Navigation – Plan du site

Discours et récits dans les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse : différents niveaux d’énonciation

Discourses and narratives in Dionysius of Halicarnassus’ Roman Antiquities: different levels of enunciation
Jacques-Hubert Sautel
p. 51-67

Résumés

La place apparemment exorbitante des discours dans les Antiquités Romaines, qui a suscité de nombreuses réactions, peut se justifier par le projet littéraire de Denys d’Halicarnasse. Mais la théorie linguistique des niveaux d’énonciation, qui trouve sa source dans la rhétorique impériale, permet d’approfondir la distinction entre discours et récits. Elle met en valeur notamment le « discours de l’historien », par lequel l’auteur intervient dans le récit, pour lui donner un cadre (« indications de régie ») ou une justification (discussion sur la vraisemblance de la version produite), ou encore apporter des témoignages qui le confortent (récit extradiégétique, hors des événements narrés ; texte législatif, formant un discours autonome). La distinction de ces différents niveaux, parmi d’autres, dans les Antiquités Romaines montre la complexité de l’écriture, au service du but que poursuit Denys : instruire son lecteur de la Rome ancienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Cicéron : Sed ut intellectum est quantam vim haberet accurata et facta quodam modo oratio, tum (...)
  • 2 Pour les Opuscules rhétoriques, voir les cinq volumes de G. Aujac, 1978, 1988, 1981 (sic), 1991, 19 (...)
  • 3 Pour l’ensemble des Antiquités Romaines, voir l’édition critique de C. Jacoby, Leipzig, 1885-1925 ( (...)
  • 4 La réflexion de Denys apparaît dans la Lettre à Pompée Géminos, la Seconde Lettre à Ammée et surtou (...)
  • 5 Voir particulièrement E. Schwartz, R. E. V, 1905, col. 934-961.
  • 6 Voir la bibliographie citée dans Fromentin, 1998 (p. IX-LI) et, parmi les études plus récentes : De (...)
  • 7 Voir à ce propos la réflexion d’un antiquaire contemporain : « On aura compris que le travail de «  (...)

1C’est un sujet débattu que la place des discours dans l’historiographie antique, tout d’abord parce que les Anciens ont eu une perception aiguë du rôle de la parole comme cause des événements, ensuite parce qu’ils l’ont cultivée comme un objet de science1. Denys d’Halicarnasse, héritier de longs siècles de tradition rhétorique, survient en une époque où l’articulation entre ces deux aspects de la parole se modifie : en une Rome épuisée par un siècle de guerres civiles, la parole quitte peu à peu l’espace du débat public pour entrer dans le cabinet du princeps et celui du savant. Cette évolution, que regrette profondément un homme politique comme Cicéron, Denys l’assume pleinement, lui qui vient à Rome de l’extérieur, c’est-à-dire du monde grec, et dont l’activité première y est d’être un professeur de rhétorique2. Sa démarche est profondément différente, car il a d’abord été critique littéraire, avant d’écrire l’histoire des débuts de Rome3. Il est le seul, parmi les historiens grecs de l’Antiquité, à réunir ces deux titres, et la priorité de la réflexion sur l’action dans sa vie influe profondément sur sa façon d’écrire l’histoire4. En conséquence, d’une certaine manière, ses Antiquités Romaines comportent une abondance, parfois pléthorique, de harangues ou de discours en général, qui a suscité des critiques impitoyables5. Aujourd’hui, une meilleure compréhension de la structure rhétorique de l’histoire antique permet une perception plus sereine de son œuvre6, mais il n’est pas certain que cette inflexion d’un jugement sévère en la matière soit acceptée par tous7.

  • 8 Voir Patillon, 1988, p. 27-29 : la théorie des relations du discours est ici exposée d’après le phi (...)

2Nous voudrions, en préliminaires, rappeler d’une part cette nouvelle direction de la recherche sur Denys et d’autre part exposer une théorie rhétorique contemporaine, celle des niveaux d’énonciation, formulée à partir d’éléments antiques8 et susceptible de renouveler notre compréhension du sujet, comme nous essaierons de le montrer en renvoyant à quelques passages du livre VI des Antiquités Romaines, rassemblés en un tableau. Ensuite, nous présenterons des applications nouvelles de la théorie des niveaux d’énonciation à cette œuvre, principalement dans les « discours de l’historien », qui sont des interventions plus ou moins explicites de l’auteur dans le récit, puis dans quelques formes particulières du discours des personnages.

1. La structure rhétorique des Antiquités Romaines

  • 9 L’évolution du rythme de la narration dans la première décade des A. R. a bien été mise en lumière (...)

3Comme pour tout ouvrage d’histoire antique, l’un des enjeux essentiels de l’écriture de l’œuvre réside dans la part respective des discours et du récit9. Thucydide avait déjà clairement distingué, en exposant la méthode de son Histoire, entre les paroles et les actes (τὰ λεχθέντα / τὰ πραχθέντα), et expliqué comment cerner au plus près la réalité dans les unes et les autres :

  • 10 Καὶ ὅσα μὲν λόγῳ εἶπον ἕκαστοι […], χαλεπὸν τὴν ἀκρίβειαν αὐτὴν τῶν λεχθέντων διαμνημονεῦσαι ἦν ἐμο (...)

« J’ajoute qu’en ce qui concerne les discours prononcés par les uns et les autres […], il était bien difficile d’en reproduire la teneur même avec exactitude, autant pour moi, quand je les avais personnellement entendus, que pour quiconque me les rapportait de telle ou telle provenance : j’ai exprimé ce qu’à mon avis ils auraient pu dire qui répondît le mieux à la situation, en me tenant, pour la pensée générale, le plus près possible des paroles réellement prononcées. D’autre part, en ce qui concerne les actes qui prirent place au cours de la guerre, je n’ai pas cru devoir, pour les raconter, me fier aux informations du premier venu, non plus qu’à mon avis personnel… »10.

4Denys, commentant l’œuvre de son illustre devancier, annonce qu’il traitera successivement de la διήγησις et des ῥητορεῖαι :

  • 11 Ποιήσομαι δὲ οὐ χωρὶς ὑπὲρ ἑκάστης ἰδέας τὸν λόγον, ὑποτάττων αὐταῖς τὴν Θουκυδίδου λέξιν, ἀλλὰ κατ (...)

« Mais, au lieu de considérer chaque figure de style une par une, en subordonnant à elles l’expression de Thucydide, je procéderai par citations et par passages, prenant des morceaux de narration ou de rhétorique… » 11.

  • 12 Voir V. Fromentin, « La définition de l’histoire comme ‘mélange’dans le Prologue des Antiquités Rom (...)
  • 13 Le terme de ποικιλία ne se trouve pas directement employé pour exprimer cette variété dans les Anti (...)

5Mais, là où l’historien athénien avait en vue avant tout l’exactitude des dits et des faits, notre auteur veut présenter une histoire qui soit accessible au plus grand nombre de personnes cultivées (philosophes, hommes politiques, honnêtes gens), et agréable à lire, en même temps qu’utile à la vie sociale12. La succession des discours et des récits correspond ainsi à l’idéal de variété que Denys assigne à son histoire13 : afin de soutenir l’attention du lecteur, il est bon de ne pas demeurer toujours dans le même registre rhétorique.

6Cependant, pour que ses discours parviennent à cet idéal de variété, Denys se réfère encore à son devancier. Quand il veut juger Thucydide sur sa prétention de se tenir le plus près possible des opinions qu’ont pu exprimer les personnages de son histoire, il emploie la notion de convenance (τὸ πρέπον), implicitement d’abord (προσήκοντα, ἁρμόττοντα), puis explicitement (πρέπουσαν) :

  • 14 Λείπεται δὴ σκοπεῖν εἰ τοῖς τε πράγμασι προσήκοντα καὶ τοῖς συνεληλυθόσιν εἰς τὸν σύλλογον προσώποι (...)

« Reste donc à examiner s’il a effectivement composé un dialogue convenant à la situation, adapté aux personnages réunis pour cette conférence, et qui se tienne, pour la pensée générale, le plus près possible des paroles réellement prononcées, comme il l’avait personnellement annoncé dans le préambule de son Histoire »14.

  • 15 Voir D. H., Lettre à Pompée Géminos, 3, 20.
  • 16 Cf. Aristote, Rhétorique, III, 7 (chapitre dédié à la notion de convenance) ; Costil, 1949, Ière pa (...)

7La convenance est en effet un principe fréquemment utilisé par notre auteur dans sa critique littéraire, tant sur le fond que sur la forme15. C’est une notion rhétorique ancienne16, comportant beaucoup d’éléments aristotéliciens, qui a été intégrée ensuite dans le stoïcisme, et qui est parvenue à Rome par Cicéron : elle vient à l’appui du travail de l’historien, en lui fournissant l’outil intellectuel adéquat pour la rédaction des discours. Cette notion de convenance, Denys l’applique à la fois aux circonstances et aux personnes : le discours doit convenir aux questions traitées et être adapté au locuteur comme aux auditeurs. Ce faisant, il rejoint l’opinion de son devancier dans l’histoire de Rome, Polybe :

  • 17 Πάντας διεξιέναι τοὺς ἐνόντας λόγους, ὃ ποιεῖ Τίμαιος πρὸς πᾶσαν ὑπόθεσιν εὑρεσιλογῶν, τελέως ἀνάλη (...)

« Développer, point par point, tous les discours possibles, comme fait Timée par une invention verbale à tout propos, est quelque chose d’absolument faux, puéril et scolaire… : choisir dans tous les cas les discours appropriés et opportuns est indispensable »17.

  • 18 Voir la belle formule de celui qui a œuvré pour réhabiliter Denys : « le discours est… un fait hist (...)
  • 19 Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae, nuntia vetustatis, qua (...)

8En troisième lieu, la présence de discours chez tout auteur qui se réclame de l’Athènes classique correspond à la visée principale de l’éloquence, art politique par excellence. Écrire l’histoire d’une cité consiste donc à écrire (ou réécrire) des discours18, et l’historien sera un connaisseur de rhétorique. Cicéron avait déjà mis en lumière que l’écriture de l’histoire a une dimension proprement rhétorique19. L’affirmation est particulièrement forte si on l’applique à Denys, dont la rhétorique emplit toute la vie : elle fut son gagne-pain auprès de ses protecteurs, l’illustre famille des Tubéron, et la source d’une réflexion critique sur les classiques grecs dans ses œuvres rhétoriques, en même temps que l’instrument de sa réflexion sur la cité qui l’avait accueilli. Dans les Antiquités Romaines, les discours constituent le moyen naturel d’exprimer la vie politique romaine, et cela particulièrement depuis les débuts de la République.

  • 20 Pour l’ensemble de l’œuvre, voir Fromentin, 1998, p. XLIV ; Kefallonitis, 2008, p. 200-203.
  • 21 Voir Sautel, en préparation, Notice, IV, 1.
  • 22 Voir A. R. I, 7, 2 (Fromentin, 1998, p. 85)

9Ainsi s’explique leur inflation à partir du livre V, qui décrit la période suivant l’expulsion de Tarquin l’Ancien20. Dans le livre VI, les discours au style direct concernent 51 chapitres sur 96, donc plus de la moitié du texte21. Cette surabondance s’intègre au projet historiographique de Denys, arrivé à Rome au lendemain de la victoire d’Actium, lorsque la paix commençait à régner après un siècle de troubles22. Dans la pensée de Denys, c’est l’usage de la parole, par les débats publics, qui a permis à la cité de régler pacifiquement ses graves conflits internes :

  • 23 Ἀλλ’ ὥσπερ ἀδελφοὺς ἀδελφοῖς ἢ παῖδας γονεῦσιν ἐν οἰκίᾳ σώφρονι περὶ τῶν ἴσων < καὶ > δικαίων διαλε (...)

« [les Romains,] en discutant les uns avec les autres sur l’égalité et la justice, comme des frères avec des frères, des enfants avec leurs parents, ont dénoué leur querelles par la persuasion et la raison… »23.

  • 24 Sur les rapports entre rhétorique et liberté chez Cicéron et à l’époque impériale, jusqu’à la secon (...)

10Rome incarne ainsi l’accomplissement de l’idéal des cités grecques, notamment de la culture athénienne à son apogée. Denys adapte ici un thème déjà mis en valeur par Cicéron, celui de l’influence civilisatrice de la parole, moyen de faire prévaloir le droit sur la force. Il ne se situe pas du tout dans la perspective qui se développera dans les décennies suivantes du début de l’Empire, celle d’un déclin de la rhétorique dû pour une bonne part à sa perte d’influence dans les décisions politiques, mais au contraire dans celle d’une renaissance de la rhétorique, à laquelle il souhaite contribuer24.

2. La théorie de l’énonciation

  • 25 Nikolaos fut l’élève du néoplatonicien Proclus et il a écrit notamment des Progymnasmata (exercices (...)

11On peut ainsi considérer que l’interminable succession des discours dans les A. R. est triplement fondée en raison, du point de vue esthétique, rhétorique ou politique. Toutefois, pour rendre compte de leur variété et de leur alternance avec les récits, il convient d’approfondir la distinction entre récit et discours, qui n’est pas une opposition simple, reposant sur une catégorie binaire. Cet approfondissement n’a pas été effectué, pour la littérature gréco-romaine, à l’âge classique, ni hellénistique, mais dans l’Antiquité tardive. On peut ainsi consulter le rhéteur Nikolaos25, du ve siècle de notre ère, qui distingue entre les récits :

  • 26 Τῶν δὲ διηγημάτων εἰσὶ διαφοραὶ πρὸς ἄλληλα τρεῖς· τὰ μὲν γάρ ἐστιν ἀφηγηματικά, τὰ δὲ δραματικά, τ (...)

« Les récits sont de trois sortes différentes : les uns sont narratifs, les autres dramatiques, les autres mixtes. Narratifs, tous ceux qui émanent du seul personnage du narrateur, par exemple les récits de Pindare ; dramatiques, tous ceux dont l’énonciation n’est pas le fait de l’auteur, mais des seuls personnages donnés, par exemple les récits de la comédie et de la tragédie ; mixtes, ceux qui sont constitués à partir des deux, par exemple les récits d’Homère, d’Hérodote et autres semblables, qui sont le fait tantôt du narrateur lui-même, tantôt des autres personnages »26.

  • 27 Voir Platon, Rép. 392d – 394b (éd. É. Chambry, Platon, t. VI, Paris, 1932, CUF, p. 101-104) ; voir (...)
  • 28 Voir supra, n. 10.

12Une telle théorie constitue le point d’aboutissement d’une réflexion plus ancienne sur la diversité des moyens d’expression du poète ; on en trouverait le point de départ chez Platon27. Elle mêle, de façon certes un peu surprenante à notre goût, des considérations relatives à l’énonciation et d’autres propres aux genres littéraires, mais elle n’en analyse pas moins avec finesse la dualité de l’énonciation dans un texte historique, en termes nouveaux par rapport aux termes habituels des auteurs classiques. Alors que ceux-ci en effet opposent faits et dits (τὰ λεχθέντα et τὰ πραχθέντα), portant ainsi l’attention sur le contenu de l’énoncé28, la formulation du rhéteur de l’époque impériale s’attache à distinguer selon la personne qui le produit (ὁ ἀπαγγέλλων, le narrateur ; τὰ ἕτερα πρόσωπα, les autres personnages). Ce disant, Nikolaos ouvre la voie à une évolution ultérieure de l’analyse, qui pourra distinguer notamment ce qui est dit par le narrateur en tant que tel (le récit proprement dit) et ce qu’il énonce en tant qu’auteur (le discours scientifique) : un troisième niveau d’énonciation apparaîtra alors, qui permet de bien caractériser les prises de parole de l’historien à l’intérieur du tissu narratif qu’interrompent évidemment les discours des personnages mis en scène par le récit.

  • 29 Le terme « histoire » est à prendre ici au sens large : « Tout récit d’actions, d’évènements, qu’il (...)
  • 30 Voir Benveniste, 1966, p. 237-250, 258-266. La réflexion a été prolongée par la problématique de la (...)
  • 31 Voir tableau ci-après, exemple 1 (récit de l’ambassade aux plébéiens insurgés).
  • 32 On dira, en employant les adjectifs en leur sens ancien, que, dans ce type de discours, la relation (...)
  • 33 Voir l’exemple 2 du tableau (discours de Menenius) : on a ici un impératif, qui ne pourrait trouver (...)

13Cette voie a été explorée par la linguistique contemporaine : É. Benveniste notamment l’a ouverte, en conjuguant la distinction entre « histoire »29 et discours avec l’analyse des structures verbales, et G. Genette l’a poursuivie en étudiant plus à fond l’acte d’énonciation dans le récit30. Le point de départ est celui de l’opposition fondamentale entre « l’énonciation historique » et le discours, deux modes d’expression différents et complémentaires, dont on peut repérer le jeu dans l’usage des personnes et des temps verbaux. L’énonciation historique est la présentation de faits survenus à un certain moment du temps ; c’est le récit à l’état pur, sans aucune intervention du narrateur/locuteur31. À ce niveau, la relation entre locuteur et auditeur (particulièrement entre le narrateur historien et son lecteur) disparaît derrière la relation entre le monde, restitué par l’écrivain invisible, et son lecteur, qui s’approprie ce monde par la lecture32. L’énonciation historique, avant tout présente dans la langue écrite, emploie des verbes au passé, à la 3e personne, sans référence visible aux circonstances de l’énonciation. À l’opposé, le discours, qui constitue la forme usuelle de la langue, pratiquée dans la vie courante, peut aussi être inséré dans un écrit, notamment un récit historique, au sens scientifique du terme33. La palette des personnes et des temps employés y est beaucoup plus vaste : présent, futur, passé ; 1re, 2e ou 3e personne.

3. Le « discours de l’historien » dans les Antiquités Romaines

  • 34 Voir tableau ci-après, exemple 3 (création des tribuns de la plèbe) ; Genette, 1972, p. 261-265 ; P (...)

14Dans l’étude des textes historiques antiques, comme dans la plupart des textes narratifs, se trouve donc distingué un troisième niveau d’énonciation, qu’on a caractérisé de différentes manières : « intervention personnelle » de l’auteur-narrateur, discours « métalinguistique (ou métanarratif) », discours « scientifique », « hors du récit », ou tout simplement « de l’historien »34. On peut discerner ainsi plusieurs formes du discours scientifique dans les Antiquités Romaines, avant d’évaluer la place qu’il y occupe globalement par rapport au récit et au discours des personnages.

3. 1. Différentes formes du discours de l’historien

15Du discours scientifique plusieurs typologies peuvent être établies, selon différents critères. Pour ce qui est de sa formulation, on peut distinguer, parmi les interventions personnelles, celles qui sont explicites et celles qui restent implicites. Dans les premières, des verbes à la première personne du singulier désignent clairement l’auteur :

  • 35 Ταῦτα μὲν ὑπὲρ τῆς γενομένης ἐπιφανείας τῶν Διοσκούρων λεγόμενά τε καὶ πραττόμενα ὑπὸ ῾Ρωμαίων ἔμαθ (...)

« Voilà ce que j’ai appris, à propos de la manifestation des Dioscures, comme faits et dits des Romains »35.

16C’est ainsi que Denys conclut la relation de l’apparition des Dioscures à la bataille du lac Régille. Ou bien, d’une manière semblable, mais plus discrète, un pronom de première personne renvoie à l’auteur :

  • 36 Ἐκ τούτων κατέστη τοῖς Ῥωμαίοις ἔθος τὰ τῶν δημάρχων σώματα ἱερὰ εἶναι καὶ παναγῆ, καὶ μέχρι τοῦ κα (...)

« À la suite de ces événements a été établie chez les Romains cette coutume que la personne des tribuns est sacrée et sacro-sainte, et cette coutume est demeurée en vigueur jusqu’à notre époque »36.

17Dans d’autres interventions personnelles, qui restent implicites, se rencontre un présent à la troisième personne, en forme impersonnelle le plus souvent :

  • 37 Τὴν δ᾿ἐπιγραφὴν τῆς ἱδρύσεως τοῦ ναοῦ τινες μὲν ἱστοροῦσι λαβεῖν Τίτον Λάρκιον τὸν ὑπατεύσαντα τῷ π (...)

« Pour ce qui est de l’inscription de la fondation du temple, certains rapportent que c’est Titus Larcius, consul l’année précédente, qui s’en est chargé »37.

18Parfois, l’ajout d’un nom de personne comme sujet du verbe lève toute ambiguïté : sans mettre en valeur l’auteur, il montre bien que l’univers de référence du discours est l’univers scientifique de l’historien. Denys prend ainsi parti sur la présence du roi Tarquin le Superbe à la bataille du lac Régille, en mentionnant deux célèbres annalistes :

  • 38 Λικίννιος μὲν γὰρ καὶ οἱ περὶ Γέλλιον οὐδὲν ἐξητακότες οὔτε τῶν εἰκότων οὔτε τῶν δυνατῶν αὐτὸν εἰσά (...)

« C’est sans songer ni au possible, ni au vraisemblable que Licinius et Gellius mettent en scène le roi Tarquin en personne, combattant sur son cheval et blessé, un homme qui approchait les quatre-vingt-dix ans ! »38.

  • 39 Ce temps est aussi parfois nommé présent intemporel ou présent de définition (voir Benveniste, 1966 (...)
  • 40 Voir Genette, 1969, p. 20 ; le terme métadiégétique doit être ici évité, car il qualifie, dans le v (...)
  • 41 Il y aurait en effet quelque paradoxe difficile à soutenir de continuer à utiliser « intervention p (...)

19Ces présents (ἱστοροῦσι, « rapportent » ; εἰσάγουσι, « introduisent, mettent en scène ») ne sont pas des présents historiques, appartenant à l’univers de l’histoire narrée (univers diégétique), mais ce sont des présents de l’historien39, qui renvoient à l’univers du narrateur (univers extradiégétique)40. L’analyse de cette seconde catégorie de discours métanarratif conduit à penser que l’expression « discours de l’historien » (ou « discours scientifique ») rend mieux compte de la diversité de ces énoncés, en tout cas pour un texte proprement historique, que celle d’« intervention personnelle », proposée par les linguistes41.

  • 42 Voir Payen, 2004, p. 117-119.

20On doit rattacher encore à ce discours de l’historien des énoncés dont la forme linguistique est originale : ce sont des citations de textes législatifs rédigés à l’impératif. L’emploi de ce mode à la troisième personne, ainsi que l’introduction du texte de loi par le verbe γράφειν, qui joue un rôle de marqueur lexical pour la citation42, donnent une visibilité forte à ces énoncés. On en trouve deux exemples à la fin du livre VI, dont la loi de création des tribuns de la plèbe :

  • 43 Ἐδόκει ταῦτα πᾶσι, καὶ γράφεται πρὸς αὐτοῦ καὶ τῶν συναρχόντων ὅδε ὁ νόμος· δήμαρχον ἄκοντα, ὥσπερ (...)

« Tous en convinrent et la loi fut proposée par lui et ses collègues en ces termes : ‘Que personne n’oblige un tribun du peuple à faire quoi que ce soit contre sa volonté, comme si c’était un citoyen parmi les autres…’ »43.

  • 44 Voir Darbo-Peschanski, 2004.
  • 45 Nous n’employons pas ici le terme de performatif, pour respecter la pensée d’É. Benveniste, qui sou (...)

21Comme on a pu comparer citation et discours direct, en arguant que tous deux sont des « discours rapportés » dans un discours d’accueil (le récit), et qu’ils manifestent une « énonciation répétée »44, il est nécessaire de reconnaître là un niveau d’énonciation original. Il s’agit bien d’un discours, dont l’univers est perméable à celui du récit (et donc intra-diégétique), mais où le locuteur (Brutus avec ses collègues tribuns, dans l’exemple donné) s’exprime d’une manière différente des prises de parole habituelles. En effet son acte d’énonciation a une dimension pragmatique toute particulière : créer une situation de droit dans la Rome de son temps – qui dure jusqu’au temps du narrateur-historien –, et non pas simplement exprimer des idées ou informer d’événements passés, comme le font les autres discours des personnages45.

  • 46 Pour l’étude des « fonctions du narrateur », voir Genette, 1983, p. 261-263.

22Si on prend en compte maintenant, dans une analyse plus structurelle du discours de l’historien, la fonction qu’y exerce l’auteur, différente de la pure narration, on obtient une seconde typologie, plus différenciée, mais qui rejoint la première. On peut en effet distinguer une fonction d’organisation de la narration (« indications de régie », comme le renvoi à une partie différente de l’œuvre) et une fonction de commentaire (« fonction idéologique »)46. À titre d’indications de régie, parmi les cinq emplois du syntagme ὥσπερ ἔφην, « comme je le disais (ou : je l’ai dit) », qu’on trouve dans le livre VI, deux sont particulièrement intéressants. Telle est l’indication du nombre des ennemis de Rome alignés au lac Régille, donnée dans les préliminaires et reprise en conclusion du récit de la bataille, avec un renvoi qui marque, en inclusion, la clôture de l’épisode. Voici les deux passages, mis bout à bout :

  • 47 Λατίνων δὲ σὺν τοῖς συμμάχοις τετρακισμύριοι μάλιστα πεζοὶ καὶ τρισχίλιοι ἱππεῖς […] ἀπὸ γὰρ τετρακ (...)

« (Le nombre était) de quarante mille fantassins environ et trois mille cavaliers, pour les Latins avec leurs alliés […] ; des quarante mille fantassins et trois mille cavaliers que j’ai mentionnés, les survivants furent moins de dix mille à regagner leurs foyers ! »47.

  • 48 Voir Genette, 1972, p. 13 : opposition entre les univers diégétique et écranique.

23Il est notable que l’analyse fasse ici appel au vocabulaire du spectacle : le récit est pensé comme une représentation artistique, dont l’administration se nomme « régie ». Cela provient d’une réflexion de la linguistique contemporaine48, mais cela correspond aussi à une façon de composer pour Denys, à laquelle il fait clairement allusion avant de relater le combat des Horaces et des Curiaces :

  • 49 Ἀπαιτούσης δὲ τῆς ὑποθέσεως καὶ τὸν τρόπον διεξελθεῖν τῆς μάχης ἀκριβῶς καὶ τὰ μετὰ ταύτην γενόμενα (...)

« Comme le sujet réclame tout à la fois d’exposer en détail et avec précision la manière dont le combat s’est déroulé, et d’expliquer sans négligence les événements survenus par la suite, et qui ressemblaient à des péripéties dramatiques… »49

  • 50 Voir A. R. VI, 10-12 (bataille du lac Régille) et 22-95 (opposition plèbe/patriciat) : Sautel, en p (...)

24Cette règle de composition, il l’observe aussi en d’autres passages dont la rédaction est particulièrement soignée, comme la bataille du lac Régille, ou dans un ensemble plus vaste comme le récit de l’opposition entre la plèbe et le patriciat, qui occupe la plus grande partie du livre VI. À chaque fois, c’est un même schéma dramatique, articulé en prologue, actes et épilogue50.

  • 51 Voir Fromentin, 2010, p. 262-269 ; les exemples cités dans l’article sont tirés des livres I-IV et (...)
  • 52 Voir Fromentin, 1998, p. 198, n. 346-349, à propos du châtiment de Silvia, fille de Numitor, et mèr (...)

25L’opposition entre indications de régie d’une part, brèves comme celles que j’ai citées, ou plus développées, et discours de commentaire d’autre part a été formulée et appliquée à l’ensemble des Antiquités Romaines : on a distingué, dans cette deuxième sorte d’interventions de l’auteur, celles qui dressent un éloge (de Rome le plus souvent) et celles qui présentent une démonstration appuyant le récit51. Lorsque la démonstration fonde le choix d’une version des faits parmi d’autres, il est manifeste qu’elle prend la forme d’un discours scientifique, dans lequel Denys se situe par rapport aux annalistes ou aux historiens qui l’ont devancé : à C. Licinius et Gn. Gellius, cités pour le livre VI, s’ajoutent G. Acilius dans le livre III et de nombreux autres dans le livre I, à commencer par Fabius Pictor, le père des annalistes romains52.

  • 53 On retrouve ici une expression de l’opposition classique entre narration et description (voir Genet (...)
  • 54 Voir A. R. I, 21, 1-2 (Fromentin, 1998, p. 105-106 et n. 98-101).
  • 55 Voir tableau, exemple 3b ; voir aussi Sautel, 2010b.
  • 56 L’ekphrasis apparaît théorisée chez Aelius Théon, un siècle environ après Denys, comme un exercice (...)
  • 57 D’autres livres des A. R. font apparaître des discordances plus importantes encore entre niveaux de (...)

26En bon historien, Denys ne se contente pas de citer des noms, il mentionne aussi des sources écrites, comme les lois dont j’ai parlé, ou bien il décrit des monuments ou des coutumes (realia). En produisant ainsi des sources qui appuient sa démonstration, Denys met en œuvre une autre fonction du discours métanarratif. C’est une fonction de témoin, variante de la « fonction idéologique »53 : Denys écrit l’histoire du passé en partant de son présent de Grec accueilli dans la Rome d’Auguste. Dans le livre VI, le récit de la transuectio equitum vient, de la sorte, conclure l’apparition des Dioscures sur le champ de bataille du lac Régille, comme un témoignage de l’univers rituel qui s’ajoute à ceux que livre l’architecture (le temple de Castor et la source Juturne) ; de même, la description de rites liés à la guerre ou au culte d’Héra illustrait, dans le livre I, les origines pélasgiques de la cité de Faléries54. La description de la procession des cavaliers, qui se déroule chaque année aux ides de juillet (A. R. VI, 13, 4, 8-19)55, forme une sorte d’ekphrasis56, comparable en un sens au récit des mouvements de cavalerie sur le champ de bataille (VI, 10-12), mais située dans un cadre événementiel différent. Il s’agit bien d’un récit, mais qui rapporte, comme en un journal, des faits contemporains : l’univers n’en est plus l’histoire racontée dans le livre, mais l’époque d’Auguste57. C’est encore un niveau d’énonciation différent.

3. 2. Importance relative du discours de l’historien

  • 58 Pour le livre VII, voir Kefallonitis, 2004, t. I, p. XX-XXI et XXXIV-XXXIX.
  • 59 Chez Thucydide, le livre I est entièrement consacré aux causes de la guerre du Péloponnèse (Romilly (...)
  • 60 Cf. A. R., I, 1-8 (Fromentin, 1998, p. 51-53), Thucyd. I, 1 (Romilly, 1953, p. 1), Pol. I, 1-4 (Péd (...)
  • 61 Voir, pour l’exposé des sources, A. R. I, 7, 1-3 et 89, 1 (ibid., p. 85-86 et 217-218).

27Après avoir présenté ces deux typologies possibles du discours de l’historien dans les A. R. et dégagé deux niveaux d’énonciation complémentaires, il peut être intéressant d’évaluer la place de cette catégorie du discours dans plusieurs livres de l’œuvre. Nous le ferons à partir des livres I, III et VI58. Le livre I apparaît particulier : comme plusieurs de ses devanciers, Denys ne se contente pas d’exposer le but de son histoire dans un assez bref prologue, mais il laisse apparaître dans tout le premier livre de son œuvre des considérations de méthode qui le singularisent par rapport aux suivants59. Son statut d’introduction à l’ensemble de l’ouvrage y explique l’abondance de discours liés à la méthode historique. On y trouve d’abord l’auteur parlant à la première personne : les huit premiers chapitres forment un prologue dans lequel l’écrivain présente son œuvre et se situe explicitement par rapport à ses prédécesseurs60. De ce prologue découlent, dans la suite de l’exposé et selon la méthode critique que Denys a expliquée, de nombreuses citations de sources littéraires, grecques ou latines (érudits, poètes…), ou bien documentaires (inscriptions, monuments, pratiques religieuses), au style direct ou indirect61. Globalement, le discours de l’historien concerne, dans le livre I, 15 chapitres entièrement et 41 autres partiellement ; les citations au style indirect occupent un chapitre en entier, et si on ajoute le style direct, 21 chapitres partiellement. Au total, si on tient compte des recoupements, les discours liés à la méthode historique se trouvent dans 16 chapitres de bout en bout et 46 autres chapitres partiellement, soit 68 % du livre : l’auteur est omniprésent, morcelant constamment les récits pour les mettre en scène ou les commenter. En revanche, les discours qui rapportent des paroles d’acteurs historiques ne concernent que six chapitres et tous partiellement ; ils sont situés dans la deuxième moitié du livre, qui retrace la geste d’Énée et la fondation d’Albe, puis de Rome.

28Avec le livre III apparaît la situation diégétique ordinaire d’une œuvre historique antique : une structure narrative continue, qui n’est pas hachée par les expressions du discours scientifique – discrétion de bonne méthode, car les discours scientifiques prolongés interrompent le cours du récit. Mais on observe là aussi une certaine évolution à l’intérieur du livre. Dans la première partie, qui relate le règne de Tullus Hostilius (ch. 1 à 35), le discours de l’historien tient une place assez modeste ; deux chapitres seulement en contiennent des passages substantiels : les realia qui attestent le combat des Horaces et des Curiaces (22, 710), la discussion de l’opinion des historiens sur la mort du roi (35, 2-6). Ailleurs, les traces de la présence de l’auteur sont plus fugitives et ne concernent qu’une ou quelques lignes : autres realia avec le rappel du rite des Saliens (32, 4) ; indications de régie, renvoyant notamment au livre II ; réflexion sur la conduite d’un personnage (p. ex. l’Albain Fufetius en 2, 3) ou sur l’évolution des événements (p. ex. 6, 4, à propos de l’issue prévisible des conjurations) : douze chapitres seulement sont concernés, de façon partielle ou très partielle. La deuxième partie du livre (ch. 36 à 73, règnes d’Ancus Martius et Tarquin l’Ancien) est plus riche en discours scientifiques. Cinq chapitres, en effet, contiennent des attestations importantes de realia : insignes du pouvoir remis à Tarquin par les Étrusques (61 en entier), embouchure du Tibre (44, 2-3), œuvre politique de Tarquin l’Ancien (67 à 69). On trouve ailleurs d’autres mentions de realia, comme la statue de l’augure Naevius et le puteal sur le Forum (71, 5), des indications de régie ponctuelles et une allusion claire à des sources historiques grecques (46, 2). Au total, dans cette seconde moitié, trois chapitres sont concernés intégralement, deux largement, et huit de façon plus ou moins partielle. Dans l’ensemble, 27 chapitres, soit 37 % du livre III, concentrés davantage sur le règne de Tarquin l’Ancien (quinze derniers chapitres), ont à voir avec le discours de l’historien.

  • 62 Voir Sautel, en préparation, Notice, IV.

29Dans le livre VI, les discours liés à la méthode historique sont également peu attestés et présents surtout dans les parties extrêmes (début et fin du livre), là où il y a peu, voire pas du tout de paroles prononcées62. Ainsi, la première section (ch. 2-21), dédiée aux consulats des années 497 et 496 (selon Varron), fait état d’opinions historiques divergentes : sur la construction du temple de Cronos (1, 4), sur la parenté entre Octavius de Tusculum et les Tarquins (4, 1), sur l’identité du Tarquin mort à la bataille du lac Régille (11, 2) ; Denys cite un texte de loi (1, 2), que nous examinerons, et décrit encore le rite de la procession des cavaliers, comme nous l’avons vu (13, 4-5). Rien n’apparaît ensuite avant la fin de la troisième section du livre (ch. 49-96 : année 493) : le discours de l’historien est alors consacré à des témoignages sur les institutions de son temps, les tribuns et les édiles de la plèbe (ch. 89 et 90), puis à la citation des textes qui proposent de les créer (ch. 89 et 95). L’ensemble de ces passages montre une implication discrète de l’historien dans le livre VI : au total, huit chapitres sont concernés, dont deux partiellement.

4. Formes originales du discours des personnages (livre VI)

  • 63 Benveniste, 1966, p. 242. Voir l’exemple 2a du tableau.
  • 64 Cette forme de discours a été étudiée par Austin, 1962, p. 109. On pourrait proposer, pour désigner (...)
  • 65 Ainsi, les discours relatifs à la bataille du lac Régille sont rapportés au style direct quand il s (...)

30Avant de conclure, il faut revenir sur le deuxième niveau d’énonciation fondamental, celui du discours d’un personnage, car l’étude du livre VI permet, là encore, de reconnaître des formes complémentaires, attestant une modification de l’énonciation. D’une part, les discours peuvent être exprimés au style indirect : « l’énonciation historique et celle de discours peuvent à l’occasion se joindre en un troisième type d’énonciation, où le discours est rapporté en termes d’événements et transposé sur le plan historique »63. Dans ce mode d’expression, l’énonciation n’est pas directement formulée comme acte de langage, elle est seulement mentionnée, comme n’importe quel autre acte accompli par un personnage64. Cela donne une forme particulière au discours et introduit un élément de variété dont Denys a su jouer dans le livre VI : l’alternance discours direct/indirect est utilisée à des fins rhétoriques pour dramatiser certaines parties de la narration ou mettre en valeur certains personnages65. On observe que la citation d’une source est parfois exprimée au style indirect. Le livre III des A. R. en offre un exemple, avec la mention d’un traité entre Rome et Albe remontant à Romulus, et le livre VI un autre, avec le sénatus-consulte sur le conubium entre Romains et Latins :

  • 66 Δόγμα δὲ βουλῆς ἐκύρωσαν ἐπιεικέστατον, Λατίνοις ἀνδράσιν εἴ τινες ἔτυχον ἐκ τοῦ ῾Ρωμαίων ἔθνους συ (...)

« On leur doit cependant d’avoir promulgué un décret du Sénat qui témoigne d’une très grande humanité : toutes les femmes romaines qui vivaient avec des époux latins et toutes les femmes latines qui vivaient avec des Romains avaient le droit de décider par elles-mêmes de rester avec leurs maris ou bien de retourner dans leurs patries respectives »66.

  • 67 On a parlé à ce propos de « récit métadiégétique » (voir Genette, 1972, p. 238-242). Pour des récit (...)
  • 68 Voir A. R. VI, 86 et ci-dessous, tableau, exemple 2b.

31D’autre part, le discours peut contenir une expression originale, sous la forme d’un récit acquérant une certaine autonomie par rapport au contexte d’énonciation : avec la fable des membres et de l’estomac, le sénateur modéré Menenius Agrippa raconte une histoire qui, dans sa cohérence même, influe profondément sur l’opinion des plébéiens retirés sur le mont Sacré et les conduit à accepter le retour à Rome. Dans ce cas précis, nous sommes en présence d’un redoublement du récit historique67 : un des personnages, à l’instar de l’auteur-historien, se fait narrateur et introduit ses auditeurs (ainsi que nous, lecteurs) dans un univers autre que le sien (celui du vie s. av. J.-C.) et autre que celui de l’historien. Mais les références déictiques sont très imprécises, voire inexistantes, et l’auteur nous a averti qu’il s’agissait d’un μῦθος68 : c’est un univers sans repère historique, qui se réfère à une situation universelle très concrète, le fonctionnement de la digestion dans le corps humain.

Conclusion

  • 69 Voir tableau.

32Si nous voulons, pour conclure, résumer les principaux niveaux d’énonciation que l’étude du livre VI nous a permis de mettre à jour dans les Antiquités Romaines69, on peut discerner d’abord trois niveaux fondamentaux, par lesquels Denys écrit son histoire : en lui donnant la trame d’un récit (énonciation historique), en y plaçant des personnages qui s’y expriment (discours) ou en signalant, par endroits, son rôle de narrateur (indications de régie) ou d’historien (argumentation par rapport à ses devanciers, référence aux réalités de son temps). Ensuite, le tableau montre quatre formes dérivées de ces trois premiers niveaux : l’expression des discours peut se faire au style indirect – abondamment représenté dans le livre VI – ou même inclure un récit (fable des membres et de l’estomac) ; le discours de l’historien peut prendre la forme de citation de textes législatifs, ou d’un récit autonome (transuectio equitum).

33L’étude des niveaux d’énonciation dans les A. R. permet ainsi de découvrir, dans la fluidité des récits ou sous l’apparente répétition des arguments dans les discours, des mécanismes rhétoriques précis et très variés. Denys d’Halicarnasse atteint son but d’instruire le lecteur du passé lointain de Rome grâce à une technique rhétorique subtile. Nous l’avons analysée avec des moyens modernes, espérant avoir ouvert des accès à son œuvre qui ne l’ont pas défigurée.

Haut de page

Bibliographie

Aujac, G., 1978, Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. I. Les Orateurs Antiques, Paris (CUF).

Aujac, G., 1988, Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. II. Démosthène, Paris, CUF.

Aujac, G., 1981, Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. III. La composition stylistique (en collab. avec M. Lebel), Paris, CUF.

Aujac, G., 1991, Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. IV. Thucydide, Seconde lettre à Ammée, Paris, CUF.

Aujac, G., 1992 : Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. V. L’imitation, Première lettre à Ammée, Lettre à Pompée Géminos, Dinarque, Paris, CUF.

Austin, J. L., 1970, Quand dire, c’est faire, Paris (trad. G. Lane ; How to do Things with Words, Oxford, 1962).

Benveniste, É., 1966, Problèmes de linguistique générale. 1, Paris.

Chassignet, M., 1999, L’annalistique romaine, t. II. L’annalistique moyenne, Paris, CUF.

Chassignet, M., 2004, L’annalistique romaine, t. III. L’annalistique récente, l’autobiographie politique : fragments, Paris, CUF.

von Christ, W., 1924, Geschichte der griechischen Literatur, 2e éd. rev. par W. Schmid et O. Stählin, t. II. 2, Munich.

Clérigues, J.-B., 2007, Édition critique, avec traduction et commentaire, du l. XI des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse. Thèse doct. Études grecques, Univ. Bordeaux III-M. de Montaigne, 2007.

Costil, P., 1949, L’esthétique littéraire de Denys d’Halicarnasse : étude sur le classement et la doctrine des Opera rhetorica, Thèse d’État Lettres, Paris.

Darbo-Peschanski, C., 2004, Les citations grecques et romaines, dans C. Darbo-Peschanski (éd.) La citation dans l’Antiquité. Actes du Colloque du PARSA, Lyon, ENS-LSH, 6-8 nov. 2002, Lyon, p. 9-21.

De Jonge, C., 2008, Between Grammar and Rhetoric, Leyde.

Delcourt, A., 2005, Lecture des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse, Bruxelles.

Fromentin, V., 1998, Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, t. I. Introduction générale et livre I, Paris, CUF.

Fromentin, V., 2008, Ordre du temps et ordre des causes : archè et aitia chez Thucydide, Polybe et Denys d’Halicarnasse, dans B. Bureau et C. Nicolas (éd.), Commencer et finir, Débuts et fins dans les littératures grecques, latines et néo-latines, Actes du colloque organisé par l’Univ. Jean-Moulin Lyon III et l’ENS-LSH, les 29-30 sept. 2006, Lyon, p. 59-70.

Fromentin, V., 2010, Les Moi de l’historien : récit et discours chez Denys d’Halicarnasse, Dialogues d’histoire ancienne, Suppl. 4.1, p. 261-277.

Gabba, E., 1996, Dionigi e la storia di Roma arcaica, Bari (Dionysos and the History of ancient Rome, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1992).

Genette, G., 1969, Figures II, Paris.

Genette, G., 1972, Figures III, Paris.

Genette, G., 1983, Nouveau discours du récit, Paris.

Kefallonitis, S., 2004, Denys d’Halicarnasse, Les Antiquités Romaines. Édition critique, traduction et commentaire du l. VIII. Thèse doct. Études grecques, Univ. Paris-Sorbonne.

Kefallonitis, S., 2008, Unité du livre VII des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse, REA, 110, p. 195-214.

Kerbrat-Orecchioni, C., 1984, É. Benveniste et la théorisation. 2. Le problème du langage (Benveniste et Austin), dans G. Serbat et T. Taillardat, (éd.), Émile Benveniste aujourd’hui, Actes du Colloque international du CNRS (Université François-Rabelais, Tours, septembre 1983), Paris, p. 45-55.

Lévy, M., 2010, L’imitation de Thucydide dans les Opuscules rhétoriques et les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse, dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle, Actes des colloques de Bordeaux (mars 2007 et mai 2008) et de Toulouse (octobre 2008), Bordeaux, p. 51-61.

Lévy-Makinson, M., 2011, Stoïcisme et jugement littéraire au ie siècle avant J.-C. : le témoignage de Denys d’Halicarnasse, Aitia [en ligne : http://aitia.revues.org], 1.

Noè, E., 1999, Ricerche su Dionigi d‘Alicarnasso : la prima stasis a Roma e l‘episodio di Coriolano, dans C. Letta (éd.), Ricerche di storiografia greca di età romana, Pise, p. 21-115.

Patillon, M., 1988, La théorie du discours chez Hermogène le rhéteur. Essai sur la structure de la rhétorique ancienne, Paris.

Patillon, M., 1997, Aelius Théon, Progymnasmata, Paris, CUF.

Payen, P., 2004, Les citations des historiens dans les traités rhétoriques de Denys d’Halicarnasse, dans C. Darbo-Peschanski (éd.) La citation dans l’Antiquité. Actes du Colloque du PARSA, Lyon, ENS-LSH, 6-8 nov. 2002, Lyon, 2004, p. 111-133.

Pédech, P., 1969, Polybe, Histoires, l. I, Paris, CUF.

Pernot, L., 2000, La rhétorique dans l’Antiquité, Paris.

Perrot, J., 1984, Benveniste et les courants linguistiques de son temps, dans G. Serbat et T. Taillardat, (éd.), Émile Benvéniste aujourd’hui, Actes du Colloque international du CNRS (Université François-Rabelais, Tours, septembre 1983), Paris, p. 13-33.

Poucet, J., 2004, Denys d’Halicarnasse : un historien entre deux mondes, Bull. de l’Acad. royale de Belgique. Classe des Lettres, 2004, p. 161-169, ou
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/09/DH.html

Romilly, J. de, 1953, Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, t. I. Introduction et livre I, Paris, CUF.

Sautel, J.-H., 1999, Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines. Livre III, Paris, CUF.

Sautel, J.-H., 2010a, Rhétorique militaire dans les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse : la harangue du dictateur Postumius avant la bataille du lac Régille (VI, 6-9), dans P. Chiron et L. Brisson (éd.) Rhetorica Philosophans. Mélanges offerts à Michel Patillon, Paris, 2010, p. 133-154.

Sautel, J.-H., 2010b, Un récit de théophanie chez Denys d’Halicarnasse : l’apparition des Dioscures à la bataille du lac Régille (Antiquités Romaines, VI, 13). Étude rhétorique, REA, 112, p. 375-390.

Sautel, J.-H., 2014, Récits de bataille des débuts de la Rome républicaine chez Denys d’Halicarnasse et Tite-Live : la victoire du lac Régille et la prise de Corioles (A. R. VI, 10-13. 91-94 et Hist. II, 19-20. 33), REA, 116, p. 145-165.

Sautel, J.-H., en préparation, Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines. Livre VI, Paris (CUF, soumis à la révision).

Verdin, H., 1974, La fonction de l’histoire selon Denys d’Halicarnasse, Ancient Society, 5, p. 289-307.

Wiater, N., 2011, The ideology of classicism : language, history, and identity in Dionysius of Halicarnassus, Berlin-New York.

Haut de page

Annexe

niveau

référence

épisode

texte grec

traduction

1

énonciation historique

69, 3, 4-5

seconde ambassade aux insurgés

πρεσβευτὰς εἵλοντο δέκα τοὺς ἐπιφανεστάτους τῶν πρεσβυτέρων

ils choisirent dix députés, les plus renommés des anciens

2

discours d’un personnage

84, 4, 1-2

«Δεξιὰς δὲ καὶ σπονδὰς καὶ πίστεις ἐπὶ θεῶν γιγνομένας μήτε σὺ διάβαλλε, Βροῦτε… »

« Et toi, Brutus, ne jette pas le soupçon sur les engagements, les traités et les garanties échangées devant les dieux… »

(contexte)

83, 1, 3. 6

Menenius aux insurgés sur le mont Sacré

Μενήνιος Ἀγρίππας… διεσήμηνεν ὅτι βούλεται καὶ αὐτὸς εἰπεῖν

Menenius Agrippa… fit signe que lui aussi voulait parler

3

discours de l’historien

89, 2, 3-4

ὥσπερ καὶ μέχρι τοῦ καθ᾿ ἡμᾶς χρόνου γίνεται

comme cela se passe encore à notre époque

(contexte)

89, 2, 1-3

création des tribuns de la plèbe

Οὗτοι < τὴν > δημαρχικὴν ἐξουσίαν πρῶτοι παρέλαβον οἱ πέντε ἄνδρες ἡμέρᾳ τετάρτῃ πρότερον εἰδῶν Δεκεμβρίων

Ces cinq hommes furent les premiers à recevoir la puissance tribunitienne, le quatrième jour avant les ides de décembre

2a

discours d’un personnage (style indirect)

4, 2, 1-2

délibération des généraux ennemis avant la bataille du lac Régille

Οἱ μὲν γὰρ ἐξ ἐφόδου
χωρεῖν ἠξίουν ἐπὶ τοὺς
< ῾Ρωμαίους >

Les uns étaient d’avis de marcher à l’assaut des Romains

(contexte)

4, 2, 1

καὶ πολλαὶ γνῶμαι ἐλέχθησαν

et beaucoup d’opinions furent émises

2b

récit dans le discours

86, 2, 1-2

fable des membres et de l’estomac

«… Εἰ δὴ λάβοι τὰ μέρη τοῦ ἀνθρωπείου σώματος ἰδίαν αἴσθησιν καθ᾿ αὑτὰ καὶ φωνήν… »

«… Supposons donc que les parties du corps humain reçoivent, chacune pour elle-même, la perception et la voix… »

(contexte)

83, 2, 5-7

τελευτῶν δὲ τῆς δημηγορίας λέγεται μῦθόν τινα εἰπεῖν, εἰς τὸν Αἰσώπειον τρόπον συμπλάσας

pour finir sa harangue, on dit qu’il prononça une fable, composée à la manière d’Ésope

3a

citation de loi

95, 2, 2-3

foedus Cassianum

« Ῥωμαίοις καὶ ταῖς Λατίνων πόλεσιν ἁπάσαις εἰρήνη πρὸς ἀλλήλους ἔστω… »

« Que les Romains et toutes les cités latines soient en paix les uns avec les autres… »

(contexte)

95, 2, 1

Ἦν δὲ τὰ γραφέντα ἐν ταῖς συνθήκαις τοιάδε·

Le texte du traité était de ce genre :

3b

récit de pratique cultuelle

13, 4, 10

transuectio equitum

ἐπὶ τῶν ἵππων ὀχούμενοι πορεύονται πάντες

ils s’avancent tous à la file, montant leurs chevaux

(contexte)

13, 4, 1-2. 8-10

Ταύτης ἐστὶ τῆς… τῶν δαιμόνων ἐπιφανείας ἐν ῾Ρώμῃ πολλὰ σημεῖα… ὑπὲρ ἅπαντα δὲ ταῦτα ἡ μετὰ τὴν θυσίαν ἐπιτελουμένη πομπὴ…

De cette… manifestation des divinités restent à Rome de nombreux témoignages… par-dessus tout, il y a le cortège qui défile après le sacrifice…

Haut de page

Notes

1 Voir Cicéron : Sed ut intellectum est quantam vim haberet accurata et facta quodam modo oratio, tum etiam magistri dicendi multi subito exstiterunt, « Dès que l’on eut compris tout l’effet d’un discours fait avec soin et artistement travaillé, alors on vit naître soudainement tout un monde de maîtres d’éloquence » (Brutus, VIII, 30 : éd. H. Malcovati, Leipzig, 1970, Teubner ; trad. J. Martha, Paris, 1931, p. 9, CUF).

2 Pour les Opuscules rhétoriques, voir les cinq volumes de G. Aujac, 1978, 1988, 1981 (sic), 1991, 1992, dans la CUF.

3 Pour l’ensemble des Antiquités Romaines, voir l’édition critique de C. Jacoby, Leipzig, 1885-1925 (Stuttgart, 1967), dans la coll. Teubner ; dans la CUF, avec traduction française et commentaire, les livres I et III déjà parus : Fromentin, 1998 ; Sautel, 1999, et le livre VI (Sautel, en préparation). – Je voudrais exprimer ici toute ma reconnaissance à Michel Patillon, Directeur de recherche honoraire au CNRS, et à Stavroula Kefallonitis, Maître de Conférences à l’Université Jean Monnet – Saint-Étienne, pour leurs suggestions précieuses, ainsi qu’à mes collègues Pierre Augustin, Philippe Bobichon et Didier Lafleur, de l’IRHT, pour leur relecture attentive.

4 La réflexion de Denys apparaît dans la Lettre à Pompée Géminos, la Seconde Lettre à Ammée et surtout le Thucydide, ainsi que dans le prologue des Antiquités Romaines (I, 8 : Fromentin, 1998, p. 86-87) et le « second prologue » (XI, 1 : Clérigues, 2007, t. I, p. 11-13 ; t. II, p. 1-2). Voir aussi Verdin, 1974 ; Darbo-Peschanski, 2004 ; Payen, 2004 ; Lévy, 2010.

5 Voir particulièrement E. Schwartz, R. E. V, 1905, col. 934-961.

6 Voir la bibliographie citée dans Fromentin, 1998 (p. IX-LI) et, parmi les études plus récentes : Delcourt, 2005 ; De Jonge, 2008 ; Kefallonitis, 2008 ; Fromentin, 2010 ; Sautel, 2010a ; Sautel, 2010b ; Sautel, 2014 ; Wiater, 2011.

7 Voir à ce propos la réflexion d’un antiquaire contemporain : « On aura compris que le travail de « réhabilitation » actuellement en cours ne porte pas sur la rhétorique et les discours » (Poucet, 2004, p. [2]).

8 Voir Patillon, 1988, p. 27-29 : la théorie des relations du discours est ici exposée d’après le philosophe Ammonios (Vème s. apr. J.-C.).

9 L’évolution du rythme de la narration dans la première décade des A. R. a bien été mise en lumière à propos du livre VII, où apparaît un « goulot de ralentissement diégétique » (voir Kefallonitis, 2008, p. 197-199 et 200-203).

10 Καὶ ὅσα μὲν λόγῳ εἶπον ἕκαστοι […], χαλεπὸν τὴν ἀκρίβειαν αὐτὴν τῶν λεχθέντων διαμνημονεῦσαι ἦν ἐμοί τε ὧν αὐτὸς ἤκουσα καὶ τοῖς ἄλλοθέν ποθεν ἐμοὶ ἀπαγγέλλουσιν· ὡς δ’ ἂν ἐδόκουν ἐμοὶ ἕκαστοι περὶ τῶν αἰεὶ παρόντων τὰ δέοντα μάλιστ’ εἰπεῖν, ἐχομένῳ ὅτι ἐγγύτατα τῆς ξυμπάσης γνώμης τῶν ἀληθῶς λεχθέντων, οὕτως εἴρηται· τὰ δ’ ἔργα τῶν πραχθέντων ἐν τῷ πολέμῳ οὐκ ἐκ τοῦ παρατυχόντος πυνθανόμενος ἠξίωσα γράφειν, οὐδ’ ὡς ἐμοὶ ἐδόκει (Thuc. I, 22, 1, 5 – 2, 3 : Romilly, 1953, p. 14-15, traduction légèrement modifiée).

11 Ποιήσομαι δὲ οὐ χωρὶς ὑπὲρ ἑκάστης ἰδέας τὸν λόγον, ὑποτάττων αὐταῖς τὴν Θουκυδίδου λέξιν, ἀλλὰ κατὰ περιοχάς τινας καὶ τόπους, μέρη λαμβάνων τῆς τε διηγήσεως καὶ τῶν ῥητορειῶν… (D. H., Thucydide, 25, 2-5 : Aujac, 1991, p. 77, traduction modifiée).

12 Voir V. Fromentin, « La définition de l’histoire comme ‘mélange’dans le Prologue des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse (I, 8, 3) », Pallas, 39, 1993, p. 177-192.

13 Le terme de ποικιλία ne se trouve pas directement employé pour exprimer cette variété dans les Antiquités Romaines, mais dans les Opuscules rhétoriques : κατὰ τὴν ἐκλογὴν τῶν ὀνομάτων καὶ κατὰ τὴν σύνθεσιν καὶ κατὰ τὴν τῶν σχημάτων ποικιλίαν… « pour le choix des mots, la composition stylistique, la variété des figures… » (Thuc. 23, 7, 1-3 : Aujac, 1991, p. 74).

14 Λείπεται δὴ σκοπεῖν εἰ τοῖς τε πράγμασι προσήκοντα καὶ τοῖς συνεληλυθόσιν εἰς τὸν σύλλογον προσώποις ἁρμόττοντα πέπλακε διάλογον, ἐχόμενον ὡς ἔγγιστα τῆς συμπάσης γνώμης τῶν ἀληθῶς λεχθέντων, ὡς αὐτὸς ἐν τῷ προοιμίῳ τῆς ἱστορίας προείρηκεν (D. H., Thucydide, 41, 4 : Aujac, 1991, p. 105, trad. modifiée). Le membre de phrase en italiques reprend à peu près exactement le texte de Thucydide (voir supra, n. 10) ; les termes en gras indiquant la notion de convenance, qui trouve chez Thucydide un point de repère dans le participe substantivé τὰ δέοντα. On lit ensuite chez Denys : Τούτοις ἐπιτίθησιν ἔτι φορτικωτέραν διάνοιαν καὶ ἥκιστα τῷ παρόντι καιρῷ πρέπουσαν, « Puis il ajoute une réflexion encore plus importune et qui ne convient pas le moins du monde à l’occcasion présente » (D. H., Thucydide, 45, 1, 1-2 : Aujac, 1991, p. 109, trad. modifiée).

15 Voir D. H., Lettre à Pompée Géminos, 3, 20.

16 Cf. Aristote, Rhétorique, III, 7 (chapitre dédié à la notion de convenance) ; Costil, 1949, Ière partie, ch. 1 ; Lévy-Makinson, 2011, § 12.

17 Πάντας διεξιέναι τοὺς ἐνόντας λόγους, ὃ ποιεῖ Τίμαιος πρὸς πᾶσαν ὑπόθεσιν εὑρεσιλογῶν, τελέως ἀνάληθες καὶ μειρακιῶδες καὶ διατριβικόν… τὸ δὲ τοὺς ἁρμόζοντας καὶ καιρίους (λόγους) ἀεὶ λαμβάνειν, τοῦτ’ ἀναγκαῖον (Pol. 25i, 5, 6-7 : éd. et trad. P. Pédech, Paris, CUF, 1961, p. 41).

18 Voir la belle formule de celui qui a œuvré pour réhabiliter Denys : « le discours est… un fait historique » (Gabba, 1996, p. 68-74).

19 Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae, nuntia vetustatis, qua voce alia nisi oratoris immortalitati commendatur ?, « L’histoire en effet, témoin des siècles, flambeau de la vérité, âme du souvenir, école de la vie, interprète du passé, quelle voix, sinon celle de l’orateur, peut la rendre immortelle ? » (De Oratore, II, 9, 36 : éd. K. Kumaniecki, Leipzig, 1969, Teubner ; trad. E. Courbaud, Paris, 1927, CUF). Sur le rapport entre histoire et rhétorique chez les Anciens, voir notamment Pernot, 2000, p. 160.

20 Pour l’ensemble de l’œuvre, voir Fromentin, 1998, p. XLIV ; Kefallonitis, 2008, p. 200-203.

21 Voir Sautel, en préparation, Notice, IV, 1.

22 Voir A. R. I, 7, 2 (Fromentin, 1998, p. 85)

23 Ἀλλ’ ὥσπερ ἀδελφοὺς ἀδελφοῖς ἢ παῖδας γονεῦσιν ἐν οἰκίᾳ σώφρονι περὶ τῶν ἴσων < καὶ > δικαίων διαλεγομένους πειθοῖ καὶ λόγῳ διαλύεσθαι τὰ νείκη (A R. VII, 66, 5, 1-3 : trad. Kefallonitis, 2004, t. I, p. XLIV). L’idée a été développée longuement par Noè, 1999, p. 37.

24 Sur les rapports entre rhétorique et liberté chez Cicéron et à l’époque impériale, jusqu’à la seconde sophistique, voir Pernot, 2000, p. 161-162 et 171-177.

25 Nikolaos fut l’élève du néoplatonicien Proclus et il a écrit notamment des Progymnasmata (exercices rhétoriques), qui nous ont été bien transmis (voir von Christ, 1924, p. 1102).

26 Τῶν δὲ διηγημάτων εἰσὶ διαφοραὶ πρὸς ἄλληλα τρεῖς· τὰ μὲν γάρ ἐστιν ἀφηγηματικά, τὰ δὲ δραματικά, τὰ δὲ μικτά. Ἀφηγηματικὰ μὲν οὖν ἐστιν, ὅσα ἀπὸ μόνου λέγεται τοῦ προσώπου τοῦ ἀπαγγέλλοντος αὐτά, οἷά ἐστι τὰ παρὰ Πινδάρῳ· δραματικὰ δέ, ὅσα οὐκ ἀπ’ αὐτοῦ τοῦ συντιθέντος, ἀπὸ δὲ τῶν ὑποκειμένων προσώπων λέγεται, οἷα τὰ ἐν τοῖς κωμικοῖς καὶ τραγικοῖς δράμασι· μικτὰ δὲ τὰ ἐξ ἀμφοτέρων συγκείμενα, οἷα τὰ Ὁμήρου καὶ Ἡροδότου καὶ εἴ τινα ἄλλα τοιαῦτα, πῇ μὲν ἀπ’ αὐτοῦ τοῦ ἀπαγγέλλοντος ἐκφερόμενα, πῇ δὲ ἐξ ἑτέρων προσώπων (éd. J. Felten, Nicolai progymnasmata, Leipzig, 1913, p. 12, 7-17 ; trad. Patillon, 1988, p. 290-291, n. 1).

27 Voir Platon, Rép. 392d – 394b (éd. É. Chambry, Platon, t. VI, Paris, 1932, CUF, p. 101-104) ; voir aussi Patillon, 1997, p. XLVI-XLVII.

28 Voir supra, n. 10.

29 Le terme « histoire » est à prendre ici au sens large : « Tout récit d’actions, d’évènements, qu’ils soient réels ou fictifs » (Dictionnaire de l’Académie, 9e éd., s. u. Histoire. II), et non en référence au genre littéraire qu’est l’histoire. On trouve donc de l’« énonciation historique » aussi bien dans les romans que dans les livres historiques.

30 Voir Benveniste, 1966, p. 237-250, 258-266. La réflexion a été prolongée par la problématique de la narratologie : voir Genette, 1969, p. 50-57 ; Genette, 1972, p. 225-255 ; Genette, 1983, p. 55-64.

31 Voir tableau ci-après, exemple 1 (récit de l’ambassade aux plébéiens insurgés).

32 On dira, en employant les adjectifs en leur sens ancien, que, dans ce type de discours, la relation rhétorique s’efface devant la relation philosophique (Patillon, 1988, p. 26-30). En narratologie, on parlera de « diègèse » ou de « niveau diégétique » (voir Genette, 1972, p. 238-241) ; sur la création de ces mots à partir du grec διήγησις, voir Genette, 1969, p. 13-14 ; Genette, 1983, p. 50-56.

33 Voir l’exemple 2 du tableau (discours de Menenius) : on a ici un impératif, qui ne pourrait trouver place dans l’énonciation historique.

34 Voir tableau ci-après, exemple 3 (création des tribuns de la plèbe) ; Genette, 1972, p. 261-265 ; Patillon, 1988, p. 135-138 (« Linéarité du discours, problème du métadiscours ») ; Fromentin, 2010,
p. 262-269.

35 Ταῦτα μὲν ὑπὲρ τῆς γενομένης ἐπιφανείας τῶν Διοσκούρων λεγόμενά τε καὶ πραττόμενα ὑπὸ ῾Ρωμαίων ἔμαθον (A. R. VI, 13, 5 : Sautel, en préparation).

36 Ἐκ τούτων κατέστη τοῖς Ῥωμαίοις ἔθος τὰ τῶν δημάρχων σώματα ἱερὰ εἶναι καὶ παναγῆ, καὶ μέχρι τοῦ καθ᾿ ἡμᾶς χρόνου διαμένει (ibid., 89, 4) ; c’est la conclusion du vote de la loi de sacerté des tribuns.

37 Τὴν δ᾿ἐπιγραφὴν τῆς ἱδρύσεως τοῦ ναοῦ τινες μὲν ἱστοροῦσι λαβεῖν Τίτον Λάρκιον τὸν ὑπατεύσαντα τῷ πρόσθεν ἐνιαυτῷ (ibid., 1, 4) : il s’agit du temple de Jupiter Capitolin, consacré par A. Sempronius Atratinus et M. Minucius en 497 av. J.-C. ; ἐπιγραφὴν (conjecture pour γραφὴν) a ici un sens technique, qui correspond à la mise en adjudication des travaux, donc à une étape préliminaire à la fondation (voir Sautel, en préparation, note ad loc.)

38 Λικίννιος μὲν γὰρ καὶ οἱ περὶ Γέλλιον οὐδὲν ἐξητακότες οὔτε τῶν εἰκότων οὔτε τῶν δυνατῶν αὐτὸν εἰσάγουσι τὸν βασιλέα Ταρκύνιον ἀγωνιζόμενον ἐφ᾿ ἵππου καὶ τιτρωσκόμενον, ἄνδρα ἐνενήκοντα ἔτεσι προσάγοντα (ibid. 11, 2). Sur Gn. Gellius et C. Licinius Macer, voir Chassignet, 1999, p. XLIX-LIV ; Chassignet, 2004, p. L-LXIII.

39 Ce temps est aussi parfois nommé présent intemporel ou présent de définition (voir Benveniste, 1966, p. 239).

40 Voir Genette, 1969, p. 20 ; le terme métadiégétique doit être ici évité, car il qualifie, dans le vocabulaire de cet auteur, un récit au second degré, produit par un personnage de l’histoire (voir infra, n. 67).

41 Il y aurait en effet quelque paradoxe difficile à soutenir de continuer à utiliser « intervention personnelle » lorsqu’il s’agit d’une troisième personne, catégorie verbale qui s’oppose radicalement à la première et à la seconde comme non-personne (voir Benveniste, 1966, p. 225-232 et 251-257).

42 Voir Payen, 2004, p. 117-119.

43 Ἐδόκει ταῦτα πᾶσι, καὶ γράφεται πρὸς αὐτοῦ καὶ τῶν συναρχόντων ὅδε ὁ νόμος· δήμαρχον ἄκοντα, ὥσπερ ἕνα πολλῶν, μηδεὶς μηδὲν ἀναγκαζέτω δρᾶν… ( A. R. VI, 89, 3, 1-3). L’autre occurrence concerne le traité de paix perpétuelle avec les Latins (ibid. 95, 2) : voir tableau, exemple 3a.

44 Voir Darbo-Peschanski, 2004.

45 Nous n’employons pas ici le terme de performatif, pour respecter la pensée d’É. Benveniste, qui souhaite en limiter l’usage aux énoncés qui « dénomment l’acte performé » (voir Benveniste, 1966, p. 274), donc à l’emploi de la première personne de l’indicatif (« je déclare la séance ouverte »), mais il est certain que la nature de l’acte illocutoire exprimé par cet impératif n’est pas celle d’un simple constatif, et ressortit à la fonction conative du langage. Sur la relation entre É. Benveniste et J. L. Austin, auteur de la théorie des actes du langage, voir les articles de Perrot, 1984, p. 27 et Kerbrat-Orecchioni, 1984.

46 Pour l’étude des « fonctions du narrateur », voir Genette, 1983, p. 261-263.

47 Λατίνων δὲ σὺν τοῖς συμμάχοις τετρακισμύριοι μάλιστα πεζοὶ καὶ τρισχίλιοι ἱππεῖς […] ἀπὸ γὰρ τετρακισμυρίων πεζῶν καὶ τρισχιλίων ἱππέων, ὥσπερ ἔφην, οἱ λειφθέντες ἐλάττους μυρίων ἐσώθησαν ἐπὶ τὰ σφέτερα (A. R. VI, 12, 6, 3-5 ; 5, 5, 9-10). L’autre emploi significatif du syntagme se trouve en 95, 4, 4, dans un développement sur les fonctions des édiles de la plèbe (90, 3).

48 Voir Genette, 1972, p. 13 : opposition entre les univers diégétique et écranique.

49 Ἀπαιτούσης δὲ τῆς ὑποθέσεως καὶ τὸν τρόπον διεξελθεῖν τῆς μάχης ἀκριβῶς καὶ τὰ μετὰ ταύτην γενόμενα πάθη θεατρικαῖς ἐοικότα περιπετείαις μὴ ῥᾳθύμως διελθεῖν… (A. R. III, 18, 1, 1-4 : Sautel, 1999, p. 31 et n. 1). Le combat occupe les ch. 18 à 22 du l. III.

50 Voir A. R. VI, 10-12 (bataille du lac Régille) et 22-95 (opposition plèbe/patriciat) : Sautel, en préparation, Notice, I et Fig. 2. Le schéma se retrouve chez Tite-Live, dans les passages parallèles (II, 19-20 et 23-33) : voir R. M. Ogilvie, A Commentary of Livy, Books 1-5, Oxford, 1984 (19651), p. 295.

51 Voir Fromentin, 2010, p. 262-269 ; les exemples cités dans l’article sont tirés des livres I-IV et VII.

52 Voir Fromentin, 1998, p. 198, n. 346-349, à propos du châtiment de Silvia, fille de Numitor, et mère de Romulus et Remus ; III, 67, 5 (Sautel, 1999, p. 111, n. 1), au sujet de la reconstruction des égouts de Rome.

53 On retrouve ici une expression de l’opposition classique entre narration et description (voir Genette, 1969, p. 51)

54 Voir A. R. I, 21, 1-2 (Fromentin, 1998, p. 105-106 et n. 98-101).

55 Voir tableau, exemple 3b ; voir aussi Sautel, 2010b.

56 L’ekphrasis apparaît théorisée chez Aelius Théon, un siècle environ après Denys, comme un exercice de rhétorique bien précis : « La description est un discours qui présente en détail et met sous les yeux de façon évidente ce qu’il donne à connaître » (Aelius Théon, Progymnasmata, 118 : Patillon, 1997, p. 66).

57 D’autres livres des A. R. font apparaître des discordances plus importantes encore entre niveaux de récit, qui se situent à des époques différentes dans le passé du narrateur : ce sont des digressions du récit historique, dont on a souligné la prégnance dans le livre VII (voir Kefallonitis, 2010, p. 203-209).

58 Pour le livre VII, voir Kefallonitis, 2004, t. I, p. XX-XXI et XXXIV-XXXIX.

59 Chez Thucydide, le livre I est entièrement consacré aux causes de la guerre du Péloponnèse (Romilly, 1953, p. XXXIX-XLIX) ; chez Polybe, ce sont même les deux premiers livres qui constituent un récit préparatoire et reçoivent le nom spécifique de προκατασκεύη (Pédech, 1969, p. 3-5). Bien que Denys montre son originalité en commençant son récit in medias res et non par un retour sur les décennies ou les siècles passés (voir Fromentin, 2008), il conserve la même singularité au premier livre.

60 Cf. A. R., I, 1-8 (Fromentin, 1998, p. 51-53), Thucyd. I, 1 (Romilly, 1953, p. 1), Pol. I, 1-4 (Pédech, 1969, p. 18-23).

61 Voir, pour l’exposé des sources, A. R. I, 7, 1-3 et 89, 1 (ibid., p. 85-86 et 217-218).

62 Voir Sautel, en préparation, Notice, IV.

63 Benveniste, 1966, p. 242. Voir l’exemple 2a du tableau.

64 Cette forme de discours a été étudiée par Austin, 1962, p. 109. On pourrait proposer, pour désigner ici le personnage dont le discours est rapporté au style indirect, la notion de « référent d’énonciation » : son acte d’énonciation n’est pas explicité dans le texte, mais il y est fait référence.

65 Ainsi, les discours relatifs à la bataille du lac Régille sont rapportés au style direct quand il s’agit des Romains : harangue du consul Postumius à ses soldats (VI, 6, 2 – 9, 6) et réponses aux ambassadeurs volsques, puis latins (16, 1-2 ; 21, 1-2) ; mais on lit au style indirect les interrogations des généraux volsques (14, 3), puis la requête des ambassadeurs latins (18, 1-3).

66 Δόγμα δὲ βουλῆς ἐκύρωσαν ἐπιεικέστατον, Λατίνοις ἀνδράσιν εἴ τινες ἔτυχον ἐκ τοῦ ῾Ρωμαίων ἔθνους συνοικοῦσαι γυναῖκες ἢ ῾Ρωμαίοις Λατῖναι, ἑαυτῶν εἶναι κυρίας, ἐάν τε μένειν θέλωσι παρὰ τοῖς γεγαμηκόσιν ἐάν τε [μή,] εἰς τὰς πατρίδας ἀναστρέφειν (A. R. VI, 1, 2, 1-5 ; cf. III, 3, 1 : Sautel, 1999, p. 4 et n. 2).

67 On a parlé à ce propos de « récit métadiégétique » (voir Genette, 1972, p. 238-242). Pour des récits de même niveau dans le livre VII, mais qui font référence à des périodes historiques du passé du narrateur, voir S. Kefallonitis, Unité (supra, n. 6), p. 203-209.

68 Voir A. R. VI, 86 et ci-dessous, tableau, exemple 2b.

69 Voir tableau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Hubert Sautel, « Discours et récits dans les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse : différents niveaux d’énonciation », Pallas, 97 | 2015, 51-67.

Référence électronique

Jacques-Hubert Sautel, « Discours et récits dans les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse : différents niveaux d’énonciation », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2268 ; DOI : 10.4000/pallas.2268

Haut de page

Auteur

Jacques-Hubert Sautel

Chargé de recherche au CNRS (IRHT, section grecque)
jh.sautel@irht.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals