Navigation – Plan du site
I. Les diasporas en contexte

Les Grecs sur le départ : légendes, pensées, utopies et désir d’expérimentations

“The Greeks about to go : legends, thoughts, utopias and the experimenting urge”
Maria Teresa Schettino
p. 35-56

Résumés

Il s’agit de s’interroger sur l’imaginaire et la construction intellectuelle qui reflètent les craintes, les attentes et les ambitions des Grecs tout au long de leurs déplacements, que ceux-ci correspondent à un choix individuel ou collectif ou bien qu’ils soient contraints par les circonstances économiques ou politiques. Une attention spécifique sera accordée aux expérimentations utopiques qui prennent leur essor dès le ive av. J.-C. pour se diffuser plus largement à la fin du iiie siècle av. J.-C., à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand : il s’agit de l’aspiration à implanter de nouvelles communautés où l’organisation de l’espace civique devait correspondre à l’idéal utopique de la communauté politique parfaite en tant que siège de la concorde (homonoia) et de la justice (dikè).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Définition du Petit Robert. Sur les sens de ce terme et leurs implications sociales et politiques, (...)

1L’imaginaire qui s’articula autour des diasporas grecques est complexe à cerner d’autant plus qu’il se modifia et se réactualisa au fil du temps. Le terme de diaspora évoque « la dispersion d’une communauté à travers le monde ; l’ensemble des membres dispersés »1. Les pluriels du titre de la question du concours et le long arc chronologique qu’elle implique m’obligent à délimiter le thème de mon intervention. L’imaginaire culturel et la construction intellectuelle reflètent les craintes, les attentes et les ambitions des Grecs tout au long de leurs déplacements et installations, que ceux-ci correspondent à un choix individuel ou collectif ou bien qu’ils soient déterminés par les circonstances économiques ou politiques. Il faut tout d’abord souligner qu’il s’agit d’une vision double, à la fois de l’Hellade, qui est quittée mais qui reste le point de repère positif ou négatif de ceux qui partent, et des nouveaux territoires vers lesquels ils se dirigent. Cette vision évolue en fonction des déplacements et des installations hors de la Grèce.

2Les approches pour traiter cette thématique sont multiples et toutes en phase avec la question du concours. Je propose une approche en trois volets, qui sont interconnectés :

  1. Les mythes et légendes qui se situent dans un passé lointain, hors du temps de l’histoire, dominé par les dieux et les héros.

  2. Les récits de voyage qui mêlent des observations ethno-géographiques et des souvenirs de peuples légendaires. Cette tradition culturelle, qui prend son essor au vie siècle av. J.-C., par l’activité de logographes et périégètes, débouche sur un genre historiographique et contribue à construire l’identité grecque par comparaison avec les non-Grecs, qu’il s’agisse de peuples identifiables ou mythiques.

  3. Le cadre historique de la polis, qui devient le modèle exportable par excellence, diffuseur de la civilisation grecque ; ce modèle acquiert de nouvelles valeurs à l’époque des conquêtes d’Alexandre le Grand, quand l’expansion donne un élan inédit et original aux explorations de territoires méconnus et à l’élaboration de communautés idéales.

1. Mythes et légendes : le reflet d’un monde en mouvement

  • 2 Cf. Braccesi, 19772 ; Musti, 1988a, p. 117-121 ; Musti, 1988b, p. 39-51 ; Braccesi, 1994. Sur la me (...)
  • 3 Cf. par exemple FGrH 555 F 12 (= Strabon 6.1.15 C 264-265) : voir Musti, 1988a, notamment p. 41-42, (...)
  • 4 Cf. par exemple Strabon 6.1.2 C 253 ; 6.1.11 C 262 : voir Musti, 1988a, p. 57-58, 71-72, 117-118, 1 (...)
  • 5 Musti, 1988b, p. 40-48. Sur les légendes des héros du passé comme souvenir des navigations achéenne (...)
  • 6 Giangiulio, 1983, p. 785-845, parle de « mito di precedenza ».
  • 7 Cf. Humm, 2010, p. 36-66.

3Des indices convergents mettent en évidence que les voyages des Grecs (Achéens) précèdent le contexte poliadique et remontent à l’époque mycénienne2. Le rapport entre ces deux phases était un sujet controversé dans l’Antiquité. Selon Antiochos de Syracuse (ve siècle av. J.-C.), il n’y avait aucune continuité entre les pérégrinations mycéniennes le long des côtes méditerranéennes et les fondations à partir de la période archaïque3. En revanche, dans l’interprétation postérieure de Timée (iiie siècle av. J.-C.) les fondations grecques commençaient à l’époque mycénienne et perduraient jusqu’à la période classique4. L’archéologie n’autorise pas l’hypothèse d’un cadre cohérent d’installations à partir de l’âge mycénien : l’élaboration de mythes sur les héros grecs et troyens qui se déplacent de l’Est vers l’Ouest pourrait, selon Musti, revêtir dans un premier temps une fonction de propagande auprès des peuples indigènes pour favoriser les contacts et pratiquer les activités commerciales5. Dans une seconde phase, ces mythes auraient été en quelque sorte « re-sémantisés » pour légitimer l’appropriation de territoires, les fondations et les visées d’expansion, autrement dit le phénomène de la colonisation grecque6. De la même façon, par exemple, le nom d’Italie, au début réservé à un territoire assez limité au sud de la Péninsule, s’est au fur et à mesure élargi pour en intégrer d’autres en phase avec les ambitions grecques7.

1. 1. Les Nostoi

  • 8 Cf. Jourdain-Annequin, 1982, p. 227-282, où figure la bibliographie antérieure : « le discours myth (...)

4L’historicisation des mythes, qui était un sujet encore débattu dans les années quatre-vingt, est aujourd’hui communément acceptée8. On ne saurait prendre en compte ici tous les mythes qui ont trait à notre thématique ; on se bornera à une sélection des mythes les plus significatifs. Nous avons déjà fait allusion aux héros grecs et troyens. Le cycle des Nostoi, qui est le prolongement narratif et poétique du mythe fondateur de la guerre de Troie, offre la première représentation d’une diaspora. Les errances des héros qui, après avoir combattu sous les remparts de Troie prirent le chemin du retour, contribuent à accréditer la présence coloniale hellénique dans le bassin méditerranéen et à construire une mémoire collective. Le thème des Nostoi évolue dans l’Histoire. Le retour des Atrides, par exemple, devient l’un des sujets privilégiés de la tragédie, à commencer par l’Orestie d’Eschyle, la trilogie constituée de l’Agamemnon, des Choéphores, des Euménides, pour passer à l’Électre de Sophocle et d’Euripide et à l’Oreste de ce dernier. Le même sujet est décliné de façon différente pour refléter les nouvelles problématiques politiques de la cité, l’évolution de ses institutions, la transformation des pratiques sociales. La transposition des thèmes des Nostoi des poèmes épiques aux tragédies les réactualise dans un cadre politique qui voit la formation de nouvelles diasporas.

5D’autres protagonistes de l’épopée des Nostoi sont ici plus intéressants, ceux qui se rendent dans des terres lointaines et méconnues ou qui revêtent le rôle d’oikistès de nouvelles cités sur le pourtour méditerranéen. Pour la Méditerranée occidentale, il s’agit notamment d’Ulysse (en mer Tyrrhénienne), Diomède (en mer Adriatique), Philoctète (en mer Ionienne), auxquels il faut ajouter les Troyens Énée (en mer Tyrrhénienne), Anténor (à Padoue).

  • 9 Malkin, 1999, p. 243-261. Sur le lien entre la légende d’Ulysse et l’aventure coloniale des Eubéens (...)
  • 10 Chez Lycophron, la tombe d’Ulysse se trouve dans les environs de Cortone : Uggeri, 2003, p. 241-247 (...)
  • 11 Briquel, 1998-1999, p. 235-252.

6En fait, le voyage d’Ulysse est plutôt un voyage d’exploration. Il a été défini comme « un protocolonisateur » dans la mesure où son nom n’est pas associé à des fondations grecques, mais à des sites non-grecs à la périphérie des territoires colonisés9. Un exemple est la tradition sur la présence en Étrurie d’Ulysse et de ses fils, Télémaque et Télégonos10 : cette tradition remonterait, selon Briquel, au ive siècle av. J.-C., et serait à attribuer aux Étrusques eux-mêmes, qui souhaitaient ajouter à l’origine pélasgique des liens plus spécifiques avec la Grèce11. L’utilisation de l’épopée homérique dépasse les confins du monde grec, de la métropole et de ses colonies : la refonctionnalisation du mythe permet de créer des liens fictifs de parenté (syngeneia) avec les Grecs, ce qui marque dans le cas des Étrusques l’évolution de leurs rapports avec les Grecs d’Occident à partir de la bataille d’Aléria (535 av. J.-C.).

  • 12 Odyssée 12.69-72.
  • 13 Cusset, 2003, p. 379-386.
  • 14 Selon Lordkipanidze, 1996, p. 21-46, la légende des Argonautes évoquerait la première traversée gre (...)
  • 15 Moreau, 2000, p. 325-334.
  • 16 Toutefois Schuller, 1996, p. 111-115, souligne que le portrait dessiné par les vers 230-251, 410-43 (...)

7Les errances d’Ulysse évoquent celles des Argonautes, qui sont effectivement mentionnées dans l’Odyssée par la magicienne Circé12. Cette allusion crée un parallèle entre ces deux mythes, qui n’est pas explicité dans le poème, comme l’on pourrait s’y attendre, lors de l’arrivée d’Ulysse dans le pays des Phéaciens (Odyssée 6.1-331). En revanche, ce parallèle est évident dans le même épisode dont les Argonautes sont protagonistes chez Apollonios de Rhodes13. Le voyage en Colchide à la recherche de la Toison d’or reflète l’hellénisation de la Mer Noire14 : le périple des Argonautes se modifie à partir du vie siècle av. J.-C., à la suite de la colonisation grecque ; il inclut alors pour les Argonautes de nouvelles étapes, qui conduisent les héros de plus en plus loin, au fur et à mesure des découvertes des navigateurs grecs15. Parallèlement, le processus d’hellénisation débouche sur l’intégration à la culture grecque des personnages du mythe originaires de cette zone géographique, comme Médée, fille d’Éétès, roi de Colchide, amoureuse de Jason, qui devient la protagoniste de la tragédie homonyme d’Euripide. Dans la tradition, Médée est une figure complexe, incarnation des nouvelles communautés mixtes et des individus dont l’identité est à la frontière entre colonisateurs et colonisés : elle garde ses traits étrangers (voir Euripide16), néanmoins dans son voyage à travers la Grèce pour accomplir sa vengeance, un voyage en sens contraire donc, représentation des diasporas se déplaçant vers la Grèce, elle s’hellénise.

  • 17 Sur le changement de perspective dans les études récentes à cet égard, voir Shepherd, 2009, p. 15-2 (...)
  • 18 Cf. Anello, 1984, p. 11-51 : Bacchylide s’en est servi pour exalter la politique d’ouverture de Hié (...)

8Le thème du rapport entre les Grecs et le monde indigène17 est évoqué par d’autres mythes ou variantes des mêmes légendes. Je me borne à l’exemple du mariage (γάμος) de Polyphème et Galatée, que les plus anciens témoins grecs, Bacchylide et Philoxène de Cythère, ont remodelé soit pour prôner soit pour stigmatiser la politique contemporaine de Syracuse envers les indigènes et les barbares18.

  • 19 Sur la légende occidentale de Philoctète, voir Giangiulio, 1991, p. 37-53 ; Musti, 1991, p. 21-35 ; (...)
  • 20 Cf. Gagé, 1972, p. 735-788 ; Briquel, 1987, p. 241-261 ; Braccesi, 1989, p. 57-64 ; Maggi, 1999, p. (...)
  • 21 Sur l’utilisation romaine de la figure de Diomède à des fins de propagande, cf. Briquel, 2001, p. 2 (...)

9Philoctète, figure commune aux Nostoi et aux Argonautes, nous ramène en Occident, notamment à la colonisation grecque en Calabre19. Diomède, à son tour, qui est le héros oikistès de la côte adriatique20, lie, à travers le Palladium, la tradition des Nostoi à Énée et à la fondation de Rome21, ce qui nous amène à évoquer les errances des héros troyens.

1. 2. La légende troyenne

  • 22 Braccesi, 19772 ; Braccesi, 1984 ; Braccesi, 1987, p. 7-14.
  • 23 Virgile, Énéide 8.52-59.
  • 24 Coarelli, 1988, p. 127-151.
  • 25 Dans son ouvrage Deucalionea, Hellanicos serait le premier à rapporter la légende de la fondation d (...)
  • 26 Cf. Musti, 1981, p. 1-26 ; Musti, 1988b, p. 39-51.

10Énée et Anténor quittent Troie en flammes, pour se rendre enfin en Italie. Anténor y fonde Padoue22 ; en revanche Énée débarque sur les côtes du Latium et rencontre Évandre sur le Palatin23. Selon la tradition, ce roi d’origine arcadienne y avait installé son village avant la prise de Troie. Cette représentation qui fait allusion à une présence grecque durable sur le Palatin ne doit pas être considérée comme le témoignage d’une précoce colonisation grecque du site de Rome, mais plutôt comme le souvenir des pérégrinations mycéniennes en Méditerranée et le long des côtes du Latium24. En effet, le mythe des origines troyennes de Rome, qui est déjà attesté au ve siècle av. J.-C.25, est largement concurrent de celui d’une fondation achéenne ou arcadienne. Il s’impose définitivement entre les ive et iiie siècles av. J.-C., notamment chez Timée et Lycophron et dans les traditions grecques de la seconde moitié du iiie siècle av. J.-C. : à partir de cette époque, il y a une structuration et stabilisation des légendes de fondation, qui débouchent sur une distinction nette entre les origines troyennes et achéennes. Les mythes de fondation troyenne concernent surtout des localités et des populations qui étaient perçues comme non grecques, les mythes de fondation achéenne sont réservés aux cités qui étaient historiquement grecques26.

  • 27 Cf. Schettino, 2009, p. 173-184, où figure la bibliographie précédente.
  • 28 Gabba, 1976, p. 84-101 ; Poucet, 1987, p. 69-85.

11Timée réinterprète le conflit entre Rome, cité troyenne, et Pyrrhos, qui se faisait descendant d’Achille, selon l’optique mythique : c’est la poursuite de la guerre décennale entre les Achéens et les Troyens, ce qui vise à rassembler la Grécité occidentale sous ses ordres contre l’ancien ennemi incarné au iiie siècle par Rome27. L’expédition occidentale de Pyrrhos s’inscrit donc dans le mythe fondateur de la guerre contre Troie, qui la légitime et la justifie. Lors du premier conflit contre les Carthaginois, Rome réutilise à son tour le mythe de ses origines troyennes pour accréditer son alliance avec Ségeste sous le signe de la syngeneia troyenne28.

1. 3. Les voyages d’Héraclès

  • 29 Solin 1.2 et 1.5 ; cf. aussi Virgile, Énéide 8.199 ; Properce 4.9.9-10 ; Tite-Live 1.7.5 ; Denys d’ (...)
  • 30 Coarelli, 1988, p. 127-151.

12Les navigations grecques s’intensifièrent au fur et à mesure de la fondation d’emporia le long des côtes de la Méditerranée. Pour rester dans le Latium, l’exploit d’Héraclès contre Géryon, dans l’extrême Occident, et la lutte contre Cacus près du Palatin29, là où la tradition plaçait les Scalae Caci, pas loin des cabanes datables du viiie siècle av. J.-C., ont été interprétés comme la transposition mythique des échanges commerciaux, culturels et religieux qui avaient lieu entre les Grecs, les Phéniciens et les peuples italiens dans les marchés du Latium, notamment dans le forum Boarium30. Dans ce site, un sanctuaire d’Héraclès, qui pouvait prendre les traits du Melqart phénicien et de l’Hercule italien, est attesté déjà à l’époque préurbaine. L’adoption précoce dans le Latium de l’alphabet euboïque, à la fin du viiie siècle av. J.-C. ou, au plus tard, au début du viie siècle, témoigne des contaminations culturelles qui se sont produites à la suite des contacts avec les colons grecs, probablement les Eubéens de Cumes.

  • 31 Jourdain-Annequin, 1982, p. 227-282 ; Jourdain-Annequin, 1989.

13Les deux derniers exploits terrestres d’Héraclès (celui contre le monstre à trois corps, Géryon, et l’exploit dans le jardin des Hespérides) ont lieu aux frontières occidentales du monde (Lixos, Gadès) : il s’agit d’un territoire plein de richesses, convoité aussi bien par les Phéniciens que par les Grecs31. À travers le mythe d’Héraclès, les Grecs légitiment leurs visées d’expansion et justifient la colonisation en Occident.

  • 32 Cf. par exemple Diod. 4.8.5 : les travaux d’Héraclès auraient répandu « les bienfaits de la civilis (...)
  • 33 Conçu dès la fin du vie s. av. J.-C. comme marquant un terme ultime pour la navigation, l’emplaceme (...)
  • 34 En effet, il ne s’agit pas d’une bipartition nette : Héraclès est le protagoniste de plusieurs épis (...)

14Les voyages d’Héraclès représentent par ailleurs l’action civilisatrice menée par ce héros grec, fils de Zeus et d’Alcmène, qui marque l’appropriation grecque des territoires touchés par son passage32 : une appropriation qui est parfois réelle, avec l’installation de communautés grecques, parfois seulement envisagée33. L’action civilisatrice se lie à l’Héraclès fondateur aussi bien de cités que de cultes. En simplifiant, on peut considérer le dieu Dionysos comme son parallèle en Orient. Il s’y attache la même interprétation : ses expéditions correspondraient à la diffusion de la culture et des coutumes grecques en Orient34.

  • 35 Tyrtée, fr. 1 a Prato (= Strabon 8.4.10 C 362). Cf. Pindare, Isthm. 9 fr. 1 ; Hérodote 8.46 ; Pausa (...)
  • 36 Malkin, 1994, notamment p. 15-45 [trad. française 1999, p. 29-64] ; Vanschoonwinkel, 1995, p. 27-14 (...)
  • 37 Hellanicos, FGrH 4. Cf. Hérodote 9.26.2 ; Thucydide 1.12.3-4.
  • 38 Éphore, FGrH 70 F 8 (= Diodore 4.1.2) et 10 (= Diodore 16.76.5). Il consacrait toutefois une introd (...)

15Les descendants d’Héraclès sont eux aussi les protagonistes d’une diaspora jusqu’à leur retour dans le Péloponnèse35. Les errances des Héraclides, protagonistes d’une tragédie d’Euripide, alimentent les mythes qui expliquent les mouvements des peuples à travers la Grèce. Leur invasion du Péloponnèse, qui correspond dans la tradition ancienne à celle des Doriens, donne un passé héroïque à Sparte36et devient un tournant chronologique : il s’agissait d’un événement-clé dans la mémoire collective des Grecs dans la mesure où il était reconnu dès le ve siècle comme une césure fondamentale entre l’âge des héros et le début de l’histoire de la Grèce. En effet, Hellanicos arrivait jusqu’au retour des Héraclides avec ses généalogies37, et Éphore commençait son œuvre à partir de cet événement38.

  • 39 Voir Squillace, 2004, p. 43-46.
  • 40 Cf. Valenza Mele, 1979, p. 19-64.

16Le mythe d’Héraclès et de ses descendants, les Héraclides, est par la suite réadapté pour légitimer la conquête de la péninsule chalcidienne par Philippe II : la refonctionnalisation du mythe marque la continuité « idéologique » au sein de l’histoire grecque39. Par ailleurs, la péninsule chalcidienne était considérée selon une tradition probablement d’origine euboïque comme le lieu de la bataille victorieuse d’Héraclès contre les Géants40, ce qui marquait l’intégration de ce territoire au monde grec.

  • 41 Briquel, 1984.

17Dans le répertoire mythique lié aux diasporas grecques, ainsi qu’à Héraclès qui les aurait amenés en Italie, au moins une allusion doit être réservée aux Pélasges. Bien que, selon la tradition, ils soient les plus anciens habitants de la Grèce, avant l’invasion des peuples achéen, éolien et ionien, dont descendent les Grecs, c’est à eux d’après Denys d’Halicarnasse qu’il faut attribuer l’hellénisation de l’Italie41. Cette interprétation vise à accréditer l’origine grecque de Rome, toutefois elle montre l’adaptation, la réactualisation et la stratification des mythes pour correspondre à la vision grecque du monde, à son évolution selon les dynamiques du processus d’hellénisation.

18Les mythes reflètent des phénomènes sociaux, économiques et politiques sur la longue durée et structurent la représentation de la société grecque, y compris ses mouvements migratoires, à travers ses héros guerriers, ses héros explorateurs, ses héros fondateurs de cités.

2. Les explorations et les récits de voyages

  • 42 Tout au long de l’histoire grecque, la base identitaire demeure fondamentalement agrégeante, à trav (...)

19Héraclès et Dionysos marquent les limites de l’oikouménè dans laquelle les Grecs se déplacent, s’installent, diffusent leur civilisation. À partir du vie siècle, les récits de voyage visent à décrire cette oikouménè structurée autour du mythe et à cerner, par comparaison avec les autres peuples, l’identité grecque. Nonobstant des formes institutionnelles assez rigides, la forte mobilité des individus et des communautés amènent les Grecs à réfléchir sur leurs valeurs identitaires et à les adapter en fonction des peuples avec lesquels ils viennent en contact42.

2. 1. La représentation de la terre

  • 43 Hécatée, FGrH 1 T 12 a (Agathem., ge. inf. 1.1 = Müller, GGM, p. 471).
  • 44 Zimmerman, 1997, p. 285-298 ; sur le modèle collectif des sociétés grecques qui s’oppose chez Hérod (...)

20Les voyages d’exploration, qu’ils soient dictés par un intérêt ethnographique ou qu’ils correspondent à un projet politique, accompagnent la recherche de nouveaux territoires et contribuent à la fois à représenter le monde connu et à définir les catégories sociales et politiques des Grecs. Hécatée fut l’auteur d’une Périégèse et aurait dessiné l’une des toutes premières cartes du monde43. Comme un grand nombre de fragments d’Hécatée sont conservés par Stéphane de Byzance, dans la plupart des cas, il s’agit de citations très courtes avec le nom des cités ou des peuples, répartis entre Europe, Asie et Afrique. En effet, Hécatée semble avoir été le premier à proposer cette tripartition du monde (Europe, Asie, Afrique) autour de la Méditerranée. En revanche, Hérodote penche pour une bipartition de l’oikouménè entre Europe et Asie (4.36-45) qui correspondait idéologiquement à son projet historiographique de narrer la lutte entre les Grecs et les Perses, lutte perçue comme un affrontement entre deux civilisations irréductiblement opposées44.

  • 45 À ce sujet, voir Dihle, 1962, p. 205-239 ; Ditten, 1982, p. 294-301, 432-440, 559-566 ; Jacob, 1991 (...)
  • 46 Voir par exemple Her. 2.58 sur les oracles de Thèbes en Égypte et de Dodone ; 2.80 sur le respect q (...)
  • 47 Cf. Lenfant 2011.

21Les représentations de la terre, qu’elle soit conçue comme bipartite ou plutôt comme tripartite, ce qui demeure l’interprétation la plus répandue, constituent le cadre géographique où s’inscrivent les études et les descriptions ethnographiques45. Hellanicos consacre ses travaux ethnographiques aux régions de la Grèce et à certains peuples étrangers avec un regard orienté vers l’Est et le Nord-Est : Égypte (Aigyptiaka), Scythie (Skythika), Perse (Persika), Lydie (Lydiaka). L’Égypte attire précocement par ailleurs l’intérêt des voyageurs grecs, ce qui est compréhensible à la lumière des liens entre ce pays et le monde grec (Hécatée, Hellanicos, Hérodote, qui réutiliserait selon Porphyre de Tyr, dans le deuxième livre de ses Histoires, les descriptions d’Hécatée aussi). Hérodote met en relation les coutumes égyptiennes et grecques46. La Perse aussi est l’un des pays auxquels plusieurs descriptions sont consacrées (Hellanicos, Hérodote, Ctésias), mais plutôt pour les différences entre le monde grec et la Perse que pour leurs analogies47. L’espace ethno-géographique est essentiellement considéré dans l’optique hellénocentrique.

  • 48 Théopompe, FGrHist 115F75c (le passage en traduction est reporté à la note n. 55).
  • 49 Thulé ou plutôt le parallèle qui la porte (et que Pythéas situait à 66 degrés N., notre actuel cerc (...)
  • 50 Pédech, 1980, p. 23-35. Cf. Mangani, 1990, p. 57-76 ; Bignasca, 2005, p. 421-451.
  • 51 Aujac, 1981, p. 3-14 ; Jacob, 1992 ; Aujac, 2001 ; Aujac, 2007-2008, p. 16-17.

22La tripartition de la terre chez Théopompe présente une variante intéressante qui amène à tourner le regard vers les pays des confins septentrionaux et vers les peuples qui y habitent : l’Asie, l’Europe et l’Afrique sont conçues comme des îles entourées par l’Océan qui marque les confins entre notre monde et un autre, parallèle, peuplé par des hommes de grande taille et à la vie très longue48. Or, à la même époque l’exploration vers le Nord découvre de nouveaux territoires. Pythéas de Massalia est envoyé par sa cité à la tête d’une expédition navale à la recherche de dépôts d’étain. Il découvre l’archipel britannique, dépasse les îles Shetland et arrive à la terre appelée longtemps Ultima Thule. En fait, cette île permet à Pythéas voyageur de donner un nom et une existence concrète à la réalité mathématique que lui avaient enseignée la géométrie de la sphère et la sphéropée49. Les voyageurs et navigateurs grecs acquéraient des images concrètes des pays qu’ils visitaient ; à leur tour, les mathématiciens et les géomètres cherchaient à construire la carte du monde sur des données métriques, astronomiques éventuellement50. Ce furent les connaissances astronomiques qui suggérèrent aux Grecs de représenter la terre comme double de la sphère céleste et de l’étudier sur la base de la géométrie. Cette représentation s’imposa à l’époque hellénistique grâce à Ératosthène (et ensuite à Claude Ptolémée)51.

2. 2. Descriptions de peuples légendaires : critique sociale et politique de la polis

  • 52 C’est à partir des logographes : cf. par exemple Acousilaos qui narre les exploits d’Héraclès, parm (...)

23Les récits de voyage mélangent histoire, observations géographiques et remarques ethnographiques concernant des peuples réellement rencontrés avec des mythes qui portent sur des pays et des peuples légendaires et dont la description remonte à l’épopée homérique52. En effet, les descriptions de peuples mythiques traversent la littérature antique. Il suffit de mentionner quelques exemples parmi les plus connus :

    • 53 Les observations géographiques de Polybe se concentre toutefois dans le livre 34, sur lequel cf. Pé (...)

    Les Lotophages : Odyssée 9.84-105, Hérodote 4.177, Polybe 1.3953, Strabon 3.4.3 ; 17.3.8 et 17 ; Hygin 125.

  • Les Hyperboréens : Hérodote 4.13 et 32 – 36, Pindare, Pythique 10, Apollodore 1.4.4 ; 2.5, Diodore 2.47 (qui cite Hécatée), Pausanias 1.4.4 ; 1.31 ; 5.7 ; 10.5, Antoine Diogénès, Les merveilles d’au-delà de Thulé, Athénée 605c, Jamblique, Vie de Pythagore, 138.

  • Les Phéaciens : Homère, Odyssée 6.4-9, 204-206, 262-269 ; 7.47-87, Thucydide 1.25.4 ; 3.81.2, Apollodore 1.9, 25 et Épitome 7.25.

24Les récits chez Homère ont été interprétés selon une perspective anthropologique reflétant l’imaginaire grec sur le monde et les peuples inconnus. Ces récits sont également la projection d’aspirations utopiques ou représentations dystopiques par rapport à la réalité historique incarnée par la polis. Autrement dit, la construction de mondes et peuples imaginaires permet de critiquer la réalité politique contemporaine et d’envisager de nouveaux modèles.

  • 54 Cf. l’opposition entre Atlantide et Athènes chez Platon : Dumas-Reungoat, 2008, p. 35-48.
  • 55 Théopompe, FGrHist 115 F 75c (= Élien, Histoire variée 3.18) : « Si l’on en croit Théopompe, Midas, (...)

25C’est le cas de celle qu’on appelle communément l’utopie de Théopompe et que nous avons déjà évoquée, où deux cités opposées sont imaginées : Eusebes (la cité pieuse) et Machimos (la cité belliqueuse)54. Dans la première, la communauté vit selon la justice naturelle qui reflète un ordre primordial en accord avec les dieux, ce qui évoque l’état de félicité de l’âge d’or : il n’y a pas de punition car il n’y a pas de faute, dans la mesure où il n’existe aucun désir de possession et de pouvoir. Dans la seconde cité, qui est animée par l’ambition d’une expansion territoriale permanente, une constitution militaire est en vigueur, qui rappelle de manière emphatisée celle de Sparte ou de la Macédoine. Les Eusebeis ont des traits communs avec les Hyperboréens, qui sont décrits par Théopompe dans le même passage comme le peuple le plus heureux de notre monde. L’état de félicité est assuré par : l’absence de hiérarchie sociale, la condition de paix perpétuelle, l’économie naturelle (c’est-à-dire aucun besoin), l’absence de crimes (à savoir l’état permanent de justice)55. La cité pieuse est la représentation du modèle heureux de la polis souvent déchirée dans la réalité par la crise politique, sociale, économique.

3. La polis : un modèle à reproduire, à perfectionner, à réinventer

  • 56 Cf. Plutarque, Vie de Lycurgue 1 et 4.

26La connaissance d’autres systèmes politiques, qu’ils soient réels ou légendaires, permet d’envisager la meilleure constitution possible. Pour cette raison les législateurs mythiques de la Grèce, comme Lycurgue, sont réputés avoir longuement voyagé56.

27Dans le cadre historique de la polis, les voyages, les déplacements d’individus, l’installation ailleurs de nouvelles communautés sont une constante : les problématiques économiques et sociales favorisent la recherche de territoires à connaître et exploiter. Parallèlement, la lutte politique au sein des poleis suscite l’aspiration à de nouveaux contextes sociaux fondés sur l’homonoia, d’où la stasis est définitivement bannie. Bien que critiqué et proie des dissensions internes, le modèle de la polis est le seul possible : ce modèle peut être amélioré, mais jamais remplacé. C’est à l’intérieur du cadre historique de la polis que tous les projets sont mis en œuvre ou simplement envisagés.

3. 1. Quitter sa polis : nouvelles patries pour les intellectuels et hommes politiques

28Les raisons à l’origine du phénomène complexe des diasporas et de la colonisation sont multiples. Je me borne aux aspects politiques qui peuvent amener à adhérer à un projet de colonisation ou de réforme d’une communauté existante, selon des critères aptes à assurer l’homonoia entre les citoyens. En effet, la lutte politique à l’intérieur des cités grecques provoque deux phénomènes : les exilés qui cherchent des communautés où ils peuvent se réinsérer ainsi que l’aspiration à modeler de nouvelles communautés afin qu’elles soient libérées des déchirures politiques des cités de la Grèce continentale. Les deux phénomènes sont destinés à interagir dans la mesure où les exilés peuvent envisager de réformer les communautés où ils trouvent refuge. Les connaissances des autres peuples que les récits de voyage avaient diffusées contribuent à la réflexion politique sur la meilleure organisation des communautés civiques menée aussi bien dans la Grèce continentale que dans les colonies, notamment en Occident. Il me semble difficile d’identifier un seul lieu de germination des projets réformateurs ou même utopiques, bien que le long processus de colonisation doit avoir favorisé l’élaboration de ces projets et l’aspiration à les mettre en œuvre. Les échanges entre les communautés coloniales et les métropoles ainsi que la circulation des idées et des intellectuels dans la Méditerranée hellénisée ne doivent pas être sous-estimés.

  • 57 Cf. le témoignage d’Aristoxène chez Pseudo-Jamblique, Théologoumènes arithmétiques 6.
  • 58 Minar, 1942 ; von Fritz, 1950 ; Talamo, 1987, p. 385-404 ; Mattéi, 1992 ; Petit, 1995, p. 55-66 ; M (...)
  • 59 Cf. Ulano, 1989, p. 123-129 ; Urso, 1998 ; Koumakis, 2001-2002, p. 139-152 ; Freyburger-Galland, 20 (...)
  • 60 Sur Platon et Archytas, voir Mathieu, 1987, p. 239-255 ; Lloyd, 1990, p. 159-174 ; Garnsey, 2005, p (...)

29Plusieurs savants incarnèrent cette aspiration. On peut mentionner Pythagore : il naquit à Samos, qu’il quitta à cause de Polycrate, tyran de la cité57, pour se rendre en Grande Grèce, s’installant d’abord à Crotone, qui fut gouvernée selon ses principes et ses lois, et enfin à Métaponte où une communauté pythagoricienne devait alors exister. Le mot clé de la conception pythagoricienne est l’harmonie, qui peut être obtenue si l’égalité démocratique, de type arithmétique, est remplacée par une proportionnalité, de type géométrique, selon le mérite : un régime aristocratique opposé à la démocratie qui n’assure pas le gouvernement des meilleurs58. Ses enseignements se diffusèrent en Grande Grèce à travers les communautés pythagoriciennes qui se constituèrent et influencèrent la vie politique d’autres cités. Il suffit de rappeler Archytas de Tarente, savant et philosophe pythagoricien ainsi que stratège de sa cité pendant 7 ans59. Archytas nous amène à évoquer les séjours en Sicile de Platon, dont il était l’ami et qu’il sauva de la mort que Denys le Jeune était en train de lui préparer. Platon se serait inspiré d’Archytas pour imaginer le philosophe-roi idéal en 370 av. J.-C. dans sa République : « Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, ou que ceux qu’on appelle aujourd’hui rois et souverains ne seront pas vraiment et sérieusement philosophes, […] il n’y aura de cesse aux maux des cités » (La République, 5.473 d-e)60.

  • 61 Il s’agit d’un nouveau système éducatif fondé sur l’interaction et l’échange entre hommes mûrs (πρε (...)
  • 62 Sur les limites du monde selon le De Caelo d’Aristote et le De Mundo pseudo-aristotélicien, et la m (...)

30Au moins une allusion doit être réservée à Aristote, qui naquit à Stagire, une colonie en Chalcidique, et fit un voyage vers la Grèce continentale, notamment à Athènes. Son ouvrage consacré aux Politeiai relève du débat concernant la meilleure constitution. Dans le livre 7 de la Politique, il réfléchit sur des aspects à la fois politiques et urbanistiques de la cité, notamment sur l’agora haute, qui, dans le modèle d’une double agora, semble réservée à la σχολή61. Précepteur d’Alexandre, il s’interroge également sur les confins du monde62.

3. 2. Fonder de nouvelles cités : deux études de cas

  • 63 Cf. Mazzarino, 1966, p. 37-53, 412 note n. 555 ; Finley, 1967, p. 3-20 ; Gabba, 1981, p. 50-62 ; Be (...)
  • 64 Aristote, Pol., 2.1266 a.4-b.1-2 : « […] Pour bien des gens, le point capital paraît être l’organis (...)
  • 65 Cf. Mumford, 1961 ; Pugliese Carratelli, 1999, p. 3-20 ; Bertelli, 1997, p. 567-618.

31L’attribution aux héros et dieux du rôle d’oikistès non seulement visait à créer un passé héroïque pour la nouvelle fondation, mais en faisait un lieu idéal de prospérité. Toujours est-il que l’aspiration à un nouvel ordre social fut le moteur d’expérimentations dans le cadre de la colonisation, qui fut accompagnée d’une spéculation sur la cité idéale63. Plusieurs témoignages montrent que les fondations coloniales étaient considérées comme le lieu privilégié pour mettre en place des modèles parfaits de cité. Phaléas de Chalcédoine opposait les cités de nouvelle fondation aux cités déjà habitées, sur la base de la plus grande facilité à appliquer dans les premières le principe d’égalité des biens64. Platon envisageait la cité idéale des Lois comme une colonie à fonder ex novo. Néanmoins, les fondations coloniales sont censées être en mesure de satisfaire l’aspiration à un ordre social idéal essentiellement selon deux conceptions concurrentes, qui s’imposent dans la structuration de nouveaux modèles de cités65.

L’organisation idéale de l’espace peut être appliquée dans des circonstances historiques et géographiques différentes, avec le même résultat : la création d’une communauté parfaite. Autrement dit, grâce à l’application de règles urbanistiques excellentes, la polis idéale peut être imitée à l’infini, indépendamment des caractéristiques spécifiques des territoires où l’expérimentation est mise en œuvre.

Ce principe urbanistique (même répartition idéale de l’espace avec le même résultat, c’est-à-dire les meilleures conditions possibles pour la vie sociale) coexiste en concurrence avec l’idée opposée, à savoir l’unicité des communautés idéales. Elles ne peuvent être créées que dans un seul espace à un certain moment.

3. 2. 1. L’utopie égalitaire : Thurioi

  • 66 Voir Castagnoli, 1956 ; Cursaru, 2006, p. 1-12 ; Gill, 2006, p. 1-15.
  • 67 Aristote, Pol., 2.1266b-1267a : « Cette influence de l’égalité des biens sur l’association politiqu (...)
  • 68 Diodore 12.11.1 : « Comme le territoire qu’ils occupaient était étendu et beau, ils firent venir de (...)
  • 69 Cf. Moggi, 1987, p. 65-88 ; Greco, 1997, p. 435-439 ; Fleming, 2002, p. 5-32 ; Cordano, 2005, p. 23 (...)
  • 70 Metagènes, Thouriopersai, fr. 6 Kassel-Austin ; voir Bertelli, 1997, p. 567-618, notamment p. 582. (...)
  • 71 Ces projets refléteraient, selon Trousson, 1975, p. 32 : « le climat mental à une époque où le peup (...)

32La première catégorie reflète surtout la dernière phase de l’expérience coloniale grecque (ve siècle av. J.-C.). L’idée de la parfaite organisation de l’espace trouve son exemple le plus connu dans le souvenir de la colonie péricléenne de Thourioi, fondation liée au nom de l’architecte Hippodamos de Milet66. Le principe de l’égalité des lots primaires a eu un large écho dans la spéculation sur la cité idéale67. Toujours est-il que la seule attestation historique relative à cette phase de la colonisation correspond au récit de Diodore concernant la distribution de terres à Thourioi68. La répartition égalitaire des terres se liait d’un côté au plan orthogonal de la ville, de l’autre à l’instauration du régime démocratique selon un projet à la fois urbanistique, politique et social69. Cette répartition égalitaire continua à évoquer l’imaginaire d’un paradis où la richesse était à portée de main70 : cohérence parfaite donc entre la vie heureuse de la communauté et le projet urbanistique qu’il y avait à la base71.

3. 2. 2. La cité céleste : Ouranoupolis

33Un exemple de la seconde catégorie est la fondation d’Ouranoupolis : à l’époque hellénistique, les connaissances astronomiques interviennent dans la représentation de la terre (Ératosthène) ; dans le cas d’Ouranoupolis le rapport avec le ciel est étendu à la cité, qui est susceptible de devenir le reflet de l’harmonie céleste.

  • 72 Cf. Cordano, 1998, p. 293-308.
  • 73 Athénée 3.98 d-f : « Tel fut aussi Alexarque (frère de Cassandre, roi de Macédoine), fondateur d’Ou (...)
  • 74 Voir Landucci Gattinoni, 2003, p. 68, 90-91, 122. Sur la fondation par Alexarque de la ville d’Oura (...)
  • 75 Sur le modèle de Thèbes pour Alexarchos, voir Cioccolo, 2006, p. 14-17.

34Les conquêtes projetées par Philippe II et mises en place par Alexandre le Grand entraînèrent des modifications en profondeur : un nouvel élan favorisa les relations avec les autres peuples ainsi que l’intérêt pour l’exploration de mondes lointains72. L’hellénisme fut une période de nouvelles fondations en phase avec ces modifications politiques et culturelles, et donc une époque fertile aussi bien d’élaborations utopiques que d’expérimentations, comme le montre l’exemple d’Ouranoupolis, cité idéale fondée par Alexarque, fils d’Antipatros73. Nonobstant le manque de sources, qui avait fait sous-estimer à Finley l’épisode, qu’il considérait comme dépourvu de fiabilité historique, les études les plus récentes sont convergentes et admettent qu’il s’agissait probablement d’une cité autonome avec le droit de battre monnaie, mais surtout que des raisons politiques contingentes faisaient de la péninsule chalcidienne le seul lieu possible pour fonder Ouranoupolis74 : autrement dit, un seul lieu envisageable pour une fondation unique. Le nom de la cité donne une dimension à la fois utopique et religieuse à cette nouvelle fondation et révèle le projet de son fondateur, qui se faisait précisément appeler Hélios. Ouranoupolis indiquait la descente du « Ciel » sur la terre : dans cette expérimentation utopique, c’est donc le modèle céleste qui est assumé comme point de référence. Alexarque ne fut pas le premier. On peut remarquer qu’une autre cité de la Grèce était assimilée à Ouranos : il s’agissait de Thèbes. En effet, Cadmos, le fondateur mythique de Thèbes, était considéré parmi les « urbanistes » qui regardaient les astres, comme Méton, architecte de la cité des Oiseaux, et Hippodamos de Milet, expert des phénomènes célestes75. Néanmoins la cité fondée par Alexarque, inaccessible et élitaire, est la seule à être présentée comme la réalisation de la perfection céleste sur la terre, où règne l’harmonie.

35Les Grecs se sont déplacés à partir de l’époque protohistorique, ils continuèrent pendant toute leur histoire : poussés par les exigences économiques, contraints par les expéditions militaires, amenés à explorer des territoires lointains et inconnus par curiosité intellectuelle, intérêt ethnographique et désir de nouveaux territoires, chassés à la suite des luttes intestines dans leurs poleis d’origine, ils furent toujours animés par le souhait de construire une nouvelle société parfaite et gouvernée par l’homonoia, qu’elle se fondât sur les règles urbanistiques ou sur les constellations célestes. Les conditions de vie difficiles de la Grèce continentale contribuèrent à la diffusion de la culture, des modèles politiques, des aspirations sociales que la Grèce avait créés mais qu’elle n’était pas en mesure de satisfaire dans la réalité continentale traversée par les tensions, les conflits et les contraintes politiques et géographiques.

Haut de page

Bibliographie

Adam, A.-M., 1985, Monstres et divinités tricéphales dans l’Italie primitive, MEFRA, 97, p. 577-609.

Amiotti, G., 1987, Le Colonne d’Ercole e i limiti dell’ecumene, CISA, 13, p. 13-20.

Anello, P., 1984, Polifemo e Galatea, Seia, 1, p. 11-51.

Assenmaker, P., 2007, ‘Pignus salutis atque imperii’: l’enjeu du Palladium dans les luttes politiques de la fin de la République, LEC, 75, p. 381-412.

Athanasios, S. D., 1993, Grecs et barbares dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, Platon, 45, p. 108-116.

Aujac, G., 1981, Les représentations de l’espace, géographique ou cosmologique, dans l’Antiquité, Pallas, 28, p. 3-14.

Aujac, G., 1988, L’île de Thulé, mythe ou réalité. Étude de géographie grecque, Athenaeum, 66, p. 329-343.

Aujac, G., 2001, Eratosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie : sa mesure de la circonférence terrestre, Paris.

Aujac, G., 2007-2008, Astronomie et cartographie en Grèce ancienne, GeogrAnt, p. 16-17.

Barbara, S., 2002, Les traditions relatives à Diomède en Italie. Recherches sur la formation et la diffusion des mythes et des cultes du fils de Tydée, Thèse de doctorat de l’Université de Paris IV.

Barbara, S., 2006, Le ‘Diomède’de l’‘Énéide’ou Le bon roi selon Virgile, REA, 108, p. 517-558.

Barber, G. L., 1993, The Historian Ephorus, Chicago.

Bérard, J., 19572, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité. L’histoire et la légende, BEFAR 150, Paris (1re éd. 1941).

Bertelli, L., 1982, L’utopia greca, dans L. Firpo (éd.), Storia delle idee politiche, economiche e sociale, I. L’antichità classica, Turin, p. 463-581.

Bertelli, L., 1997, Progettare la “polis”, dans E. Settis (éd.), I Greci, 2.2, Turin, p. 567-618.

Bichler, R., 2007 (1), 2008a (2), 2010 (3), Historiographie, Ethnographie, Utopie : gesammelte Schriften, éd. par R. Rollinger, Wiesbaden.

Bichler, R., 2008b, L’ethnographie d’Hérodote : exemples et principes, dans B. Mezzadri (dir.), Historiens de l’Antiquité, Paris, p. 49-73.

Bignasca, A., 2005, Geografia cosmica in Grecia e in Oriente, NAC, 34, p. 421-451.

Blázquez, J. M., 1996, Cólquida e Iberia : la saga de los Argonautas y otras leyendas de la península Ibérica, dans O. Lordkipanidze et P. Lévêque (dir.), Sur les traces des Argonautes : actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 septembre 1990, Paris, p. 101-109.

Braccesi, L. et Rossignoli, B., 1999, Gli Eubei, l’Adriatico e la geografia dell’‘Odissea’, RFIC, 127, p. 176-181.

Braccesi, L., 19772, Grecità adriatica. Un capitolo della colonizzazione greca in Occidente, Bologne (1re éd. 1971).

Braccesi, L., 1984, La leggenda di Antenore da Troia a Padova, Padoue.

Braccesi, L., 1987, Antenoridi, Veneti e Libyi, QAL, 12, p. 7-14.

Braccesi, L., 1989, Ancora sulla colonizzazione siracusana in Adriatico : Dionigi, Diomede e i Galli, AION (filol), 11, p. 57-64.

Braccesi, L., 1993-1994, La Sicilia, l’Africa e il mondo dei nostoi, Kokalos, 39-40, p. 193-210.

Braccesi, L., 1994, Grecità di frontiera : i percorsi occidentali della leggenda, Padoue.

Braccesi, L., 1996, Le fidanzate di Eracle, dans C. Jourdain-Annequin et C. Bonnet (dir.), iie rencontre héracléenne : Héraclès, les femmes et le féminin, Actes du colloque de Grenoble, Université des Sciences sociales (Grenoble II), 22-23 octobre 1992, Turnhout, p. 187-194.

Brather, S., 2004, Ethnische Interpretationen in der frühgeschichtlichen Archäologie : Geschichte, Grundlagen und Alternativen, Berlin.

Breitenbach, H., 1960, Platon und Dion. Skizze eines idealpolitischen Reformversuches im Altertum, Zürich.

Briquel, D., 1984, Les Pélasges en Italie. Recherche sur l’histoire de la légende, CEFR, Rome.

Briquel, D., 1987, Spina condita a Diomede. Osservazioni sullo sviluppo della leggenda dell’eroe nell’Alto Adriatico, PP, 42, p. 241-261.

Briquel, D., 1998-1999, Remarques sur les traditions de Nostoi en Italie : l’exemple de la légende d’Ulysse en Étrurie, ACD, 34-38, p. 235-252.

Briquel, D., 2001, Les deux origines de Lanuvium, dans V. Fromentin et S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Paris, p. 297-308.

Brisson, L. et Meyerstein, F. W., 1991, Inventer l’univers : le problème de la connaissance et les modèles cosmologiques, Paris.

Brisson, L., 2002, Platon, Pythagore et les Pythagoriciens, dans M. Dixsant et A. Brancacci (éd.), Platon, source des présocratiques : exploration, Paris, p. 21-46.

Capizzi, A., 1984, La struttura della Repubblica platonica, AION (filol), 6, p. 131-139.

Carlier, P., 2005, Démocratie et oligarchie dans la Politique d’Aristote : quelques observations, dans U. Bultrighini (éd.), Democrazia e antidemocrazia nel mondo greco, Atti del convegno internazionale di studi, Chieti, 9-11 aprile 2003, Alessandria, p. 263-273.

Carsana, C. et Schettino, M. T. (dir.), 2008, Utopia e utopie nel pensiero storico antico, Rome.

Castagnoli, F., 1956, Ippodamo di Mileto e l’urbanistica a pianta ortogonale, Rome.

Centanni, M., 1989, Da Aristotele ai confini del mondo. Alessandro o dell’inveramento della meraviglia, dans D. Lanza et O. Longo (éd.), Il meraviglioso e il verosimile tra antichità et medioevo, Florence, p. 267-274.

Cioccolo, S., 2006, Tipologie greco-ellenistiche di città ideali, Utopia and utopianisme, 1, p. 14-17.

Coarelli, F., 1988, I santuari, il fiume, gli empori, dans Storia di Roma, I, Turin, p. 127-151.

Colonna, G., 1980, Virgilio, Cortona e la leggenda etrusca di Dardano, ArchClass, 32, p. 1-15.

Cordano, F., 1992, La geografia degli antichi, Rome-Bari.

Cordano, F., 1998, L’esplorazione geografica, dans S. Settis (dir.), I Greci, 2, Turin, p. 293-308.

Cordano, F., 2005, Geometria e politica a Thurii e altrove, dans C. Bearzot et F. Landucci (éd.), Diodoro e l’altra Grecia : Macedonia, Occidente, Ellenismo nella « Biblioteca storica », Atti del convegno, Milano, 15-16 gennaio 2004, Milan, p. 239-256.

Corvisier, J.-N., 2008, Les Grecs et la mer, Paris.

Cursaru, G., 2006, Hippodamos de Milet : évolution ou révolution des structures spaziales urbaines ?, Studia Humaniora Tartuensia, 7, p. 1-12.

Cuscunà, C., 2003, I frammenti di Antioco di Siracusa. Introduzione, traduzione e commento, Alessandria.

Cusset, C., 2003, Les Phéaciens d’Homère à Apollonios de Rhodes, Gaia, 7, p. 379-386.

Cusumano, N., 2009, Mots pour dire les mots. Interactions, acculturations et relations interculturelles dans la Sicile antique (ve-ier siècle avant J.-C.), Pallas, 79, p. 41-63.

Dareggi, G., 2003, L’Augusto da Otricoli e la manipolazione dei paradigmi eroici in età giulio-claudia, dans P. Defosse (éd.), Hommages à Carl Deroux. 4, Archéologie et histoire de l’art, religion, Bruxelles, p. 61-72.

de La Genière, J., 1991, Au pays de Philoctète, la montagne des Murge : recherches dans les nécropoles, dans J. de La Genière (dir.), Épéios et Philoctète en Italie : données archéologiques et traditions légendaires, Actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Université de Lille, 23-24 novembre 1987, Naples-Rome, p. 75-116.

Del Corno, D., 2003, La contestazione dell’utopia : Aristofane e la nuova politica, dans R. Uglione (dir.), Intellettuali e potere nel mondo antico, Atti del convegno nazionale di studi, Alessandria, p. 33-40.

Dihle, A., 1962, Zur hellenistischen Ethnographie, dans Grecs et Barbares, Vandœuvres-Genève, (Fond. Hardt, Entretiens sur l’antiquité classique 8), p. 205-239.

Ditten, H., 1982, Antike Geographie und Ethnographie, dans F. von Juerss (éd.), Geschichte des wissenschaftlichen Denkens im Altertum, Berlin, p. 294-301, 432-440, 559-566.

Dumas-Reungoat, C., 2008, L’imaginaire utopique dans le monde grec. Corpus et classement des premiers jalons du genre utopique, Kentron, 24, p. 35-48.

Erskine, A., Distant Cousins and International Relations : « syngeneia » in the Hellenistic World, dans E. Chrysos et al. (dir.), The Idea of European Community in History, 2, Aspects of connecting « poleis » and « ethne » in Ancient Greece, Conference proceedings, Athens, 2003, p. 205-216.

Étienne, R. (dir.), 2010, La Méditerranée au viie siècle av. J.-C., Paris.

Fabre, P., 1992, Les Grecs à la découverte de l’Atlantique, REA, 94, p. 11-21.

Finley, M. I., 1967, Utopianism ancient and modern, dans K. H. Wolff et B. Moore (éd.), The Critical Spirit. Essays in Honor of Herbert Marcuse, Boston, p. 3-20.

Fleming, D., 2002, The Streets of Thurii : Discourse, Democracy, and Design in the classical Polis, RSQ, 32, p. 5-32.

Foucher, A., 1938, Les satrapies orientales de l’empire achéménide, CRAI, p. 336-352.

Freyburger-Galland, M.-L., 2004, Archytas de Tarente : un mécanicien homme d’État, dans L. De Poli et Y. Lehmann (éd.), Naissance de la science dans l’Italie antique et moderne, Actes du colloque franco-italien des 1er et 2 décembre 2000 (Université de Haute-Alsace), Berne, p. 119-137.

Gabba, E., 1976, Sulla valorizzazione politica della leggenda delle origini troiane di Roma fra iii e ii secolo a.C., CISA, 4, p. 84-101.

Gabba, E., 1981, True History and False History in Classical Antiquity, JHS, 71, p. 50-62.

Gagé, J., 1972, Les traditions diomédiques dans l’Italie ancienne, de l’Apulie à l’Étrurie méridionale, et quelques-unes des origines de la légende de Mézence, MEFR, 84, p. 735-788.

Garnsey, P., 2005, Pythagoras, Plato and Communality : a Note, Hermathena, 179, p. 77-87.

Georgelin, Y. et Arzano, S., 2000, Pythéas le Massaliote : le plus ancien des doctes de tout l’Occident, ConnHell, 85, p. 69-78.

Giangiulio, M., 1983, Greci e non greci in Sicilia alla luce dei culti e delle leggende di Eracle, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés antiques, Actes du colloque de Cortone (24-30 mai 1981) organisé par la Scuola normale superiore et l’École française de Rome, avec la collaboration du centre de recherches d’histoire ancienne de l’Université de Besançon, Pise-Rome, p. 785-845.

Giangiulio, M., 1991, Filottete tra Sibari e Crotone : osservazioni sulla tradizione letteraria, dans J. de La Genière (dir.), Épéios et Philoctète en Italie : données archéologiques et traditions légendaires, Actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Université de Lille, 23-24 novembre 1987, Naples-Rome, p. 37-53.

Gill, D. W. J., 2006, Hippodamus and the Piraeus, Historia, 55, p. 1-15.

Goukowsky, P., 1981, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre (336-270 avant J.-C.), II : Alexandre et Dionysos, Nancy.

Greco, E., 1997, Ippodamo e Thurii, Ostraka, 6, p. 435-439.

Hartman, S. S., 1965, Dionysos and Heracles in India according to Megasthenes. A counter-argument, Temenos, 1, p. 55-64.

Haziza, T., 2009, Le kaléïdoscope hérodotéen : images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, Paris.

Heilen, S., 2000, Eudoxos von Knidos und Pytheas von Massalia, dans W. Hübner (éd.), Geschichte der Mathematik und der Naturwissenschaften in der Antike. 2, Geographie und verwandte Wissenschaften, Stuttgart, p. 5-73.

Honigman, S., 2007, Permanence des stratégies culturelles grecques à l’œuvre dans les rencontres inter-ethniques, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Pallas, 73, p. 125-140.

Horky, P. S., 2007, Plato’s Magnesia and philosophical Polities in Magna Graecia, Thèse (Ph.D.) de l’University of Southern California, Los Angeles.

Horsfall, N., 1985, Myth and mythography, EMC, 29, p. 393-410.

Huffman, C. A., 2005, Archytas of Tarentum : Pythagorean, Philosopher, and mathematician King, Cambridge-New York.

Humm, M., 2010, Le concept d’Italie : des premiers colons grecs à la réorganisation augustéenne, dans A. Colombo, S. Pittia et M. T. Schettino (dir.), Mémoires d’Italie. Identités, représentations, enjeux (Antiquité et Classicisme), à l’occasion du 150e anniversaire de l’Unité italienne (1861-2001), Côme, p. 36-66.

Ioannidou, C., 1998, Οἱ Ἕλληνες και το « ξένο » ἀπο τον Ὅμηρο στην ἑλληνιστικη ἐποχή, Parnassos, 40, p. 237-251.

Jacob, C., 1991, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris.

Jacob, C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris.

Jacoby, F., 1926, FGrH IIa, Kommentar, Berlin.

Jay-Robert, G., 2007, L’espace dans les « Oiseaux » d’Aristophane, dans S. David et É. Geny (éd.), Troïka : parcours antiques. Mélanges offerts à Michel Woronoff, 1, Besançon, p. 175-187.

Johner, A., 1991, Rome, la violence et le sacré : les doubles fondateurs, Euphrosyne, 19, p. 291-302.

Johnson, M. R., 2008, Sources for the philosophy of Archytas, AncPhil, 28, p. 173-199.

Jourdain-Annequin, C., 1982, Héraclès en Occident. Mythe et histoire, DHA, 8, p. 227-282.

Jourdain-Annequin, C., 1989, Héraclès aux portes du soir. Mythe et histoire, Paris.

Journès, Y., 1997, Pythéas le Massaliote, ConnHell, 70, p. 50-57.

Koumakis, GCh., 2001-2002, Το « ἀντιπεπονθος δίκαιον » κατα τους Πυθαγορείους και ἡ Λακεδαιμονίων πολιτεία, Platon, 52, p. 139-152.

Lagioia, A., 2007, Diomede e il Palladio : il mito repubblicano, la revisione augustea e l’esegesi tardoantica, dans Interpretare e comunicare : tradizioni di scuola nella letteratura latina tra iii e vi secolo, Bari, p. 39-67.

Landucci Gattinoni, F., 2003, L’arte del potere : vita e opere di Cassandro di Macedonia, Stuttgart.

Lenfant, D. (dir.), 2011, Les Perses vus par les Grecs. Lire les sources classiques sur l’empire achéménide, Paris.

Lévêque, P., 1995, Dionysos dans l’Inde, dans J.-C. Carrière, É. Geny, M.-M. Mactoux et F. Paul-Lévy (éd.), Inde, Grèce ancienne : regards croisés en anthropologie de l’espace, Paris, p. 125-138.

Lévêque, P., 1996, Le mythe des Argonautes, dans O. Lordkipanidze et P. Lévêque (dir.), Sur les traces des Argonautes, Actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 septembre 1990, Paris, p. 47-49.

Lloyd, G. E. R., 1990, Plato and Archytas in the Seventh Letter, Phronesis, 35, p. 159-174.

López Eire, A., 2005, La mitología de los héroes y la cronología, Humanitas (Coimbra) 57, p. 57-115.

Lordkipanidze, O., 1996, La geste des Argonautes dans les premières épopées grecques sous l’angle des premiers contacts du monde grec avec le littoral pontique, dans O. Lordkipanidze et P. Lévêque (dir), Sur les traces des Argonautes, Actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 septembre 1990, Paris, p. 21-46.

Maggi, S., 1999, Diomede a Ravenna ?, Athenaeum, 87, p. 551-555.

Maggi, S., 2003, Il delta del Po, Diomede, Dedalo e i Romani, dans P. Defosse (éd.), Hommages à Carl Deroux. 4, Archéologie et histoire de l’art, religion, Bruxelles, p. 180-185.

Mahé, M., 1999, Le pythagorisme d’Italie du Sud vu par Tite-Live, Ktèma, 24, p. 147-157.

Malkin, I., 1994, Myth and Territory in the Spartan Mediterranean, Cambridge (MA) [traduction française par O. Meslier, Paris, 1991].

Malkin, I., 1999, Ulysse protocolonisateur, MediterrAnt, 2, p. 243-261.

Malkin, I., 2007, Ethnicité et colonisation : le réseau d’identité grecque en Sicile, Pallas, 73, p. 181-190.

Mangani, G., 1990, Procedure congetturali nella geografia greca antica, QS, 16, p. 57-76.

Mathieu, B., 1987, Archytas de Tarente pythagoricien et ami de Platon, BAGB, p. 239-255.

Mattéi, J.-F., 1992, Pythagore et les pythagoriciens, Paris.

Mazzarino, S., 1966, Il pensiero storico classico, 2, Rome-Bari.

Micalella, D., 2008, Organizzazione degli spazi urbani e politica : il posto della scholè nella città ideale di Aristotele, AncSoc, 38, p. 23-38.

Minar, E. L., 1942, Early Pythagorean Politics in Practice and Theory, Baltimore.

Moggi, M., 1987, Organizzazione della χώρα, proprietà fondiaria e ὁμόνοια. Il caso di Turi, ASNP, 17, p. 65-88.

Montuori, M., 1986, Chi sono i σοφιστάς in Aristoph. Nub. vv. 332-333, AAN, 97, p. 7-15.

Moreau, A., 2000, Les transformations du périple des Argonautes : un miroir des progrès de la colonisation grecque, Euphrosyne, 28, p. 325-334.

Morel, P.-M., 2003, Pouvoir, crise du pouvoir et juste milieu dans la Politique d’Aristote, dans S. Franchet d’Espèrey et al. (éd.), Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, p. 13-22.

Moscati Castelnuovo, L., 1995, Filottete, Crotone e le origini di Segesta, Kokalos, 41, p. 51-61.

Muccioli, F., 2004, Filosseno di Citera, Dionisio i e la fortuna del mito di Polifemo e di Galatea tra iv e iii secolo a.C., Sungraphe, 6, p. 121-147.

Mumford, L., 1961, The City in History, New York.

Musti, D., 1981, ‘Una città simile a Troia’. Città troiane da Siri a Lavinio, ArchClass, 33, p. 1-26.

Musti, D., 1988a, Strabone e la Magna Grecia. Città e popoli dell’Italia antica, Padoue.

Musti, D., 1988b, I Greci e l’Italia, dans Storia di Roma, I, Turin, p. 39-51.

Musti, D., 1991, Lo sviluppo del mito di Filottete, da Crotone a Sibari : tradizioni achee e troiane in Magna Grecia, dans J. de La Genière (dir.), Épéios et Philoctète en Italie : données archéologiques et traditions légendaires, Actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Université de Lille, 23-24 novembre 1987, Naples-Rome, p. 21-35.

Musti, D., 2005, Magna Grecia. Il quadro storico, Rome-Bari.

Nenci, G., 1991, Filottete in Sicilia, dans J. de La Genière (dir.), Épéios et Philoctète en Italie : données archéologiques et traditions légendaires, Actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Université de Lille, 23-24 novembre 1987, Naples-Rome, p. 131-135.

Parmeggiani, G., 2011, Eforo di Cuma. Studi di storiografia greca, Bologne.

Pédech, P., 1956, La géographie de Polybe. Structure et contenu du livre XXXIV des Histoires, LEC, 24, p. 3-24.

Pédech, P., 1980, Géographes grecs et géographes romains, Caesarodunum, 15 bis, p. 23-35.

Petit, A., 1995, Harmonie pythagoricienne, harmonie héraclitéenne, RPhA, p. 55-66.

Piérart, M., 20082, Platon et la cité grecque : théorie et réalité dans la constitution des « Lois », Paris (1re éd. 1974).

Plácido, D., 1996, Les Argonautes, entre l’Orient et l’Occident, dans O. Lordkipanidze et P. Lévêque (dir.), Sur les traces des Argonautes, Actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 septembre 1990, Paris, p. 55-63.

Poucet, J., 1987, Temps mythique et temps historique. Les origines et les premiers siècles de Rome, Gérion, 5, p. 69-85.

Pugliese Carratelli, G., 1999, La città ideale : modelli e divagazioni nel mondo classico, dans La città dell’utopia. Dalla città ideale alla città del Terzo Millennio, Milan, p. 3-20.

Robert, R., 2011, Diodore et le patrimoine mythico-historique de la Sicile, dans S. Collin Bouffier (dir.), Diodore d’Agyrion et l’histoire de la Sicile, DHA Supplément 6, Besançon, p. 43-68.

Russo, F., 2005, Il mito di Diomede nel Piceno, SCO, 51, p. 55-73.

Russo, F., 2010, La valorizzazione della figura di Diomede in ambito romano, NAC, 39, p. 163-193.

Saïd, S., 1991, Ἐλληνισμός : quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, Actes du colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde.

Sakellariou, MV., 2005, Τῶν Δωριέων κοιτίδα, γένεση και μετανάστευση. 2, PAA, 80, p. 41-60.

Schettino, M. T., 2008, Viaggio nello spazio e nel tempo : critica di Eliano all’utopia di Teopompo, dans C. Carsana et M. T. Schettino (dir.), Utopia e utopie nel pensiero storico antico, Rome, p. 185-194.

Schettino, M. T., 2009, Pyrrhos en Italie : la construction de l’image du premier ennemi venu de l’Orient grec, Pallas, 79, p. 173-184.

Schuller, W., 1996, Die Medea des Euripides : Barbarin oder Angehörige des griechischen Kulturkreises ?, dans O. Lordkipanidze et P. Lévêque (dir.), Sur les traces des Argonautes, Actes du 6e symposium de Vani (Colchide) 22-29 septembre 1990, Paris, p. 111-115.

Shepherd, G., 2009, Greek ‘Colonisation’in Sicily and the West. Some Problems or Evidence and Interpretation Twenty-Five Years on, Pallas, 79, p. 15-25.

Sordi, M., 1992, La dynasteia in Occidente. Studi su Dionigi I, Padoue.

Sordi, M., 2001, Integrazione, mescolanza, rifiuto nell’Europa antica : il modello greco e il modello romano, dans Integrazione, mescolanza, rifiuto. Incontri di popoli, lingue e culture in Europa dall’Antichità all’Umanesimo, Rome, p. 17-26.

Squillace, G., 2004, Βασιλεῖς ἢ τύραννοι. Filippo ii e Alessandro Magno tra opposizione e consenso, Soveria Mannelli.

Talamo, C., 1987, Pitagora e la τρυφή, RFIC, 115, p. 385-404.

Tamiolaki, H.-M., 2006, Modèles individuels et collectifs chez Hérodote : un exemple de la formation de l’identité grecque, BAGB, p. 17-39.

Teppa, S., 2006, Platone in viaggio : alla corte di Dionisio il Vecchio, dans M. G. Angeli Bertinelli et A. Donati (éd.), Serta antiqua et mediaevalia. 9, Le vie della storia : migrazioni di popoli, viaggi di individui, circolazione di idee nel Mediterraneo antico, Atti del II incontro internazionale di storia antica (Genova 6-8 ottobre 2004), Rome, p. 353-359.

Thiercy, P., 2006, Utopie et contre utopie chez Aristophane, SPhV, 9, p. 231-243.

Trousson, R., 1975, Voyages aux pays de nulle part, Bruxelles.

Uggeri, G., 2003, La tomba di Ulisse a Cortona : nota topografica a Lycophr., Alex. 805-806, dans P. Defosse (éd.), Hommages à Carl Deroux. 4, Archéologie et histoire de l’art, religion, Bruxelles, p. 241-247.

Ulano, R., 1989, Le strategie autocratiche di Archita, RIL, 123, p. 123-129.

Ulf, C. et Rollinger, R., 2002, Geschlechter, Frauen, fremde Ethnien : in antiker Ethnographie, Theorie und Realität, Innsbruck.

Urso, G., 1998, Taranto e gli « xenikoì strategoí », Rome.

Valenza Mele, N., 1979, Eracle euboico a Cuma. La gigantomachia e la via Heraclea, dans Recherches sur les cultes grecs et l’Occident, 1, Naples, p. 9-64.

Vanschoonwinkel, J., 1995, Des Héraclides du mythe aux Doriens de l’archéologie, RBPh, 73, p. 127-148.

Vegetti, M., 1999, Guida alla lettura della « Repubblica » di Platone, Rome.

von Fritz, K., 1950, Pythagorean Politics in Southern Italy, New York.

Winiarczyk, M., 2002, Uranopolis des Alexarchos : Forschungsgeschichte (1835-2002) und Interpretationsversuch, Eos, 89, p. 269-285.

Zecchini, G., 1991, Teoria e prassi del viaggio in Polibio, dans G. Camassa et S. Fasce (dir.), Idea e realtà del viaggio : il viaggio nel mondo antico, Gênes, p. 111-141.

Zimmerman, K., 1997, Hdt. iv 36, 2 et le développement de l’image du monde d’Hécatée à Hérodote, Ktèma, 22, p. 285-298.

Haut de page

Notes

1 Définition du Petit Robert. Sur les sens de ce terme et leurs implications sociales et politiques, je renvoie à l’intervention de S. Dufoix dans ce même volume.

2 Cf. Braccesi, 19772 ; Musti, 1988a, p. 117-121 ; Musti, 1988b, p. 39-51 ; Braccesi, 1994. Sur la mer dans l’imaginaire des Grecs de l’époque créto-mycénienne au 1er s. avant J.-C., voir récemment Corvisier, 2008.

3 Cf. par exemple FGrH 555 F 12 (= Strabon 6.1.15 C 264-265) : voir Musti, 1988a, notamment p. 41-42, 53, 120-121, 131 ; cf. Cuscunà, 2003.

4 Cf. par exemple Strabon 6.1.2 C 253 ; 6.1.11 C 262 : voir Musti, 1988a, p. 57-58, 71-72, 117-118, 120-121, 132.

5 Musti, 1988b, p. 40-48. Sur les légendes des héros du passé comme souvenir des navigations achéennes, voir déjà Bérard, 19572, p. 37 ; cf. aussi Musti, 2005, notamment p. 3-102.

6 Giangiulio, 1983, p. 785-845, parle de « mito di precedenza ».

7 Cf. Humm, 2010, p. 36-66.

8 Cf. Jourdain-Annequin, 1982, p. 227-282, où figure la bibliographie antérieure : « le discours mythique est aussi le produit de l’histoire » (p. 230).

9 Malkin, 1999, p. 243-261. Sur le lien entre la légende d’Ulysse et l’aventure coloniale des Eubéens, voir toutefois Braccesi, 1993-1994, p. 193-210 ; Braccesi, Rossignoli, 1999, p. 176-181.

10 Chez Lycophron, la tombe d’Ulysse se trouve dans les environs de Cortone : Uggeri, 2003, p. 241-247. Par ailleurs, les logographes grecs mettent les Étrusques en rapport tantôt avec les Pélasges tantôt avec l’Arcadie, d’où serait originaire Dardanus : Colonna, 1980, p. 1-15.

11 Briquel, 1998-1999, p. 235-252.

12 Odyssée 12.69-72.

13 Cusset, 2003, p. 379-386.

14 Selon Lordkipanidze, 1996, p. 21-46, la légende des Argonautes évoquerait la première traversée grecque vers la mer Noire à l’époque mycénienne ou post-mycénienne ; sur les problèmes induits par cette datation, cf. Lévêque, 1996, p. 47-49. Il ne faut pas non plus oublier que les Argonautes rapportent des traditions de voyages vers la Colchide, mais aussi vers l’Occident : Plácido, 1996, p. 55-63 ; Blázquez, 1996, p 101-109.

15 Moreau, 2000, p. 325-334.

16 Toutefois Schuller, 1996, p. 111-115, souligne que le portrait dessiné par les vers 230-251, 410-430 et 1081-1089 est celui d’une Médée plus grecque que barbare, au point d’être intégrée dans l’histoire des femmes athéniennes. Sur l’interprétation à travers le mythe des rapports entre les Grecs et les barbares, cf. aussi Athanasios, 1993, p. 108-116.

17 Sur le changement de perspective dans les études récentes à cet égard, voir Shepherd, 2009, p. 15-25 ; cf. aussi Cusumano, 2009, p. 41-63.

18 Cf. Anello, 1984, p. 11-51 : Bacchylide s’en est servi pour exalter la politique d’ouverture de Hiéron à l’égard du monde indigène ; Philoxène au contraire semble avoir reformulé le mythe pour critiquer la politique de Denys et montrer le danger d’une ouverture inconsidérée vers les barbares. Cf. également Muccioli, 2004, p. 121-147. Sur le recours à la syngeneia par Denys Ier pour accréditer sa politique d’intégration, voir également Sordi, 1992 ; Sordi 2001, p. 17-26, spéc. 21-22. Sur le même sujet, cf. Braccesi, 1994, notamment p. 85-127 ; Braccesi, 1996, p. 187-194, où l’identification de deux femmes (l’une mère de Latinus, l’autre liée à Celtus) qui sont considérées par la tradition comme amantes d’Héraclès s’explique à la lumière respectivement de la propagande syracusaine et de la propagande romaine.

19 Sur la légende occidentale de Philoctète, voir Giangiulio, 1991, p. 37-53 ; Musti, 1991, p. 21-35 ; Nenci, 1991, p. 131-135 ; De La Genière, 1991, p. 75-116. Moscati Castelnuovo, 1995, p. 51-61, met en évidence qu’Apollodore FGrHist 244 F 167 et Strabon 6.2.5 attribuent la fondation de Ségeste au héros local Aigestos ainsi qu’à Philoctète, resté dans la région de Crotone : cette version, qui diffère de celle des autres sources, reflèterait une entente entre Crotone et Ségeste qui s’insère dans le contexte politique de la première moitié du ve siècle et qui avait pour fonction de fournir une justification mythologique à la lutte des deux cités contre l’ennemi commun, Hiéron de Syracuse. Un autre cas de réélaboration du mythe en fonction politique.

20 Cf. Gagé, 1972, p. 735-788 ; Briquel, 1987, p. 241-261 ; Braccesi, 1989, p. 57-64 ; Maggi, 1999, p. 551-555 ; Barbara, 2002 ; Russo, 2005, p. 55-73.

21 Sur l’utilisation romaine de la figure de Diomède à des fins de propagande, cf. Briquel, 2001, p. 297-308 ; Maggi, 2003, p. 180-185 ; Dareggi, 2003, p. 61-72 ; Barbara, 2006, p. 517-558 ; Lagioia, 2007, p. 39-67 ; Assenmaker, 2007, p. 381-412 ; Russo, 2010, p. 163-193.

22 Braccesi, 19772 ; Braccesi, 1984 ; Braccesi, 1987, p. 7-14.

23 Virgile, Énéide 8.52-59.

24 Coarelli, 1988, p. 127-151.

25 Dans son ouvrage Deucalionea, Hellanicos serait le premier à rapporter la légende de la fondation de Rome par le troyen Énée : FGrHist 4 F 84 (= D.H. 1.72).

26 Cf. Musti, 1981, p. 1-26 ; Musti, 1988b, p. 39-51.

27 Cf. Schettino, 2009, p. 173-184, où figure la bibliographie précédente.

28 Gabba, 1976, p. 84-101 ; Poucet, 1987, p. 69-85.

29 Solin 1.2 et 1.5 ; cf. aussi Virgile, Énéide 8.199 ; Properce 4.9.9-10 ; Tite-Live 1.7.5 ; Denys d’Halicarnasse, 1.39.2 ; 1.42.2 ; Ovide, Fastes 1.551. Sur l’épisode et le mythe de Cacus, voir Adam, 1985, p. 577-609, spéc. p. 585-599 ; Horsfall, 1985, p. 393-410 ; Johner, 1991, p. 291-302.

30 Coarelli, 1988, p. 127-151.

31 Jourdain-Annequin, 1982, p. 227-282 ; Jourdain-Annequin, 1989.

32 Cf. par exemple Diod. 4.8.5 : les travaux d’Héraclès auraient répandu « les bienfaits de la civilisation ». Sur le rôle civilisateur de Dédale en Sicile, comparable à celui d’Héraclès, voir Robert, 2011, p. 43-68.

33 Conçu dès la fin du vie s. av. J.-C. comme marquant un terme ultime pour la navigation, l’emplacement des colonnes d’Hercule a par exemple joué un rôle important dans les luttes économiques qui ont opposé Carthage aux Grecs : ce détroit a fini par devenir, du fait des Carthaginois, un obstacle insurmontable pour les Grecs, qui l’ont perçu comme la limite de l’οἰκουμένη ; voir Amiotti, 1987, p. 13-20.

34 En effet, il ne s’agit pas d’une bipartition nette : Héraclès est le protagoniste de plusieurs épisodes placés en Orient, et Dionysos en Occident. Sur la tradition de Dionysos en Orient, voir Foucher, 1938, p. 336-352 ; Hartman, 1965, p. 55-64 ; Goukowsky, 1981 ; Lévêque, 1995, p. 125-138.

35 Tyrtée, fr. 1 a Prato (= Strabon 8.4.10 C 362). Cf. Pindare, Isthm. 9 fr. 1 ; Hérodote 8.46 ; Pausanias 2.29.5

36 Malkin, 1994, notamment p. 15-45 [trad. française 1999, p. 29-64] ; Vanschoonwinkel, 1995, p. 27-148 ; Sakellariou, 2005, p. 41-60 ; López Eire, 2005, p. 57-115.

37 Hellanicos, FGrH 4. Cf. Hérodote 9.26.2 ; Thucydide 1.12.3-4.

38 Éphore, FGrH 70 F 8 (= Diodore 4.1.2) et 10 (= Diodore 16.76.5). Il consacrait toutefois une introduction succincte à l’époque pré-héraclidienne selon Jacoby, 1926, p. 25-26 et 36-37 ; sur le sujet, voir Barber, 1993, p. 26-27, et maintenant les observations de Parmeggiani, 2011, p. 181-200, 709-733.

39 Voir Squillace, 2004, p. 43-46.

40 Cf. Valenza Mele, 1979, p. 19-64.

41 Briquel, 1984.

42 Tout au long de l’histoire grecque, la base identitaire demeure fondamentalement agrégeante, à travers des manifestations qui marquent la continuité entre l’époque archaïque et l’âge hellénistique (généalogies archaïques et συγγένεια hellénistique ; identités régionales, à savoir dorienne, ionienne, etc., et κοινά hellénistiques ; permanence de la médiation cultuelle des fêtes panhelléniques) : voir Honigman 2007, p. 125-140. Sur l’identité coloniale, par exemple siciliote, qui n’excluait pas d’autres identités, ainsi « syracusienne », « coloniale corinthienne », dorienne ou grecque, et qui était rituellement constante et politiquement variable, utilisée contre un ennemi commun, cf. Malkin, 2007, p. 181-190. En particulier la συγγένεια, appel aux origines communes des habitants de cités éloignées et parfois étrangères au monde grec traditionnel, sujet auquel nous avons déjà fait allusion, devient un argument décisif tant dans les relations diplomatiques que dans la construction de l’identité grecque : Erskine, 2003, p. 205-216. Sur l’identité grecque, voir aussi Saïd, 1991 ; Ioannidou, 1998, p. 237-251. Sur l’histoire archaïque selon des points de vue divers qui reflètent des valeurs identitaires différentes, cf. Étienne, 2010.

43 Hécatée, FGrH 1 T 12 a (Agathem., ge. inf. 1.1 = Müller, GGM, p. 471).

44 Zimmerman, 1997, p. 285-298 ; sur le modèle collectif des sociétés grecques qui s’oppose chez Hérodote à celui, individualisé, des barbares, voir Tamiolaki, 2006, p. 17-39.

45 À ce sujet, voir Dihle, 1962, p. 205-239 ; Ditten, 1982, p. 294-301, 432-440, 559-566 ; Jacob, 1991 ; Cordano, 1992 ; Ulf, Rollinger, 2002 ; Brather, 2004 ; Bichler, 2007-2008a-2010.

46 Voir par exemple Her. 2.58 sur les oracles de Thèbes en Égypte et de Dodone ; 2.80 sur le respect que les jeunes gens ont pour les vieillards aussi bien chez les Lacédémoniens que chez les Égyptiens ; 2.91 sur le culte commun aux Grecs et aux Égyptiens pour Persée fils de Danaé ; 2.92 sur la monogamie auprès des Grecs et des Égyptiens. Sur l’Égypte chez Hérodote, cf. Haziza, 2009. Sur le regard qu’Hérodote porte sur les autres peuples, voir Bichler 2007 ; Bichler, 2008b, p. 49-73.

47 Cf. Lenfant 2011.

48 Théopompe, FGrHist 115F75c (le passage en traduction est reporté à la note n. 55).

49 Thulé ou plutôt le parallèle qui la porte (et que Pythéas situait à 66 degrés N., notre actuel cercle polaire), a joué un rôle important dans les discussions qui opposaient entre eux les géographes grecs sur la division du globe terrestre en zones et sur les limites du monde habité : Aujac, 1988, p. 329-343. Voir aussi Fabre, 1992, p. 11-21 ; Journès, 1997, p. 50-57 ; Georgelin, Arzano, 2000, p. 69-78 ; Heilen, 2000, p. 55-73.

50 Pédech, 1980, p. 23-35. Cf. Mangani, 1990, p. 57-76 ; Bignasca, 2005, p. 421-451.

51 Aujac, 1981, p. 3-14 ; Jacob, 1992 ; Aujac, 2001 ; Aujac, 2007-2008, p. 16-17.

52 C’est à partir des logographes : cf. par exemple Acousilaos qui narre les exploits d’Héraclès, parmi lesquels celui qui fut accompli au jardin des Hespérides, gardé par les Harpies (FGrH 2 F 5).

53 Les observations géographiques de Polybe se concentre toutefois dans le livre 34, sur lequel cf. Pédech, 1956, p. 3-24. Cf. aussi Zecchini, 1991, p. 111-141.

54 Cf. l’opposition entre Atlantide et Athènes chez Platon : Dumas-Reungoat, 2008, p. 35-48.

55 Théopompe, FGrHist 115 F 75c (= Élien, Histoire variée 3.18) : « Si l’on en croit Théopompe, Midas, roi de Phrygie, s’entretint un jour avec Silène […]. Après s’être entretenu de différentes choses, Silène dit à Midas : « L’Europe, l’Asie et la Libye sont des îles que les flots de l’Océan baignent de tous côtés : hors de l’enceinte de ce monde il n’existe qu’un seul continent, dont l’étendue est immense. Il produit de très grands animaux et des hommes d’une taille deux fois plus haute que ne sont ceux de nos climats : aussi leur vie n’est-elle pas bornée au même espace de temps que la nôtre ; ils vivent deux fois plus longtemps. Ils ont plusieurs grandes villes, gouvernées suivant des usages qui leur sont propres ; leurs lois forment un contraste parfait avec les nôtres. Entre ces villes, il y en a deux d’une prodigieuse étendue, et qui ne se ressemblent en rien. L’une se nomme Machimos (la Guerrière), et l’autre Eusébie (la Pieuse). Les habitants d’Eusébie passent leurs jours dans la paix et dans l’abondance : la terre leur prodigue ses fruits, sans qu’ils aient besoin de charrues ni de bœufs ; il serait superflu de labourer et de semer. Après une vie qui a été constamment exempte de maladies, ils meurent gaiement et en riant. Au reste, leur vie est si pure, que souvent les dieux ne dédaignent pas de les visiter. À l’égard des habitants de Machimos, ils sont très belliqueux : toujours armés, toujours en guerre, ils travaillent sans cesse à étendre leurs limites. C’est par là que leur ville est parvenue à commander à plusieurs nations ; on n’y compte pas moins de deux millions de citoyens. Les exemples de gens morts de maladie y sont très rares. Tous meurent à la guerre, non par le fer (le fer ne peut rien sur eux), mais assommés à coups de pierres ou à coups de bâton. Ils ont une si grande quantité d’or et d’argent, qu’ils en font moins de cas que nous n’en faisons du fer. Autrefois, continua Silène, ils voulurent pénétrer dans nos îles ; et après avoir traversé l’Océan avec dix millions d’hommes, ils arrivèrent chez les Hyperboréens : mais ce peuple parut à leurs yeux si vil et si méprisable, qu’ayant appris que c’était néanmoins la plus heureuse nation de nos climats, ils dédaignèrent de passer outre. » […] ». Voir Schettino, 2008, p. 185-194, où figure la bibliographie précédente.

56 Cf. Plutarque, Vie de Lycurgue 1 et 4.

57 Cf. le témoignage d’Aristoxène chez Pseudo-Jamblique, Théologoumènes arithmétiques 6.

58 Minar, 1942 ; von Fritz, 1950 ; Talamo, 1987, p. 385-404 ; Mattéi, 1992 ; Petit, 1995, p. 55-66 ; Mahé, 1999, p. 147-157 ; Brisson, 2002, p. 21-46.

59 Cf. Ulano, 1989, p. 123-129 ; Urso, 1998 ; Koumakis, 2001-2002, p. 139-152 ; Freyburger-Galland, 2004, p. 119-137 ; Huffman, 2005 ; Johnson, 2008, p. 173-199.

60 Sur Platon et Archytas, voir Mathieu, 1987, p. 239-255 ; Lloyd, 1990, p. 159-174 ; Garnsey, 2005, p. 77-87 ; Horky, 2007. Sur les voyages de Platon en Sicile, cf. Breitenbach, 1960 ; Capizzi, 1984, p. 131-139 ; Teppa, 2006, p. 353-359. Sur la vision politique et cosmologique de Platon, cf., entre autres, Vegetti, 1999 ; Brisson, Meyerstein, 1991 ; Piérart, 20082.

61 Il s’agit d’un nouveau système éducatif fondé sur l’interaction et l’échange entre hommes mûrs (πρεσβύτεροι) et magistrats, de façon à garantir la formation permanente du groupe politique : Micalella, 2008, p. 23-38. Cf. également Morel, 2003, p. 13-22 ; Carlier, 2005, p. 263-273.

62 Sur les limites du monde selon le De Caelo d’Aristote et le De Mundo pseudo-aristotélicien, et la marche d’Alexandre vers l’Orient, domaine de la matière indifférenciée, voir Centanni, 1989, p. 267-274.

63 Cf. Mazzarino, 1966, p. 37-53, 412 note n. 555 ; Finley, 1967, p. 3-20 ; Gabba, 1981, p. 50-62 ; Bertelli 1982 ; Bertelli 1997 ; Carsana, Schettino, 2008, notamment p. 1-13.

64 Aristote, Pol., 2.1266 a.4-b.1-2 : « […] Pour bien des gens, le point capital paraît être l’organisation de la propriété, source unique, à leur avis, des révolutions. C’est Phaléas de Chalcédoine, qui, guidé par cette pensée, a le premier posé en principe que l’égalité de fortune est indispensable entre les citoyens. Il lui parait facile de l’établir au moment même de la fondation de l’État […] ». Cf. Bertelli, 1982, p. 463-581, notamment p. 496.

65 Cf. Mumford, 1961 ; Pugliese Carratelli, 1999, p. 3-20 ; Bertelli, 1997, p. 567-618.

66 Voir Castagnoli, 1956 ; Cursaru, 2006, p. 1-12 ; Gill, 2006, p. 1-15.

67 Aristote, Pol., 2.1266b-1267a : « Cette influence de l’égalité des biens sur l’association politique a été comprise par quelques-uns des anciens législateurs ; témoin Solon dans ses lois, témoin le décret qui interdit l’acquisition illimitée des terres. C’est d’après le même principe que certaines législations, comme celle de Locres, interdisent de vendre son bien, à moins de malheur parfaitement constaté ; ou qu’elles prescrivent encore de maintenir les lots primitifs. L’abrogation d’une loi de ce genre, à Leucade, rendit la constitution complètement démocratique, parce que dès lors on parvint aux magistratures sans les conditions de cens autrefois exigées. Mais cette égalité même, si on la suppose établie, n’empêche pas que la limite légale des fortunes ne puisse être, ou trop large, ce qui amènerait dans la cité le luxe et la mollesse ; ou trop étroite, ce qui amènerait la gêne parmi les citoyens. Ainsi, il ne suffit pas au législateur d’avoir rendu les fortunes égales, il faut qu’il leur ait donné de justes proportions. Ce n’est même avoir encore rien fait que d’avoir trouvé cette mesure parfaite pour tous les citoyens ; le point important, c’est de niveler les passions bien plutôt que les propriétés ; et cette égalité-là ne résulte que de l’éducation réglée par de bonnes lois. […] L’égalité de fortune entre les citoyens sert bien certainement, je l’avoue, à prévenir les dissensions civiles. Mais, à vrai dire, le moyen n’est pas infaillible les hommes supérieurs s’irriteront de n’avoir que la portion commune, et ce sera souvent une cause de trouble et de révolution ».

68 Diodore 12.11.1 : « Comme le territoire qu’ils occupaient était étendu et beau, ils firent venir de la Grèce nombre de colons auxquels ils distribuèrent de façon égale les quartiers de la ville et les terres des environs ». L’exemple comparable d’Olbia de Provence date de 325 av. J.-C. Sur la fondation de Thurioi, voir aussi Strabon 6.1.13-14 [C 263].

69 Cf. Moggi, 1987, p. 65-88 ; Greco, 1997, p. 435-439 ; Fleming, 2002, p. 5-32 ; Cordano, 2005, p. 239-256. Il va de soi que ce projet est intéressant en tant que tel, indépendamment de la réalité historique de Thurioi : le décalage entre les deux avait déjà été stigmatisé par Aristophane qui ridiculise dans ses comédies Les Nuées et Les Oiseaux les urbanistes projetant des cités idéales, cf. entre autres Montuori, 1986, p. 7-15 ; Del Corno, 2003, p. 33-40 ; Thiercy, 2006, p. 231-243 ; Jay-Robert, 2007, p. 175-187.

70 Metagènes, Thouriopersai, fr. 6 Kassel-Austin ; voir Bertelli, 1997, p. 567-618, notamment p. 582. Cf. Diodore 12.11.1.

71 Ces projets refléteraient, selon Trousson, 1975, p. 32 : « le climat mental à une époque où le peuple athénien était excité par des politiciens qui faisaient volontiers miroiter des rêves d’abondance, de transformation radicale de la société aboutissant à un paradis communiste. Au début du ive siècle, de tels projets étaient d’actualité ».

72 Cf. Cordano, 1998, p. 293-308.

73 Athénée 3.98 d-f : « Tel fut aussi Alexarque (frère de Cassandre, roi de Macédoine), fondateur d’Ouranoupolis : Héraclide Lembos en parle dans le trente-septième livre de son histoire : Alexarque, dit-il, fondateur d’Ouranoupolis […] ». Cf. Strabon 7 fr. 35 C 331 ; Pline, NH 4.37 ; Clem. Alex., Protr. 4.54.3 (= Aristos Salaminios in FrHistGr 143 F 4).

74 Voir Landucci Gattinoni, 2003, p. 68, 90-91, 122. Sur la fondation par Alexarque de la ville d’Ouranopolis, en 316-315 av. J.-C., sur la presqu’île du mont Athos, voir aussi Winiarczyk, 2002, p. 269-285.

75 Sur le modèle de Thèbes pour Alexarchos, voir Cioccolo, 2006, p. 14-17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Teresa Schettino, « Les Grecs sur le départ : légendes, pensées, utopies et désir d’expérimentations », Pallas, 89 | 2012, 35-56.

Référence électronique

Maria Teresa Schettino, « Les Grecs sur le départ : légendes, pensées, utopies et désir d’expérimentations », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/726 ; DOI : 10.4000/pallas.726

Haut de page

Auteur

Maria Teresa Schettino

Université de Haute-Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals