Navigation – Plan du site
Notes de lectures

François Hinard, Rome, la dernière République

Scripta Antiqua 32, Ausonius, 2011, 529 p.
Cyril Binot
p. 245-248
Référence(s) :

François Hinard, Rome, la dernière République, Scripta Antiqua 32, Ausonius, 2011, 529 p.

Texte intégral

1Ce n’est pas, il faut le dire, sans une certaine émotion que l’on parcourt ce livre, émotion que nous partageons avec celle, palpable, d’Estelle Bertrand, qui a réuni les articles composant le volume, ou de Jean-Michel Roddaz, qui en signe la préface. Le présent recueil, prévu de longue date rappelle E. Bertrand, est devenu, par la force des circonstances, un hommage – geste de Pietas selon J.-M. Roddaz – au savant disparu en 2008.

2L’intérêt premier de cet hommage réside sans doute dans la volonté de donner à lire, dans un seul et même volume, « les principaux articles » de F. Hinard selon E. Bertrand, « la quintessence » de son travail selon J.-M. Roddaz. L’ouvrage regroupe ainsi la quasi-totalité des articles de l’auteur, à l’exception de deux contributions mineures et collectives. C’est donc une vie de recherche scientifique qui se révèle au lecteur, dans ses évolutions, ses thèmes récurrents, ses interrogations et ses méthodes. Ainsi assemblées, ces contributions précisent les contours de l’œuvre d’un savant profondément associé à la figure de Sylla, mais dont la connaissance très précise des sources comme la réflexion sur la crise de la République prend, par les associations signifiantes opérées ici, un relief nouveau.

  • 1 Hinard F., Les Proscriptions de la Rome républicaine, Coll. EFR 83, Rome, 1985.
  • 2 Hinard F., Dumont J.-C. (dir.), Libitina, Pompes funèbres et supplices en Campanie à l’époque d’Aug (...)

3L’ouvrage est organisé selon des regroupements thématiques, autrement plus intéressants qu’une simple compilation chronologique par ce qu’ils révèlent de la démarche heuristique de l’historien ; les choix opérés dans les regroupements peuvent évidemment se discuter, certains articles distribués dans les trois dernières parties ressortissant clairement de la période syllanienne. Les deux premières parties, Autour de Sylla : mythe et histoire, puis Entre République et Principat, histoire d’une révolution, rassemblent tous les travaux qui ont précédé, préparé puis complété la thèse de l’auteur, articulée, on s’en souvient, autour des deux proscriptions1. Les deux autres parties sont sensiblement moins développées, déséquilibrant quelque peu l’ouvrage ; si la troisième partie (La Ville de Rome, espace du politique) prolonge de façon très stimulante les travaux des deux premières par une réflexion sur l’inscription du fait politique dans l’espace urbain pensé comme le lieu privilégié de l’affirmation du pouvoir, la quatrième, reprenant les travaux de l’auteur qui l’ont conduit en particulier à co-diriger l’édition de la Lex Puteolana2, peine à articuler de façon cohérente les quatre articles qui la compose.

  • 3 Hinard F., Sylla, Fayard, Paris, 1985 ; Hinard F., Sullana Varia. Aux sources de la première guerre (...)
  • 4 Cf. par exemple David J.-M., La République romaine de la deuxième guerre punique à la bataille d’Ac (...)

4Bien évidemment, il ne faut pas attendre de cet ouvrage, qui ne contient aucune contribution inédite, qu’il expose un pan nouveau du travail de François Hinard : les recherches autour du personnage de Sylla en particulier sont bien connues, en plus de sa thèse publiée en 1985, par son Sylla, publié la même année, et de nombreux articles présentés ici sont la matrice d’un ouvrage publié en 2008, Sullana Varia, dont la logique interne, ainsi que de nombreux passages, se retrouvent dans la première partie du présent ouvrage3. Pour autant, on suit avec plaisir la progression de l’auteur pour mettre à jour l’ambivalence de la figure de Sylla, dégager le mythe et ses strates de construction, antiques puis modernes. La question de la nature juridique des pouvoirs de Sylla prend ainsi, au fil des articles, une place nouvelle, et la démonstration sur la date de l’abdication de la dictature aux calendes de juin 81 – Cassius Dion et l’abdication de Sylla, p. 59 –, reprise et complétée, reste fondamentale et encore trop peu prise en compte par les manuels d’histoire romaine qui continuent à privilégier une abdication en 804. Il en va de même d’ailleurs d’un autre topos de l’histoire romaine, celle de la fameuse « première prise de Rome » en 88, réduite par F. Hinard (p. 175-178), dans une perspective bien plus légaliste, à une opération de police menée conjointement par les deux consuls. A reprendre ces contributions, on est saisi par ce retour constant à la dictature de Sylla, par cet effort toujours renouvelé pour comprendre les moindres détails d’un événement dont il a perçu plus que tout autre le caractère profondément révolutionnaire et fondateur : le stimulant concept de « magistrature inconstitutionnelle » (p. 63 sq.) explore cette césure institutionnelle décisive qui préfigure non pas la forme juridique du pouvoir augustéen, mais sa nature profonde.

5L’intérêt majeur de cet ouvrage tient, selon moi, à ce qu’il nous donne à connaître du parcours d’un grand scientifique, de ses évolutions, et de sa méthode. Il est par bien des aspects, une leçon d’Histoire, dans son articulation avec les sciences auxiliaires que sont la philologie, la prosopographie ou le droit.

  • 5 Cicéron, Discours. Pour Sextius Roscius, Les Belles Lettres, 2006, texte établi, traduit et comment (...)

6On est tout d’abord frappé, tout au long de l’ouvrage, par la rigueur du raisonnement, la clarté de l’exposition et la précision méticuleuse dans le maniement des auteurs antiques. On connaît bien entendu le travail d’édition mené par F. Hinard, en particulier autour de l’œuvre de Cassius Dion, d’Appien ou encore de Cicéron5. Cette connaissance intime des textes permet une appréciation de leur valeur intrinsèque et relative, le conduisant par exemple à réhabiliter Appien – pour la cohérence de sa réflexion sur la stasis p. 263 et sq. –, ou Cassius Dion -pour sa précision dans les questions institutionnelles p. 273 – comme sources essentielles dans la compréhension de la révolution romaine. F. Hinard le revendique, son « regard d’historien [est] appuyé par une lecture renouvelée des sources » (p. 309). On découvre ainsi au fil des articles une grande maîtrise de la production littéraire latine ou des historiens grecs de Rome, ainsi qu’une réflexion bâtie sur la précision du philologue. Quelques exemples choisis : la date de l’abdication de Sylla est déduite d’une différence dans les termes employés par Cicéron pour le qualifier entre le pro Quinctio et le pro Sex. Roscio, p. 70-71 ; la symbolique de la mise à mort lors de la première proscription est retrouvée à partir des termes latins utilisés pour la décrire, p. 89 et sq. ; la discussion sur le positionnement politique du personnage de C Norbanus est menée à partir de l’adjectif inutilis qui lui est appliqué par Cicéron, p. 149 ; la fonction du praeco et la reconnaissance sociale de l’ordo s’appuient sur la racine indo-europénne du terme p. 433, mais également sur les champs lexicaux associés p. 180…

7Parmi les leçons les plus signifiantes, signalons celles qui accompagnent le délicat maniement de la prosopographie. Volontiers rugueux dans la controverse – les compte-rendus de lectures présents dans l’ouvrage en attestent-, F. Hinard ne manque pas une occasion de préciser – en particulier dans les articles qui ont précédés l’établissement des catalogues de proscrits figurant dans son ouvrage de 1985 ou celui établissant la liste des liberi proscriptorum- son appréciation d’une science qui doit rester une auxiliaire de l’Histoire. Refusant de fonder des hypothèses sur les simples convergences onomastiques (p. 159), sur les appartenances familiales (p. 144) ou sur les homonymies (p. 156), il dessine les contours d’une prosopographie exigeante, c’est-à-dire qui ne se prendrait pas elle-même comme objet – « il n’y a pas de prosopographie « en soi » », affirme-t-il ainsi p. 162 – par opposition à une « prosopographie dangereuse », celle qui oublie d’inscrire les personnages qu’elle étudie dans leur environnent socio-politique – et leur univers mental est-on tenté d’ajouter. « Réduire l’analyse politique à la prosopographie, prévient-il, c’est refuser de se placer dans une perspective historique » (p. 145), ce qu’à titre personnel il refuse avec force, tachant de saisir, par son importante recherche en la matière, les indicateurs sociologiques des changements politiques et institutionnels à l’œuvre dès la période syllanienne. C’est d’ailleurs, affirme-t-il, une leçon apprise de Ronald Syme.

  • 6 Syme R., La révolution romaine, Paris, 1967, traduction d’après l’édition anglaise de 1952 [1939].

8Une remarque à ce propos : la deuxième partie en particulier, me semble révéler un compagnonnage très étroit, doublé d’un très grand respect, avec l’œuvre de Sir Ronald Syme6. La partie s’ouvre en effet sur un article, Histoire romaine et révolution, qui rend un hommage appuyé à l’historien anglais et sa contribution fondamentale à la compréhension de la période : « un concept moderne, celui de révolution, a permis à nos études, voici déjà cinquante ans, de faire un progrès décisif » (p. 249). Les références à La révolution romaine sont nombreuses et explicites, et le jugement de Syme est régulièrement convoqué dans la conclusion des articles pour en valider les résultats (p. 30, p. 162, p. 306-307). Mais, s’il s’inscrit dans cette filiation, il s’agit également de la prolonger par la volonté de saisir le processus révolutionnaire sur un plus long terme en y intégrant la période syllanienne : l’étude de la collation de la tribunicia potestas à César puis à Auguste (p. 309 sq.), à la lumière de l’expérience institutionnelle menée par Sylla, montre que c’est là une démarche féconde. De même, sa lecture sans faille des textes lui permet de confronter la perception de la crise et du processus révolutionnaire par les historiens anciens et les outils modernes d’analyse tels que les manipulait déjà Syme. Enfin, une approche prosopographique renouvelée précise le rôle de certains membres de la nouvelle classe dirigeante qui émerge du chaos de la guerre civile, à l’exemple de T. Statilius Taurus (p, 420-421).

9Il est bien d’autres aspects que l’on pourrait légitimement mettre en valeurs dans le travail de F. Hinard rassemblé dans ce gros volume, bien des points qui pourraient appeler des précisions, des contradictions. Mais son aspect rétrospectif incite à souligner aussi ce qu’il donne à découvrir de l’auteur à travers le temps et un rapport assez jubilatoire à son travail, à mesure que se forge la stature du grand historien. La distance est grande entre le jeune doctorant de 1975 qui utilisait, comme tous ses prédécesseurs, le pluriel pour parler « des proscritpions » de Sylla (p. 196-197), l’historien qui affirme en 1981, texte latin à l’appui, la nécessité du singulier « la proscription » (p. 75) et le professeur reconnu qui s’agace d’un confrère persistant à utiliser le pluriel dans une sévère controverse en 1993 (p. 137). On pourrait, avec quelque malice, paraphraser Gérard Genette dans Figures III, résumant La recherche du temps perdu en trois mots : « Marcel devient écrivain » ; il y a quelque chose de cette métamorphose à l’œuvre dans ce livre qui montre comment « François devient historien ». Et l’on se prend à sourire avec lui, que l’on imagine volontiers au centre d’un groupe d’étudiants, lorsqu’il affirme, péremptoire, qu’il cessera d’appeler « Octave » ou « Octavien » celui qu’il ne nommera plus que « le jeune César » ou lorsqu’il propose, non sans humour ni raison, d’en finir avec « les Guerres Puniques » pour parler de la guerre de Sicile, de la guerre d’Hannibal et de la guerre contre Carthage (p. 387).

Haut de page

Notes

1 Hinard F., Les Proscriptions de la Rome républicaine, Coll. EFR 83, Rome, 1985.

2 Hinard F., Dumont J.-C. (dir.), Libitina, Pompes funèbres et supplices en Campanie à l’époque d’Auguste : édition, traduction et commentaires de la Lex Puteolana, Paris, 2006.

3 Hinard F., Sylla, Fayard, Paris, 1985 ; Hinard F., Sullana Varia. Aux sources de la première guerre civile romaine, De Boccard, Paris, 2008.

4 Cf. par exemple David J.-M., La République romaine de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium. 218-31, Point Histoire, 2000, p. 180.

5 Cicéron, Discours. Pour Sextius Roscius, Les Belles Lettres, 2006, texte établi, traduit et commenté par F. Hinard avec la collaboration pour la notice et les notes, de Y. Benferhat ; Appien, Histoire romaine - TomeVIII, LivreXIII. Guerres civiles LivreI, Les Belles Lettres, 2008, texte établi et traduit par P. Goukowsky, annoté par F. Hinard ; Cassius Dion, Histoire romaine - Livres 41 & 42, Les Belles Lettres, 2002, texte établi par M.-L. Freyburger-Galland, traduit et annoté par F. Hinard et P. Cordier.

6 Syme R., La révolution romaine, Paris, 1967, traduction d’après l’édition anglaise de 1952 [1939].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Binot, « François Hinard, Rome, la dernière République », Pallas, 88 | 2012, 245-248.

Référence électronique

Cyril Binot, « François Hinard, Rome, la dernière République », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2614

Haut de page

Auteur

Cyril Binot

TRACES UMR 5608, Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals