Navigation – Plan du site
VII. Colonies et communautés grecques ‎en Orient

Les communautés grecques en Babylonie (viieiiie s. av. J.-C.)

Greek communities in Babylonia (vii-iii c. B.C.)
Julien Monerie
p. 345-365

Résumé

Aux époques néo-assyrienne (728-626 av. J.-C.) et néo-babylonienne (626-539 av. J.-C.), la présence de communautés grecques en Babylonie semble avoir été principalement le résultat de déportations. L’intégration de la région à l’empire perse, en contact direct avec le bassin égéen, eut pour effet d’accroître cette présence, qui n’apparaît plus exclusivement forcée durant l’époque achéménide (539-331 av. J.-C.). La conquête de l’empire par Alexandre le Grand, en 331 av. J.-C.,
changea la donne : la Babylonie se trouve désormais sous contrôle direct des Macédoniens. L’implantation hellénique, stimulée par l’établissement d’un réseau administratif et militaire dans les nouvelles poleis grecques et les villes « indigènes », se diversifie alors. L’abondante documentation cunéiforme, complétée par les sources classiques et les données archéologiques, permet de dresser à grands traits un bilan des formes, des enjeux et des évolutions de la présence grecque en Babylonie.

During the Neo-Assyrian (728-626 B.C.) and the Neo-Babylonian periods (626-539 B.C.), the settlement of Greek communities in Babylonia seems to have mainly resulted from deportations. The regional integration to the Persian Empire, which was directly connected to the Aegean basin, furthered Greek presence, which does not appear to have been exclusively constrained during the Achaemenid period (539-331 B.C.). Alexander’s conquest of the empire (331 B.C.) changed the deal : Babylonia was now under direct control of the Macedonians. The Hellenic settlement, fostered by the creation of an administrative and military network in new Greek poleis and « native » cities then becomes more diverse. The rich cuneiform documentation, completed by classical sources and archaeological data, allows us to sketch a picture of the forms, stakes and developments of Greek presence in Babylonia.

Haut de page

Texte intégral

« As a rule terminological ambiguities should never detain a scholar for long. »
A. Momigliano

  • 1 Sauf indication contraire, toutes les dates sont à entendre avant J.-C.
  • 2 Diodore de Sicile, XVII, 108, 4-6 et Plutarque, Vie d’Alexandre, 35, 15.

1À la fin du mois d’octobre 3311, le cortège de l’armée macédonienne, précédé par le char d’Alexandre, entra triomphalement dans la ville de Babylone. Darius III, vaincu quelques semaines plus tôt à Gaugamèles, avait en effet choisi de se replier vers la Médie pour y réorganiser sa défense, abandonnant ainsi la plaine alluviale du Tigre et de l’Euphrate à son rival. La Babylonie, qui couvrait la partie basse de cette plaine (fig. 1), constituait pour Alexandre une prise de choix : la région était en effet prospère et sa capitale abritait une résidence royale achéménide. Après avoir accordé un mois de repos à son armée, le conquérant reprit cependant bientôt sa marche vers l’est. Il laissait à Babylone une garnison conséquente, ainsi qu’une partie de ses services d’intendance. On imagine sans peine le dépaysement que durent ressentir ces Macédoniens appelés à demeurer dans cette région qui devait leur paraître à bien des égards étrange et exotique. Certains d’entre eux tentèrent peut-être d’y recréer une atmosphère plus familière, à l’image du célèbre trésorier Harpale, qui fit acclimater des plantes grecques afin d’orner les promenades et palais de la ville et mena en l’absence d’Alexandre un train de vie dispendieux, agrémentant sa table de poissons qu’il faisait venir spécialement du Golfe persique et entretenant à grands frais des courtisanes athéniennes2.

Fig. 1. Le Proche-Orient au ier millénaire av. J.-C.

Fig. 1. Le Proche-Orient au ier millénaire av. J.-C.

(d’après Clancier, 2009, légèrement modifiée)

2Les compagnons d’Alexandre n’étaient pourtant pas, loin s’en faut, les premiers Grecs à demeurer en Babylonie. Les sources cunéiformes, qui comptent plusieurs dizaines de milliers de textes pour l’ensemble du ier millénaire av. J.-C., attestent en effet la présence en Mésopotamie d’individus de culture hellénique dès le viie s. av. J.-C. et apportent, sur l’ensemble de la période, de précieuses informations sur les modalités de la présence grecque au-delà de l’Euphrate. Les sources classiques, l’épigraphie grecque et la documentation archéologique, qui éclairent souvent des aspects laissés dans l’ombre par les sources cunéiformes, viennent compléter ce panorama, et permettent in fine de cerner dans ses grandes lignes les modalités, les enjeux et les évolutions de la présence grecque en Babylonie entre le viie et le iiie s. av. J.-C.

1. Une question historiographique vieille de deux siècles

3Cette présence n’a du reste pas toujours été décrite de façon univoque, et si le sujet semble avoir intéressé très tôt les historiens, les interprétations qui en ont été proposées ont considérablement évolué depuis les travaux pionniers de l’historien allemand Johann Gustav Droysen, au début du xixe s. Il est ainsi possible d’isoler trois temps historiographiques, auxquels correspondent trois visions différentes de la présence grecque en Orient.

1. 1. Le paradigme colonial

  • 3 Ces trois ouvrages furent rassemblés et traduits sous la direction d’A. Bouché-Leclercq sous le tit (...)
  • 4 Droysen, 1883-85, vol. 1, p. 3.

4L’attention des historiens s’est d’abord concentrée sur l’époque hellénistique, qui marquait l’apogée de la présence grecque en Orient. Les travaux de J. G. Droysen, qui publia en 1833 une Geschichte Alexanders des Grossen, puis deux volumes d’une colossale Geschichte des Hellenismus en 1836 et 1843, jouèrent à cet égard un rôle essentiel3 : l’auteur, qui définissait les conquêtes d’Alexandre comme une « extension de la puissance et de la civilisation des Grecs sur les races épuisées et à bout de culture »4, concevait la polis comme la clef de voûte de la présence grecque en Orient. Selon lui, la cité grecque constituait en effet le cadre principal d’organisation de ces communautés de colons gréco-macédoniens et le vecteur essentiel de l’« extension » de leur « civilisation ». Le degré de vitalité du milieu indigène dans lequel s’établissaient ces cités déterminait le degré de diffusion de l’Hellenismus, notion que Droysen définissait non pas comme un avatar parfait de la culture de l’Athènes du ve s. mais bien au contraire comme une « culture mixte » (Mischkultur), c’est-à-dire un mélange de culture hellénique et d’apports non grecs.

  • 5 Pline l’Ancien note ainsi que la Mésopotamie tout entière a appartenu aux Assyriens, qui n’y avaien (...)
  • 6 Arrien décrit par exemple les manœuvres des prêtres « chaldéens » de Babylone, qui cherchèrent à re (...)

5Cette vision fondatrice de la présence hellénique en Orient marqua l’historiographie durant plus d’un siècle et donna naissance à ce que l’on a appelé par la suite le « paradigme colonial ». J. G. Droysen fondait l’essentiel de sa réflexion sur les auteurs classiques, qui présentaient une tendance marquée à concentrer leur attention sur les poleis implantées dans la région5 et à peindre la culture « chaldéenne » comme mesquine et déclinante6. Forts de ces éléments, Droysen et ses épigones conclurent donc à une forte diffusion de l’Hellenismus dans la région, par le biais des échanges entre les communautés grecques des poleis et les populations locales, sur lesquelles la culture suméri-akkadienne traditionnelle n’exerçait plus l’attrait dont elle avait pu jouir aux siècles précédents.

6Cette interprétation se voyait de surcroît renforcée par le contraste qu’offrait la situation des plateaux iraniens, où les traces d’implantation de poleis étaient nettement plus faibles et où la culture locale, marquée par le mazdéisme perse, était au contraire perçue comme vigoureuse. On peut donc schématiser la vision proposée par les partisans du paradigme colonial comme suit :

Région

Poleis

Culture indigène

Hellenismus

Babylonie

+

-

+

Plateaux iraniens

-

+

-

  • 7 Voir par exemple Meyer, 1925.

7Face à ce contraste, les historiens rapprochaient volontiers la situation babylonienne de celle de la Syrie et du Levant : pour eux, le dernier rempart de l’hellénisme en Orient se trouvait sur le Tigre et son dernier bastion avait été la ville de Séleucie-du-Tigre7.

8Mais si cette vision peut se comprendre à l’époque où écrivait Droysen, qui n’avait pas accès aux sources cunéiformes, il peut paraître plus surprenant que celle-ci se soit maintenue jusqu’aux années 1960, plus d’un siècle après le déchiffrement de l’écriture cunéiforme en 1857, alors même que les musées occidentaux s’étaient enrichis de milliers de tablettes cunéiformes d’époque hellénistique entre 1880 et 1925.

1. 2. Le paradigme « isolationniste »

  • 8 En 1941, dans un article au titre évocateur (« Au déclin de la civilisation babylonienne : Uruk sou (...)

9Cette absence de prise en compte des sources cunéïformestenait en réalité beaucoup aux assyriologues eux-mêmes, qui considéraient la deuxième moitié du ier millénaire av. J.-C. comme une période de décadence de la culture suméro-akkadienne, à laquelle la conquête perse avait ôté l’indépendance politique, et dont l’arrivée des Macédoniens avait précipité le déclin8. La documentation « babylonienne tardive », peu estimée des spécialistes, était donc peu étudiée.

  • 9 On peut citer par exemple l’ouvrage de l’assyriologue française Marguerite Rutten, qui publia en 19 (...)
  • 10 Pour A. Aymard, voir au premier chef son article fondateur paru dans la Revue des Études Anciennes (...)

10Quelques travaux assyriologiques furent toutefois publiés à partir des années 19309. Malgré le peu d’écho général qu’elles rencontrèrent, quelques hellénistes érudits, parmi lesquels on peut citer André Aymard et William W. Tarn, intégrèrent cependant les résultats de ces études à leurs analyses10.

  • 11 Cette impression tenait en réalité beaucoup au fait que l’usage de l’écriture cunéiforme sur tablet (...)

11Or la documentation cunéiforme d’époque hellénistique présentait une image extrêmement différente de celle que proposaient les sources classiques. Les rédacteurs de ces textes, qui appartenaient aux milieux des grands sanctuaires suméro-akkadiens, ne s’étaient en effet pas préoccupés de décrire les conséquences de la conquête macédonienne. La documentation présentait au contraire l’image d’un milieu relativement peu touché par l’arrivée des Grecs11. Les historiens en tirèrent donc la conclusion que la Babylonie hellénistique avait été caractérisée par la cohabitation de deux mondes, celui des poleis grecques et celui des sanctuaires traditionnels, qui n’avaient somme toute entretenu entre eux que des rapports lointains.

12Ce nouveau paradigme rapprochait subitement la situation babylonienne de celle de l’Iran, que l’on continuait à concevoir comme hermétique à la culture hellénique. Il la dissociait du même coup de la situation que l’on connaissait pour la Syrie et le Levant, reportant ainsi la frontière de l’hellénisme triomphant du Tigre vers l’Euphrate, où la plupart des historiens continuent à la placer aujourd’hui.

13Néanmoins ce paradigme, qui accordait une place de choix aux sources primaires, demeura longtemps limité à un petit cercle d’érudits au fait des travaux assyriologiques. La majeure partie des historiens continuait pour sa part à concevoir la présence grecque en Orient selon les modalités définies par Droysen.

14Il fallut en réalité attendre la fin de la Décolonisation et la remise en cause du modèle colonial pour voir se diffuser plus largement ce paradigme que l’on qualifie aujourd’hui d’« isolationniste ». Deux historiennes britanniques jouèrent à cet égard un rôle fondamental. Il s’agit d’Amélie Kuhrt et Susan Sherwin-White, qui publièrent en 1987 et 1993 deux ouvrages, intitulés respectivement Hellenism in the East et From Samarkhand to Sardis. Les auteures y adoptaient un parti pris volontairement subversif, en affirmant le caractère résolument oriental de l’empire séleucide. Les sources primaires, au premier rang desquelles figuraient les sources cunéiformes, tenaient évidemment une place de choix dans leur démonstration, et cette démarche contribua grandement à faire connaître cette documentation peu prise en compte jusqu’alors.

  • 12 L’analyse qu’A. Kuhrt et S. Sherwin-White donnent du site d’Uruk, la grande capitale du sud de la B (...)
  • 13 Voir par exemple Will, 1994.

15Pourtant, les besoins de la démonstration poussaient souvent les auteures à formuler des interprétations abusives de ces sources12, qui valurent à ces ouvrages un accueil mitigé13. Par ce parti pris, les tenants du paradigme isolationniste se révélaient donc tout aussi prisonniers des sources cunéiformes que leurs prédécesseurs l’avaient été des sources classiques.

1. 3. Le paradigme « d’hybridation »

  • 14 Les travaux de l’assyriologue autrichien Robert Rollinger sont fondamentaux sur ce point. Voir nota (...)
  • 15 Pour une introduction théorique à ces questions dans le cas de la Babylonie, voir Rempel, Yoffee, 1 (...)

16Depuis la fin des années 1990, la volonté de prendre en compte les apports du paradigme isolationniste tout en affinant la méthode d’analyse des sources a conduit certains historiens à recontextualiser les données de la présence grecque dans la région. Plusieurs travaux se sont ainsi intéressés à la présence hellénique en Mésopotamie avant l’arrivée d’Alexandre, qui constitue un champ de recherches relativement récent14. En ce qui concerne l’époque hellénistique, les historiens se sont efforcés de dépasser le concept d’opposition « ethnique » entre Grecs et indigènes, par la promotion de la notion d’identité (conçue de manière plus large que celle d’ethnicité), l’insistance sur le développement d’échanges variés par l’intermédiaire d’agents « médiateurs », ainsi que par la mise en évidence de mécanismes d’appropriation d’éléments « culturels » en fonction d’usages et d’intérêts propres à chaque acteur15.

17Ce nouveau paradigme « d’hybridation », qui s’inspire du modèle des transferts culturels, présente ainsi une image plus modérée de la Babylonie hellénistique, se rapprochant, de façon quelque peu ironique, de la définition droysénienne de l’Hellenismus comme « culture mixte » (Mischkultur), définition que l’arrière-plan nationaliste des débats historiographiques du xxe s. avait contribué à obscurcir et que la vogue des concepts de multiculturalisme et de mondialisation a remis au goût du jour.

  • 16 Pour une analyse historiographique plus développée, voir Monerie, s.p.

18De ce rapide tour d’horizon historiographique16, nous retiendrons que, quel que soit le paradigme adopté, l’enjeu essentiel de l’étude des communautés grecques en Babylonie apparaît avant tout culturel : c’est bien la question du profil culturel de ces communautés qui se trouve au cœur des préoccupations des historiens. La conquête perse (539), qui intégra la Babylonie à un espace comprenant des territoires de culture grecque, puis la conquête macédonienne (331), qui changea radicalement les conditions de la présence hellénique dans la région, constituent à ce titre des points de rupture, autour desquels nous articulerons notre réflexion.

2. L’âge des empires lointains (viievie s. av. J.-C.)

2. 1. Deux mondes étrangers l’un à l’autre

  • 17 Pour une introduction à l’histoire de la Mésopotamie au ier millénaire av. J.-C., voir Joannès, 200 (...)

19L’étude de la présence grecque en Babylonie doit avant tout se comprendre dans le cadre politique des empires qui s’y sont succédés : intégrés à l’empire néo-assyrien à partir de 728, les Babyloniens contribuèrent à la chute de l’Assyrie (610) avant de fonder l’empire néo-babylonien, qui domina le Proche-Orient jusqu’à sa chute en 53917. Ces deux empires, qui couvraient une bonne partie du Croissant Fertile, se trouvaient pourtant largement extérieurs à l’horizon du monde grec archaïque, pour lequel la Babylonie demeurait peu ou prou terra incognita. Durant la première moitié du ier millénaire av. J.-C., les contacts entre communautés helléniques et empires mésopotamiens furent donc avant tout périphériques et sporadiques. L’expansionnisme qui caractérisait ces empires amena cependant les souverains assyriens puis babyloniens à mener campagne dans des régions situées à la périphérie du monde grec archaïque, tel que la Lydie, la Phrygie, la Cilicie ou encore Chypre. C’est dans le contexte de ces oppositions périphériques que l’on trouve les premières traces de la présence d’individus de culture hellénique en Babylonie.

  • 18 Sur ces questions, voir notamment Joannès, 1997 et Rollinger, 2007.
  • 19 Le dossier des listes de rations d’huile du Palais de Babylone, qui date de 593-592 (cf. infra), il (...)

20L’étude de la documentation cunéiforme, qui constitue notre source principale sur la question, pose cependant un problème méthodologique sur lequel il convient de s’arrêter un instant. On y trouve en effet mention du terme akkadien iamanāya ou iamnāya, auquel correspond le grec *᾽ιαϝονες et généralement traduit par son équivalent français « Ioniens ». Son interprétation demeure cependant problématique, dans la mesure où sa signification semble avoir évolué au cours du ier millénaire av. J.-C. : ainsi, lorsqu’il apparaît dans les sources au viiie s. av. J.-C., le terme est utilisé pour désigner les marins venus « du milieu de la mer ». Sa signification se précise ensuite progressivement pour finir par désigner les populations du bassin égéen, à partir du début du vie s. av. J.-C. 18. Le terme iamanāya ne saurait donc être compris comme un synonyme exact d’« Ionien » et encore moins de « Grec ». On ne trouve d’ailleurs aucune mention de nom grec associé à l’ethnique iamanāya avant la conquête macédonienne19.

21L’interprétation des sources cunéiformes demande donc une certaine prudence, et s’il est probable que certains de ces Iamanāya aient effectivement été de culture grecque, il conviendra de ne pas oublier que le terme renvoyait en premier lieu à une réalité géographique distincte de notre conception contemporaine du monde grec archaïque.

2. 2. L’installation de communautés déportées

  • 20 Sur cette révolte, voir Bing, 1971. Le passage correspondant des Annales de Sennacherib a été édité (...)
  • 21 Eusèbe s’appuie pour cet épisode sur deux auteurs différents, Alexandre Polyhistor (ier s. apr. J.- (...)

22Ces précautions méthodologiques étant posées, l’étude des contacts périphériques entre monde grec archaïque et empires mésopotamiens invite à penser que certaines communautés venues du bassin égéen ont pu avoir été déportées en Mésopotamie à l’issue de conquêtes ou de révoltes. L’exemple le plus parlant à cet égard demeure sans doute celui de la révolte cilicienne menée par Kirua, gouverneur d’Illubru, contre l’empire assyrien, en 696. L’épisode est connu à la fois par les Annales du roi Sennacherib (704-681) et par une traduction arménienne de la Chronique d’Eusèbe de Césarée (ive s. apr. J.-C.)20. Or si les Annales ne mentionnent que les « gens de Ḫilakku » (Cilicie Trachée) parmi les troupes qui vinrent en aide aux révoltés, Eusèbe précise pour sa part qu’un corps expéditionnaire égéen fut envoyé à Kirua21.

  • 22 Le roi assyrien Sargon II se vante ainsi par exemple dans ses Annales d’avoir déporté plus de vingt (...)

23Les deux sources s’accordent du reste sur la victoire assyrienne : les Annales précisent que Sennacherib fit amener Kirua à Ninive pour l’y faire lapider et qu’il déporta en Assyrie les « gens de Ḫilakku » qui étaient venus à son secours, conformément à la politique de déportation systématique des populations vaincues que les souverains néo-assyriens érigèrent en mode de gestion de l’empire et que leurs successeurs babyloniens reprirent par la suite à leur compte22. Eusèbe, de son côté, ne dit rien du sort des « Ioniens » vaincus par le roi. Une inscription monumentale retrouvée sur un taureau ailé du palais royal de Ninive pourrait cependant laisser entendre qu’ils furent eux aussi déportés en Assyrie. Le texte, qui décrit en détails la campagne que Sennacherib mena en 694 dans la région des marais chaldéens, en Babylonie méridionale, précise en effet :

  • 23 T 29, ll. 57-65.

J’ai établi des gens du pays de Ḫatti (i.e. Syrie), captifs de mon arc, à Ninive. Ils bâtirent adroitement de très bons navires, à la manière de leur pays. J’ai ordonné (d’installer) avec eux sur le Tigre des marins tyriens, sidoniens, iamanāya, conquis (par) ma main. Je les ai embarqués pour descendre en aval vers Opis et y débarquer. D’Opis, ils les tirèrent sur la terre ferme et les halèrent sur des rouleaux vers [Sippar ?], () ils les mirent (à l’eau) dans le canal Araḫtu. Je les ai fait descendre vers le canal du Bīt Dakkuri de Chaldée23.

24Il est évidemment tentant de rapprocher ces marins iamanāya des Grecs que le roi avait vaincus en Cilicie deux ans plus tôt. Certains des marins et soldats qui avaient apporté leur aide aux révoltés pourraient donc avoir été déportés en Assyrie pour y être employés comme main d’œuvre spécialisée.

25Si la prudence doit rester de mise concernant les conclusions à tirer de cet exemple, l’absence de contacts directs avérés entre le monde grec archaïque et le cœur des empires mésopotamiens invite cependant à penser que la plupart des iamanāya établis en Mésopotamie dans la première moitié du ier millénaire av. J.-C. y furent installés de force par les administrations néo-assyrienne et néo-babylonienne, à la suite de déportations issues de la périphérie orientale du monde grec.

2. 3. Des savoir-faire précieux mis à profit par les administrations impériales

26Une fois établis sur place, ces Iamanāya semblent avoir été utilisés pour des tâches bien particulières.

2. 3. 1 Le travail du bois

  • 24 Graslin-Thomé, 2009, p. 214-231.

27Le bois d’œuvre était une matière première rare en Mésopotamie. Le climat de la région ne se prêtait en effet pas à la sylviculture et les grands organismes (administrations royales et sanctuaires) devaient importer du bois des montagnes du Levant ou du Taurus pour leurs besoins. Les grumes, transportées par flottage ou par voie terrestre jusqu’en Assyrie ou en Babylonie24, étaient travaillées sur place. De tels savoir-faire, cependant, étaient rares en Mésopotamie, et les souverains firent souvent appel à cette fin à une main d’œuvre déportée, au sein de laquelle les iamanāya semblent avoir occupé une place importante.

  • 25 Sur ces documents, voir Weidner, 1939.
  • 26 Il est évidemment tentant de rapprocher cette mention de celle de l’inscription de Sennacherib, un (...)

28Le dossier des listes de rations d’huile de sésame distribuées à des dépendants du Palais de Babylone en 593-592, sous le règne de Nabuchodonosor II (604-562), fournit à cet égard de précieuses informations25. On y trouve en effet mention de nombreux déportés, parmi lesquels on dénombre une trentaine d’Iamanāya : plusieurs d’entre eux étaient employés par le Palais comme « charpentiers » (naggārū) et semblent avoir été organisés en équipes de travail de sept à huit personnes. Certains de ces charpentiers étaient même employés pour la construction de bateaux, puisqu’une entrée de ces listes mentionne les charpentiers iamanāya du chantier naval (naggārū iamanāya ša bīt sapīnatu)26.

  • 27 Les listes mentionnent ainsi par exemple l’emploi d’équipes de charpentiers originaires de Byblos e (...)

29La documentation ne laisse cependant transparaître aucun traitement spécifique lié à l’origine de ces déportés, que le Palais de Babylone employait en même temps que des équipes de charpentiers venus d’autres régions, et notamment de Phénicie27 : c’est donc bien ici le savoir-faire « occidental » de ces artisans et non leur origine géographique qui semble avoir importé aux souverains.

2. 3. 2. L’armée

  • 28 Sur l’intégration de contingents étrangers dans l’armée assyrienne voir Fales, 2010, p. 145-151.

30L’emploi de marins tyriens, sidoniens et iamanāya pour manœuvrer les navires de Sennacherib durant la campagne de 694 participait du reste de la même logique : la navigation d’une flotte de guerre sur le Tigre et l’Euphrate, les contraintes logistiques imposées par le halage des navires sur plusieurs kilomètres pour les faire passer d’un fleuve à l’autre, demandaient en effet des compétences spécifiques, que seuls possédaient les déportés « occidentaux »28.

  • 29 Il s’agit de la lettre SAA 16, 136. Le nom d’Antikritos pourrait renvoyer à une origine chypriote, (...)

31Le recrutement d’individus de culture grecque dans les armées mésopotamiennes pourrait d’ailleurs se trouver confirmé par une lettre assyrienne datable du règne d’Assarhaddon (680-669), dans laquelle deux officiers en charge des affaires orientales de l’empire adressent un rapport au roi concernant un groupe de quinze déserteurs capturés dans la région de Dēr, en Transtigrine. Le rapport cite en effet les noms de plusieurs soldats d’origine étrangère, ainsi qu’un certain Antikritos, qui pourrait peut-être lui aussi avoir été incorporé dans l’armée assyrienne à la suite d’une déportation29.

32Malgré leur difficulté d’interprétation, les sources cunéiformes livrent donc une image relativement cohérente de la présence hellénique en Mésopotamie aux époques néo-assyrienne et néo-babylonienne : les communautés concernées, originaires des franges orientales du monde grec archaïque, semblent avoir été majoritairement installées dans la région par le biais de déportations. Les individus les plus qualifiés y étaient employés par l’administration royale, au même titre que d’autres déportés venus du monde méditerranéen (Phéniciens ou Syriens), qui possédaient des compétences similaires (travail du bois, navigation).

3. L’inflexion achéménide (veive s. av. J.-C.)

3. 1. L’élargissement des horizons

33La conquête de l’empire néo-babylonien par Cyrus en 539 constitua un premier moment d’inflexion dans l’histoire de la présence grecque en Babylonie. Pour la première fois, en effet, la région se trouvait intégrée à un empire qui comprenait des territoires de culture hellénique (Ionie, îles de l’Égée) et entretenait des contacts directs avec la Grèce continentale. De ce changement d’échelle territoriale découlèrent deux conséquences principales.

34La première fut l’augmentation numérique des effectifs déportés en Babylonie, ainsi que l’élargissement de leur « recrutement » géographique au sein du monde hellénique. Les phases d’oppositions entre l’empire achéménide et les cités grecques, dont les Guerres Médiques (499-479) constituent l’épisode le plus célèbre, jouèrent évidemment à cet égard un rôle essentiel. Hérodote mentionne ainsi le cas des déportés milésiens, installés dans la ville d’Ampè, à l’embouchure du Tigre, après la prise de leur ville en 494 (VI, 20) et Diodore de Sicile, celui des Béotiens déportés en Chalônitide, sur le piémont babylonien du Zagros, pour s’être opposés à Xerxès lors de la Seconde Guerre Médique (XVII, 110, 4).

35Mais ce changement d’échelle créa également de nouvelles opportunités pour les Grecs, et notamment pour ceux qui, comme les Grecs d’Asie Mineure, étaient directement soumis à l’autorité achéménide. Les grands chantiers de construction ou le recrutement de mercenaires constituaient autant d’occasion pour les Grecs de mettre à profit leurs compétences et d’espérer faire fortune au service du Grand Roi. Ainsi, si les indices de la présence grecque augmentent sensiblement à partir du ve s. av. J.-C., le statut (libre ou dépendant) des individus présents en Babylonie devient parallèlement plus difficile à établir avec certitude.

3. 2. Des compétences spécifiques toujours appréciées

36Les sources présentent cependant une remarquable continuité dans les domaines d’intervention de ces communautés grecques au service de l’administration royale.

3. 2. 1. Travail du bois et artisanat spécialisé

37Une inscription cunéiforme mise au jour dans le palais de Darius Ier (521-486) à Suse mentionne ainsi le recours à une main d’œuvre « ionienne » et carienne pour le flottage du bois de cèdre utilisé sur le chantier.

  • 30 DSf ll.21-24 (traduction Lecoq, 1997, légèrement modifiée).

Le bois de cèdre qui a été travaillé ici a été apporté d’une montagne du nom de Liban. Les gens de Transeuphratène l’ont apporté jusqu’à Babylone. De Babylone, les Cariens et les Ioniens l’ont apporté jusqu’à Suse30.

38Il semblerait ainsi que le flottage des grumes de cèdre depuis Babylone jusqu’à Suse ait été pris en charge par des Cariens et des « Ioniens », qui résidaient probablement eux-mêmes en Babylonie.

  • 31 L’identification des iamanāya à des individus de culture grecque pose moins de problèmes pour l’épo (...)
  • 32 Sur ce dossier, voir Tolini, 2011, p. 405-411.

39Un autre texte vient d’ailleurs confirmer la présence en Babylonie d’équipes de travailleurs iamanāya au service du Grand Roi31 : il s’agit d’un petit billet de reçu d’orge rédigé à Babylone, appartenant à la grande archive de la famille Egibi, qui collaborait étroitement avec l’administration royale achéménide. Il s’insère dans le cadre d’un petit dossier de cinq textes, tous datés de 497, date à laquelle Darius Ier pourrait avoir été présent à Babylone32. Le représentant de la famille Egibi, Marduk-nair-apli (ici désigné par l’hypochoristique Širku), prélève des frais de transport sur de grosses quantités d’orge halées par convois de bateaux depuis la région de Tâmtu, autour de Borsippa, jusqu’à Babylone. Ces prélèvements d’orge sont ensuite redistribués à des responsables d’équipes de main d’œuvre au service du Palais de Babylone. L’un de ces responsables, Bazbaka, est chargé de l’entretien des artisans spécialisés et des iamanāya.

  • 33 Abraham, 2004, texte No. 69 (BM 32891), ll. 1-8.

Bazbaka, le scribe sur peau (sepīru) des artisans spécialisés (ummânū) et [scribe ?] des iamanāya a reçu, sur ordre de Gūzānu, le gouverneur de Babylone, [x litres] d’orge, (qui correspond aux) frais de transport [de x litres] d’orge, du fermage appartenant aux gouverneurs des terres irriguées du Tâmtu, Bēl-ittannu et Šumaya, par l’intermédiaire (litt. “des mains de”) de Širku, fils d’Iddinaya, descendant d’Egibi33.

40S’il demeure difficile de déterminer avec exactitude l’activité de ces iamanāya (sont-ils eux-mêmes des artisans ?), il est par contre intéressant de remarquer que ceux-ci sont, comme à l’époque néo-babylonienne, regroupés sur la base de leur origine géographique, afin sans doute de faciliter la communication au sein des équipes de travail et la réalisation technique des tâches qui leur étaient confiées.

3. 2. 2. Le développement d’un recrutement militaire hellénique

  • 34 Sur ce phénomène et les problèmes d’interprétation qu’il soulève, voir Briant, 1996, p. 803-820.

41Le recours à des soldats originaires du bassin égéen semble avoir sensiblement augmenté à l’époque achéménide. Les Achéménides pouvaient en effet compter, en plus des contingents venus des communautés grecques d’Asie Mineure, sur l’apport éventuel de troupes mercenaires, dont le recrutement semble s’être intensifié à partir du ve s. av. J.-C.34. Le cas des Dix-Mille, qui participèrent en 401 à l’expédition menée contre Artaxerxès II par le prétendant Cyrus le Jeune avant que ce dernier ne trouve la mort à la bataille de Counaxa, aux portes de la Babylonie, en constitue sans doute l’exemple le plus célèbre.

  • 35 Sur la question, voir Stolper, 1985, p. 70-103.
  • 36 L’excellente réputation militaire des Cariens invite à penser qu’il s’agissait probablement dans ce (...)
  • 37 cf. Jursa, 2005, p. 113. Cette appellation doit vraisemblablement être rapprochée des Karôn kômai o (...)

42Les modalités d’entretien de l’armée achéménide prenaient du reste en Babylonie une forme originale, à travers le système des ḫaṭru, sur lequel il convient de s’arrêter un instant35. Ce système, qui semble remonter à l’époque néo-babylonienne, apparaît particulièrement bien documenté pour la région de Nippur par le biais de l’archive cunéiforme des Murašû, qui date de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. Il permettait la mise en valeur de domaines de la Couronne par le biais de l’installation de tenanciers à qui l’on confiait des terres appelées « domaine d’arc » (bīt qašti) en échange d’un service militaire auprès du roi (ilku), service dont les tenanciers pouvaient s’acquitter en fournissant un archer pour l’armée ou une somme d’argent équivalente à l’entretien d’un soldat. La fluidité d’un tel système permettait à l’administration royale de mettre en valeur ses terres à moindre frais tout en s’assurant un réservoir militaire conséquent, soit par l’installation de simples tenanciers, qui versaient alors une redevance en argent, soit directement par l’installation de soldats servant personnellement durant les périodes de campagne et vivant du revenu procuré par leur lot. Les terres de ces tenanciers étaient groupées en districts administratifs et fiscaux (ḫaṭru), placés sous la responsabilité d’un préposé (šaknu) et organisés sur des bases « ethniques » ou professionnelles : si aucun « ḫaṭru des Iamanāya » n’est attesté, on trouve par contre mention dans l’archive des Murašû d’un ḫaṭru des Phrygiens et des Sardiens, ainsi que d’un ḫaṭru des Cariens36. La mention, dès le règne de Cambyse (529-522), d’un « village des Cariens » (ālu ša Bannēšāyī) dans l’arrière-pays de Nippur laisse du reste entendre que les tenanciers installés sur ces domaines résidaient dans des agglomérations rurales, où ils constituaient une minorité suffisamment forte pour donner leur nom à la localité37.

3. 3. L’évolution différentielle d’une culture minoritaire

43Ces individus, qui vivaient et travaillaient en communauté, cherchaient-ils à entretenir scrupuleusement leur identité culturelle ou au contraire à s’assimiler au milieu environnant ? La question apparaît aussi essentielle qu’épineuse. Elle implique surtout, afin de se garder de toute conclusion hâtive, de s’interroger sur la façon dont ces Grecs percevaient eux-mêmes, à la première, la deuxième, la cinquième génération, leur propre identité culturelle.

3. 3. 1. Une onomastique évanescente

  • 38 Le cas des membres de la garde caro-égyptienne des pharaons saïtes déportés en Babylonie après la c (...)

44L’onomastique fournit sur ce point un premier élément de réponse. On trouve ainsi par exemple parmi les témoins cités dans le reçu d’orge de 497 évoqué plus haut un individu au sujet duquel le scribe a précisé qu’il était iamanāya. Or, loin de porter un nom grec ou anatolien, ce témoin présente au contraire un nom théophore typiquement babylonien, [Iddin ?]-Nabû. On ne saurait cependant conclure trop hâtivement à une assimilation culturelle complète de cet individu, qui appartenait sans doute au groupe de travailleurs iamanāya dont Bazbaka avait la charge : s’il travaillait effectivement au sein d’équipes constituées d’autres iamanāya, cet individu devait probablement communiquer avec eux dans sa langue maternelle. Il n’est toutefois pas sans intérêt de remarquer que, travailleur libre ou déporté, cet [Iddin ?]-Nabû semble avoir jugé bon de prendre un nom suméro-akkadien lors de son arrivée en Babylonie ou que, né sur le sol babylonien, ses parents iamanāya aient choisi un tel nom pour lui38.

3. 3. 2. La conservation d’une langue vernaculaire

45La langue constitue évidemment elle aussi un marqueur important de conservation d’une identité culturelle. Le cas des communautés déportées par les souverains achéménides sur les contreforts du Zagros, à la lisière orientale de la plaine babylonienne, constitue sur ce point l’exemple le plus révélateur. On trouve en effet chez les auteurs classiques deux mentions de la présence de communautés hellénophones dans cette région :

  • Hérodote (ca. 485 – ca. 425), mentionnant le cas des Érétriens installés à Arderikka, en Kissie, après la prise de leur ville par Datis et Artaphernès, en 490, remarque ainsi : ils y demeuraient encore de mon temps, et ils avaient gardé leur ancienne langue (VI, 119).

  • Diodore de Sicile (ca. 90 – ca. 30), précise pour sa part, au sujet des Béotiens déportés par Xerxès en Chalônitide, au nord-ouest de la Kissie, qu’ils gardent encore le souvenir des coutumes ancestrales. Ils sont en effet bilingues : s’ils se sont assimilés aux Barbares par l’une des langues qu’ils parlent, ils conservent soigneusement dans l’autre un très grand nombre de mots grecs (XVII, 110, 4-5).

46Ce dernier témoignage est certes très postérieur à l’époque qui nous intéresse, et la question de la fiabilité des sources sur lesquelles s’appuie Diodore mérite, comme pour Hérodote d’ailleurs, d’être posée. On perçoit néanmoins ici une évolution logique claire entre ces deux exemples :

    • 39 On peut citer ici le cas du guide lycien qui vint en aide à Alexandre sur la route menant de Suse à (...)

    Au moment où écrit Hérodote, un demi-siècle après les Guerres Médiques, la communauté érétrienne semble avoir parfaitement conservé sa langue d’origine. Cela ne signifie d’ailleurs pas que ces individus, présents dans la région depuis déjà deux ou trois générations, n’aient pas également maîtrisé le perse, ou plus vraisemblablement l’araméen, qui était la langue véhiculaire du Proche-Orient et devait s’avérer indispensable à la communication quotidienne avec les autres habitants de la région39.

  • Or quatre siècles plus tard, les déportés de Chalônitide semblent avoir en partie perdu leur langue d’origine. Diodore précise en effet clairement que ces communautés, qui vivent alors dans l’empire parthe, parlent la langue « des Barbares » (le pehlevi ?) d’une part, et de l’autre une langue qui n’est pas le grec mais une autre langue (l’araméen ?) mâtinée d’un très grand nombre de mots grecs.

47Si une telle évolution linguistique paraît somme toute logique sur le long terme, il n’en demeure pas moins que, contrairement à ce que l’on peut remarquer pour l’onomastique, la langue vernaculaire de la communauté semble avoir été entretenue sur plusieurs décennies, voire plusieurs siècles.

3. 3. 3. La conservation minutieuse d’« ethnic boundaries »

  • 40 Barth écrit ainsi par exemple : « it is the ethnic boundary that defines the group, not the cultura (...)

48Diodore précise enfin qu’au moment où il rédige sa Bibliothèque Historique, ces Béotiens de Chalônitide gardent également avec soin quelques coutumes grecques (XVII, 110, 5). L’absence de détails supplémentaires concernant ces coutumes laisse évidemment le lecteur moderne quelque peu sur sa faim. Envisagée du point de vue de la théorie des « ethnic boundaries » développée par l’anthropologue norvégien Fredrik Barth, cette remarque apparaît cependant tout à fait signifiante. Selon Barth, en effet, un groupe ethnique se définit avant tout par l’investissement symbolique d’éléments culturels spécifiques qui marquent, à l’image des coutumes béotiennes soigneusement conservées par les descendants des déportés de Chalônitide, l’appartenance à la communauté40.

49L’étude de l’évolution des communautés grecques installées en Babylonie et à proximité laisse ainsi transparaître ce que l’on pourrait appeler un phénomène de conservation différentielle de l’identité culturelle, qui semble avoir tenu au premier chef à la nature des rapports entretenus par les individus chacun des éléments qui la composent. Ainsi l’onomastique, signe le plus manifeste d’une volonté d’intégration à la société « d’accueil », semble avoir pu évoluer très rapidement. La langue, au contraire, pratiquée quotidiennement au sein de la communauté et investie sans doute d’une certaine valeur symbolique d’appartenance culturelle, semble pour sa part avoir été conservée sur une plus longue période, ce qui n’empêchait d’ailleurs pas les membres de la communauté de pratiquer simultanément la langue véhiculaire de la société dans laquelle ils se trouvaient. Mais si les descendants des membres de ces communautés paraissent avoir pu finir par s’assimiler presque totalement à leur milieu linguistique, ils semblent cependant avoir continué, plusieurs siècles après l’arrivée de leurs ancêtres dans la région, à se reconnaître autour de coutumes grecques bien identifiées et soigneusement entretenues comme « boundaries » de la communauté.

50L’époque achéménide constitue donc un moment d’inflexion essentiel dans l’histoire de la présence grecque dans la région. Le changement d’échelle territoriale inauguré par la conquête perse eut en effet pour conséquence d’intensifier et de diversifier cette présence : ce sont désormais de véritables communautés de travailleurs et de soldats, libres ou déportés, qui sont établies avec leurs familles en Babylonie et qui, bien que conservant une partie de leurs coutumes d’origine, n’en font pas moins partie intégrante d’une société locale caractérisée avant tout par son cosmopolitisme.

4. L’âge des empires macédoniens (ive-iiie s. av. J.-C.)

  • 41 La question, en elle-même problématique, de l’identité grecque de ces Macédoniens dépasse ici le ca (...)

51À partir de 331, la conquête macédonienne changea radicalement les conditions de cette présence hellénique : les Macédoniens étaient désormais maîtres en Babylonie et les besoins créés par la nécessité d’encadrer le territoire favorisèrent l’implantation d’administrateurs, de soldats et de colons gréco-macédoniens attirés par les opportunités qu’offrait l’ouverture de ce nouvel horizon oriental41. La mort prématurée d’Alexandre, en 323, ne modifia en rien cette nouvelle situation et le riche territoire babylonien, contrôlé par les Séleucides à partir de 311, resta sous tutelle macédonienne jusqu’à la conquête parthe, en 141.

4. 1. Les Gréco-Macédoniens maîtres en Babylonie

4. 1. 1. La création de poleis grecques

  • 42 Sur la fondation de Séleucie-du-Tigre, voir Capdetrey, 2007, p. 52-59 et Clancier, 2012, p. 303-304
  • 43 Adams, 1965, p. 61-68.

52Une partie de ces immigrants s’installa bien sûr dans les poleis fondées par Alexandre et par les premiers Séleucides (fig. 2) : si l’œuvre du conquérant macédonien semble avoir été relativement limitée de ce point de vue, celle de Séleucos ier (311-281) et de son fils Antiochos ier (281-261) apparaît au contraire notable et traduit l’intérêt particulier que les premiers Séleucides accordèrent à la Babylonie. Ces poleis, dont la plus importante et la plus célèbre était la nouvelle capitale de Séleucie-du-Tigre42, constituaient un cadre politique inédit à l’établissement de communautés helléniques dans la région. Si les sources écrites demeurent bien souvent muettes sur les conditions de vie des communautés établies dans ces poleis, leur implantation contribua sans conteste à changer radicalement la géographie politique, culturelle et économique de la région, et l’on sait par exemple que la vallée de la Diyala, dans l’arrière-pays de Séleucie-du-Tigre, connut un développement agricole sans précédent destiné à répondre à la demande de cette nouvelle population43.

Fig. 2. Fondations de poleis en Babylonie (iveiiie s. av. J.-C.)

Fig. 2. Fondations de poleis en Babylonie (ive – iiie s. av. J.-C.)

(fond de carte M. Sauvage)

4. 1. 2. La présence macédonienne dans les villes traditionnelles

  • 44 Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ces garnisaires ne semblent pas avoir tous été d’ori (...)
  • 45 Pour la datation du théâtre, voir en dernier lieu Potts, 2011. Sur la ville de Babylone à l’époque (...)
  • 46 Monerie, 2012, p. 343-346.

53La présence hellénique ne se limitait cependant pas aux seules poleis et les villes suméro-akkadiennes accueillirent également leur lot d’immigrants, de fonctionnaires et de garnisaires gréco-macédoniens. La ville de Babylone comptait ainsi deux citadelles pouvant abriter une garnison d’au moins un millier de soldats44. On y trouvait également un théâtre, dont la construction semble remonter à la fin du ive s. av. J.-C. Les environs de l’édifice, qui se trouvait au nord-est de la ville, constituaient un quartier que les textes cunéiformes désignent sous le nom de « ville neuve » (ālu eššu), et qui semble correspondre au quartier grec de Babylone45. De la même manière, la ville d’Uruk, qui était la grande capitale du sud de la région, semble avoir elle aussi accueilli un appareil administratif macédonien conséquent46.

54Cette présence administrative semble d’ailleurs s’être fait sentir jusque dans les agglomérations secondaires de la région. Un texte fragmentaire (OECT 9 26) rédigé en 225 dans la petite ville de Larsa, au sud-est d’Uruk, et qui semble avoir concerné le culte de la déesse Aya, fait ainsi intervenir l’« Assemblée de tous les officiers des Larséens » (kiništu ša rēš āli gabbi ša Larsāya). Si le texte n’en dit pas plus sur la nature de cette assemblée, la présence parmi les témoins de l’acte d’un nombre anormalement élevé d’individus portant des noms grecs invite à penser que cette dernière était composée au moins en partie de fonctionnaires gréco-macédoniens, qui semblent avoir exercé un contrôle relatif sur la gestion des affaires du sanctuaire principal, l’Ebabbar.

55Ce constat, qui remet quelque peu en cause l’image d’Épinal d’une administration séleucide lointaine et désintéressée, pose par la même occasion la question des rapports que ces immigrés gréco-macédoniens pouvaient entretenir avec la religion locale.

4. 2. Communautés grecques et religion suméro-akkadienne

  • 47 Sur ces questions, Clancier, 2012, p. 301-303.

56La politique menées par les souverains mécédoniens vis-à-vis des sanctuaires suméro-akkadiens est bien connue : il suffit par exemple de penser à la décision d’Alexandre de faire reconstruire le grand sanctuaire babylonien de l’Esagil, ou encore au fameux Cylindre d’Antiochos, qui documente la refondation de l’Esagil de Babylone et de l’Ezida de Borsippa par Antiochos Ier47. L’attitude adoptées par les particuliers envers la religion locale, est par contre un domaine relativement méconnu.

4. 2. 1. Des marques de piété à l’égard des divinités locales

57Les sources cunéiformes présentent pourtant des informations relativement précises à cet égard, qui laissent entendre que certains Grecs ont pu manifester des marques de piété envers les divinités locales par le biais de donations. Un texte daté de 225-224 (Doty, 1978-79), qui compte parmi les rares documents cunéiformes mis au jour sur le site de Séleucie-du-Tigre, présente ainsi par exemple la donation de plusieurs esclaves en oblation (širkūtu) par un certain Kébros, fils de Trôilos, au sanctuaire du dieu Nergal, à Kutha, à une quarantaine de kilomètres au sud de la capitale séleucide.

4. 2. 2. Un intéressement financier ?

  • 48 Sur ces documents et leur contexte, voir Jursa, 2006 (notamment p. 150-155, 186-187 et 196-197). Th (...)

58Le rapport des Gréco-Macédoniens à l’égard des divinités locales ne semble du reste pas s’être arrêté à de simples actes de piété. Plusieurs documents de comptabilité internes aux sanctuaires suméro-akkadiens semblent ainsi laisser entendre que certains Grecs prirent à ferme des taxes dues aux sanctuaires : deux billets d’ordre (CT 49 118 et 128) datés de 262 et 253 et adressés par les autorités de l’Esagil à des entrepreneurs chargés de la gestion d’une partie des finances du sanctuaire mentionnent ainsi par exemple ce qui semble être une maison de douane (bīt abistāti), dont les revenus paraissent avoir été affermés par deux individus nommés Kéraunes et Théoboulos48.

59Cet intéressement financier pouvait même prendre dans certains cas, prendre des formes très élaborées. On connaît par exemple le cas très particulier d’une dénommée Antiochis, qui fut active sur le marché des prébendes des sanctuaires d’Uruk dans les années 190 av. J.-C. Le système des prébendes, par lequel les activités rituelles d’un temple étaient divisées en parts de service, engendrait en effet de substantiels bénéfices pour ses participants par le biais de la redistribution proportionnelle des offrandes consacrées aux dieux. Le titulaire d’une part de prébende pouvait même engager un substitut, qui effectuait le service à sa place en échange d’une partie des bénéfices : la prébende devenait ainsi une simple rente pour son propriétaire, qui pouvait à sa guise la céder ou l’augmenter par l’achat d’autres parts. Le système était cependant soumis à des règles strictes, qui défendaient en principe les individus extérieurs au milieu des sanctuaires d’y participer.

  • 49 Sur cet individu et sa famille, voir Monerie, 2012, p. 333-343.

60Antiochis était l’épouse du principal dignitaire local suméro-akkadien, le « chef des officiers de la ville d’Uruk » (rab ša rēš āli ša Uruk), qui portait le double nom d’Anu-uballiṭ/Képhalôn49. Elle acheta, en 197-196, une part de prébende d’un dix-huitième de jour de service mensuel de prêtre ērib bīti :

  • 50 YOS 20 54, ll. 1-10.

Ana-rabûtišu, fille de Šamaš-iddin, fils de Nidintu-Anu, descendant de Ḫunzû, épouse de Lābāši, fils de Tattannu, descendant d’Ekur-zakir, de son plein gré, a donné pour toujours (…) (une part d’)un dix-huitième de jour (…), sa prébende d’ērib bīti devant Anu, Antu, Ištar, Belet-ṣēri et [tous] les dieux de leurs temples (…) [pour] quinze siècles et demi d’argent raffiné en statères d’Antiochos de bonne qualité, pour prix complet, à Antiochis, fille de [Diophantos], épouse d’Anu-uballiṭ, dont l’autre nom est Képhalôn, rab ša [rēš āli d’Uruk, fils d’]Anu-balassu-iqbi, descendant d’Aḫ’ûtu50.

61Cet exemple demeure bien sûr exceptionnel, dans la mesure où il ne fait aucun doute que cette Antiochis n’a été autorisée à acquérir des parts de prébende que grâce à l’influence de son mari, dont l’union demeure à ce jour l’un des rares cas de mariage mixte attestés entre une Gréco-macédonienne et un membre de la notabilité suméro-akkadienne. Il n’en est pas moins tout à fait révélateur de l’intérêt financier que certains Grecs pouvaient trouver à la participation au fonctionnement économique des grands sanctuaires : l’impossibilité dans laquelle se trouvait l’acheteuse d’effectuer personnellement le service lié à cette prébende (qui était, pour des raisons de pureté rituelle, réservé aux hommes) ne laisse en effet aucun doute sur les motivations financières de ses activités.

4. 3. Communautés grecques et populations autochtones

  • 51 Sur l’histoire de cette île, voir Salles, 1983.

62Les rapports entre communautés grecques et populations locales ne semblent cependant pas toujours avoir été sans heurts. La grande inscription grecque d’Ikaros, que les spécialistes datent de la deuxième moitié du iiie s. av. J.-C., semble en effet attester l’existence de fortes tensions liées à l’utilisation de la terre. L’île d’Ikaros (actuelle Failaka), située à quelques kilomètres au large des côtes babyloniennes du Golfe, abritait en effet une garnison séleucide51. Le texte de l’inscription, qui reproduit une lettre royale adressée à un fonctionnaire local, fait état des empiètements fonciers de la part des colons gréco-macédoniens établis dans l’île à l’encontre des populations locales, empiètements qui semblent avoir nécessité l’intervention du roi.

  • 52 Inscription d’Ikaros, ll. 25-41. Traduction personnelle établie à partir de l’édition fournie par J (...)

(…) Il n’est permis en aucune façon d’empiéter sur les propriétés rurales. [Tous] doivent au contraire prêter attention [aux intérêts] de la communauté, afin que les gens obtiennent à la fois des gages et des droits, que les pauvres ne subissent pas de torts, même si certains d’entre eux souhaitent [profiter de l’usage de terres incultes] sur l’île, en cultivant et plantant par leur propre labeur des parcs [et des jardins, s’]assurant ainsi des droits héréditaires. Que [la sécurité personnelle] et l’exemption fiscale leur soient (garanties) comme au temps des ancêtres [du roi], (à eux) [et à ceux qui] commercent avec l’île et au-delà. Ne permettez [à personne] de commettre des actes de violence ou encore [des fraudes en ce qui concerne] ce qui échoit [au lot] particulier [de chacun], faute de quoi la responsabilité en retombera [sur les habitants]52.

Conclusion

63L’histoire des communautés helléniques établies en Babylonie s’articule donc autour de la rupture radicale que constitua la conquête macédonienne. Les rois assyriens, babyloniens puis perses avaient en effet employé ces Grecs, d’abord de force puis peut-être plus librement, pour des tâches bien particulières, liées à des compétences rares en Orient. Après la conquête d’Alexandre, les Gréco-Macédoniens sont désormais maîtres en Babylonie, et l’implantation de communautés dans les poleis et les villes suméro-akkadiennes entraîne un changement radical dans la nature des contacts avec les autres communautés : d’un statut de culture de minorité, l’hellénisme devient ainsi culture dominante, avec laquelle les membres de la notabilité suméro-akkadienne doivent compter pour espérer maintenir leur position, comme le montre l’exemple du notable urukéen d’Anu-uballiṭ/Képhalôn. Les évolutions politiques du iie s. av. J.-C., avec la poliadisation des grandes villes traditionnelles et la mise à l’écart des relais de pouvoir qu’avaient constitué jusqu’ici les sanctuaires suméro-akkadiens, achevèrent ce processus, qui ne semble d’ailleurs pas s’être arrêté avec la fin de la domination séleucide, puisque les Parthes reprirent eux-mêmes partiellement à leur compte les structures politiques de leurs prédécesseurs macédoniens.

Haut de page

Bibliographie

Abraham, K., 2004, Business and Politics under the Persian Empire. The Financial Dealings of Marduk-nasir-apli of the House Egibi (521-487 B.C.E.), Bethesda, CDL Press.

Adams, R. Mc C., 1965, Land behind Baghdad. A History of the Settlements in the Diyala Plains, Chicago-Londres, University of Chicago Press.

Aymard, A., 1938, Une ville de Babylonie séleucide d’après les contrats cunéiformes, Revue des Études Anciennes, 40, p. 5-42.

Barth, F., 1969, Ethnic groups and boundaries. The social organization of culture difference. Boston, Little, Brown & Co.

Bing, J., 1971, Tarsus : a forgotten Colony of Lindos, Journal of Near Eastern Studies, 30, p. 99-109.

Boiy, T., 2004, Late Achaemenid and Hellenistic Babylon, Louvain-Paris-Dudley, Peeters, Orientalia Lovanensia Analecta 136.

Briant, P., 1996, Histoire de l’empire perse de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard.

Capdetrey, L., 2007, Le pouvoir séleucide, Rennes, PUR, Histoire.

Clancier, Ph., 2009, Les bibliothèques en Babylonie dans la deuxième moitié du ier mill. av. J.-C., Münster, Ugarit Verlag, Alter Orient und Altes Testament 363.

Clancier, Ph., 2012, Le šatammu, l’assemblée de l’Esagil et les Babyloniens. Les notables de Babylone : du relais local à la marginalisation, dans Chr. Feyel et al. (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, A.D.R.A., Études Anciennes 47, p. 297-326.

Doty, L. T., 1978-79, A cuneiform Tablet from Tell ‘Umar, Mesopotamia, 13-14, p. 91-98.

Droysen, J. G., 1883-85, Histoire de l’Hellénisme, Paris, E. Leroux (3 vol.).

Fales, F. M., 2010, Guerre et Paix en Assyrie. Religion et Impérialisme, Paris, Cerf, coll. Les Conférences de l’École Pratique des Hautes Études.

Finkbeiner, U., 1987, Uruk-Warka. The Late Periods, Mesopotamia, 22, p. 231-250.

Goossens, G., 1941, Au déclin de la civilisation babylonienne : Uruk sous les Séleucides, Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l’Académie royale de Belgique, 27, p. 222-244.

Graslin-Thomé, L., 2009, Les échanges à longue distance en Mésopotamie au ier millénaire. Une approche économique, Paris, De Boccard, Orient & Méditerranée n° 5.

Jeppesen, K., 1989, Ikaros. The Hellenistic Settlements. Volume 3. The Sacred Enclosure in the Early Hellenistic Period, Aarhus, Jutland Archaeological Society Publications XVI.

Joannès, F., 1997, Le monde occidental vu de Mésopotamie, de l’époque néo-babylonienne à l’époque hellénistique, Transeuphratène, 13, p. 141-153.

Joannès, F., 2000, La Mésopotamie au ier millénaire av. J.-C., Paris, Armand Colin, Collection U Histoire.

Jursa, M., 2005, Neo-Babylonian Legal and Administrative Documents. Typology, Contents and Archives, Münster, Ugarit-Verlag, Guides to the Mesopotamian Textual Records 1.

Jursa, M., 2006, Agricultural Management, Tax Farming and Banking : Aspects of Entrepreneurial Activity in Babylonia in the Late Achaemenid and Hellenistic Periods, dans P. Briant et Fr. Joannès (éd.), La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques, Paris, De Boccard, Persika 9, p. 137-222.

Kuhrt, A. et Sherwin-White, S. (éd.), 1987, Hellenism in the East, Londres, Duckworth.

Langin-Hooper, S., 2007, Social Networks and Cross-Cultural Interaction : a new interpretation of the female terracotta figurines of Hellenistic Babylon, Oxford Journal of Archaeology, 26, p. 146-165.

Lecoq, P., 1997, Les inscriptions de la Perse achéménide, Paris, NRF/Gallimard, L’Aube des peuples.

Luckenbill, D., 1989, Ancient Records of Assyria and Babylonia (2 vol.), Londres, Histories and Mysteries of Man (1ère éd., 1927, Chicago).

Meyer, E., 1925, Blüte und Niedergang des Hellenismus in Asien, Berlin, Karl Curtius Verlag.

Monerie, J., 2012, Notabilité urbaine et administration locale en Babylonie du sud aux époques séleucide et parthe, dans Chr. Feyel et al. (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, A.D.R.A., Études Anciennes 47, p. 327-352.

Monerie, J., s.p., D’Alexandre à Zôilos. Dictionnaire prosopographique des porteurs de nom grec dans les sources cunéiformes, Paris, De Boccard, Travaux de la Maison René-Ginouvès.

Potts, D., 2011, The politai and the bīt tāmartu : The Seleucid and Parthian Theatres of the Greek Citizens of Babylon, dans E. Cancik-Kirschbaum et al. (éd.), Babylon Wissenskultur in Orient und Okzident, Berlin-Boston, De Gruyter, Topoi – Berlin Studies of the Ancient World 1, p. 239-251.

Raaflaub, K., 2004, Archaic Greek Aristocrats as Carriers of Cultural Interaction, dans R. Rollinger et C. Ulf (éd.), Commerce and Monetary Systems in the Ancient World. Means of Transmission and Cultural Interaction, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, Melammu Symposia V, p. 197-217.

Rempel, J. et Yoffee, N., 1999, The End of the Cycle ? Assessing the Impact of Hellenization on Mesopotamian Civilization, dans B. Böck et al. (éd.), Munuscula Mesopotamia. Festschrift für Johannes Renger, Münster, Ugarit-Verlag, Alter Orient und Altes Testament 267, p. 385-398.

Rollinger, R., 2001, The ancient Greeks and the impact of the Ancient Near East : Textual evidence and historical perspective (ca. 750-650 bc), dans R. M. Whiting (éd.), Mythology and Mythologies, Helsinki, The Neo-Assyrian Text Corpus Project, Melammu Symposia II, p. 233-264.

Rollinger, R., 2007, Near Eastern Perspectives on the Greeks, dans G. Boys-Stones et al. (éd.), The Oxford Handbook of Hellenic Studies, Oxford, Oxford University Press, p. 32-47.

Rollinger, R. et Henkelmann, W., 2009, New observations on “Greeks” in the Achaemenid empire according to cuneiform texts from Babylonia and Persepolis, dans P. Briant et M. Chauveau (dir.), Organisation des pouvoirs et contacts culturels dans les pays de l’empire achéménide, Paris, De Boccard, Persika 14, p. 331-351.

Rutten, M., 1935, Contrats de l’époque séleucide conservés au musée du Louvre, Paris, Geuthner, Babyloniaca XV.

Salles, J.-Fr., 1993, Hellénisme et traditions orientales à Failaka, dans J.-Fr. Salles et A. Invernizzi (éd.), Arabia Antiqua. Hellenistic Centres around Arabia, Rome, Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente, Serie Orientale Roma, LXX, 2, p. 223-255.

Sherwin-White, S., 1984, A Greek Ostrakon from Babylon of the Early Third Century B.C., Iraq, 46, p. 51-70.

Sherwin-White, S. et Kuhrt, A., 1993, From Samarkhand to Sardis. A new approach to the Seleucid Empire, Londres, Duckworth.

Stolper, M., 1985, Entrepreneurs and empire : the Murašû Archive, the Murašû firm and Persian rule in Babylonia, Leiden-Istanbul, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, PIHANS 54.

Tarn, W. W., 1938, The Greeks in Bactria & India, Cambridge, Cambridge University Press (2e éd. 1951).

Tolini, G., 2011, La Babylonie et l’Iran. Les relations d’une province avec le cœur de l’empire achéménide (539-331 avant notre ère), thèse inédite (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Waerzeggers, C., 2006, The Carians of Borsippa, Iraq, 68, p. 1-22.

Weidner, E, 1939, Jojachin, König von Juda, in babylonischen Keilschrifttexten, dans Mélanges syriens offerts à Monsieur René Dussaud, Paris, P. Geuthner (2 vol.), p. 923-935.

Will, Éd., 1994, Notes de lecture, TOPOI, 4/2, p. 433-447.

Haut de page

Notes

1 Sauf indication contraire, toutes les dates sont à entendre avant J.-C.

2 Diodore de Sicile, XVII, 108, 4-6 et Plutarque, Vie d’Alexandre, 35, 15.

3 Ces trois ouvrages furent rassemblés et traduits sous la direction d’A. Bouché-Leclercq sous le titre Histoire de l’Hellénisme (Droysen, 1883-85).

4 Droysen, 1883-85, vol. 1, p. 3.

5 Pline l’Ancien note ainsi que la Mésopotamie tout entière a appartenu aux Assyriens, qui n’y avaient que des bourgs, excepté Babylone et Ninive. Les Macédoniens y créèrent des villes, à cause de la fertilité du sol. Outre les villes déjà nommées, elle renferme Séleucie, Laodicée, Artémita (Hist. Nat., VI, 30, 1).

6 Arrien décrit par exemple les manœuvres des prêtres « chaldéens » de Babylone, qui cherchèrent à retarder la reconstruction de leur propre sanctuaire, l’Esagil, décidée par Alexandre. Les rois d’Assyrie, précise-t-il, avaient assigné au service du temple de Bélus des terrains et des sommes considérables. Ces revenus, n’ayant plus leur primitive destination, passaient aux Chaldéens, qui devaient en perdre la plus grande partie par la restauration du temple. Ce motif parut au prince celui de leur démarche (Anab., VII, 17).

7 Voir par exemple Meyer, 1925.

8 En 1941, dans un article au titre évocateur (« Au déclin de la civilisation babylonienne : Uruk sous les Séleucides »), l’assyriologue belge Godefroy Goossens décrivait ainsi par exemple la culture suméro-akkadienne en ces termes : « sous les Achéménides, le passé artistique est entamé pour la première fois, et l’on élève à Babylone un apadana de style perse ; la conquête grecque hâte le changement ; bientôt on trouve en diverses villes, des maisons de plan grec, avec péristyle ; on élève théâtres et palestres, les vieilles statuettes de divinités domestiques suivent la mode du jour, les motifs grecs envahissent la glyptique. » (Goossens, 1941, p. 224). Cette image de décadence est aujourd’hui considérée comme totalement infondée (cf. Clancier, 2009, p. 297-318).

9 On peut citer par exemple l’ouvrage de l’assyriologue française Marguerite Rutten, qui publia en 1935 une étude de la documentation cunéiforme hellénistique du Louvre.

10 Pour A. Aymard, voir au premier chef son article fondateur paru dans la Revue des Études Anciennes (Aymard, 1938). Les pages que W. W. Tarn consacre à la Babylonie dans Greeks in Bactria and India sont également pionnières en ce domaine (Tarn, 1938, p. 55-60). S’il peut paraître étrange de citer W. W. Tarn, que l’on présente souvent comme l’un des chefs de file du paradigme « colonial », parmi les promoteurs du paradigme « isolationniste » babylonien, il convient de pas perdre de vue l’immense érudition de l’historien écossais, qui le poussa à intégrer à sa réflexion l’ensemble des sources disponibles.

11 Cette impression tenait en réalité beaucoup au fait que l’usage de l’écriture cunéiforme sur tablette d’argile était, à l’époque hellénistique, limité à des domaines particuliers aux sanctuaires, tels que les rituels, les sciences, la comptabilité interne ou le transfert de biens spécifiques comme les prébendes. La documentation (commerciale, judiciaire, fiscale) qui intéressait plus directement l’administration gréco-macédonienne était pour sa part rédigée sur support souple (peau ou papyrus), en grec ou en araméen. À la différence des tablettes d’argile, ces documents sur support souple n’ont pas été conservés par le sol irakien, trop humide.

12 L’analyse qu’A. Kuhrt et S. Sherwin-White donnent du site d’Uruk, la grande capitale du sud de la Babylonie, constitue un bon exemple de cette tendance à la surinterprétation des sources. Posant la thèse d’une influence limitée de la culture hellénique sur le site, les auteures écrivent en effet : « it is highly significant that not a single Greek inscription on stone, or graffito, or ostrakon of hellenistic date can with certainty be attributed to Uruk, the excavations of which have been extensive » (Kuhrt et Sherwin-White, 1993, p. 149). Un simple coup d’œil au plan de la ville suffit pourtant à se convaincre du fait que les fouilles se sont justement concentrées presque uniquement sur la zone des temples suméro-akkadiens, le reste du site ayant seulement fait l’objet de ramassages de surface
(cf. Finkbeiner, 1987, p. 249) et une étude précise de la documentation cunéiforme invite au contraire à penser que la ville a pu être transformée en polis au début du iie s. av. J.-C. (Monerie, 2012, p. 347, n. 56).

13 Voir par exemple Will, 1994.

14 Les travaux de l’assyriologue autrichien Robert Rollinger sont fondamentaux sur ce point. Voir notamment Rollinger 2001, Rollinger 2007 et Rollinger, Henkelmann 2009.

15 Pour une introduction théorique à ces questions dans le cas de la Babylonie, voir Rempel, Yoffee, 1999. Pour une étude de cas sur les figurines de terre cuite mises au jour à Babylone, qui allient des techniques et une iconographie empruntées à la fois au monde mésopotamien et au monde grec, voir Langin-Hooper, 2007.

16 Pour une analyse historiographique plus développée, voir Monerie, s.p.

17 Pour une introduction à l’histoire de la Mésopotamie au ier millénaire av. J.-C., voir Joannès, 2000.

18 Sur ces questions, voir notamment Joannès, 1997 et Rollinger, 2007.

19 Le dossier des listes de rations d’huile du Palais de Babylone, qui date de 593-592 (cf. infra), illustre bien ce phénomène. On y trouve en effet quatre anthroponymes associés à l’ethnique iamanāya (Aziyak, Patam, Kuzumpiya et Labbunu), mais tous semblent renvoyer à une origine anatolienne.

20 Sur cette révolte, voir Bing, 1971. Le passage correspondant des Annales de Sennacherib a été édité par Luckenbill, 1989, vol. 2, p. 137-138.

21 Eusèbe s’appuie pour cet épisode sur deux auteurs différents, Alexandre Polyhistor (ier s. apr. J.-C.) et Abydenos (iie s. apr. J.-C.), qui semblent avoir tous deux tiré leurs informations des Babyloniaka de Bérose (iiie s. av. J.‑C.). Il est cependant intéressant de remarquer que Polyhistor mentionne l’intervention de soldats grecs (FGrHist 680 F 7c) alors qu’Abydenos parle pour sa part de navires de guerre ioniens (FGrHist 685 F 5). Ces passages sont cités dans Rollinger, 2001, p. 241.

22 Le roi assyrien Sargon II se vante ainsi par exemple dans ses Annales d’avoir déporté plus de vingt-sept mille personnes après la prise de Samarie, en 722-721. L’exemple le plus célèbre de cette politique demeure toutefois la triple déportation des Judéens par le roi néo-babylonien Nabuchodonosor II en 597, 587 et 582, qui marqua le début de la période de l’Exil biblique. Sur la politique de déportation à l’époque néo-assyrienne, voir Fales, 2010, p. 212-219.

23 T 29, ll. 57-65.

24 Graslin-Thomé, 2009, p. 214-231.

25 Sur ces documents, voir Weidner, 1939.

26 Il est évidemment tentant de rapprocher cette mention de celle de l’inscription de Sennacherib, un siècle plus tôt, dans laquelle il est précisé que le roi fit construire sa flotte de guerre à Ninive par des ouvriers syriens (cf. supra).

27 Les listes mentionnent ainsi par exemple l’emploi d’équipes de charpentiers originaires de Byblos et d’Arados.

28 Sur l’intégration de contingents étrangers dans l’armée assyrienne voir Fales, 2010, p. 145-151.

29 Il s’agit de la lettre SAA 16, 136. Le nom d’Antikritos pourrait renvoyer à une origine chypriote, les rois de Chypre ayant d’ailleurs livré tribut aux Assyriens en 673 (Rollinger, 2007, p. 35-36). Si Antikritos était effectivement employé dans l’armée (ce qui n’est pas certain), on ne peut cependant écarter l’éventualité selon laquelle il se soit engagé comme mercenaire. L’exemple célèbre du frère du poète Alcée, Antiménidas, qui fut mercenaire dans la campagne de Nabuchodonosor II contre Ascalon en 604 (cf. Raaflaub, 2004, p. 208), semble attester l’existence de ces pratiques au viie s. av. J.-C. Cet engagement temporaire d’Antiménidas pour une campagne aux marges occidentales de l’empire babylonien contraste cependant avec la situation d’Antikritos, qui déserta son poste alors qu’il se trouvait en Babylonie orientale.

30 DSf ll.21-24 (traduction Lecoq, 1997, légèrement modifiée).

31 L’identification des iamanāya à des individus de culture grecque pose moins de problèmes pour l’époque classique, du fait de l’extension de la culture hellénique dans le bassin égéen.

32 Sur ce dossier, voir Tolini, 2011, p. 405-411.

33 Abraham, 2004, texte No. 69 (BM 32891), ll. 1-8.

34 Sur ce phénomène et les problèmes d’interprétation qu’il soulève, voir Briant, 1996, p. 803-820.

35 Sur la question, voir Stolper, 1985, p. 70-103.

36 L’excellente réputation militaire des Cariens invite à penser qu’il s’agissait probablement dans ce cas de soldats de profession. Arrien précise d’ailleurs que des Cariens «déplacés» (anaspastoi) prirent part à la bataille de Gaugamèles (331) aux côtés des troupes babyloniennes (Anab. III, 8, 4).

37 cf. Jursa, 2005, p. 113. Cette appellation doit vraisemblablement être rapprochée des Karôn kômai où Alexandre fit camper son armée lors de son retour en Babylonie en 324 (Diodore, XVII, 110, 3) et dans lesquels Eumère et les Argyraspides, prirent leurs quartiers d’hiver lors de leur passage dans la région, en 317 (ibid., XIX, 12,1).

38 Le cas des membres de la garde caro-égyptienne des pharaons saïtes déportés en Babylonie après la conquête de l’Égypte par Cambyse en 525 (cf. Tolini, 2011, p. 302) est à cet égard éclairant : le petit dossier cunéiforme qui les documente, étudié par C. Waerzeggers (2006), montre en effet que ces soldats furent installés avec leurs familles dans la région de Borsippa. Si l’onomastique de ces individus semble principalement mêler des éléments cariens et égyptiens, on trouve également mention, dans deux cas, d’individus portant un nom suméro-akkadien (Sūqāya et Nabû-Silim). Si le premier a probablement lui-même pris un nouveau nom à son arrivée en Babylonie, le second semble être né sur le sol babylonien. Remarquons enfin que ces Caro-Égyptiens (Karsāya) ne sont pas désignés dans les sources par le même ethnique que les Cariens d’Asie Mineure (Bannēšāya), dont ils paraissent avoir été clairement distingués.

39 On peut citer ici le cas du guide lycien qui vint en aide à Alexandre sur la route menant de Suse à Persépolis, en janvier 330. Quinte-Curce et Plutarque précisent en effet tous deux que ce guide parlait à la fois grec et perse, tout en donnant deux explications différentes, d’ailleurs non exclusives l’une de l’autre, à ce bilinguisme : Quinte-Curce explique en effet que ce dernier avait été fait prisonnier (…) par les Perses, en Lycie avant d’être déporté dans le Zagros, où il travaillait comme berger (V, 4, 4-11), alors que Plutarque remarque pour sa part que son père était lycien et sa mère perse (Vie d’Alexandre, 37, 1).

40 Barth écrit ainsi par exemple : « it is the ethnic boundary that defines the group, not the cultural stuff that it encloses » (1969, p. 15).

41 La question, en elle-même problématique, de l’identité grecque de ces Macédoniens dépasse ici le cadre notre propos.

42 Sur la fondation de Séleucie-du-Tigre, voir Capdetrey, 2007, p. 52-59 et Clancier, 2012, p. 303-304.

43 Adams, 1965, p. 61-68.

44 Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ces garnisaires ne semblent pas avoir tous été d’origine macédonienne : Quinte-Curce précise ainsi au sujet de la garnison laissée par Alexandre en 331 qu’elle comptait sept cents Macédoniens et trois cents mercenaires (V, 1, 43). Cette situation semble avoir perduré à l’époque séleucide, puisqu’un ostrakon grec mis au jour à Babylone et datable du début du iiie s. av. J.-C. enregistre la livraison de soldes ou de rations à des officiers qui semblent avoir été responsables d’unités mercenaires. L’un de ces officiers, Ballaros, pourrait avoir été originaire d’Asie Mineure occidentale (Sherwin-White, 1984).

45 Pour la datation du théâtre, voir en dernier lieu Potts, 2011. Sur la ville de Babylone à l’époque hellénistique, voir la synthèse essentielle de T. Boiy, 2004.

46 Monerie, 2012, p. 343-346.

47 Sur ces questions, Clancier, 2012, p. 301-303.

48 Sur ces documents et leur contexte, voir Jursa, 2006 (notamment p. 150-155, 186-187 et 196-197). Théoboulos, dont le père se nomme Iddinaya, pourrait avoir été le fruit d’un mariage «mixte».

49 Sur cet individu et sa famille, voir Monerie, 2012, p. 333-343.

50 YOS 20 54, ll. 1-10.

51 Sur l’histoire de cette île, voir Salles, 1983.

52 Inscription d’Ikaros, ll. 25-41. Traduction personnelle établie à partir de l’édition fournie par Jeppesen, 1989, p. 102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Fondations de poleis en Babylonie (ive – iiie s. av. J.-C.)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (viieiiie s. av. J.-C.) », Pallas, 89 | 2012, 345-365.

Référence électronique

Julien Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (viieiiie s. av. J.-C.) », Pallas [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/pallas/957 ; DOI : 10.4000/pallas.957

Haut de page

Auteur

Julien Monerie

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals