Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Paulin Ismard, L’événement Socrate

Paris, Flammarion, 2013, 300 pages
Jean-Marie Pailler
p. 236-239
Référence(s) :

Paulin Ismard, L’événement Socrate, Paris, Flammarion, 2013, 300 pages.

Texte intégral

1Les contre-enquêtes sont dans l’air du temps, et l’auteur de ce livre publié quelques mois avant celui de Kamel Daoud (Meursault. Contre-enquête) aurait aussi bien pu lui donner pour titre « Socrate. La contre-enquête ». Non que la dimension « événement » du personnage Socrate soit ici ignorée : un développement spécifique, peu contestable s’il n’est pas vraiment original, est même consacré à l’évolution du thème de « l’événement » dans l’historiographie, de Langlois à Braudel, Le Goff et au-delà. Quant à la fin de l’ouvrage (chapitres 7 à 9), elle traite des retentissements ultérieurs d’une trajectoire personnelle singulière, d’un message diversement exposé par les Anciens et d’une condamnation qui a fait et qui fait encore aujourd’hui débat. Mais le vrai sujet de l’auteur, c’est bien le procès lui-même et la discussion de ses justifications et de sa légitimité. Et si l’on veut d’emblée résumer sa position, quitte à la caricaturer, on dira qu’il s’inscrit en faux contre l’opinion majoritairement reçue en donnant bien des raisons sinon d’approuver, du moins de comprendre la sentence des juges athéniens de 399 ressaisie dans son contexte. Alors, une fois « la démocratie innocentée », sommes-nous en présence d’un Socrate bon pour la ciguë, symétrique, dans le genre paradoxal, de certain « Saint Néron » ?

2La caricature n’émane pas plus de P. Ismard que du présent compte rendu, mais bien plutôt des présentations journalistiques et publicitaires – ce fut tout un – qui ont insisté d’emblée sur un prétendu « bouleversement », une « révolution » de la vision historique de Socrate. Socrate, le buzz, enfin ! Finie la grande conscience qui (r)éveille celle des autres, aux oubliettes le (ré)inventeur du « connais-toi toi-même », le héraut de la pensée personnelle et libre en butte à la répression stupide et sauvage d’un peuple dévoyé, aveuglé par de mauvais bergers. Foin de ce Socrate de manuels, dont chacun garde au moins un vague souvenir. Voici le vrai Socrate, rendu à son temps et à son histoire, celle du tournant du ve au ive siècle athénien : partisan forcené de l’oligarchie, adversaire acharné de la démocratie, complice de la toute récente tyrannie des Trente, gourou d’une caste autoritaire sinon totalitaire.

3Le seul élément de vérité que contienne ce portrait à charge et « fils de com’ », c’est que P. Ismard refuse toute biographie « officielle » du condamné, qu’elle soit de la plume hagiographique et déformante de Platon ou de celle d’un autre disciple, Xénophon. Il réhabilite au passage les Mémorables et l’Apologie de Socrate de ce dernier, trop écrasés dans la tradition par la trilogie platonicienne : Apologie de Socrate, Criton, Phédon, à laquelle l’historien ajoute à juste titre l’Euthyphron et le Lysis. Il restitue toutes ces œuvres dans l’ensemble des logoi sokratikoi du ive siècle. Chacune d’entre elles s’inscrit dans un courant polémique déclenché par la violente attaque portée contre la mémoire de Socrate, presque immédiatement après sa mort, par Polycrate (p. 34-36), dans un pamphlet perdu mais vite célèbre, Accusation contre Socrate. Cette remise en contexte n’aboutit nullement à dévaluer ces œuvres, dont le détail et bien des auteurs nous sont mal connus, mais au contraire à marquer l’inflexion qu’elles impriment à la vie intellectuelle et civique d’Athènes à cette époque.

4P. Ismard se refuse à choisir, de manière anachronique, un « camp » contre un autre. Il ne fait pas choix de philosophe, mais d’historien. De là cette suite de chapitres qui ne craignent pas les reprises, voire les redites, ou qui, pour mieux dire, adoptent la démarche « en spirale » d’approfondissement progressif dont H.-I. Marrou, dans son De la connaissance historique, faisait le juste éloge. Ainsi viennent successivement à être éclairés les arrière-plans de « l’affaire » : nature de la cité démocratique, cadre proprement athénien de l’épisode politique et judiciaire, rappel des événements immédiatement antérieurs au procès, de la guerre du Péloponnèse aux véritables guerres civiles de la fin du ve siècle, portrait des cercles oligarchiques dont Socrate fut proche (du plus illustre de leurs représentants, Alcibiade, au plus extrémiste, Critias), « panoramique » sur un système religieux inséparable du politique, auquel la notion de tolérance était aussi étrangère que celle de persécution, gros plan sur les méthodes et le cadre de l’enseignement intellectuel, en référence aux « maîtres de vérité » de M. Detienne et au développement ultérieur de la sophistique. Sur ce point au moins, P. Ismard ne s’écarte pas d’une vulgate écartelée comme devaient l’être les Anciens : Socrate fut un sophiste, mais un sophiste à part (tant de choses déjà là-dessus dans l’Histoire de l’éducation de Marrou)…

5Pour éclairer ces aspects souvent difficiles et donc discutés, l’auteur recourt à des citations d’auteurs anciens, qu’on souhaiterait plus nombreuses et parfois plus longues - j’y reviendrai en conclusion. Il a lu une bibliographie impressionnante, se référant aussi bien aux travaux classiques de J. de Romilly ou C. Mossé, puis L. Brisson pour Platon, M. H. Hansen, P. Zanker, qu’aux études récentes de V. Azoulay, L.-A. Dorion (l’un et l’autre très souvent mentionnés), G. Danzig (avec ce titre emblématique : Apologizing Socrates. How Plato and Xenophon created our Socrates, 2010), etc. P. Ismard est – c’est heureux – loin de prendre ses distances avec l’ensemble de la tradition historiographique. Sur quelques points, cependant, des travaux publiés ces dernières années apportent des nouveautés que cette synthèse intègre. Tel est le cas de la logique de la justice athénienne, très rudimentaire pour des Modernes formés aux règles et à la jurisprudence du droit romain. Les jugements étaient rendus au cas par cas, selon des critères imprécis, volatiles, soumis aux contingences de la situation et de l’opinion. Jugement sans appel et en deux temps, le second consacré à la fixation de la peine : l’auteur souligne justement que Socrate s’est condamné lui-même à mort en ne se conformant pas, tout au contraire, à la coutume pour l’accusé de s’incliner devant ses juges.

6Ces constatations renforcent l’image d’un dissident radical, par le comportement au moins autant que par les théories. La gratuité ostentatoire de son enseignement n’en est pas le moindre témoignage, à l’heure de la sophistique triomphante… et payante à proportion de ce succès. Spécialiste lui-même des associations et des « réseaux » qui structuraient la vie civique et les « milieux intellectuels » – comme on peut commencer à dire pour cette époque –, P. Ismard aboutit finalement à un portrait en pointillé, plus nuancé et complexe que l’image couramment retenue du maître de sagesse et de conduite.

7L’auteur a donné à son beau et court chapitre-bilan un titre en forme d’antiphrase : « Circonscrire l’énigme » (chap. 6, p. 199-209). Il y expose en effet, de manière peu contestable… en quoi et pourquoi cette énigme ne saurait être circonscrite. Comme on vient de le voir, la justice athénienne d’alors ne se prêtait pas aux définitions précises, aux attendus rigoureux, à la référence à quelque précédent que ce soit : elle était de part en part politique et « de circonstance ». Il n’existe pas d’ultima ratio à cette condamnation. Ses motifs furent nombreux et divers, et les siècles qui ont suivi, jusqu’au nôtre, ont pu choisir tout à tour, ou concurremment, la thèse du règlement de comptes politique, de la persécution religieuse, ou encore celle de la liquidation d’un dissident aussi arrogant à son procès que dans son mode de vivre et d’enseigner ; en somme, la thèse de la revanche d’un holisme civico-familial contre le contempteur du règne patriarcal, celui de l’oikos. On reste néanmoins surpris de l’impasse faite finalement sur ce dernier thème, alors qu’il clôturait, au long du riche chapitre précédent (« Socrate et la corruption de la jeunesse athénienne », p. 163-197), le cercle ascendant des contre-enquêtes.

8Contrastant avec cette flamboyante synthèse, les derniers chapitres, sur la reconfiguration perpétuelle de Socrate, ne présentent qu’un intérêt relatif, et comme de curiosité. Quelques pages pour une histoire aussi longue, aussi complexe, c’est trop, ou trop peu. Pour s’en tenir à la filiation monothéiste, particulièrement chrétienne, il faut convenir que l’influence de la légende socratique sur la rédaction de l’évangile de Marc ou celle du livre des Actes est rien moins qu’évidente : « triangle des Bermudes », avoue l’auteur (p. 220, où, sans être spécialiste de la Formgeschichte, on peut trouver contestable la formule : « en l’absence d’informations irrécusables sur les modèles narratifs et les techniques d’écriture des Evangiles comme des Actes »). Du iie au ive siècle, de Justin à Origène, Clément d’Alexandrie et Eusèbe de Césarée, les éléments sont plus probants, mais ils inscrivent la figure de Socrate dans le contexte plus global du platonisme chrétien, après le platonisme juif de Philon. On trouverait peut-être plus d’intérêt à confronter trois épisodes historiques, séparés chaque fois l’un de l’autre par deux siècles, qui ont eu tour à tour pour cadre Athènes, Rome et Jérusalem. Ces épisodes ont représenté dans l’Antiquité et pour les siècles suivants autant d’ « événements », au sens donné à ce mot par P. Ismard : le procès de Socrate dans l’Athènes de 399 av. J.-C., celui des Bacchanales romaines en 186 av. J.-C., celui de Jésus en l’an 30 ou 33 de notre ère. Ce n’est pas le lieu de développer ce double parallèle, sans doute plus riche d’harmoniques qu’il n’y paraît, notamment sur un terrain commun : la contestation, implicite ou explicite, du « règne des pères ».

9En fin de compte, ce livre si riche ne souffre que d’une carence : le manque de citations, et surtout de citations larges. De Platon, de Xénophon et des autres, socratiques et anti-socratiques, nous n’avons ici que des témoignages lapidaires et éclatés. On peine à y entendre la voix de Socrate. Un peu comme un savant ouvrage d’exégèse biblique peut inciter quiconque s’intéresse à la figure de Jésus à se replonger dans les Evangiles, ce livre, peut-être contre son gré, donne envie de relire d’une traite, mais désormais dûment éclairé, « le Socrate de Platon ». De revenir, en somme, du kaléidoscope à la « radioscopie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Paulin Ismard, L’événement Socrate », Pallas, 97 | 2015, 236-239.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Paulin Ismard, L’événement Socrate », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2399

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d’histoire romaine
Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608 CNRS
pailler.jean-marie@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals