Navigation – Plan du site

Le contrôle de la mer et des îles de la Sicile à l’Adriatique, de l’époque des Guerres Civiles à Auguste

Dominating the seas and islands from Sicily to the Adriatic: a Roman challenge from Civil Wars to Augustus
Elizabeth Deniaux
p. 127-144

Résumés

Le risque de fragmentation de l’Empire ne fut jamais aussi grand qu’à l’époque des Guerres Civiles. Entre 49 et 31, la maîtrise de la mer et le destin de l’empire furent associés aux événements politiques. Pompée contrôla d’abord le canal d’Otrante. La traversée de César et de son armée le conduisirent à la victoire. Après sa victoire sur Sextus Pompée en Sicile en 36, Octave rétablit l’unité de l’Empire menacée de rupture avec la victoire sur Antoine à Actium en 31. La fondation de colonies renforça le contrôle des communications maritimes permettant d’accéder à l’Italie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Res Gestae Divi Augusti, 25.

1Dans l’imaginaire des sujets de l’Empire, Auguste partage avec les dieux le pouvoir d’apaiser la mer et les tempêtes. Il est aussi celui qui restaura la paix, ramena l’ordre et purgea la mer des bateaux de pirates. Dans les Res Gestae, il s’exprime ainsi : Mare pacavi a praedonibus1. Il consolida l’unité de l’Empire menacée de rupture entre l’Occident et l’Orient. En effet, le risque de fragmentation de l’Empire ne fut jamais aussi grand qu’à l’époque des Guerres Civiles. La dépendance de la mer, des vents de l’Adriatique, de la mer ionienne et de la mer tyrrhénienne eut de larges incidences sur les événements de la République finissante. Entre 49 et 31, la maîtrise de la mer et le destin de l’Empire furent associés d’une manière dramatique.

2L’histoire des rivalités qui s’exercèrent en Méditerranée avant Actium n’a bénéficié jusqu’alors que de peu de travaux. Le pouvoir de Sextus Pompée, dont les escadres bloquaient le détroit de Messine et limitaient singulièrement le ravitaillement en blé de Rome, est plus souvent évoqué que celui de Cnaeus Domitius Ahenobarbus qui contrôlait le canal d’Otrante. Il fut aussi de plus longue durée. Après avoir rappelé les principaux événements de cette période troublée, il semble intéressant de réfléchir à la localisation des colonies pour tenter de montrer qu’elle correspond à une volonté de contrôler les différents accès aux côtes italiennes.

  • 2 Sur la côte orientale de l’Adriatique, l’orientation générale de la côte se modifie au niveau des M (...)

3Les Romains affrontèrent tardivement la mer. En 264 av. J.-C., ils franchirent pour la première fois le détroit de Messine, que rendaient célèbre la violence du courant et les monstres de la légende. La création des provinces de Sicile et de Sardaigne leur avait permis de renforcer la sécurité des communications par mer avec l’Italie. La maîtrise de la mer à l’entrée du canal d’Otrante conditionnait la sécurité de l’accès à la côte sud-est de l’Italie. Elle était une des clés des communications vers l’Orient et du contrôle des itinéraires qui mènent par l’Adriatique à la côte dalmate, aux voies du nord de l’Europe, ainsi que des routes maritimes qui conduisent vers les côtes de la Sicile. Dans la zone la plus étroite, la traversée peut être d’une dizaine d’heures si le vent est favorable2.

  • 3 Sur la première guerre d’Illyrie et ses conséquences, cf. Cabanes, 1988, p. 268 sq. Sur le protecto (...)
  • 4 Sur ces itinéraires, cf. Rougé, 1987, p. 255-261.
  • 5 Cf. Strabon, 6, 3, 8.
  • 6 Le texte de cet historien n’est connu que par la citation qu’en donne Strabon à l’époque d’Auguste. (...)
  • 7 Cf. Cicéron, De prov. cons. 2, 4. Il ne cite pas davantage la via Egnatia quand il parle de la rout (...)
  • 8 Sur la via Egnatia, les chapitres de Hammond, 1972, p. 19 — 59, sont très éclairants. Sur la via Eg (...)
  • 9 La cité resta attachée à César. En 45, Octave résidait à Apollonia pour ses études et «  pour être (...)

4Les Romains avaient tenté dès la fin du iiie siècle av. J.-C. d’assurer la liberté de la navigation entre les deux rives de l’Adriatique. Au moment de la première guerre d’Illyrie, Corcyre, Apollonia, Dyrrachium se placèrent sous la protection de Rome, ce qu’entérina le traité de paix de 228. Avec le territoire protégé des Parthins et des Atintanes, les Romains contrôlèrent aussi le cours inférieur des vallées du Genusus et de l’Apsos qui permettent de pénétrer vers l’intérieur des terres de ce qui deviendra la province de Macédoine3. Sur la rive italienne, la fondation de la colonie latine de Brindes en 244 avait fortement affirmé la volonté de Rome de contrôler la circulation dans le détroit qui sépare l’Italie de l’Épire. La maîtrise des communications permettant d’accéder à la côte épirote devint un enjeu important à l’époque des Guerres Civiles. Souvent embarqués à Brindes, les voyageurs faisaient un premier arrêt dans un port ou sur une île de la côte occidentale de ce qui était alors la province de Macédoine avant de poursuivre leur itinéraire par la voie maritime vers le golfe d’Ambracie ou par la voie terrestre4. Strabon5 décrit de manière précise les routes maritimes qui franchissent le détroit, en évoquant les itinéraires qui se dirigent l’un vers Dyrrachium (appelée par les Grecs Epidamne) et l’autre, plus au sud, vers les Monts Acrocérauniens, vers Corcyre et les rivages de l’Épire et de la Grèce. Il transmet aussi des détails précieux sur les itinéraires routiers de part et d’autre du canal d’Otrante. Du côté italien, le port d’embarquement était souvent Brindes, parfois Tarente. Il était possible d’utiliser, dès le iiie siècle av. J.-C., la via Appia pour joindre Rome à la côte adriatique, en traversant la Campanie et une partie de l’Apennin, en utilisant les étapes de Bénévent, Venouse, avant d’arriver à Tarente, d’où on pouvait rallier Brindes. Un second itinéraire, plus court d’une journée, parcourait la Daunie et le Samnium, gagnait Canusium, puis rejoignait la mer adriatique à Brindes. Sur la côte de l’Albanie d’aujourd’hui, la via Egnatia permettait d’accéder à l’Orient. Les Romains construisirent la via Egnatia, qui leur permettait d’assurer à des communications rapides de l’Adriatique à l’Égée après la victoire de Rome sur Persée, roi de Macédoine, en 168. Polybe fait mention de cette voie au iie siècle av. J.-C.6. Cicéron ne donne pas son nom quand il parle de la belle route stratégique romaine qui joint l’Hellespont à travers la Macédoine : via illa nostra quae per Macedoniam est usque ad Hellespontum militaris7. L’extrémité occidentale de la via Egnatia, la grande voie d’accès à l’Orient est marquée par l’équidistance, attestée par les auteurs anciens, des deux branches de la route, l’une à partir d’Apollonia et l’autre à partir de Dyrrachium8. Les ports de ces deux villes, dont l’un est un port fluvial, furent largement utilisés comme bases militaires à l’époque des Guerres Civiles. L’importance d’Apollonia fut mise en valeur par César qui en fit son quartier général alors que Pompée s’était installé à Dyrrachium9.

5Pour étudier l’histoire complexe du contrôle de la mer à l’époque des guerres civiles, et particulièrement le contrôle des côtes qui permettent d’accéder à l’Italie, nous allons envisager plusieurs épisodes déterminants car il est impossible de retracer l’histoire de toute la période des Guerres Civiles. Nous examinerons d’abord la lutte entre César et Pompée pour l’hégémonie, puis le contrôle des mers après la mort de César, avec trois terrains d’action : a) de 44 à 40 jusqu’à la paix de Brindes, avec l’hégémonie de Cn. Domitius Ahenobarbus dans la zone du canal d’Otrante ; b) l’hégémonie de Sextus Pompée jusqu’à la défaite de Nauloque ; c) l’expédition d’Octave en Illyricum et les préparatifs d’Actium. Enfin, nous examinerons la fondation de colonies et le contrôle des abords de l’Italie.

1. La lutte entre César et Pompée pour l’hégémonie

  • 10 Cf. Appien, 2, 40 : il envoya Quintus Valerius occuper la Sardaigne et Asinius Pollio en Sicile.

6Quand César, après avoir franchi le Rubicon en janvier 49, entraîna son armée avec lui en Italie, Pompée quitta précipitamment le port de Brindes avec ses légions, César fit occuper la Sicile et la Sardaigne et répartit trois légions à Brindes, Tarente, Hydrus (Otrante)10. Il tentait ainsi de prévenir une invasion de la péninsule et de protéger la liberté d’accéder aux côtes italiennes afin de permettre l’approvisionnement en blé de l’Italie. Mais César, qui n’avait pas pu empêcher le départ de Pompée en dépit de sa marche forcée vers Brindes, attendit alors quelque temps avant de rassembler des troupes pour franchir la mer à son tour. Il organisa d’abord une expédition contre les Pompéiens en Gaule, puis en Espagne, avant de revenir à Rome et de se faire nommer dictateur.

7Pompée, installé à Thessalonique avec les sénateurs qui l’avaient suivi, avait passé presque une année à organiser son armée, à construire des vaisseaux. Il avait lui-même une grande expérience de la guerre navale puisqu’il avait obtenu en 67 un commandement exceptionnel pour lutter contre les pirates et, entre 57 et 52, un autre commandement extraordinaire pour assurer le ravitaillement en blé de la ville de Rome. Pensant que la victoire appartiendrait à celui qui obtiendrait la maîtrise de la mer, il avait réuni une flotte de 600 vaisseaux en faisant appel à ses alliés pour la constituer. Il répartit alors ses bateaux en 6 escadres confiées chacune à un de ses officiers.

  • 11 Sur sa situation exceptionnelle dans l’espace méditerranéen, cf. Deniaux, 2011.

8Mais c’est à Corcyre qu’il laissa la plus grande partie de sa flotte et fixa le haut commandement naval de l’Adriatique. L’île de Corcyre, la plus septentrionale des îles ioniennes, à proximité du canal d’Otrante, occupe une position privilégiée sur la route maritime qui relie l’Orient à l’Occident ; elle est située à une journée de navigation de l’Italie11. Pour lutter contre César, il mit M. Calpurnius Bibulus à la tête de l’importante flotte qui lui garantissait la liberté de circulation dans l’Adriatique. M. Bibulus avait alors sous ses ordres 128 bateaux, dont 110 concentrés à Corcyre sous ses ordres directs et 18 vaisseaux dans la baie d’Aulona devant Oricum. Pompée lui-même avait choisi Dyrrachium comme quartier général de ses troupes terrestres. L’entreprise audacieuse de César le surprit. Il semblait alors impossible que César puisse former le projet de traverser en plein hiver, à l’époque où la mer était fermée, un passage maritime aussi bien gardé. En outre, César n’avait alors pas suffisamment de vaisseaux pour transporter les troupes de son infanterie qui s’étaient rassemblées sur le littoral italien.

  • 12 Cf. César, B.C. 3, 6-7 ; Appien, 2, 54.
  • 13 César aborda à Palaeste, à la pointe Sud des Monts Acrocérauniens, à égale distance de Corcyre, ten (...)
  • 14 César, B.C. 3, 8.
  • 15 B.C., 3, 8 et 3, 15.
  • 16 Ibid., 3, 18.

9Cependant, César décida de traverser la mer à la fin de l’année 49 (28 nov. 49 du calendrier julien) ou 4 janvier 48. Il n’avait pourtant que douze bateaux de guerre pour escorter ses navires de transport ; il n’en perdit pas un seul12. Quand César aborda, les navires de Bibulus n’étaient pas prêts à mettre la voile ; ses rameurs s’étaient dispersés. César en profita pour débarquer ses troupes non loin des monts Acrocérauniens13. La même nuit, il attaqua Oricum. Il s’installa bientôt à Apollonia. et renvoya la même nuit les navires à Brindes, pour ramener le reste des troupes, les autres légions et la cavalerie. Ceux-ci ne purent cependant utiliser la brise nocturne pour leur retour ; ils rencontrèrent la flotte ennemie qui en détruisit un grand nombre14. En effet, quand Bibulus fut informé à Corcyre de la nouvelle de ce débarquement, il riposta en poursuivant les navires de César qui repartaient vers Brindes, tomba sur une trentaine de navires vides, les prit et les incendia, fit périr les équipages et les capitaines, en espérant, par cette politique de représailles, jeter la terreur dans l’armée adverse. Enfin, il fit occuper tous les ports qui se trouvent au Sud de l’île de Sason, pointe avancée à l’extrémité des Monts Acrocérauniens pour empêcher César de faire arriver tout renfort de Brindes15. Alors que les ports de la côte et les principales villes, à l’exception de Dyrrachium, dans laquelle Pompée revint précipitamment, se rendaient à César, Bibulus restait stoïquement sur son vaisseau à surveiller la côte, couchant lui-même à bord, malgré l’extrême rigueur de l’hiver, exerçant une surveillance très efficace sur tout essai de passage dans le canal d’Otrante. César raconte d’ailleurs16 que Bibulus, qui ne voulait pas abandonner sa charge, devint très malade et qu’il mourut.

  • 17 Cf. Appien, 2, 57. La Vie de César 37-38, de Plutarque donne un récit très embelli de cet épisode q (...)

10César attendit longtemps ensuite que ses renforts arrivent. En effet, les Romains les plus aguerris ne pouvaient contrôler le passage du détroit lorsque les vents étaient hostiles. Pour faire venir ses troupes, il décida d’intervenir lui-même, mais il connut un échec quand il voulut quitter le port d’Apollonia, situé sur le fleuve Aoos, pour retourner à Brindes chercher les bateaux qu’il y avait laissés. Le vent, soufflant en tempête, lui interdit de quitter l’embouchure du fleuve Aoos qu’il avait réussi à gagner à la rame. L’entreprise malheureuse de César ne fut pas racontée par le héros lui-même17. Las d’attendre les troupes de Brindes, César, qui était alors à Apollonia décida de traverser lui -même la mer en secret ; il envoya trois serviteurs au bord du fleuve, qui se trouvait à douze stades, pour réserver, à l’intention d’un messager de César, un bateau rapide et le meilleur pilote. Après le dîner, il revêtit le costume d’un simple particulier et se rendit jusqu’au bateau où il s’embarqua incognito. Le vent soufflait en tempête. « Le pilote descendit le fleuve à la force des rames, mais quand il arriva à l’embouchure, la mer, avec les vagues et le vent contraria le courant ; pressé par les serviteurs, il chercha à forcer le passage, mais n’arrivant à rien, il commençait à perdre ses forces et à désespérer quand César se découvrit et lui cria : « courage, affronte la vague : tu portes César et la fortune de César ». Saisis de stupeur, les rameurs et le pilote redoublèrent tous de zèle et forcèrent le bateau à sortir du fleuve. Mais le vent et la houle le soulevaient et le rejetaient vers la côte ; pour finir, « comme le jour approchait, ils craignirent d’être, dans sa clarté, aperçus des ennemis, et César, après s’être déchaîné contre son génie, qui, disait-il, lui voulait du mal, permit que le bateau rebroussa chemin. Et, grâce à un vent violent, il put remonter le fleuve ».

  • 18 Cf. Deniaux, 2001.
  • 19 Cf. Appien, 2, 83.
  • 20 Cf. Plutarque, Vie de Caton, 55, 5.
  • 21 Cf. Appien, 2, 87. Selon Plutarque, Vie de Caton, 55, 2, Cicéron n’avait pas accepté pas la proposi (...)
  • 22 Cf. Dion Cassius, 42, 13.

11Cet épisode célèbre illustre le courage et l’énergie des généraux romains qui devaient affronter les mers hostiles et les vents changeants18. Avec son armée finalement arrivée, César essaya de bloquer Pompée dans Dyrrachium par un long siège qui se révéla inefficace. Après le siège de Dyrrachium, les deux armées ennemies s’étaient dirigées vers la Thessalie où César vainquit Pompée à Pharsale le 9 août 48 (29 juin du calendrier julien). Pompée lui-même décida, après sa défaite19, de ne pas naviguer vers Corcyre, où ses forces navales et terrestres étaient restées intactes, mais de se diriger vers l’est. Son beau-père, L. Scipion, et beaucoup d’autres nobles Romains, qui avaient pu s’échapper à la suite de la bataille de Pharsale, gagnèrent Corcyre et rejoignirent Caton, nommé par Pompée commandant à l’ouest, avec une armée de secours et 300 trirèmes20. Ils se répartirent la flotte entre eux21, mais décidèrent de confier un commandement unique à Caton. La flotte se dirigea vers le Péloponnèse, après avoir quitté Corcyre, puis gagna Cyrène où tous apprirent la nouvelle de la mort de Pompée22. C’est alors que les armées et les flottes pompéiennes se transportèrent progressivement en Afrique.

  • 23 Cf. César, B.C., 3, 100.
  • 24 Ibid., 3, 101.
  • 25 Cf. Dion Cassius, 42, 11.
  • 26 César, B. C, 3, 9; Dion Cassius, 42, 11.
  • 27 Cf. Hirtius, Bell. Alex., 42, 3.
  • 28 Cf. Appien, 2, 58-59.
  • 29 Cf. B. Alex., 44,7.
  • 30 Sur tout ceci, cf. Dzino, 2010, p. 91-94.

12À cette époque, les escadres pompéiennes agissaient d’une manière indépendante dans la Méditerranée. La lecture des récits des Guerres Civiles de César évoque de multiples épisodes de fermeture du port de Brindes par des flottes venues de l’est. Une flotte commandée par D. Lelius, venue d’Asie, bloqua le port de Brindes et ne cessa que lorsque fut annoncée la défaite de Pharsale23. C. Cassius, avec l’escadre de Syrie, intervint en Sicile24. L’Adriatique vit son importance stratégique accrue et les combats sur lesquels il est impossible de s’attarder ici furent nombreux. Le pompéien M. Octavius menait des attaques dans l’Adriatique, en particulier devant Salona25, ville qui avait soutenu César ; ses habitants résistèrent au siège des Pompéiens jusqu’à ce que l’hiver force M. Octavius à abandonner26. Les citoyens de la cité liburnienne d’Iader aidèrent le légat de César Q. Cornificius à gagner contre les Pompéiens27. Le légat Aulus Gabinius, qui avait été consul en 58, fut envoyé pour aider Cornificius mais il fut battu et tué à Salona28. Puis le légat P. Vatinius aida Cornificius à mettre fin au danger que représentait l’escadre de la flotte pompéienne dirigée par M. Octavius, qui fut défait près de l’île de Tauris29 : Issa se rendit à Vatinius. Celui-ci remporta aussi des succès contre les Dalmates, mais la mort de César remit tout en cause30.

2. De 44 à 31 : le contrôle des mers après la mort de César

2. 1. De la mort de César à la paix de Brindes (40)

2. 1. 1. Le contrôle de la mer après la mort de César

  • 31 C’est en 45 qu’Octave s’installa à Apollonia, cf. supra note 9.
  • 32 Vatinius, qui gouvernait l’Illyricum, essaya d’agir préventivement contre M. Iunius Brutus, gouvern (...)
  • 33 L’association de ces trois hommes permet à Welch, 2012, p. 163, de suggérer l’existence, non reconn (...)
  • 34 Cf. Appien, 4, 84 : «  Pompée qui se trouvait à Marseille, attendit encore de voir la tournure des (...)

13Il n’est pas dans mon propos de résumer l’histoire complexe de la mise en place du triumvirat entre Octave, Antoine et Lépide, mais d’étudier les points importants concernant le contrôle des mers qui donnent accès à l’Italie : l’Adriatique et la mer tyrrhénienne. Octave, que César avait installé à Apollonia31 avait traversé le canal d’Otrante en mai 44 pour se faire reconnaître en Italie. L’action du Sénat dans laquelle Cicéron joua un rôle éminent avait d’abord été très hostile à Antoine et favorable à Octave. Le Sénat avait confié à M. Junius Brutus le gouvernement de la Macédoine32 ; il attribua la Syrie à Cassius et il donna des pouvoirs exceptionnels à Sextus Pompée avec le commandement des forces navales de Rome33. Placé à la tête de la flotte du Sénat, Sextus Pompée porta le titre de praefectus classis et orae maritimae ex senatus consulto à partir d’avril 4334. Mais quand Octave, Antoine et Lépide décidèrent de se répartir le monde à Bologne, la lex Titia (27 nov. 43) définit leurs nouveaux pouvoirs et les autorisa à proscrire leurs adversaires, dont Sextus Pompée faisait partie. C’est alors que celui-ci s’empara de la Sicile.

14Les triumvirs Octave, Antoine, Lépide avaient partagé entre eux les différentes provinces du monde romain, Lépide devant gouverner la Narbonnaise et l’Espagne ; Octave et Antoine décidèrent de se diriger vers l’Orient pour lutter contre les tyrannicides. Les armées d’Antoine et d’Octave débarquèrent à Dyrrachium et rencontrèrent les armées de Brutus et de Cassius en Grèce du Nord, sur le trajet de la via Egnatia, à Philippes en 42, lors de deux batailles qui eurent lieu au mois d’octobre 42. La victoire des triumvirs est largement due à Antoine. Cassius puis Brutus se suicidèrent. Mais si les triumvirs l’avaient emporté lors de la bataille terrestre, ils ne réussirent pas simultanément à exercer leur pouvoir sur la mer. Les flottes du parti des assassins de César étaient les plus fortes ; elles pouvaient continuer à bloquer l’Adriatique et l’accès à l’Italie.

2. 1. 2. La domination de Cn. Domitius Ahenobarbus dans la zone du canal d’Otrante et la paix de Brindes

  • 35 Cf. Appien, 4, 82. L. Staius Murcus était proconsul de Syrie en 43. Cn. Domitius Ahenobarbus avait (...)
  • 36 Cf. Appien, 4, 86.
  • 37 Appien, 4, 115.
  • 38 Comme le dit Velleius Paterculus, 2, 72 : «  Cn. Domitius confia son salut à la fuite et à la fortu (...)
  • 39 Sur cet extraordinaire personnage, cf. Deniaux, 1996. Sur les Domitii Ahenobarbi, cf. Carlsen, 2006
  • 40 Sur ce denier, cf. Crawford, 1987, RRC 519/2.
  • 41 Sur l’aureus, ibidem, 519/1. Les représentations du revers, avec la figuration d’un temple tétrasty (...)

15Le jour de la première bataille de Philippes, qui vit la défaite des Césaricides, un engagement naval vit la victoire des forces de Brutus et de Cassius, commandées par Cn. Domitius Ahenobarbus et Staius Murcus, sur la flotte amenant des renforts à Octave. Staius Murcus était venu du Péloponnèse avec une flotte importante pour contrôler Brindes35 et empêcher le passage vers la Macédoine, des navires amenant le ravitaillement de l’armée d’Octave et d’Antoine. Cn. Domitius Ahenobarbus reçut l’ordre de partir avec une escadre pour l’aider, avec une légion et un corps d’archers36. Cent trente bateaux de guerre furent ainsi à la disposition de Domitius Ahenobarbus et de Staius Murcus, avec deux légions et de nombreux archers. Ils interceptèrent la flotte de Cn. Domitius Calvinus, qui amenait deux légions en renfort aux triumvirs. Les deux escadres aux forces considérables s’affrontèrent alors dans la mer ionienne, à un endroit malheureusement non localisé. Le récit de ce combat que nous a transmis Appien37, est cependant d’une vie et d’une intensité extraordinaires. C’est à la suite de cette grande victoire navale que Cn. Domitius Ahenobarbus prit le titre d’imperator. Il resta seul, après le départ de Staius Murcus qui rejoignit Sextus Pompée avec ses navires, à exercer dans la mer ionienne un commandement autonome que les circonstances favorisaient, puisqu’Antoine était en Orient et Octave en Italie. Cet acte d’indépendance illustre bien la fragmentation du pouvoir à cette époque, ainsi que les risques d’éclatement de l’empire. Contrôlant le détroit de Messine, Sextus Pompée paralysait les accès à la côte occidentale de l’Italie, mais les abords des ports de la côte sud est de la péninsule, et spécialement celui de Brindes, étaient surveillés par Cn. Domitius Ahenobarbus. Il n’avait rien à perdre, puisqu’il avait été proscrit et que sa vie et ses biens étaient menacés38. Domitius conserva la maîtrise de la mer et la surveillance des ports d’arrivée en Italie, pendant deux longues années, de 42 à 40, avant la paix de Brindes, qui ramena la sécurité des communications entre Rome et le Méditerranée orientale39. Il manifesta son pouvoir en frappant deux séries de monnaies, l’une en or, l’autre en argent, monnaies dont les symboles évoquaient sa propre gloire et celle de sa famille. Le revers du denier d’argent frappé en 41 évoque, par une proue de navire surmontée d’un trophée portant deux épées et un bouclier, la victoire navale de 4240. Ces symboles y font allusion, allusion renforcée par l’inscription entourant le décor qui porte les mots Cn. Domitius imp. Le revers de l’aureus porte aussi la même inscription41.

  • 42 Cf. par ex. Appien, 5, 26.
  • 43 Une inscription d’époque augustéenne évoque un patronage public exercé par un membre de sa famille (...)

16Exerçant sans contrôle un commandement dans la mer Adriatique, Domitius bloqua, à plusieurs reprises, l’accès du port de Brindes, contraignant les habitants de Brindes à rester à l’intérieur de leurs murs42. Nous ne savons pas exactement où était situé son quartier général mais il a peut-être exercé son commandement à partir de Corcyre ou d’un port situé sur la côte en face de Corcyre43.

  • 44 Cf. Appien, 5, 53.
  • 45 Les habitants de Brindes manifestèrent d’abord leur hostilité à l’égard d’Antoine, en refusant de l (...)

17Quand, après son échec contre les Parthes, Antoine fit voile d’Alexandrie vers l’Italie avec une flotte importante, Octave souhaita signer un accord avec lui car sa situation en Italie était très difficile à la suite de la guerre de Pérouse. Il redoutait les menaces d’encerclement des différentes flottes qui entouraient l’Italie et contrôlaient les routes maritimes ; ces flottes risquaient de réduire l’Italie à la famine avec leurs 500 navires44. La paix de Brindes signée en 40 devait ramener la liberté de la circulation dans toute la Méditerranée. Antoine négocia alors avec Cn. Domitius Ahenobarbus tandis qu’Octave aurait dû s’entendre avec Sextus Pompée, qui tenait la Sicile45.

  • 46 Cf. Appien, 5, 55-56. Sur Asinius Pollio, cf. Velleius Paterculus, 2, 76, 2 ; cf. Cresci Marrone, 2 (...)
  • 47 Sur cette monnaie, cf. Crawford, 1987, RRC 521/1.
  • 48 Cn. Domitius Ahenobarbus abandonna Antoine quelques mois avant Actium pour se tourner vers Octave a (...)

18La négociation avec Domitius Ahenobarbus fut difficile. Asinius Pollion, qui maintint longtemps la Vénétie sous l’autorité d’Antoine, servit d’intermédiaire46. Pour éloigner Cn. Domitius Ahenobarbus de son aire d’action maritime, le gouvernement de la province de Bithynie lui fut proposé, ainsi que, plus tard, l’obtention du consulat pour l’année 32. Une émission monétaire témoigne aujourd’hui de l’entente qui fut contractée. Elle porte au droit le portrait d’Antoine et, au revers, le nom de Domitius Ahenobarbus est gravé entourant une proue de navire qui rappelle exactement celle de Cnaeus Domitius au temps de son imperium indépendant47. Pour garantir la solennité de cet accord, Antoine engagea plus tard en mariage sa fille aînée, Antonia maior, née du mariage en 40 d’Antoine avec Octavie, qui avait scellé la réconciliation entre les deux triumvirs avec le fils de Domitius48. En effet, la paix de Brindes engagea un processus de paix entre les deux triumvirs, qui devinrent l’un le maître de l’Orient, l’autre le maître de l’Occident, Lépide conservant le gouvernement de l’Afrique. Il est intéressant de noter que la limite du partage territorial se situe au nord de l’Albanie d’aujourd’hui, à Scodra. Très habilement, Antoine maître de l’Orient, se réservait les ports de Dyrrachium et d’Apollonia, points d’arrivée des navires venant d’Italie et points de départ des deux branches de la via Egnatia, ainsi que l’île de Corcyre, qui, à une journée de navigation de l’Italie, était pour lui un lieu d’observation privilégié de la situation italienne.

Après la paix de Brindes, Antoine et Octave furent accueillis avec enthousiasme dans la ville de Rome, mais Sextus Pompée continuait à affamer Rome. Il fallait traiter avec lui.

2. 2. L’hégémonie de Sextus Pompée jusqu’à la défaite de Nauloque

  • 49 L’histoire de Sextus est associée à une historiographie très défavorable. Octave le présenta comme (...)
  • 50 Cf. Canas, 2009. L. Scribonius Libo se vit proposer le consulat pour l’année 34. Lors de la paix de (...)
  • 51 Appien, 5, 71-74 et Dion Cassius, 48, 36-38, ont décrit l’arrivée de la flotte de Sextus en Campani (...)

19Sextus Pompée occupa pendant près de 10 ans une place très importante dans la vie politique romaine. Héritier d’un homme prestigieux, il était très populaire à Rome. Il avait accueilli en Sicile de nombreux réfugiés fuyant les proscriptions de 43, puis des réfugiés après la bataille de Philippes. Son gouvernement contrastait la situation italienne qui avait connu la guerre de Pérouse et les confiscations de terres49. Octave commença par réaliser en 40 une union matrimoniale « stratégique » avec une femme d’une famille liée à Sextus Pompée, Scribonia, sœur de L. Scribonius Libo, dont la fille avait épousé Sextus Pompée50. Mais il fallait davantage. Avant la paix de Brindes, la flotte de Sextus Pompée avait fait de fréquentes incursions en Italie. Sextus avait dû se retirer d’Italie du Sud, mais il bloquait l’arrivée des navires transportant du blé vers la capitale. Sa flotte était considérable. Sextus avait 400 navires montés par des équipages bien entraînés et des chefs compétents, souvent les affranchis de son père, au nombre desquels Menas-Ménodore qui changea plusieurs fois de camp. La paix fut signée avec lui à Misène, en 3951. Sextus renonçait à perturber l’arrivée des navires amenant le blé à Rome. Il conservait la Sicile, la Sardaigne, la Corse ; l’Achaïe lui était promise. Les proscrits pourraient revenir à Rome et retrouver la possession de leurs biens, les esclaves de sa flotte verraient leur liberté garantie.

  • 52 Cf. Appien, 5, 93.

20Après la paix de Misène, Sextus disposa de troupes moins nombreuses car, du fait de l’amnistie, beaucoup avaient rejoint leurs foyers. Mais, n’ayant pas obtenu l’Achaïe, il constituait encore une menace pour la liberté de circulation et l’approvisionnement de Rome. Octave tenta sans succès de reprendre le contrôle du détroit de Messine. C’est après sa défaite qu’il fit appel à son ami Agrippa alors en Gaule, et réclama le soutien d’Antoine qui arriva lui-même avec une flotte de 300 navires à Tarente en 3752 ; il renouvela son accord avec Octave pour 5 ans et lui donna les bateaux dont il avait besoin pour lutter contre Sextus Pompée. En échange, il reçut de lui des soldats pour la guerre d’Orient. Il est impossible ici d’évoquer en détail les étapes de la guerre d’Octave contre Sextus Pompée et des succès qu’il obtint grâce au talent d’organisation et au génie militaire de son ami Agrippa, après avoir connu une série de désastres. Au printemps 38, la flotte d’Octave avait, en effet, été détruite dans le détroit de Messine par Sextus Pompée et avait subi une très forte tempête.

  • 53 Sur tous ces préparatifs, cf. Roddaz, 1984, p. 98-113.
  • 54 Cf. Suét., Auguste, 16, 1.
  • 55 Cf. Dion Cassius, 49, 1, 2. Ces tours furent aussi utilisées lors de la bataille d’Actium.
  • 56 Le grappin inventé par Agrippa est connu sous le nom de arpax, cf. Appien, 5, 118.

21Agrippa devint consul en 37 et fut nommé préfet de la flotte. Son rôle consista d’abord à constituer une flotte et à créer une base navale en Campanie, un port dans un enfoncement de la baie de Pouzzoles, le Portus Julius entre Pouzzoles et Baies ; il relie habilement par un canal ce port aux deux lacs, le lac Lucrin et le lac Averne, où se trouvaient les constructions navales et une grande partie de la flotte53. Les équipages lui ont été fournis par Octave qui affranchit 20 000 esclaves pour en faire des rameurs54. Les bateaux construits sont de dimension impressionnante, équipés de tours pliantes qui peuvent être érigées au moment de l’abordage55. Pour faciliter l’abordage des vaisseaux ennemis, Agrippa fit installer des grappins géants56. C’est avec une flotte bien entraînée de 350 à 400 navires qu’Octave et Agrippa affrontèrent Sextus Pompée en 36 au nord-est de la Sicile, alors que Lépide venu d’Afrique débarquait au sud-ouest de l’île. Alors qu’Octave et Agrippa venaient du Portus Julius, une autre flotte, commandée par T. Statilius Taurus était partie de Tarente. Elle était constituée par les 130 navires qu’Antoine avait prêtés à Octave lors de leur rencontre à Tarente en 37 au cours de laquelle il avait renouvelé son accord avec Octave. Ces différentes flottes devaient attaquer Sextus Pompée sur trois points différents des côtes siciliennes, mais ces flottes, à l’exception de celle de Lépide, subirent des dégâts importants à cause de la tempête et durent être reconstituées. Statilius Taurus dut retourner à Tarente. Agrippa remporta une victoire sur la côte Nord à Mylae. Octave échoua devant Tauromenium, et, voyant sa flotte écrasée, abandonna une partie de son armée à Cornificius et regagna l’Italie. Mais, le 3 septembre 36, grâce à Agrippa, Sextus Pompée fut vaincu à Nauloque, non loin de Messine. Sextus Pompée partit à l’est tandis qu’Octave devenait le seul maître de la Méditerranée de l’ouest.

2. 3. Octave en Illyricum et les préparatifs d’Actium

  • 57 Sur l’expédition d’Octave, cf. Sasel Kos, 1999, p. 255-264 ; Dzino, 2010, p. 101 sq.
  • 58 Cf. supra note 28.

22Après avoir vaincu Sextus Pompée, Octave prépara une expédition en Illyricum. Octave poursuivait la politique de César de protection des frontières de la Cisalpine visant à assurer la sécurité de l’Italie. Il entreprit aussi de nouvelles conquêtes qui servaient sa stratégie et le montraient digne successeur de César qui avait gouverné l’Illyricum. En 35, les troupes romaines, rassemblées surtout à Tergeste, s’attaquent aux Liburniens, aux Segestani, aux Iapodes. La flotte, entraînée par Menodore, revenu dans le camp d’Octave, contribua au succès d’une entreprise qui ouvrait la route vers le Danube. Différentes tribus sont pacifiées. T. StatiliusTaurus et Agrippa sont associés à l’expédition d’Octave. Une seconde phase d’opérations a lieu sur la côte dalmate, avec Agrippa à la tête de la flotte agissant contre les Dalmates et protégeant les communautés comme Salone, Narone et Epidaurequi avaient fourni un soutien important à César pendant la guerre civile57. L’armée romaine s’avança vers le Sud, le long de la côte et s’empare de Setovia avant de détruire les forces dalmates et de récupérer les enseignes perdues par Gabinius58. Octave s’avançait vers la zone contrôlée par Antoine. Quand Octave et Agrippa quittèrent la région, T. Statilius Taurus resta seul pour conduire les opérations militaires. C’est lui qui commanda les forces terrestres lors de la bataille d’Actium.

  • 59 Cf. par ex. Dion Cassius, 50, 9.
  • 60 Sur l’importance politique de Corcyre, cf. Deniaux, 2011.
  • 61 Cf. Dion Cassius, 50, 9 ; Roddaz, 1984, p. 159.
  • 62 Cf. Dion Cassius, 50, 11.
  • 63 Cf. Plutarque, Vie d’Antoine 75 et 76. Sur la bataille d’Actium, cf. Cosme, 2014.

23Antoine dominait tout l’Orient romain. Il conservait la disposition des ports de la côte albanaise d’aujourd’hui, qui constituaient, avec Corcyre, d’utiles points d’observation de la côte italienne. La concentration des activités diplomatiques entre les deux mondes qui s’observaient se situait dans cette zone parcourue par différentes flottes. En 37, Antoine était arrivé lui-même dans le port de Tarente avec une flotte importante et avait renouvelé à Tarente son accord avec Octave. Antoine faisait parfois voile vers Corcyre mais la base de son installation en Occident était située à Patras59. C’est à Corcyre60 qu’est coordonnée la logistique de la guerre navale quand l’hostilité est déclarée entre les deux triumvirs. En effet, Octave et Antoine passèrent l’automne et l’hiver qui précédèrent la bataille d’Actium à s’espionner mutuellement. Octave avait rassemblé sa flotte à Brindes avec Agrippa. Mais il était peut-être à la tête de l’escadre qui, à l’automne, vint surveiller, au large de Corcyre, les préparatifs militaires d’Antoine. Antoine s’était avancé comme s’il avait l’intention de faire la guerre en Italie sans y être attendu61. Mais, arrivé à Corcyre, et instruit que les vaisseaux envoyés pour le surveiller étaient à l’ancre près des Monts Acrocérauniens, il crut qu’Octave était arrivé avec toute sa flotte, et, au lieu d’aller plus loin, il revint dans le Péloponnèse hiverner à Patras. Octave partit aussi de Brindes et fit voile jusqu’à Corcyre pour surprendre Antoine, mais dut revenir en arrière62. Au printemps 31, Agrippa arriva à déloger l’escadre et la garnison antonienne qui gardaient Corcyre, ce qui facilita le débarquement des légions d’Octave au nord de l’île. Octave fit ensuite débarquer ses soldats avec sa cavalerie au pied des Monts Acrocérauniens pour les envoyer par une route terrestre vers le golfe d’Ambracie. Le centre de gravité de l’Empire se déplaça, en effet, vers le golfe d’Ambracie et vers Actium. C’est à Actium que la plus grande partie de la flotte d’Antoine et de Cléopâtre était à l’ancre. Je ne parlerai pas de cette victoire sur laquelle il existe un livre récent63. L’engagement au large du promontoire d’Actium et la victoire d’Octave et d’Agrippa le 2 septembre 31 marque la fin de la séparation du monde romain en deux parties. Octave rétablit l’unité de l’Empire menacée de rupture et la sécurité des mers.

3. La fondation de colonies et le contrôle des accès à l’Italie

  • 64 Cf. Suétone, César, 42, 1. Sur la colonisation romaine, cf. Salmon, 1969 ; Vittinghoff, 1952 ; Kepp (...)
  • 65 Appien, 2, 135.
  • 66 Sur Auguste et la fondation de colonies, cf. Res Gestae Divi Augusti, 28.
  • 67 Cf. Dion Cassius, 5, 4, 6, qui affirme qu’on y installa, ainsi qu’à Philippes, des Italiens chassés (...)
  • 68 Dans un texte du Bellum Ciuile, quand il est fait allusion à un déplacement de César avec une légio (...)
  • 69 César, B.C., 3, 16, 1. La rencontre entre Enée et Andromaque se situe à Buthrote dans l’Énéide (cf.(...)
  • 70 Cf. Strabon, 8, 6, 23. Elle accueillit surtout des affranchis et des prolétaires de la capitale.

24La localisation des projets coloniaux conçus et réalisés par César ainsi que des fondations de l’époque d’Auguste montre une grande cohérence dans la volonté de contrôler les principaux axes maritimes et terrestres de communication dans l’Empire, et, particulièrement, de contrôler les différents accès aux côtes italiennes. La fondation de colonies est un des phénomènes majeurs de la République romaine finissante. Le mouvement de colonisation qui visait, à l’époque de César, à installer des colons en Italie et programmait des migrations contrôlées à l’extérieur de l’Italie devant conduire, selon Suétone64, à l’établissement de 80 000 personnes outre-mer, fut amplifié et achevé par Auguste. César avait d’abord prévu que des civils seraient associés aux distributions de terres. Mais l’installation des anciens soldats démobilisés, après de longues années de guerre, était devenue une des préoccupations les plus importantes des hommes politiques désireux de ramener la paix civile. Une des premières mesures du consul Antoine, deux jours après la mort de César, fut de faire ratifier par le Sénat65 toutes les décisions de César en ce domaine. Les colonies sont souvent installées dans des points stratégiques, bien insérées dans le système des liaisons terrestres et maritimes. En contribuant à la sécurité des mers, elles contribuaient aussi au développement des relations commerciales. Les colonies du triumvirat et de l’époque augustéenne66 reprirent souvent des projets de César destinés à des militaires démobilisés mais aussi à des civils, par exemple à Dyrrachium où des civils italiens furent installés à l’époque du triumvirat parce qu’ils avaient été expulsés au profit des vétérans en Italie67. L’implantation d’une colonie était souvent liée à une sanction, conséquence d’une attitude hostile, ou du refus de payer une taxe. Les anciens habitants voient leurs terres menacées de confiscation au profit des colons. L’exemple de la fondation de la colonie de Buthrote dans l’Albanie d’aujourd’hui, peut être ainsi évoqué. César voulut fonder une colonie à Buthrote, ville située sur la côte épirote, en face de l’île de Corcyre, sur une côte qui est au coeur des relations maritimes et terrestres de l’Empire68. Il est vrai que Buthrote fut la résidence d’Andromaque, et que les héros de l’Enéide y font étape ; ce souvenir a pu jouer un rôle important dans le choix de César, mais l’installation coloniale peut aussi être considérée comme une sanction, puisque sa fondation est décidée à la suite d’une taxe impayée69. Buthrote est située sur la voie maritime qui mène au Péloponnèse, assez loin des autres colonies péloponnésiennes, étapes du voyage vers la mer ionienne, Patras et Corinthe. César décida de fonder une colonie à Corinthe, appelée Colonia Laus Iulia Corinthiensis70, alors que la cité avait été détruite en 146 par le consul Mummius. Située sur la pente d’une colline d’où elle dominait l’isthme de son nom avec le golfe Saronique à l’est, et le golfe de Corinthe à l’ouest, son rôle économique est considérable. Le voisinage des deux mers donnait à Corinthe le moyen de faire un commerce immense. Elle devint le siège du proconsul d’Achaïe.

  • 71 Cf. Rizakis, 1988.

25Dyme, fondée par César ou par les triumvirs, connut une nouvelle fondation après Actium mais à la fin du règne d’Auguste ou au début du règne de Tibère, elle fut absorbée par sa voisine, la colonie de Patras ; c’est la raison pour laquelle elle n’est pas indiquée sur la carte. Patras, colonia Augusta Achaica Patrensis, est une colonie augustéenne, postérieure à la victoire d’Actium. Le port de Patras est très bien situé71. C’est dans ce port qu’Antoine se retrouvait le plus souvent quand il revenait en Occident. La fondation d’une colonie dans ce lieu par Auguste est ainsi expliquée, ainsi que la présence de légionnaires démobilisés. Nous savons qu’y furent démobilisés des légionnaires de la légion X Equestris et XII Fulminata.

  • 72 Cic., Fam., 14,1, 7 : ciuitas libera et in me (exulem) officiosa.
  • 73 Cf. Deniaux, 1999.
  • 74 Pline, H.N., 4, 10.

26Trois colonies romaines, Buthrote, dont nous avons parlé, Dyrrachium, Byllis, ont été fondées par Auguste sur le territoire de l’Albanie d’aujourd’hui. L’une, Buthrote, colonie césarienne, a été refondée à l’époque d’Auguste. La création d’une colonie à Dyrrachium, autrefois cité libre72, est certainement liée au fait que la cité avait servi de quartier général à Pompée dans sa lutte contre César. Mais la fondation de Dyrrachium est justifiée par l’importance de la situation de son port ainsi que par la nécessité de contrôler la grande voie qui mène à la partie orientale de l’Empire, la via Egnatia73. Des motifs économiques et politiques peuvent aussi expliquer cette création coloniale. Une seule source ancienne, Pline, fait allusion à la colonie augustéenne de Byllis74. Elle fut fondée à l’intérieur des terres pour contrôler l’accès au cours inférieur de l’Aoos, aujourd’hui la Vjosa. Près de l’embouchure de ce fleuve se trouve le port d’Apollonia restée ville libre, car favorisée par César et Auguste.

  • 75 Cf. Alföldy, 1962 ; Dzino 2010, p. 120-121.
  • 76 Sur ces colonies, cf. Pline, HN 3, 141, 142, 143. Peut-être y eut-il aussi Senia. La date de ces fo (...)
  • 77 Cf. pour Salona, César, B.C. 3, 9 ; Dion Cassius, 42, 11.
  • 78 Panorme, située plus à l’Ouest, est aussi une fondation plus tardive, qui remonte sans doute à la f (...)
  • 79 Cf. Dion Cassius, 49, 12, 5.
  • 80 Cf. Stone, 2002, III.
  • 81 Cf. Diod. Sic. 16, 7, 1
  • 82 Cf. Dion 48, 17, 6; Strabon, 6, 2, 4.
  • 83 Cf. Stone, 2002, III, p. 145.

27Les colonies de l’Illyricum75 semblent dater du règne d’Auguste : Epidaurum, Salona, Narona, Iader76. Ces cités côtières, dans lesquelles étaient installés des conventus de citoyens romains, avaient sans doute des privilèges municipaux depuis César. Fidèles à César77, elles reçurent sans doute le statut colonial grâce à Auguste qui installa comme colons des civils et non des vétérans. La fondation des colonies de Sicile a été voulue par Octave dans un contexte différent, après la victoire militaire sur Sextus Pompée. Leur localisation est un témoignage de la volonté impériale de contrôler les voies d’accès à l’Italie : elles sont situées au Nord et à l’est de l’île78. Leur fondation peut aussi être interprétée comme une sanction de l’attitude de certaines cités qui avaient résisté à Octave et à Agrippa. Octave agit, en effet, contre les cités siciliennes qui avaient adhéré à la cause de Pompée. Dion Cassius révèle que les cités qui se rendaient à lui sans contrainte étaient pardonnées79 ; celles qui résistaient étaient punies. Une étude récente80 a montré comment les découvertes archéologiques permettent de connaître les destructions et les abandons qui suivirent la victoire d’Octave ; ainsi il punit Tauromenium qui lui avait résisté en 36 ; sa population fut déplacée et la cité devint une colonie romaine81. Une colonie fut implantée à Syracuse qui avait aidé Sextus Pompée82. Les autres colonies de Sicile sont Catane, Tyndaris, Thermae Himeraeae. À Tyndaris, des maisons montrent des niveaux de destruction et de reconstruction83. Ainsi, en Sicile, la politique de répression était associée à des impératifs géostratégiques.

28Les questions posées par le contrôle des mers intérieures sont des questions aux enjeux considérables pour la survie de l’Empire. Les aléas des conflits des Guerres Civiles entraînèrent fréquemment un nombre considérable d’individus de la classe dirigeante sur la mer. Jusqu’en 31, l’Adriatique et la mer ionienne avaient été parcourues par des flottes des partis opposés qui s’observaient et s’affrontaient alors que la mer Tyrrhénienne était contrôlée par les escadres de Sextus Pompée. Les hommes ne sont pas toujours victorieux dans leur combat contre les vents déchaînés. Les récits de tempêtes sont innombrables dans les sources antiques. La mer est imprévisible. Mais, pour assurer la sécurité de l’espace maritime, les fondations coloniales ont été prévues d’une manière cohérente. Elles permettent de contrôler les différents accès à l’Italie et la grande voie de passage de l’Occident à l’Orient qui unit les deux parties du monde romain.

Fig. 1 : Les colonies romaines et l’accès à l’Italie sous Auguste

Fig. 1 : Les colonies romaines et l’accès à l’Italie sous Auguste

N.B. : l’indication des cités libres n’est pas exhaustive.
- Sur Apollonia, cf. Apollonia d’Illyrie, Atlas archéologique et historique, V. Dimo, Ph. Lenhardt et F. Quantin (éd.), CEFR 391, Rome, 2007.
- Sur le statut de Nicopolis, cf. l’excellent état des sources dans D. Calomino, Nicopolis d’Epiro, nuovi studi sulla zecca e sulla produzione monetale, BAR 2214, Oxford, 2011.

E. Deniaux et J. Robert, Université de Paris-Ouest - Nanterre-La Défense.

Fig. 2 : La via Egnatia

Fig. 2 : La via Egnatia

E. Deniaux et J. Robert, Université de Paris-Ouest - Nanterre-La Défense.

Haut de page

Bibliographie

Alföldy, G., 1962, Caesarische und Augustische Kolonie in der Provinz Dalmatien, Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 10, p. 357-365.

Brunt, P. A., 1971, Italian Manpower, 225 B.C.-14 A. D., Oxford.

Cabanes, P., 1976, L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 186, Paris.

Cabanes, P., 1988, Les Illyriens de Bardylis à Genthios, ive-iie siècles av. J.-C., Paris.

Canas, M., 2009, Scribonia Caesaris et le stemma des Scribonii Libones, R. Phil., 83, 2, p. 183-210.

Carslen, J., 2006, The Rise and Fall of a Roman Noble Family: The Domitii Ahenobarbi 196 BC-AD 68, University of Southern Denmark.

Coarelli, F., 1996, Un monumento onorario dei Domizi dal Campidoglio, dans F. Coarelli, Revixit ars, arte e idoelogia a Roma, dai modelli ellenistici alla tradizione repubblicana, Rome, p. 300-311.

Collart, P., 1976, Les milliaires de la Via Egnatia, BCH, p. 177- 200.

Cosme, P., 2014, Auguste, maître du monde, Actium 2 septembre 31 av. J.-C., Paris, 2014.

Cresci Marrone, G., 2012, Speciosisque rebus circa Altinum, Asinius Pollion et l’Adriatique, dans R. Baudry et S. Destephen (éd.), La société romaine et ses élites, Hommages E. Deniaux, Paris, p. 239-250.

Crawford, M.H., 1987, Roman Republican Coinage, Cambridge (abrégé RRC).

Deniaux, E., 1987, Atticus et l’Épire, dans P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, Actes du 1er colloque international, Clermont Ferrand, p. 245-254.

Deniaux, E., 1996, La traversée de l’Adriatique à l’époque des Guerres Civiles : liberté et contrôle : Cn. Domitius Ahenobarbus et le canal d’Otrante (42-40 av. J.-C.), dans P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, III, Actes du IIIe colloque international, Paris, p. 249-254.

Deniaux, E., 1999, Découverte d’un nouveau milliaire de la via Egnatia à Apollonia (Albanie), MEFRA, 111, p. 167-189.

Deniaux, E., 2001, La traversée de l’Adriatique à la fin de la République : dangers de la mer et affrontements politiques, dans Cl. Zaccharia (éd.), Strutture portuali e rotte marittime nell’ Adriatico di età romana, Antichità altoadriatiche, 46, Trieste, Rome, p. 89-100.

Deniaux, E., (éd.), 2005, Le canal d’Otrante et la Méditerranée antique et médiévale, Bari.

Deniaux, E., 2006, Épigraphie et émergence d’une colonie : l’exemple de la colonie romaine de Buthrote, dans S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme et S. Lefebvre (éd.), H.G. Pflaum, un historien du xxe siècle, Paris, p. 343-367.

Deniaux, E., 2011, L’île de Corcyre et la politique romaine (des Guerres de Macédoine à la bataille d’Actium), dans G. De Sensi Sestito et M. Intrieri (éd.), Sulla rotta per la Sicilia : l’Epiro, Corcira e l’Occidente, Pise, p. 329-340.

Destephen, S., 2012, Un exemple de société coloniale au Haut empire ? Dyrrachium à la lumière de l’épigraphie grecque et latine, dans R. Baudry et S. Destephen (éd.), La société romaine et ses élites, Hommages E. Deniaux, Paris, p. 271-285.

Dzino, D., 2010, Illyricum in Roman Politics, 229 BC- 68 AD, Cambridge Univ. Press.

Estiot, S., 2006, Sex. Pompée, la Sicile et la monnaie, problèmes de datation, dans J. Champeaux et M. Chassignet (éd.), Aere Perennius, Hommages à H. Zehnacker, Paris, p. 125-154.

Fasolo, M., 2003, La via Egnatia I. Da Apollonia e Dyrrachium ad Herakleia Lynkestidos, Rome.

Hansen, I. L. et Hodges, R., 2007, Roman Butrint, an assessment, Oxford.

Hammond, N. G. L., 1972, A History of Macedonia, t. 1, Oxford.

Hammond, N. G. L., 1974, The Western Part of the Via Egnatia, JRS, 64, p. 185-194.

Hinard, F., 1985, Les proscriptions de la Rome républicaine, CEFR, 83, Rome.

Keppie, L., 1983, Colonisation and Veteran Settlement in Italy (47 B.C.-14 A.D.), British School at Rome.

Pistellato, A., 2012, Historiographie des Guerres Civiles et guerre civile des historiographies, Publius Vatinius, dans R. Baudry et S. Destephen (éd.), La société romaine et ses élites, Hommages E. Deniaux, Paris, p. 43-51.

Powell, A., 2002, An island amid the flame: the strategy and imagery of Sextus Pompeius, dans A. Powell et K. Welch (éd), Sextus Pompeius, The Classical Press of Wales, p. 103-133.

Rizakis, A. D., 1988, Le port de Patras et les communications avec l’Italie sous la République, C.H., 33, p. 453- 472.

Roddaz, J.-M., 1984, Marcus Agrippa, BEFAR, 253, Paris-Rome.

Romiopoulou, C., 1974, Un nouveau milliaire de la via Egnatia, BCH, 98, p. 813-816.

Rougé, J., 1987, La place de l’Illyrie méridionale et de l’Épire dans le système des communications de l’empire romain, dans P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, Actes du Ier colloque international, Clermont-Ferrand, p. 255-261.

Sasel Kos, M., 1999, Octavian’s Campaigns (35-33) in Southern Illyricum, dans P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, Actes du IIIe colloque international, Paris, p. 249-254.

Salmon, E.T., 1969, Roman Colonisation under the Republic, Londres.

Stone, Sh., C. III, 2002, Sextus Pompeius, Octavianus and Sicily, dans A. Powell et K. Welch (éd.), Sextus Pompeius, The Classical Press of Wales, p. 135-165.

Vittinghoff, F., 1952, Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik unter Caesar und Augustus, Wiesbaden.

Welch, K., 2012, Magnus Pius, Sextus Pompeius and the transformation of the Roman Republic, Classical Press of Wales.

Haut de page

Notes

1 Res Gestae Divi Augusti, 25.

2 Sur la côte orientale de l’Adriatique, l’orientation générale de la côte se modifie au niveau des Monts Acrocérauniens, dont l’île de Sason, bien visible à partir du site d’Apollonia, constitue l’extrême avancée. C’est là que se situe le passage de la mer le plus étroit en face de l’Italie et du cap Iapyge, environ 72 km. Sur le rôle du canal d’Otrante, cf. Deniaux, 2005. Sur la diffusion de mythes autour de celui-ci, particulièrement celui d’Enée et des héros troyens en Épire comme en Italie du Sud, cf. les très beaux récits faits par Denys d’Halicarnasse (Histoire romaine 1, 51) et par Virgile (Enéide, livre 3) à l’époque d’Auguste, de l’histoire de l’itinéraire maritime suivi par Enée dans le canal d’Otrante.

3 Sur la première guerre d’Illyrie et ses conséquences, cf. Cabanes, 1988, p. 268 sq. Sur le protectorat romain, cf. Polybe, 2, 9-12 ; Appien, Illyr., 7-8 ; Cabanes, 1988, p. 278. La carte du protectorat romain établie par Cabanes, 1976, carte n°  6, montre bien quelles étaient déjà les ambitions romaines.

4 Sur ces itinéraires, cf. Rougé, 1987, p. 255-261.

5 Cf. Strabon, 6, 3, 8.

6 Le texte de cet historien n’est connu que par la citation qu’en donne Strabon à l’époque d’Auguste. Celui-ci mentionne qu’à son époque la voie était pourvue de bornes : «  d’Apollonia part vers l’est en direction de la Macédoine la Voie Egnatienne. Elle est mesurée en milles et pourvue de bornes jusqu’à Kypsela et le cours de l’Hèbre. Il se trouve que les voyageurs partis d’Apollonia ou d’Epidamne ont à parcourir la même distance pour se rencontrer sur la même route  ». Cf. Polybe, 34, 12 = Strabon, 7, 4, C 322.

7 Cf. Cicéron, De prov. cons. 2, 4. Il ne cite pas davantage la via Egnatia quand il parle de la route qu’il emprunta pour se rendre à Thessalonique : nam aut accedemus in Epirum aut tarde per Candaviam ibimus. Cicéron, Att. 3, 7, 3.

8 Sur la via Egnatia, les chapitres de Hammond, 1972, p. 19 — 59, sont très éclairants. Sur la via Egnatia, cf. RE, Egnatia Via, col. 1989 (Oberhummer) et supplt. XIII, col. 1667 (Radke) ; Hammond, 1974 ; Collart, 1976 ; Fasolo, 2003. L’absence de nom de la voie à l’époque de Cicéron avait pu faire penser que la véritable via Egnatia n’avait été réalisée que plus tardivement. Longtemps une explication du nom d’Egnatia avait été cherchée dans le nom de la ville de Gnathia (ou Egnatia) située sur la côte italienne de l’Adriatique. Cette opinion restrictive a définitivement été rejetée depuis qu’une borne milliaire a été découverte dans la région de Salonique, qui faisait connaître un proconsul romain encore inconnu dont le nom, inscrit en latin, l’était aussi en grec. Le libellé très simple de cette borne, qui portait le nom du proconsul au nominatif (Cn. Egnati(us) C. f. pro cos.), faisait penser que le constructeur de la route avait pu appartenir à la série des gouverneurs romains de la Macédoine dans la seconde moitié du iie siècle et que la voie nommée via Egnatia, édifiée peu de temps après la transformation de la Macédoine en province, existait bien à l’époque de Polybe, cf. Romiopoulou, 1974, sur lequel cf. AE 1973, 492 = AE 1976, 643. Sur la découverte d’un milliaire de la via Egnatia à Apollonia, l’autre extrémité de la via Egnatia, cf. Deniaux, 1999, p. 167-189.

9 La cité resta attachée à César. En 45, Octave résidait à Apollonia pour ses études et «  pour être entraîné dans l’art de la guerre  », car César avait le projet de lui confier la tête de sa campagne contre les Parthes : cf. Suétone, Auguste, 8, 2 ; Velleius Paterculus, 2, 59 ; Plutarque, Brutus, 22, 2 ; Appien, 3, 9-10 ; Dion Cassius, 45, 3. Apollonia devint une cité libre grâce à Octave reconnaissant de l’attitude que la cité avait manifestée à son égard ; cf. Nicolas de Damas, Vie d’Auguste, 17, 44.

10 Cf. Appien, 2, 40 : il envoya Quintus Valerius occuper la Sardaigne et Asinius Pollio en Sicile.

11 Sur sa situation exceptionnelle dans l’espace méditerranéen, cf. Deniaux, 2011.

12 Cf. César, B.C. 3, 6-7 ; Appien, 2, 54.

13 César aborda à Palaeste, à la pointe Sud des Monts Acrocérauniens, à égale distance de Corcyre, tenue par Bibulus et d’Oricum, ville contrôlée par Torquatus. Cf. César, B.C., 3, 8 (voir aussi 6-7). L’audace du passage hivernal de César est aussi racontée par Appien, 2, 54 et par Dion Cassius, 41, 44.

14 César, B.C. 3, 8.

15 B.C., 3, 8 et 3, 15.

16 Ibid., 3, 18.

17 Cf. Appien, 2, 57. La Vie de César 37-38, de Plutarque donne un récit très embelli de cet épisode qu’illustre aussi le poète Lucain, Pharsale 5, 504-677.

18 Cf. Deniaux, 2001.

19 Cf. Appien, 2, 83.

20 Cf. Plutarque, Vie de Caton, 55, 5.

21 Cf. Appien, 2, 87. Selon Plutarque, Vie de Caton, 55, 2, Cicéron n’avait pas accepté pas la proposition qui lui avait été faite de commander l’armée de Pompée.

22 Cf. Dion Cassius, 42, 13.

23 Cf. César, B.C., 3, 100.

24 Ibid., 3, 101.

25 Cf. Dion Cassius, 42, 11.

26 César, B. C, 3, 9; Dion Cassius, 42, 11.

27 Cf. Hirtius, Bell. Alex., 42, 3.

28 Cf. Appien, 2, 58-59.

29 Cf. B. Alex., 44,7.

30 Sur tout ceci, cf. Dzino, 2010, p. 91-94.

31 C’est en 45 qu’Octave s’installa à Apollonia, cf. supra note 9.

32 Vatinius, qui gouvernait l’Illyricum, essaya d’agir préventivement contre M. Iunius Brutus, gouverneur de Macédoine, en marchant sur Dyrrachium, mais la majorité des soldats des 3 légions désertèrent au profit de Brutus et le Sénat transféra le commandement de l’armée d’Illyricum à Brutus qui avait reçu un commandement extraordinaire. Cf. Cic., Phil., 10,11 ; 10, 13 ; Dion Cassius, 47, 21, 6. Sur Vatinius, cf. Pistellato, 2012, p. 43‑51.

33 L’association de ces trois hommes permet à Welch, 2012, p. 163, de suggérer l’existence, non reconnue par le droit mais par les faits, d’une sorte de triumvirat républicain entre Brutus, Cassius et Sextus Pompée.

34 Cf. Appien, 4, 84 : «  Pompée qui se trouvait à Marseille, attendit encore de voir la tournure des événements à Rome. Même une fois nommé commandant de toutes les mers, comme l’avait été son père, il ne revint pas dans la Ville mais il s’empara de tous les navires qui se trouvaient dans les ports et prit la mer en les joignant à toute la flotte qu’il avait amenée d’Espagne  », trad. Ph. Torrens, coll. La roue à livres, Paris, 2008.

35 Cf. Appien, 4, 82. L. Staius Murcus était proconsul de Syrie en 43. Cn. Domitius Ahenobarbus avait servi avec Brutus en Macédoine (Cic., Phil., 10, 13 ; ad Brut., 1, 5, 3 ; 7, 2 et 14, 1).

36 Cf. Appien, 4, 86.

37 Appien, 4, 115.

38 Comme le dit Velleius Paterculus, 2, 72 : «  Cn. Domitius confia son salut à la fuite et à la fortune, sans autre chef de parti que lui-même  ». Il était le fils de l’adversaire de César et fut proscrit selon Appien, 5, 61-62. Cf. Hinard, 1985, p. 463-464 ; cf. RE 23 (Münzer).

39 Sur cet extraordinaire personnage, cf. Deniaux, 1996. Sur les Domitii Ahenobarbi, cf. Carlsen, 2006.

40 Sur ce denier, cf. Crawford, 1987, RRC 519/2.

41 Sur l’aureus, ibidem, 519/1. Les représentations du revers, avec la figuration d’un temple tétrastyle dédié à Neptune, sont plus énigmatiques. Les droits des deux monnaies représentent des personnages ancêtres de l’imperator, deux personnages différents, sans doute la réponse que l’héritier de la gens, victime de la proscription des triumvirs, avait choisie pour manifester la gloire de sa famille. La signification idéologique de ces portraits a été étudiée par F. Coarelli, qui a proposé une interprétation nouvelle d’un monument honoraire des Domitii situé sur le Capitole, cf. Coarelli, 1996.

42 Cf. par ex. Appien, 5, 26.

43 Une inscription d’époque augustéenne évoque un patronage public exercé par un membre de sa famille à Buthrote, colonie romaine située en face de Corcyre, son fils L. Domitius Ahenobarbus (cf. CIA 275 ; LIA 253 ; texte gravé entre 16 et 12 av. J.-C.). Une autre inscription mentionnant un Domitius vient aussi de Buthrote. Il s’agit de Cnaeus Domitius Eros, affranchi de Domitius, cf. CIA 276 ; LIA 260.

44 Cf. Appien, 5, 53.

45 Les habitants de Brindes manifestèrent d’abord leur hostilité à l’égard d’Antoine, en refusant de l’accueillir car il venait de faire alliance avec celui qui avait bloqué toute l’Adriatique et fait en Italie des expéditions de piraterie, cf. Appien, 5, 61.

46 Cf. Appien, 5, 55-56. Sur Asinius Pollio, cf. Velleius Paterculus, 2, 76, 2 ; cf. Cresci Marrone, 2012.

47 Sur cette monnaie, cf. Crawford, 1987, RRC 521/1.

48 Cn. Domitius Ahenobarbus abandonna Antoine quelques mois avant Actium pour se tourner vers Octave avant de mourir peu avant cette bataille, permettant à son fils de faire carrière et d’atteindre le consulat, cf. Suétone, Vie de Néron, 3 et Dion Cassius, 50, 13, 6.

49 L’histoire de Sextus est associée à une historiographie très défavorable. Octave le présenta comme un pirate, cf. Res Gestae, 25. Une habile propagande sur ses monnaies le fait apparaître comme le nouveau Neptune. Sur cette propagande, cf. Powell, 2002 ; Estiot, 2006. Sur Sextus Pompée, cf. Welch, 2012.

50 Cf. Canas, 2009. L. Scribonius Libo se vit proposer le consulat pour l’année 34. Lors de la paix de Brindes, Octave et Antoine s’étaient partagé à l’avance l’attribution du consulat pour leurs amis. Lors de la paix de Misène, il fut convenu que Sextus obtiendrait le consulat.

51 Appien, 5, 71-74 et Dion Cassius, 48, 36-38, ont décrit l’arrivée de la flotte de Sextus en Campanie et l’attente d’Octave et d’Antoine avec leurs armées sur le rivage. Sur la paix de Misène, cf. Welch 2012, p. 240 sq.

52 Cf. Appien, 5, 93.

53 Sur tous ces préparatifs, cf. Roddaz, 1984, p. 98-113.

54 Cf. Suét., Auguste, 16, 1.

55 Cf. Dion Cassius, 49, 1, 2. Ces tours furent aussi utilisées lors de la bataille d’Actium.

56 Le grappin inventé par Agrippa est connu sous le nom de arpax, cf. Appien, 5, 118.

57 Sur l’expédition d’Octave, cf. Sasel Kos, 1999, p. 255-264 ; Dzino, 2010, p. 101 sq.

58 Cf. supra note 28.

59 Cf. par ex. Dion Cassius, 50, 9.

60 Sur l’importance politique de Corcyre, cf. Deniaux, 2011.

61 Cf. Dion Cassius, 50, 9 ; Roddaz, 1984, p. 159.

62 Cf. Dion Cassius, 50, 11.

63 Cf. Plutarque, Vie d’Antoine 75 et 76. Sur la bataille d’Actium, cf. Cosme, 2014.

64 Cf. Suétone, César, 42, 1. Sur la colonisation romaine, cf. Salmon, 1969 ; Vittinghoff, 1952 ; Keppie, 1983 ; Brunt, 1971, p. 234 sq. et appendice 15. Pour l’histoire des colonies, les inscriptions latines fournissent des documents importants qui peuvent être associés aux informations que nous donnent les sources littéraires. L’archéologie, avec la reprise de fouilles sur certains sites de colonies, apporte un complément documentaire très appréciable. Je ne pourrai pas m’attacher ici au difficile problème de la datation de chacune de ces colonies, souvent controversé.

65 Appien, 2, 135.

66 Sur Auguste et la fondation de colonies, cf. Res Gestae Divi Augusti, 28.

67 Cf. Dion Cassius, 5, 4, 6, qui affirme qu’on y installa, ainsi qu’à Philippes, des Italiens chassés de leurs terres par la colonisation des triumvirs. Sur la colonie de Dyrrachium, cf. Destephen 2012.

68 Dans un texte du Bellum Ciuile, quand il est fait allusion à un déplacement de César avec une légion à Buthrote, la localisation de la cité en face de Corcyre est précisée (cf. César, B.C., 3, 16 : Caesar erat ad Buthrotum, oppositum Corcyrae). Sur la fondation de la colonie de Buthrote, cf. Deniaux, 1987 ; Deniaux, 2006. Nous savons que l’ami de Cicéron, Atticus, exploitait depuis longtemps un grand domaine d’élevage dans cette zone d’où il se tenait informé de la situation politique de l’Italie. Il chercha à éviter la fondation coloniale qui pénalisait les habitants de Buthrote.

69 César, B.C., 3, 16, 1. La rencontre entre Enée et Andromaque se situe à Buthrote dans l’Énéide (cf. Virgile, Enéide, 3, v. 292-293). La tragédie de Racine, Andromaque, est située dans le palais de Buthrote. Sur les rapports entre Buthrote et Troie, cf. Hansen, Hodges, 2007, p. 44-61.

70 Cf. Strabon, 8, 6, 23. Elle accueillit surtout des affranchis et des prolétaires de la capitale.

71 Cf. Rizakis, 1988.

72 Cic., Fam., 14,1, 7 : ciuitas libera et in me (exulem) officiosa.

73 Cf. Deniaux, 1999.

74 Pline, H.N., 4, 10.

75 Cf. Alföldy, 1962 ; Dzino 2010, p. 120-121.

76 Sur ces colonies, cf. Pline, HN 3, 141, 142, 143. Peut-être y eut-il aussi Senia. La date de ces fondations est encore débattue aujourd’hui.

77 Cf. pour Salona, César, B.C. 3, 9 ; Dion Cassius, 42, 11.

78 Panorme, située plus à l’Ouest, est aussi une fondation plus tardive, qui remonte sans doute à la fin du règne d’Auguste ou au début du règne de Tibère.

79 Cf. Dion Cassius, 49, 12, 5.

80 Cf. Stone, 2002, III.

81 Cf. Diod. Sic. 16, 7, 1

82 Cf. Dion 48, 17, 6; Strabon, 6, 2, 4.

83 Cf. Stone, 2002, III, p. 145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les colonies romaines et l’accès à l’Italie sous Auguste
Légende N.B. : l’indication des cités libres n’est pas exhaustive.- Sur Apollonia, cf. Apollonia d’Illyrie, Atlas archéologique et historique, V. Dimo, Ph. Lenhardt et F. Quantin (éd.), CEFR 391, Rome, 2007.- Sur le statut de Nicopolis, cf. l’excellent état des sources dans D. Calomino, Nicopolis d’Epiro, nuovi studi sulla zecca e sulla produzione monetale, BAR 2214, Oxford, 2011.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/1207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 2 : La via Egnatia
Crédits E. Deniaux et J. Robert, Université de Paris-Ouest - Nanterre-La Défense.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/1207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 951k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Deniaux, « Le contrôle de la mer et des îles de la Sicile à l’Adriatique, de l’époque des Guerres Civiles à Auguste », Pallas, 96 | 2014, 127-144.

Référence électronique

Elizabeth Deniaux, « Le contrôle de la mer et des îles de la Sicile à l’Adriatique, de l’époque des Guerres Civiles à Auguste », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/1207

Haut de page

Auteur

Elizabeth Deniaux

Professeur émérite d’histoire romaine
Université de Paris-Ouest - Nanterre-La Défense
eldeniaux@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals