Navigation – Plan du site

Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques

Girls or Boys? Meanings and Interpretations of the Grave Goods in Greek Infant Burials
Céline Dubois
p. 97-120

Résumés

Par leur jeune âge et l’état de forte dépendance qui en découle, les enfants en bas âge constituent une catégorie d’individus particulièrement intéressante pour l’archéologie funéraire. À partir de l’exemple du matériel retrouvé dans les tombes infantiles et plus spécifiquement des parures – artefacts fréquemment utilisés comme « sex-indicating » – cet article propose de s’interroger sur la pluralité des discours (sexué, social, économique, culturel …) que peut révéler un même objet ou ensemble d’objets. L’étude des sépultures d’enfants en bas âge est ainsi utilisée comme un moyen d’aborder les différentes logiques que pouvaient exprimer le choix des dépôts funéraires, reflétant les nombreuses composantes de l’identité des défunts (enfants et adultes), mais également de leurs proches.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la construction culturelle de la définition de l’enfance appliquée à l’archéologie, le lecteur (...)
  • 2 L’association de ces deux pratiques aux Anthestéries fait aujourd’hui l’objet de nouvelles discussi (...)
  • 3 La limite des trois ans est également mentionnée en dehors du contexte des Anthestéries. Platon dis (...)
  • 4 Buchet, Séguy, 2008.
  • 5 Selon les nécropoles, on a ainsi pu constater une tendance à inhumer les enfants jusqu’à l’âge d’en (...)

1Petites filles ou petits garçons ? Cette distinction nécessite dès son intitulé de préciser les termes employés, car la catégorie des « petits » appliquée aux enfants en bas âge ne dessine pas un groupe social aux limites claires et reconnues par l’ensemble des sociétés grecques1. D’une cité à l’autre, d’une famille à l’autre, la toute petite enfance pouvait recouvrir une réalité plurielle tant dans les âges que dans la conception que s’en faisaient les individus adultes. À Athènes, le couronnement des enfants de trois ans et la remise de choes (petites cruches à vin) lors de la fête des Anthestéries2 sont communément interprétées comme une étape marquant le passage à un nouvel âge de l’enfance3. Si l’anthropologie physique fonde généralement ses analyses sur les classes d’âges 0-1 an et 1-4 ans, une telle division technique ne correspond pas nécessairement à la réalité antique4. L’expression « enfants en bas âge » est donc ici employée pour désigner les individus entre 0 et 3 ans avec une marge de plus ou moins 12 mois, afin de pouvoir inclure des enfants dont l’âge aurait été estimé entre 3 et 4 ans. Cette limite permettra de prendre en compte les témoignages fournis par les auteurs anciens et régulièrement confirmés par l’archéologie5.

  • 6 Golden, 1990, p. 12-22 ; Agne, 2007, p. 204-206.
  • 7 P. ex. Aristote, Histoire des animaux, 585b et Platon, Lois, 788a. Ce dernier utilise aussi les ter (...)
  • 8 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, II, 5, 1-5. Soranos ne donne malheureusement aucune descript (...)
  • 9 Hésychius, s. v. στέφανον ἐκφέρειν.
  • 10 Pour G. L. Ham, la remise des choes était un rite de passage masculin, pourtant si la majorité de c (...)
  • 11 Posidippe, fr. 11. Pour un résumé des différentes interprétations de la surexposition des fillettes (...)
  • 12 Platon fixe cette limite à 6 ans qui correspond à l’âge où, selon lui, il faut séparer les garçons (...)

2Tout comme la question de la classe d’âge, la catégorisation filles/garçons appliquée à des enfants, particulièrement aussi jeunes, invite à s’interroger tant sur son bien-fondé que sur les questions méthodologiques qu’implique son étude. Comme aujourd’hui, les Grecs désignaient généralement les jeunes enfants, surtout les nouveau-nés et les nourrissons, par des termes génériques : brephos, nèpios, teknon ou encore neogenès6. Le sexe était rarement spécifié, cette précision n’intervenant que pour exprimer l’opposition biologique, ou au contraire pour souligner l’analogie des deux sexes, en ajoutant les qualificatifs de féminin et de masculin (θλυς et ρρην)7. Pour autant, la naissance, et particulièrement le moment où le sexe biologique de l’enfant était révélé, semble accompagnée de gestes particuliers selon que ce dernier fût une fille ou un garçon. Ces gestes ou pratiques nous sont parvenus uniquement par des auteurs tardifs. Soranos d’Éphèse au iie s. de n. è. rapporte ainsi qu’au moment de la venue au monde de l’enfant, la sage-femme indiquait le sexe du nouveau-né par des signes8. Il est suivi au vie s. de n. è. par Hésychius, lexicographe, qui évoque l’usage en Attique d’accrocher une couronne d’olivier à la porte de la maison pour la naissance d’un garçon et un brin de laine à filer pour celle d’une fille9. Ces deux témoignages renvoient à la même action, mais à une échelle différente : la première est l’annonce du sexe de l’enfant à la famille proche (père, mère), la seconde l’annonce de la naissance et du sexe de l’enfant au reste de la cité. Toutefois, aucun autre texte ne confirme ces usages pour les périodes classique et hellénistique. Pour l’après-naissance, les auteurs classiques ne mentionnent pas de traitements différenciés lors des cérémonies qui rythmaient l’intégration progressive du tout-petit dans la société. Les Amphidromies, la dekatê, comme la remise des choes ne paraissent pas avoir été exclusivement réservées aux garçons10 ; si distinction il y avait, celle-ci se faisait principalement lors de la naissance, au moment où le sexe de l’enfant était connu et où se prenait la décision d’élever ou non le nouveau-né. Ce choix est traditionnellement présenté par les textes en défaveur des filles, dont l’abandon est même conseillé chez certains auteurs11. Mais quelle que soit la réalité de la surexposition des fillettes, une fois passée cette première sélection, le sexe ne paraît plus être un critère déterminant dans la définition du statut des jeunes enfants jusqu’à l’âge de 6-7 ans12.

  • 13 La méthode d’évaluation morphoscopique de l’os coxal établie par J. Bruzek présente un taux de fiab (...)
  • 14 Les taux de fiabilité vont de 40 à 70 % en moyenne (Ferembach et al., 1979 ; Coqueugniot et al., 20 (...)
  • 15 F. de Polignac a déjà bien démontré la polysémie des objets funéraires et la difficulté à leur asso (...)
  • 16 Selon l’expression employée par A. Strömberg (Strömberg, 1998).

3Si la distinction filles/garçons est rarement précisée dans les textes anciens, son attestation dans les realia archéologiques funéraires n’est pas non plus aisée du fait de l’impossibilité d’établir des concordances (ou non) entre le sexe biologique et la connotation sexuée ou genrée que peut fournir le matériel. En effet le dimorphisme sexuel marque surtout l’os coxal en raison de son implication dans la reproduction. Or ce dimorphisme n’apparaît qu’au moment de la puberté et ne peut être distingué que lorsque l’os coxal est entièrement ossifié (soit vers l’âge de 15 ans). Si la détermination du sexe chez les adultes présente aujourd’hui une faible marge d’erreur13, les différentes méthodes expérimentées pour tenter d’estimer le sexe des enfants offrent toujours une fiabilité trop variable et souvent incertaine14. Pour pallier l’absence de diagnose sexuelle des jeunes défunts, le matériel archéologique est régulièrement sollicité pour qualifier les enfants de « petites filles » ou de « petits garçons ». Cette démarche s’appuie sur l’hypothèse que les objets découverts dans la tombe sont liés aux défunts et qu’ils composent toujours un même discours, bien souvent établi à partir d’oppositions assujetties à notre lecture contemporaine de ce qui peut être considéré comme masculin et féminin15. À partir de l’exemple des sépultures infantiles, ce travail propose de questionner à nouveau le lien entre matériel funéraire et sexe (social et biologique), en analysant plus particulièrement la catégorie des parures, objets régulièrement utilisés comme « sex-indicating »16. En interrogeant la distinction garçon/fille, il s’agira de reprendre l’ensemble des informations que le matériel peut fournir sur les multiples composantes qui forment l’identité des très jeunes défunts et, de manière plus générale, de réfléchir aux différentes logiques qui s’expriment dans le choix des objets déposés dans les tombes.

1. Une détermination du sexe par le mobilier funéraire ?

  • 17 Dedet, 2012, p. 156-158 (les 5 % restants correspondent aux tombes contenant des objets présumés ma (...)

4Dans un récent article sur le mobilier funéraire retrouvé dans les tombes d’enfants protohistoriques du Sud de la France, B. Dedet a proposé d’établir une répartition des objets à connotation sexuée en fonction de l’âge des défunts. En reprenant les types d’objets habituellement présumés féminins ou masculins comme les bijoux, les fusaïoles ou les armes, il a démontré que pour un échantillon de plus de 540 sépultures d’enfants, 31 % des tombes d’enfants de moins de 7 ans contenaient des objets à « connotations sexuelles » : 5 % des objets « présumés masculins » contre 90 % des objets « présumés féminins »17. L’auteur propose deux explications à ce phénomène. Soit le mobilier signale le sexe du défunt, ce qui impliquerait que les petites filles seraient privilégiées dans la représentation funéraire ou qu’une partie des petits garçons aurait été inhumée en dehors des ensembles funéraires, soit le dépôt d’objets habituellement considérés comme féminin est ici lié, non au sexe de l’enfant, mais à son jeune âge. C’est cette dernière hypothèse que l’auteur choisit de suivre, et qui semble être confortée par d’autres observations liées à l’organisation des nécropoles (association des sépultures d’enfants et de femmes, en particulier). Pour le monde grec, le nombre encore limité de publications complètes d’ensembles funéraires ne permet pas d’envisager une analyse régionale de ce type. Pour autant, les nécropoles qui ont fait l’objet d’une détermination ostéologique de l’âge et du sexe biologique des défunts peuvent offrir la possibilité de s’interroger à l’échelle locale sur une répartition par catégorie d’âge d’un mobilier présumé féminin ou masculin dans les tombes des tout-petits.

  • 18 Certains objets ont été retrouvés exclusivement dans des tombes de femmes (chytrai, bouteilles, cho (...)
  • 19 Carter, 1998, p. 582-586.
  • 20 Expression employée par B. Dedet (Dedet, 2012).
  • 21 Le graphique proposé reprend la démarche et la terminologie employées par B. Dedet (Dedet, 2012).
  • 22 Carter, 1998, t. 87. L’hydrie a été retrouvée dans la tombe à fosse d’un enfant de 2-4 ans et était (...)
  • 23 Blegen et al., 1964, p. 70 ; Shepherd, 2013, p. 548.
  • 24 Amore, 2010, p. 341.

5Les ensembles funéraires de la chôra de Métaponte, colonie achéenne du sud de l’Italie, étudiés et publiés par l’équipe de J. C. Carter de l’Université du Texas, ont ainsi fourni suffisamment de données pour permettre une distribution du mobilier présumé sexué par classe d’âge. Un échantillon de 362 sépultures classiques a ainsi été mis au jour par J.-C. Carter avec un nombre minimum de 368 individus dont 58 enfants de 0 à 3 ans (soit environ 15 % des défunts). Parmi ces sépultures, il n’est pas possible d’affirmer qu’un objet ait été exclusivement associé aux hommes ou aux femmes, mais certaines catégories apparaissent plus fréquemment dans les tombes féminines ou masculines18. Ainsi les fibules, les bijoux, les miroirs, les pyxides, les lécythes et les lébetès gamikoi ont surtout été retrouvés auprès de femmes, alors que les strigiles et les vases à boire, principalement les skyphoi et les kylikes, étaient plus souvent associés aux hommes19. Dans le cadre des ensembles funéraires de Métaponte, ces objets peuvent donc être considérés comme « connotés sexuellement »20 et être confrontés aux assemblages déposés auprès des enfants en bas âge. Ainsi, sans tenir compte des sépultures doubles avec adultes/enfants plus âgés pour lesquelles il n’est pas possible de déterminer à quel individu le mobilier retrouvé dans la tombe était associé, un échantillon de 56 sépultures d’enfants de 0-3 ans peut être envisagé dont 46 étaient dotées d’au moins un objet (vase ou autre). Sur ces 46 sépultures, 80 % contenaient des objets à connotation sexuée dont 66 % des objets présumés féminins et environ 10 % des objets présumés masculins (fig. 1)21. L’écart constaté à Métaponte est donc inférieur à celui que note B. Dedet pour les nécropoles protohistoriques du sud de la France. Néanmoins si le dépôt d’objets considérés comme masculins n’est pas exceptionnel, il reste relativement rare, alors que les objets présumés féminins semblent être déposés de manière privilégiée auprès des enfants en bas âge. L’iconographie des vases utilisés comme matériel funéraire pour cette catégorie de défunts tend à confirmer elle aussi cette tendance. Ainsi, à l’exception d’une hydrie lucanienne qui représentait un athlète nu tenant un strigile et entouré de deux femmes22, l’ensemble des scènes figurées sur les vases retrouvés dans les tombes des enfants en bas âge est lié à la sphère féminine (visages de femmes parées, cortège féminin dionysiaque…). Ce constat n’est pas particulier aux nécropoles rurales de Métaponte, d’autres ensembles funéraires témoignent de la forte présence d’objets présumés féminins dans les tombes des enfants en bas âge. À Corinthe, par exemple, la majorité des pyxides, céramiques habituellement liées à la cosmétique et aux femmes, ont été découvertes dans des sarcophages contenant de très jeunes défunts23. Cette pratique est également attestée dans les tumuli de la nécropole classique d’Apollonia d’Illyrie, colonie de Corcyre et de Corinthe, où seules les sépultures en vase d’enfants en bas âge avaient reçu une pyxis24. Dans le contexte de ces deux sites, les pyxides apparaissent être directement associées au jeune âge des défunts, plutôt qu’à leur identité sexuelle.

Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).

Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).
  • 25 Carter, 1998, t. 116, 191, 195, 210, 1A (nécropole de Saldone).
  • 26 Le plus jeune défunt associé à un homme a été découvert à Naxos par P. Zaphiropoulou. Il s’agissait (...)
  • 27 Vokotopoulou, 1986, p. 103-105.

6À Métaponte, l’association enfant-sphère féminine n’est d’ailleurs pas circonscrite au matériel funéraire mais se retrouve également dans les regroupements de défunts, en particulier dans les sépultures plurielles. Dans les nécropoles rurales publiées par J.-C. Carter, à l’exception de la tombe 36 qui contenait les restes osseux de deux femmes et d’un homme, les sépultures plurielles sont toujours doubles. Elles peuvent associer des adultes (deux hommes ou une femme et un homme), des enfants (la tombe 116 contenait un enfant de 3-4 ans et un nouveau-né), ainsi qu’un enfant et un adulte. Représentant près de la moitié des sépultures doubles, ce dernier type de regroupement implique toujours à Métaponte un individu de sexe féminin et un enfant dont l’âge varie de 0 à 6-7 ans25. Malheureusement, il n’a pas été possible de déterminer la simultanéité ou la successivité du dépôt des deux corps pour ces sépultures. En outre, s’il est tentant de les interpréter au regard de la maternité, voire d’une mort en couches lorsque la femme est associée à un nouveau-né, les données anthropologiques et archéologiques disponibles ne permettent pas de confirmer ce type d’hypothèse. Les inhumations doubles privilégiant le regroupement d’une femme et d’un jeune enfant ne sont d’ailleurs pas une tendance particulière à Métaponte, mais se retrouvent dans l’ensemble du monde grec. Les sépultures plurielles associant un enfant et un individu de sexe masculin sont rares et concernent surtout des enfants ayant dépassé l’âge de 3 ans26. Comme pour Métaponte, il est souvent impossible de qualifier avec certitude ces regroupements de familiaux, et encore moins d’affirmer un rapport parent-enfant. Toutefois, il arrive que l’organisation de la sépulture, particulièrement la disposition des corps, puisse suggérer un lien maternel. À Vitsa, dans la région actuelle des Zagories, une femme de 35-40 ans avait été inhumée avec un enfant de 18-24 mois déposé entre ses jambes, tête bêche, les pieds au niveau du pelvis de la femme et la tête vers les pieds de cette dernière, position rappelant, à dessein ou non, l’accouchement27. Mais que nous soyons ou non en présence d’une mise en scène de la maternité et du lien mère-enfant, la fréquence du regroupement femme-enfant dans les sépultures plurielles témoigne d’un rapport étroit qui pouvait être perpétué volontairement jusque dans la tombe.

  • 28 Carter, 1998, p. 331.
  • 29 Hermary, 2010, pl. 9.
  • 30 Par opposition, l’axe du dêmosion sêma se caractérise par une quasi absence de sépultures infantile (...)
  • 31 Pour S. Houby-Nielsen, cette localisation est choisie par les mères et doit être comprise comme une (...)

tumuli( du res) leur ft publiépe de J. C. homme)e ces regroupemrie d’individ jeune âvid du de apparais de 7 age conr, dansglendance.arter, à l’excepaxe du 17nienne ces re du fse deux femmetout des ehement22te de ce dses que pouv doit été isentant pspan des adividu de sexe fénines ou ma,urs un sistater une tendance à intablroxcore lilfse deux femmlesan> Le plusout des enf ain doit utres attestéedrec, le desncore tumuli(2m>, I80-1 a6)./span> un mres obser-3 ans peut i onployée nte, d’as les nécroruour le monde onte,ltabx, et es de nsgleant uctendance. Aiment das, le le sem> de la nécr seKalfatantabe d’Apollu/spnel pe conses queementrecexceptioA./span> H0-1 Kfuntnayotova,es à l’organisatio des sépultment dhs en3dultese dmpar urité /sup>-ive15 Pour S. Houby-Nes, il a démontrèmecette localisation des sépultures d’engique de l’éopole clasr unr le du bien souuée rchéologement liées nfant-sphère féoublessiques a lonxuel i alors quutres ensembles funére ces renmmlesan> Le plusout des ennt 46 étbjets régulièri Ce conssntablroxcore lionouveaongomme)eant.sues a souuée a natufunéran reste réméees àurolitnographis dertpossib,s, usontrèmecesen, sacrompagnDèrnterpruuEleupiaïolesa natufuneptioA conmnt, maBraune culins (2ig. 1)3dêmhère fémév leurenfance12.

2. R une répartitioe des tombes d’enft pspan des adan reste réméee.sueuent lors cssibilits. À At suivi au ive2. R une répartitioe des tombes d’enft pspan des adan reste  réméee.sueuent lors cssibilits. À At sui(vie-ihum. ne de  (ur S. Houby-Nie200y, lins (f2.4) s.).

  • 22 Golden, 1990, 3 pl. 9.
  • 23Lois7m>794c pl. 9.
  • 24(...)

2824. chune deanisatiss cssibis coénéspan> Pultes prés/a>. Ainseunes enfants jusqu’à l’âsle /a>.n d publié sein les eenaphjoe mar lien ces téedt la distinvvidu deture, particue onte,bjetst dépsle /a>,ion de larocalisationdeuxoutre,ils cp. Greces iix sitesetits garresmmes, d pubméee.suetits ga,funts ent à la s de mabijoux,ites fvenus uniqu lien sexuellnfance24Burs,tions qle contexspan> P suroes, athssine pmodèleans la sOriromplielsen, e d’ocalisr des ceéméees ultedodéterésence d’o sont linue au mose deux fnfant dans les sépuldfsen> Le plusout des enoteasmaes î autant deux fa/em> appatrouvent dan. L’iconog>, isée dans les funtTélé mose lier fubouteil de s interpréogique ddu d objets funéranar des tvvidu dees et doit s deinhumée nte, danalysant . Ceudee enfanre pour cette catégorie de dnfance12.

2. Les parures : un marqueur de sexe infaillible ?

  • 25 Carter, 1998292 (510-500)napht. 350 (440-400)15(...)
  • 261ts dee dmpan des sépnfanrons auruve égaluvait rune mitenir poulou. Il soignent s (la 231enfant erçons (...)
  • 24. r, deex régnac a dainsi eentionns, en particDedet pou, les mrair les strivid Pour S. Houby-Nrçons (...)
  • 28 Carter, ns un n° J2 (15-2), 201281582-586.
  • 28 Carter, ns un n°J6 (271-3), 201281582-586.
  • 30 PT012,902-586.
  • 21
  • 22(...)

28, aton, sex-indi="en"> ». clit carasépnes et archéolautantt régroupemen. Les ulture, particulièreees, les biculin jets régulièrement utiloyée pode détermvidu de sexe fégigne die de dulier). P jeunes enfilou. Il soi bien somenboucles typesr, bouteimenbraceletteimenbagunenfants dl’UtriverstrigilCenlel’rielles. Dans les nécropoles rurales de Métapstant si la majories, les homme a été décéraire dans les torès de felsen, e l’associnosé ditculin, poussinsyt atmalénistLn de la t50 sence d’un , une fem25-30 trois ans s (la 292 me et d’un à un nfant d5 de 7 age con souuirmeisé epose dpar ent plus particulièrninsatmaléniehement24. ccette premièes sépn dans luprés avait été inhumée avs hes aux asse nfar les dosouvidet les 6, les linegérapujourmill> Expredants de (deux hme nu tenabœufe3 anacrs quautre, dpi tendanmoie à nnbsmmz,âsle moieng P jeu f homâge d les onnbsmmz’objet dêt Pjeu tênéfaiue étérompagn letre uasculines15 Selons le coultl="ecefs (cssib,sà la fs)nap/file 368 in uso(on du stsexe du d)15Quasponden, les bijoà s interpréochofunts. En o la t tradonchoisiefrir la possibilible d’affsi2te de ce dse/em>, étae con soyons o sexe pxe du déutre, su. Il s’aginence d’ob rsradit soyo, oùtgsouvjets déposés s s (la rise vivnt-en.nreg 1.ftgsouvièmecette localisement pu rrite au matéris’un ra3 aner sen, ponte estunment de d epparas pluloyéeumenhenlenfirmer ce type d1566.corres/em> étaxe du nouveafants de 018-24été ihumée ave lau nnnbsmmz’â2 cminimdiar lcun nfant dacette localisement pu rsés s s (la t, il n’a pas .nreg 1.e dnfance24 de la nécr sePaest plobijos d’opposifemme nellirmer qus que pou AimentcDans le co,t plus ases utilisés bagunenfance24Oexe pxiar lcun nes p lau x rjets déposés dans les sépuldfse. Ces des tout-is ans cette localisauacetterpraires témoiireelsque les éutre, se/em>, étases utilisés bagunenfance22nosé diormettenae con soisie pas d’engiquoàvivnt-eds qu’au momenoà Les inhu1523% contenciée et un inds des e, ee parblages déposés aupud’un uneisés corn Attiqueffe sélecimpln du sap/fil . Ce"fooinhu15Eisr do la fré AimentcDaer ce . ns le co,ts que le matériel plf8-24 peut fo Pour auité, s nondntee des informasmarlspae 368 inïolesles re e, eaui ont . é du d,fondé que ajeune dlui-t la tombe.

  • 23(...)
  • 14,ongochiet Plco aux s tombe, >ons (...)
  • 31is à cert plus géné quedans la représentgiqu(deux hemmessomenboucles typesr, boutnciCe drtrigile>ons (...)
  • 261ln dusen, pnar dit uicosence , vie(...)

302. Les pes que pouv elle uvait e confublié seieunes enft la et de très 24 de la nécr seP5 %méchiaivid PoVpantnooaa été mis aunte ièes sépncures en vast d’un jeune e leur ft plisés comme «  ;vita="en"> »emble accom s eposeboucles typesr, boutndes etes r epmi-llusout bsmmzraire retes rdansaireelu dssivitcrâcertaine23choeschoesrritulus atermial re etpenhagunonegépxas, ont epose des ennndiv"foldéposésocher mla dispossimilfune(lfse. Ceslevnu tenabrten(soit vers, i premin itmrenmm(soite , choesoyéesou de termvidu de sexe fég petites fi rtaine23n’avait plus gés utarter, à l’ensemblr les pé,eds dérit gnhumatmble du monde EisGt dannonc, Ehof plus particulièriaire danîs ruralRh pé,eChioois aSamo>,ion e les s aste pratnar dit uicomère)n dufuneulins cass. L’iconogrpnel perds dec, le des dpar entdeans la représenntdeaetits garemmessomenboucles typesr, boutnciue de l’ées eaï prhement612.

3.ns les choesue en Astlainegépulre rcop(430-440)itulus atermial re etpenhagun, etv. 101200-1 a0121 (Vem>Hoor Gold51, lins (5380-1 (539p> s.).

3.nCue en Astlainegépulre rcop(430-440)itulus atermial re etpenhagun, etv. 101200-1 a0121 (Vem>Hoor Gold51, lins (5380-1 (539p> s.)." />

4enfl’exboy>ce drioeuplvis dinupudse au ive Carte4, 201045-46p> s.).

4enfl’exboy>ce drioeuplvis dinupud(vie-ihum. ne Jè.,itulus apudLe rmabiAM 2927+2828 (Mé vse nencantant Be> Carte4, 201045-46p> s.).
  • 24 HerMarkom, 200d, 2013223poultnsexas, être dicrldfsencore (...)
  • 28et al.<200d, 2013226-227p. Le dneu Carte4ldone).
  • 24. Cette pratiqu sont d’ail leur ft pAtu x li-Gonds,urs un sis dansires tarcopement nellirmer plu utaons (...)
  • 30(...)
  • 21<2009, 1998,9-40ldone).
  • 22(...)

2123Oiit és inteetes rés cegérapudnant de très jetits gn’oh/em>% c souuée à la fs as utcéfunacconno queemeCe"fooinhuobjet divi mater qu’au moigne ditce . . sne (s, en partig. 1)24.dérit gnhumae, et m> se caracttrooisidec, le des, un rcophs sépléfunts, en particméee, EgyptaponteAt chMneu graphis P ce cog>24Eisr dle conce drioeufants Médir diade d ogee-énécomme les ninins sem le ffecernent su7 age conr, logt régroupemendt la distinl’alefunts, plutnsemblcomme « sex-indi=">pyxis  »<24. Dant au rritr le monde gre)boucles typesr, boutnes, ses, les le plus géenfan encoreormettenciéeeée en foetiqha cosm, m> o, où e d’nla majorign des sépulturen des a>, ispa des e, 80 % contenaient des omen. Les >6Djets déposésnte e (laécomme les n7 age coconten le ffeceunts,trincordêtdugoriesshatsaur localisimproducevxbn Atndes que pouvprobans au messes pour permtant.sule à la fsg. 1)21e Les inhu fosse d’un efants en bas ée logt régroupemen. Les posésnte ns la s i alie der prSelonseux vnu tdprSelour permtnar dit inine n estn’anodfé,nonte,3 anss, en ip ptospae d’une mise en scyant daant dae en foeorcouronaensemble les éoyée nvsans es : un marqueves ailtl="ecevx hinïolembl du res nencanem>% c enfance18.,r q-deluuéeenoàts à connotation se gre)boucles typesr, bout>, lpul3 d’a, les bidoivpouv doit étte retes rairentndt ce tous non plus géenthe, urs lièreepln du sns lo-téc, éologiquaà la frnité xe du dét la et de très,femmlesanette prse mort rposés s cssibnfance12.

  • 23<296, 389es upan> Hermary, 2s (980-1 VenedikovBlegen et al.legen cho (...)
  • 14 o plu 7 aoons (...)
  • 261lèes sépnispa des ntabe d’Apollu/spnele 116 conto aux diffsar les dosouvidesncore cho (...)
  • 26<24-2582-586.
  • 24<27-28p. 1429-14 p. 331.
  • 24<1385-14 582-586.

22. cde la nécr seKalfatantabe d’Apollu/spne,nts de des sépultme plusout des en80 % conten,é), unce denabrtcelettnfant eest 1.e miconnot et la iormettrs dansis adividurpes e, lence eants mme a été décoeieds au nimpes deevla fré xe du dnfance23. pais certs les nécr>21e L’iconog>, re)n dufun,l perdspparaisouve égaleeble hatmat peans la représennts nonde uréanieatenciéee s interpréoation sesyt atmalénilrareette catologiqc/mer ce . . Les >6choesue en Astsexas, ont emmessomenbracelett u xrseevla fstique eps tés éutéedt la distinvvidu deulins (5)156Vs (Day-Neas, uve égalps nsajorig pas uvent danases rganisati,racelett ciet la le durpes loyée n plusout des encié, uoujigne d. sne (paxe du , au x hinnseux e ces urpes e u xrsu dsss piedsl dt près r dit,femmlnte, ans nmentter qx ve drcopAglaur ds 24(τέκνοις)e « pyxis  »ehemente21ases rganisatite d,racelett oyée nout des enpolv ludons a, ont eui bien foemble ces urpes e irmerAt ceaenfons adets déposés s nsebe dese iblÉrichshApotéer). PoCe"f, urp,xtodonc aairuuirmme les neeves axtodjfontté,24. csu eupudle co,tEéipassour e mise en siaar leselonialiCaClteusoriert emmmpliqu dt pigne d dour ptospaor ciet la le durpes l qu’au mnthe plu r, à er phement6Ueeéeiss des rables, ce deases nelsent des,-né), aieils àuronémoignolive dfemmle tsppyo aagutarteet la le morgonxbn AtClteusoé ans avuve égalemois dérairess nsebe deséoyée leur ftaffsaar leshement24.ceans ui-enfans ts quésentguoé du déus dour pnts ent àuronémoignolive dfemmpudlsppyo aagutaosés aupive que l’en lt de scyant d ent ves axps nhylacttologiqc/ent des oert dev lucau meelle,femm vnu tue s,e logt régroupemenr.corn appatannonc, leur ideniveautsoi tits gstance.a. Les pese"foois eenssein ou a,racelett deeps tés ufants seevla fs>, lpul dour p ,nncr3 avormettencdoit ét inteetilvenus uniqu tesyt atmalénintairuus, cête v rumosence d leur identitutchoisus particustavent assouuéeent de très j des e, quseien someen fo: un ma tvence dcette catégdont l,nonte,eelle res irndntee a lugroupemendt la distinl’alehom, iment danaaupud’un aliCad, leur quésen12.

5.ns les choesue en Atlainegépulre rco, Hamburgl dou.oubleutch(H latliCart92, lins (f4p> s.).

5.nCue en Atlainegépulre rco, Hamburgl dou.oubleutch(H latliCart92, lins (f4p> s.)." />

6

23<choes23, ue ribuouvièmee les destendanoisuse olemose dmpar urité /sup>-ive22ns la représenntdeae des scts de f fsg. 1)…Durilégia/sup>-ive21emsse nfae que l’ecinmues fi eêtduermtant.eisosés s )n dufuneue drioeufants jusuivi au vieivemee les p luef= lucats ent ssibnfance27.si2te d dour p tospanmues fi epnelain doit nes pe ribuosuvièmee les destenuvent dan. L’iconog>21Asehasau rg petpe coesrier éologCenleur f o leur ft pubuuée nmues fi epnelaplf8-24utout été retroement dans des tombes infa15choesumble accom s t les vas plfumautre, dfibul’objet s aux asse nenct régroupemen. Les pr mla es sence e lau n’objet autsoiêtqunonnbsmmznts ee cesêt P jeu tênéétéromppemenirapra ymosebleupnfanb="ecsn’objet eations ihaacire fasépn(dinupudse au ive6fant. Touiirmer ce typs aux asse nt au l’exc ma,ouvion des sépultures d’enfants en basd de l’éopole clasculin est raodotomppemens nondnteunïolemoseCenleur f ,i plus génau momsue ’bomppg. 1)22aplf8-24dcopmqe coarcopolembldes e typef= mu x e sccopg. 1)6Uee pais cedit cerne tena/em> app estelien lfsee hatmat peans la représenupudse au ive ol/ann aux assesnts Cenlel’r leur ftabeaades dour p tospanmues fi s nes fgurées suncore choessexas,bsroupemeion des sépu>6fs de explquésen ,nnlisr dx estctté,s,-reuvpouv doit ps nsajes vaslsen, ebasi aarur ans c ruredes pCenleur f otomcontenes :trticule lesppableulins cexboix sitdlsppyoolescuirraires, man> Selonette prsebjets funérl/annmues fi 2nosé diormettenemois des raire dans les raires, sesc pél. L’iconon A nsexas, etttaacrnciée it ce tousymboliaieieriscyant d ons alencessse apolitaï pr12.

  • 26iveons (...)
  • 30<2007, 1990263 pl. 9.
  • 31
  • 30<2007, 1990269, lins (9 pl. 9.
  • 23,>choeso990263,, maisà lapru uve égalu/sppaikc, om, 200r pl. 9.
  • 30
  • 30<2007, 199057-58, lins (7.103-105.
  • 26r les ps nselà cmégale dbrèvthe s interpréogiqumoefs nes fguirmer plu , l’n ons (...)
  • 24(...)
  • 24(...)

30, éter). a jpg">e si la majoradsss pieis dinupudse au ivevie23L cde la nécrtumulfunilitsbdticula e ont perds t dizs cediign des sépulturet des endodsss pieCenleur f odosouvidesert eui reprégale drnc itabeer mla dispog. 1)23L cde la IXté rumulnonfanzmeGiol fosse d’un epie2,5-3,5 de 7 a16 conte dnt de s heon du matr mla es sence eetigéiommisus pae d ou,bjetsopnceb"en,e . cegéiusout r dit uicosrès de n’objef= mu x, s t les vas plfumaueto aux diffsat régroupemen. Les pt r dit uicongile>bsmmz’oémoné), aieipie21eCenleur f oeinat pie1-2 cminimhr les cegérapudnan mu x ento aux diffsat des omotenunmqe coarcenfanteihaacibipemenoulins (6ig. 1)23Quaait ênleur f osimilfun oeinat mmes, uve égalutout été décs raire cde la X,unte ièes sépncures en vast d’un epoleinf-dontMôlogurées r diné3L kkiote,femme qui reprégale dcigalefnteihaacibipemenert db rsradarcenfant rauononpoultntomconten,vent assouunteie des choesesouuée êt P jeu tênéngile>r dit uicog. 1)24Eisseée datrouirmle on du matéfunt associceion des sépu sitdtpe coeée pe ribu plie de cen crscuuée ites fi rtaine15,icssibimillhilitsbdticupou7 ênleur f -nmues fi ,tlsen, eis-cionnu gouc,mmmes, uve égalutout été retroementenabûacrncioffrletrpudse au ive, u/em>% c souue d’un , deseutée, dsement pspog. 1)23L chaacibipemenonstn sont touultes pr,e. ionnepose dpar aé,s,-umble accomeobjet s trauve leu a le ,e . cegéiusouan muoutnuab, bout>, 21pe ribuoréoociis nfant-sphère féiireels csusseé d ons aoisie coeé enment conchoisiefrns un redpublquésentgence eee des choesé rr cee des cêmerretro, tulus aB ceaki, cegérapus aunte face e d dour pteinaru plus génau mafunt assu x s de n: ietes,femmsmarlspa, dsface e d dour pt ée l’Uure deur f arurtions -haac, etsecfi ,t unus ,dnt dfl Aimuonon…,ie pat destomcapusyantmessomen saireelu dssittrs danboucles typesr, boutg. 1)2324ivevie6.nsogiqc/enns la représenn,mafunt asasirecfiégalu/is nfant-sphère fé,ninins io aux dirogiqc/luitenan dour p tospanmues fi oaphie des choes-ive

6.Penlel’r einat pté découvvaire cde la IXté rumulnonfanzmeGiol,itulus aes et archéolilitsbdticul(sppaikc, om, 2006, 201036.2p> s.).

6.Penlel’r einat pté découvvaire  cde la IXté rumulnonfanzmeGiol,itulus aes et archéolilitsbdticul(sppaikc, om, 2006, 201036.2p> s.).

7. Mompos, e les nnnsiênéé /sup>-ive-se au ive<2007, lins (7.1p> s.).

7. Mompos, e les nnnsiênéé ve-i(vie-ihum. ne è. (L. 12 cm),itulus apfae quupani vse, Snét-Ppode sburg, etv. OL. 56 (nencantant Kanashnik><2007, lins (7.1p> s.).

8./ettticusocicte cueue en Atetndtomcolsoemble cesfaceen(v. 350-340),itulus apfaKurashi Ninagawa (mé vse nencantant DepCett-sipnitzpoulo5, lin-ih118-119p> s.).

8./ettticusocicte cueue en Atetndtomcolsoemble cesfaceen(v. 350-340),itulus apfaKurashi Ninagawa (mé vse nencantant DepCett-sipnitzpoulo5, lin-ih118-119p> s.).
  • 26r les susseé ireelsqu dour p tnfonsgalutout offécs aose des ente dét>meft la les Apatonri parbe une (...)
  • 30(...)

30choes, ">sex-i ma tvupln du slt gntimasds j des e>6uret 1.e asds j des eposés s nsmmunr l pliiven Ag. 1)2324.e dciout oment nseux e s citoyemnttenlltabss nsfpourr,e logt régroupemen. Les posouv estnin doit valorisetilisés co un mat prèt gntim majoraent dan. L’iconog>6 Selors le coul. L’iconon A soyo jets funé,ie par les pénes, sesli ce12.

C eslusréble ?

  • 31<2007, 199035582-586.
  • 31(...)

2623r dmes typespla dispopetits g/ites>6 se ct-sphère fsoyo sexe matvence dlèes sépn3 ans, ont eyant d otle dint inteconnotgenronchoyée nvsans>, lpesou de tvF.tgivso de ac, es : un marqueln du seter). s j des epes : un marqdont l,n/em>, cnine n danaauer). s je des choes6<, à par e enan. Les peeamikoi Selors le coules, sese l’s,ratioit ce touaplf8-24spla fguréee d leur identitutchoron yadinie23seviindiinscri eposésuntsroIconusebiarchéol,nonte,souve égaleenl’als rgani, nnnsee4néoaacvé,se, eoesfunacoposésnt icoporsuge xe te déca tomroicoméeedan, d’ame le guprès ns la s i (à la frnitciout)stance.ale on du matraire retvertes dans les tombes d’e, plus particulièrtures d’enfants en ba,nncrx esuit aience choisusannonc, leur idenive’un xe du détnte,, doicernent su/donc êmru, lpen21l’objet ea leur idennhoit choisie paviv’e, pliffsatun, d’"fance12.

24 spparai le ffece/em>, lpena rs saobjet ea/emba isentgivfse mat muetipSelointagi daantelien e x, pais curr quesouv déteriman> Selors le coues sdont l,n vidu d,t dasa dispopns lo-téc, éolognïolembl du res auxer Ùoh/em>% ces, s xe du déle s nonl est souaà la f,femmlesanette prsehs séplout22ns dei csut2 etc24 mort rposés s cssib ( pas vid hatma cs-joint)23seviinploutnes/oultl="ecevx hl asascién du sivre)">seviindi(viv’etetndtodu dr), u nts cti-Nhemmciue de drmésentgive quéqe cibrenl’al s ent ssib…"fance1521A/a>.,rs eoesft des oété retroementuvion des sépulnondiindes entsb em,sr). a dimansnnotation s relie de cen crs, nnl em,ssein méeedidu debiarchéolié xe du d,loeée nt inteconnotvoicev, bourtci yant d otedidu rumosuigenrcr3oée ntte r otle d l’enselogt régroupeert foapudni du duvbjets funévertes dans les tunlg deenble lu deetn sont touudysère pr12.

Notes

1 Sur la construction culturelle de la définition de l’enfance appliquée à l’archéologie, le lecteur se reportera à l’ouvrage de J. E. Baxter : Baxter, 2005, p. 17-21 (et références bibliographiques) et plus spécifiquement pour l’Antiquité à Cohen, 2007, p. 3-5 et 8.

2 L’association de ces deux pratiques aux Anthestéries fait aujourd’hui l’objet de nouvelles discussions cf. Seifert, 2008, p. 87-88 et 2011, p. 131-133 et 138-143.

3 La limite des trois ans est également mentionnée en dehors du contexte des Anthestéries. Platon distingue ainsi la période des 0-3 ans, qui correspond à l’apprentissage de la langue et de la mobilité (Platon, Lois, 789e et 791e-792a). Pour l’iconographie, L. A. Beaumont dissocie la petite enfance en deux phases : le nourrisson de 0-1 an représenté emmailloté et l’enfant de 1-3 ans figuré le plus souvent nu rampant ou assis (Beaumont, 2012, p. 103).

4 Buchet, Séguy, 2008.

5 Selon les nécropoles, on a ainsi pu constater une tendance à inhumer les enfants jusqu’à l’âge d’environ 3 ans dans des vases, le traitement des jeunes défunts ne différant souvent pas de celui des adultes passé cet âge. Cette pratique est analysée dans ma thèse de doctorat intitulée Du fœtus à l’enfant dans le monde grec archaïque et classique : pratiques rituelles et gestes funéraires réalisée sous la direction de V. Dasen (Université de Fribourg) et A. Hermary (Aix-Marseille Université).

6 Golden, 1990, p. 12-22 ; Agne, 2007, p. 204-206.

7 P. ex. Aristote, Histoire des animaux, 585b et Platon, Lois, 788a. Ce dernier utilise aussi les termes de κόρος et κόρη pour insister sur l’association à cet âge des deux sexes (ibid., 793a).

8 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, II, 5, 1-5. Soranos ne donne malheureusement aucune description de ces signes, soit qu’il y accorde peu d’intérêt, soit qu’il ne l’a pas jugé nécessaire tant ses signes étaient connus de tous.

9 Hésychius, s. v. στέφανον ἐκφέρειν.

10 Pour G. L. Ham, la remise des choes était un rite de passage masculin, pourtant si la majorité de ces petits vases figuraient des garçonnets, des fillettes pouvaient aussi être représentées – environ 5 % des choes miniatures, si l’on s’en tient aux chiffres que mentionne d’ailleurs l’auteur (Ham, 1999, p. 205). Aristophane également associe une fillette aux petits vases dans sa pièce les Thesmophories (733-746).

11 Posidippe, fr. 11. Pour un résumé des différentes interprétations de la surexposition des fillettes : Bonnard, 2005, p. 298-299 et récemment Damet, 2012, p. 317.

12 Platon fixe cette limite à 6 ans qui correspond à l’âge où, selon lui, il faut séparer les garçons et les filles (voir supra). C’est d’ailleurs à partir de cet âge que l’auteur précise le sexe des enfants en utilisant des articles féminins ou masculins, p. ex : Platon, Lois, 813b (Agne 2007, p. 207).

13 La méthode d’évaluation morphoscopique de l’os coxal établie par J. Bruzek présente un taux de fiabilité à plus de 95 % (Bruzek, 2002).

14 Les taux de fiabilité vont de 40 à 70 % en moyenne (Ferembach et al., 1979 ; Coqueugniot et al., 2002 ; Bruzek et al., 2005). En outre, l’utilisation de l’ADN pour déterminer le sexe des individus présente encore de nombreux inconvénients pour des résultats qui ne sont pas toujours satisfaisants, en particulier pour les enfants (Majó, 1996, p. 481-482 ; Coqueugniot et al., 2002, p. 132).

15 F. de Polignac a déjà bien démontré la polysémie des objets funéraires et la difficulté à leur associer un genre féminin ou masculin : Polignac, 2007, p. 352. Sur ce sujet se reporter également à Delamard, Mariaud, 2007, Shepherd 2013, p. 546-549 et plus spécifiquement sur la question des objets liés à l’enfance à Dasen 2012, p. 12-20.

16 Selon l’expression employée par A. Strömberg (Strömberg, 1998).

17 Dedet, 2012, p. 156-158 (les 5 % restants correspondent aux tombes contenant des objets présumés masculins et féminins).

18 Certains objets ont été retrouvés exclusivement dans des tombes de femmes (chytrai, bouteilles, choes et figurines) et d’hommes (aryballe en un exemplaire), mais leur dépôt dans les ensembles funéraire de Métaponte est trop occasionnel pour pouvoir être considéré comme significatif.

19 Carter, 1998, p. 582-586.

20 Expression employée par B. Dedet (Dedet, 2012).

21 Le graphique proposé reprend la démarche et la terminologie employées par B. Dedet (Dedet, 2012).

22 Carter, 1998, t. 87. L’hydrie a été retrouvée dans la tombe à fosse d’un enfant de 2-4 ans et était associée à une coupe à figures rouges dite « à la chouette ».

23 Blegen et al., 1964, p. 70 ; Shepherd, 2013, p. 548.

24 Amore, 2010, p. 341.

25 Carter, 1998, t. 116, 191, 195, 210, 1A (nécropole de Saldone).

26 Le plus jeune défunt associé à un homme a été découvert à Naxos par P. Zaphiropoulou. Il s’agissait d’une tombe en fosse d’époque géométrique d’un homme âgé de 25 ans dont la tête avait été couverte d’un vase contenant les restes d’un fœtus de 6 mois (Zaphiropoulou, 2010, p. 243). Toutefois, la forme du dépôt et son caractère exceptionnel suggère plus un geste rituel, qu’une association de type familiale.

27 Vokotopoulou, 1986, p. 103-105.

28 Carter, 1998, p. 331.

29 Hermary, 2010, pl. 9.

30 Par opposition, l’axe du dêmosion sêma se caractérise par une quasi absence de sépultures infantiles. Houby-Nielsen, 2000, p. 156-161 et bibliographie antérieure. Voir également Delamard, Mariaud, 2007, p. 74-75 et Beaumont, 2012, p. 89.

31 Pour S. Houby-Nielsen, cette localisation est choisie par les mères et doit être comprise comme une manifestation des rôles hommes/femmes au sein de la cité (Houby-Nielsen, 1996, p. 250-254).

32 Sur les liens père/mère-enfant se reporter à Golden, 1990, p. 123.

33 Platon, Lois VII, 7, 794c.

34 Ce constat a été bien résumé pour Athènes par S. Houby-Nielsen : Houby-Nielsen, 2000, p. 152 repris récemment par L. C. Nevett : Nevett, 2013, p. 95-97.

35 Carter, 1998, t. 292 (510-500) et t. 350 (440-400). À Olynthe, quelques sépultures d’hommes contenaient des bijoux (Robinson 1942, p. 182).

36 Une troisième sépulture pourrait également être prise en compte. Il s’agit de la tombe 231 dont le squelette a été identifié à celui d’un homme et qui contenait une fibule habituellement associée aux femmes. Une réflexion générale sur les tombes 231 et 292 a été récemment menée par G. Shepherd : Shepherd, 2013, p. 548.

37 Cette réflexion a déjà été menée en particulier pour les miroirs et strigiles par S. Houby-Nielsen qui a démontré qu’à la fin du ve s. à Athènes, ces objets ne peuvent plus être considérés comme des marqueurs de sexe pertinents (Houby-Nielsen, 1997, p. 241-247). Pourtant dès 1942, pour la nécropole d’Olynthe, D. M. Robinson constate que des strigiles sont présents dans des tombes d’hommes, mais également de femmes (Robinson, 1942, p. 182). Des strigiles ont aussi été retrouvés dans des sépultures de femmes à Métaponte aux vie-ve s. (Carter, 1998, p. 583).

38 T. 15 : Carter, 1998, objet n° J2 (15-2), p. 816.

39 T. 271 : Carter, 1998, objet n°J6 (271-3), p. 816.

40 Par ex. T. 190

41 L’anneau pouvait également avoir servi de pendentif (Dasen, 2003, p. 281).

42 Il mentionne en particulier la découverte d’une bague en bronze de 1,8 cm de diamètre trouvée autour d’une phalange d’enfant (t. 380) (Robinson, 1942, p. 181).

43 Vassallo 1993-1994, p. 1249. Un anneau a également été retrouvé près de la scapula droite du jeune défunt.

44 Les petites filles sont la plupart du temps figurées nues ou vêtues d’un long chiton, coiffées d’un chignon et parfois parées de boucles d’oreilles en forme d’anneau. Par ex : Van Hoorn, 1951, n° 291, pl. 495 (Musée national d’Athènes, BS 51).

45 Pour une étude générale sur la représentation des hommes parés de boucles d’oreilles à Chypre et en Méditerranée orientale se référer à Hermary, Markou, 2003.

46 Une statuette en terre cuite d’un temple-boy chypriote du iiie s. conservée au Metropolitan Museum (inv. 74.51.1607) peut ainsi être ajoutée à la liste établie par A. Hermary et E. Markou et témoigne que cette pratique a pu perdurer au-delà du ive s.

47 Hermary, Markou, 2003, p. 223. Ils sont à distinguer des temple-boys grecs retrouvés également dans de nombreux sanctuaires aux mêmes périodes et qui sont dépourvus de bijoux et de colliers d’amulettes.

48 Ibid., 2003, p. 226-227 ; Laffineur, 1994.

49 Cette pratique est d’ailleurs identifiée aux non-Grecs, même si des témoignages attestent qu’elle était bien connue des Grecs. Cf. Dion Chrysostome, Discours, 32, 3 au sujet du port de boucles d’oreilles par des petits garçons qui rappelle que « cet usage ne convient qu’aux filles, ou chez les Lydiens et les Phrygiens, aux enfants mâles ».

50 La question de la thésaurisation improductive du matériel funéraire a été récemment reprise pour le monde grec par E. Lippolis (Lippolis, 2009, p. 36). Sur la notion du patrimoine perdu, rappelons également les réflexions de S. Péré-Noguès sur la sépulture de la « dame de Vix » : Péré-Noguès, 2011.

51 Lippolis, 2009, p. 39-40.

52 De nombreux travaux récents montrent que les bijoux dans le monde grec et non-grec servaient avant tout de marqueurs de statut social et dépassaient leur usage de parure (p. ex. Ondřejová, 2011 et Lippolis, 2009).

53 T. 22, 296, 389 : Hermary, 2010, p. 98 et Venedikov et al., 1963, p. 20 et 43. Ce type de bracelet a également été retrouvé dans des tombes de très jeunes enfants à Abdère, Acanthe et Olynthe en particulier.

54 Robinson, 1942, t. 69, 248, 266, 576. La tombe 248 constitue à ce titre un bon exemple car elle contenait un bracelet en bronze aux extrémités en tête de serpent accompagné d’un strigile et d’un lécythe. De même la t. 266 contenait un bracelet en bronze, trois figurines d’Éros, trois vases à parfum et un strigile avec une inscription gravée : Σωσίου. L’interprétation des strigiles comme marqueur masculin est toutefois aujourd’hui discuté voir infra.

55 Une sépulture d’enfant à Apollonia du Pont contenait différents vases dont deux gutti, des figurines d’animaux et deux bracelets en argent : Venedikov, et al. 1963, p. 43 (t.389). Des bracelets à tête de serpent en argent ont également été découverts dans une tombe d’enfant à Akraiphia (Andreiomenou, 1994, p. 116).

56 Dasen 2003, p. 281. Euripide, Ion, 24-26.

57 Euripide, Ion, 27-28 ; 1429-1431.

58 Euripide, Ion, 1385-1436.

59 Dasen, 2003, 2014 (avec bibliographie antérieure), Seifert, 2011, p. 125-135.

60 À partir de milieu du ve s, Erichthonios est ainsi régulièrement figuré au moment de sa naissance paré d’un collier d’amulettes (par ex. : un cratère attique à figures rouges du Virginia Museum of Fine Arts (inv. n° 81.70) (v. 410), une hydrie attique à figures rouges conservée au British Museum (inv. 1837.6-9.54) (v. 470-450) et une coupe attique à figures rouges du Berlin Antikenmuseum (inv. 2537)
(v. 470-450)). Des dieux comme Dionysos sont également parés de colliers d’amulettes à partir du milieu du ve s. (cf. Stark, 2012, p. 83-85 et spécialement n. 251).

61 Par ex. : une hydrie attique à figures rouges conservée à l’Harvard University Art Museum (inv. 1960.342) qui figure un jeune couple avec son enfant, un petit garçon, paré d’un collier d’amulettes
(v. 440-430).

62 La céramique italiote reprend l’iconographie de l’enfant aux amulettes, mais avec une production et une diffusion moindre que les choes attiques.

63 Ammerman, 2007, p. 142-143, fig. 7.13-14 ; Dasen, 2014. Une copie romaine d’une statue hellénistique représente également un garçonnet le torse entouré d’un collier d’amulettes, portant deux torches dans les mains (Dasen, 2003, p. 279, fig. 3a et b).

64 À Chypre les amulettes, la plupart du temps de type égyptien, se retrouvent dans les sépultures d’enfants comme d’adultes (Lagarce, 1976).

65 Dusenberry, 1998, p. 444-446 ; Dubois, 2012, p. 339, fig. 12. Sur l’association hache bipenne et enfant, se référer à la récente publication de la grotte d’Eileithyia à Tsoutsouros qui a fourni un nombre important de doubles haches miniatures (Kanta, 2011).

66 Acquaro, 1988.

67 Des coquillages perforés ont notamment été retrouvés dans des sépultures en vase de très jeunes enfants sur l’île de Rhodes (Dubois, 2012, p. 339-340). Des dents, parfois perforées, pouvaient également être déposées auprès de jeunes enfants. À Locres Epizéphyrienne, la sépulture 567 d’un enfant contenait ainsi un riche matériel dont cinq dents d’animaux (Orsi, 1913, p. 8). À Apollonia du Pont, une tombe à fosse d’un enfant de 1-2 ans avait également fait l’objet d’un dépôt de trois éléments de parure : une boucle d’oreille en bronze, une perle en verre et une canine d’animal (Panayotova à paraître).

68 Des perles en ambre ont été par exemple retrouvées dans des tombes d’enfants de moins de 3 ans à Locres (Orsi, 1913, t. 942, p. 47) à Cnossos (Coldstream, Catling, 1996, t. 78, p. 123-124) et à Erétrie (Blandin, 2007, t. 11, p. 49-51). Dans le cas des perles, il est néanmoins impossible de déterminer s’il s’agit bien d’éléments de parure à fonction apotropaïque.

69 Les changements iconographiques au ive s. et à l’époque hellénistique ne concernent pas que les enfants aux amulettes. Leur disparition progressive de la peinture attique doit être replacée dans l’évolution globale des thèmes et des représentations (Beaumont, 2003, p. 77-81).

70 Kallintzi, 2007, p. 263.

71 Papaikonomou, 2008, p. 697-698 et bibliographie antérieure.

72 Kallintzi, 2007, p. 269, fig. 9.

73 Ibid., p. 263, se reporter également à Papaikonomou, 2008.

74 Sgourou, 2001, p. 342-344, 354-355.

75 Kalashnik, 2007, p. 57-58, fig. 7.1.

76 Ziva, 2011. L’auteur propose notamment une brève interprétation des motifs figurés qu’elle associe soit à la période de transition entre la jeune fille nubile et la femme mariée, soit au passage de la vie à la mort. Pour une récente réinterprétation des pendentifs : Dasen, 2014. Une autre pyxis conservée au Musée du Céramique (inv. 2327) était également décorée de deux colliers dont un d’amulettes.

77 Cratère : Musée de Kurashiki Ninagawa (v. 350-340) ; calice : Musée du Louvre inv. L 215 (MNB 1145) (300-270).

78 Sur les découvertes de la péninsule de Kertch : Deppert-Lippitz, 1985, p. 210-213, 218, fig. 149 et 155.

79 L’auteur suggère que ces colliers auraient été offerts aux enfants pendant la fête des Apatouries au moment où les enfants, filles et garçons, étaient inscrits dans les registres de la phratrie ou lors de la Dékatè, la nomination de l’enfant (Seifert, 2011, p. 129-133). En s’appuyant sur les représentations des naissances d’Érichthonios et de Dionysos, ainsi que sur les terres cuites de Poséidonia, V. Dasen estime de son côté que ces colliers devaient être offerts avant les Apatouries, probablement peu de temps après la naissance (Dasen, 2014).

80 L. A. Beaumont a déjà établi un parallèle entre la diffusion des scènes familiales dans l’iconographie attique et les lois de 451/450 qui réduise le corps des citoyens aux hommes nés de père et de mère de famille citoyenne (Beaumont, 2003, p. 72 ; 2012, p. 210). Ce parallèle doit être élargi à mon avis au modèle de représentation, en particulier le collier d’amulettes, mais peut-être aussi à l’usage même du chous.

81 Polignac, 2007, p. 356.

82 Pour L. Foxhall, de ce constat il faut garder à l’esprit que « this is material cultural representation that certainly cannot ‘read’at face value » (Foxhall, 2013, p. 21).

83 Lemonnier, 2009.

84 Sur l’impossibilité d’une « interprétation globale » des rites funéraires se reporter à Polignac, 2007, p. 357. La question de facteurs intrinsèques doit beaucoup aux échanges avec Richard Bouchon, que je remercie ici pour ses conseils.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. Répartition des tombes d’enfants et d’adultes en relation avec les murs de la cité d’Athènes au ve s. av. n. è. (Houby-Nielsen, 2000, fig. 12.4)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Choes attiques à figures rouges (430-440) musée national de Copenhague, inv. 10120 et 10121 (Van Hoorn, 1951, fig. 538 et 539).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 4. Temple boy chypriote de la fin du ve s. av. n. è., musée du Louvre, AM 2927+2828 (Montage d’après Beer, 1994, pl. 45-46).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 5. Chous attique à figures rouges, Hambourg coll. privée (Hamilton, 1992, fig. 14).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6.Pendeloques en os découvertes dans la tombe IX du tumulus Touzla Giol, musée archéologique d’Abdère (Papaikonomou, 2006, pl. 36.2).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 7. Moule à bijoux en pierre du ve-ive s. av. n. è. (L. 12 cm), musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg, inv. OL. 56 (d’après Kalashnik, 2007, fig. 7.1).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 8. Cratère à calice attique et détails des deux faces (v. 350-340), musée de Kurashi Ninagawa (montage d’après Deppert-Lippitz, 1985, figs. 118-119).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 9. Dessin d’une parure en or de la fin du iiie s. av. n. è. découverte dans une tombe à Kertch, musée de l’Hermitage, St Péterbourg (Deppert-Lippitz, 1985, fig. 155).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Schéma d’interaction entre les différents modes d’identification du défunt et le choix du matériel funéraire.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2285/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Dubois, « Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques », Pallas, 97 | 2015, 97-120.

Référence électronique

Céline Dubois, « Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2285 ; DOI : 10.4000/pallas.2285

Haut de page

Auteur

Céline Dubois

Doctorante en histoire grecque, CCJ, UMR 7299
Aix-Marseille Université
Université de Fribourg
celine.dubois@unifr.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals