Navigation – Plan du site
‎3. Voir et décrire le monde environnant

La représentation du monde paysan dans les Natalicia de Paulin de Nole

The representation of the peasant world in Paulinus of Nola’s Natalicia
Dominique Bocage-Lefebvre
p. 203-214

Résumés

Il s’agit dans cette étude d’analyser le regard de Paulin de Nole, poète chrétien du ive siècle, qui renonça à sa vie de grand propriétaire terrien pour vivre pleinement sa foi chrétienne, sur le monde paysan : son regard n’est pas celui d’un sociologue, ni celui d’un chroniqueur, mais celui d’un homme animé par l’amour du Christ. Même s’il effectue une description réaliste de la paysannerie de Campanie, il se montre toujours tolérant et compréhensif à l’égard des paysans qui sont pour lui source d’enseignement et d’enrichissement moral.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage servant de référence à cette étude est l’édition italienne de Ruggiero, 1996. Les traduct (...)
  • 2 Sur la chronologie des Natalicia, cf. les ouvrages de Desmulliez, 1985, p. 35-64 et Fabre, 1948.
  • 3 Nat. 12, v. 29 (Carmina 1, Carm. XX, p. 410) : Historica narrabo fide sine fraude poetae (« Mon réc (...)
  • 4 Natalicia 3, 5, 6, 8, 9, 10, 12 et 13.
  • 5 Nat. 6, v. 211-468 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 328-468).
  • 6 Il s’agit, dans l’édition italienne, respectivement des Carmina XIV, XVI, XVIII, XXVI, XIX, XX et X (...)

1Si les Natalicia de Paulin de Nole1 sont avant tout un recueil de poèmes qui rendent hommage à saint Félix de Nole, ils sont aussi le témoignage de ce que fut, au fil des années 396 à 4082, la vie des habitants de cette bourgade. Comme dans un journal annuel, le poète rapporte non seulement les miracles de Félix, mais il témoigne aussi des événements de la vie de ses concitoyens, de quelques faits historiques3 plus ou moins importants et des manières de vivre des habitants. Paulin n’est pas un chroniqueur à proprement parler. Mais s’il n’est pas un censeur sévère, s’il est un observateur bienveillant, aimable, amusé devant l’attitude de certains habitants, jamais moqueur, animé qu’il est par la foi chrétienne et éclairé par l’exemple de l’enseignement de saint Félix auquel il a décidé de consacrer sa vie, il n’en reste pas moins qu’il donne à voir parfois sans complaisance le monde paysan au ive siècle en Campanie et que c’est à travers son point de vue que le monde paysan est dépeint. Les paysans sont présents dans plusieurs Natalicia4 : ils sont parfois les protagonistes de certains poèmes5, ils permettent aussi de peindre certaines coutumes et de montrer les actions bienfaisantes de Félix à leur égard. Paulin évoque de fait souvent les paysans et le petit peuple formulant des vœux non seulement pour leur famille, mais aussi pour leurs bêtes, ou se plaignant de leurs déboires. Le portrait que le poète dresse d’eux est cependant contrasté et assez réaliste : tout indulgent que soit le poète, il les peint cependant parfois rustres, peu ouverts, difficiles à convaincre, voire roués. Les Natalicia 3, 5, 6, 8, 9, 10, 12 et 136 présentent, entre autres, des passages où le monde paysan est évoqué et dépeint et offrent en outre quelques portraits détaillés de paysans rencontrés par Paulin. Si le monde paysan est décrit avec réalisme, le regard porté par le poète sur le petit peuple est guidé par la foi chrétienne et met en valeur la ferveur de celui-ci à l’égard du saint : réalisme dans la peinture et ferveur des paysans constituent les deux axes autour desquels s’articulera cette analyse.

1. Description réaliste du monde paysan

2En tant qu’ancien propriétaire terrien en Aquitaine, avant de s’installer définitivement à Nole, Paulin connaissait le monde des paysans. Par ailleurs, lors de son installation dans cette petite bourgade près de Naples, et de la réfection et de la construction des basiliques en l’honneur de Félix, il se heurta parfois à quelques résistances, voire inimitiés, des autochtones. Guidé par son esprit tolérant et surtout par l’exemple de Félix auquel il voua désormais sa vie, il régla toujours de manière pacifique ces différends. Il rapporta cependant dans les poèmes dédiés à saint Félix ses observations.

1. 1. Rusticité et simplicité du monde paysan

  • 7 Nat. 6, v. 219-221 (Carmina 1, Carm. XVII, p. 328) : Quidam homo re tenuis, plebeius origine, cultu (...)
  • 8 Nat. 6, v. 225-227 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 330) : [...] Non carior illi / progenies aut ipse si (...)

3Le paysan du Nat. 67 est un homme envers lequel le poète se montre aimable et bienveillant. Ce dernier est probablement un métayer : il ne possède pas les terres qu’il cultive, et il attache donc un grand prix à ses bêtes, plus même, dit Paulin, qu’à ses propres enfants8 ; cette paire de bœufs constitue toute sa propriété et sa seule source de revenu, de sorte qu’il éprouve un vif chagrin quand ces derniers lui sont volés : l’accent mis dès le début du récit sur l’amour de ce paysan pour ses bêtes rend cohérente et crédible la tragédie qu’il subit par leur vol.

  • 9 Evenepoel, 1995, p. 513.

4Après le rapt des bêtes qui remplit celui-ci de désarroi et de désespoir, notre paysan s’en remet aux pouvoirs miraculeux de Félix. Pensant ensuite que le saint reste sourd à sa requête, il se met en colère et fustige presque de façon infantile le saint. Loin de tourner cette foi en dérision, le poète l’observe plutôt d’un œil amusé et montre sa naïveté. « Peu à peu le paysan devient grossier et effronté à l’égard de Félix […]. L’aspect comique de la situation réside dans le fait que le paysan est très familier avec saint Félix et dans le contraste entre l’insolence incroyable du paysan et sa confiance profonde en saint Félix », écrit W. Evenepoel9 qui analyse l’humour de Paulin dans les Natalicia.

  • 10 Nat. 6, v. 254-312 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 330-336).
  • 11 Ps. 9, 10: « Que le Seigneur soit une citadelle pour l’opprimé, / Une citadelle pour les temps en d (...)
  • 12 Nat. 6, v. 299-301 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 334) : [...] Non nescio mores, / Sancte, tuos ; nesc (...)
  • 13 Nat. 6, v. 311-312 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 336) : ni properas, isto deponam in limine uitam, / (...)

5La requête du paysan auprès de Félix10 est rapportée au style direct. La facilité avec laquelle ce dernier s’exprime est-elle vraisemblable ? La question peut être posée chaque fois que Paulin fait parler un paysan ou une personne d’humble condition ; ce discours a, de fait, une portée didactique et dépasse le cas de ce paysan. Dès l’incipit apparaît au v. 256 une référence implicite à la Bible11. Paulin ne reprend pas mot à mot les termes bibliques, mais il s’inspire du contenu, du rythme et de la formulation de ce passage. Les apostrophes du paysan à Félix sont abstraites et métaphoriques, comme inopium substantia (v. 254) et diues egenis (v. 255) ; les deux expressions, « richesse des démunis », constituent un oxymore qu’il est difficile de concevoir chez un paysan, même si sa prière est animée par la ferveur. Malgré ces réserves sur la vraisemblance des propos, qui reposent surtout sur le fait que le paysan parvient à le dire en termes clairs et explicites, l’expression du désespoir est crédible et touche l’auditoire ainsi que le lecteur. Dans des paroles certes redondantes, le paysan s’adresse directement à Félix en le prenant à témoin ; les questions se multiplient et l’on note le subjonctif délibératif : Heu ! Quid agam nunc ? (v. 267), Quo deceptus eam ? Quem criminer ? (v. 268), qua modo discurram ? Quo deferar ? (v. 275). Dans son adresse directe à Félix, le paysan présente, avec le franc-parler d’un accusateur, Félix comme coupable ou tout au moins complice du vol12 ; à la fin de sa requête, le paysan brandit des menaces sous la forme de chantage : le vocabulaire et la formulation y sont simples et correspondent aux propos d’un homme en proie au désarroi13.

  • 14 Nat. 9, v. 549-550 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282), l’expression ventro deo est à cet égard éloque (...)
  • 15 Ambroise de Milan, De Helia, 8, 27. Saint Augustin, Epist. ad Alypium, XXIX, 2, CSEL, t. XXXIV, 1, (...)
  • 16 Nat. 9, v. 553 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280) : rudibus decepti mentibus ; v. 566 (Carmina 2, Car (...)
  • 17 Nat. 9, v. 559 : nec sua liminibus miscerent pocula sanctis. ; v. 562 : sobria ; v. 564 : epulis ; (...)
  • 18 Nat. 9, v. 398-399 (Carmina 2, Carm. XXVII) : quos huc ad sancti iustum Felicis honorem / duxerit o (...)
  • 19 Nat. 9, v. 563-565 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : ignoscenda tamen puto talia paruis / gaudia q (...)
  • 20 Nat. 9, v. 568-569 (Carmina 2, Carm. XXVII) : Ergo probant obiti quod damnauere magistri ? / Mensa (...)
  • 21 Nat. 9, v. 570-571 (Carmina 2, Carm. XXVII) : Vnus ubique calix Domini, est cibus unus et una / men (...)
  • 22 Nat. 9, v. 572-573 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : Cede sacratis / liminibus, serpens.
  • 23 Nat. 9, v. 591-592 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 284) : Potatur hianti / sobrietas, nimii subeunt obl (...)
  • 24 Nat. 9, v. 581 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : Felicis domibus pictura ludere sancta.
  • 25 Nat. 9, v. 589-591 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 284 : Sanctasque legenti / historias castorum operum (...)

6La rusticité est décrite aussi dans les manières religieuses d’honorer Félix, qui ressemblent parfois aux coutumes païennes. De fait, quand Paulin orne les basiliques de nombreuses mosaïques aux sujets bibliques, c’est avec un objectif pédagogique. Les peintures, avec une visée didactique, facilitent la prière : il faut aider le peuple à se recueillir. En effet beaucoup de faits quotidiens le détournent de la prière. L’ensemble des pèlerins, en effet, est composé essentiellement de paysans qui peuvent subir l’influence du paganisme. Paulin se réjouit cependant que les paysans aient osé défier les rigueurs de l’hiver pour honorer Félix. Il s’applique à redresser les coutumes païennes des repas et beuveries sur les tombes, évoqués souvent dans les Natalicia, notamment quand les paysans rendent hommage à Félix14. Mais au lieu d’interdire ces débordements comme Ambroise à Milan ou Augustin à Hippone15, il les canalise. Le poète n’hésite pas à évoquer l’ébriété et la grossièreté des paysans, qu’il s’efforce de corriger par l’agencement des bâtiments et la décoration des lieux ; mais il se montre indulgent et tolérant, il justifie même leur rusticité16 : la contemplation des peintures doit les occuper et les détourner de boire17. Ces évocations permettent au poète de réfléchir à la question liturgique qu’il avait déjà explicitée à propos de la présence des reliques18. Le poète montre de fait dans ce passage sans ostentation son caractère aimable : il est bon et il n’est en rien un censeur quand il observe l’attitude des paysans19. Ces considérations indulgentes20 invitent l’assistance à la réflexion : les Apôtres peuvent comprendre l’ivresse qu’ils ont combattue dans leur prédication21. Il attribue les mauvaises habitudes de boisson au Diable qu’il interpelle vivement (v. 572-57922). Paulin se montre ainsi comme un pédagogue qui doit mêler jeu et enseignement : il faut divertir pour amener à la connaissance et à la vérité. En cela, il applique aussi les principes de rhétorique classique. Les peintures sont là pour leurs vertus pédagogiques ; elles mêlent imagination, esthétique et enseignement et elles éloignent d’autres activités moins nobles. La fin du développement de ce passage du Nat. 9 joue sur le thème de la nourriture spirituelle qui remplace ripailles et beuveries. Les v. 585-595 associent ainsi le thème du festin (uel tardius escae/sint memores, dum grata oculis ieiuna pascunt (v. 586-587)23), le thème du divertissement24 et celui de l’enseignement25. Ces trois thèmes sont étroitement liés : l’observation des scènes bibliques sur les murs des basiliques de Nole éloigne les excès, plaît et instruit : Paulin obéit en cela aux règles de la rhétorique classique de Cicéron : placere, docere, mouere.

1. 2. Obstination et entêtement de certains paysans

  • 26 Nat. 10, v. 70-74 (Carmina 2, Carm. XXVIII, p. 296-298) : Verba dabantque tectis qui metabantur in (...)
  • 27 Nat. 10, v. 164-166 (Carmina 2, Carm. XXVIII, p. 304) : Hunc nobis sine lite uidens cessisse triump (...)
  • 28 Nat. 8, v. 398 (Carmina 2, Carm. XXVI, p. 232).
  • 29 Nat. 8, v. 399-403 (Carmina 2, Carm. XXVI, p. 232).

7Le poète dresse un portrait empreint de moins de bienveillance envers ceux qui sont fermés à toute discussion, mais il ne les considère jamais avec sévérité : il signale qu’un voisin du sanctuaire de Félix refuse de céder un terrain proche et entrave ainsi l’agrandissement des basiliques en l’honneur du saint ; Paulin essaie bien de négocier cordialement avec lui, mais sa tentative échoue devant l’opiniâtreté du bonhomme26. Un incendie accidentel détruit soudain l’une des deux bicoques et laisse le paysan honteux de son refus27. L’incendie relaté dans le Nat. 8, ainsi que celui relaté dans le Nat. 10 ponctuent la vie des habitants de Nole et révèlent leur mentalité. Ils permettent aussi de comprendre les relations que Paulin a entretenues avec les paysans ; il y a de la part du poète à la fois agacement et émerveillement : le premier incendie évoqué à la fin du Nat. 8 permet surtout de mettre en valeur l’action thaumaturgique de Félix ; Paulin est témoin, comme ses concitoyens de Nole d’un embrasement : Quae tulimus paene absumptis incendia tectis. (v. 39828). Ils assistent ensemble à l’extinction miraculeuse de cet incendie lorsque Paulin recourt à la protection de Félix. Tous s’émerveillent de fait devant l’action de Félix : Quamlibet extinctae recalent uestigia flammae/mentibus et magni cumulant Felicis amorem,/quem prope corporeo praesentem uidimus actu/obiectare manus flammis et nostra tueri/limina iuncta suis (v. 399-40329).

  • 30 Nat. 8, v. 404-406 (Carmina 2, Carm. XXVI,p. 232).
  • 31 Nat. 10, v. 60-137 (Carmina 2, Carm. XVIII, p. 296-302).
  • 32 Nat. 10, v. 60 : Quale loco signum Felix uenerandus in isto.

8L’incendie du Nat. 8 est probablement le même que celui rapporté dans le Nat. 10, mais ce second récit montre un autre aspect de la personnalité de Paulin. Dans le Nat. 8, Paulin note, une fois l’incendie éteint, que celui-ci fut chassé du toit de leur maison-monastère, mais que cet incendie détruisit une chaumière voisine (v. 404-40630) ; celle-ci était certainement l’une des bicoques peu esthétiques qui empêchaient la restauration des basiliques et qui brûla : l’événement est rapporté dans le détail dans le Nat. 10 (v. 60-13731). Paulin, hostile à toute polémique et discussion, avait tenté de convaincre le paysan qui en était propriétaire de la nécessité d’abattre ces bicoques, mais sa tentative paisible de persuasion échoua. Le poète dit alors que Félix accomplit en ce lieu un miracle (v. 6032) : un incendie anéantit donc l’une de ces masures et l’obstination du paysan fut ainsi confondue et punie. La seconde cabane fut, de fait, elle aussi abattue, ce qui permit d’embellir et d’achever alors les constructions en l’honneur de Félix.

  • 33 Nat. 13, v. 643-847 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 56-70) : ce long épisode de deux cents vers aurait pu (...)
  • 34 Nat. 13, v. 754-787 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 65-66).
  • 35 Nat. 13, v. 759 : fontis, quo turbata metu quasi dura negabas.
  • 36 Nat. 13, v. 761 : respicere oblita, humanis mea uota putabas.
  • 37 Nat. 13, v. 764 : subducto patriam potu fore maesta gemebas.
  • 38 Nat. 13, v. 765 : idque etiam moto clamabas saepe tumultu.
  • 39 Nat. 13, v. 766 : nescia diuinis opibus promptos fore fontes.
  • 40 Nat. 13, v. 776 : ut propriam, Domino rerum diffisa, negabas.
  • 41 Ces expressions sont extraites du Nat. 13 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 66).
  • 42 Nat. 13, v. 621-642 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 56).

9L’évocation de ces lieux consacrés à Félix permet à Paulin de revenir sur l’attitude et la mentalité des paysans de Nole. Loin de se montrer toujours enthousiastes et coopératifs, les habitants de Nole firent parfois preuve de mauvaise humeur et d’impatience : les observations de Paulin à ce sujet rendent ses propos réalistes, vraisemblables et crédibles. Ce trait ajoute un intérêt supplémentaire à la lecture des Natalicia, non seulement d’une portée encomiastique, mais aussi historique, voire sociologique. Après les démêlés rapportés dans le Nat. 10 avec le voisin rétif au sujet des cabanes disgracieuses, le Nat. 1333 montre les habitants de Nole de nouveau obstinés, peu plaisants, voire injustes envers Félix : les nouveaux édifices religieux ne sont pas alimentés en eau et les habitants de Nole ne tiennent pas à partager celle dont ils disposent. Le poète reproche à Nole d’avoir refusé de partager l’eau avec Félix et finit par recevoir de Félix et de Dieu plus que ce qu’elle n’avait34. Si Paulin dénonce la crainte et la dureté (v. 75935), le caractère oublieux (v. 76136), la tristesse et les plaintes (v. 76437), les protestations (v. 76538), la méconnaissance (v. 76639), la défiance (v. 77640) dont Nole a fait preuve au sujet de l’eau, c’est pour que les habitants de Nole reçoivent de nouveau une leçon de bonté du Christ : les expressions Deus ipse creator (v. 767), auctor et altor/rerum hominumque simul (v. 773-774), qui condidit omnia uerba (v. 774) et aeterni sublimia iura parentis (v. 77841) figurent pour honorer celui qui a permis l’adduction de l’eau en abondance. Enfin, Paulin dresse un tableau de Nole où l’eau coule à profusion, manière de brocarder une fois de plus son ingratitude par rapport à Paulin lui-même auquel elle a reproché « les désirs dictés par un intérêt humain » (v. 761), vis-à-vis de Félix, en l’oubliant (v. 762), à l’égard du Christ dont elle s’est défiée. Paulin attribue l’adduction de l’eau à l’action de Félix qui provoque l’intervention des habitants d’Abella, petite cité située à proximité de Nole et dont il fait le juste éloge. Celle-ci, dit Paulin, « a offert gratuitement et en abondance/Les travaux pour remettre en état, jusqu’aux bassins et aux canaux,/L’aqueduc que de longues années avaient rompu » (Nat. 13, v. 719-721). Le poète fait un tableau élogieux des habitants d’Abella, les peignant industrieux, ne se ménageant pas et enthousiastes à l’ouvrage, « Nobles et bas-peuple, rassemblés pour une seule attention » (Nat. 13, v. 730). Derrière ce tableau, il faut imaginer les tractations du grand seigneur que demeure Paulin. S’il échoue avec ses concitoyens, il emporte l’adhésion de l’ensemble de la population d’Abella. Ces divers travaux s’accompagnent aussi de la restauration de la tombe de Félix, auquel les ouvriers chargés de ce travail apportent le plus grand soin, et ils sont décrits d’une manière détaillée42.

1. 3. La rouerie ou la malhonnêteté de certains paysans

  • 43 Nat. 12, v. 235-237 (Carmina 1, Carm. XX, p. 424) : Sed quia cognouit causam agnoscensque iacenter  (...)
  • 44 Nat. 12, v. 62-300 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412-430).
  • 45 Nat. 12, v. 62-63 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412) : Sed referam ad mea coepta pedem ; nam tempus et h (...)
  • 46 Nat. 12, v. 91 (Carmina 1, Carm. XX, p. 414) : non potuit coepitque pedes clamare ligatos.
  • 47 Nat. 11, v. 515-603 (Carmina 1, Carm. XIX, p. 388-603).
  • 48 Nat. 12, v. 66 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412).
  • 49 Nat. 12, v. 306-307 (Carmina 1, Carm. XX, p. 430) : « L’histoire est plus ancienne, mais elle fut l (...)

10D’autres paysans recueillent moins d’indulgence encore : ceux qui se montrent roués et rusés sont parfois à l’origine d’incidents à Nole. Certains feignent en effet d’honorer, comme il se doit, Félix et d’accomplir leurs promesses, en élevant des animaux destinés aux sacrifices ; mais, au lieu de partager d’une manière équitable ces animaux avec les pauvres dans une aumône généreuse, ils gardent pour eux-mêmes, à l’insu des autres membres de l’assistance, les meilleurs morceaux de la bête. Ils trouvent cependant bientôt en eux-mêmes leur propre châtiment43. Le Nat. 1244 montre la rouerie de certains de ces paysans, auxquels leurs animaux font la leçon sans même leur parler : le récit du premier miracle de ce Natalicium, de loin le plus long sur les trois, raconte la fourberie et les déboires d’un paysan qui aurait dû donner aux pauvres du sanctuaire l’ensemble du porc qu’il avait voué à Félix. Pour entamer le récit, Paulin a recours à la métaphore du repas45, et il insiste sur l’authenticité du fait qu’il va raconter. En quelques vers (v. 67-92), le cadre du récit et les circonstances du forfait sont fixés : l’égoïsme du paysan dans sa manière de partager les morceaux (la pointe « largitor inpos » (v. 76) est ironique ; les v. 82-83 : ausus eas iumento inpononere secum/reliquias disent son effronterie). Le châtiment ne tarde pas : le paysan, qui veut rentrer chez lui, est incapable d’avancer, alors qu’il n’y a aucun obstacle apparent46 ; l’impuissance qu’éprouve à avancer le paysan fourbe lui vient de ce qu’il « portait en ces restes la faute de son âme et l’obstacle de sa route » (v. 85) : cette impossibilité de marcher malgré l’absence d’obstacles n’est pas sans rappeler celle du voleur des ornements des parures de la Croix dans le Nat. 1147. Est-ce de la part de Paulin l’image stéréotypée du voleur qui se punit lui-même ? En tout cas, on ne peut pas nier la ressemblance entre ce voleur et ce paysan cupide, pris en quelque sorte l’un et l’autre à leur propre piège. Tous ces incidents sont narrés avec le talent d’un chroniqueur et certains termes sont comparables à des formulations de journaliste : ante dies paucos istic spectata profabor (v. 6648) ; tempore res prior est, sed nostris ante libellis/praeterita, in praesens tempus servata canetur ! (v. 306-30749).

2. Éloge du monde paysan

  • 50 Nat. 9, v. 550-567 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280-282).
  • 51 Au Nat. 12, Paulin met en valeur les paroles de repentir du paysan qui avait trompé les pèlerins da (...)

11Si donc les portraits des paysans de Campanie ne sont pas toujours flatteurs dans les Natalicia, ce réalisme ne fait pas de Paulin un censeur, et le regard du poète sur la paysannerie est toujours nuancé de tolérance et d’empathie : il respecte en cela l’enseignement de Félix, toujours prêt à comprendre autrui et à lui accorder son pardon. Paulin se met de fait au service des paysans et participe à leur instruction : même s’il note leurs penchants rustres, voire vulgaires, lors des cérémonies religieuses50, et décrit parfois leur caractère retors, il cherche à les élever. Les peintures dont il fait revêtir les murs lors de la réfection des basiliques en sont, on l’a vu, un témoignage : ne sachant pas lire, les paysans pourront recevoir cependant les leçons de la Bible en admirant les peintures des basiliques. Mais l’enseignement est réciproque : les paysans enseignent au poète aussi la pauvreté matérielle et la richesse morale, et constituent pour lui des exemples à suivre, jusque dans leur repentir51. La richesse morale des paysans, leur ferveur religieuse, leur ardeur à rendre hommage à Félix sont admirées de Paulin et mises en valeur dans les Natalicia : c’est aussi à travers la peinture des paysans qui constitue la majorité des habitants de Nole que Paulin rend hommage à Félix et à ses miracles.

2. 1. Richesse morale des paysans

  • 52 Nat. 5, v. 149-191 (Carmina 1, Carm. XVI, p. 274-278).
  • 53 Nat. 4, v. 337- 344 (Carmina 2, Carm. XV, p. 260).
  • 54 Nat. 5, v. 158-176 (Carmina 1, Carm. XVI, p. 276).
  • 55 Nat. 5, v. 158-163 : « Non loin, dans une masure voisine, habitait une sainte femme / Consacrée à D (...)
  • 56 1 Rois 17, 4.

12Dans les Nat. 4 et 5, Paulin compose une sorte d’hagiographie de Félix, dans laquelle l’aide apportée par une vieille paysanne illustre cette qualité morale des paysans : généreux, ils donnent tout ce qu’ils possèdent. Les v. 149-191 du Nat. 552 rapportent l’attitude de cette femme qui constitue une sorte d’exemplarité de la richesse morale du petit peuple. La vieille femme rencontrée dans le Nat. 453 avait un rôle bienveillant, puisqu’elle gardait la maison de l’évêque Maximus pendant sa fuite lors des persécutions. Celle-ci est bienfaitrice54, mais à son insu ; ce qu’elle accomplit, c’est grâce à la puissance du Christ qu’elle agit ainsi ; Paulin insiste beaucoup sur l’ignorance qu’elle a du bienfait qu’elle effectue : ignara pascente (v. 162), mentis in excessu (v. 164), nec […]/nouerat (v. 166-167), nec […] introitus erat illa sui memor (v. 167-168), inscia (v. 17055), manière de souligner la thaumaturgie du Seigneur ; cette charité rappelle l’aide apportée au prophète Élie par les oiseaux56, ainsi que celle accordée au prophète Daniel (Dn 14, 32-36) : « Dans la fosse, il y avait sept lions et on leur donnait chaque jour deux corps et deux brebis ; mais on ne les leur donna pas, pour qu’ils dévorent Daniel. Or le prophète Habacuc était en Judée ; ayant fait cuire une bouillie et broyé des pains dans un vase, il partait aux champs les porter aux moissonneurs. L’ange du Seigneur dit à Habacuc : « Porte le repas que tu tiens, à Babylone, à Daniel qui est dans la fosse aux lions. » Habacuc dit : « Seigneur, je n’ai jamais vu Babylone et je ne connais pas la fosse. » Alors l’ange du Seigneur le prit par le sommet de la tête, il le déposa au-dessus de la fosse avec l’agilité de son esprit. » Paulin reprend, d’une manière allusive, cette référence biblique pour faire l’éloge de cette vieille femme et, à travers elle, celui de la pauvreté qui permet de s’élever vers Dieu.

  • 57 « Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer d (...)
  • 58 Nat. 6, v. 56-57 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 316) : rem uictus, geminos, quod ei substantia, nummos (...)
  • 59 Cette pieuse veuve donnant toute sa fortune est évoquée dans le Nat. 6, v. 29-69 et v. 211-218 (Car (...)

13Dans le Nat. 6, c’est de nouveau à travers le petit peuple qu’il honore la pauvreté, en s’appuyant sur Marc 12, 41-4457 : Paulin rapporte qu’une pieuse veuve donne toute sa fortune, « L’équivalent de sa nourriture du jour, deux pièces – pour elle une fortune58 » et qu’elle mérite de recueillir avant l’heure la louange de son acte59.

  • 60 Paulin reprend aussi Luc 21, 1-4 ; dans sa lettre De gazophylycio, il évoque aussi les gestes d’off (...)
  • 61 Nat. 6, v. 45 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 316) : fercula opima cibis, ceras aulaea lucernas.
  • 62 Nat. 6, v. 40 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 314) : cedo equidem et flauo multis potioribus auro.

14Dans l’évocation de cette pauvre veuve dans l’exorde du Nat. 6 (v. 1-61), Paulin décrit les gestes de l’obole de la veuve de l’Évangile60, déposant dans le trésor du temple les deux pièces de monnaie qui constituent son pécule pour vivre, et il exhorte ainsi les riches à être généreux envers les pauvres, car nous nous préparons avec les biens matériels une récompense spirituelle et éternelle. Paulin évoque alors les décorations simples ou plus raffinées, dont les paysans parent les lieux religieux, voiles, lampes, papyrus enduits de cire, ou plus modestement fleurs et guirlandes tissées aux portes du sanctuaire61. Ceux qui apportent des matériaux précieux sont certes de riches propriétaires terriens ; Paulin, sans pour autant insister sur cet aspect62, suggère les différences économiques qui existent parmi les paysans du ive siècle.

2. 2. Ferveur religieuse des paysans

  • 63 Nat. 3, v. 44-81 (Carmina 1, Carm. XIV, p. 222-228).
  • 64 Virgile, Aen. 7, v. 647-817.
  • 65 Nat. 3, v. 54 (Carmina 1, Carm. XIV, p. 224) : cernere totque uno compulsa examina uoto.

15Dans le Nat. 363, Paulin décrit la foule des pèlerins qui sont des paysans venus de loin trouver du réconfort auprès du tombeau de Félix. Le poète entame, à la manière de Virgile décrivant les peuples latins64 qui combattent contre Turnus, le catalogue des pèlerins accourant, malgré l’époque hivernale et les difficultés de la route, de toutes les régions plus ou moins proches de Campanie et de la Campanie elle-même. Le poète souligne la symbiose entre la nature souriante, et désormais clémente, et la joie des foules : elle unit les deux thèmes évoqués dans l’exorde de ce Natalicium (celebratur/gaudent/ridere : v. 44-46). Les hyperboles et l’anaphore (omnes/uota dicant, v. 44-45 et omnia gaudent/terrarum et caeli : v. 45-46) rendent plus frappante cette joie collective et en harmonie avec la nature ; de plus, le rythme de cette description est rapide, grâce à des phrases courtes et souvent juxtaposées. La fin est marquée par une image évocatrice comparant les foules denses à un essaim d’abeilles65.

  • 66 Nat. 6, v. 114-115 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 320) : Totis ergo quibus stipatur conflua turbis / c (...)
  • 67 Nat. 6, v. 98-100 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 320) : Quis tantos agit huc populos ? Quaenam manus u (...)

16L’évocation de la ferveur populaire permet d’enchaîner sur une longue énumération des peuples affluant à Nole. Le « long catalogue des héros », l’épopée, rappelant celui de l’Énéide, se resserre dans ce Natalicium en une trentaine de vers dans lesquels se retrouvent certains effets stylistiques du poème de Virgile : épithètes laudatives (moenibus amplis (v. 59), Campania laeta (v. 60), diues […] Capua […] Neapolis v. 60), procédé anaphorique pour mettre en valeur les périphrases exprimées, comme chez Virgile, sous forme de propositions relatives (quosque suburbanis uetus Ardea mittit ab oris (v. 74) et quique urbem liquere Cales geminamque (v. 75)), métaphore maritime qui rappelle Virgile pour qualifier les mouvements de la foule (milia profundens ad amicae moenia Nolae (v. 68)). Cette évocation s’achève par la mise en valeur des efforts effectués par les pèlerins et sur l’amour du Christ ; c’est, là encore, une réminiscence profane apparaissant sous une forme proverbiale (Vicit iter durum pietas, amor omnia Christi/uincit [v. 79-80]), vers qui ne sont pas sans rappeler le vers de Virgile : omnia uincit amor (Ecl. 10, 69). Ainsi, la ferveur, l’émerveillement et la joie des paysans à venir rendre hommage à Félix ponctuent tous les Natalicia66, de même que lorsqu’ils sont près du tombeau de Félix67.

2. 3. Ardeur pour rendre hommage à Félix

  • 68 Nat. 9, v. 384-386 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 268) : Trina manus uariis operata decoribus illam / (...)
  • 69 Nat. 13, v. 704-753 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 62-64).
  • 70 Nat. 13, v. 704-728.
  • 71 Nat. 13, v. 709-710.
  • 72 Nat. 13, v. 740-743.

17L’ardeur se mesure chez les paysans, et plus largement chez le petit peuple dans l’édification et la réfection des basiliques en l’honneur de Félix : Paulin rend hommage aux artisans travaillant avec soin pour l’aménagement intérieur des basiliques68. Cette qualité est louée avec enthousiasme par le poète quand ce dernier décrit comment les paysans de la petite ville proche d’Abella font don de leur eau pour alimenter les basiliques de Nole69. Le poète fait la louange d’Abella qui a spontanément effectué le travail pour Félix70 ; il décrit grâce à des termes laudatifs le zèle de toute la population d’Abella, en insistant sur le fait que les nobles et le peuple se sont unis dans ce travail71. Grâce au zèle des habitants de cette petite ville pendant ces travaux, l’eau arrive en abondance à Nole. Les v. 729-753 du Nat. 13 décrivent l’empressement des ouvriers qui travaillent sans compter et sans ménagement ; la description est réaliste tant par l’évocation des conditions des matériaux (caementa uecta [v. 734]), que pour celle des conditions de travail (dumosa per ardua (v. 734) et sub sole ardenti [v. 735]). Ce travail apparaît comme un prodige : la fatigue ne se fait pas sentir et les réfections s’effectuent très vite72.

  • 73 Dans le Nat.7, l’accident oculaire qui survient à Theridius, l’ami de Paulin, et sa cécité physique (...)
  • 74 J’emprunte ces expressions à Alexandre Soljenitsyne (1975, p. 20), car elles me semblent appropriée (...)
  • 75 Niceta, « apôtre des Daces », est l’évêque de Rémésiana, ville probablement fondée par Trajan, situ (...)

18Ainsi, à travers la représentation du monde paysan, Paulin honore Félix et le Christ ; avec cette peinture, il invite en effet à méditer sur la pauvreté matérielle, sur l’humilité et sur le partage pour s’élever vers le Christ, il invite aussi à porter le regard au-delà de l’apparence et à se montrer clairvoyant73. Paulin parvient à traduire la délicatesse paysanne « sous l’écorce d’une grossière inculture74 ». Lors de sa promenade avec l’évêque Niceta75, venu en 403 à Nole pour l’anniversaire de saint Félix, Paulin rassemble toutes ces annotations dans le Nat. 9 :

  • 76 Nat. 9, v. 550-567 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280-282).

« […] en venant ici, [les paysans] se sont enfin convertis au Christ,
Émerveillés par les œuvres éclatantes des saints accomplies au nom du Christ.
Remarquez combien ils se rassemblent nombreux, venus de toutes les campagnes,
Et avec quelle piété ils vont à l’aventure, abusés par leurs esprits grossiers.
Ils ont quitté leurs lointaines maisons, ils ont méprisé les frimas,
Réchauffés par la ferveur de leur foi ; les voici maintenant rassemblés,
Qui manifestent leurs joies dans la veille durant toute la nuit.
Ils éloignent par leur liesse le sommeil, par les chandelles, les ténèbres.
Si seulement, toutefois, ils pouvaient exprimer leurs joies en des prières sages
Et ne pas mêler leurs beuveries à la sainteté des lieux !
Bien que la foule à jeun manifeste une déférence meilleure,
En faisant retentir d’une voix pure des hymnes saints
Et en offrant au Seigneur dans la sobriété la louange qu’elle Lui chante,
Il faut cependant, me semble-t-il, être indulgent à ces joies
Qu’ils expriment dans des petits festins ; car l’erreur s’est insinuée
Dans leurs esprits grossiers. Inconsciente de commettre une si grande faute,
Leur simplicité chute à cause de leur piété : elle croit à tort que les saints
Se réjouissent quand leurs tombeaux sont arrosés de vin parfumé76. »

Haut de page

Bibliographie

Desmulliez, J., 1985, Paulin de Nole, Études chronologiques, RechAug, 20, p. 35-64.

Evenepoel, W., 1995, Hagiographie et humour, in la narrativa cristiana antica (XXIII Incontro, 1994), Studia Ephemeredis Augustinianum, 50, p. 507-520.

Fabre, P., 1948, Essai sur la chronologie de l’œuvre de Saint Paulin de Nole, Paris.

Ruggiero, A., 1996, Paolino di Nola. I Carmi. Introduzione, testo latino con traduzione, note e indice, LER, Napoli-Roma, 1 = 1-20 / 2 = 21-33.

Soljenitsyne, A., 1975, Le Chêne et le Veau, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage servant de référence à cette étude est l’édition italienne de Ruggiero, 1996. Les traductions françaises qui seront données seront personnelles.

2 Sur la chronologie des Natalicia, cf. les ouvrages de Desmulliez, 1985, p. 35-64 et Fabre, 1948.

3 Nat. 12, v. 29 (Carmina 1, Carm. XX, p. 410) : Historica narrabo fide sine fraude poetae (« Mon récit sera celui d’un historien fidèle, sans les artifices du poète »).

4 Natalicia 3, 5, 6, 8, 9, 10, 12 et 13.

5 Nat. 6, v. 211-468 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 328-468).

6 Il s’agit, dans l’édition italienne, respectivement des Carmina XIV, XVI, XVIII, XXVI, XIX, XX et XXI.

7 Nat. 6, v. 219-221 (Carmina 1, Carm. XVII, p. 328) : Quidam homo re tenuis, plebeius origine, cultu / rusticus, e geminis angustam bubus alebat / pauperiem (« Un homme de mince fortune, plébéien d’origine, paysan peu intelligent / Entretenait sa maigre pauvreté grâce à deux bœufs »).

8 Nat. 6, v. 225-227 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 330) : [...] Non carior illi / progenies aut ipse sibi ; sed pignora et ipsos / ducebat.

9 Evenepoel, 1995, p. 513.

10 Nat. 6, v. 254-312 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 330-336).

11 Ps. 9, 10: « Que le Seigneur soit une citadelle pour l’opprimé, / Une citadelle pour les temps en détresse. »

Nat. 6, v. 256 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 330) : Te requiem fessis Deus adflictisque leuamen.

12 Nat. 6, v. 299-301 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 334) : [...] Non nescio mores, / Sancte, tuos ; nescis male facta rependere, malis / emendare malos uenia quam perdere poena. (« Je n’ignore pas, Saint, / Tes habitudes : tu ne sais pas faire payer les actes coupables ; / Tu préfères amender les méchants par le pardon plutôt que de les perdre en les punissant »).

13 Nat. 6, v. 311-312 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 336) : ni properas, isto deponam in limine uitam, / nec iam repperies cui reddas sero reductos. (« Si tu ne hâtes pas, je quitterai la vie en cette demeure / Et tu ne trouveras plus personne à qui rendre les bêtes que tu auras ramenées trop tard »).

14 Nat. 9, v. 549-550 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282), l’expression ventro deo est à cet égard éloquente : « [Les paysans] furent longtemps habitués au service des cérémonies sacrilèges, / Avec leur ventre pour Dieu ».

15 Ambroise de Milan, De Helia, 8, 27. Saint Augustin, Epist. ad Alypium, XXIX, 2, CSEL, t. XXXIV, 1, p. 114, 13 : Cum post profectionem tuam nobis nuntiatum esset tumultuari homines et dicere se ferre non posse ut illa sollemnitas prohiberetur quam Laetitiam nominantes uinulentiae nomen frustra conantur abscondere, sicut etiam te praesente iam iam nuntiabatur....

16 Nat. 9, v. 553 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280) : rudibus decepti mentibus ; v. 566 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : simplicitas pietate cadit, male credula sanctos.

17 Nat. 9, v. 559 : nec sua liminibus miscerent pocula sanctis. ; v. 562 : sobria ; v. 564 : epulis ; v. 567 : halante mero, autant de termes évoquant l’attitude des paysans (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282).

18 Nat. 9, v. 398-399 (Carmina 2, Carm. XXVII) : quos huc ad sancti iustum Felicis honorem / duxerit orandi studium, non cura bibendi.

19 Nat. 9, v. 563-565 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : ignoscenda tamen puto talia paruis / gaudia quae ducunt epulis, quia mentibus error / inrepsit rudibus.

L’expression rudibus mentibus figure déjà au v. 553 de ce même Natalicium.

20 Nat. 9, v. 568-569 (Carmina 2, Carm. XXVII) : Ergo probant obiti quod damnauere magistri ? / Mensa Petri recipit quod Petri dogma refutat. L’antithèse met ici en valeur le thème de l’indulgence.

21 Nat. 9, v. 570-571 (Carmina 2, Carm. XXVII) : Vnus ubique calix Domini, est cibus unus et una / mensa domusque Dei. Discedant uina tabernis. Ces deux vers font référence à 1 Co 10, 16 sq. : « La coupe d’actions de grâces que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain. » L’explication se poursuit en 1 Co 16, 19 sqq.

22 Nat. 9, v. 572-573 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : Cede sacratis / liminibus, serpens.

23 Nat. 9, v. 591-592 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 284) : Potatur hianti / sobrietas, nimii subeunt obliuia uini.

24 Nat. 9, v. 581 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 282) : Felicis domibus pictura ludere sancta.

25 Nat. 9, v. 589-591 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 284 : Sanctasque legenti / historias castorum operum subrepit honestas / exemplis inducta piis.

26 Nat. 10, v. 70-74 (Carmina 2, Carm. XXVIII, p. 296-298) : Verba dabantque tectis qui metabantur in illis / iurabantque prius uitam se posse pacisci / quam cogi migrare locis. Temnenda quidem uox / ista uidebatur ; sed erat, fateor, mihi id ipsum / inuidiae ; taedebat enim uel uincere rixa. (« Mais eux qui occupaient ces cabanes nous répondaient / En jurant qu’ils donneraient leur vie / Avant que d’être forcés de quitter les lieux. Réponse misérable, / Me semblait-il ; mais cela même, je l’avoue, était, à mes yeux / Désagréable : je n’avais pas en effet le goût de vaincre au prix d’une dispute »).

27 Nat. 10, v. 164-166 (Carmina 2, Carm. XXVIII, p. 304) : Hunc nobis sine lite uidens cessisse triumphum / se tantum miser accusat, quem gratia nulla / manserit obsequii et maneat confusio poenae. (« Voyant que ce triomphe nous était advenu sans procès, / Le malheureux s’accuse lui-même : il n’aura droit à aucune reconnaissance / Pour avoir obéi ; il n’a droit qu’à la confusion que lui apporte son châtiment »).

28 Nat. 8, v. 398 (Carmina 2, Carm. XXVI, p. 232).

29 Nat. 8, v. 399-403 (Carmina 2, Carm. XXVI, p. 232).

30 Nat. 8, v. 404-406 (Carmina 2, Carm. XXVI,p. 232).

31 Nat. 10, v. 60-137 (Carmina 2, Carm. XVIII, p. 296-302).

32 Nat. 10, v. 60 : Quale loco signum Felix uenerandus in isto.

33 Nat. 13, v. 643-847 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 56-70) : ce long épisode de deux cents vers aurait pu constituer à lui seul l’objet d’un Natalicium qui rapporte l’alimentation en eau des basiliques grâce à l’intervention miraculeuse de Félix.

34 Nat. 13, v. 754-787 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 65-66).

35 Nat. 13, v. 759 : fontis, quo turbata metu quasi dura negabas.

36 Nat. 13, v. 761 : respicere oblita, humanis mea uota putabas.

37 Nat. 13, v. 764 : subducto patriam potu fore maesta gemebas.

38 Nat. 13, v. 765 : idque etiam moto clamabas saepe tumultu.

39 Nat. 13, v. 766 : nescia diuinis opibus promptos fore fontes.

40 Nat. 13, v. 776 : ut propriam, Domino rerum diffisa, negabas.

41 Ces expressions sont extraites du Nat. 13 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 66).

42 Nat. 13, v. 621-642 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 56).

43 Nat. 12, v. 235-237 (Carmina 1, Carm. XX, p. 424) : Sed quia cognouit causam agnoscensque iacenter / paenituit, meritum curae sibi in ipso / repperit inque breui est expertus utrumque (« Mais, comme il prit conscience de sa faute, la reconnut et s’en repentit / Humblement, c’est en lui-même qu’il découvrit le mérite de sa guérison »).

44 Nat. 12, v. 62-300 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412-430).

45 Nat. 12, v. 62-63 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412) : Sed referam ad mea coepta pedem ; nam tempus et hora est / promissas offere dapes.

46 Nat. 12, v. 91 (Carmina 1, Carm. XX, p. 414) : non potuit coepitque pedes clamare ligatos.

47 Nat. 11, v. 515-603 (Carmina 1, Carm. XIX, p. 388-603).

48 Nat. 12, v. 66 (Carmina 1, Carm. XX, p. 412).

49 Nat. 12, v. 306-307 (Carmina 1, Carm. XX, p. 430) : « L’histoire est plus ancienne, mais elle fut laissée de côté / Dans mes poèmes antérieurs. Je l’ai gardée pour maintenant et vais la chanter. »

50 Nat. 9, v. 550-567 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280-282).

51 Au Nat. 12, Paulin met en valeur les paroles de repentir du paysan qui avait trompé les pèlerins dans le partage des pièces de viande en se réservant les meilleures parts aux v. 144-189 (Carmina 1, Carm. XX, p. 418-422) ; ces vers contiennent les propos eux-mêmes du paysan qui reconnaît sa faute, sa cupidité et son égoïsme et il implore l’aide de Félix en tant que médecin.

52 Nat. 5, v. 149-191 (Carmina 1, Carm. XVI, p. 274-278).

53 Nat. 4, v. 337- 344 (Carmina 2, Carm. XV, p. 260).

54 Nat. 5, v. 158-176 (Carmina 1, Carm. XVI, p. 276).

55 Nat. 5, v. 158-163 : « Non loin, dans une masure voisine, habitait une sainte femme / Consacrée à Dieu qui, tout en ignorant la cachette du confesseur, / Le nourrit, grâce au Christ, comme si elle était sa complice. / Je chanterai un fait merveilleux : la manière ingénieuse dont le Seigneur nourrit son enfant / Par une femme qui ignorait qu’elle le nourrissait. Dans son zèle, tantôt elle apportait du pain, / Tantôt d’autres nourritures qu’elle avait l’habitude de faire cuire pour elle. »

56 1 Rois 17, 4.

57 « Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait la foule déposer de l’argent dans le tronc. Beaucoup de gens riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre dame s’avança et déposa deux piécettes. Jésus s’adressa à ses disciples : “Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le tronc plus que tout le monde. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle a pris sur son indigence : elle a tout donné, tout ce qu’elle avait pour vivre.” » 

58 Nat. 6, v. 56-57 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 316) : rem uictus, geminos, quod ei substantia, nummos / miserat in sacram nil anxia corporis arcam.

59 Cette pieuse veuve donnant toute sa fortune est évoquée dans le Nat. 6, v. 29-69 et v. 211-218 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 314-316 et p. 328).

60 Paulin reprend aussi Luc 21, 1-4 ; dans sa lettre De gazophylycio, il évoque aussi les gestes d’offrande de la pauvre veuve.

61 Nat. 6, v. 45 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 316) : fercula opima cibis, ceras aulaea lucernas.

62 Nat. 6, v. 40 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 314) : cedo equidem et flauo multis potioribus auro.

63 Nat. 3, v. 44-81 (Carmina 1, Carm. XIV, p. 222-228).

64 Virgile, Aen. 7, v. 647-817.

65 Nat. 3, v. 54 (Carmina 1, Carm. XIV, p. 224) : cernere totque uno compulsa examina uoto.

66 Nat. 6, v. 114-115 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 320) : Totis ergo quibus stipatur conflua turbis / currit in obsequium populos effusa fideles.
Nat
. 6, v. 122-124 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 322) : certatim populus pietatis circumfusus / undique denseto coetu sita membra coronat, / religiosa pie pugna exercetur amantum.

67 Nat. 6, v. 98-100 (Carmina 1, Carm. XVIII, p. 320) : Quis tantos agit huc populos ? Quaenam manus urget / daemonas inuitosque rapit frustraque rebelli / uoce reclamantes conpellit adusque sepulchrum.

68 Nat. 9, v. 384-386 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 268) : Trina manus uariis operata decoribus illam / excoluit, biiuges laqueari et marmore fabri, / pictor imaginibus diuina ferentibus ora.

69 Nat. 13, v. 704-753 (Carmina 2, Carm. XXI, p. 62-64).

70 Nat. 13, v. 704-728.

71 Nat. 13, v. 709-710.

72 Nat. 13, v. 740-743.

73 Dans le Nat.7, l’accident oculaire qui survient à Theridius, l’ami de Paulin, et sa cécité physique temporaire invitent à une réflexion sur la cécité morale envers les justes et plus largement envers le petit peuple (Carmina 2, Carm. XXIII, v. 201-254, p. 108-112).

74 J’emprunte ces expressions à Alexandre Soljenitsyne (1975, p. 20), car elles me semblent appropriées à notre propos. Dans son ouvrage autobiographique, l’auteur russe écrivait au sujet de la paysannerie : « Tvardovsky avait réussi à écrire une chose qui se dérobait au temps, une chose courageuse, d’une pureté intacte – servi par ce rare sens de la mesure qui le caractérisait et peut-être aussi par cette délicatesse paysanne plus répandue. (Cette délicatesse du paysan sous l’écorce d’une grossière inculture, en dépit de toutes les pesanteurs du quotidien, n’a jamais fini de me surprendre.) »

75 Niceta, « apôtre des Daces », est l’évêque de Rémésiana, ville probablement fondée par Trajan, située à quarante kilomètres à peu près au sud-ouest de Naissus, sur la grande route militaire qui traversait le centre de la péninsule d’Illyrie et qui était la route principale entre l’Europe occidentale et Constantinople ; au ive siècle, la ville de Rémésiana appartenait à la Dacie méditerranéenne. Niceta s’efforça de convertir les Daces, les Gètes, les Scythes, les habitants des monts Riphées et les Besses, redoutables peuples de Thrace. Dans son Ep. 29, 14, adressée au printemps 400 à son ami Sulpice Sévère, Paulin avait fait l’éloge de l’évêque. Paulin avait consacré aussi entièrement à Niceta un long propempticon en son honneur, pour accompagner l’évêque missionnaire des Balkans dans son retour (Carmina 1, Carm. XVII, p. 288- 308).

76 Nat. 9, v. 550-567 (Carmina 2, Carm. XXVII, p. 280-282).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bocage-Lefebvre, « La représentation du monde paysan dans les Natalicia de Paulin de Nole », Pallas, 92 | 2013, 203-214.

Référence électronique

Dominique Bocage-Lefebvre, « La représentation du monde paysan dans les Natalicia de Paulin de Nole », Pallas [En ligne], 92 | 2013, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/223 ; DOI : 10.4000/pallas.223

Haut de page

Auteur

Dominique Bocage-Lefebvre

IUFM, Université de Caen-Basse Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals