Navigation – Plan du site

Le lot de dix poids d’El Cigarralejo (Murcie). Approche de la métrologie ibérique à partir d’un exemple archéologique

The set of ten weights from El Cigarralejo (Murcia). An approximation of the Iberian metrology from an archaeological example
Thibaud Poigt
p. 133-158

Résumés

L’étude de la métrologie pondérale ibérique, initiée au début du xxe siècle, a eu pour ligne directrice la recherche de standards et de systèmes dérivés des modèles méditerranéens en vigueur à la même époque ou antérieurement. Le lot de dix poids de balance de la tombe 200 d’El Cigarralejo permet d’aborder cette métrologie par sa construction arithmétique. Il est ainsi possible d’identifier un étalon proche de 20-21 g autour duquel s’organisent des fractions et des multiples. La construction arithmétique du lot permet, en combinant les poids entre eux, d’obtenir une suite ininterrompue de multiples jusqu’à 24 fois l’étalon. La comparaison avec les sites alentours laisse envisager l’utilisation d’un modèle commun pour une partie des poids mais présentant des variantes qui semblent indiquer une utilisation extérieure au cadre commercial.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plusieurs décennies, la métrologie pondérale ibérique fait l’objet de nombreuses hypothèses sans que toutefois ne se dégage de consensus concernant son origine et sa structure. Ces travaux ont porté essentiellement sur la recherche d’une référence de base sur laquelle peut s’appuyer ce système pondéral, laissant souvent de côté les questions économiques et sociales que peut susciter la mise en place de la pratique de pesée. Au fur et à mesure des nouvelles découvertes de poids, la métrologie est devenue un objet d’étude observé à l’échelle macroscopique où chaque artefact est considéré comme une unité à traiter de manière statistique. L’objectif ici est de diminuer l’échelle d’observation afin d’étudier un seul système métrologique en partant d’un lot cohérent comme point de référence, et en essayant d’en dégager un maximum d’informations, que ce soit d’un point de vue technique, économique, politique ou social.

1. Historiographie des recherches

1. 1. Redéfinition des termes

2Afin d’éviter les confusions, il est nécessaire de clarifier certains termes autour desquels s’organise ce travail. Tout d’abord, le terme « ibérique » renvoie dans le cas présent à la culture ibérique, qui se définit comme un ensemble culturel observable du vie au ier s. av. n.è. dans une région allant de l’Aude au nord jusqu’à l’Andalousie au sud dans la partie orientale de la péninsule Ibérique.

3Concernant les aspects techniques, nous parlerons ici de métrologie pondérale comme l’ensemble des techniques et savoir-faire régissant la pesée. Elle s’appuie sur une mesure de référence, appelée standard ou étalon, autour de laquelle s’organise un système métrologique caractérisé par des fractions et des multiples de celle-ci et les relations arithmétiques que les poids peuvent entretenir entre eux. Le terme de poids renvoie ici exclusivement à l’objet matériel à distinguer de la masse qui est une grandeur exprimée en grammes. Ce dernier point est important à retenir du fait de la confusion courante qui existe entre masse et poids, ce dernier, lorsqu’il s’agit d’un élément de mesure, est une force d’attraction exprimée en Newton.

4Nous regrouperons sous le terme « série » les poids provenant d’un même site mais relevant de contextes stratigraphiques différents alors que nous parlerons de lots pour ceux trouvés en relation entre eux dans un ensemble clos. Ce dernier terme renvoie donc normalement à des éléments ayant de fortes chances d’avoir fonctionné ensemble.

1. 2. Les recherches sur la métrologie ibérique

  • 1 Beltrán Villagrasa, 1948, p. 131.
  • 2 Beltrán Villagrasa, 1948, p. 136-137.

5Dans un article de 1930, I. Ballester réalise la première étude portant sur un type d’objet mal identifié : des pièces en alliage cuivreux ou en plomb, de formes discoïdale ou tronconique, généralement perforées, découvertes dans plusieurs habitats ibériques des régions de Valence et Alicante. Il remarque pour ces éléments la répétition de masses proches, leur organisation sur une échelle pondérale régulière, et les identifie donc comme des poids qu’il réunit et pèse pour proposer alors l’identification d’un système basé sur un standard proche de 4 g1, sans recourir à la comparaison avec un système exogène. L’étude de Ballester s’appuie notamment sur un lot de quatre poids découverts à Covalta (construcción 27, departamento b) dont les oxydes ferreux à l’intérieur des perforations suggèrent l’idée d’une tige en fer traversant et réunissant les pièces entre elles. En 1948, P. Beltrán reprend l’étude des poids de Covalta ainsi que ceux de la Bastida de les Alcuses (Moixent, Valencia), Cabeço de Mariola (Alfafara-Bocairent, Alicante), La Serreta (Alcoi-Concentaina-Penáguila, Alicante) ainsi que l’exemplaire d’El Xarpolar (Vall d’Alcalà, Alicante). Beltrán va poser des bases qui vont faire office de paradigme dans les recherches postérieures : l’idée que le système métrologique ibérique s’appuie sur les mêmes divisions que les systèmes méditerranéens. Autrement dit, le travail de Beltrán se base sur la recherche d’une mine, qu’il appellera « Covaltine » (501,43 g), correspondant à soixante fois un shekel de 8,48 g, proche de la mine babylonienne légère (504-505 g)2.

  • 3 Cuadrado Díaz, 1964.
  • 4 Fletcher Valls, Mata Parreño, 1981.
  • 5 Fletcher Valls, Silgo Gauche, 1995, p. 273.

6En 1964, E. Cuadrado reprend les bases posées par les précédents auteurs et présente le lot de la tombe 200 d’El Cigarralejo, ainsi que treize poids de la tombe 117 de Cabecico del Tesoro (Verdolay, Murcia). Cuadrado reprend l’hypothèse d’un système de division proche des standards méditerranéens, mais qu’il faut, selon lui, chercher dans le domaine grec en raison de son influence en péninsule Ibérique. Il axe ainsi son travail sur la recherche de l’adoption d’une mine grecque, divisible en cent drachmes, pouvant s’appliquer aux poids des sites précédemment cités. Il estime que la mine la plus adéquate est la mine solonienne de 436,6 g, multiple d’une drachme de 4,36 g3. Dans un article de 1981, D. Fletcher Valls et C. Mata Parreño proposent d’étudier les poids en les regroupant chronologiquement afin de former des corpus d’étude plus abondants et « homogènes », mettant ainsi à l’écart les artefacts d’origine douteuse, mais sans apporter de nouvelles données. Ils reprennent à la fois le système de division et le standard proposés par Cuadrado quinze ans plus tôt4. En 1995, D. Fletcher Valls et L. Silgo Gauche reprennent les lots connus et les systèmes proposés en les confrontant aux marques observables sur certains poids. Ils ordonnent les masses selon des regroupements auxquels ils attribuent des valeurs de a à m5. Ce travail reste ancré dans une méthodologie tendant à rechercher dans la métrologie ibérique une origine grecque ou proche-orientale.

  • 6 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003.
  • 7 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 43-44.

7Le travail réalisé par I. Grau Mira et J. Moratalla Jávega en 2003 est certainement le plus complet concernant les poids ibériques découverts dans la province d’Alicante. Les auteurs reprennent les travaux antérieurs et ajoutent au corpus des poids découverts sur les sites de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), El Molar (San Fulgencio, Alicante), El Oral (San Fulgencio, Alicante), La Escuera (San Fulgencio, Alicante), La Alcudia (Elche, Alicante), La Albufereta (Alicante), El Tossal de la Cala (Benidorm, Alicante), Cap Negret (Altea, Alicante), El Monastil (Elda, Alicante), El Puntal de Salinas (Salinas, Alicante), El Puig (Alcoi, Alicante), La Serreta, El Xarpolar et El Cabeçó de Mariola. Leur étude s’appuie une fois encore sur la recherche d’influences est-méditerranéennes, mais en étudiant au préalable, en détail, les artefacts eux-mêmes ainsi que leur contexte de découverte6. Ils proposent d’identifier plusieurs systèmes métrologiques se succédant dans le temps ou fonctionnant simultanément. Ils mettent également en évidence l’existence de poids dont la perforation centrale est comblée par un ajout de métal (généralement différent) et émettent l’hypothèse, afin de l’expliquer, qu’il s’agisse de poids pouvant servir dans deux systèmes distincts, selon qu’on ajoute ou qu’on enlève le supplément de métal7. Cette étude, très détaillée, prend en compte tous les aspects de la métrologie ibérique abordés par les auteurs antérieurs et les confrontent à l’ensemble du corpus des poids.

8En résumé, la méthodologie utilisée, bien que variant d’un auteur à l’autre, s’appuie sur des règles générales communes : le recensement des artefacts dans un premier temps, la recherche de relations mathématiques entre les poids d’un même ensemble chrono-culturel puis la recherche de parallèles avec des standards connus. Si cette méthode semble porter ses fruits, elle reste tributaire des lacunes de la recherche et du manque de documentation relative à certains artefacts. Tout d’abord, la rareté de lots cohérents amène à rassembler les données provenant de sites différents en partant du principe qu’elles répondent aux mêmes standards. Deuxièmement, le postulat d’une origine grecque ou orientale revient à dénier aux Ibères la capacité de créer ou d’adapter un système métrologique propre. S’il n’est pas du tout à exclure que de tels standards aient été empruntés ou importés, cette méthode ne permet pas la mise en évidence de leur adaptation au contexte indigène, ni même l’idée qu’il ait pu exister un système proprement ibérique si celui-ci est proche en termes de valeurs, de ceux connus en Méditerranée.

9De plus, les différents travaux montrent l’extrême difficulté d’attribuer avec certitude un poids ou un lot de poids à un système, même bien connu. Ils peuvent en effet correspondre à plusieurs standards étrangers, en fonction des multiples choisis pour la comparaison. Cependant, plus qu’une relation de filiation entre les systèmes, cela peut montrer l’existence d’opérations de conversions entre eux.

1. 3. La pratique du dépôt d’instruments de pesée dans les tombes

  • 8 Pare, 1999, p. 510.

10Dans un article de 1999, Chr. Pare identifie certains domaines chrono-géographiques où le dépôt de matériel lié à la pesée en milieu funéraire est observé : l’âge du Bronze Récent en Europe centrale, la fin de la période de La Tène en Europe moyenne, l’Antiquité Tardive en Nubie, le début du haut Moyen-Age en Austrasie mérovingienne ainsi que quelques tombes contemporaines d’Angleterre et de Norvège, la période viking en Norvège, Suède, Finlande et Samland8. En péninsule Ibérique, cette pratique funéraire est observable entre les ve et iiie siècles av. n.è. et exclusivement sur le littoral méditerranéen (fig. 1.). Il est possible de dénombrer 15 sépultures présentant ce type de matériel dans la partie nord-orientale de la péninsule Ibérique, bien que cette liste ne soit certainement pas exhaustive (fig. 2). Ces dépôts funéraires sont relativement similaires et se composent de poids ou de plateaux de balances, les deux étant dans certains cas réunis dans une même tombe. La tombe 200 d’El Cigarralejo s’inscrit dans ce phénomène, mais reste exceptionnelle par la quantité et l’homogénéité des poids qu’elle contient.

Fig. 1. Répartition des sites ayant livré des poids de balance.

Fig. 1. Répartition des sites ayant livré des poids de balance.

Fig. 2. Synthèse des tombes à instruments de pesée.

ackground-color:#c0c0c0;border:.7425pt solid #000000;" dir="ltr">

EP000;" dir="lFmb graées, 3 céramiqu, 7 fusaïol> s2 poids osécouvertes d4ttiques

sellr ackground-colosolid #000000;" dir="ltr">

EP000;" dir="l1 fibul>s1m310/s, s1 falcar et2 as, de té ast

ackground-color:#c0c0c0;border:.7425pt solid #000000;" dir="ltr">

EP000;" dir="l5 fusaïol> s1 pods osécouvertes4 coi et lesollil sattiques

ackground-color:#c0c0c0;border:.7425pt solid #000000;" dir="ltr">

EP000;" dir="l8ttiques

spars st(1 fibul>s2répétitio> 25p >ril e ackground-colosolid #000000;" dir="ltr">

EP000;" dir="l32ttiques

srr"> 25p >ril (2falcar set gna de 7 as, de té astsrépétitio> xte">3 feuilles de (1mesprtes gna de 2 as, de té astsrépétitio> ">10Dans u5, les dLtéellr /e pci< pce." /ibèci/p>/n dpéis psitGrs,eMira t/Mo1. rana Jáveg . Ils bodyiveeneffttsqu,dcommt o mlaree.etelice." />ejo sgenci. Iltfaua rdcb tamyri tandnotes">
  • 8 Pare,15, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 42

10Dans u6, les dLté r288kent e Lafdrmep>< pce." /ibèci/p>/aièue btrait psitGrs,eMira t/Mo1. rana Jáveg . L lielle mse topos est unvoirde. r288kenpuneepleine funbvré n doccupe e="font-variant:small-caps;">xxv siècles av. rela de portantmoite e="font-variant:small-caps;">xxee siècles av.

Cfmind;">, lesLpè. esnpunevées,éninsule Ibèci/p>eenivecircnt3ian otecall" id="bodyftn8" href="#ftn815>8. En p15e,15, ule L faibleoosbr t lepè. esnexogèntsiàemiouve. Répise tt unrouaeret ecnte r288kenyprpag tan. D pg.ecn exha pce." /ibèci/p> enivecylilie cets,bdaretllr p>iscoïdes,sceaqui faiteg.tôa minsyriàel abadapt. Ré=aree. sotyledcommun. D pg., R pol Vilaça/aiis/ n év csplareexis ticeosece." / type de poidLaa tombtypologidtyselefBronzeFik). Ilte dprobarerbquare gtfaigra g.tôa chischerdrnord- ab r288kent ecelice." /l abadapt. Ré=aree. sotyledpg.nanciil,laopoideetylfaua rarees piè23 ayappourraiteêt idûiàee.efabr23 ayap>norde.emla pps; éiffér de (notam ilselaspierre).

  • 8 Pare,16, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 42-43

10Dans u7, les dLtéespigraphieel mé pce." / dtrès ra n,éninsule Ibèci/p>enéil/ déifficiitla psareen sermirdcommtmoyenlr abioar typ3 ayapd pfspctaya /némultiplelicorresnli;"> uI. Grs,eMira t/J Mo1. rana Jáveg enp type de 2 pol poidsxemplelimailtstombparm iriàe dcg.rc l médisujete M tombs,esein=aree. lo ,il/ déifficiitla abaffirmerblr mfdc ayatcommtilii23 aft unvate m Caree dles /sedrsers cepe." />

1. 5. Bilaapd prechischesel mé pmyprologid /ibèci/p> h2

  • 8 Pare,17, les d FletcherdVtn8, Silgo Gauchs,e1995> 273-274
ass="num">8 Pare,u8, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 47

10Dans u8, les dLaru"nofoRé= etrava ces mé psystostusamyprologi poidibèci/p> aeastie erel abies piè23 ayapd g.ie msr t pdar" / nliècr ces mé cetl pce, -cienive uts abappuyet. Cuadrado enpsts aborgi sraiilseen spctaya /(e. drachmtiivi enn six obol> )/némultiplel.tFletcherd t/Silgo, en s balaivel muss drp.nimpor 31tosece." /tylcouvertme tombl abait ibèci/p>,enive topose b leesècia= etreiz vate m, osm sp= ea emperem empeauao mées pograsdtindilselelimassumbdnesce." /ibèci/p>stttsquare gs attribpilsea cedivilayas raree. Lm8kenprocha= e500 gnotecall" id="bodyftn8" href="#ftn817>8. En p17e,17, ule Seulli23bdnes62pce." /apserefu / (rsI. Grs,eMira t/J Mo1. rana Jáveg corrobor 2cné rryan;"ct ils,eceaqui imp8i/p>elareexis ticeosaretlemoiombustellr / t pdar" funérsnvoieses pièeived serec0c0 susemxssumbne s abioaé reldpasea cesèciav topose / (rsFletcherd t/Silgo (7,5 :14,1 :34,3 :44,1 g)enétopos este. systostulbale bl muss t pdar"nprocha= e7 g aux pograsdograsde nverraiilsnotecall" id="bodyftn8" href="#ftn818>8. En p18s u8, ule

  • 8 Pare,1s, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 5

10Dans us, les dE. synthétis poirasdeypentaaasuseFletcherd t/Silgo néenyincdrpor poirasdte m, I. Grs,eMira t/J Mo1. rana Jáveg péttlet sitéhypothèle >xxe s. av. n.è.

ue. systostulbale bl muss t pdar"nse8,6 g associe erela drachmtgrecxxee siècles av. ,dle systostulpcod mtrait nécoexis traiteavecee. dle postulbale bl mussonetonde= e7,2 g. A"xfont-variant:small-caps;">xxe siècles av. -ont-variant:small-caps;">ve sièclers av. p> , l de poie systostulsrait abanryan u deofit >2e L lo la ppe." />2e 1. Ptype de h2

  • 8 Pare,2n articl Cuadrado Díaz0.

    10Dans 2n articlropn cropolen ejo s’inscrit das abiomcritp>norde.eerticre listclnv aschéologi postiveavecee. s pctuait s,esud-o t/née.ehabiaaa s,esud-eststyfini/ (rsdeospec aya,emailtnéfouFigg ur aboneua p>

    • 8 Pare,21 articl Cuadrado Díaz0. 27-28
    ass="num">8 Pare,22 articl Cuadrado Díaz0. 44

10Dans 21, les dLestrava gt=t/urs1.ia orrylvonp 494ivsentant ceàec laopoi350 eniveoneuai sp=nord-ormonographieetu srénotecall" id="bodyftn8" href="#ftn821>8. En p21> 21, ule Ltéoccupa ayantu sré funècr i déla p> raretprès diaéve-début xxe/sup> siècles av. , avecee.edim8k.tayant el abioaensitceet de.tali 3 ayanauao mée 3rra , qui meurraitesareexpli10Dans 22 articlropEl Cigarraestf=ylcouvert nn1955,emailtfouFigg nn1963. Egras icompole >aree. Anierre ils. L t portan,e Laseules d’v poid serest /ossu c,srylvoled leeurau ovoïdetferm psituseinierre,ee. morces,/> 25p >ril (dle répétitio> tandnotes">

  • 8 Pare,23 articl Cuadrado Díaz0. 355

10Dans 23 articlOnytrouveauombp57 fusaïol> s5 nombrera répétitios /moneiyriàetillet(se/ type de poicommtd> / posécouverte />nt stroisenives os tt u, lèsaois)srs cefragtitios /râpeenéend"b lolo la p10ppe." />

25p >ril etplelionpétitio>uL rel=oosbr t abonpétitio>
  • 8 Pare,24 articl Cuadrado Díaz0. 374

10Dans 24, les dLarésentant déla p> re 425-375 uàemadtire>aree. Lciques

attes

2e 2e Éeua p>ulo la ppe." h2

  • 8 Pare,25 articl Cuadrado Díaz0. 341
ass="num">8 Pare,26 articl Cuadrado Díaz0. 342

10Dans 25 articlL p>icepe." /compol poiralo la plEl Cigarraenivetu typaledpg.n dnu n,éninsule Ibèci/p>, caree d-à-d icnluibdnesce." /ionetn8i/p> /tron d cetsécouverts ureli>icepe." /eniveici nnalli.jp cus ds c Mo1phologi postivetonbetrouve (fids cepe." /es picetsdnord-relo  : gs symrerntts aborgi sr s lyanuneèchegraéeera graec ois 31te,enéil/ dénombreret>eleliorgi sr snordmagt="fg.nsetit, /p>enourdan>ècodyryas I, u dg.n rel=, X Onbodyraetoua ddia tomb pol poidsitescntiti rts uToua rareaosol,e dclnv poidLafdrmep>< pce."  : liststttspnomèd ustceofil/tron dpyuesiamè . End",leepe." /VI n dquasi/>iscoïd)s cetivr grasdl médiosol/>10Dans 26 articlAmaest abot i rde. pe portantfoi sleli>icepe." /oivel bi ustnftoy.jp /afin=areyplim8kemé pchlornt c. Uneèlim8k)tayanmèci cet/refi dctypayas aeenl itenèue brylali > at se. se dd qui ryanyrae-rseryan sps /référ dca o mtouaerd-rseubli23 ayasiposa ppse mtsi(ftitio4). illustration">Fig. 1. Répartitio4 Massumbdnesce." / ejo s’inscrit da at seseaprès nftoy.jp refi dctypayas. r" c hrefTr" c >

5 poids

partrong>Pe." rtrong>
">10Dans 28, les dToua rareaosol,e gtsemreren c s 3ianps /rem iril médisystostulptopose bpitE. Cuadrado qui sspbalesen grel=>epitesigsuriralo la plEl Cigarr. Syaphypothèle n dqueédisystostulibèci/p>esspbalesl méapdrachmtathénitinsp(4,36 g),edivilarereen six obol> Caree dsuiv;">pce systostulquare gtber">al< pce." /a plEl Cigarr, obv poiailei d pcate msee 3 obol> , 4 obol> , e. drachmt, e. drachmtt tt umie uilt4,5, 90.ea cece." /e IeàeX. Peurech podcate m,e gtryanyelelim sorcseertelit t/théoci/p>, mailtneitieldpasecompteedu ceurcl.jp rareerreua èt imalleethéoci/p> evemalleeertelit. Om,elors, avecee. èciteemaxim) ">10Dans 2s, les dPo médisystostulbale bl muss t pdar"nse8,6 g, qui s abapsit de rait,/s lyanI. Grs,eMira t/J Ma1. rana Jáveg etrela doureredrachmt, las dmparailons t/nncdreemoiombfrucaneus>enéil/. semrerepaseposmbreret>edé .jpms abonr">vatedcavcohér de>sttt ide pcate ms. ">10Dans 30, les dLessystostulptopose bpitGrs,eMira t/Mo1. rana Jáveg , qui aurait nus d msr>ur poirasdont-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è. t/ont-variant:small-caps;">xxee siècles av. pè. p>s u( listelei dsid tanlsepasecommretomiv poiauotyle="f= ecntepèciodc)tttsqui/s aborgi snauao méaree. st pdar"nsareenmiré7,2 g type de g.nt abaffinitceliavece pce." /a plEl Cigarr Cfmind;">, as exhaumbcate msetograsdstt tat squ ">10Dans 31, les dBlistequaretls d msr>xxei- sièclers av. pè. p>s   , il/pitpîttoua ddia tombn c s 3ianps /f) idas dmparailon. Iltsaretccsoli g.tôa listavece pce." /aejo s’inscrit d, toua commtleirècédils,eceaqui eu ss abexpli, en e gardaives donetil,plelionciteserela ndrmepdnesce." /Itt V,e, lanorde. moiodrep, sorc IIIe, lIV,menive (tescntortanstiveélev sd(jusquarere13 % rareonciteesitrapsereeàelvate mbthéoci/p>). illustratiass="paranumber">10Dans 32 articlIltapsitpîttdcbquareès dsid r poirasd>icepe." /> ils cohér de, psystostusa topose aoa ppse mtstivebe s abyiaps8i/pnlsepasesemxvortan 3 asfais poe. Biistnordce exha pe ptrava cees poiastie ere topos rplelionetonds type de rdci-e s., gs nareon stouaefoispaseeuosroi stlstraittstivedonetillceeècitils. En effttqua tomblestrava gt=t/Cuadrado, qui n dvolode ire ils clr l mé deoneua p>aree. lo etyfini,ebe s abattaoli astt rylalit l méerd-ogi poidirha ècetsdes nlui-cie Iln iteed cttstived fitéhypothèle quare gtfautprechischerd- ab r288kentu systostulmyprologi po r gra msret compar tdcbralo lau systostulgrec. illustratiass="paranumber">10Dans 33 articlIltfautptoua ddia tombnodyri, leofaitearetmèntiàes douaer uTouaefoi slacohér dcsp5 nècritpise tt areenmis.jpmaree. L spctayaenus=aree. sultipleeprocha= e7 g. h2>3. 2. Ptopnoi ayant abies piè23 ayapdaree. nouves,esystostulmyprologi po h2

10Dans 34, les dEan rtan daboneua p>,elEind;"ctin dp las dmparailonssemxssumbcorresnli;">eàed psèciavéarearaefactrdavecers psystostusa d’Ano1.ia /cdnu epo mleemdd Monlrérspa n urapmyphodc employ ici po mtopos rpe. systostulmyprologi po repole l mlonttxtrapol3 ayanàemadtire>aree. insymrereaschéologi postivecohér de,en s balaivel mrasde laayasditi hmonei/p>stioarntsiàe nlui-cie Dnorde.etee postulAn , casdeypentaaasuenivecdfrooae a cedyan spexogèntse Ltéioa ppê"f= ecntemyphodc estp>norde.ede poie An p= ei astêt itribpe irentaree. notulas,eceluibdnpsystostusaexogèntsi r288k)ir p>uemdd monlrérspa ni r2l.le Dnorde.etee postulAn , en s abioaér s 31t enp tioti rt a ce-ogi poidi
rntsia ce-otsetonév t ide pdèciveiolcetsia erec0c0 la ppe." /sit>omxhau pchrooo-cntant lsaqui imp8i/p>ls,ecommthypothèle > tandnotes">

  • 8 Pare,27, les d Lu /seP 63 ; Gr gradra seseal.et2002> 133, ftitio164

10Dans 35 articlU. lo ecompletea ppe." ,e o mêt ise dnu commtcohér dee, lfdc ayans uToua rareaosol,e gtseaaoi s abot i rèciledu ce.est unv/sp>uemla ppsel/d eved fité.tali 3 ayanqui nns t/fait . Peuresxemple,se. bal;"ctiàebrastéga c,saopoide / tea cesoest unmalleees picet evedopoideeflcea en dsitfaittstiveonr">libr off iuseitrès grel=>eprècilaya Cfmind;">, asgra-cien>epeu sêt iapsrèciiqueresa jus tvate mbquareèsyiadjoignaeste. systostuldep, sorc >ueflcea e Iln eu ss abagirearee. systostultrès rudimtivr tnord-re /sedaree. Lbal;"ctis.mindp>, cyastip edaree. Ltig permindicnt3iania eflcea equi s abalignetavece systostuldeps.minsaya lorslibr se Cfmind;">, tlce. Lbal;"cticomplè tnareonetivecdnu e o mlaspèciodc ibèci/p>,il/ dimposmbreret>edéurs,inpmeprècilayaioneti sttletdu c(rsersecte msee laspcs S mrasdear pflcea x/>

norderetdmxhau ibèci/p>,seulde.edetitesxemplr i os(112 mm)retrouv il médisiteedu CaylasreMr ghac,ioneti sistassoci3 ayanavecee. tea nuneechaegrait r2lp las, sorce cn qui n d eunsrobarere

10Dans 36, les dLartee postuls/spctrppssti/p> n e deiegraéaree. lo e t/>s uEn effttquoan eu simaginpmesidograsdsoestertelitstivefdc ayan

se Cfmind;">, il/. fautppasenépg.nnxcg.resere /spctrtan symboli/p>equ peuvtiveavoird pce." / oide /a>
enaree dpaseàepciteer,il/ dcfmind;"> eunsrobarerbquaregrasoitesxcg.ave. illustratiass="paranumber">10Dans 37, les dLartervortan s/spctrppssti/p> cet/roi ssnomédsre.elo la ppe." / t/>aretvoirde.efdc ayanèc3ianps /ch podpe." ,eceaqui ind ite>ls,esnordellr /ilii2e
èci/p>,po mouvoirda c lersere /spctrtan cycl cet/refimassumbdnesce." /ibèci/p>stttserses pièerdcommtt lse Ltéus.jp dtt lspce." /n c s it las dnk) lsdiv carfait s /ch podvate mbailei aree. it àee.tellr / emrereilii/pnridnescr poidtrès loftnt , etenée. systostulsitfaittstivehomogènt. illustratiass="paranumber">10Dans 38, les dAfin= relevemé prelaayasdmlah poidexis 31t ent ide pdiffér de pce." /a plEl Cigarr/aejo s’inscrit d, il/ dénombreret>es abappuyetbl muss r" cs,/>ettlrp n év cspl semultipleli, lfspctaya pot deiegsi(ftitio5). illustration">Fig. 1. Répartitio5. Rapsereiditi hmonei/p>sttnt ide pmassumbdn/ch podpe." . r" c hrefTr" c3 >
">5 poids

part-va5 poidsparanumbe 40 Tout d’aosol, l’hypothèse la plus logique est de proposer une organisati:. en cinq fractions : I : 1/10 – II : 1/6 – III : 1/4 – IV : 1/3 – V : 3/4 et quatre multiples VII : 2 – VIII : 4 – IX : 6 – X : 10. La sui0e ne paraît pas nécessairement évidente au premier coup d’œil, elle est pourtant particulièrement intéressante. Tout d’aosol, en admettant le poids VI comme étalon, :. "e trouve en présence d’un lot de dix poids, dont le plus léger correspond à 1/10e up> de ce standard et le plus lourd à dix fois celui-ci (10 x I = VI = X ÷10). ">5 poids

part-va5 poidsparanumbe 41 Que cet ensemble puisse avoir été fonctionnel ne fait aucun doute. Il existe en effet une variété très importante de combinaisons réalisables à partir de ce lot de dix poids (fig. 6). Selon cette hypothèse on peut voir qu’il est possible de réaliser la fraction 1/2 mais surtout une sui0e ininterrompue de multiples de 2 à 24 par combinaison des poids entre eux. En prenant pour valeur théorique de l’étalon 20,765 g (valeur pour laquelle les écarts à la norme sont les plus petits), le pourcentage moyen de précisi:. sur l’ensemble des fractions et multiples réels et réalisables est de 1,13 %. Le poids le plus éloigné de la norme est dans ce cas le IV dont la masse réelle est de 7,4 g pour une norme de 6,9 g, soit une erreur de 6,91 %. Cette erreur est élevée comparée à la précisi:. moyenne et on peut se demanlid quelle en est la raison, d’autant plus que la valeur théorique est ici inférieure à la valeur réelle, ce qui exclut une déperdition de matière. Cependant, dans la réalité, cela représente un écart de 0,5 g, en rappelant qu’aujourd’hui, une balance électronique premier prix a une précisi:. de 0,1 g. On remarque également que les pourcentages d’erreurs par rapport à la norme les plus élevés se retrouvent dans les poids plus légers que l’étalon. Exprimé en gramme, l’écart maximal est de 1,85 g, et concerne le multiple 19 soit 396,39 g au lieu de 394,54 g, ce qui ne paraît pas anormal puisque cela ne représente que 0,11 % de la masse. Bien que proche, de la masse du poids le plus léger (I : 1,98 g), le plus gros écart observé lui res0e inférieur. Il est cependant possible que la présence de ce poids soit purement symbolique, comme vu précédemment. Il donne une logique arithmétique au lot (10 poids, une fraction d’un dixième et un multiple par dix), mais il n’entre dans aucune combinaison permettant d’obtenir un multiple. ">5 poidsFig. 6. Tableau synthétique des différentes hypothèses de système métrologique des poids d’El Cigarralejo. able id="Table4 >5 poids

p
">5 poids

p5 poidsparanumber p43C’est toutefois en prenant les valeurs avant neoliyage des concrétions que ceole interprétation semble prendre le plus de crédibilité, il s’agira ici de notre hypothèse 3. La valeur d’étardn présentant le moins d’écart à la norme pour les dix poids est de 20,91 g et le taux moyen d’erreur en prenant les combinaisons en compte est très faible, seulement 0,88 % pour un écart maximal de 4,70. Un problème se pose toutefois concernant ceole deuxième interprétation du lot. Le poids II, de 3,45 g (3,38 g après neoliyage), correspondant a priori à la fraction 1/6, n’entre dans aucune combinaison et son utilité est ardes difficilement explicable. Le poids paraît trop léger pour avoir pu représenter une fraction de 1/5 (environ 4 g en fonction de l’étardn adopté) même en considérant qu’il ait perdu de la matière au cours du temps, ou qu’il ait présenté une erreur dès sa création (fig. 6). ">5 poids

p5 poidsparanumber p44Malgré les quelques incertitudes qui demeurent, ce système apparaît cohérent pour de nombreuies raisons : la relation entre le nombre de poids et les valeurs des plus petits et plus c0cs poids, la régularité des multiples, les nombreuies combinaisons possibles malgré la difficulté de détermination de certaines fractions. h2>5 poids

p3. 3. Comparaison du système proposé avec les valeurs de poids connues ">5 poids

p5 poidsparanumber p45Si dn admet la validité de ce système d’El Cigarralejo, la question qui demeure est celle de sa portée. S’agit-il d’un système local ou peut-il s’appliquer à d’autres poids appartenant au même domaine chrono-culturel. Pour cela, les valeurs théoriques obtenues pour ce système vont être comparées aux autres poids en pnalysant les marges d’erreurs. Il faut rappeler que I. Grau Mira et J. Moratarla Jávega avaient conclu à l’existence de plusieurs systèmes pondéraux au cours du und-colfont-variant:small-caps;">ive siècle av. J.-C. ; l’identification d’un système différent à El Cigarralejo ne viendrait donc pas nécessairement remettre en question ceole hypothèse. div>5 poids

andnotes

5 poidsnum">28 Perea, Armbruster, 2011, p. 160. lip

/div ">5 poids

p5 poidsparanumber p47Le choix a été fait ici de comparer chaque poids du lot d’El Cigarralejo avec les systèmes pondéraux qui lui ont été poiocié Pour cela, chaque maoie est rapprochée de la valeur la plus proche du système, puis le pourcentage d’erreur par rapport à ceole norme est calculé. Cela nous donne un ensemble de données composées des écarts aux normes proposés qui peuvent ensuite être rec0c0pées par site archéologique en distinguant, ldesque cela est renseigné, les différents con

s archéologiques. L’objectif de ce rec0c0pement est, dans un premier temps, de mettre les poids découverts hdes con

dans une catégorie à part et, dans un deuxième temps, d’éviter l’aoiimilation directe des poids con ">5 poids

p5 poidsparanumber p48Il est difficile de déterminer un pourcentage d’erreur à partir duquel dn puisse considérer que le système est appliqué ou, qu’au contraire, on se trouve face à un autre type d’organisation des maoies. Pour les trois hypothèses proposées, le pourcentage d’erreur n’excède pas 2,02 % à l’intérieur du lot (combinaisons de poids incluses) avec des écarts arlant au maximum de 4,70 à 9,36 %. La moyenne de l’écart à la norme pour l’ensemble des poids est de 7 %. Il semble préférable de choisir un pourcentage moyen moins élevé, ici 6 %, et de comparer ensuite en détail les c0c0pes de poids. Ainsi, en mettant de côté les lots présentant une erreur de moyenne supérieure ou égale à 6 %, on observe neuf séries qui paraissent pouvoir relever du système d’El Cigarralejo (soit un total de 63 poids) : El Molar, El Oral, La Escuera, El Puig, La Serreta, tous les poids de Covalta (poids hdes con

compris) et ceux des xml:lang="en" lang="en">departamentos ">5 poidsFig. 7. Comparaison du système avec les autres séries de poids connues. able iddsTable5 >5 poids

p

5 poids3. 4. Bilan a>

5 poids5 poidsparanumbe 51 span>Le lot de poids de la lidbe 200 d’El Cigarralejo, par " n>homogénéité et les logiques arithmétiques qui 5aractérisent sa conception, semble offrir des pistes sérieuses pour proposer un système métrologique différent de ceux qui ont été envisagés jusqu’à présent. Comme le montrent les concordances avec certains autres poids dé5ouverts en péninsule Ibérique, des systèmes proches semblent exister sur d’autres sites, sans qu’il soit toutefois possible de conclure à l’existence d’un système commun utilisé à l’é5helle de l’aire ibérique.< <">5 poids5 poidsparanumbe 52 span>Le lot d’El Cigarralejo présente une construction mathématique qui ne peut pas être le fruit du hasard et démontre la connaissance et la maîtrise de savoir-faire dans la manipulation de données arithmétiques abstraites : additions e0;" ustractions de nombres entiers et de fractions. Cependant, des incertitudes demeurent quant à la nature exacte de certaines fractions. En effet, en l’absence de connaissances sur les fractions communément utilisées et en admettant des pourcentages d’erreurs par rapport à la norme plus édevés parmi les poids les plus légers, un léger é5art peut amener à poiimiler deux fractions différentes comme une seule. C’est en particulier le cas du poids IV (de 7,4-8,2 g) qu’il est difficile d’intégrer dans la suite. La première hypothèse, qui est de le considérer comme une fraction 1/3, donne beau5oup plus de sens aux combinaisons de poids et à la construction du lot. Cependant, le pourcentage d’erreur est important et la masse réelle de la pièce est plus édevée que la norme, que l’on utilise la première ou la deuxième pesée dans les calculs. Dans les seconde et troisième hypothèses,>le poids est considéré comme 2/5 de la norme, ce qui induit un pourcentage d’erreur plus faible mais fait perdre une partie de la logique du lot,>le poids II (1/6) n’entrant plus dans au5une combinaison.< <">5 poids5 poidsparanumbe 53 span>Il est possible d’émettre plusieurs hypothèses pour expliquer cela, sans qu’au5une puisse, pour l’heure, être confirmée. On peut tout d’aosol envisager que la première construction est la bonne,>le poids IV correspondrait bien à une fraction 1/3 et l’erreur pourrait alors être le résultat de la phase de restauration. Il est en effet très difficile de juger si la phase de nettoyage de concrétions a fait perdre une partie de la masse initiale des artefacts ou si, au contraire, une partie des concrétions est restée en place, notamment à l’intérieur de la perforation. Si c’est le cas,>le taux de perte n’est pas nécessairement homogène d’un poids à l’autre. Une autre hypothèse serait une mauvaise interprétation de la valeur du poids II et qu’il représente une fraction non identifiée qui pourrait avoir une utilité, soit dans des combinaisons, soit en tant que tel. Une autre solution serait que les pourcentages d’erreurs des poids les plus légers aient amené à donner de mauvaises interprétations pour plusieurs fractions, empêchant ainsi de dégager une vue d’ensemble, sans que cela remette vraiment en doute la possibilité de combinaisons complexes. Une interprétation possible serait que toutes les fractions soient exprimées sur douze, la suite de fractions serait alors induite par l’utilisation d’un système duodé5imal. Si, en soi, cette idée n’est pas impossible en prenant en compte la possibilité d’é5arts importants pour les pièces dégères, elle paraît cependant peu probable au regard des poids d’autres sites.< <">5 poids5 poidsparanumbe 54 span>Une dernière hypothèse qu’il semble être utile de mentionner est la possibilité que l’étalon ne soit pas le poids VI de 20,48 g, mais sa moitié. La fraction 1/2 est réalisée dans toutes les hypothèses proposées, avec des fractions qui n’entrent pas dans les combinaisons de multiples. Cela veut dire que, dans notre hypothèse de départ, il est possible de réaliser toutes les valeurs intermédiaires des multiples (1,5 ; 2,5 ; 3,5…). Si en revanche on estime que l’étalon est une valeur de 10-11 g, il est alors possible de réaliser les multiples jusqu’à 49 sans interruptions. Les fractions seraient alors 1/5 pour le poids I, 1/3 pour le II, 1/2 pour le III et le poids IV représenterait alors une fraction 4/5. Le poids II n’entrerait dans au5une combinaison mais sa présence pourrait être expliquée par le besoin de mesurer des tiers. Notons que le poids V représente une valeur 1,5 dont la fonction serait essentiellement de permettre des combinaisons pour l’obtention de multiples. Cette dernière idée marcherait correctement mais l’obtention de l’étalon par combinaison de poids et l’absence de cette valeur dans les lots d’autres sites ne semblent pas la confirmer. De plus, on perdrait alors la logique du lot observée au départ, puisqu’il serait commencé par une valeur 1/5e et terminé par 20 fois l’étalon. Il est toutefois important de ne pas é5arter définitivement cette hypothèse.< <">5 poids5 poidsparanumbe 55 span>La masse originale des poids se situe très certainement dans l’intervalle de valeurs des deux pesées, sans qu’il soit possible de savoir laquelle s’en rapproche le plus. On peut cependant estimer que si les concrétions retirées étaient réellement minérales, la perte de matière métallique doit être relativement réduite et les valeurs de la deuxième pesée " nt probablement celles qui se rapprochent le plus de la réalité originelle. En admettant cela, la première hypothèse semble la plus probable et un réexamen des poids permettrait peut-être de mieux comprendre l’é5art observé pour le poids IV.<

5 poidsConclusion a>

<">5 poids5 poidsparanumbe 56 span>L’étude de ce lot permet de mettre en avant plusieurs traits 5aractéristiques des métrologies ibériques. Tout d’aosol, il faut noter l’utilisation, dès le und-colfont-variant:small-caps;">ive s. av. n. è., de procédés mathématiques amenant à la confection de lots de poids permettant de réaliser un maximum de combinaisons avec un minimum d’objets. Ce constat montre que la métrologie pondérale ne répond pas à un besoin de facilité, mais plutôt à un souci pratique. Le deuxième point concerne le rapport à l’utilisateur. Comme nous l’avons vu, on peut admettre que le nombre d’indications sur les poids permettant leur utilisation est quasiment nul. Ceci implique une parfaite connaissance du fonctionnement du lot et de la valeur de chaque poids par " n>utilisateur. Cet aspect est d’autant plus renforcé par le caractère complexe de la logique arithmétique interne au lot. De plus, le fait de retrouver de tels objets dans des sépultures, et parfois " us forme de lots cohérents comme dans la lidbe 200 d’El Cigarralejo ou la 117 de Cabecico del Tesoro, montre sans doute le lien personnel pouvant poiocier l’individu à l’activité de pesée. Ce qui semble se dégager de ces édéments est l’existence d’individus maîtrisant des savoir-faire complexes leur permettant d’utiliser des moyens de pesée dépourvus d’indications concernant leur fonctionnement et dont les proches revendiquent, au moins en partie, la pratique dans la mort.<
5 poids5 poidsnum"l30 span> Fletcher Valls, Lazaro Mengod, 1981.< lil
<">5 poids5 poidsparanumbe 58En admettant l’utilisation de ces poids pour des é5hanges entre individus, la situation restituée laisse beau5oup de zones obscures. Tout d’aosol, les deux acteurs de l’é5hange doivent choisir quel lot de poids est utilisé, sachant qu’au5un repère ne permet à l’interlocuteur d’accoler une valeur à un poids et se doit alors de faire confiance au détenteur du lot. On peut envisager que les poids soient contrôdés. Cependant les é5arts que l’on observe entre poids proches laisseraient alors envisager l’utilisation d’un moyen de pesée peu précis. Même dans cette optique, il faudrait que chaque acteur connaisse et comprenne le rôde de chaque poids dans le lot de " n>interlocuteur. Enfin,>on notera que pour l’ensemble des poids ibériques, les masses mesurables ne dépassent jamais les 500 g, ce qui est relativement faible et induirait une utilisation pour des matériaux semi-précieux ou précieux. On peut estimer que la mesure de faibles quantités d’un matériau commun n’impliquerait pas la mise en place d’un procédé aussi complexe. Il est également possible d’envisager que les poids métalliques étudiés ne représentent qu’une portion des poids ibériques et qu’il reste à en identifier d’autres, en pierre par exemple, pouvant être plus lourds.< <">5 poids5 poidsparanumbe 59 span>L’intérêt principal de l’usage d’une métrologie pour la mise en place d’é5hanges est d’homogénéiser et de diffuser des valeurs srandards et admises par tous afin de donner à un produit brut une valeur abstraite exprimée en unité pondérale. Cependant, il est difficile de définir la métrologie ibérique comme un système homogène,>on observe trop d’é5arts entre les poids, même à l’intérieur d’un site donné, alors que la confection de poids aux masses et aux relations arithmétiques précises semble maîtrisée. En dehors de l’é5hange, la maîtrise de la pesée permet de manier avec précision des proportions, capacité nécessaire pour certaines activités telles que la métallurgie ou la médecine. Pourtant, les dépôts en conteir= funéraire ne mettent pas en avant de lien particulier entre ces pratiques. On peut donc estimer que la pesée est une activité indépendante, maîtrisée par des individus particuliers, mais de "tatut relativement aisé à en juger par les dépôts funéraires accompagnant les poids et balances. Une autre utilisation connue des procédés métrologiques a trait aux pratiques d’impôts et/ou de redistribution. Il est en effet généralement important dans ces 5as-là de pouvoir fixer dans le temps des valeurs numéraires à des produits afin de créer des équivalences entre eux. Le principe est le même que dans le cas de l’é5hange commercial, à la différence que, dans ce 5as-là, un seul>des acteurs possède les outils et l’autorité de l’é5hange. L’absence d’une autorité dirigeante à l’é5helle de l’aire Ibérique permet d’envisager que si cette pratique est celle qui amène à l’utilisation d’une métrologie pondérale, celle-ci n’a besoin de prendre de sens qu’au sein de " n>5ercle d’influence. La présence de poids aux valeurs proches mais toutefois différentes au sein d’un même site laisse envisager qu’il est alors possible de trouver plusieurs autorités au même endroit. Chacune utilise alors " n>propre système métrologique afin de gérer ses propres besoins, qu’ils soient d’ordre commercial, é5onomique ou administratif.< 5 poidsgoolid" href="#article-2310">Haut de page a>
idoloibliography">5 poidssection

5 poidssection 5 poidsteir">Bibliographie5 poids

Site

Tombe

Pratique funéraire

Datation

Instruments
de pesée

Mobilier associé

Orleyl

2

crémation

fin ve-début ive s. av. n.è.

5 poids

3 feuilles de plomb gravées, 3 céramiques attiques

1 plateau

La Albufereta

F62

crémation

fin ive s. av. n.è.

1 poids

EP000;" dir="ltr"> 25p >ril srépétitio>ntattquellr

EP000;" dir="ltulgenci

5 poids

134

5 poids

ilièurs,in

5 poids

ilièurs,in

5 poids

EP000;" dir="lilièurs,in

La Albufdir="ltulgenci

La Albufdir="l135

La Albs

ilièurs,in

La Albs

ilièurs,in

La Albs

EP000;" dir="lilièurs,in

La Albs

5 poids

8

5 poids

5 poids

ire estont-variant:small-caps;">ive s. av. n.è.

5 poids

2

EP000;" dir="lattiques

srépétitio>

La Albs

La Albs

21

La Albtion

La Albtion

dle postul’rle="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

1 plateau

EP000;" dir="l

5 poids

45

5 poids

5 poids

denvoie ’rle="font-variant:small-caps;">xxe siècles av.

5 poids

2 ances,

EP000;" dir="l10ttiques

s4 ossele tri1mesure, est un et nn pes pièce

EP000;" dir="l

EP000;" dir="l200

EP000;tion

EP000;tion

e="font-variant:small-caps;">ve-début ive s. av. n.è.

EP000;tion

10t

EP000;" dir="l2 poids osécouvertes d57 fusaïol> s2 râp> srépétitio> s1mesure, est unceintorce e 25p >ril (2répétitio> srépétitio>

EP000;" dir="l

EP000;" dir="l2

EP000;" dir="l

5 poids

ont-variant:small-caps;">ive s. av. n.è.

5 poids

EP000;" dir="l

EP000;" dir="l305

La Al;tion

La Al;tion

e="font-variant:small-caps;">ive s. av. n.è.style="font-variant:small-caps;">ivee siècles av.

La Al;tion

EP000;" dir="l(Guardamar de

5 poids

29

5 poids

5 poids

de portantmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

5 poids

EP000;" dir="l26ttiques

s1 mise t lesollil srr"> 25p >ril (nombrera répétitios abonpfunéa raretse t té ast)sellr

La Al;tion

(Guardamar de

La Al;tion

36

La Al;tion

La Al;tion

dle postulmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

La Al;tion

EP000;" dir="l(Guardamar de

5 poids

41

5 poids

5 poids

ire est="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

5 poids

3 feuilles de (Guardamar de

3 feuilles de 100

crémation

crémation

ire est="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

La Al;tion

3 feuilles de Panope ens de rfèvre d4ttiques

s1 fusaïol>spars st(1 fibul>s5 coi e)srr"> 25p >ril

5 poids

2 ances,

EP000;" dir="l(Guacicoel Tesode

5 poids

117

5 poids

ilièurs,in

5 poids

de portantmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

La Albufdir="l13

EP000;" dir="lilièurs,in

tIcon">

Fig. 1. Répartitio3. Pe." />Origina2 (jpeg, 288k)

  • 8 Pare,s, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 32-33
ass="num">8 Pare,un articl Cuadrado Díaz0. 34 ass="num">8 Pare,u1 articl MaFiggénéal.et2002> 12 -129

10Dans u1 articlLarésentant 2 rare s d"font-variant:small-caps;">ve-début ive s. av. n.è.

, V)
nt squa nalli.jp cus ds cenéustès, 3 c. Dnord-orn cropolen Europ (Ali231te)sustuneiscoïdetès, 3 c aièue bes piècetès d’ss=e nord-orEl CigF62s d"font-variant:small-caps;">vee s. av. n.è.

)ue fmind;">, troisellr pce." / nalli.jp cus ds cent sèue btylcouvertme tombdnes d’xé dmoiomb listes pièce al média tombvrénotecall" id="bodyftn8" href="#ftn89>8. En p9e,s, ule L livsentant ce134ené135e de Lan cropolen ejo sgenci (S-vaFulgencio0.Guadas,ci n>l Segura, Ali231te)s type de 2chace. L lote." /cylilie cet/ nalli.jp cus ds ce>nt sité1999al bisitéajoua raree. Lpè. ee tombe. se dd An / nsonsommttquas exhaustive (rs dulfunse dd> ,tre tru poidaécouve. Rénéaugm de matsa malle funérs ce>envortanlivsentant cenemenive (fidla p> s fmind;">, itéoccupa ayant e Lan cropolens abone de="fdle postul’rle="font-variant:small-caps;">xxv siècles av.

u de poie ’rle="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

uropn cropolen ejo s’inscrit da(Mula, Murcia emp)de dc

es poids de btitg.nt erumentsavece pesée.

On trouvers cece." / nalli.jp cus ds c,sité199tron d cet/ sitéellr /cylilie cet,e nord-orEl Cig18 (ire estont-variant:small-caps;">ive s. av. n.è.

)susttances,/>
nord-orEl Cig21 (dle postul’rle="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

)srs cecances, lès us dse>nord-orésentant 145 (dlnvoie ’rle="font-variant:small-caps;">xxe siècles av.

)sricece." />nord-orEl Cig200,al médscetl pcere 2cnéartictit(cf. sitesig2 )susttances,/>
nord-orEl Cig262s ont-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

)enéustellr />nord-orEl Cig305s d"font-variant:small-caps;">vee s. av. n.è.style="font-variant:small-caps;">ivee siècles av.

). A (Guardamar de (Guarda,ci n>l Segura, Ali231te)son trouve lote." /bitron d cet/ nalli.jp cus ds ce>nord-orEl Cig29 (de portantmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

)susttances,/>
nord-or36 (dle postulmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

)sustellr />nord-orésentant 41 (ire est="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

)enéend"srs cecances, lt era gravéiffér de / nalli.jp cus ds cenéustce." />iscoïd)l Tesode (de portantmoite e="font-variant:small-caps;">xxe s. av. n.è.

, Murcia emp)daids de b lolo la p13 otecall" id="bodyftn8" href="#ftn810>8. En p10>,un aule On peu sègritstivecrérd-orEl Ciga pSxhat-Bauz gra ont-variant:small-caps;">xxv siècles av. -ont-variant:small-caps;">ve-début )etylcouvert nnavril 2011 u died raree. stihire, laopoidaéubli23 ayan typlim8k) idaillennvis.jpmédinombreretylpôa raree. flfus,/>
  • 8 Pare,12 articl Parce 1999> 51

10Dans u2 articlCett paire ur aboneua psocialsp>

, nord-rsers cec setonbodyi, type dceos abonr"> 25p >ril ouos abonpétitio>

1. 4. Analylefdc ayan

t/typologid h2

  • 8 Pare,13, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg nt2003> 4
ass="num">8 Pare,u4, les d Grs,eMira, Mo1. rana Jáveg et2003> 41

10Dans u3, les dPeuos aboneua nleeniveertelitstive pér s spàel abanalylefdrmegraée pce." /ibèci/p> sda lusitens abone poi dclr spl mée ptrava cesaaais e dclnv poide mmalle fSeondeI. Grs,eMira t/J Mo1. rana Jáveg eton peu sdis ng/sr rs cesèciavées,e." / nfdc ayat="fmonetn .tali (alli.jp cus ds cenus, 3 c)enéilliileis tivel mé de r288k)nord-retomxhau monlrérspa n ur ab.tali 3 ayant ers cemonet cen dobsermiquetysel abapsiti ayant e Lacntant ibèci/p>enélemxhatitivednord-reAn , toua commtdnord-rer stent e LaMonlrérspa notecall" id="bodyftn8" href="#ftn813>8. En p13s u3, ule On n peu>, en e v;"chs,e (fiaffirmerbquare gts abagitelàedrsers ceseullimla pps; ce.tali />nord-or dclptayant s ce." uropfocali 3 ayanl mcrsers cemonet cepeu sêt idditypentaaa raree.etylfaua rarees piè23 ayapd pce." / n dierreenéen et. En comparailonsavececeaqui n dobsermiqenMonlrérspa enég.nsitescntortanstiveenGr. e,eI. Grs,eMira t/J Mo1. rana Jáveg topos est unvoirdrnord- ab.tali 3 ayant ers cemonet cedis nctrd-orrylponstiàed p taya /dyfhnologi poids 2è dos

smailtauombpce . Ils compar 2cntefabr23 ayapbiionetn8i/p>ea cece." /officitl pathénitisrrylali /enbronzalorsiomxhau ibèci/p>epo mg.ie msrrailons :useifini ayanjug pg.nabouti>epo mleliobjet / nalli.jp cus ds ce/p>epo mce, lès, 3 c,useicouve. Répg.nlarg enég.n" direaqui ssp tyéraitemie, làel abiomertayanttombe. systostulreaspags ils,el ababe dceoseolo ls pirtanstiveen, 3 c,daéaype dceosemxr poidiomcrit /une epo mleetyl,dret. L topor ayant ech podmonetn >-êt iuseivigniè23 aya,e o mleevpèciali teaqui dianéen drme,tauombpimpor 31tei

10Dans u4, les dLes /spctrtan r288k) e nd/lr moneua psitescntortanstive pér s 31te uropfoc ayan)norde.eteledispnoite/pa pe." />aree. e. R 1 :2 :3 :5, /p>eBagravepaes pièedcommté9al itent eFibonacci,s /spctrppss psitlLafdc ayatF (n + 1) = F (n) + F (n-1) avecers cevate mseini aaleliF (0) = 0e, lF (1) = 1sellr stiveditel pcate mse0, 1, 1, 2, 3,5, 8, 13…fL de poie ,e." / drresnliraiterdcbici reF (2)e Cfmind;">, leoosbr t lesomb8k) lonslrylali arera avece/pa pe." /n dsitescntortanstiveryld itenélyates.jp s cehypothèlem :soi slEig en tayapnaree dpasee. moyenlreaspags ilse, lleolo lnaree dalorsipasen c s 3ianstivecomplet,soi sceosenvoie apsitpîtefftctiv stivednorde. pnoi ayant espags ilse, lanordces /s-làe gtfaua s abioarsojpml mé de.tali 3 ayannombreret>e/pa pe." .

5 poids

partrong>1 rtrong> av. artrong>re rtrong> av. artrong> rtrong>

5 poids

partrong>2 rtrong> av. artrong>e rtrong> av. artrong> rtrong>

EP000;" dir="lI

La Albufdir="l2

EP000;" dir="l1,98

EP000;" dir="lII

La Albufdir="l3,45

EP000;" dir="l3,38

EP000;" dir="lIII

La Albufdir="l5,15

EP000;" dir="l5,01

EP000;" dir="lIV

La Albufdir="l8,2

EP000;" dir="l7,4

EP000;" dir="lV

La Albufdir="l16,42

EP000;" dir="l15,83

EP000;" dir="lVI

La Albufdir="l21,1

EP000;" dir="l20,48

EP000;" dir="lVII

La Albufdir="l41,82

EP000;" dir="l41,46

EP000;" dir="lVIII

La Albufdir="l82,8

EP000;" dir="l81,65

EP000;" dir="lIX

La Albufdir="l126,05

EP000;" dir="l125

EP000;" dir="lX

La Albufdir="l210,55

EP000;" dir="l208,45

h1>3. Logi poiditi hmonei/p>stttssystostusamyprologi poi h1

3. 1. Comparailonmbdnesce." /avece psystostusa topose h2

10Dans 27, les dEannotulat squejo s’inscrit dan dhomogènt nécohér de,il/ dalorsiposmbreret>elei dfrooarea ceeypentaaasuselielle msees poitrait lop tayapd psystostusamyprologi poidibèci/p>sttts topose bd pst pdar" /d po mcesipopulaayas.

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lI rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lII rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lIII rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lIV rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lV rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lVI rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lVII rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lVIII rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lIX rtrong>

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lX rtrong>

5 poids

pPe."

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

EP000;" dir="l208,45

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lI rtrong>

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lII rtrong>

5 poids

p3,38

5 poids

p1,71

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,04

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lIII rtrong>

5 poids

p5,01

5 poids

p2,53

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsont-variant:sborder:ffffff;"lIV rtrong>

5 poids

p7,4

5 poids

p3,74

5 poids

p2,19

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lV rtrong>

5 poids

p15,83

5 poids

p7,99

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p1

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lVI rtrong>

5 poids

p20,48

5 poids

p10,34

5 poids

p6,06

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsont-variant:sborder:ffffff;"lVII rtrong>

5 poids

p41,46

5 poids

p20,94

5 poids

p12,27,

5 poids

5 poids

p5,6

5 poids

p2,62

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsont-variant:sborder:ffffff;"lVIII rtrong>

5 poids

p81,65

5 poids

p41,24

5 poids

5 poids

5 poids

p11,03

5 poids

p5,16

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lIX rtrong>

5 poids

p125

5 poids

p63,13

5 poids

5 poids

5 poids

p16,89

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p1,53

5 poids

5 poids

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lX rtrong>

5 poids

p208,45

5 poids

5 poids

p61,67,

5 poids

5 poids

p28,17,

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p2,55

5 poids

5 poids

5 poids

part-va5 poidsparanumbe 39 Le travail qui sui0;"’appuie sur deux suppositions de départ : tout d’aosol que l’étalon est représenté par un poids présent dans le lot, deuxièmement qu’un lot organisé de manière logique est caractérisé par des multiples entiers et p:. des nombres décimaux. En analysant poids par poids, :. "’aperçoit que certaines valeurs ont peu de chances d’être considérées comme l’étalon. Pour le I, les multiples 63 et 105 paraissent peu cohérents, pour le II, ce sont les valeurs 0,59 (6/10 ou 3/5), 2,19 et 4,68 qui paraissent les moins logiques. Il en va de même pour la plupart des valeurs obtenues en prenant les poids III, IV, V, VI et VIII comme étalon. Les poids IX et X paraissent quant à eux trop élevés pour avoir servi d’étalon et il est peu probable qu’un lot soit constitué essentiellement de fractions. En partant du principe que l’étalon soit représenté par un des poids du lot, le plus probable est qu’il "’agisse du poids VI de 20,48 g. Même si cette valeur peut paraître élevée comparée aux standards connus et ceux proposés par d’autres auteurs, elle n’est toutefois gênante que dans le cas où il faudrait peser des valeurs faibles ou échelonnées sur une unité légère, autrement dit réaliser de la pesée très précise. La précisi:. désirée dépend donc de la valeur étalon et des fractions maîtrisées. Il est possible de proposer plusieurs interprétations des valeurs de ce lot en admettant que l’étalon organisateur soit le poids VI de 20,48 g.
bor ="3

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lHypothèse 1 (masses après nettoyage,
IV = 1/3, 1/2 = 1/6 + 1/3) rtrong>
bor ="3

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lHypothèse 2 (masses après nettoyage,
IV = 2/5, 1/2 = 1/10 + 2/5) rtrong>
bor ="4

5 poids

partrong>ont-variant:sborder:ffffff;"lHypothèse 3 (masses avant nettoyage,
IV = 2/5, 1/2 = 1/10 + 2/5) rtrong>

5 poids

pPoids

5 poids

pRati:

5 poids

pMesure réelle (en g)

5 poids

pValeurs théoriques (20,765 g)

5 poids

pEcart à la valeur théorique (20,765 g)

5 poids

perreur (ab" due)

5 poids

pValeurs théoriques (20,41 g)

5 poids

pEcart à la valeur théorique (20,41 g)

5 poids

perreur (ab" due)

5 poids

pMesure réelle (en g)

5 poids

pValeurs théoriques (20,91 g)

5 poids

pEcart à la valeur théorique (20,91 g)

5 poids

perreur (ab" due)

5 poids

pI

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p4,6

5 poids

p2,04

5 poids

p0,061

5 poids

p3,0<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

pII

5 poids

p1/6

5 poids

p3,38

5 poids

p3,46

5 poids

p0,0808333333

5 poids

5 poids

p3,40<

5 poids

p0,0216666667,

5 poids

p0,6

5 poids

p3,45

5 poids

p3,49

5 poids

p0,035

5 poids

5 poids

pIII

5 poids

5 poids

p5,01

5 poids

p5,19

5 poids

5 poids

p3,5

5 poids

p5,10<

5 poids

5 poids

p1,8

5 poids

5 poids

p5,23

5 poids

p0,0775

5 poids

row ="2

5 poids

pIV

5 poids

p1/3

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p8,16

5 poids

p0,764

5 poids

p9,4

5 poids

p8,2

5 poids

p8,36

5 poids

5 poids

5 poidsou I + IV

5 poids

p1/2

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,825

5 poids

p8,1

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p3,4

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p1

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p1,4

5 poids

p20,41

5 poids

p-0,07

5 poids

p0,3

5 poids

p21,1

5 poids

5 poids

5 poids

p0,9

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,07

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,0,

5 poids

pVI + VII

5 poids

p3

5 poids

p61,94

5 poids

p62,30<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,71

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,19

5 poids

p0,3

5 poids

5 poids

5 poids

p81,65

5 poids

p83,06

5 poids

p1,41

5 poids

p1,7

5 poids

p81,64

5 poids

p-0,01

5 poids

p0,0,

5 poids

p82,8

5 poids

p83,64

5 poids

p0,84

5 poids

5 poids

5 poids

p5

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,3

5 poids

p122,46

5 poids

5 poids

5 poids

p126,05

5 poids

p125,46

5 poids

5 poids

p0,5

5 poids

5 poids

5 poids

p143,69

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,72

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,65

5 poids

5 poids

5 poids

p8

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-1,15

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,01

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p186,89

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p188,19

5 poids

p-0,78

5 poids

5 poids

pX

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,8

5 poids

5 poids

5 poids

p-4,35

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-1,45

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

pX + VII

5 poids

p12

5 poids

5 poids

5 poids

p-0,73

5 poids

p0,3

5 poids

p244,92

5 poids

p-4,99

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p269,95

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p271,83

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p290,1

5 poids

p290,71

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-4,36

5 poids

5 poids

p293,35

5 poids

p292,74

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p352,04

5 poids

p353,01

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-5,07

5 poids

p1,5

5 poids

p356,27

5 poids

p355,47

5 poids

p-0,8

5 poids

5 poids

5 poids

p18

5 poids

p372,88

5 poids

p373,77

5 poids

5 poids

5 poids

p367,38

5 poids

p-5,5

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p-1,46

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p394,54

5 poids

p-1,855

5 poids

p0,5

5 poids

p387,79

5 poids

p-7,6

5 poids

p2,0<

5 poids

5 poids

5 poids

p-2,23

5 poids

5 poids

pX + IX + VIII

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,485

5 poids

p0,1

5 poids

p428,61

5 poids

p-6,97

5 poids

p1,6

5 poids

p440,5

5 poids

p439,11

5 poids

p-1,39

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p456,56

5 poids

p456,83

5 poids

p0,27

5 poids

p0,1

5 poids

p449,02

5 poids

p-7,54

5 poids

p1,7

5 poids

p461,22

5 poids

p460,02

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p477,60<

5 poids

5 poids

p0,1

5 poids

p469,43

5 poids

5 poids

p1,6

5 poids

p482,32

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,48

5 poids

p0,1

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

p0,4
5 poids

p5 poidsparanumber p42Cependant, l’observation de l’écart entre valeurs théorique et réelle pour le poids IV et la comparaison avec les mpoies avant neoliyage des concrétions m’amènent à proposer une deuxième hypothèse. Sans revenir sur l’emploi du poids VI comme standard de 20-21 g, il faut peut-être voir dans le poids IV une fraction de 2/5 et non de 1/3. Cela ne bouleverse pas les combinaisons de poids possibles, la fraction 1/2 s’obtient ardes en poiociant les poids I et IV, respectivement 1/10 et 2/5. La valeur du standard pour laquelle les dix poids présentent le moins d’écart à la norme est ardes de 20,41 g. Le pourcentage d’erreur moyen est cependant plus élevé que dans la première hypothèse : 2,03 % au lieu de 1,13 %, pour une erreur maximale de 9,36 % à la place de 6,91 % (fig. 6).
5 poids

p5 poidsparanumber p46Le corpus des poids ibériques a été bien cerné par les travaux d’auteurs antérieurs qui ont recensé 165 pièces dont les maoies sont connues, pour une chronologie comprise entre le VIe et le Ier s. av. n.è. À ces éléments, le seul qu’il est possible de rajouter, à ma connaissance, est le poids discoïde de la tombe 100 de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, milieu du und-colfont-variant:small-caps;">ive s. av. n.è.) qui pèse 9,36 g28. Cela nous donne donc un total de 156 éléments à comparer au système basé sur les dix poids d’El Cigarralejo. Il faut noter que le con

précis de découverte est connu pour seulement 88 de ces artefacts : il est possible que ceux qui restent correspondent à plusieurs systèmes distincts, même rdesqu’ils sont découverts sur un même site.

5 poidsund-colborder:ffffff;">Lots<

5 poidsund-colborder:ffffff;">Nb poids<

5 poidsund-colborder:ffffff;">Hypothèse 1<

5 poidsund-colborder:ffffff;">Hypothèse 2<

5 poidsund-colborder:ffffff;">Hypothèse 3<

5 poidsund-colborder:ffffff;">Datation<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">vie-und-colfont-variant:small-caps;">ve s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p5 %

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">vie-und-colfont-variant:small-caps;">ve s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p0 %

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">iiie s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidse-Ier s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive-und-colfont-variant:small-caps;">iiie s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidse-Ier s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">iie-und-colfont-variant:small-caps;">ie s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p6 %

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">iiie s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">iie s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ve-début und-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p1 %

5 poids

p2 %

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p5 %

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

p2 %

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poids

5 poidsund-colfont-variant:small-caps;">ive s.<

5 poids5 poidsparanumbe 49En observant plus en détail ces lots, il est certainement possible d’en exclure d’autres. Les deux poids d’El Molar (42,41 g et 42,685 g) correspondent plutôt bien au double de l’étalon de Cigarralejo. En revanche le poids d’El Oral (14,891 g) est peut-être un peu faible, mais, étant donné;" n>5aractère i" dé, il est difficile de conclure. Le poids de La Escuera est également i" dé, mais est particulièrement proche du poids étalon (20,85 g). Les trois poids d’El Puig pourraient s’appliquer au système d’El Cigarralejo : le poids le plus lourd est proche du double de l’étalon (40,98 g), cependant, les deux autres présentent des variations pouvant être importantes en fonction de l’hypothèse retenue et il faut envisager l’appartenance à un autre système. La Serreta présente un ensemble de poids relativement important (21 édéments) et pour lesquels il est parfois difficile de voir un lien avec le système d’El Cigarralejo. Il est probable que des poids appartenant à deux systèmes différents composent cette série qui nécessite une étude plus détaildée. Les quatre poids de Covalta étudiés par Ballester paraissent s’appliquer relativement bien au système (42,2 g, 81,8 g, 122,25 g, 209,5 g), avec un pourcentage d’erreur inférieur à 2 %, quelle que soit l’hypothèse envisagée. Malgré quelques é5arts, les autres poids de Covalta s’appliquent également particulièrement bien au système, mis à part un objet de 132,5 g. De la même façon, la proximité des poids des xml:lang="en" lang="en">departamentosxml:lang="en" lang="en">departamento
5 poids5 poidsnum"l29 span> Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 41.< lil
5 poids5 poidsparanumbe 50 span>A l’inverse, certains lots pourraient appartenir au même système, bien que le pourcentage d’erreur soit édevé : c’est le cas par exemple des poids de la lidbe 2 d’Orleyl (7,7 g incomplet restitué entre 11 et 13 g ; 22,92 g ; 43,7 g ; 92,62 g ; 132,88 g). La logique mathématique organisant ces poids semble très proche de celle d’El Cigarralejo mais avec des masses dégèrement plus édevées. Grau Mira et Moratalla Jávega estiment que les poids en plidb;" nt moins précis et généralement plus lourds que la masse théorique des systèmes qu’ils proposent5 poidsfootnotecall" idolosdyftn29" href="#ftn29"l29 a>. Cet é5art à la norme est peut-être cependant plus à interpréter comme le résultat d’une conservation différentielle de la masse entre les pièces en alliages cuivreux et celles en plidb;plutôt que le résultat d’une démarche é5onomico-p ditique qui différencierait des poids officiels en alliage cuivreux et des copies en plidb;imprécises. Dans le cas d’Orley, seul>le poids de 43,7 g est en alliage cuivreux et présente un pourcentage d’erreur relativement réduit alors que les autres " nt tous plus lourds d’une dizaine de pourcents.< 5 poids5 poidsparanumbe 57 span>La première hypothèse qui vient à l’esprit en présentant ce constat est l’existence de commerçants utilisant les poids dans des transactions, et elle est notamment évoquée pour identifier le défunt de la lidbe 2 d’Orleyl contenant cinq poids, un plateau de balance et trois feuilles de plidb;gravées5 poidsfootnotecall" idolosdyftn30" href="#ftn30"l30 a>. Pourtant, cette explication ne me paraît pas répondre à toutes les interrogations que suscite la métrologie ibérique. Tout d’aosol, nous avons pu observer que le nombre de séries correspondantes au système d’El Cigarralejo est réduit et que celles-ci ne présentent que rarement une adéquation parfaite avec lui. Lorsque c’est le cas,>on ne retrouve pas les mêmes structures arithmétiques entre les artefacts composant la série, même lorsqu’il s’agit de lot cohérents comme au Cabecico del Tesoro. Par exemple, les 21 poids de La Serreta se rapprochant du système d’El Cigarralejo présentent des particularités qu’on ne retrouve pas dans notre lot de référence. On note ainsi la présence d’un poids de 149,79 g pouvant correspondre à sept fois notre étalon, cependant ce multiple n’est présent que sur ce site. On remarque également que certains poids ont des masses proches (40,53 g ; 40,6 g ; 40,7 g ; 41,2 g) sans toutefois être les mêmes. Le lot d’El Cigarralejo montre que les Ibères maîtrisent suffisamment leur procédé de confection pour obtenir des taux d’erreurs faibles, pourtant, les é5arts peuvent être importants entre deux poids correspondant a priori à la même valeur.< Aranegui, C., Jodin, A., Llobegrat Conesa, E. A., Rouillard, P., Uroz Sáez, J. et Grévin, G., 1993, La nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), Madrid-Alicante.

Beltrán Villagrasa, P., 1948, El « ponderarium » de Covalta y la « Mina covaltina »,
I Congreso Arqueológico de Levante, p. 131-137.

Cuadrado Díaz, E., 1987, La necrópolis iberica de « El Cigarralejo », Mula, Murcia, Madrid, 1987.

Cuadrado Díaz, E., 1964, Sobre ponderales ibéricos, Congreso Nacional de Arqueología, Sevilla-Malaga, 1963, Zaragoza, 8, p. 339-352.

Fletcher Valls, D. et Lazaro Mengod, A., 1981, Materiales de la necropolis ibérica de Orleyl (Vall d’Uxo, Castellon), Valencia.

Fletcher Valls, D. et Mata Parreño, C., 1981, Aportación al conocimiento de los ponderales ibéricos, Saguntum, 16, p. 165-176.

Fletcher Valls, D. et Silgo Gauche L., 1995, De nuevo sobre ponderales ibéricos, Verdolay, 7, p. 271-275.

Gailledrat, E. et Taffanel, O. et J., 2002, Le Cayla de Mailhac (Aude) : les niveaux du premier âge du Fer (vie-ve s. av. J.-C.), Lattes.

Grau Mira, I. et Moratalla Jávega, J., 2003-2004, La regulación del peso en la contestania ibérica. Contribución al estudio formal y metrológico de las pesas de balanza, AnMurcia, 19-20, p. 25-54.

Lucas Pellicer, M.R., 1990, La balanza de dos platillos : el primer instrumento de medida conocido en la Península Ibérica, Verdolay, 2, p. 61-66.

Maillé, M., Gascó, J., Belbenoit, V. et Cros, J.-P., 2011, Une tombe fortunée de l’âge du Fer auprès de menhirs : le site de Saint-Bauzille aux Verreries-de-Moussans, Hérault, Documents d’Archéologie Méridionale, 34, p. 127-129.

Monraval Sapiña, M., 1992, La necropolis ibérica de El Molar (San Fulgencio-Guardamar del Segura, Alicante), Alicante.

Pare, C., 1999, Weights and Weighing in Bronze Age Central Europe, Eliten in der Bronzezeit, Mainz, p. 421-514.

Perea A. et Armbruster, B., 2011, Tomb 100 at Cabezo Lucero : new light on goldworking in fourth-century BC Iberia, Antiquity, 85, p. 158-171.

Rubio Gomis, F., 1986, La necrópolis ibérica de Albufereta de Alicante (Valencia, España), Valence.

Vilaça, R., 2011, Ponderais do Bronze Final -Ferro Inicial do Occidente Peninsular : novos dados e questões em aberto, Anejos de AEspA, 58, p. 139-167.

Haut de page

Notes

1 Beltrán Villagrasa, 1948, p. 131.

2 Beltrán Villagrasa, 1948, p. 136-137.

3 Cuadrado Díaz, 1964.

4 Fletcher Valls, Mata Parreño, 1981.

5 Fletcher Valls, Silgo Gauche, 1995, p. 273.

6 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003.

7 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 43-44.

8 Pare, 1999, p. 510.

9 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 32-33.

10 Cuadrado Díaz, 1964, p. 340.

11 Maillé et al., 2002, p. 128-129.

12 Pare, 1999, p. 510.

13 Grau Mira, Moratalla Jávegan 2003, p. 40.

14 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 41.

15 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 42.

16 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 42-43.

17 Fletcher Valls, Silgo Gauche, 1995, p. 273-274.

18 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 47.

19 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 50.

20 Cuadrado Díaz, 1987.

21 Cuadrado Díaz, 1987, p. 27-28.

22 Cuadrado Díaz, 1987, p. 44.

23 Cuadrado Díaz, 1987, p. 355.

24 Cuadrado Díaz, 1987, p. 374.

25 Cuadrado Díaz, 1964, p. 341.

26 Cuadrado Díaz, 1964, p. 342.

27 Lucas Pellicer, 1990, p. 63 ; Gailledrat et al., 2002, p. 133, fig. 164.

28 Perea, Armbruster, 2011, p. 160.

29 Grau Mira, Moratalla Jávega, 2003, p. 41.

30 Fletcher Valls, Lazaro Mengod, 1981.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Répartition des sites ayant livré des poids de balance.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3. Poids de la tombe 200 d’El Cigarralejo, d’après E. Cuadrado, 1987.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/2310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibaud Poigt, « Le lot de dix poids d’El Cigarralejo (Murcie). Approche de la métrologie ibérique à partir d’un exemple archéologique », Pallas, 97 | 2015, 133-158.

Référence électronique

Thibaud Poigt, « Le lot de dix poids d’El Cigarralejo (Murcie). Approche de la métrologie ibérique à partir d’un exemple archéologique », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2310 ; DOI : 10.4000/pallas.2310

Haut de page

Auteur

Thibaud Poigt

Titulaire d’un Master 2 Arts et Cultures de la Préhistoire et Protohistoire
Université Toulouse Jean Jaurès
thibthibgbx@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals