d’utiliser cette plante pouh bander.
– Nan, tu es un vrai poète ! sourit Dick, incrédule.
– Poulquoi ?
– Eh bien, “contre-indique”, “contraint Dick”… Tu viens de faire un jeu de mots sur mon nom.
– Ah, d’accoh », dit Nan, surpris par son exploit involontaire. (LV : 317)

19Mais, au-delà de cet exemple qui ne diffère pas des jeux de mots occasionnellement présents dans les romans, A Free Life se caractérise par une très forte densité de pataquès dus à la mauvaise maîtrise de l’anglais des personnages principaux. Chacun de ces jeux de mots involontaires combine donc plusieurs fonctions, outre celle d’amusement du lecteur, qui participent à la fois de la caractérisation des personnages et de ce que Jacqueline Henry appelle le « reflet du sujet présenté » (2003 : 156), c’est-à-dire l’illustration par le jeu de mots du contenu du propos. En outre, chaque jeu de mots constitue un fait diégétique à part entière, puisqu’il déclenche des réactions chez les personnages, comme dans l’exemple suivant, qui marque l’une des premières occurrences d’impropriétés :

“I worked for one and a half years at zer Waltham Medical Center, as a cahstodian. Here’s recommendation by my former bawss.” […]
“Tell me, why did you leave that place?”
“My bawss was sacked, so
we got laid all together.”
“You got what?” Don asked with a start. A young secretary at another desk tittered and turned her pallid face toward the two men.
Realizing he’d left out the adverb “off,” Nan amended, “Sorry, sorry, they used anozzer company, so we all got laid off.” (FL : 25)

20Se caractérisant par une triple fonction (diégétique, d’amusement et de caractérisation), ce jeu de mots présente une quadruple contrainte : il faut conserver à la fois le jeu de mots (puisqu’il déclenche une réaction de Don et de la secrétaire), le signifié voulu (être licencié, puisque c’est le cœur de la conversation), le signifiant fautif (baiser, puisque c’est cette connotation osée qui fait rire la secrétaire) et le mode de fonctionnement (troncation d’une expression idiomatique, puisque cela révèle le dysfonctionnement langagier du héros et le pousse ensuite à apprendre par cœur des listes de phrasal verbs). En l’occurrence, le recours à la troncation de se faire mettre (à la porte), qui répond à cette quadruple contrainte, correspond à ce que Jacqueline Henry (2003 : 176) appelle une traduction isomorphe (jeu de mot identique dans les deux textes).

« […] – Oui, j’ai tlavaillé comme galdien au centle médical de Waltham pendant un an et demi. Voici la lecommandation de mon ancienne patlonne. » […]
« Dites-moi, pourquoi avez-vous quitté ce travail ?
– Ma patlonne a été vilée, alors on s’est tous fait mettle.
– Pardon ? » lança Don, interloqué.
Une jeune secrétaire assise à un autre bureau tourna son visage blafard vers eux et pouffa. Nan se rendit alors compte qu’il avait omis la fin de l’expression, et il se reprit.
« Paldon, paldon, ils ont engagé une autle entleplise, alors on s’est tous fait mettle à la polte. » (LV : 34)

21Le même processus traductif est à l’œuvre dans l’exemple suivant, qui découle de la mauvaise compréhension par Pingping, l’épouse de Nan, d’une expression idiomatique :

  • 13 Les italiques sont celles du texte original. Elles indiquent des répliques censément exprimées en c (...)

On the phone Heidi had revealed that recently Livia had often “played hooky.” Pingping had almost gasped at that, not knowing the exact meaning of the idiom, and assumed it had something to do with “hookers.” […]
“Heidi just called. Livia ran away from home.”13
Nan’s face stiffened. “I hope it hasn’t implicated our son.”
“She’s a bad girl and
‘played hooky.’”
I ‘played hooky’ when I was in elementary school.”
“What did you say?”
She widened her eyes at him.
“We just fooled around in the mountains, doing kids’ stuff.”
“That’s not what you would do with
‘hookers.’”
Nan broke into laughter. Discomfited, she went on,
“This is not funny!”
“‘Play hooky’ means to skip school. It doesn’t pertain to prostitution.” (FL : 378-379)

22Là encore, le recours à une traduction isomorphe s’avère possible : conservation du jeu de mots in situ, du signifié réel (faire l’école buissonnière) et du signifié compris par erreur (prostitution / relations sexuelles), même si le procédé lui-même est légèrement différent puisqu’il s’agit en anglais de la confusion entre deux lexèmes hooky / hooker, et en français de la polysémie du mot sauter (sème ne pas aller à ou sème avoir des relations sexuelles avec).

Au téléphone, Heidi avait expliqué que Livia avait souvent « sauté l’école ». Pingping en avait eu le souffle coupé, car elle ne connaissait pas le sens exact de l’expression et imagina des relations honteuses. […]
« Heidi vient d’appeler. Livia a fait une fugue.
J’espère que notre fils n’y est pas mêlé, dit Nan, le visage grave.
C’est une vilaine fille, et elle a “sauté l’école”.
Moi aussi j’ai “sauté l’école” quand j’étais en primaire.
Quoi ? dit-elle, les yeux écarquillés.
On s’amusait dans les montagnes, on faisait des trucs de mômes.
Ce n’est pas sexuel, alors ? demanda-t-elle, à l’hilarité de Nan. Oh, ça va, ce n’est pas drôle, commenta-t-elle, mortifiée.
– “Sauter l’école”, ça veut dire ne pas aller en classe, ça n’a rien de sexuel. » (LV : 388-389)

23Pour toutes les raisons exposées ci-dessus, cet idéal de traduction isomorphe des jeux de mots était particulièrement crucial dans l’économie du roman. Lorsqu’il était impossible à atteindre, il fallait au minimum obtenir une traduction homomorphe (jeu de mot différent reposant sur un même procédé), puisque le procédé en soi était pertinent dans l’évolution langagière des personnages. Ainsi, l’exemple suivant, qui met à nouveau en scène Pingping et la difficulté qu’elle éprouve parfois à comprendre les expressions idiomatiques, repose sur un procédé similaire :

She didn’t always understand what she read. Once, as mother and son were reading a story about King William and his knights who conquered a fortress, the boy asked, Mama, what does ‘laid waste’ mean?”
Poop and pee everywhere. She then continued loudly, “The king was pleased with the raid and awarded his men…” (FL : 39)

24Le mot waste, que Pingping connaît dans son sens de déchets, est employé avec un autre sens dans l’expression figurée laid waste. Dans la traduction, le décalage porte sur la préposition à sac / en sac. Le choix de l’expression mettre à / en sac reste cohérent avec un récit chevaleresque, d’une part, et avec des mots du quotidien que Pingping peut connaître, d’autre part :

Elle-même ne comprenait pas toujours ce qu’elle était en train de lire. Un jour, alors qu’ils lisaient une histoire sur le roi Guillaume et ses chevaliers qui prennent d’assaut un château fort, le garçon demanda : « Maman, ça veut dire quoi “mettre à sac” ?
Ranger les affaires après les courses, répondit-elle avant d’enchaîner d’une voix assurée : “Fort satisfait du butin, le roi offrit à ses vassaux…” » (LV : 47-48)

25La traduction présente néanmoins une légère perte, dans la mesure où la cocasserie de la référence scatologique de poop and pee everywhere n’est pas conservée, mais remplacée par une image somme toute plus banale.

26Pour toutes les occurrences de jeu de mots découlant de pataquès ou d’erreurs de compréhension, donc, la traduction homomorphe s’imposait par défaut lorsque l’isomorphe s’avérait impossible. En une occurrence, toutefois, la traduction isomorphe assez évidente (simple erreur sur le verbe de la collocation, comme en anglais, en jouant sur ouvrir / mettre la lumière au lieu de allumer la lumière) a été volontairement abandonnée pour une traduction surmotivée qui permettait d’ajouter une ambiguïté inspirée par le fil de la scène, où le personnage féminin fait à Nan un grand numéro de séduction :

She hugged his calves from behind and pressed her nose between them. “Hmm, you smell good. You have strong legs.”
“And also strong arms.” He was screwing on the shade. “
Can you open zer light?
He caught himself using the wrong verb.
“What?” she asked.
“Turn on the switch.” (FL : 84)

De derrière, elle enserra ses mollets de ses bras et fourra son nez entre les deux.
« Hmmm, vous sentez bon. Vous avez des jambes musclées.
– Et les blas, aussi, dit-il en revissant l’abat-jour. Vous pouvez m’allumer ? dit-il, se rendant aussitôt compte de son erreur.
– Pardon ?
– M’allumer la lumièh. » (LV : 93)

Biculturalisme : vers un dépassement de l’exotisme

27Autant les problèmes posés par la diglossie des personnages, qu’il s’agisse du marquage typographique des dialogues en chinois, de la translittération de l’accent ou du traitement des jeux de mots, exigeaient une réflexion préalable à la traduction tant ils étaient saillants dès la première lecture, autant les problèmes posés par les référents culturels américains et chinois et leur transfert vers une culture tierce n’étaient pas forcément décelables a priori. En effet, dans les six premières parties sur les sept que compte le roman et qui se situent intégralement aux États-Unis, l’essentiel des référents culturels chinois mentionnés figure dans des conversations sur l’actualité politique ou la littérature, ou bien relève du paradigme de l’alimentation. Or, pour ces champs sémantiques, le degré de familiarité culturelle avec le patrimoine chinois est comparable dans les deux cultures américaine et française, et la plupart des items ont reçu un traitement traductif dans les deux langues qui a été consacré par l’usage. Le premier grand type de rendu est l’emprunt direct translittéré du chinois, comme la marque de bière Tsingtao, avec éventuellement des variations orthographiques entre les deux langues liées aux différences entre les deux systèmes de transcription (ainsi le plat moo shu se trouve plus fréquemment écrit en français mu shu, et les poètes Li Po et Tu Fu sont plus connus en français sous les noms de Li Bai et Du Fu) ; l’autre grand type de rendu est la traduction en anglais et en français selon des équivalents aujourd’hui standardisés dans ces deux langues (on trouvera ainsi en anglais Tiananmen Square, People’s Liberation Army, soy sauce ou bamboo shoot, et en français, respectivement, la place Tian’anmen, Armée de libération du peuple, sauce soja, pousse de bambou). L’exotisme chinois reste ainsi présent, mais par le prisme d’une familiarité éprouvée dans les deux langues en raison de traditions historiques affermies par la mondialisation des données culturelles.

  • 14 Sur les différentes postures traductives face aux référents culturels, on consultera utilement Bens (...)

28Concernant le traitement des référents culturels américains, l’usage contemporain le plus répandu consiste à « amener » le texte vers le lecteur français, afin qu’il se lise sans trop d’aspérités malgré le décalage culturel, sans pour autant gommer son statut de traduction, c’est-à-dire son exotisme intrinsèque et l’arrière-plan culturel sur lequel il se découpe. Les stratégies pour ce faire sont diverses, variables d’un traducteur à un autre, et pour un même traducteur variable d’un roman à un autre, voire au sein d’un même roman14. Lors de l’étape liminaire du mot à mot de A Free Life, utilisant de façon empirique les méthodes éprouvées par de précédentes traductions, j’ai alterné préservation et conversion en fonction de l’économie immédiate du contexte. Par souci de « couleur locale », j’ai ainsi conservé les noms propres de magasins, mais en les explicitant si nécessaire par incrémentialisation pour assurer la facilité de compréhension (Wal-Mart est devenu le supermarché Wal-Mart) ; les noms de marques ont été conservés tels lorsqu’ils étaient connus en France (Coca-Cola) ou évidents contextuellement (Elle sortit une cigarette de son paquet de Virginia Slims), ou bien supprimés avec hyperonymisation descriptive (Tater Tots est devenu des croquettes de pommes de terre) ; à l’inverse, j’ai utilisé un équivalent lors des (rares) mentions relevant du système scolaire (a red-haired fifth grader est devenu un rouquin de CM2). Quant aux noms des divers restaurants évoqués tout au long de l’histoire, eux aussi ont reçu des traitements différents dans le mot à mot : the Grand Buddha, transparent, a simplement nécessité une francisation orthographique pour devenir le Grand Bouddha ; Ding’s Dumplings, quoique non transparent, a été conservé tel en raison à la fois de l’allitération et des multiples rendus possibles de dumplings, hyperonyme anglais qui se rend en français par bouchées, boulettes ou raviolis ; quant au nom du restaurant du héros, the Gold Wok, à très haute fréquence d’occurrences, il semblait préférable de le rendre en français par le Wok d’Or pour assurer la cohérence phonétique des nombreuses phrases dans lesquelles il apparaissait.

29C’était pourtant oublier la spécificité biculturelle de A Free Life, sur laquelle joue par exemple la scène suivante, qui présente un jeu de mots involontaire lié à la méconnaissance par le héros d’un référent culturel américain :

“[…] I may have to file for Chapter Eleven soon.”
“You mean zer bookstore in Decatur? How can Chapter Eleven help you?”

Dick broke out laughing, his eyes suddenly filled with sparkling tears. His laughter perplexed Nan. Dick explained, “To file for Chapter Eleven means to declare bankruptcy.
You’re such a funny guy, Nan.” (FL : 438)

30Le référent culturel (le chapitre 11 de la loi sur les faillites, que peuvent invoquer les entreprises comme les particuliers) étant inconnu du public français, le recours à l’emprunt (Je vais peut-être devoir invoquer le Chapter Eleven sous peu) ou à la traduction littérale (Je vais peut-être devoir invoquer le chapitre 11 sous peu) paraissait moins probant qu’un remplacement du référent par une explicitation comme Je vais peut-être devoir me déclarer bientôt en faillite personnelle. Mais, d’une part, une telle phrase n’aurait pas posé de problème de compréhension au personnage de Nan et, d’autre part, la librairie de Decatur qui tire humoristiquement son nom de cette loi, par jeu de mots polysémique sur chapter (article de loi ou chapitre de livre) était mentionnée plusieurs fois par ailleurs dans le roman. Il semblait donc finalement préférable ici d’opter pour la conservation d’un certain degré d’étrangeté via ce que Michel Ballard appelle le « report du référent culturel » (2003 : 154), c’est-à-dire sa préservation dans le texte traduit :

« […] – Je vais peut-être devoir invoquer le Chapter Eleven sous peu.
– La liblailie de Decatur ? Comment ils poullaient t’aider, à Chapter Eleven ? »
Dick éclata de rire, des larmes emplissant soudain ses yeux. Nan en resta pantois.
« Invoquer le Chapter Eleven, c’est se déclarer en faillite personnelle, expliqua Dick. Ce que tu peux être drôle, Nan ! » (LV : 450)

31Les difficultés spécifiques posées par cet échange ont éclairé sous un autre angle la question du rendu des référents culturels américains lors de la relecture du mot à mot. En effet, comme nous l’avons vu en introduction, la réalité biculturelle décrite par le roman place le héros et le lecteur américain dans des positions symétriques. L’exemple ci-dessus montre que le passage dans une langue tierce rendait possible et, partant, légitime de placer le lecteur français, peu ou prou, dans la même position que Nan aux États-Unis, c’est-à-dire de ne pas lui « épargner » l’épreuve de l’étranger concernant les référents culturels américains. Même si ce choix mettait, du même coup, le lecteur français dans une position de réception différente du lecteur américain, il inscrivait au cœur du texte français l’enjeu central du livre, à savoir l’appropriation d’une culture au départ exotique. Par suite, la préservation de tous les référents culturels américains initialement traités selon des stratégies variables dans le mot à mot s’imposait.

32Dans un deuxième temps, ce choix s’est trouvé conforté par le fait que le héros, dans la septième et dernière partie du roman, gagne un billet d’avion dans une tombola et part pour un séjour en Chine. Indépendamment de toutes les options traductives discutées ci-dessus, il eût été totalement saugrenu de conserver en anglais un nom de marque au départ chinois et dont la mention dans le texte original résulte déjà d’une traduction (par exemple Il fumait des cigarettes Red Pagoda Hill) ou un nom de rue chinois (par exemple Il remontait le boulevard Worker and Peasant). La francisation de tous les référents culturels chinois était la seule option possible. Du même coup, grâce à l’analyse du texte induite par le processus traductif, il ressortait a posteriori que, dans le texte original, le lecteur anglophone se trouve, lui, face à un lissage des référents culturels (les journaux en anglais comme les journaux en chinois portent tous des titres anglais, les restaurants aux États-Unis et en Chine portent tous des noms anglais, ainsi que les noms de rue et autres toponymes). Aucune distinction linguistique entre les deux cultures n’apparaît pour le lecteur américain. De même, le passage dans une langue tierce (en l’occurrence, le français) de tous les référents culturels, chinois comme américains, selon un principe unifié d’ethnocentrisme destiné à faciliter la lecture, aurait aplani le biculturalisme et placé le lecteur français face à un tout linguistique ni américain ni chinois où ne se distinguaient plus la culture natale et la culture d’accueil du personnage.

33Le choix ultime de traduire en français tout ce qui concerne la Chine et de conserver en anglais tout ce qui concerne les États-Unis fait ressentir au lecteur français le même degré d’étrangeté ou de familiarité face aux choses de la vie que le personnage principal. Le restaurant de Nan aux États-Unis, initialement traduit par le Wok d’Or, est finalement resté le Gold Wok (de même que le Grand Buddha et Ding’s Dumplings), alors que le restaurant où il se rend lors de son séjour en Chine, Forever Love Café, est devenu le Café de l’amour éternel. Les journaux américains locaux et nationaux ainsi que les journaux de la diaspora chinoise publiés en anglais conservent leurs titres anglais (Gwinnett Gazette, Atlanta Journal-Constitution, World Journal, Asian Voice), mais les titres des revues littéraires chinoises en chinois mentionnées dans le livre sont traduits (Harvest par Moisson, Flower City par Ville des Fleurs, Art News par Nouvelles artistiques). Le personnage se rend à New York au Museum of Modern Art (conservé tel), mais à Harbin, en Chine, il visite le parc Staline (francisé). Les noms de marques américaines ont été empruntés avec éventuellement une explicitation, comme les croquettes de pomme de terre Tater Tots (ce qui n’était pas le cas dans le mot à mot), les cigarettes Virginia Slims, mais les noms de marques chinoises donnés en anglais dans le texte original ont été traduits en français : une bicyclette Phénix, une bière Cinq Étoiles, des cigarettes Colline de la Pagode rouge. Le traitement a été identique pour les noms de rues : conservation en anglais des référents Peachtree Terrace, Lakeside Drive ou Stone Mountain Highway aux États-Unis, mais traduction en français des noms des rues chinoises présentées en anglais dans le texte original, comme le boulevard de l’Amitié, la rue des Carillons, la rue de la Paix Florissante, le boulevard de l’Ouvrier et du Paysan.

34Ce qui, du point de vue de la langue, contraignait la traduction à résider dans un entre-deux délicat, à savoir la réalité (faussement) bilinguistique présentée dans l’original à rendre en fonction d’une langue tierce, se transforme donc en atout en ce qui concerne les référents culturels, puisque la langue et la culture tierces permettent de faire ressortir deux niveaux d’appréhension par le héros des référents culturels, contrairement au lissage référentiel pratiqué dans l’anglais. En ce sens, le lecteur français, semble-t-il, « gagne » à lire l’ouvrage dans une langue tierce.

35Cette rationalisation seconde du traitement des référents culturels s’est trouvée confortée par l’occurrence suivante :

The waitress came again and placed in front of Nan a tiny tray that contained three fortune cookies, three toothpicks sheathed in cellophane, and a bill lying facedown. […] Taotao had never seen a fortune cookie before; he pocketed them all. (FL : 12)

La serveuse plaça devant Nan un minuscule plateau sur lequel étaient posés trois fortune cookies, trois cure-dents cellophanés et l’addition, face cachée. […] Taotao, qui n’avait jamais vu de fortune cookie, empocha les trois. (LV : 20-21)

36Cet exemple arrive au tout début du roman, et je n’étais pas encore avancée dans mes réflexions sur la prise en compte de la réalité biculturelle, mais, instinctivement, j’avais conservé le terme en anglais, parce qu’il n’a pas de traduction attestée (on n’en trouve pas dans les restaurants chinois en France) et parce que je ne voulais pas remplacer par un autre dessert chinois, comme le nougat ou le gâteau aux amandes, par exemple. Après coup, ce choix de préservation du terme anglais paraissait illogique parce que la scène se passait dans un restaurant chinois et que, selon le principe exposé plus haut, tous les noms des plats avaient été traduits par leur équivalent français attesté. Or, dans la conférence de Boston mentionnée précédemment, Ha Jin évoque précisément cette scène et explique qu’elle serait intraduisible en chinois, puisque les fortune cookies sont une création exclusive de la cuisine sino-américaine : « For the Chinese, this was American product. » Pour ce dernier exemple, l’intuition qui avait présidé à la conservation du référent en anglais se trouvait confirmée par la réflexion.

37En dernière analyse, les deux principaux marqueurs de greffage du réel du texte original, la diglossie et le biculturalisme, ont trouvé des réalisations différentes en passant dans une langue et une culture tierces. D’un point de vue linguistique, les stratégies adoptées dans la traduction ressortissent d’une certaine mimesis par rapport à celles de l’original : même code typographique (l’italique) pour rendre la fausse présence du chinois dans les dialogues, repérage puis adoption d’un code phonétique artificiel pour la translittération de l’accent chinois dans la langue d’accueil, et tentative de conservation de jeux de mots isomorphes. Ceci s’explique par le fait que, l’utilisation du chinois étant impossible tant en anglais qu’en français, l’original et la traduction demandent à leurs lecteurs respectifs d’accepter la convention, le code, avec pour unique changement la langue cadre. À l’inverse, concernant les référents culturels, le lissage linguistique opéré par contrainte dans le texte original trouve une nouvelle dimension dans le passage à une langue tierce : les référents culturels américains et chinois reçoivent en français un traitement distinct qui permet de créer un niveau de lecture supplémentaire par rapport à l’original et de présenter un biculturalisme apparent en accord avec la trajectoire du héros.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Jin, Ha, 2007, A Free Life, New York, Pantheon Books.

—, 2011, La Liberté de vivre, trad. Isabelle Perrin, Paris, Le Seuil.

Ouvrages et articles

Ballard, Michel, 2003, Versus : la version réfléchie. Repérages et paramètres, Gap, Ophrys.

Bandia, Paul, 2001, « Le concept bermanien de l’“étranger” dans le prisme de la traduction postcoloniale », TTR : Traduction, terminologie, rédaction, vol. 14, n° 2, 2e semestre, p. 123-139, également en ligne http://www.erudit.org/revue/ttr/2001/v14/n2/000572ar.html, consulté le 02/03/2011.

Bensimon, Paul et Coupaye, Denis (éds), 1998, Palimpsestes 11, Traduire la culture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Berman, Antoine, 1985, « La traduction et la lettre, ou l’auberge du lointain », in Les Tours de Babel : essais sur la traduction, Mauvezin, Trans-Europ-Repress.

Henry, Jacqueline, 2003, La Traduction des jeux de mots, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Jin, Ha, 2008, The Writer as Migrant, Chicago, The University of Chicago Press.

—, 2009, « Exiled into English », The New York Times, http://www.nytimes.com/2009/05/31/opinion/31hajin.html?_r=1, consulté le 02/03/2011.

Laléchère, Karine, 2009, « L’anglais, c’est du chinois », TransLittérature, 36, p. 19-23.

Richard, Jean-Pierre, 2003, « Traduire d’une écriture à une écriture », http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=2850, consulté le 02/03/2011.

Suchet, Myriam, 2009, Outils pour une traduction postcoloniale : littératures hétérolingues, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Interview par Alden Mudge en novembre 2007, http://www.bookpage.com/books-14763-A+Free+Life, consulté le 02/03/2011.

2 In the Pond, 1998, Cambridge (Ma.), Zoland (La Mare, 2004, trad. Josée Kamoun, Paris, Le Seuil), Waiting, 1999, New York, Pantheon Books (National Book Award / PEN Faulkner Award, La Longue Attente, 2002, trad. Mimi et Isabelle Perrin, Paris, Le Seuil), The Crazed, 2002, New York, Pantheon Books (La Démence du sage, 2004, trad. Mimi et Isabelle Perrin, Paris, Le Seuil), War Trash, 2004, New York, Pantheon Books (PEN Faulkner Award, Les Rebuts de la guerre, 2006, trad. Mimi et Isabelle Perrin, Paris, Le Seuil).

3 Il s’en explique notamment dans Jin (2009).

4 On se reportera utilement sur ce point aux bibliographies fournies par Paul Bandia (2001) et Myriam Suchet (2009), ainsi qu’à celle établie par Jean-Pierre Richard (2003) pour compléter son interview par le site africultures.

5 Un des rares articles sur la question est le témoignage de Karine Laléchère (2009) sur son expérience de traduction de A Concise Chinese-English Dictionary for Lovers, de Xiaolu Guo, texte à la première personne dont la narratrice d’origine chinoise écrit dans un anglais pour le moins défaillant.

6 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

Jin, Ha, 2007, A Free Life, New York, Pantheon Books : FL.

—, 2011, La Liberté de vivre, trad. Isabelle Perrin, Paris, Le Seuil : LV.

7 À noter qu’ici, c’est essentiellement la mauvaise prononciation du son [th] qui est mise en avant, alors que, par ailleurs, Nan commet également des erreurs sur certains sons vocaliques.

8 Par exemple : H. J. Kockaert et L. Jiayi, 2008, Guide pratique de prononciation française pour des apprenants chinois, Paris, L’Harmattan.

9 Le lambdacisme est ainsi employé systématiquement pour les personnages asiatiques dans certaines bandes dessinées comme Lucky Luke, les imitations de certains comiques ou les doublages de certains personnages de films. À noter d’ailleurs que, selon des critères strictement phonétiques, il correspond plutôt à une difficulté de réalisation consonantique propre aux locuteurs japonais, mais il s’est imposé culturellement comme cliché de translittération des accents asiatiques en général, et de l’accent chinois en particulier.

10 http://www.bu.edu/buniverse/view/?v=XyIob5s, consulté le 02/03/2011.

11 Je renvoie pour une analyse détaillée de ces phénomènes à l’ouvrage très complet de Jacqueline Henry (2003), à laquelle je reprends plusieurs éléments typologiques dans ce qui suit.

12 Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’article.

13 Les italiques sont celles du texte original. Elles indiquent des répliques censément exprimées en chinois.

14 Sur les différentes postures traductives face aux référents culturels, on consultera utilement Bensimon et Coupaye, éds (1998) et Ballard (2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Perrin, « Diglossie et biculturalisme littéraires :
le cas de A Free Life, de Ha Jin
 », Palimpsestes, 24 | 2011, 205-222.

Référence électronique

Isabelle Perrin, « Diglossie et biculturalisme littéraires :
le cas de A Free Life, de Ha Jin
 », Palimpsestes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/938 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.938

Haut de page

Auteur

Isabelle Perrin

Isabelle Perrin est maître de conférences hors classe à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, où elle enseigne la traduction. Elle est l’auteure d’une méthodologie de la version et du thème, L’Anglais : comment traduire ? (Hachette, 1996), du manuel Bled vocabulaire anglais (Hachette, 2008) et de plusieurs articles sur la didactique de la traduction universitaire. Elle poursuit en parallèle une activité de traductrice littéraire professionnelle depuis 1986, signant ou cosignant une trentaine de traductions de romans d’auteurs contemporains parmi lesquels Louise Erdrich, John le Carré ou Ha Jin.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals