Navigation – Plan du site
Le syntagme nominal

Existe-t-il des « noms nus » en latin ?

“Do ‘bare nominals’ exist in Latin?”
Bernard Bortolussi
p. 15-23

Résumés

Étant donné qu’en latin tous les syntagmes nominaux sont dépourvus d’article et pourraient donc être qualifiés de « noms nus », notre objectif est d’examiner si on peut faire apparaître d’une manière ou d’une autre en latin les mêmes différences interprétatives qui existent entre les syntagmes nominaux dotés d’un article et les syntagmes nominaux « nus » dans des langues comme le français ou l’anglais. Notre champ d’investigation se limite ici aux phrases copulatives, comme hic est danista, correspondant soit à « il est prêteur » soit à « il est un/le prêteur ». Les propriétés référentielles et sémantiques et des tests syntaxiques sont utilisés pour faire apparaître les différences de signification.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Sur les « noms nus » en général, voir en particulier Carlson, 1977 ; Krifka, 2003 ; Swart et al., 2 (...)

1La notion de « nom nu » a été introduite dans l’analyse sémantique pour rendre compte du contraste entre énoncés génériques et énoncés particuliers1 :

Générique

(1)

a. Dogs bark.

b. Les chiens aboient. 

c. Cor caninum habentem fugiunt canes. (Plin. Nat. 29, 99)
« Les chiens fuient quiconque a un cœur de chien. »

Particulier

(2)

a. The dogs bark.

b. Les chiens aboient. 

c. Desierant latrare canes urbesque silebant. (Sen. Contr. 7, 1, 27)
« Les chiens avaient cessé d’aboyer et les villes étaient silencieuses. »

2En (1a) dogs a seulement une référence virtuelle, au sens de Milner (1976), tandis qu’en (2a) the dogs a une référence actuelle, désignant une pluralité de chiens définis. La présence ou l’absence de l’article sont cruciales en anglais pour distinguer les deux types de pluriel, alors que ni le français, qui conserve ici l’article, ni le latin, qui, lui, ne connaît pas l’article, ne distinguent formellement les deux types d’énoncés.

3Si on définit la « nudité » par l’absence d’article, alors le latin fait partie des langues dans lesquelles tous les noms sont nus et il n’y a pas de différence observable directement entre un syntagme nominal (SN) employé dans un énoncé générique et un SN employé dans un énoncé particulier, que ce soit au pluriel, comme en (1c)-(2c), ou au singulier comme en (3a-b) :

(3)

a. Vsurpabant canem timidum uehementius latrare quam mordere. (Curt. 7, 4, 13)
« On soutient qu’un chien craintif aboie plus qu’il ne mord. »

b. Et coepit custos liminis esse canis. (Tib. 2, 4, 31)
« Et le chien commença à être le gardien du seuil. »

4Doit-on renoncer pour autant à toute investigation ? Deux arguments peuvent laisser penser qu’existent en latin des SN équivalant à des noms nus :

  • l’existence de constructions dans lesquelles des noms (N) apparaissent massivement sans la moindre détermination, ni le moindre complément ;

  • l’existence des noms nus dans les langues romanes ; en effet, soit les constructions romanes obéissent à leur propre économie d’emploi après l’apparition de l’article, soit elles continuent les constructions latines et donc « révèlent » l’incompatibilité des N concernés avec une détermination.

5Les constructions a priori concernées sont celles qui présentent à la fois en latin et dans les langues romanes des N qui n’admettent que difficilement détermination et complémentation (à l’exception de l’article générique) :

– les énoncés génériques 

(4)

a. Lupus est homo homini, non homo. (Plaut. Asin. 495)
« L’homme est un loup pour l’homme, pas un homme. »

b. Ventre affamé n’a point d’oreille.

– les constructions avec noms massifs

(5)

a. Huic decet statuam statui ex auro. (Plaut. Bacch. 640)

 

b. Il convient de lui ériger une statue en or.

6– les prédications avec un N attribut

(6)

a. Rationale enim animal est homo. (Sen. Epist. 41, 8) (Spevak, 2014, p. 8)
« L’homme est un animal doué de raison. »

b. Il est professeur de latin.

– les N compléments qui ne constituent pas de véritables arguments du verbe : N incorporés, locutions verbales, objet interne, etc.

(7)

a. Postquam id animum aduertit… (Caes. Gall. 1, 24, 1)
« Après avoir remarqué cela… »

b. Si fidem modo das mihi te non fore infidum. (Plaut. Rud. 951)
« Si du moins tu m’assures que tu ne seras pas infidèle. »

c. Haec non uoluptati tibi esse satis certo scio. (Ter. Haut. 71)
« Je sais bien que cela ne te fait pas plaisir. »

7Je voudrais examiner si les contrastes révélés au niveau morpho-syntaxique dans les langues dotées d’un article peuvent être identifiés en latin par d’autres moyens, en l’occurrence par des moyens syntaxiques. Je ferai l’hypothèse que ces contrastes trouvent leur origine dans des différences au niveau sémantico-référentiel, à savoir que les noms nus ont une référence virtuelle (par opposition à une référence actuelle), au sens de Milner (1976), ou bien qu’ils ne sont pas référentiellement autonomes.

8Dans le cadre de la présente étude je me limiterai à un sous-ensemble des emplois, à savoir les prédications avec N attribut et le double datif.

9L’enjeu pour le latin est le suivant : la distinction possible au niveau syntaxique de SN « pleins » et de SN « réduits » ; en reprenant l’ancienne représentation X-barre les premiers seraient de structure [n’’ [n’ [n ]]], les seconds seraient de structure [n’ [n ]]. L’hypothèse que je fais est que les SN « réduits » ne peuvent apparaître que dans un nombre restreint de positions syntaxiques, des positions non-argumentales.

2. Les N attributs

2. 1. Différences entre phrases identificationnelles et phrases prédicationnelles

10Une part importante de la littérature sur les noms nus porte sur leur emploi prédicatif :

  • 2 Les autres langues romanes présentent le même emploi « nu » (Beyssade, 2011).

(8)

a. Jean est le (nouveau) professeur de latin (de Jean Jaurès / que tu as rencontré hier).

b. Jean est un (nouveau) professeur de latin (de Jean Jaurès / que tu as rencontré hier).

c. Jean est (*nouveau) professeur de latin (*de Jean Jaurès / *que tu as rencontré hier).2

  • 3 Voir Bortolussi, 2005 ; Beyssade, 2011.

11Le contraste repose sur une différence de référence entre le professeur de latin, un professeur de latin et professeur de latin, différence qui se manifeste en outre par divers contrastes syntaxiques. En (8a) et (8b) nous avons affaire à des phrases identificationnelles3 : le professeur de latin et un professeur de latin désignent un individu particulier appartenant à une classe ; en (8a) nous avons coréférence et en (8b) inclusion référentielle de Jean dans l’ensemble des professeurs de latin. (8c) est une phrase prédicationnelle dans laquelle professeur de latin dénote un ensemble de propriétés, celles qui sont intrinsèques de la classe.

12Le latin connaît également la possibilité de N attributs aussi bien dans des phrases prédicationnelles que dans des phrases identificationnelles. L’ambiguïté entre les deux types d’emplois concerne quelques catégories bien particulières de N : les noms relationnels (amicus, hostis) et les « rôles » (consul, orator), c’est-à-dire des N désignant des propriétés temporaires des individus (par opposition à des propriétés définitoires) :

(9)

Et ipse hostis fuit populi Romani et acerrimum hostem in regnum recepit, […] regnat hodie et amicitiae nomen ac societatis, quod armis uiolauerat, id precibus est consecutus ; ille Cyprius miser, qui semper amicus, semper socius fuit, […] uiuus, ut aiunt, est et uidens cum uictu ac uestitu suo publicatus. (Cic. Sest. 59)
« Il (le roi d’Arménie) fut lui-même ennemi du peuple romain et il accueillit dans son royaume notre ennemi le plus acharné, il règne aujourd’hui et il a obtenu par des prières ce nom d’ami et d’allié qu’il avait outragé en prenant les armes ; quant au malheureux roi de Chypre, qui a toujours été notre ami et notre allié, il s’est vu de ses yeux vendu vif, comme on dit, avec vivres et vêtements à l’encan. »

13Hors contexte les énoncés comme (10), comportant un N désignant un « rôle », sont ambigus :

(10)

Hic est danista. (Plaut. Epid. 621)

a) Identificationnelle 1 : « C’est le prêteur. »

b) Identificationnelle 2 : « C’est un prêteur. »

c) Prédicationnelle : « Il est prêteur. »

14L’ambiguïté est exclue avec certains types de N : ainsi les N désignant les classes « naturelles » d’individus ne peuvent habituellement entrer dans des phrases prédicationnelles :

(11)

a. Rationale enim animal est homo. (Sen. Epist. 41, 8)
« L’homme est un animal doué de raison. »

b. Alesiam, quod est oppidum Mandubiorum (Caes. Gall. 7, 68, 1) (Bortolussi, 2008)

15« Alésia, qui est la capitale des Mandubiens »

16Dans ces prédications, du type « être un », la référence du SN sujet est déclarée appartenir à l’ensemble défini par le SN attribut. Il peut cependant arriver que l’attribut soit traité comme une propriété plutôt que comme une classe ; on peut considérer que c’est le cas pour l’exemple célèbre :

  • 4 L’énoncé ne signifie évidemment pas que l’espèce humaine est une branche de l’espèce des canidés. O (...)

(12)

Lupus est homo homini, non homo. (Plaut. Asin. 495)4
« L’homme est un loup pour l’homme, pas un homme. »

17Les N désignant des fonctions qui ne constituent pas des classes « naturelles » (vs. noms de métiers) ne servent pas à indiquer l’appartenance à une classe (« être un »), mais représentent plutôt un ensemble de propriétés. Ainsi les noms en -tor « … ont pu être utilisés pour combler les vides morphologiques des participes actifs en latin » (Fruyt, 1990, p. 62) : auctor, animaduersor, compransor, etc.

(13)

a. Hoc ego fui hodie solus obsessor fori. (Plaut. Pseud. 807) (Fruyt, 1990
« J’étais aujourd’hui assis tout seul sur le marché. »

b. Nunc adsentatrix scelesta est, dudum aduersatrix erat. (Plaut. Most. 257)
« Tout à l’heure elle était contrariante, maintenant elle est complaisante, la coquine. » (trad. Ernout)

c.

Tu mihi adcusatrix ades. (Plaut. Asin. 513)
« Tu te poses en accusatrice. »

2. 2. Tests syntaxiques

18Quelques tests syntaxiques permettent de faire apparaître la distinction entre les emplois identificationnels et prédicationnels. Sont caractéristiques des emplois prédicationnels :

a) La commutation entre verbe et locution du type esse + N (cf. obsessi et obsessor fui) :

(14)

a. ut […] uincasque uirum uictrixque sies (Plaut. Cas. 820)
« pour que tu triomphes de ton mari et que tu sois victorieuse »

b. Victor sum : uici cautos custodes meos. (Plaut. Pseud. 1037)
« Je suis victorieux : j’ai triomphé de mes gardiens vigilants. »

b) La coordination et la commutation avec un adjectif :

(15)

a. Bonus uir nemo est nisi qui bonus est omnibus. (Publil. B 43)
« On n’est un homme de bien qu’en étant bon pour tout le monde. »

b. Ille beatissimus est et securus sui possessor. (Sen. Epist. 1, 12, 9)
« On jouit pleinement et avec sécurité de soi-même, quand on attend le lendemain sans inquiétude. »

19Un nombre important d’exemples est constitué de N qui sont en même temps des adjectifs (amicus, socius).

c) Le test de la question

20Les phrases identificationnelles répondent à des questions portant sur l’identité (16), contrairement aux phrases prédicationnelles qui répondent à une question sur la qualité.

(16)

Sed quis […] est […] ille grauastellus qui uenit ? – Hic est danista. (Plaut. Epid. 621)
« Qui est ce débris impotent qui arrive ? – C’est le prêteur. »

21La question est alors formée avec l’adjectif interrogatif qui (17a) ou l’adverbe interrogatif ut (17b) :

(17)

a. Postulo ut mihi respondeat qui sit is Verrucius : mercator an negotiator an arator an pecuarius ? (Cic. Verr. 2, 2, 188)
« Je te demande de me dire ce qu’il est ce Verrucius : marchand, négociant, laboureur, éleveur ? »

b. Nam ego uos nouisse credo iam ut sit pater meus, / Quam liber harum rerum multarum siet / Quantusque amator siet quod complacitumst semel. (Plaut. Amph. 102-104)
« Je pense en effet que vous savez bien comment est mon père, quelle liberté il a dans ce genre d’affaires et combien il est amoureux de ce qui lui a plu une fois. »

2. 3. Restrictions syntaxiques

22Des restrictions syntaxiques sont liées à l’emploi de ce type de N en emploi prédicationnel :

a) Le mode de quantification

23Certains adjectifs indiquant la quantité (magnus en 18a, quantus en 18b) sont admis, mais il ne s’agit pas de quantifier les occurrences individuelles du N, mais d’indiquer le degré de la propriété, comme le ferait un adverbe modifiant un adjectif (cf. quam liber en 18b) :

(18)

a. Magnus amator mulierum es. (Plaut. Men. 268)
« Tu es (un) grand amateur de femmes. »

b. Nam ego uos nouisse credo iam ut sit pater meus, / Quam liber harum rerum multarum siet / Quantusque amator siet quod complacitumst semel. (Plaut. Amph. 102-104)
« Je pense en effet que vous savez bien comment est mon père, quelle liberté il a dans ce genre d’affaires et combien il est amoureux de ce qui lui a plu une fois. »

b) Le N ne peut être repris par un anaphorique ; seuls les N attributs dans les identificationnelles peuvent l’être :

(19)

Tun es Ballio ? / – Ego enimuero is sum. (Plaut. Pseud. 978-979)
« Tu n’es pas Ballion ? / – Si, c’est bien moi. »

c) Il n’est pas topicalisable, ce qui explique en outre qu’il ne soit pas repris par un pronom sujet, fût-il « nul ».

2. 4. Conclusion

24Dans les phrases prédicationnelles les N attributs s’insèrent dans un constituant de forme adjectivale, lequel est de type [modifieur [[ N ] complément]] ; la position de modifieur est remplie par des adjectifs. La conséquence est que les déterminants n’ont pas de place syntaxique disponible :

  • 5 Évidemment, le démonstratif apparaît sans difficulté avec le même SN lorsque celui-ci est dans une (...)

(20)

a. *ille [magnus [amator] mulierum]]5
b. [quam [liber] harum rerum multarum]]

25Nous n’avons donc pas affaire à des SN complets, référant à des entités.

3. Le double datif

3. 1. Propriétés sémantico-référentielles

26La construction dite de « double datif » est une construction prédicative dans laquelle figure un nom abstrait et un N (souvent + humain) doté d’une référence actuelle.

27De manière générale les N abstraits apparaissent fréquemment « nus », notamment dans les énoncés génériques :

(21)

a. Blanditia, non imperio fit dulcis Venus. (Publil. B 13)
« C’est par la douceur, non en lui donnant des ordres qu’on adoucit Vénus. »

b. Amor otiosae causa est sollicitudinis. (Publil. A 34)

« (L’)Amour est source d’inutiles soucis. »

28Les N abstraits ne sont pas des entités du premier ordre, mais, dans le cas, par exemple, de blanditia ou sollicitudo, désignent des propriétés. Ils présentent certaines caractéristiques identiques aux N désignant des « espèces » (cf. Dobrovie-Sorin, 2006) :

  • ils sont comparables aux noms propres et peuvent effectivement être considérés comme tels dans la langue (Amor, Virtus) ;

  • ils ont une référence virtuelle et n’acquièrent de référence actuelle qu’en en venant à désigner des manifestations particulières de la propriété abstraite (amor/amores, dolor/dolores), alors qu’inversement les N référant à des entités du premier ordre deviennent génériques en référant aux propriétés communes à tous les individus (canes/canis) pour définir l’espèce.

3. 2. Les constituants du SN

29La particularité du N abstrait au datif est de ne jamais être accompagné d’un déterminant :

(22)

a. Haec non uoluptati tibi esse satis certo scio. (Ter. Haut. 71)
« Je sais bien que cela ne te fait pas plaisir. »

b. Optimum uisum est pro consule T. Quinctium subsidio castris cum sociali exercitu mitti. (Liv. 3, 4, 10)
« On considéra que le mieux était d’envoyer T. Quinctius comme proconsul secourir le camp avec l’armée des alliés. »

30Les seules adjonctions possibles sont celles d’un adjectif évaluatif :

Table 1 : Adjectifs qualifiant curae

CVRAE ESSE : 57 exemples (corpus : Cicéron)

magnae

maiori

maximae

summae

minori

quantae

tantae

12

5

5

1

2

4

3

(23)

a. Post Caesaris reditum quid tibi maiori curae fuit quam ut essem ego illi quam familiarissimus ? (Cic. Fam. 11, 27, 5)
« Après le retour de César, qu’avez-vous eu de plus à cœur que de me rapprocher de lui plus étroitement ? »

b. cum commemoramus, quantae curae res ea fuerit iis, quorum auctoritas grauissima debeat esse (Cic. Inv. 1, 101)
« quand nous rappelons quel grand intérêt prennent à cette affaire les hommes dont l’autorité se doit d’être la plus respectable »

3. 3. Caractéristiques syntaxiques

  • 6 Voir, en dernier lieu, Baños Baños, 1995, pour une synthèse des différentes thèses en présence.
  • 7 Cf. en particulier Serbat, 1989, qui parle de « noyau prédicatif ». Suivant les théories les appell (...)

31Les différents travaux portant sur cette construction se préoccupent de définir la valeur du datif et la hiérarchie des deux SN au datif6. Nous n’entrerons pas dans ce débat et nous nous contenterons de relever un certain nombre de caractéristiques rapprochant cette construction de ce que nous avons observé pour les constructions prédicatives7.

a) Ce N au datif commute avec un attribut au nominatif, comme le montre le test de la coordination :

(24)

a. imperio quod […] ipsis principibus prosperum uel exitio fuit (Tac. Hist. 2, 1, 2)
« une domination qui provoqua la prospérité ou la perte des empereurs eux-mêmes »

b. Si tibi lubidost aut uoluptati, sino. (Plaut. Poen. 145)
« Si c’est cela que tu désires ou qui te plaît, soit. »

32La commutation avec un adjectif montre que le N au datif dénote ici une propriété, comme dans les emplois prédicatifs de notre première partie.

b) Comme l’attribut prédicatif, il ne peut être topicalisé, ni un anaphorique, ni source d’une reprise anaphorique, contrairement à l’autre complément au datif :

(25)

a. Si populo ludorum magnificentia uoluptati est, non est mirandum eam L. Murenae apud populum profuisse. (Cic. Mur. 38)
« Il ne faut donc pas s’étonner que la magnificence des jeux qui plaît tant au peuple, l’ait rendu favorable à Muréna. »

b. e contrario is, cui curae sunt uniuersa (Sen. Clem. 1, 13, 4)
« mais celui qui veille, avec plus ou moins de sollicitude, sur tous les intérêts »

c. si quidem sit quisquam deus, cui ego sim curae (Cic. Tusc. 4, 72) 
« si du moins existait quelque dieu qui se soucie de moi »

33En (25a) eam reprend, sans ambiguïté possible, magnificentia et non uoluptati. (25b) et (25c) montrent que l’autre complément au datif peut prendre la forme d’un anaphorique et donc reprendre un SN doté d’une référence actuelle, définie ou indéfinie. Aucun exemple ne s’observe du type :

(25)

b’. *cura cui uniuersa sunt tibi.

c) Il ne peut non plus être employé au pluriel :

(26)

a. Significasti tibi omnia mea mandata curae fore. (Cic. Fam. 3, 8, 9) /*curis
« Tu m’as indiqué que tu te soucierais de mes recommandations. »

b. Ad Scipionem Pompeiusque nuntios mittit ut sibi subsidio ueniant. (Caes. Civ. 3, 80, 3) /*subsidiis
« Il envoya des messagers à Scipion et à Pompée pour leur demander de venir à son secours. »

34Ceci démontre que les N en question ne désignent pas un élément particulier appartenant à la classe des curae et des subsidia, alors que justement le pluriel est bien attesté pour désigner des soucis et des secours particuliers.

4. Conclusion

35Au terme de cette étude prospective l’hypothèse initiale apparaît comme pertinente : les différences d’interprétation traduites par l’absence ou la présence de l’article peuvent également être matérialisées en latin par des différences de comportement syntaxiques. Ainsi est bien confirmée la convergence entre différents niveaux d’analyse du N : sa référence, ses propriétés sémantiques, ses propriétés syntaxiques.

  • 8 Les symétries antithétiques comme odi / odio sum (Liv. 35, 19, 6) montrent que esse + SN datif fonc (...)

36Les principes d’analyses et les critères mis en lumière peuvent être étendus à d’autres constructions, notamment les pseudo-compléments verbaux, comme l’objet interne ou les compléments incorporés. Le SN des constructions à double datif apparaît lui-même comme plus ou moins figé et formant locution avec un ensemble restreint de verbes8.

37Certains N ne peuvent devenir les noyaux de SN « pleins », à savoir de SN présentant toutes les catégories constitutives. Ces déficiences se manifestent soit directement, par l’absence d’occurrence des déterminants, soit indirectement, par les limitations d’emploi : impossibilité de la topicalisation ou de la reprise anaphorique. Plusieurs représentations syntaxiques sont disponibles pour rendre compte de ces phénomènes et de ces particularités concernant certains N :

  • ils forment des SN, mais avec une position de déterminant obligatoirement vide ;

  • ils forment des SN réduits, exclus des positions syntaxiques réclamant un SN plein
    (= autonome) (esse curae) ;

  • ce sont des N « nus », avec perte de toutes leurs expansions (animum aduertere) et plus aucune propriété de SN.

38Le choix entre ces différentes solutions suppose au préalable que soit admise la catégorie SN en latin et que soient définies ses propriétés constitutives.

Haut de page

Bibliographie

Baños Baños, J. M., 1995, El doble dativo en latín, dans M. E. Torrego, P. Quetglas et E. Espinilla (éd.), Sintaxis del dativo latino, Barcelone/Madrid, p. 11-34.

Beyssade, C., 2011, Bare nouns in predicate position in French, dans S. Pogodalla, M. Quatrini et C. Rétoré (éd.), Logic and Grammar : Essays Dedicated to Alain Lecomte on the Occasion of his 60th Birthday. Berlin, p. 1-16.

Beyssade, C., 2013, Sous le sens : recherche sur la modélisation des aspects dynamiques de la communication et de l’interprétation. Mémoire d’Habilitation à diriger des Recherches,
http://beyssade.free.fr/BeyssadeHDR-final.pdf

Bortolussi, B., 2005, Les phrases à verbe ‘être’ et les relations d’identité. Considérations syntaxiques, communication au 13e Colloque international de linguistique latine, Bruxelles,
avril 2005.

Bortolussi, B., 2008, L’accord avec l’attribut en latin, dans É. Wolff et D. Auger (éd.) Culture classique et christianisme. Mélanges offerts à J. Bouffartigue, Paris, Picard, p. 341-359.

Carlson, G. N., 1977, A unified analysis of the English bare plural, Linguistics and Philosophy 1, p. 413-457.

Dobrovie-Sorin, C., 2006, Généricité, dans D. Godard, L. Roussarie et F. Corblin (dir.), Sémanticlopédie: dictionnaire de sémantique, GDR Sémantique & Modélisation,
http://www.semantique-gdr.net/dico/.

Fruyt, M., 1990, La plurivalence des noms d’agent latins en -tor : lexique et sémantique, Latomus 49 (1), p. 59-70.

Krifka, M., 2003, Bare NPs : Kind-referring, indefinites, both or neither ?, dans R. Young et Y. Zhou (éd.) Proceedings of Semantics and Linguistic Theory XIII, Ithaca NY, p. 111-132.

Milner, J.-C., 1976, Réflexions sur la référence, Langue française 30 (1), p. 63-73.

Pinkster, H., 1990, Latin Syntax and Semantics, Londres/New York.

Serbat, G., 1989, Le datif dans les Bucoliques de Virgile, Minerva, 3, p. 213-229.

Spevak, O., 2014, The Noun Phrase in Classical Latin Prose, Leyde/Boston.

Swart, H., Winter, Y. et Zwarts, J., 2007, Bare nominals and reference to capacities, Natural Language and Linguistic Theory 25, p. 195-222.

Touratier, C., 1994, Syntaxe latine, Louvain/Paris.

Haut de page

Notes

1 Sur les « noms nus » en général, voir en particulier Carlson, 1977 ; Krifka, 2003 ; Swart et al., 2007 ; Beyssade, 2011 et 2013.

2 Les autres langues romanes présentent le même emploi « nu » (Beyssade, 2011).

3 Voir Bortolussi, 2005 ; Beyssade, 2011.

4 L’énoncé ne signifie évidemment pas que l’espèce humaine est une branche de l’espèce des canidés. On remarquera que la construction esse + attr. + datif sert typiquement à exprimer les relations familiales et sociales, cf. Tibi ego an tu mihi seruos es ? (Plaut. Bacch. 162) et (13c).

5 Évidemment, le démonstratif apparaît sans difficulté avec le même SN lorsque celui-ci est dans une position argumentale (sujet, objet, etc.). Amateur présente en français la même polyvalence qu’amator.

6 Voir, en dernier lieu, Baños Baños, 1995, pour une synthèse des différentes thèses en présence.

7 Cf. en particulier Serbat, 1989, qui parle de « noyau prédicatif ». Suivant les théories les appellations varient pour définir la fonction remplie par ce SN : « complément de verbe » (Touratier, 1994, p. 221), « complément du sujet » (Pinkster, 1990, p. 22).

8 Les symétries antithétiques comme odi / odio sum (Liv. 35, 19, 6) montrent que esse + SN datif fonctionne comme une locution verbale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bortolussi, « Existe-t-il des « noms nus » en latin ? », Pallas, 102 | 2016, 15-23.

Référence électronique

Bernard Bortolussi, « Existe-t-il des « noms nus » en latin ? », Pallas [En ligne], 102 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/3524 ; DOI : 10.4000/pallas.3524

Haut de page

Auteur

Bernard Bortolussi

MCF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
équipe THEMAM
bernard.bortolussi@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals