Navigation – Plan du site

Le destin féminin de Carthage

Carthage’s feminine destiny
Corinne Bonnet
p. 19-29

Résumés

Le mythe de la fondation de Carthage met en scène une femme, Elissa-Didon, au destin singulier et ambigu, qui illustre plus largement le destin de Carthage et de son empire. En reparcourant les sources principales relatives à l’acte de fondation et en les comparant avec le récit de la fondation de Rome, on essaie de comprendre comment la tradition mythologique classique a élaboré une lecture genrée et idéologique à la fois. Par le truchement du personnage de la fondatrice, ce sont notamment les anti-valeurs du monde punique qui sont soulignées, en particulier la célèbre fides punica, mais aussi l’endogamie et l’isolement qui vouèrent d’emblée Carthage à un destin funeste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Detienne, 1990.
  • 2 Ibidem, p. 3.

1Le récit des premiers pas dans l’existence d’une communauté et d’un site véhicule une forte charge symbolique1. Par-delà les gestes concrets qui fondent, entament, inaugurent, par-delà les objets qui ont vocation à « territorialiser » - autel, maison, rempart -, c’est en quelque sorte, dans le souvenir de ce cheminement initial, un destin historique qui s’annonce et s’affiche. Par le truchement d’un processus narratif bien connu, celui d’une vision rétrospective, à rebours de l’histoire, la mémoire du début se nourrit de la connaissance du développement et de la fin. Dès lors, les actes concrets et métaphoriques qui consistent à tracer ou découper un territoire, à lui donner un nom, à prendre possession des lieux, à y enraciner les vivants et les morts, tous ces gestes démiurges qui créent une « patrie charnelle »2, couvrent aussi implicitement tout l’arc de l’histoire et préfigurent le devenir sur la longue durée. Ils fondent, définissent des champs et des modalités d’action, et prophétisent en même temps ce que sera demain, voire ce que sera la fin. Appliquer cette grille de lecture à Carthage : telle est mon ambition dans cet amical hommage à Claudine Leduc.

  • 3 Vernant, 2007, p. 248 pour les nombreux renvois de l’index au thème de la violence, particulièremen (...)

2Pour dessiner des paraboles historiques, les récits recourent à diverses catégories anthropologiques bien connues, comme le Même, le Déjà-là et l’Autre en situation de conflit ou de négociation, débouchant sur une cohabitation plus ou moins réussie et pérenne. « L’inscription territoriale » de Carthage sollicite, dans un jeu de rapprochement et de différenciation entre la métropole punique, les indigènes et Rome (les Grecs dans une moindre mesure), une violence initiale, nécessaire et inhérente au processus d’organisation sociale, sur terre comme chez les dieux3, violence que l’on retrouve souvent au terme du parcours.

  • 4 Westall, 2009, sur le rôle de la prêtresse Aristarché dans la fondation de Massalia chez Strabon IV (...)
  • 5 Servius, ad Aen., I, 340, estime que le nom de Didon signifie en punique virago.
  • 6 Ce dieu est souvent Apollon archégète ou pythien qui s’exprime par le biais de l’oracle de Delphes. (...)

3Or, les récits de fondation de Carthage présentent la particularité rare et intéressante de mettre en scène une femme4, Elissa/Didon en tant qu’initiatrice du destin contrasté d’un empire méditerranéen. Habituellement, en effet, les fondateurs sont de sexe masculin ; ce sont des meneurs d’hommes qui commandent5 et donnent son assise à la nouvelle cellule lignagère, souvent inspirés par un dieu qui guide leurs pas ou leur main6. Quelle mémoire de la fondation de Carthage les sources nous ont-elles conservé ? Qu’entendent-elles exprimer à travers la féminisation de l’histoire punique ?

1. Une tradition indirecte

  • 7 Krings, 1995.
  • 8 Ibidem, passim, pour une vision d’ensemble des grands conflits dans lesquels les Phéniciens et les (...)
  • 9 Bonnet, 2005.
  • 10 Cf. Brown, 1991, pour la tradition classique relative aux sacrifices humains dans le monde punique. (...)

4Travailler sur les récits de la fondation de Carthage est une opération particulièrement malaisée dans la mesure où aucune source hemic, « indigène », ne nous est parvenue, en raison de la perte totale de la littérature phénicienne et punique7. Ce sont des auteurs grecs et latins qui nous racontent comment Carthage naquit, ce qui n’est pas anodin quand on sait les relations volontiers conflictuelles que Grecs et Romains ont entretenues avec les Phéniciens et les Carthaginois en Méditerranée, qu’il s’agisse des Guerres Médiques ou des longs et violents conflits pour le contrôle de la Sicile8. Il est dès lors pratiquement impossible de distinguer, dans ce que nous lisons, ce qui relèverait d’un éventuel noyau authentiquement punique – qui a dû exister – et ce qui ressort de la représentation que Grecs et Romains, par le biais de la légende de fondation, entendaient imposer de Carthage, dès l’embryon. Cette représentation est elle-même complexe dans la mesure où la perception de Carthage (y compris de ses racines phéniciennes) par ses voisins, partenaires et concurrents n’a rien de monolithique. D’une part, Carthage fait fonction de paradigme d’altérité, dont la réception à travers les siècles a pris divers visages9. C’est l’« autre nation », l’ennemi, aux pratiques barbares, comme le sacrifice humain, « sans foi ni loi »10. D’autre part, cependant, Carthage est aussi la cité dont Aristote admire la constitution, une puissance crainte et reconnue, dont la « thalassocratie » force l’admiration, un partenaire incontournable en Méditerranée ; Carthage est aussi l’héritière de la Phénicie, berceau de l’alphabet, terre antique et vénérable d’où sont issus Europe et Cadmos. Bref, l’ambivalence de la perception des mondes phénicien et punique se niche au cœur même de notre documentation, requérant une interprétation nuancée.

  • 11 Par manque d’espace, je ne traiterai pas le passage de Macrobe, Saturnales V, 17, 4-6, qui établit (...)
  • 12 Bunnens 1979, pour une analyse de chacun de ces témoignages.
  • 13 Scheid-Svenbro, 1985 ; Haegemans, 2000.
  • 14 Cette donnée figure chez Denys d’Halicarnasse : FGrHist 566 F60. Il est difficile de savoir si cett (...)
  • 15 Gera, 1997. Voir aussi FGrHist 566 F82. Sur le sens de ces trois noms, voir Haegemans, 2000, p. 284 (...)

5La fondation de Carthage est évoquée par Virgile, Tite-Live, Appien, Silius Italicus, Justin, et accessoirement Macrobe11, aucune de ces sources ne remontant au-delà du ier siècle av. J.-C.12 Pourtant on a de bonnes raisons de penser que Timée de Tauroménion, au ive-iiie siècle av. J.-C., a servi de sources à plusieurs d’entre eux13. L’auteur sicéliote devait livrer un récit détaillé de la fondation, mais on n’en conserve que quelques fragments ; il situait les événements 38 ans avant la première olympiade, soit en 814/3 av. J.-C., une année qu’il considérait aussi, de manière originale, comme celle de la fondation de Rome (habituellement fixée à 753 av. J.-C.), un synchronisme très parlant qui connut un certain succès et en dit long sur la solidarité que les historiographes ont voulu créer entre le destin des deux rivales14. Un traité anonyme sur les femmes guerrières célèbres, découvert au xviiie siècle dans un manuscrit, cite un long passage de Timée concernant celle qui est simultanément appelée Theiosso, Elissa et Didon15.

Theiosso : Timée affirme que celle-ci était appelée Elissa dans la langue des Phéniciens, qu’elle était la sœur de Pygmalion, le roi des Tyriens, et que c’est par elle, dit-on, que Carthage de Libye fut fondée. En effet, son mari ayant été assassiné par Pygmalion, elle plaça ses richesses dans un bateau et fuit avec quelques citoyens. Après diverses mésaventures, elle parvint en Libye et fut appelée dans le langage local Didon en raison de ses nombreuses errances. Une fois la cité en question fondée, le roi des Libyens voulant l’épouser, elle refusa, mais forcée par ses concitoyens, elle feint de préparer une cérémonie rituelle pour annuler son vœu et édifia un très grand bûcher près de sa maison. Après quoi, de son palais, elle se jeta elle-même dans le feu.

  • 16 Lord, 1969. Tertullien, De monogamia, XVII, 2, en fait une icône de la monogamie. Voir aussi Currie (...)
  • 17 FGrHist 566 F7.
  • 18 Haegemans, 2000, p. 280-282, qui propose un parallèle pertinent avec la délicate question des sourc (...)

6On peut estimer ce passage assez fidèle à sa source, qu’il semble citer ou résumer avec soin. Le récit, de manière assez surprenante, ne semble guère connoté : rien ne caractérise négativement le comportement d’Elissa et de ses compagnons ; pas de perfidie, pas de ruse, sinon celle d’Elissa face à la proposition de mariage, qui répond toutefois à une logique implicite de fidélité à son mari assassiné, voire de piété et de sens suprême du devoir. C’est ce qui fit d’elle, dans la littérature chrétienne notamment, un modèle de chasteté16. Or, on a souvent tendance à considérer Timée comme le chef de file d’une historiographie anti-punique. Certes, il faudrait être sûr que le traité qui l’utilise n’a pas « expurgé » sa source. Par ailleurs, on aimerait savoir d’où Timée lui-même a tiré ses informations. Il signale ailleurs avoir eu recours à des hypomnèmata tyriens : documents d’archives ? « mémoires », annales ou chroniques17 ? Faut-il en déduire qu’il lisait le phénicien ou bien ces documents émanaient-ils de savants locaux hellénisés ? Le vocable « tyrien » renvoyait-il éventuellement à une réalité « carthaginoise » ? Autant de questions auxquelles on ne peut répondre actuellement18. Il n’en reste pas moins que le témoignage de Timée, le plus ancien sur la fondation de Carthage, affiche un ton assez neutre.

  • 19 Justin, Philippiques, XVIII, 4-5. Sur ce texte, Bunnens, 1979, p. 175-182.

7Ce témoignage instruit aussi le récit détaillé de Justin, abréviateur tardif de Trogue-Pompée. Son texte, très riche, contient de nombreuses informations inédites dont on ignore la provenance19. Sans doute combine-t-il Timée et une longue tradition romaine relative aux origines de Carthage, illustrée par Virgile, Naevius, Ennius, Pacuvius, Caton, etc. Le bricolage produit un texte composite et complexe, dont je ne proposerai ici que les extraits les plus significatifs :

Entre-temps, le roi mourut à Tyr, après avoir institué comme héritiers son fils Pygmalion et sa fille Élissa, une vierge d’une remarquable beauté. Mais le peuple remit le pouvoir royal à Pygmalion, un enfant encore. Quant à Élissa, elle épousa son oncle maternel Acherbas, le prêtre d’Hercule qui était le second en dignité après le roi. Il avait de grandes richesses mais elles étaient cachées et, par crainte du roi, il avait confié son or à la terre, et non à des toits ; et cela, même si les hommes l’ignoraient, le bruit en courait cependant. Excité par cela, Pygmalion, ayant oublié le droit humain, tue son oncle qui était aussi son beau-frère sans respect des obligations familiales. Élissa, s’étant longtemps détournée de son frère à cause du crime, ayant à la fin dissimulée sa haine et composé pendant ce temps son visage, prépare sa fuite sans rien dire, s’étant associée des princes dont elle pensait qu’ils avaient la même haine pour le roi et le même désir de fuite. (…) Il s’y joint aussi les colonnes de sénateurs préparées pour cette nuit, et après avoir été cherché les objets sacrés d’Hercule, dont le prêtre avait été Acherbas, ils cherchent un lieu pour leur exil. Ils touchèrent terre en premier à l’île de Chypre, où le prêtre de Jupiter, avec son épouse et ses enfants, s’offre à Élissa, sur l’ordre du dieu, comme compagnon et associé à sa fortune, après avoir négocié pour lui et sa descendance la dignité perpétuelle de la prêtrise du dieu. La clause fut acceptée comme un présage évident. Il était de coutume à Chypre d’envoyer sur le rivage de la mer les vierges avant leurs noces, à dates déterminées, pour chercher dans la prostitution l’argent de leur dot ; elles acquittaient des offrandes à Vénus au nom du reste de leur pudeur. Donc, Élissa ordonne de mettre sur les navires environ quatre-vingts vierges enlevées de cette troupe, afin que les jeunes gens puissent se marier et la ville avoir une progéniture. (…) Ainsi, Élissa, transportée dans le golfe de l’Afrique, sollicite l’amitié des habitants de cet endroit, qui se réjouissaient de l’arrivée d’étrangers et du commerce de biens d’échange ; ensuite, ayant acheté l’emplacement qui pourrait être couvert par une peau de bœuf, sur lequel elle pourrait refaire les forces de ses compagnons, épuisés par une longue navigation, jusqu’à ce qu’elle s’en aille, elle ordonne de découper la peau en très fines lanières et, ainsi, elle s’empare d’un espace plus grand que celui qu’elle avait demandé ; de là vient que, par la suite, on donna à ce lieu le nom de Byrsa. Ensuite, les voisins de ces lieux, qui par espoir de gain apportaient beaucoup de marchandises aux hôtes, accourant en foule et s’installant là, il se fit par l’affluence des hommes comme une espèce de cité. Les ambassadeurs des gens d’Utique, pour leur part, apportèrent des présents, comme à des parents, et les engagèrent à fonder une ville là où le sort avait fixé leur résidence. Mais les Africains se prirent d’un vif désir de retenir aussi les arrivants. C’est pourquoi, du consentement de tous, Carthage est fondée, après fixation d’un tribut annuel en contrepartie du sol de la ville. Dans les premières fondations, on trouva une tête de bœuf, ce qui était le présage d’une ville prospère, certes, mais laborieuse et pour toujours esclave ; à cause de cela, la ville fut transférée sur un autre emplacement, où une tête de cheval découverte, signifiant que le peuple serait guerrier et puissant, donna à la ville une implantation auspiciée. Alors, les peuples affluant selon la réputation de la nouvelle ville, en peu de temps il y eut des citoyens et une grande cité.

Alors que les Carthaginois avaient des ressources florissantes par le succès de leurs affaires, le roi des Maxitans, Hiarbas, ayant fait venir auprès de lui dix princes puniques, demande en mariage Élissa sous peine d’une déclaration de guerre. Les ambassadeurs craignant de rapporter cette demande à la reine agirent avec elle selon l’esprit punique : ils annoncent que le roi réclame quelqu’un qui lui enseigne, ainsi qu’aux Africains, un genre de vie plus civilisé, mais qui pourrait-on trouver qui voudrait quitter ses parents par le sang et aller chez des barbares, vivant, qui plus est, à la manière des bêtes sauvages ? Réprimandés alors par la reine de refuser une vie plus âpre pour le salut d’une patrie à laquelle était due la vie même si la situation l’exigeait, ils découvrirent les injonctions du roi, en disant que ce qu’elle ordonnait aux autres, il lui fallait elle-même l’accomplir si elle voulait veiller à la ville. Prise par cette ruse, après avoir longtemps invoqué le nom de son époux Acherbas avec bien des larmes et un gémissement lamentable, elle répondit à la fin qu’elle irait où l’appelaient son destin et celui de la ville. Au bout d’un délai de trois mois, ayant fait dresser un bûcher funéraire dans la partie la plus élevée de la ville comme pour apaiser les mânes de son époux et lui dédier avant les noces des sacrifices funéraires, elle immole de nombreuses victimes et, ayant pris un glaive, elle monte sur le bûcher, et, regardant le peuple d’en haut, elle dit qu’elle allait vers son époux, comme ils l’avaient ordonné, et mit fin à sa vie avec un glaive. Aussi longtemps que Carthage resta invaincue, elle fut honorée comme une déesse.

  • 20 Pour une analyse récente, voir Budin, 2008, p. 228-239.
  • 21 Schepens, 1978. Voir en particulier le livre XII de Polybe où les attaques contre Timée sont nombre (...)

8Je ne m’attarde pas sur l’usage prénuptial chypriote20 et enregistre plutôt le « rapt » (uirgines raptas) voulu par Elissa afin d’assurer la pérennité de la future colonie. Carthage jouit, en outre, selon Justin, d’une protection divine féminine et naît même dans un climat de collaboration avec les populations africaines, pratiquement sur le mode grec du synoecisme. La ruse de la byrsa est à peine suggérée et vaut aux nouveaux venus une réputation de « gagneurs », qui attire les foules. Fort intéressante est l’histoire des deux présages successifs : le premier, un bœuf, qui n’est pas sans rappeler l’épisode de la byrsa et qui annoncerait un esclavage, le second, un cheval, prophétisant une certaine puissance. L’ambivalence est d’emblée au cœur du destin de Carthage, inscrite dans son sol ! De surcroît, un présage de tête, humaine cette fois, apparaît dans le mythe de fondation de Rome, suggérant un effet d’écho sur lequel nous allons revenir. Il n’est pas impossible que Timée soit à l’origine des éléments surnaturels du récit, vu sa propension pour le fantastique, déjà dénoncée par Polybe21.

9Le texte de Virgile (Énéide I, 360-369), qui connaissait certainement la vulgate d’origine grecque, construit une histoire d’amour romantique qui réunit le cycle de Didon et celui d’Énée jusque-là séparés pour entrecroiser plus clairement encore les destins de Rome et de Carthage :

Émue, Didon prépare sa fuite, cherchant des compagnons.
Autour d’elle se rassemblent ceux qui vouaient au tyran une haine féroce,
ou ceux dont la crainte était vive ; les bateaux qui justement étaient prêts,
sont pris d’assaut, et on y entasse l’or. Sur la mer sont emportés
les trésors de l’avide Pygmalion ; c’est une femme qui a tout dirigé.
Ils sont parvenus en ces lieux, où tu vas voir maintenant
d’immenses remparts et la citadelle naissante de la jeune Carthage,
qui s’appelle Byrsa du fait qu’ils ont acheté comme surface de terrain,
juste la quantité qu’ils pouvaient entourer avec la peau d’un taureau.

  • 22 Je ne m’étends pas ici sur la ruse de la byrsa, fort bien analysée par Scheid-Svenbro, 1985.

Les ingrédients sont clairs : une femme « qui a tout dirigé » et quelques compagnons, un exil forcé, des trésors emportés, une jeune ville promise à un grand destin, l’achat d’un terrain circonscrit par une peau de bœuf22.

  • 23 Tite-Live XXXIV, 62.

10Tite-Live fait également allusion à cet épisode dans un passage relatif à la IIIe Guerre Punique, au sujet des revendications territoriales des Numides23 :

Les Numides accusaient les Carthaginois de tricher sur les frontières établies par Scipion ; d’ailleurs, si on voulait appliquer vraiment la loi, quelles étaient les terres qui appartenaient réellement aux Carthaginois en Afrique ? C’étaient des étrangers ; on leur avait cédé par pitié pour construire leur ville le territoire dont une peau de bœuf débitée en lanières pouvait faire le tour. Tout ce qui était en dehors de la Byrsa avait été annexé par la force des armes et au mépris des lois. Ils étaient incapables de prouver que le territoire incriminé leur avait toujours appartenu depuis qu’ils avaient mis la main dessus ni même qu’ils le possédaient depuis longtemps.

  • 24 Prandi, 1979 ; Dubuisson, 1983 ; Mazza, 1988.

11Pas d’allusion à Didon, mais la mise en scène du célèbre topos de la fides punica24, qui fait des Carthaginois des êtres par nature perfides, tricheurs, sans scrupule, quoique ces qualités s’affirment, dans le récit, après le moment de la fondation, advenue sur initiative d’étrangers qui suscitèrent la pitié des (bons et loyaux) indigènes. Le texte de Tite-Live semble empreint de propagande numide, celle qui a joué un rôle non négligeable dans le déclenchement de la IIIe Guerre Punique et dans l’anéantissement final de Carthage. Massinissa et ses sujets apparaissent, en effet, dans le rôle des victimes innocentes, animées des meilleurs sentiments, par opposition aux Carthaginois mal intentionnés et possesseurs illégitimes d’un territoire « volé ». La tradition se noircit ; l’expérience et la mémoire des Guerres Puniques projettent leur ombre sur le temps des origines.

  • 25 Silius Italicus, Punica, I, 20-29.

12Il ne s’agit cependant pas d’une évolution linéaire puisque la version donnée par Silius Italicus, dans son poème épique intitulé Punica, illustre une mémoire plus « neutre », voire édulcorée des événements25 :

Dans les temps reculés, Didon traversa les flots bleus pour fuir le pays de Pygmalion, et abandonnant un royaume souillé par le crime de son frère, elle aborde aux rives de Libye où la poussait le destin. Elle y achète des terres, et bâtit une nouvelle cité sur la portion du sol qu’il lui fut permis de délimiter avec une peau de bœuf découpée en lanières. Et là Junon, mieux qu’à Argos (croyait-on dans les temps les plus anciens), mieux qu’à Mycènes, sa préférée, la cité d’Agamemnon, entreprit de fonder pour ces exilés une nation qui durerait toujours.

13Didon agit ici en toute légitimité et reçoit même la protection de la puissante Junon qui prédit à la cité nouvellement fondée un destin glorieux et éternel. L’optique est celle d’un poème épique qui magnifie le choc entre Rome et Carthage, en s’inspirant de l’Iliade.

  • 26 Appien, Libyka, I, 1-4.

14Le passage des Libyka d’Appien, enfin, montre que la mémoire de la naissance de Carthage recelait des versions alternatives, même si la vulgate centrée sur Didon se taille la part du lion26 :

Les Phéniciens fondèrent la Carthage d’Afrique cinquante ans avant la prise d’Ilion ; elle eut pour fondateur Zôros et Carchédon, ou bien, comme le croient les Romains et les Carthaginois eux-mêmes, une Tyrienne, Didon. Le tyran de Tyr, Pygmalion, qui avait assassiné son époux, dissimulait son forfait. Mais elle découvrit le meurtre à la suite d’un songe et, avec des biens considérables et tous les hommes qui fuyaient la tyrannie de Pygmalion, elle prend la mer et arrive à l’endroit de l’Afrique où se trouve de nos jours Carthage. Repoussés par les Africains, les fugitifs demandèrent qu’on leur cédât un emplacement pour fonder une colonie : tout juste ce qui pourrait enceindre le cuir d’un taureau. Une réelle hilarité s’empara des Africains devant la ladrerie des Phéniciens, et ils avaient scrupule à refuser une si petite demande ; mais surtout ils n’arrivaient pas à comprendre comment une ville pourrait tenir dans un espace aussi réduit et, désireux de voir en quoi consistait l’astuce, ils s’engagèrent à donner le terrain et firent le serment. Les Phéniciens découpèrent alors, en partant du bord extérieur, la peau en une seule lanière très mince, dont ils ceignirent l’emplacement actuel de la citadelle de Carthage : de là vient son nom de Byrsa.

  • 27 Cf. supra, note 9.
  • 28 FGrHist 556 F47.
  • 29 Chez Philistos (556 F 47), ce personnage s’appelle Azôros.

15La première tradition, qui situe la fondation de Carthage avant même la prise de Troie27, remonte à Philistos de Syracuse, donc encore une fois au milieu sicéliote28. Elle fait intervenir deux hommes, (A)Zôros29 et Carchédon, dont les noms renvoient, pour le premier, à Tyr (Sour, en phénicien, à prononcer « Tsour ») et, pour le second, à Carthage elle-même, Karkhèdôn, en grec. Leur association, comme s’il s’agissait de deux frères, à la mode romaine, souligne le lien profond qui existe entre la métropole et sa colonie. Didon, quant à elle, incarne à nouveau la ruse phénicienne et punique face aux indigènes naïfs et peu accueillants, mais loyalement liés par un serment qui leur coûte une bonne portion de territoire.

16Ce survol de la tradition nous conduit à approfondir une clé de lecture essentielle : la mise en parallèle du destin de Rome et de Carthage par le biais de leurs récits de fondation.

2. Carthage et Rome : deux destins spéculaires

  • 30 Piccaluga, 1983.
  • 31 Dans les deux cas, il s’agit de personnages éponymes.
  • 32 Capomacchia, 1986.
  • 33 Sur ce processus de « mythisation » de l’Orient, Piccaluga 1982.
  • 34 Virgile, Énéide, I, 449.

17Giulia Piccaluga a bien mis en évidence l’effet de miroir entre le destin de Rome et celui de Carthage : « Fondare Roma, domare Cartagine. Un mito delle origini »30 est une contribution éclairante que l’on peut ici reprendre et amplifier. Son titre indique bien que la mise en résonance des deux récits de fondation fonctionne à son tour comme un mythe de fondation, celui de la rivalité entre les deux métropoles et de la victoire inéluctable de Rome, caput mundi dès l’origine, sur Carthage, cité vouée à la soumission dès sa fondation. La symbolique qu’exprime le synchronisme entre les deux fondations, et qui remonte au moins à Timée, manifeste la nécessité de concevoir ensemble leur destin, comme par un système de vases communicants. Rome et Carthage naissent ensemble, mais leur parcours diverge dès le début. Si la tradition qui rattache Carthage à (A)Zôros et Carchédon crée un effet d’écho par rapport au couple romain formé de Romulus et Remus31, en revanche, l’effet de dissonance est puissant entre les fondateurs de Rome et Didon, la fondatrice de Carthage. Placer l’éclosion de la métropole punique sous le signe d’une femme était le moyen le plus simple et le plus efficace pour la discréditer d’emblée. Le destin de Carthage est compromis dès l’origine, parce qu’il est féminin. En cela, Carthage s’inscrit dans la lignée d’une altérité orientale traditionnelle, généralement codée par les sources classiques sur le mode de l’inversion ; ainsi, en Orient, les femmes exercent-elles le pouvoir, comme Sémiramis32, et imposent-elles leur loi aux hommes, comme Omphale33. Par opposition, Rome naît d’un couple doublement masculin et reçoit une protection divine masculine (Jupiter Optimus Maximus), alors que Carthage est choisie par Junon. Au moment de révéler aux Carthaginois les présages de leur destin, la déesse les oriente d’ailleurs vers un signe (la tête de cheval) qui se révélera fatal34.

  • 35 Plutarque, Numa, 24 ; Cicéron, Rep., II, 14.
  • 36 Lévi-Strauss, 1948 (rééd. 2002).
  • 37 Sur cette ligne contestable, Haegemans, 2000, p. 289.

18Si, dans l’histoire d’Elissa et de Pygmalion, comme dans celle de Romulus et Remus, on décrit des rapports « fraternels » qui tournent mal suite à une « trahison », l’analogie laisse rapidement la place à des différences bien plus significatives qui traduisent la dissemblance du destin des villes antithétiques. Carthage, en effet, est présentée comme une cité repliée sur elle-même et inéluctablement destinée à s’éteindre. Les auteurs de la tradition classique n’ignorent pas le rayonnement de Carthage en Méditerranée, mais ils entendent le contrecarrer, en nier la portée et la durée sur le terrain de la pensée mythique à valeur fondatrice et normative. Ainsi, le mythe de la byrsa met-il en scène une ruse astucieuse des premiers Carthaginois, et de leur leader féminin, mais qui donne à voir une cité circonscrite, limitée, alors qu’à l’inverse, la tradition romaine attribue à Romulus l’intention de ne pas délimiter le territoire de l’Vrbs afin d’en rendre possible l’expansion naturelle35. L’étape chypriote montre certes Elissa consciente de l’enjeu que représente la reproduction au sein d’un noyau limité d’exilés, d’où le rapt de jeunes filles qu’elle négocie avec les autorités locales, mais, une fois établie sur le sol libyen, elle refuse toute forme d’échange matrimonial avec les populations indigènes. Le repli endogamique que son propre sacrifice encourage est le signe d’une cité pratiquement incestueuse, qui ne joue pas le jeu de l’ouverture, du renouvellement, de l’alliance. Comme l’ont bien montré les travaux de Claude Lévi-Strauss36, la prohibition de l’inceste répond à la nécessité de mettre sur pied un réseau d’alliances, source de forces pour la famille ou le groupe par le biais de l’échange matrimonial. Transposé sur le plan politique, qui sous-tend tout le discours mythique, cela signifie que Carthage est incapable de créer un empire, alors que Rome, dès l’épisode du rapt des Sabines, affiche sa capacité à intégrer, y compris par la force, les populations avoisinantes. Ainsi, de proche en proche, en étendant sans cesse son réseau d’alliés en Italie d’abord puis au-delà, Rome deviendra-t-elle la puissance universelle que l’on sait, puissance à laquelle Carthage ne pouvait que succomber. Le geste fatal d’Elissa, qui refuse le métissage et opte pour un repli mortifère, symbolise moins l’autonomie ou l’indépendance de Carthage37 que son aridité génétique et, en fin de compte, son épuisement programmé et annoncé.

  • 38 Les sources se référant à cet omen sont nombreuses ; cf. en particulier Tite-Live I, 54-55. Voir Pi (...)

19Un ultime élément des récits de fondation de Rome et Carthage préfigure leur avenir, c’est celui des omina, les présages tirés du sol. Pour Carthage, nous l’avons vu, les sources, à commencer par Virgile, parlent de la découverte d’une tête de bœuf (animal de joug, symbole de richesse, mais aussi de servitude), puis de cheval (symbole de puissance militaire), tandis qu’à Rome, c’est une tête humaine, parfaitement conservée, qui affleure au moment de la construction du temple de Jupiter Capitolin. Elle annonce le rôle de caput mundi promis à la cité tibérine38.

  • 39 Cf. en dernier lieu Quinn, à paraître (je remercie l’Auteur de m’avoir donné son texte à lire avant (...)

20L’ensemble de ces éléments indique que les sources classiques ont construit, autour de la naissance de Carthage, une tradition antithétique à celle de Rome. Sous le signe du féminin, Carthage ne manque pas d’atouts et de moyens, mais ils sont tous voués à l’échec. Que les traditions mythologiques relatives à Carthage dialoguent subtilement avec celles du monde romain me semble confirmé par l’histoire des frères Philènes et de leur autel situé aux limites du territoire carthaginois39. Ce récit met en scène un couple de frères similaire aux Horaces et aux Curiaces. Leur héroïsme les pousse à accepter d’être enterrés vivants pour préserver les frontières de leur patrie. Comme Didon, ce sont des « martyrs » qui sont mis en scène, prêts au sacrifice ultime pour sauvegarder l’intégrité de leur patrie, une patrie pourtant « mortelle ». Par-delà les revendications territoriales, ce mythe présente un visage singulièrement « romanisé » des Carthaginois, à l’opposé du poncif de la fides punica, mais il révèle en même temps la fragilité de l’équilibre territorial sur lequel l’État carthaginois repose.

3. Naître et mourir au féminin

  • 40 Lancel, 1992, p. 445-446.
  • 41 Appien, Libyca, 131.
  • 42 Question délicate et débattue ! Je renvoie à l’article stimulant de Bernardini, 1996.

21Le destin de Carthage, initié par Didon, se conclut aussi au féminin40. Les combats font rage, au printemps 146 av. J.-C. Au terme de six jours et six nuits de combat féroce, cinquante milles survivants se livrent et ont la vie sauve, quoique réduits en esclavage. Un millier de résistants se barricade au sommet de la colline de Byrsa. Mais le général Hasdrubal, pris de panique, vient se prosterner devant Scipion. Sa lâcheté est rachetée par son épouse. Appien41 nous relate que, du haut du mur du temple d’Apollon, elle se dresse et nargue les Romains, avant de se jeter dans les flammes de l’incendie de la ville, avec ses enfants. En somme, comme Didon, plutôt que d’accepter l’intrusion d’éléments allogènes, elle préfère mourir. Un bûcher féminin scelle ainsi la disparition de Carthage, comme il avait inauguré son cheminement en terre africaine. Je n’envisagerai pas ici la question de savoir si ces traditions créent un paradigme héroïque qui pourrait trouver quelque écho dans les rituels du tophet42, mais je le considère comme possible. L’objectif de mon analyse était, plus modestement, de montrer que les connotations féminines du destin de Carthage annoncent son échec face à Rome, puissance masculine, ouverte, exogamique, expansionniste. Il est très malaisé de cerner l’origine des traditions mythiques relatives au monde punique et connues par les sources classiques, mais il faut en souligner l’ambivalence et la complexité. Cette constatation conduit assez naturellement à envisager la possibilité que, dans ce fonds narratif, certains éléments dérivent de traditions authentiquement puniques, revues et corrigées de manière à alimenter la lecture spéculaire et providentielle du destin des deux grandes puissances méditerranéennes.

Haut de page

Bibliographie

Bernardini, P., 1996, Giustino, Cartagine e il tofet, Rivista di studi fenici, 24, p. 27-45.

Bonnet, C., 2005, Carthage, l’autre « nation » dans l’historiographie ancienne et moderne, Anabases, 1, p. 139-160.

Bonnet, C., 2006, Identité et altérité religieuses. À propos de l’hellénisation de Carthage, Pallas, 70, p. 353-369.

Brown, S., 1991, Late Carthaginian Child Sacrifice and Sacrificial Monuments in their Mediterranean Context, Sheffield.

Budin, S.L., 2008, Sacred Prostitution in Antiquity, Oxford.

Bunnens, G., 1979, L’expansion phénicienne en Méditerranée. Essai d’interprétation fondé sur une analyse des traditions littéraires, Bruxelles-Rome.

Capomacchia, A. M. G., 1986, Semiramis una femminilità ribaltata, Rome.

Currie, H.M., 1907, Dido pietas and pudor, Classical Journal, 2, p. 37-39.

Detienne, M. (dir.), 1990, Tracés de fondation, Louvain-Paris.

Detienne, M., 1998, Apollon le couteau à la main. Une approche expérimentale du polythéisme grec, Paris.

Devillers, O., 2000, Regards romains sur les autels des frères Philènes, Africa romana, 13, p. 119-144.

Devillers, O., 2005, Les origines de la légende des frères Philènes, dans Atti del V Congresso internazionale di studi fenici e punici, Palerme, p. 343-353.

Dubuisson, M., 1983, L’image du Carthaginois dans la littérature latine, Studia Phoenicia I-II, Louvain, p. 159-167.

Gera, D.L., 1997, Warrior women. The anonymous Tractatus de Mulieribus, Leiden.

Haegemans, K., 2000, Elissa the first queen of Carthage through Timaeus’eyes, Ancient Society, 30, p. 277-291.

Krings, V., 1995, La littérature phénicienne et punique, dans V. Krings (éd.), La civilisation phénicienne et punique. Manuel de recherche, Leiden, p. 31-38.

Lancel, S., 1992, Carthage, Paris.

Lévi-Strauss, C., 1948, Les structures élémentaires de la parenté, Paris (rééd. 2002).

Lord, M.L., 1969, Dido as an example of chastity: the influence of example literature, Harvard Library Bulletin, 17, p. 22-44 et 216-232.

Mazza, M., 1988, L’immagine dei Fenici nel mondo classico, dans I Fenici, Milan, p. 548-567.

Piccaluga, G., 1982, La mitizzazione del Vicino Oriente nelle religioni del mondo classico, dans H.J. Nissen, J. Renger (éd.), Mesopotamien und seine Nachbarn. XXVe Rencontre assyriologique internationale, Berlin, p. 573-612.

Piccaluga, G., 1983, Fondare Roma, domare Cartagine, dans Atti del primo Congresso internazionale di studi fenici e punici, Rome, II, p. 409-424.

Prandi, L., 1979, La ‘fides punica’ e il pregiudizio anticartaginese, dans M. Sordi (éd.), Conoscenze etniche e rapporti di convivenza nell’antichità, Milan, p. 90-97.

Quinn, J., à paraître, A Punic Perspective on the Arae Philaenorum, dans Actes du VIIe Congrès international des études phéniciennes et puniques, Hammamet, 10-14 novembre 2009.

Scheid, J., Svenbro, J., 1985, Byrsa. La ruse d’Elissa et la fondation de Carthage, Annales E.S.C. mars-avril 1985/2, p. 328-342.

Schepens, G., 1978, Polybius on Timaeus’account of Phalaris’ bull: a case of deisidaimonia, Ancient Society, 9, p. 117-148.

Vernant, J.-P., 2007, Œuvres. I. Religions, rationalités, politique, Paris.

Westall, R., 2009, Archaic Greek religion and the colonisation of Massalia. The cult of Artemis of Ephesos, Studi e materiali di storia delle religioni (= Città pagana – città cristiana. Tradizioni di fondazione), 75/1, p. 27-54.

Haut de page

Notes

1 Detienne, 1990.

2 Ibidem, p. 3.

3 Vernant, 2007, p. 248 pour les nombreux renvois de l’index au thème de la violence, particulièrement présent dans les études du tome I.

4 Westall, 2009, sur le rôle de la prêtresse Aristarché dans la fondation de Massalia chez Strabon IV, 1, 4.

5 Servius, ad Aen., I, 340, estime que le nom de Didon signifie en punique virago.

6 Ce dieu est souvent Apollon archégète ou pythien qui s’exprime par le biais de l’oracle de Delphes. Cf. Detienne, 1998.

7 Krings, 1995.

8 Ibidem, passim, pour une vision d’ensemble des grands conflits dans lesquels les Phéniciens et les Puniques ont été engagés.

9 Bonnet, 2005.

10 Cf. Brown, 1991, pour la tradition classique relative aux sacrifices humains dans le monde punique. Voir aussi Bonnet, 2006.

11 Par manque d’espace, je ne traiterai pas le passage de Macrobe, Saturnales V, 17, 4-6, qui établit un intéressant parallèle entre Didon et Médée, et réfléchit sur le rapport entre vérité et fabula au sujet des amours de Didon.

12 Bunnens 1979, pour une analyse de chacun de ces témoignages.

13 Scheid-Svenbro, 1985 ; Haegemans, 2000.

14 Cette donnée figure chez Denys d’Halicarnasse : FGrHist 566 F60. Il est difficile de savoir si cette date a été inventée par Timée ou repose sur des canons antérieurs. Voir Haegemans, 2000, p. 287. Avant Timée, on plaçait plutôt la fondation de Carthage juste avant la guerre de Troie. La chronologie basse instaurée par Timée s’imposa après lui. Sur ce sujet, Lancel, 1992, p. 32-35.

15 Gera, 1997. Voir aussi FGrHist 566 F82. Sur le sens de ces trois noms, voir Haegemans, 2000, p. 284-285.

16 Lord, 1969. Tertullien, De monogamia, XVII, 2, en fait une icône de la monogamie. Voir aussi Currie 1907, au sujet de la pietas et de la pudor de Didon chez Virgile en particulier.

17 FGrHist 566 F7.

18 Haegemans, 2000, p. 280-282, qui propose un parallèle pertinent avec la délicate question des sources de Flavius Josèphe sur Tyr.

19 Justin, Philippiques, XVIII, 4-5. Sur ce texte, Bunnens, 1979, p. 175-182.

20 Pour une analyse récente, voir Budin, 2008, p. 228-239.

21 Schepens, 1978. Voir en particulier le livre XII de Polybe où les attaques contre Timée sont nombreuses.

22 Je ne m’étends pas ici sur la ruse de la byrsa, fort bien analysée par Scheid-Svenbro, 1985.

23 Tite-Live XXXIV, 62.

24 Prandi, 1979 ; Dubuisson, 1983 ; Mazza, 1988.

25 Silius Italicus, Punica, I, 20-29.

26 Appien, Libyka, I, 1-4.

27 Cf. supra, note 9.

28 FGrHist 556 F47.

29 Chez Philistos (556 F 47), ce personnage s’appelle Azôros.

30 Piccaluga, 1983.

31 Dans les deux cas, il s’agit de personnages éponymes.

32 Capomacchia, 1986.

33 Sur ce processus de « mythisation » de l’Orient, Piccaluga 1982.

34 Virgile, Énéide, I, 449.

35 Plutarque, Numa, 24 ; Cicéron, Rep., II, 14.

36 Lévi-Strauss, 1948 (rééd. 2002).

37 Sur cette ligne contestable, Haegemans, 2000, p. 289.

38 Les sources se référant à cet omen sont nombreuses ; cf. en particulier Tite-Live I, 54-55. Voir Piccaluga, 1983, p. 409, n. 5.

39 Cf. en dernier lieu Quinn, à paraître (je remercie l’Auteur de m’avoir donné son texte à lire avant la publication). Voir aussi Devillers 2000 et 2005. Pour le récit, Salluste, Jugurtha, 79.

40 Lancel, 1992, p. 445-446.

41 Appien, Libyca, 131.

42 Question délicate et débattue ! Je renvoie à l’article stimulant de Bernardini, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Le destin féminin de Carthage », Pallas, 85 | 2011, 19-29.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Le destin féminin de Carthage », Pallas [En ligne], 85 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/3197 ; DOI : 10.4000/pallas.3197

Haut de page

Auteur

Corinne Bonnet

Professeur d’histoire grecque
Université de Toulouse II-Le Mirail
PLH-ERASME EA 4153
corinne.bonnet@sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals