Navigation – Plan du site

Déméter Chloê. Bref retour sur une question ouverte

Déméter Chloê. A brief return on an opened question
Stella Georgoudi
p. 101-107

Résumés

Pour les hellénistes qui se sont intéressés à Déméter Chloê, celle-ci ne saurait être que la déesse « du blé nouveau », « du blé en herbe », celle qui protège les premières pousses vertes du blé. Par conséquent, la fête Chloia, fête associée à Déméter Chloê et attestée nommément dans certains dèmes de l’Attique serait une fête typiquement céréalière. Cette affirmation est parfois associée à une autre théorie tout aussi « évidente » qui concerne le sacrifice des bêtes pleines. En effet Déméter Chloê pourrait avoir des implications plus vastes, qui dépassent le cadre de la croissance agricole et de la consommation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pausanias, I, 22, 3 : Ἔστι δὲ καὶ Γῆς Κουροτρόφου καὶ Δήμητρος ἱερὸν Χλόης. En général, les traduct (...)
  • 2 La question mérite d’être soulevée, d’autant plus qu’un oracle delphique de l’époque d’Hadrien ajou (...)
  • 3 Comme le note Pirenne-Delforge, 2008, p. 269, en indiquant que l’important, dans ce cas, c’est la « (...)

1En se dirigeant, à partir du flanc sud, vers l’Acropole d’Athènes où règne, sous ses diverses épiclèses, Athéna - cette divinité si chère à notre amie Claudine -, Pausanias mentionne différents lieux de culte parmi lesquels « un sanctuaire de Gê Kourotrophos et de Déméter Chloê » que les modernes situent d’habitude sur le flanc sud-ouest de l’Acropole1. Qu’il s’agisse d’un ou de deux lieux de culte2, ce que Pausanias relève surtout, dans ce passage, ce sont les epônumiai, les surnoms des deux déesses, puisqu’il recommande au visiteur d’aller converser avec les prêtres pour en apprendre plus sur ces épiclèses. Or, même si les mots Kourotrophos (« Nourrice des jeunes gens ») et Chloê (littéralement : l’« Herbe verte », la « Verdure naissante »), peuvent apparaître, à première vue, comme des surnoms « limpides »3, il n’en reste pas moins qu’ils pouvaient soulever quelques interrogations exigeant, précisément, les explications des hiereis.

  • 4 Cf. Chantraine, 1968-1980, s. v. χλόη.

2Quoi qu’il en soit, et en se limitant exclusivement au terme de Chloê, je dirais que, pour les modernes au moins, la « limpidité » de cette épiclèse allait parfaitement de soi. Certes, le mot est transparent, dans le sens que chloê signifie assurément « herbe », « pousse nouvelle d’un vert clair »4. Mais l’« herbe » de quoi ? Pour ceux des hellénistes qui se sont intéressés, de près ou de loin, à Déméter Chloê, la question ne se pose même pas. Cette Déméter Chloê ne saurait être que la déesse « du blé nouveau », « du blé en herbe », celle qui protège les premières pousses vertes du blé. Par conséquent, la fête Chloia (ou Chloaia), fête associée à Déméter Chloê et attestée nommément dans certains dèmes de l’Attique (par exemple, à Éleusis ou à Paiania), serait une fête typiquement céréalière.

  • 5 Foucart, 1914, p. 52.
  • 6 Sophocle, Œdipe à Colone, 1600, traduit par P. Mazon, CUF, Paris, 1960.
  • 7 La liste est longue, mais à titre d’exemple, cf. Nilsson, 1967, p. 467 ; Burkert, 1977, p. 398 ; Br (...)
  • 8 Cette étude est toujours en cours dans le cadre d’un ouvrage sur les sacrifices et purifications da (...)
  • 9 Cf. Nilsson, 1967, p. 151-152.
  • 10 À propos de ce courant de pensée, cf. brièvement, Georgoudi, 1994-1995, p. 285-292.

3Cette opinion ne date pas d’hier. Elle était déjà présente chez Paul Foucart, par exemple, lorsqu’il affirmait que la fête des Chloia « se célébrait au moment où le blé et l’orge commencent à sortir de terre, où les champs se couvrent d’une verdure naissante, première manifestation de la vie que Déméter Chloé fait jaillir du sol »5. Dans la même ligne, la Déméter Euchloos (« la Belle verdoyante »), qui siège sur une colline du dème de Colone, ne saurait être, pour Paul Mazon, que la « déesse du blé tendre »6. Cette affirmation, qui sonne comme une évidence n’acceptant aucune contradiction, se trouve, à une variante près, chez de nombreux spécialistes7. Elle est parfois associée à une autre théorie tout aussi « évidente » qui concerne le sacrifice des bêtes pleines. En effet, Déméter Chloê fait partie d’une série de divinités qui reçoivent, dans certaines circonstances, des victimes gravides. Je n’ai nullement l’intention d’entrer ici dans ce sujet qui constitue, à lui seul, un gros chapitre dans l’histoire des sacrifices grecs8. Je note seulement que certains spécialistes du monde antique, en se référant à ce type d’immolations, se contentent d’une formule explicative aussi vague que générale : il s’agit, disent-ils, de « rites de fertilité », destinés à des divinités dont la fonction principale est la promotion de la fécondité (« Fruchtbarkeitsgöttingen »)9. Derrière cette proposition simple, on entrevoit toute une conception selon laquelle certaines déesses grecques seraient autant de figures « émanant » d’une Grande Déesse-Terre-Mère, primordiale et universelle, principe de fertilité tellurique10.

  • 11 Marathon : Ἀνθεστηριῶνος /Χλόηι παρὰ τὰ Μειδύλου ὗς κυο͂σ̣[α… (inscription révisée par Lambert, 20 (...)

4Cependant, lorsqu’on parle de « rites de fertilité », par rapport au sacrifice des bêtes pleines, on pense surtout à la céréaliculture, influencé sûrement par la présence prépondérante de Déméter qui reçoit, plus que toute autre, des victimes gravides. Et pour prouver le bien-fondé de ce rapprochement, on évoque justement notre Déméter Chloê, à laquelle on sacrifie une truie pleine (dans le dème attique de Marathon et à Myconos), ou bien, une « brebis ( ?) gravide choisie » (dans le dème de Thorikos, en Attique)11.

  • 12 Voir Georgoudi, 1994, p. 178.
  • 13 À force de ne voir en Déméter que la puissance du blé, on oublie parfois le rapport étroit de la dé (...)
  • 14 Sur ces questions, voir les conclusions d’une longue réflexion menée par Detienne, 2000 (ch. IV : « (...)
  • 15 Ce que fait, par exemple, Oikonomides, 1964, p. 9, en déclarant que le culte de Déméter Chloê est « (...)

5Naturellement, comme je l’avais déjà noté12, je n’ai pas l’intention de nier ou même de minimiser la place fondamentale qu’occupe Déméter dans le cycle agricole grec, en tant que déesse particulièrement liée à la céréaliculture, en tant que donatrice par excellence du blé, mais aussi de l’orge13. Cependant, dans le système complexe du polythéisme grec, chaque puissance divine peut assumer, comme on sait, diverses fonctions, dont le sens doit être, chaque fois, précisé. Chaque divinité est définie par rapport aux autres, et son champ d’action comme aussi son mode d’intervention sont également conditionnés par les rôles que jouent d’autres puissances dans un contexte donné14. Mais le domaine dans lequel « opère » une divinité n’est pas un espace figé, qu’on délimite une fois pour toutes, en lui fixant des bornes infranchissables15. Grâce à une sorte d’élasticité, voire de perméabilité, les champs et les modes d’actions d’une instance divine (ou même héroïque) peuvent prendre des formes diverses, parfois inhabituelles, voire uniques. Or le sacrifice des bêtes pleines nous offre un contexte où Déméter dépasse, me semble-t-il, son domaine strictement céréalier.

  • 16 Cf. Théophraste, Recherches sur les plantes, VIII, 6, 5 (ὅταν χλοηφορήσῃ). Aristote recommande la (...)
  • 17 Cf., à titre d’exemple : Euripide, Phéniciennes, 826 : χλοεροτρόφον πεδίον ; ibid., 647-648 : χλοη (...)
  • 18 Cf. Euripide, Iphigénie à Aulis, 422 : λειμώνων χλόην ; Hippolyte, 73 sq. (ἐξ ἀκηράτου λειμῶνος), 1 (...)
  • 19 Euripide, Bacchantes, 11-12 : ἀμπέλου βοτρυώδει χλόῃ ; Hélène, 1360 : κισσοῦχλόα ; cf. Phénicien (...)

6Ainsi, j’aimerais revenir ici, plus en détail, au problème de la signification de l’épiclèse Chloê. Or, le substantif chloê, quoiqu’il puisse se référer aux céréales (τὰ σιτώδη), aux plantes légumineuses (τὰ χεδροπ), ou à d’autres végétaux, lorsqu’ils produisent de jeunes pousses16, constitue un terme générique indiquant, dans la majorité des cas, l’herbe naissante, celle qui couvre par son éclat verdoyant plaines et champs17. Plus particulièrement, chloê désigne la verdure des prés, voire celle de la « prairie intacte, pure », qui n’a jamais connu le troupeau du berger ou le fer de la charrue, comme le dit l’Hippolyte d’Euripide18. Ce mot peut aussi se référer à la verdure des jardins, à l’herbe dont se nourrissent les animaux, comme également au feuillage verdoyant des arbres et des plantes, lorsqu’on parle, par exemple, de l’olivier d’Athéna (Euripide, Ion, 1433-36), ou de la vigne et du lierre de Dionysos19.

  • 20 Cf. note 11.
  • 21 Thorikos (SEG, XXXIII [1983], 147, ll. 38-39) : τὴν χλο[ΐαν, οἶν κρ]/ιτὴν κυο͂σαν. Mais à quoi renv (...)
  • 22 Cf. le calendrier de Paiania : IG, I3, 250, A, l. 8, 26-27, 29 ; le décret en l’honneur du démarque (...)

7En deuxième lieu, bien qu’on ne sache pas la date exacte de la fête des Chloia en Attique, on pourrait la situer, grosso modo, entre février et avril, en se fondant sur certains indices fournis par des calendriers attiques. Ainsi, à Marathon20, le sacrifice à Déméter Chloê a lieu au mois d’Anthestêriôn (février-mars), tandis qu’à Thorikos, c’est au mois d’Élaphêboliôn (mars-avril), que l’on offre, à Déméter, ce qu’on appelle « la chloia »21. En revanche, les textes mentionnant le nom de cette fête (au neutre pluriel) sont beaucoup moins précis, car ils n’indiquent pas le mois de la célébration. Ils donnent seulement le nom Chloia ou Chloaia avec celui d’autres fêtes (comme Proerosia, Antheia, Kalamaia, Halôa), sans que l’on puisse dire, avec assurance, si ces fêtes sont mentionnées par ordre chronologique22. Or, un examen exhaustif des Chloia présuppose une étude tout aussi approfondie des autres fêtes citées (et en particulier celle des Antheia, considérée par les modernes comme une fête exclusivement céréalière, liée strictement « aux fleurs du blé » ou « des céréales », comme on le dit d’habitude).

  • 23 Cf. Xénophon, Économique, XVII, 10 : «  lorsque la terre bien nourrie par le ciel se couvre de jeun (...)

8Dans l’impossibilité de reprendre ici, en les reconsidérant même provisoirement, ces dossiers qui ont aussi préoccupé nombre de spécialistes, je me limite, pour conclure, à quelques réflexions qui ne seront pas, sans doute, exemptes de modifications ultérieures. Ainsi, bien que la date de ce genre de fêtes (comme Proerosia, Chloia, Antheia, Kalamaia), puisse varier d’un dème à l’autre, une tentative de les situer dans le temps pourrait montrer que Déméter Chloê ou sa fête Chloia sont à l’œuvre, en Attique et d’une façon générale, après janvier. Mais à partir de cette époque, Déméter Chloê se trouve plutôt loin du « blé en herbe », puisque le blé (ou l’orge) qu’on sème en automne ne reste pas « caché » sous terre pendant longtemps, mais « verdit » très vite après les semailles et couvre ainsi, de ses jeunes pousses (chloê), la terre nourrie par les pluies automnales23.

  • 24 Ce qui résulte de la collation de deux sources : Eupolis, fr. 196 Kassel-Austin (fr. 183 Koch = Sch (...)
  • 25 Cette coïncidence a sans doute échappé à R. C. Jebb, 1903 puisqu’il associait Déméter Chloê à Gê Ko (...)
  • 26 Cf. Brumfield, 1981, p. 134 ; Parker, 2005, p. 196.

9Reste un dernier point concernant Déméter Chloê : on pourrait sacrifier à cette divinité indépendamment de la fête des Chloia, comme cela semble être le cas dans la cité d’Athènes, où l’on immolait un bélier (κριόν) à Déméter Chloê, probablement le 6 de Thargêliôn24. Or, à supposer que cette date soit exacte, elle coïncide avec le premier jour de la fête des Thargélies, organisée en l’honneur d’Apollon, ce qui exclut la célébration simultanée d’une autre fête, en l’occurrence, celle des Chloia25. On aurait donc affaire ici à une Déméter Chloê dissociée de sa propre fête et rattachée aux Thargélies apolliniennes. Certes, à ce moment de l’année (2e quinzaine de mai), les « champs » ont cessé depuis longtemps d’être « verts », comme il a été noté26. Mais cela est vrai pour les champs de blé et, de ce point de vue, cette Déméter « Verdoyante », qu’on veut confiner dans le seul espace céréalier, aurait en effet perdu une bonne partie de sa « verdure » (au sens propre du mot), de sa « couleur verte ». Cependant, si le « blé en herbe » n’est plus, à cette époque, qu’un souvenir, la nature en général resplendit dans sa robe verte printanière, ce qui conviendrait bien à une Déméter Chloê qui, au-delà du domaine restreint des céréales, serait aussi impliquée dans le « verdoiement » de la phusis tout entière.

  • 27 Sur ces préoccupations, cf. les analyses de Calame, 1990, p. 308-310 et p. 360.

10On pourrait, certes, s’interroger sur la signification de cette rencontre entre Déméter Chloê et l’Apollon des Thargélies. Serait-elle le fruit de préoccupations purement agricoles ou alimentaires27 ? Sans doute pas, si l’on accepte, comme nous l’avons supposé, que la présence, ici ou ailleurs, de Déméter Chloê pourrait avoir des implications plus vastes, qui dépassent le cadre de la croissance agricole et de la consommation. Mais j’ajouterais un autre point. Il paraît, en effet, au vu des données actuelles, que les Chloia faisaient partie d’un groupe de fêtes célébrées dans certains dèmes attiques, mais pas à Athènes. Il s’agirait donc d’une manifestation exclusivement « dèmotique ». S’il en est ainsi, en sacrifiant à Déméter Chloê, le premier jour des Thargélies, la cité athénienne avait sans doute voulu compenser l’absence des Chloia sur son territoire civique, et accorder à la déesse une bonne place dans le cadre d’une grande fête publique.

  • 28 Cf. sur ce point, quelques premières réflexions dans Georgoudi, 1994.

11Nous allons nous arrêter ici, tout en reconnaissant que l’histoire de Déméter Chloê ne se termine pas là. Car il faut prendre en compte sa présence non seulement dans d’autres dèmes attiques (par exemple, à Aixônê), mais aussi dans d’autres cités grecques (par exemple, à Myconos ou à Érythrées). Et il faut surtout la réévaluer dans le contexte des sacrifices de bêtes pleines, où elle se présente, semble-t-il, comme une puissance divine qui sort de son cadre habituel céréalier, pour s’associer à la notion d’une nature verdoyante et fleurie, où toute plante se déploie et s’épanouit28.

Haut de page

Bibliographie

Bremmer, I. N., 2005, The Sacrifice of Pregnant Animals, dans R. Hägg et B. Alroth (éd.), Greek Sacrificial Ritual, Olympian and Chthonian (Acta Inst. Athen. Regni Sueciae, ser. in 8°, XVIII), Stockholm.

Brumfield, A. C., 1981, The Attic Festivals of Demeter and their Relation to the Agricultural Year, New York.

Burkert, W., 1977, Griechiche Religion der archaischen und klassischen Epoche, Stuttgart-Berlin-Köln-Mainz.

Calame, C., 1990, Thésée et l’imaginaire athénien. Légende et culte en Grèce antique, Payot, Lausanne.

Chamoux, F., 2001 [1992], Pausanias, Description de la Grèce, L’Attique, livre I, tome I, trad. M. Casevitz et J. Pouilloux, CUF, Les Belles Lettres, Paris.

Chantraine, P., 1968-1980, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Klincksieck, Paris.

Daux, G., 1983, Le calendrier de Thoricos au Musée J. Paul Getty, AC, 52, p. 150-174.

Detienne, M., 2000, Comparer l’incomparable, Seuil, Paris.

Foucart, P., 1914, Les mystères d’Éleusis, A. Picard, Paris.

Georgoudi, S., 1990, Des chevaux et des bœufs dans le monde grec, Paris-Athènes.

Georgoudi, S., 1994, Divinità greche e vittime animali. Demetra, Kore, Hera e il sacrificio di femmine gravide, dans S. Castignone et G. Lanata (a cura di), Filosofi e animali nel mondo antico, Pise, p. 171-186.

Georgoudi, S., 1994-1995, À la recherche des origines, Mètis, IX-X, p. 285-292.

Georgoudi, S., 2007, Les magistrats au service des dieux : le cas des démarques en Attique, dans P. Schmitt Pantel et Fr. de Polignac (éd.), Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, A. Michel, Paris, p. 83-109.

Guettel Cole, S., 1994, Demeter in the Ancient Greek City and its Countryside, dans S. E. Alcock et R. Osborne (éd.), Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece, Oxford, p. 199-216.

Jameson, M. H, 1976, Athenaeum, 54, p. 441-446 (Compte-rendu du livre de Richardson, N. J., 1974, The Homeric Hymn to Demeter, Oxford).

Jebb, R. C., 1903, The Oedipus Coloneus of Sophocles, Cambridge.

Lambert, S. D., 2000, The Sacrificial Calendar of the Marathonian Tetrapolis. A Revised Text, ZPE, 130, p. 43-70.

Loukopoulos, D., 1983 [1938], Géorgiques de Roumeli (en grec), Athènes-Ioannína.

Nilsson, M. P., 1906, Griechische Feste von religiöser Bedeutung, Leipzig, (réimpr. Stuttgart, 1957).

Nilsson, M. P., 1967, Geschichte der griechischen Religion, I3, Munich.

Oikonomides, A. N., 1964, The Two Agoras in Ancient Athens, Chicago.

Papachatzis, N., 1974, Pausaniou Hellados Periêgêsis, Attika, Athènes.

Parke, H.W. et Wormell, D.E.W., 1956, The Delphic Oracle, Oxford.

Parker, R., 1987, Festivals of the Attic Demes, dans T. Linders et G. Nordquist (éd.), Gifts to the Gods (Boreas, 15), Uppsala, p. 137-147.

Parker, R., 2005, Polytheism and Society at Athens, Oxford.

Pirenne-Delforge, V., 1994, L’Aphrodite grecque, Kernos, Suppl. 4, Athènes-Liège.

Pirenne-Delforge, V., 2008, Retour à la source. Pausanias et la religion grecque, Kernos, Suppl. 20, Liège.

Simon, E., 1983, Festivals of Attica, Wisconsin.

Haut de page

Notes

1 Pausanias, I, 22, 3 : Ἔστι δὲ καὶ Γῆς Κουροτρόφου καὶ Δήμητρος ἱερὸν Χλόης. En général, les traducteurs et les commentateurs de Pausanias parlent, sans autre explication, d’un hieron commun aux deux divinités. Cependant, pour Chamoux, 2001, p. 198, il est question de sanctuaires distincts, tandis que Papachatzis, 1974, p. 314, pense à un temenos commun, mais avec des autels séparés. Sur la localisation de ce hieron (débattue souvent en relation avec le site du sanctuaire d’Aphrodite Pandêmos), voir Pirenne-Delforge, 1994, p. 26-28 (avec bibliographie précédente).

2 La question mérite d’être soulevée, d’autant plus qu’un oracle delphique de l’époque d’Hadrien ajoute à la confusion en parlant d’un sanctuaire de Déméter Chloê et de Kourê, près de l’Acropole (IG, II2, 5006 = Parke et Wormell, 1956, vol. II, p. 188-189, n°  466).

3 Comme le note Pirenne-Delforge, 2008, p. 269, en indiquant que l’important, dans ce cas, c’est la «  raison circonstancielle  » qui a conduit à l’attribution de telles épiclèses «  dans le cadre de ce culte local  ».

4 Cf. Chantraine, 1968-1980, s. v. χλόη.

5 Foucart, 1914, p. 52.

6 Sophocle, Œdipe à Colone, 1600, traduit par P. Mazon, CUF, Paris, 1960.

7 La liste est longue, mais à titre d’exemple, cf. Nilsson, 1967, p. 467 ; Burkert, 1977, p. 398 ; Brumfield, 1981, p. 132 («  As an epithet, Chloe would denote Demeter’s role as patroness of the green shoot, the growing crop  » ; cf. aussi p. 136, 151, 212, 235-236) ; Simon, 1983, p. 20-21 ; Guettel Cole, 1994, p. 199-216 (p. 202 : «  In mid-winter Greeks sacrificed to Demeter Chloe, who protected the growing green shoots of grain  ») ; Parker, 1987, p. 137-147 (p. 141 : «  in spring when the green shoots are due to put up stems there follows the Chloia, the festival of χλόη, green shoots [sc. du blé]  », interpretation reprise dans son ouvrage de référence Parker, 2005, p. 195) ; Bremmer, 2005, p. 155-163 (p. 158 : «  Chloia… the festival of green shoots… of the corn  »…).

8 Cette étude est toujours en cours dans le cadre d’un ouvrage sur les sacrifices et purifications dans le monde grec. Il y a quelques années, j’ai essayé d’entamer la réflexion dans un article provisoire, Georgoudi, 1994.

9 Cf. Nilsson, 1967, p. 151-152.

10 À propos de ce courant de pensée, cf. brièvement, Georgoudi, 1994-1995, p. 285-292.

11 Marathon : Ἀνθεστηριῶνος /Χλόηι παρὰ τὰ Μειδύλου ὗς κυο͂σ̣[α… (inscription révisée par Lambert, 2000, p. 43-70, Face A col. 2, l. 48-49, c. 375-350 ?). Dans cette inscription, où le nom de Déméter n’apparaît pas, la déesse semble bien être désignée par ses épithètes : Achaia (A2, l. 27), Eleusinia (qui reçoit aussi une truie pleine, A2, l. 48), Chloê. À Myconos, on immole à Déméter Chloê deux truies considérées comme les «  plus belles  » (καλλιστεύουσαι), dont l’une doit être «  pleine  » (ἐγκύμ[ων]) : Sokolowski, LSCG, 96, ll. 11-13, vers 200 av. J.-C. Thorikos : [οἶν κρ]/ιτὴν κυο͂σαν (SEG, XXXIII [1983], 147, ll 38-39, c. 380-375).

12 Voir Georgoudi, 1994, p. 178.

13 À force de ne voir en Déméter que la puissance du blé, on oublie parfois le rapport étroit de la déesse avec l’autre trophê vitale qui est l’orge. Mais il suffirait de rappeler que le «  fruit  » de Déméter, ce karpos maintes fois loué par les Anciens, désigne souvent le blé et l’orge, comme le montre explicitement l’offrande des prémices aux deux déesses d’Éleusis (IG I3, 78 = Sokolowski, LSCG, 5, l. 4-7). Déméter s’appelle même Ioulô, selon Sèmos de Délos, épithète qu’il explique d’après les ouloi ou iouloi, nom que portent «  les poignées d’orge  » (τα` δράγματα τῶν κριθῶν) : FGrHist, 396 F 23, ap. Athénée, XIV, 618 de.

14 Sur ces questions, voir les conclusions d’une longue réflexion menée par Detienne, 2000 (ch. IV : «  Expérimenter dans le champ des polythéismes  »).

15 Ce que fait, par exemple, Oikonomides, 1964, p. 9, en déclarant que le culte de Déméter Chloê est «  definitely chthonic  ».

16 Cf. Théophraste, Recherches sur les plantes, VIII, 6, 5 (ὅταν χλοηφορήσῃ). Aristote recommande la «  verdure de fèves  » (χλόη κυάμων) pour engraisser les bovins (HA, VIII, 7, 595 b 5-7).

17 Cf., à titre d’exemple : Euripide, Phéniciennes, 826 : χλοεροτρόφον πεδίον ; ibid., 647-648 : χλοηφόρους γύας. La chloê, dans cette acception générale, peut être qualifiée de «  frisée  » (Euripide, Hélène, 180 : ἕλικα χλόαν), classée parmi les «  essences aromatiques  » (εὐώδη) que la terre nourrit (Platon, Critias, 115 a), ou considérée, avec les fruits, comme élément de la nourriture humaine (Platon, Timée, 80 d : τὰ μὲν καρπῶν, τὰ δὲ χλόης). Déméter est d’ailleurs la déesse des «  fruits verdoyants  » (χλοόκαρπος) : Hymnes Orphiques, 40, 5.

18 Cf. Euripide, Iphigénie à Aulis, 422 : λειμώνων χλόην ; Hippolyte, 73 sq. (ἐξ ἀκηράτου λειμῶνος), 1137-38 : les reposoirs (ἀνάπαυλαι) d’Artémis se trouvent dans les «  profondeurs de la verdure  » (βαθεῖαν χλόαν).

19 Euripide, Bacchantes, 11-12 : ἀμπέλου βοτρυώδει χλόῃ ; Hélène, 1360 : κισσοῦχλόα ; cf. Phéniciennes, 651-654. Jardins : Scholies Soph. Œdipe à Colone, 1600 : τῆς κατα` τῶν κήπων χλόης. Animaux : cf. Georgoudi, 1990, Index des mots grecs, s.v. χλόη. C’est sans doute par une étymologie populaire que le sanglier est appelé chlounês (χλούνης), parce qu’il «  se couche dans la chloê » (Eustathe, ad Iliadem, IX, 539, p. 772 ; Etym. Magnum, s.v. χλόη).

20 Cf. note 11.

21 Thorikos (SEG, XXXIII [1983], 147, ll. 38-39) : τὴν χλο[ΐαν, οἶν κρ]/ιτὴν κυο͂σαν. Mais à quoi renvoie ici l’accusatif tên chloian ? Daux, 1983 pense qu’il faut sous-entendre le féminin ἡμέραν, et il traduit : «  pour Déméter, dans la journée dite Chloia, une [brebis] pleine sélectionnée  » (p. 155, 162-163). On pourrait cependant considérer que chloia – qui fonctionne ici comme un adjectif substantivé – désigne plutôt le sacrifice à accomplir : τὴν χλοΐαν (sc. θυσίαν), comme le pense aussi Parker, 2005, p. 195, note 10. Mais l’on peut réfléchir aussi à une troisième solution. Car, si on enlève la virgule (mise par Daux) entre chloian et oin, le mot chloian fonctionnerait comme un adjectif qualificatif de oin : on sacrifie ainsi à Déméter une brebis «  verdoyante  », comme on lui offre aussi (selon la même inscription, l. 43-44), une autre brebis pleine, qualifiée cette fois d’antheian, une victime donc «  fleurie  ».

22 Cf. le calendrier de Paiania : IG, I3, 250, A, l. 8, 26-27, 29 ; le décret en l’honneur du démarque d’Éleusis Pamphilos : IG, II2, 949, l. 6-9 (sur ce personnage et ses tâches sacrificielles, cf. Georgoudi, 2007, p. 87-88).

23 Cf. Xénophon, Économique, XVII, 10 : «  lorsque la terre bien nourrie par le ciel se couvre de jeunes pousses sorties de la semence (χλόης γενομένης π τοῦ σπέρματος)  ». Par ailleurs, Théophraste le dit clairement (Recherches sur les plantes, VIII, 2, 4) : «  pendant l’hiver les céréales restent en herbe (τὸν μὲν οὖν χειμῶνα ἐν τῇ χλόῃ μένει τὰ σιτώδη)  », constatation reprise par Pline (Histoire naturelle, XVIII, 52). Selon le spécialiste contemporain, les jeunes pousses du blé peuvent atteindre une palme, vingt jours après les semailles : cf. Loukopoulos, 1983, p. 183. Mais Nilsson, 1906, réimpr. 1957, p. 354 avait déjà rappelé que, contrairement à ce qui se passe dans les régions du Nord, «  le blé n’est pas caché en hiver  », dans les pays du Sud, où «  les semences verdissent et poussent tout au long de l’hiver  ». Cf. également Jameson, 1976, p. 443 qui attire de nouveau l’attention sur ce fait, un fait qui échappe souvent aux hellénistes.

24 Ce qui résulte de la collation de deux sources : Eupolis, fr. 196 Kassel-Austin (fr. 183 Koch = Schol. Soph. Œdipe à Colone, 1600), et Philochore, FGrHist, 328 F 61, avec les commentaires et les notes de Jacoby. Ce sacrifice avait probablement lieu dans le sanctuaire de la déesse mentionné au début (sur le flanc sud-ouest de l’Acropole).

25 Cette coïncidence a sans doute échappé à R. C. Jebb, 1903 puisqu’il associait Déméter Chloê à Gê Kourotrophos et à Apollon pendant la fête des «  Χλόεια held on 6th Thargelion (latter part of May)  » : commentaire au vers 1600. Cf. Brumfield, 1981, p. 134, qui rejette avec raison cette date pour Chloia.

26 Cf. Brumfield, 1981, p. 134 ; Parker, 2005, p. 196.

27 Sur ces préoccupations, cf. les analyses de Calame, 1990, p. 308-310 et p. 360.

28 Cf. sur ce point, quelques premières réflexions dans Georgoudi, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stella Georgoudi, « Déméter Chloê. Bref retour sur une question ouverte », Pallas, 85 | 2011, 101-107.

Référence électronique

Stella Georgoudi, « Déméter Chloê. Bref retour sur une question ouverte », Pallas [En ligne], 85 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/3278 ; DOI : 10.4000/pallas.3278

Haut de page

Auteur

Stella Georgoudi

EPHE, ANHIMA-UMR 8210
Stella.Georgoudi@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals