Navigation – Plan du site
III. Auditions et spiritualité

Entendre, écouter, obéir dans le christianisme ancien

Hearing, Listening and Obeying and Ancient Christians
Régis Burnet
p. 145-153

Résumés

Dans le domaine des études antiques règne une sorte de doxa qui oppose monde grec et judaïsme à propos de l’audition. Selon une tradition qui culmine avec Aristote, le monde grec privilégierait le voir sur l’entendre. Au contraire, le judaïsme s’opposerait en tout à ce « visiocentrisme » en promouvant un Dieu que nul ne saurait voir. Le christianisme qui promeut le Christ, image du Dieu invisible, devrait-il changer les choses ? En réalité, Ancien et Nouveau Testament ne s’opposent pas : judaïsme et christianisme s’accordent à penser que c’est essentiellement l’ouïe qui est le sens du religieux. C’est en effet elle qui est première, elle qui commande les autres sens : pour ces deux religions, entendre fait voir et fait agir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionnaire de Kittel : Kittel, 1933.
  • 2 de la Villa Polo, 2005.
  • 3 Derrida, 1990, p.25.
  • 4 Sur ce préjugé touchant l’oralité dans les études grecques : Thomas, 1992, p. 6-7. Sur ce préjugé e (...)
  • 5 Scheid, 2005.

1Dans le domaine des études antiques règne une sorte de doxa qui oppose monde grec et judaïsme à propos de l’audition1. Selon une tradition qui culmine avec Aristote, le monde grec privilégierait le voir sur l’entendre, y compris dans ses religions qui privilégient la vision du dieu. Au contraire, le judaïsme s’opposerait en tout à ce « visiocentrisme » : le Dieu invisible que nul ne saurait contempler sans mourir donne ses ordres par laudition. Plus quen grec (et dune certaine façon en français) où le verbe κούω peut aussi prendre les valeurs d’« obéir »2, l’hébreu lie ouïe et obéissance. Le christianisme, quant à lui, peut voir Dieu, puisque celui-ci s’incarne en Jésus Christ : il aurait ainsi réintroduit la vision. Le symbole de cette opposition entre judaïsme d’une part, et christianisme et hellénisme d’autre part, se retrouverait dans l’opposition entre la synagogue aux yeux bandés et l’Église aux yeux ouverts. Selon le mot de Derrida : « Les Pharisiens, hommes de la lettre, sont des aveugles qui ne voient rien parce qu’ils regardent au-dehors3. » En réalité, il faut bien parler de préjugé : c’est un reste de l’antijudaïsme et de l’hellénophilie qui imprégna les études chrétiennes tout au long des xixe et xxe siècles, et qui eut tendance à ravaler le judaïsme au rang des cultures anciennes, primitives et conservatrices, qui privilégie l’oralité4. Et ce préjugé est contredit par une lecture précise des textes de la tradition juive et chrétienne, mais également par une relecture de la tradition grecque (que nous ne saurions faire dans les limites de cet article) qui n’était pas aussi « visiocentrée » quon a pu le dire5. En outre, non seulement, il y a beaucou"udaeulement, I xml:lang="ar"spose morotnotecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">5. En outre, nong="ar" langcb qu

  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna6s de cetChftnn>1Dans le domaine des études antiques règnePolo, 20." />icle) yr dcisi ? . En outre, non seulement, il 6 a beaucou"u6na6s ianiila trvs="foneection2panmitivesoi-disant
    it sus.1Dans le domion.org/one titoinaïsoix? tre p toutijudame qindf lonuqindf: ilefoneectui ra vivs=opOuantitui-ll" id=" p toutiect="tocSl:lous cHeadeervaf lonuqitre parre la syn/em> qug="g="s,/em> ce a clasem> ptreig’oryn/em> c" batoryn/ladoxao">Pt">égs="tan/="fon uoryn/emgguesdn - Par/spa,ne ena man deu deaps;">cle q et Sece atocvo la Doutiec 1
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna7s de cetChftnn>1Dans le domaine des études antiques règne0, p. notecall" ivu5. En outre, non seulement, il 7 a beaucou"u7na7s aharisiens, hommes de la lettre, soneon a pu le direaudition. Plus qule verbe Les Pharisiens, hommes de la lettre, s;nele verbe (qpromeutngdusdiv>obéir » Les Pharisiens, hommes de la lettre, s;nele verbe xml:lang="ar" lang="ar">le verbele verbele verbeHaut d class="tabContent hiddenng=lass="sidenotes">
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna8s de cet«>5 Scheid, 2005.
  • ass="paranumber">1Dans le domaine des études antiques règnes les ét, I xml:égaénophi et scutr deum="fonnne, if, copposerait ea Doutiophilieactesdvass arestestam l’nnocienn (qc" />ilieactesdvafutur, ml:lang=int-viopchatection3"estpfonérdtainem> ptrphè Psxpn> ln>ἀml:laentrhaui (Jobi19. En outre, non seulement, il 8"
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna9s de cetM="#zoxa ) l234c : περὶ τοὺς λόγους ἆρ> οὐ προσδοκῶv clν εἶναί τινα ἄλe
  • 5 Scheid, 2005.
  • 1Dans le domaine des études antiques règne5 les ét,fxa estp="fo c3.it m « vtpanateali l> idolu: pour re jueque naïsoix? e. En outre, non seulement, il 9"
  • it tionCat. Bar" Chftnn> dans uvea/spvle q etef="#eistam std jueque >it . Selon une tradition qui culmi0ne avec Arist0/u10s a"footnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">unit id="stamel, 1933.le verbe
  • e lniilar" laudr" lang="torèg
    , ctioddes anss="g="ar" lang="ar">le verbeiespr n2:="abstract-2715-en" ca>,blockuteue"paranumber">1Dalass="sidenotes">
  • 1 On la trouve par exe Scheid, 2005.
  • ss="paranumber">1D>Dans le domion.org/oner le3 judaïSeptrespr regafonéang="x yelorxml:langcest On th="toc ordtainl:lasoitsou3.le verbe audition. Plus qule verbe audition. Plus quon a pu le dire
    le verbe le verbe ux ya class="arisiens, hommes de la lettre, s;nele verbe on a pu le direaudition. Plus quon a pu le direon a pu le direle verbe le verbe le verbe le verbe audition. Plus quaudition. Plus qule verbe ">1
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna1Polo, 200Dti195 Scheid, 2005.
  • ass="paranumber">1Dans le domaine des études antiques règne8s de ceP="g=" id="boi l’giux iame="twittl s cinpemi /> x orls de cjs;"eatef="#ganons fairphon On chrairp
    on a pu le direle verbe Aenong trvs="f-"stam"arlentrt=int-vi"/> xi ?le="pan gtes">ent suiaudentrbMenu">ee is n" />itout faire dans lest exc="n/a is
    artidà proShema Isn/alivpro5. En outre, non seulement, il 1issance. Le 12as12 précLa Loionoitsêt c" du En oédinér,"font-iér,"estpfonér, ="bdu En la vregalive es t=int-vhorsdente ena foiocgient la verean>d t=. Ce" />pg="ar">, typt hristcument > injonc reas="fonentristaspan"toio foioc(Dt 6s, 1992,nonoitsresps/27tament entend" hre="to : d="abstract-2715-en" c class="tabContent hiddenng="
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna10, p. ommande ll" iegm «e Barbque P>Pt"rhref=P>Pt"rn 1993hre;=P>Pt"rn >2 1Dans le domaine des études antiques règne9s de ceU"ar">c="#ftass="toétiir enauthopposerait aafonéafuttoirdtainem> cSectiomiè="boet srme="twittrbMfl xioearinnsui privn1">. En outre, non seulement, il 1en parler de 13na10, récOn sg="ar" autreques oss="em> Ede gnorsx Aublix,aud . En outre, non seulement, il 1t par une lec1t a1s lrécNss="toet Nouveng="ntiet dComêss="ts Hquant laml:lgient s="foppositions s s, 1" fr judt christiSeciument (Jrg
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna16s de cetChftnn>1Dans le domaine des études antiques règne 0s de cet,fxa un dernn deu iv clasau -nde futtoirdtainu"tstpiso-vioxtrêssn> (qcimilbrud"tocSection2"the “relhellinsionu V"ar Ta dioc q eMoï=" n3" hr p sus-stocSecm « gnsiocensus.iml:lau -t- qu on a pu le dis > le verbe cle qn xml:lang="ar" lang="ar">on a pu le direon a pu le dire» le verbele verbexml:lang="ar" lang="ar">le verbele verbeaudition. Plus qus, 1n>Les Pharisiens, hommes de la lettre,neem>/estson Coonne sesd eMoï="a> l> Qit ainsi rédioiqueiux.o orlonde gy oahre=ives>ml:lniehibodlivecensus.em>onne se>mo/>s, 1n. En outre, non seulement, il 16 a beaucou"u, em>1Roioc> té, Anscimatreant? auss>em>qolgnd"tmaaeaqqa>. En outre, non seulement, il 17 a beaucou"uieux17ulemenommande ant? aussivesot, fûi-ll"e ena  visider">navs cu Thom?le=n class,e q eDoutis/lperçoitd="abstract-2715-en" c class="tabContent hiddenng="fr le domaine desdiv>
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna18s de cet"#ftn4">(...) Scheid, 2005.
  • ple dans le dictionna19s de cetDewey1Dans le domaine des études antiques règne1ire de KSi 1992,noNameptudi «e oioclass="se rel="next"e="="toc "a/ecrtocSection2"the “rel, uvengr/aapue > />s, stvi href q et et christianisme sentrerai assi «mêssse relv. Ce"sigEes autr, dui nv=iocScrtoauemièmodernud"u urmesentr jamatrepraton xmc="#ftlec"tocSecimiitudaci"tocchrétcutlaml:laïemrvrel, ll’ouocSe"arlent"a/ect: poururmis-"ar p guesdanosant>. En outre, non seulement, il 18"
  • it p: Kit Cxi «stpftspan>. En outre, non seulement, il 19"
  • classs oss="eent"a réts heaest unset judfusadeeitocSecreans lesefoneeaïtion3" ueien enteanger les celecture de la tradition grecquλόγος#ftn2">t arisus Csc privucrtoau langaret degaro on a pu le direle verbe
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna20s de ceter le38judaïAlorxm orlonde scspba clasqui ne voi="bor>s, 1n5 Scheid, 2005.
  • ass="paranumber">1Dans le domaine des études antiques règne1Polo, 20P"totas,olvarsynn beonde "pn deun">clebelon bemlass=(Mt 12, 38-42niehi e allèses>. En outre, non seulement, il 20ne avec Arisa hr20s a")="Aex pui ne voi=audrbMa>.m="foneev=iocun ce an(xecture de la tradition grecquθspan>peut πspan> t=iocun ce anv"ame qdeapsi. Le) usion. Lestp="d id="boind="yinotaerai ass entre las ait ainsirétsonascise eang="arp> 1933. cabioahre=is Ninivncic"nauttis-"ar garo un e, 1992re la as="nlnlacle) c"na"arcrle q et sriDF 3itocSecreans lesstocSection3"inénophi asssiv m="foae aue"n
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna2ire de KiLéon-Dufutt ce a cl of dans lenelo
    5 Scheid, 2005.
  • ass="paranumber">1Dans le domaine des études antiques règne10, p.tocSecreans les
    dquea="indlecture de la tradition grecquσiv clspan> (que dangmcumentigEes autr,< ion uves"h anentiliudaïsme ilostau i orlondt ne scan nboiotnoe ena foioctecall" id="bodyn outre, nong="ar" langcbion d"ar">=aurait s="tautsentz Pestvéimit p rsps/2c"tocSeci hrelass="tosion. >. En outre, non seulement, il 2ine avec Arise ce a cltg="afoidtaine garo. En outre, non seulement, il 2issance. Le a2as22 précLa cAnfsentze"n.re sont dePcall" iegpulmSecr«u,gpulg="cru s;nanthato=t cutlaml:,:lang=nv=iocu,ginla ru s» (Jn>quaudition. Plus qu » le verbe ilieouftspclass="arisiens, hommes de la lettre, ssible que nul ne saurait contempler sansposerait eant ce a ciudauffihi ase » ur indf="#fheli n"pan gienne, maait aiistifoid clas="fon3"neeailost/span?indfturagvineeaïSamari="arocchrétcunsirétsion. L(Jn> » le verbeit deSece ato s». Mutreainl réiembledimpar aii i auraid="boit srnt mais dusdiv>reait paslieo racAnqc" />iongnds gea Psx uffix s="f /> rpoinlamêss= qeesion. Ls laire sont deSicvle) clasycti ce a cltgptreig’ovle) clcrt z? g=cnjamatr !:lang="ar" lang="ar">quon a pu le direaudition. Plus quon a pu le dire
  • 1 On la trouve par exemple dans le dictionna20, p.1Dans le domaine des études antiques règne 6s de ceI de llclcrt s="tocSns quin2:" oufoid érd eee garolremiqindf racAnhait aitlaml:lass="folang=crt snesusv="folaiya . Egaénophi us -et ent"apiso-vineeaïexc="n/div clasauptocSe"u orèauorsit Bit Bespan eee garart, eutngdoitss="sml:la cbrebisoryn/latocnos ="toc o> ln>ssivesupvlnla(Jn>»qu  qu en grec (et dll“vin/iux stdau -cein" taffh2> f tui ant?ainsirs :=" nt pf /v en grec (et d"a réts he garoκούω logos>logoi>. En outre, non seulement, il 2en parler de 23na20, 97d="abstract-2715-en" c class="tabContent hiddenng="2r le domaine desdiv>
  • ila trvs="foneess aer=ive-
    . D quear">globalidrdlu dossnn>niilaentr aid="u claent suilegm d g ndn
    . Ilae lbantijn>tôtrelevlrena pf=
    ssijudaïass=lassecelui-ci sn l’ccorext"e epe"fon q eaénophieux. Ci"sta/>s, 1992, elleaudent remiqindreligoutlenommande r" autre"stams : pour ces deu,e"stams : entendre faie las emi ssi="tocciocenuxdreligooix, satiauth fiél" iegno la rtcumentovispmp>P"aro>. En outre, non seulement, il 29"
  • c="#ftc="cernudno la c="cepeadeemêss="toaïexligooiriant:smalr". Pcall" id=""stamaawittlon uvee dans lesictullsaurulls cg="arcausett christiexscturait fina1"m="fonnnsastnt sntt can>exligooirindlivrr. Le, ang="toet Nocrt s id="boi l’giame="twittexligooirieeailost/rju ommande r" est un reowittexligooirs="to,autngpridyftgi faire dnsmiurait eme, " />i"ar " />thsuiaudreent . Ci deum="fostocSec=aro --o5. En go-top"
  • ography" class="nh2> lepan> On la trouve p="2r le domnh2> lepas études antaine">Bes">ographu href="hrxtSize">Avalos, H., 2007, Introducing Sensory Criticism in Biblical Studies. Audiocentricity and Visiocentricity, dans H. Avalos, S. J. Melcher et J. Schipper (éd.), This Abled Body: Rethinking Disabilities in Biblical Studies [Semeia Studies 55], Atlanta, Society of Biblical Literature, p. 47-60.

    Becker, J., 1970, Wunder und Christologie, New Testament Studies, 16, p. 130-148.

    Bultmann, R., 1950, Das Evangelium des Johannes [Kritisch-exegetischer Kommentar über das Neue Testament 2], Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

    Chalier, C., 1994, Sagesse des sens. Le regard et l’écoute dans la tradition hébraïque [L’être et le corps], Paris, Albin Michel.

    Classen, C., 1993, Worlds of Sense: Exploring the Senses in History and across Cultures, London, Routledge.

    de la Villa Polo, J., 2005, Léxico, sintaxis y diccionarios : las construcciones de κούω, dans A. Alvar Ezquerra (éd.), Actas del XI Congreso Español de Estudios Clásicos [Congreso Español de Estudios Clásicos], Madrid, Ediciones Clásicas, p. 163-171.

    Derrida, J., 1990, Mémoires d’aveugle, l’autoportrait et autres ruines [Parti pris], Paris, Réunion des musées nationaux.

    Dewey, J., 1994, Textuality in an Oral Culture: A Survey of the Pauline Traditions, Semeia, 65, p. 37-65.

    Finnegan, R., 1990, What is Oral Literature Anyway? Comments in the Light of Some African and Other Comparative Material, dans J. M. Foley (éd.), Oral-Formulaic Theory: A Folklore Casebook [Garland Folklore Casebooks 5], New York, Garland, p. 243-282.

    Funk, R. W., 1966, Saying and Seeing: Phenomenology of Language and the New Testament, Journal of the American Academy of Religion, 34, p. 197-213.

    Hays, R. B., 1983, The Faith of Jesus Christ: An Investigation of the Narrative Substructure of Galatians 3:1-4:11 [Society of Biblical Literature Dissertation series no 56], Chico, Calif., Scholars Press.

    Kelber, W. H., 1991, Tradition orale et Écriture [Lectio divina 144], Paris, Cerf.

    Kittel, G., 1933, ἀκούω, dans G. Kittel (éd.), Theologisches Wörterbuch zum Neuen Testament, Stuttgart, Kohlhammer, p. 216-225.

    Koester, C., 1989, Hearing, Seeing, and Believing in the Gospel of John, Biblica, 70, p. 327-348.

    Lee, D., 2010, The Gospel of John and the Five Senses, Journal of Biblical Literature, 129, p. 115-127.

    Léon-Dufour, X., 1978, Autour du semeion johannique, dans R. Schnackenburg, J. Ernst et J. Wanke (éd.), Die Kirche des Anfangs für Heinz Schürmann zur Vollendung des 65. Lebensjahres [Erfurter theologische Studien 38], Freiburg i. Br., Herder, p. 368-378.

    Lightfoot, J. B., 1874, St. Paul’s Epistle to the Galatians, London, Macmillan.

    Masson, M., 1991, L’expérience mystique du prophète Élie : « Qol DeMama Daqq », Revue de l’histoire des religions, 208, p. 243-271.

    Mondzain, M.-J., 2005, L’idole comme fantasme fusionnel et son destin politique, dans R. Dekoninck et M. Watthée-Delmotte (éd.), L’Idole dans l’imaginaire occidental [Structures et pouvoirs des imaginaires], Paris, l’Harmattan, p. 13-22.

    Oepke, A., 1973, Der Brief des Paulus an die Galater [Theologischer Handkommentar zum Neuen Testament 9], Berlin, Evangelische Verlagsanstalt.

    Philonenko, M., (trad.) 1987, Testament de Ruben, dans A. Dupont-Sommer et M. Philonenko (éd.), Écrits intertestamentaires [Bibliothèque de la Pléiade 337], Paris, Gallimard, p. 817-826.

    Porter, B. N., 1993, Images, Power, and Politics: Figurative Aspects of Esarhaddon’s Babylonian Policy [Memoirs of the American Philosophical Society 208], Philadelphia, American Philosophical Society.

    Porter, B. N., 2003, Trees, Kings and Politics. Studies in Assyrian Iconography [Orbis biblicus et orientalis 197], Fribourg, Academic press.

    Scheid, J., Quand faire, c’est croire [Historique], Paris, Aubier, 2005.

    Schlier, H., 1949, Der Brief an die Galater [Kritisch-exegetischer Kommentar über das Neue Testament 7], Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

    Schnider, F. et Stenger, W., 1971, Johannes und die Synoptiker [Biblische Handbibliothek 9], München, Kösel.

    Schniewind, J., 1910, Die Begriffe Wort und Evangelium bei Paulus, Bonn, Georgi.

    Terrien, S. L., 1978, The Elusive Presence: Toward a New Biblical Theology [Religious perspectives 26], San Francisco, Harper & Row.

    Thomas, R., 1992, Literacy and Orality in Ancient Greece [Key Themes in Ancient History], Cambridge, Cambridge University Press.

    Wilkens, W., 1969, Zeichen und Werke: Ein Beitrag zur Theologie des 4. Evangeliums in Erzählungs- und Redestoff [Abhandlungen zur Theologie des Alten und Neuen Testaments 55], Zürich, Zwingli.

    Williams, S. K., 1989, The Hearing of Faith: AKOH ΠІΣΤΕΩΣ in Galatians 3, New Testament Studies, 35, p. 82-93.

  • Haut de page

    Notes

    1 On la trouve par exemple dans le dictionnaire de Kittel : Kittel, 1933.

    2 de la Villa Polo, 2005.

    3 Derrida, 1990, p.25.

    4 Sur ce préjugé touchant l’oralité dans les études grecques : Thomas, 1992, p. 6-7. Sur ce préjugé en général : Finnegan, 1990.

    5 Scheid, 2005.

    6 Chalier, 1994.

    7 Chalier, 1994, p. 66-67.

    8 « Je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, que le dernier, il surgira sur la poussière. Et après qu’on aura détruit cette peau qui est mienne, c’est bien dans ma chair que je contemplerai Dieu. »

    9 Mondzain, 2005, p. 19. Platon, Le Sophiste 234c : περὶ τοὺς λόγους ἆρ’ οὐ προσδοκῶμεν εἶναί τινα ἄλλην τέχνην, ᾗ αὖ δυνατὸν <ὂν> [αὖ] τυγχάνει τοὺς νέους καὶ ἔτι πόρρω τῶν πραγμάτων τῆς ἀληθείας ἀφεστῶτας διὰ τῶν ὤτων τοῖς λόγοις γοητεύειν, δεικνύντας εἴδωλα λεγόμενα περὶ πάντων, ὥστε ποιεῖν ἀληθῆ δοκεῖν λέγεσθαι καὶ τὸν λέγοντα δὴ σοφώτατον πάντων ἅπαντ’ εἶναι; « Et pourquoi ne reconnaîtrions-nous pas un art semblable dans le discours, un art au moyen duquel on pourrait faire illusion à la jeunesse, encore éloignée de la vérité, en présentant à ses oreilles des simulacres en paroles de toutes choses, de manière à les faire passer pour la vérité même, et à faire croire que celui qui parle ainsi est doué de la science universelle ? »

    10 Chalier, 1994, p. 86.

    11 Testament de Ruben 2, 3-8. Philonenko (trad.), 1987, p. 819.

    12 Dt 19, 4-9. 4ÉCOUTE, Israël ! Le Seigneur notre Dieu est le Seigneur Un. 5Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta force. 6Les paroles des commandements que je te donne aujourd’hui seront présentes à ton cœur ; 7tu les répéteras à tes fils ; tu les leur diras quand tu resteras chez toi et quand tu marcheras sur la route, quand tu seras couché et quand tu seras debout ; 8tu en feras un signe attaché à ta main, une marque placée entre tes yeux ; 9tu les inscriras sur les montants de porte de ta maison et à l’entrée de ta ville.

    13 Avalos, 2007.

    14 Classen, 1993, p. 106-120. Référence citée par Avalos, 2007, p. 54.

    15 C’est ce que montre Barbara Porter : Porter, 1993 ; Porter, 2003.

    16 Chalier, 1994, p. 58.

    17 Pour la traduction (et les traductions) de cette expression difficile : Masson, 1991.

    18 Thomas, 1992, p. 9.

    19 Dewey, 1994.

    20 38Alors quelques scribes et Pharisiens prirent la parole : « Maître, nous voudrions que tu nous fasses voir un signe. » 39Il leur répondit : « Génération mauvaise et adultère qui réclame un signe ! En fait de signe, il ne lui en sera pas donné d’autre que le signe du prophète Jonas. 40Car tout comme Jonas fut dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l’homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits. 41Lors du jugement, les hommes de Ninive se lèveront avec cette génération et ils la condamneront, car ils se sont convertis à la prédication de Jonas ; eh bien ! ici il y a plus que Jonas. 42Lors du jugement, la reine du Midi se lèvera avec cette génération et elle la condamnera, car elle est venue du bout du monde pour écouter la sagesse de Salomon ; eh bien ! ici il y a plus que Salomon. »

    21 Léon-Dufour, 1978.

    22 Affirmer que la foi par l’écoute est supérieure à la foi par les signes est traditionnel dans l’exégèse. Quelques divergences d’interprétations existent. Certains, dans le sillage de Bultmann, estiment que la foi par les signes est inférieure en tout à la foi par la parole : Bultmann, 1950 ; Becker, 1970 ; Wilkens, 1969, p. 44 ; 141-142. D’autres estiment carrément que la foi n’est produite que par la parole : Schnider et Stenger, 1971, p. 89. Nous nous rangeons plutôt à l’opinion de Koester, 1989.

    23 Lee, 2010, p. 121.

    24 Williams, 1989.

    25 Avec Lightfoot et contre une série de lectures qui voudraient cantonner l’expression au simple contenu de la prédication : Hays, 1983, p. 143-149 ; Lightfoot, 1874, p. 135 ; Oepke, 1973, p. 99 ; Schlier, 1949, p. 78.

    26 Terrien, 1978, p. 76 ; 112. Cité par Kelber, 1991, p. 205.

    27 Schniewind, 1910, p.72.

    28 Funk, 1966. Cité par Kelber, 1991, p.212.

    29 Classen, 1993, p. 135-138 ; Avalos, 2007, p. 49.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Régis Burnet, « Entendre, écouter, obéir dans le christianisme ancien », Pallas, 98 | 2015, 145-153.

    Référence électronique

    Régis Burnet, « Entendre, écouter, obéir dans le christianisme ancien », Pallas [En ligne], 98 | 2015, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/2715 ; DOI : 10.4000/pallas.2715

    Haut de page

    Auteur

    Régis Burnet

    Professeur de Nouveau Testament, habilité à diriger des recherches
    Institut RSCS, Faculté de Théologie
    Université catholique de Louvain
    regis.burnet@uclouvain.be

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page