Navigation – Plan du site
Études & travaux
Images, texte, spectacle

Sacré Graal ! et le détournement cinématographique

Justine Breton

Résumés

Cette étude porte sur les enjeux narratifs et esthétiques dans le film Sacré Graal ! des Monty Python. Elle examine principalement les rapports et les divergences entre les séquences de cut-out animation de Terry Gilliam et les enluminures et textes médiévaux. Le texte et l’image du Moyen Âge arthurien sont directement intégrés au film, qu’ils structurent et éclairent par des parenthèses à la fois didactiques et burlesques. La tradition iconographique médiévale est animée, bousculée et parfois mise à mal, afin d’intégrer les nombreux rouages comiques du film. De même, des repères littéraires et manuscrits ponctuent la narration et contribuent à l’ébranlement général des codes narratifs et esthétiques, suivant un procédé traditionnel dans l’humour des Monty Python.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces procédés, désormais traditionnels dans le cinéma comique, apparaissent déjà dans Hellzappopin’ (...)

1Dans leur film Monty Python and the Holy Grail, plus connu en français sous le titre Sacré Graal ! (1975), les cinéastes Terry Gilliam et Terry Jones, tous deux membres du groupe des Monty Python, détournent de façon burlesque et souvent irrévérencieuse la légende de la quête du Graal, menée par le roi Arthur et ses chevaliers de la Table Ronde. À cette fin, le texte médiéval, ainsi que des enluminures inspirées de l’esthétique de l’époque, sont directement intégrés à cette construction diégétique nouvelle, et contribuent alternativement à structurer et à déconstruire la logique narrative du film. Il s’agit ici de l’un des moyens comiques employés par la troupe des Monty Python, dont l’écriture et le jeu ne se limitent bien entendu pas à la seule déstructuration des codes médiévaux. L’esthétique de la miniature et de l’enluminure est notamment employée dans Sacré Graal ! afin de créer de nouvelles images « aux allures médiévales », qui confèrent au film une apparence d’érudition. Cet ajout d’enluminures au sein même de l’écriture cinématographique permet aux Monty Python d’opérer des détournements comiques, oscillant entre la mise en scène illustrative, la désacralisation et la recherche de l’absurde. Si le film propose une animation d’images issues de manuscrits médiévaux, le résultat obtenu ne consiste pas tant en une dynamisation de l’iconographie médiévale qu’en une réinterprétation de ses codes esthétiques. De façon similaire, certains textes consacrés au roi Arthur sont repris et accèdent à une vie nouvelle à travers la représentation et l’oralisation du discours. De fait, le texte et l’image rythment la narration cinématographique, et y participent activement. La technique des images animées – les cut-out animations de Terry Gilliam – permet ainsi de reprendre la syntaxe iconographique médiévale et de l’appliquer au film. L’image de Sacré Graal !, loin d’être statique, suggère la possibilité d’une recréation animée d’un passé littéraire apparemment figé. Ce procédé constitue l’un des nombreux rouages du comique des Monty Python, efficacement mis en mouvement tout au long du film. La troupe britannique s’appuie ainsi sur différentes techniques de détournement, dont beaucoup reposent sur la capacité à opérer des percées dans le « quatrième mur » séparant personnages et spectateurs1. Dans la présente étude, on se propose d’envisager les relations du texte et de l’image dans le domaine du cinéma parodique des Monty Python, lequel s’appuie sur une logique constante du détournement. Dans ce cadre, une étude des enjeux de la narration dans les questions d’animation du texte médiéval permet de souligner les limites de l’interaction souhaitée entre texte et image. Ces contraintes, dénoncées au cœur même de la structure cinématographique, font ainsi écho au projet humoristique des Monty Python, qui créent les codes narratifs et esthétiques pour mieux les ébranler.

  • 2 La chaîne n’est renommée BBC One qu’en 1997.
  • 3 Traduction littérale : « Et maintenant pour quelque chose de totalement différent ». La formule don (...)
  • 4 Traduction : « trop loufoque ».
  • 5 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail (Sacré Graal !), 1975, 22 min. Traduc (...)
  • 6 Francis Delattre, « Monty Python, Sacré Graal ! », Collège au cinéma, dossier 168, Paris, Centre Na (...)

2Les images fixes intégrées à la narration, puis animées à l’écran, ne sont pas propres au seul Sacré Graal !, mais apparaissent dans d’autres productions des Monty Python, dès les premiers sketches de Flying Circus, diffusés sur la chaîne BBC 1 de 1969 à 19742. En effet, bien que Sacré Graal ! ne soit que le deuxième long-métrage de la troupe, cette dernière n’en est pas à ses débuts en 1975. Dès les premières créations, les sketches se succèdent en roue libre, et impliquent dès lors la création de transitions efficaces. La formule « And now for something completely different3 », répétée tout au long de l’émission Flying Circus, entre au service de la juxtaposition des séquences, et devient caractéristique de l’écriture morcelée et absurde des Monty Python. Plusieurs procédés de transition abrupte sont ainsi employés, à l’instar de l’irruption du personnage du Colonel, interprété par Graham Chapman, qui vient suspendre les sketches qu’il juge « too silly4 ». Dans Sacré Graal !, c’est de la même façon Graham Chapman, incarnant ici le roi Arthur, qui s’oppose à l’entrée dans le château de Camelot, en précisant : « On second thought, let’s not go to Camelot. It is a silly place5. » Les transitions humoristiques sont ainsi déclinées dans le film dans une perspective médiévale, par les dialogues, le montage ou par l’emploi des cut-out animations. Le plus souvent, ces séquences animées sont dues au travail de Terry Gilliam, qui demeure un « plasticien formé avec le burlesque et le cartoon américains6 », comme le rappelle Francis Delattre. Cependant, l’utilisation majeure des animations dans Sacré Graal ! s’explique peut-être, en partie, par la collaboration de Terry Gilliam et de Terry Jones à la réalisation, tandis que les films suivants des Monty Python – Life of Brian et The Meaning of Life – sont réalisés par Terry Jones seul.

1. L’animation du texte médiéval : enjeux diégétiques et cinématographiques

  • 7 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur. De l’imaginaire médiéval à la culture de masse, Liège, Éditio (...)

3L’utilisation détournée de l’image et du texte médiévaux que proposent les Monty Python est à replacer dans la perspective de l’animation inhérente au medium cinématographique. Le cinéma ne présente pas uniquement une image animée et dynamique, qui reconstituerait une iconographie médiévale en mouvement : c’est également une mise en valeur du texte oralisé par les dialogues. En tant que narration audiovisuelle, le film associe texte et image, lesquels acquièrent une nouvelle énergie avec le jeu sur les codes médiévaux et la déstructuration proposée par les Monty Python. Selon Sandra Gorgievski, le film Sacré Graal ! constitue « un conglomérat hétéroclite7 » qui juxtapose les genres, et mêle les enjeux diégétiques et cinématographiques. Ainsi, Terry Gilliam et de Terry Jones proposent une mise en scène du texte médiéval, détourné à la fois dans sa lettre et dans son esprit.

1.1. Le texte médiéval à l’écran

  • 8 Alban Gautier, Arthur, Paris, Ellipses, 2007, p. 375.
  • 9 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 10 min. Traduction : « La (...)
  • 10 Le « samit », tiré du latin hexamitus, désigne une étoffe médiévale d’origine orientale, très riche (...)
  • 11 Alban Gautier, Arthur, op. cit., p. 377.
  • 12 Thomas Malory, Le Morte Darthur, éd. Stephen Shepherd, New-York, Norton & Compagny, 2004, livre I, (...)

4Si la légende arthurienne est bien à l’origine du script de Sacré Graal !, les Monty Python en présentent toutefois une lecture libre, reprenant les personnages et les codes pour mieux les détourner dans des aventures burlesques. Cependant, cette interprétation cinématographique ne rompt pas tout contact avec la lettre médiévale. La matière arthurienne, présente en filigrane dans l’ensemble du film, rejaillit parfois de façon plus directe par des procédés de représentation et de citation. Comme le remarque Alban Gautier, l’œuvre de Tennyson, Idylls of the King, est perceptible tout au long de Sacré Graal !, et constitue une référence évidente pour le spectateur8. Ainsi, lorsque le roi Arthur, croisant sur son chemin le paysan anarcho-syndicaliste Dennis, est contraint de justifier l’origine de son pouvoir royal, il évoque l’épisode du don de l’épée Excalibur par la Dame du Lac. Dans un début d’envolée lyrique, les yeux perdus dans l’immensité de l’horizon, le souverain raconte: « The Lady of the Lake, her arm clad in the purest shimmering samite, held aloft Excalibur from the bosom of the water, signifying by Divine Providence that I, Arthur, was to carry Excalibur. That is why I’m your King9 ! » L’épisode, devenu traditionnel dans les réécritures et les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne, est ici évoqué sans être mis en scène : le texte du dialogue se suffit à lui-même, et n’implique pas de support visuel particulier. Si le terme « samite10 », désignant une étoffe de soie, apparaît bien chez Tennyson11, l’utilisation de la citation, en écho avec l’ensemble du détournement affiché par le film, suggère cependant un renvoi au texte antérieur de Thomas Malory, Le Morte Darthur. La version de cette scène offerte par les Monty Python, librement adaptée de l’œuvre de Malory, reprend en effet les indications concernant le vêtement porté par le bras aquatique brandissant Excalibur. Évoquant Arthur et Merlin, Le Morte Darthur précise: « So they rode tyll they com to a laake the which was a fayre watir and brode. And in the myddis Arthure was ware of an arme clothed in whyght samyte, that helde a fayre swerde in that honed12» Si le texte souligne bien la présence d’une demoiselle qui les guide et autorise Arthur à s’emparer de l’épée, Thomas Malory n’établit toutefois pas d’identification nette entre le bras brandissant l’épée et le personnage de la Dame du Lac :

  • 13 Ibid. Traduction de Pierre Goubert, Le Roman du roi Arthur, op. cit., p. 65 : « C’est bien, dit la (...)

‘Well,’ seyde the damesell, ‘go ye into yondir barge, and rowe youreselffe to the swerde, and take hit and the scawberde with you […].’ So Kyng Arthure and Merlion alyght and tyed their horsis unto two treys, and so they wente into the barge; and whan they com to the swerde that the honde hylde, than Kyng Arthure toke hit up by the hondils and bare hit with hym, and the arme and the honed wente undir the watir13.

5Ce bras surgissant des eaux suggère la présence sous la surface d’un être aquatique. Néanmoins, contrairement aux indications apportées par Malory, la filmographie consacrée au roi Arthur tend à identifier ce bras à la Dame du Lac elle-même, ne représentant qu’un seul être merveilleux associé au lac. Cette simplification est également reprise par Terry Gilliam et Terry Jones. La lettre du Morte Darthur est ainsi perceptible, brièvement, au cœur même des dialogues du film, établissant de fait une continuité directe avec la tradition des réécritures médiévales. Sans la mettre en scène, le film s’appuie sur l’image traditionnelle du don de l’épée par la Dame du Lac, et reprend ainsi un héritage iconographique et cinématographique déjà bien ancré dans les esprits en 1975. Cet emploi du texte du Moyen Âge par les Monty Python ne correspond pas tant à une volonté de vulgarisation de la lettre médiévale qu’à l’établissement d’un contraste dans les niveaux narratifs mis en scène : la langue courante employée tout au long du film est soumise à d’importantes variations, qui élèvent ou baissent alternativement le niveau de langue. De même, le dialogue absurde entre le roi et les paysans est valorisé par le renvoi direct au texte littéraire médiéval, puis par l’intégration d’un discours politique anachronique. Les Monty Python proposent dans Sacré Graal ! une juxtaposition des styles, des genres et des niveaux de langue, qui contribuent à la grande variété du film.

1.2. La parole déconstruite et le texte oralisé

  • 14 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 43 min.
  • 15 Ibid.
  • 16 Le roi Arthur lui-même emploie ces « armes » pour obtenir des informations ou contrer ses adversair (...)

6Le cinéma des Monty Python, bien que medium de l’image, accorde une place privilégiée au texte, sous différentes formes. Le texte oralisé, mis en avant par l’importance des dialogues dans Sacré Graal !, laisse apparaître un subtil travail d’écriture. Le comique de mots, qui complique chaque fois la tâche des traducteurs, rythme ainsi l’ensemble du film, et donne naissance à des scènes cultes qui détournent les enjeux du langage. Pour ne citer qu’un exemple, le roi Arthur rencontre à plusieurs reprises des personnages excentriques, les « Chevaliers qui disent Ni », lesquels se caractérisent notamment par leur répétition absurde du son « ni » et par leur peur du mot « it » – en français, « ça14 ». S’ils se présentent comme les « gardiens des mots sacrés15 », leurs propos mettent toutefois en évidence un détournement burlesque des fonctions du langage. Le dialogue est ralenti, voire rendu impossible par le jeu sur les répétitions, les interruptions et le manque de sens. Dans ces scènes, le texte oralisé, perdant une partie de son rôle informatif, gagne en apparence un pouvoir offensif : pour les chevaliers ainsi représentés, mais aussi pour la troupe arthurienne, les monosyllabes « ni » et « it » deviennent des armes abstraites, employées pour affaiblir leurs opposants16. Toutefois, cette logique interne au film peine à être intégrée par les personnages eux-mêmes. Ainsi, le chevalier Bedivere ne perçoit pas la différence entre les sons « ni » et « nu », et emploie alors un langage inefficace et absurde, qui rejette les codes fixés par la narration. Le langage, privé d’une part de son sens conventionnel, revêt de nouvelles fonctions, qui ne peuvent pourtant qu’aboutir à un essoufflement : face à l’absurdité du dialogue, le roi et ses chevaliers préfèrent couper court à une conversation impossible, et se séparer des « Chevaliers qui disent Ni ».

  • 17 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 1 min. Traduction : « Un é (...)
  • 18 Ibid., 1 min. Traduction : « Veuillez nous excuser pour les erreurs de générique. Les coupables ont (...)
  • 19 Ibid., 3 min.

7Outre ce détournement du langage, perceptible tout au long de Sacré Graal !, les Monty Python proposent un jeu sur la présentation visuelle du texte. En effet, ce dernier n’apparaît pas uniquement dans sa forme oralisée, mais il est également intégré à la narration cinématographique de façon écrite. La longue séquence initiale juxtapose ainsi les crédits du film – équipe technique, etc. – et de faux sous-titres suédois, qui donnent à lire les commentaires humoristiques de pseudo-traducteurs, à l’instar de « [a] møøse once bit my sister17 » Le texte anglais est détourné par l’intégration de caractères typographiques scandinaves, traduisant graphiquement un accent, qui devient audible dans la lecture des sous-titres. Pour le spectateur, les crédits passent au second plan, au profit des commentaires de plus en plus marqués des pseudo-traducteurs. Une brève pause dans le générique signale alors le renvoi de l’équipe suédoise et annonce le retour imminent à l’ordre : « We apologise for the fault in the subtitles. Those responsible have been sacked18. » Une série de sous-titres et d’encarts suggère ainsi que quatre équipes différentes œuvrent à la conception des crédits d’ouverture. Ce comique de répétition portant sur les modifications apportées au générique aboutit à une séquence survoltée mêlant couleurs criardes et clignotantes, et bruits de fête méridionale. Le texte des crédits est alors ponctué du mot « llama19 » repris en boucle, où la double initiale joue le même rôle que les caractères typographiques scandinaves. Ce générique de fin, placé ici au début du film, annonce les interruptions incongrues perceptibles tout au long de Sacré Graal !, et applique une logique du détournement dès la séquence initiale. Le texte moderne du générique et des sous-titres, inhérent à la création audiovisuelle, est diffracté et mis à mal par l’humour des Monty Python. Les codes et les enjeux cinématographiques sont soumis à l’esthétique de l’absurde prônée par les réalisateurs Terry Gilliam et Terry Jones, et ce dès la séquence introductrice : par là, les Monty Python annoncent au spectateur que ni l’image ni le texte ne seront épargnés dans ce film qui se joue de toutes les contraintes.

1.3. L’image du texte : le livre médiéval

  • 20 Id., 20 min. Traduction : « Le Livre du Film ».
  • 21 Une scène plus tardive laisse voir le reflet brillant du papier photo employé pour intégrer les ima (...)
  • 22 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 21 min. Traduction : « Leu (...)

8Si Sacré Graal ! affiche une déconstruction permanente de la lettre médiévale, le film propose également une mise en scène du texte dans sa matérialité. Un livre majeur, « The Book of the Film20 », est représenté à plusieurs reprises : il occupe tout l’espace de l’écran, et suggère la construction du film en différents chapitres. Il ne s’agit pas d’un manuscrit réel, mais d’une recréation qui s’appuie sur les codes esthétiques et iconographiques du Moyen Âge : graphie archaïsante, enluminures, riches illustrations, hautes lettrines, etc. Le livre, feuilleté par une main féminine puis par un monstre, permet alors de présenter succinctement les personnages principaux, à l’instar d’un sommaire condensant les hauts faits des chevaliers évoqués. La présence visuelle du livre à l’écran, qui remplace la description traditionnelle des personnages par une séquence d’action filmée, substitue brièvement le texte à l’image. Le défilement des pages est soutenu par une voix off masculine, qui lit les titres présentés et donne une existence audible à la lettre médiévale ainsi recréée. Cette séquence propose une juxtaposition de l’image médiévale et du film moderne. En effet, les titres enluminés apparaissent dans le livre sur la page de gauche, tandis que la page de droite présente des encarts réservés à l’iconographie. Ces encarts sont entourés de bordures et d’ornementations qui reprennent les codes traditionnels de l’iconographie médiévale : fleurs, créatures légendaires, etc. Cependant, les illustrations et les miniatures attendues sont ici remplacées, sur la page de droite, par des photos directement tirées du film, ou recréées en images réelles21. Le livre, filmé et intégré à la narration, contient donc en lui-même des extraits figés de Sacré Graal !, dans un effet de mise en abyme à la fois esthétique et littéraire. Cette présentation livresque des personnages est conçue comme une introduction aux aventures des chevaliers regroupés autour du roi Arthur, comme le souligne la dernière page représentée dans cette séquence, qui donne à lire : « Together they formed a band whose names and deeds were to be retold throughout the centuries22» Si la voix off ajoute qu’il s’agit bien des « Knights of the Round Table », les Chevaliers de la Table Ronde, cette précision n’apparaît pas dans le livre mis en scène : le film complète ainsi le livre.

  • 23 Id., 24 min. Traduction : « La Quête du Saint Graal ».

9À première vue, le livre du film permet de structurer la narration cinématographique, en condensant l’introduction des chevaliers, mais également en marquant la transition d’un chapitre à un autre. Le texte d’inspiration médiévale rythme la diégèse, en séparant certaines séquences filmées. Ainsi, après l’annonce de la quête du Graal par Dieu, une cut-out animation richement colorée constitue une césure entre la réception de l’information par les chevaliers arthuriens et le début de leur mission. Au son des trompettes célestes, deux anges reprenant les codes de l’iconographie médiévale hissent le titre de la séquence à venir à l’aide de cordes et de poulies23. Ce titre, « The Quest for the Holy Grail », est marqué par deux lettrines simples pour « The » et « Quest », et par deux grandes et riches lettrines colorées pour les mots « Holy » et « Grail ». La façon dont le texte, richement orné, est inséré à l’écran, insiste sur sa matérialité : des outils sont nécessaires aux deux anges pour faire monter le texte et le centrer sur l’écran. La musique des trompettes est alors concurrencée par le bruit des poulies qui permettent, sur le dessin, ce mouvement ascendant du texte. La lettre médiévale devient un objet visuel, que les anges – dessinés eux-aussi – ne peuvent déplacer qu’au prix de contraintes matérielles créées artificiellement.

  • 24 Id., 31 min. Traduction : « La geste de Robin ».
  • 25 Id., 41 min. Traduction : « Scène 24 ».
  • 26 Id., 41 min et 61 min.

10Après un premier échec de la quête du Graal menée par Arthur et les chevaliers de la Table Ronde, le groupe décide de se séparer pour couvrir un plus large champ d’action. Les aventures des différents chevaliers sont alors séparées par la présence de titres à la façon des manuscrits médiévaux, plus ou moins ornés et enluminés. Ainsi, la séquence consacrée au chevalier Robin, lequel chevauche vers le nord, débute par le titre « The tale of Sir Robin24 », le nom du chevalier étant marqué par une immense lettrine où un dragon prend la forme du R initial. Cependant, l’élégance du texte n’est pas dépourvue d’une sobriété suggérant l’inachèvement du travail du copiste : le titre laisse encore apparaître les lignes et les encarts discrets, employés pendant le travail de création pour centrer le texte sur la page – et sur l’écran. Plusieurs titres apparaissent ainsi tout au long de Sacré Graal !, et permettent de présenter les aventures des chevaliers comme autant de chapitres d’un même récit consacré à la quête du Graal. Toutefois, cette logique apparente, intégrant la structure littéraire à la création audiovisuelle, est à son tour mise à mal par sa superposition avec les codes cinématographiques. Ainsi, alors que le livre du film apparaît plus tard, il ne présente plus le titre traditionnel annonçant les aventures de l’un ou l’autre chevalier, mais affiche, sur la page du manuscrit : « Scene 2425 ». Par ce renvoi à la construction du film, et non plus à la structure littéraire, les réalisateurs accentuent le poids des enjeux audiovisuels, et limitent le rôle du livre à n’être qu’un support artificiel de la diégèse. La voix off, proposant une narration de nombreuses scènes de transition, renvoie d’ailleurs directement à cette appellation de « scène 24 » à plusieurs reprises dans le film26. Le texte écrit du script et du scénario, qui précède traditionnellement la mise en image cinématographique, redevient ici un support direct de la narration. L’écriture cinématographique, loin d’être effacée dans une volonté de suspension consentie de l’incrédulité, est mise en évidence ponctuellement : les Monty Python rappellent qu’ils écrivent et réalisent ici une œuvre audiovisuelle, régie par ses propres codes et ses propres enjeux.

2. Limites de l’interaction texte/image

  • 27 François Amy de la Bretèque, L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Honoré Champio (...)

11Les sources iconographiques et textuelles perceptibles dans Sacré Graal ! ne se limitent pas à des accessoires humoristiques employés par la création cinématographique. Tout en traduisant le goût partagé des réalisateurs Terry Gilliam et Terry Jones pour la culture et l’histoire du Moyen Âge, elles permettent de poser la question de la création et de la recréation audiovisuelles, fondées sur une copie de l’esthétique et de la syntaxe de l’image médiévale. Le film reprend des illustrations tirées de manuscrits existants, mais s’appuie également sur des conceptions nouvelles, qui imitent les codes médiévaux. Ainsi, comme le souligne François Amy de la Bretèque, « le cinéma européen [semble] plus sensible à la tradition iconographique27 » qu’aux sources purement textuelles issues du Moyen Âge. Plus qu’une apparence d’érudition ainsi conférée au film, cet emploi détourné de l’image médiévale permet de présenter une érudition parodique. Si la fiction n’a pas à justifier son rapport au réel, les Monty Python se plaisent toutefois à représenter cette justification pour mieux la dénoncer.

2.1. La mise à distance d’un Moyen Âge « sérieux »

  • 28 Id., 30 min. Traduction : « Un célèbre historien ».
  • 29 Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, et Michael Palin, Monty Python (...)
  • 30 Les Monty Python suivent en ce sens un procédé déjà appliqué par Hergé dans la création du personna (...)

12La narration linéaire, apparemment structurée en chapitres, est régulièrement ébranlée, voire dénoncée dans le film des Monty Python, qui propose des incursions critiques dans la structure même de Sacré Graal !. Rapidement, les aventures des chevaliers sont en effet narrées et commentées par un historien qui rompt l’illusion médiévale en proposant une distance critique avec les faits représentés. Cette scène affiche alors un décalage métatextuel entre la légende arthurienne ainsi mise en scène et les commentaires parallèles de l’historien apparemment anonyme. Ce personnage, issu du xxe siècle, est en effet présenté en sous-titre à travers les termes « A FAMOUS HISTORIAN28 », sans plus de précision. Toutefois, l’édition du script du film, qui inclut la distribution de Sacré Graal !, donne au lecteur des pistes pour interpréter cette représentation de l’historien. Le script précise en effet les différents personnages interprétés par les acteurs – le budget limité de la production pousse les comédiens à jouer plusieurs rôles tout au long du film –, et indique notamment : « John Young played : the dead body that claims it isn’t, and the historian who isn’t A.J.P. Taylor at all. Rita Davies played: the historian who isn’t A.J.P. Taylor (honestly)’s wife29. » Cette répétition ironique du nom de l’historien Alan John Percival Taylor (1906-1990) laisse à penser que les Monty Python ont conçu le personnage du « célèbre historien » selon le modèle de Taylor30. Cependant, le film en lui-même demeure silencieux sur ce fait : ce n’est que la publication du script, et donc de la version écrite du film, qui permet de faire correspondre la représentation à une identité réelle, détournée par les besoins parodiques du film.

  • 31 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 30 min. Traduction : « L’H (...)
  • 32 Id., 31 min. Il est à noter que, contrairement à ce que l’arrestation d’Arthur et de ses chevaliers (...)
  • 33 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 84-85 min. Cette conclusio (...)

13L’intervention de l’historien, qui commente les images que le spectateur vient de découvrir, correspond aux codes du documentaire : le personnage, figure clichée d’universitaire arborant un nœud papillon, s’adresse directement à la caméra. La scène ne dissimule d’ailleurs pas les enjeux et les contraintes du tournage : l’intervention de l’historien est précédée d’une annonce de l’équipe technique, ainsi que d’un clap qui marque le début de la scène filmée. Les commentaires de l’historien semblent mis en scène comme pour une vidéo didactique portant sur les aventures des chevaliers arthuriens. Le clap, qui apparaît brièvement à l’écran, indique bien qu’il s’agit du tournage du film Monty Python and the Holy Grail, et reprend les noms des deux réalisateurs. Cependant, les propos hors caméra de l’équipe technique laissent penser qu’il s’agit d’un documentaire réalisé dans le cadre du projet « Pictures for school31 ». Les Monty Python jouent ici sur différents types d’image : l’image médiévale, mise au service de la narration, est commentée par l’image documentaire, laquelle est intégrée parodiquement à la création cinématographique. La fiction médiévale rattrape bientôt la mise en scène de l’historien lorsqu’un chevalier, difficilement identifiable, tue l’historien d’un coup d’épée dans le cou32. Le meurtre met alors un terme à cette scène du xxe siècle qui s’achève brutalement pour céder la place aux aventures du chevalier Robin. Un arc narratif parallèle se développe dans le film, où les longues séquences consacrées à la quête du Graal alternent avec l’enquête moderne des policiers qui cherchent à arrêter le meurtrier de l’historien. Cette construction suggère que la confrontation des deux temporalités ne peut aboutir à leur coexistence, l’une prenant nécessairement le pas sur l’autre. De même, la fin de la quête du roi Arthur est marquée par l’arrivée brutale du monde contemporain – et tout particulièrement de la police – qui met un terme au regroupement des chevaliers et, par la même occasion, au film33. Le xxe siècle, mis à mal par le décès de l’historien, prend ici sa revanche sur les chevaliers survivants, et clôt à la fois la parenthèse médiévale et la narration cinématographique. Si le texte et l’image du Moyen Âge peuvent reprendre provisoirement vie dans Sacré Graal !, il ne s’agit chaque fois que d’un sursis limité par les bornes du film.

2.2. L’image médiévale animée

  • 34 La Tapisserie de Bayeux présente notamment, dans la scène portant le numéro 26, une représentation (...)
  • 35 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 34 min.
  • 36 Id., 15-16 min.
  • 37 Id., 34 min. Traduction : « La geste de Galaad ».

14En plus des titres annonçant les différents « chapitres » du film, Sacré Graal ! présente plusieurs scènes d’animation dans lesquelles l’iconographie médiévale – ou l’iconographie d’inspiration médiévale – accède au mouvement et au dynamisme de la création cinématographique, dans une logique parfois proche de celle du dessin animé. L’esthétique de certaines de ces cut-out animations n’est d’ailleurs pas sans rappeler des images médiévales célèbres, à l’instar de celles de la Tapisserie de Bayeux34. Cet ajout de mouvement aux images d’inspiration médiévale entraîne le plus souvent une désacralisation des scènes représentées, dont le principe originel est détourné par les Monty Python. Ainsi, la douzième séquence du film débute par l’animation d’une page de manuscrit, représentant des personnages de moines en procession35. Ce déplacement du dessin est accompagné par des chants de moines en off, lesquels permettent d’associer cette procession dessinée à celle, filmée, présentée quelques scènes auparavant36. Chaque fois, les ecclésiastiques se déplacent de façon similaire, la tête penchée en avant sous des capuchons, et entonnent le même chant, qui sert de thème musical à toutes les figures cléricales du film. De même, ces processions ne sont ni explicitées ni commentées dans la narration, mais apparaissent comme des intermèdes burlesques. Dans la scène où l’iconographie médiévale est animée, le déplacement des moines est suggéré par le léger mouvement attribué à l’image : les personnages semblent se déplacer l’un derrière l’autre sur la page manuscrite. Cet effet de mouvement est accentué par le déplacement latéral de la caméra, qui accompagne les moines de droite à gauche. Cependant, les petits personnages représentés se dirigent vers la fin du dessin : la lettrine sur laquelle ils semblent avancer s’achève, rendant impossible la procession des moines. Les Monty Python détournent alors de nouveau cette contrainte visuelle, tout en conservant le dynamisme de l’animation : le premier moine de la procession accélère son pas, saute sur une planche qui prolonge la lettrine, à la façon d’un plongeoir, et se précipite d’un bond dans une étendue d’eau représentée plus bas. Les autres moines suivent cet exemple, qui constitue un aboutissement burlesque à la procession ainsi représentée. Le saut est chaque fois accompagné de cris et de rires, mettant en évidence l’amusement des moines dessinés lorsqu’ils plongent dans le dessin en contrebas. Le plongeon est mis en évidence par la représentation d’éclaboussures, toujours suivant les codes de l’iconographie médiévale, et par le bruit de l’eau ajouté par-dessus l’image. Lorsque le troisième moine saute et manque son plongeon, il rebondit sur une branche dessinée et attire l’attention du spectateur sur le titre de la séquence suivante, « The tale of Sir Galahad37 ». L’animation constitue bien ici un intermède absurde, marquant la transition entre les aventures des chevaliers. Cette juxtaposition des récits, sans succession logique, reprend l’organisation privilégiée par Thomas Malory : dans le Morte Darthur, les livres centraux, consacrés à différents chevaliers de la Table Ronde, se succèdent selon la technique de l’entrelacement, propre aux romans médiévaux. Dans le film, les cut-out animations correspondent de même à un changement de chapitre : les séquences animées reprenant l’esthétique des enluminures viennent interrompre les gestes des chevaliers de façon parfois abrupte, mais dispensent ainsi les scénaristes d’avoir à trouver une impossible conclusion aux aventures loufoques des membres de la troupe arthurienne.

  • 38 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.
  • 39 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 61 min.
  • 40 Id., 74 min. Traduction : « Quand l’effroyable monstre s’apprêtait à fondre sur eux, le sort d’Arth (...)
  • 41 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.
  • 42 Id., p. 93.

15L’intégration de séquences animées constitue une caractéristique majeure des créations du groupe britannique, et permettent notamment de rythmer la structure volontairement chaotique de Sacré Graal !. Les séquences d’animations ne présentent pas toujours de nette rupture avec les séquences filmées : le dessin est aussi, plus rarement mais de façon éloquente, intégré au sein même de l’image réelle et contribue à l’évolution de la narration. Sandra Gorgievski constate : « L’alternance film/dessin animé se complique lorsque les chevaliers joués par des acteurs en chair et en os se retrouvent dans une caverne face à un monstre d’animation38. » La créature, dont la présence avait été discrètement annoncée dans une scène d’animation précédente39, dévore ici le personnage de Frère Maynard, venu en aide aux chevaliers dans l’une de leurs aventures. Le monstre, dessiné, possède donc une action directe sur la narration et sur l’image filmée. L’alternance rapide des plans entre la créature animée et les chevaliers – interprétés par les acteurs qui composent le groupe des Monty Python – reprend les codes d’une construction de la scène en champ et contre-champ, donnant ainsi l’impression que le monstre et les chevaliers se font face. Plutôt que d’affronter la créature animée, les membres de la Table Ronde préfèrent fuir : ils apparaissent alors sous la forme de personnages dessinés, ce qui confère à la scène une tonalité de cartoon. La poursuite animée rompt les codes esthétiques et narratifs de l’affrontement traditionnel entre les héros arthuriens et des créatures maléfiques. Le narrateur, hors caméra, commente cette scène, qui comme souvent dans Sacré Graal ! trouve son dénouement dans l’absurde : « As the horrendous Black Beast lunged forward, escape for Arthur and his knights seemed hopeless. When, suddenly, the animator suffered a fatal heart attack. The cartoon peril was no more. The Quest for the Holy Grail could continue40. » Ainsi, la « poursuite est interrompue par la mort subite et filmée du dessinateur sorti tout droit du vingtième siècle41 ». Cette séquence alterne rapidement l’image filmée des chevaliers arthuriens, l’image animée du monstre et l’image métatextuelle du dessinateur. Les époques, les styles et les genres se mêlent, donnant vie à l’image sous toutes ses formes. « Certains codes de représentation entrent parfois en collision dans une même séquence hétérogène, absurde et inévitablement comique42 », souligne Sandra Gorgievski. La mise en danger de la troupe arthurienne par l’animation du dessin qui mêle cartoon et inspiration médiévale met en évidence un jeu des Monty Python sur les différents niveaux métatextuels, lesquels permettent de faire progresser – ou au contraire de ralentir à loisir – la narration.

2.3. La prise de pouvoir de l’image médiévale

  • 43 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 44 min. Traduction : « La (...)
  • 44 Id., 44-45 min.

16Le film Sacré Graal ! laisse apparaître une forme d’indépendance de l’animation qui bénéficie de ses propres codes et accède à une grande liberté vis-à-vis du reste de la narration cinématographique. L’image animée intègre non seulement l’image filmée, en venant la parasiter ou la structurer, mais elle déborde également sur le texte affiché à l’écran. Ainsi, la présentation du titre des aventures de Lancelot est retardée par une séquence animée surréaliste. Contrairement aux autres titres qui rythment le film, celui dédié à Lancelot apparaît en cours d’écriture. Le film représente en effet à la fois le texte sur la page, à la façon d’un manuscrit, et la main, dessinée, qui termine l’écriture du titre « The tale of Sir Launcelot43 ». Cependant, la rédaction de la dernière lettre est empêchée par un mouvement brusque, qui provoque une longue rature sur la page. Le copiste, lui aussi dessiné selon une esthétique librement inspirée du Moyen Âge, apparaît alors dans son cabinet d’écriture. Tandis que les bruits sourds se reproduisent de façon régulière, l’image « saute », suggérant un tremblement de tout le sol. Le dessin semble ainsi prendre vie et propose une mise en abyme des contraintes matérielles : le copiste représenté subit des mouvements qui viennent mettre à mal l’accomplissement de son œuvre littéraire. La présentation du titre des aventures de Lancelot est mise en attente par une saynète animée : le copiste descend péniblement les étages de sa haute tour pour venir réprimander le soleil, qui par ses bonds – le soleil et les nuages disposent ici de jambes tout à fait humaines – secoue la terre et perturbe le minutieux travail d’écriture44. Sur les injonctions du copiste, les nuages se dissipent et le soleil se couche, laissant au film la possibilité de reprendre son cours. Le copiste reprend alors la rédaction du titre, d’où la longue rature a disparu, et introduit ainsi les aventures du chevalier Lancelot. Ici, la scène n’entretient pas de lien narratif avec l’ensemble du film, si ce n’est qu’elle contribue à mettre en attente la séquence consacrée à Lancelot et à donner vie à l’image et au texte médiévaux dans leur procédé même de création.

  • 45 Id., 23 min. Traduction : « Regarde bien, Arthur. Voilà le Saint Graal. Regarde bien. Car votre mis (...)

17Dans le film des Monty Python, le texte et l’image, reprenant les codes esthétiques du Moyen Âge, ne jouent pas qu’un rôle illustratif dans les aventures des chevaliers de la Table Ronde. Au contraire, l’animation de l’iconographie médiévale est même à l’origine du déclenchement de la quête du Graal, prétexte narratif conservé tout au long du film. En effet, d’un point de vue diégétique, les chevaliers arthuriens débutent leur quête sur la seule indication donnée par Dieu, à travers une image de coupe apparue dans le ciel, et identifiée par la parole divine. Affichant entre les nuages la silhouette de la coupe, la voix de Dieu précise : « Behold ! Arthur, this is the Holy Grail. Look well, Arthur, for it is your sacred task to seek this Grail. That is your purpose, Arthur: the Quest for the Holy Grail45. » La mission d’Arthur et de ses chevaliers s’ouvre donc avec l’image, qui prend vie par l’intermédiaire de la parole divine. La quête du Graal naît de la représentation de la coupe : le film intègre ainsi un dessin dont l’influence est déterminante pour la suite de la narration et son esthétique. Les différentes étapes du script et des travaux préparatoires de Sacré Graal ! sont d’ailleurs emplies de croquis plus ou moins complets qui mettent en évidence l’importance de l’iconographie dans l’écriture du film par les Monty Python.

3. Créer les codes pour mieux les ébranler

18La mise en scène conjointe de l’image et du texte médiévaux permet aux réalisateurs de donner vie à une représentation issue du Moyen Âge, tout en en détournant les codes esthétiques et narratifs. Par sa nature même, le medium cinématographique associe le texte et l’image et propose une structure diégétique fondée sur l’harmonisation des deux. Sacré Graal ! va plus loin encore, en représentant ces éléments pour leur symbolique tout autant que pour leur matérialité, dans une optique de détournement burlesque. Les fonctions illustrative et informative du texte et de l’image ne disparaissent pas, mais sous-tendent une fonction parodique essentielle dans l’écriture cinématographique des Monty Python. Le film ne consiste pas simplement en une réécriture moderne et humoristique de la quête du Graal, mais apparaît comme l’animation de structures littéraires et esthétiques figées qui sont mises au service d’une recréation qui brouille les genres et les codes.

3.1. Le texte, l’image… et le son

  • 46 Sur la représentation de cet instrument, voir notamment Irène Fabry-Tehranchi, « L’illustration mar (...)
  • 47 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 24 min. Traduction : « La (...)
  • 48 Id., 23-24 min.

19Donner vie à la littérature médiévale passe d’abord, dans le cadre de la création cinématographique, par la mise en mots et par l’oralisation du texte écrit. L’importance des dialogues et du comique de langage dans Sacré Graal ! souligne le rôle premier accordé au texte, qui est à la fois représenté, mis en scène et entendu. L’animation de l’iconographie médiévale suit une logique similaire par l’ajout de bruits et de sons, articulés ou non. Les bruitages, les musiques et les paroles se superposent ainsi à l’esthétique inspirée du Moyen Âge : le texte et l’image accèdent à une dynamique visuelle, mais également sonore. Suite à l’annonce du début de la quête du Graal par Dieu, la première animation intégrée au film est d’ailleurs celle des trompettes46 : plusieurs plans dessinés et mis en mouvement permettent de préparer l’apparition à l’écran du titre « The Quest for the Holy Grail47 », tant sur le plan visuel que le plan musical. Le son des trompettes, censé souligner le caractère grandiose de la quête annoncée, est de nouveau détourné de façon burlesque, dans un effet de gradation. En effet, les instruments apparaissent tout d’abord dans un mouvement dynamique ascendant, en s’élevant progressivement vers le ciel. Sur le plan suivant, les trompettes, produisant une musique plus aiguë, émanent directement des nuages et traduisent la nature divine de la quête qui vient d’être confiée au roi Arthur et à ses chevaliers. Le bruit excessif produit par ces instruments provoque alors la chute d’un berger, lui aussi dessiné suivant l’esthétique médiévale, qui roule en avant sous la pulsion sonore des trompettes. L’apparition des anges qui s’élèvent vers le ciel dans la suite de l’animation est alors brièvement précédée d’un détournement trivial des trompettes : les instruments ne sont plus manipulés par des êtres invisibles et supérieurs, dissimulés par les nuages, mais par des figures humaines, nues et penchées en avant qui produisent les sons musicaux à l’aide de trompettes rectales. Cette image, qui pourtant n’apparaît que peu de temps à l’écran, demeure caractéristique de l’esthétique carnavalesque des Monty Python. Le contraste entre cette représentation détournée de la musique céleste et le mouvement ascendant des anges qui suit directement est en effet saisissant48. Le caractère irrévérencieux de l’iconographie mise en scène dans Sacré Graal ! fait écho à des illustrations grotesques déjà présentes dans certains manuscrits médiévaux, le plus souvent en marge. L’amusement et la distance prise avec les faits représentés constituent des éléments présents dans la pensée de certains copistes, et sont employés avec joie par Terry Gilliam et Terry Jones dans leur vision animée du Moyen Âge arthurien.

20Les enjeux narratifs et iconographiques issus des manuscrits médiévaux ne tendent pas nécessairement à une représentation « sérieuse », et l’art de la parodie se décline ainsi sous de nombreuses formes tout au long du film des Monty Python. Sandra Gorgievski remarque :

  • 49 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.

L’ultime technique parodique est la mise en abyme des codes narratifs. Plusieurs niveaux de narration coexistent, s’emboîtent les uns dans les autres ou se contredisent. La question est de savoir qui raconte la légende : dans le Conte de Sir Robin, le récit est d’abord conduit par une voix off qui instaure une distance par rapport à l’histoire et un lien avec le spectateur. Puis le ménestrel, comme au Moyen Âge, chante les hauts faits de son maître, chevalier sans peur et sans reproches, immédiatement contredit par les images49.

  • 50 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 31-32 min et 33-34 min.
  • 51 Id., 21-22 min.
  • 52 Id., 57 min. Traduction : « Il va nous raconter ».

21En effet, le chant du ménestrel, à la fois texte et son, ne sert pas tant à accompagner l’image qu’à la déconstruire50. La parole chantée du ménestrel devient affirmation de vérité par rapport aux prétentions de Robin, dont le comportement traduit chaque fois la couardise. De façon similaire, la chanson mise en scène dans la cour de Camelot est l’occasion de souligner l’étendue carnavalesque de cet espace traditionnellement associé à la grandeur du pouvoir arthurien51. La musique s’articule au détournement du texte et de l’image issus du Moyen Âge, et permet d’en souligner les limites comme les enjeux narratifs. Ainsi, au cours des aventures de Lancelot, le récit d’un jeune prince ayant survécu à une chute du haut d’une tour est mis en attente par l’intégration de la musique. La chanson « He’s Going To Tell », annonçant les propos du prince, permet paradoxalement de les mettre en attente, au grand désarroi du souverain52. Toute la cour se met à chanter afin de préparer le spectateur au récit de la survie miraculeuse du jeune prince. Or, ce récit n’est jamais mis en scène dans Sacré Graal ! et la chanson introductrice demeure le seul signe d’une information déconstruite. Le film reprend ici les codes diégétiques de la comédie musicale : le texte et l’image se mêlent à la musique pour insérer de nouveaux enjeux narratifs au film déjà surchargé de structures et de codes variés.

3.2. Double éclairage amusé et parodique

  • 53 Il est à noter que, dans les premières versions du script, les chevaliers trouvaient le Graal à plu (...)
  • 54 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 22-23 min. Il est à noter (...)

22Sacré Graal ! met en évidence la logique de déstructuration parodique proposée par les Monty Python dans un grand nombre de leurs créations. Les réalisateurs, Terry Gilliam et Terry Jones, portent ainsi un regard amusé sur la légende arthurienne, mais également sur leur propre époque. Les incursions contemporaines dans le Moyen Âge représenté, effectuées par l’intermédiaire des personnages – historien, policiers, animateur, etc. – ou des codes narratifs employés, soulignent la distance parodique prise à la fois avec les hypotextes arthuriens et avec les enjeux de la création cinématographique. Le texte, déconstruit et mis en scène, ne semble plus fiable ; l’image réelle est parasitée par l’image animée ; et le texte comme l’image sont mis à mal par les jeux musicaux et sonores. Quel support médiatique reste-t-il alors pour soutenir l’interprétation du spectateur ? Le Graal, objet céleste nommé par la parole divine et annoncé par une musique glorieuse, peut-il servir de point de repère dans la narration audiovisuelle des Monty Python que constitue Sacré Graal ! ? Le fait que les personnages de chevaliers n’accèdent jamais à la relique sacrée offre déjà une interprétation négative53. L’annonce de la quête elle-même contribue au développement de cette image distanciée. Dieu confie en effet à Arthur et à ses chevaliers la mission de trouver le Graal dans une scène qui alterne plans réels sur les chevaliers et plans dessinés et animés, représentant Dieu et le Graal, tous deux perçus dans les nuages54. Cette annonce constitue principalement un dialogue entre le roi Arthur, interprété par Graham Chapman, et l’image de Dieu dans le ciel. La représentation divine prend ainsi vie par l’ajout d’une voix qui est perceptible hors champ avant même l’image de Dieu. Or, c’est Graham Chapman qui prête également sa voix, un peu plus grave, à la figure divine. Par la réduction de la distribution dans le film, l’acteur entretient ainsi un dialogue avec lui-même, suggérant par anticipation l’impossible aboutissement d’une quête absurde. Sandra Gorgievski commente :

  • 55 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 93.

Les séquences de film d’animation minimisent la portée épique de la légende : le Graal apparaît en une image désacralisée qui participe de la vision miraculeuse et du spot publicitaire dans lequel le Tout-Puissant, dictateur manipulant les images, animateur de supermarché aux méthodes expéditives, impose une quête dénuée de sens aux chevaliers qui l’écoutent religieusement55.

  • 56 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 35-39 min.
  • 57 Ibid., 64-65 min et 72-73 min.

23Le texte divin, transmis ici sous sa forme orale, occupe certes un rôle déclencheur dans la quête du Graal, mais ne peut véritablement guider les chevaliers dans leurs aventures. Au début de la quête, l’image de la coupe sacrée, apparue entre les nuages, constitue alors le seul élément auquel les chevaliers de la Table Ronde peuvent se rattacher. Cependant, l’image s’avère trompeuse à son tour. Alors que le chevalier Galaad suit la représentation de ce qu’il pense être le Graal, l’image s’efface rapidement au-dessus du château Anthrax et cède la place au détournement burlesque : le Graal se révèle être un fanal trompeur employé par les jeunes femmes du château pour attirer, à la façon de sirènes, les chevaliers56. La troupe doit attendre les renseignements – oraux et écrits – apportés par l’enchanteur Tim et par le défunt Joseph d’Arimathie pour espérer trouver une véritable piste dans leur quête57. De même, l’animation de l’image médiévale proposée par les Monty Python ne semble constituer qu’un leurre : le Moyen Âge arthurien, mis à mal par l’écriture cinématographique et parodique, est nourri de codes et d’enjeux qui dépassent les seuls critères esthétiques et iconographiques médiévaux. Terry Gilliam et Terry Jones juxtaposent le texte, l’image et le son, et en brouillent les frontières dans une lecture nouvelle, audiovisuelle et profondément décalée.

24Dans Sacré Graal !, la littérature médiévale et ses enjeux sont perçus au prisme de la création audiovisuelle. L’image comme le texte sont unis pour former une narration qui alterne structure littéraire et déconstruction parodique : entre la représentation d’une érudition, réelle mais toujours distanciée, et la désacralisation comique proposée par les Monty Python, le film joue avec les limites de la syntaxe iconographique héritée du Moyen Âge, ainsi qu’avec les codes diégétiques liés à la légende du roi Arthur. Il ne s’agit pas d’une intégration forcée de la lettre et de l’image médiévales dans la production cinématographique. Plus subtilement, les réalisateurs Terry Gilliam et Terry Jones, soutenus par l’écriture collective des Monty Python, mêlent différents niveaux de narration et différents genres – littéraires, esthétiques et audiovisuels –, répondant aux enjeux médiévaux et contemporains dans un effet de variation. En animant à la fois le texte et l’iconographie, les cinéastes contribuent à créer une nouvelle vision de la légende, dans laquelle la lettre et l’image se fondent en un amalgame parodique. La déconstruction diégétique et esthétique traduit une rigueur paradoxale de la part des auteurs et réalisateurs, et n’est pas sans expliquer le succès de ce film toujours cité aujourd’hui parmi les premières références cinématographiques arthuriennes.

Haut de page

Bibliographie

François Amy de la Bretèque, L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Honoré Champion, 2004.

Susan Aronstein, Hollywood Knights: Arthurian Cinema and the Politics of Nostalgia, New York, Palgrave Macmillan, 2005.

Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, et Michael Palin, Monty Python and the Holy Grail (Book), Monty Python’s Second Film: A First Draft, London, Eyre Methuen, 1977.

Cinema arthuriana: Twenty Essays on Arthurian Film (revised edition), Kevin Harty (dir.), Jefferson, McFarland & Company, 2002.

Francis Delattre, « Monty Python, Sacré Graal ! », Collège au cinéma, dossier 168, Paris, Centre National de la Cinématographie, 2008.

Irène Fabry-Tehranchi, « L’illustration marginale d’un ouvrage profane : étude du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 95, xiiie siècle (1290) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 19.1 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 03 avril 2016. URL : http://cem.revues.org/13848

Alban Gautier, Arthur, Paris, Ellipses, 2007.

Gérard Genette, Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, 1991.

Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, 1975.

Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur. De l’imaginaire médiéval à la culture de masse, Liège, Éditions du Céfal, 2002.

Pierre Goubert, Le Roman du roi Arthur et ses chevaliers de la Table ronde, Nantes, L’Atalante, 1994.

Kevin Harty, The Reel Middle Ages, Jefferson, McFarland & Company, 2006.

Images du Moyen Âge, Isabelle Durand-Le Guen (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

Thomas Malory, Le Morte Darthur, Stephen Shepherd (ed.), New York, Norton & Company, 2004.

Thomas Malory, Le Morte Darthur, éd. de Peter J.C. Field, Cambridge, D.S. Brewer, 2013.

Le Moyen Âge au cinéma, Cahiers de la Cinémathèque 42-43, François Amy de la Bretèque (dir.), Perpignan, Institut Jean-Vigo, 1985.

Alfred Tennyson, Idylls of the King, Glasgow, Harper Collins, 1994.

Haut de page

Notes

1 Ces procédés, désormais traditionnels dans le cinéma comique, apparaissent déjà dans Hellzappopin’ (1941) de H.C. Potter.

2 La chaîne n’est renommée BBC One qu’en 1997.

3 Traduction littérale : « Et maintenant pour quelque chose de totalement différent ». La formule donne son titre au premier film des Monty Python, And Now for Something Completely Different (1971), traduit en français par La Première Folie des Monty Python.

4 Traduction : « trop loufoque ».

5 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail (Sacré Graal !), 1975, 22 min. Traduction : « À bien y réfléchir, n’allons pas à Camelot. L’endroit n’est pas sérieux ».

6 Francis Delattre, « Monty Python, Sacré Graal ! », Collège au cinéma, dossier 168, Paris, Centre National de la Cinématographie, 2008, p. 3.

7 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur. De l’imaginaire médiéval à la culture de masse, Liège, Éditions du Céfal, 2002, p. 93.

8 Alban Gautier, Arthur, Paris, Ellipses, 2007, p. 375.

9 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 10 min. Traduction : « La Dame du Lac, le bras drapé de pur brocart chatoyant, fit jaillir des profondeurs de l’onde Excalibur, l’épée qui, par la grâce divine, fait de moi votre roi. »

10 Le « samit », tiré du latin hexamitus, désigne une étoffe médiévale d’origine orientale, très riche, tissée avec six fils de soie.

11 Alban Gautier, Arthur, op. cit., p. 377.

12 Thomas Malory, Le Morte Darthur, éd. Stephen Shepherd, New-York, Norton & Compagny, 2004, livre I, « How Uther Pendragon Gate Kyng Arthur », p. 37. Traduction de Pierre Goubert, Le Roman du roi Arthur et se ses chevaliers de la Table ronde, Nantes, L’Atalante, 1994, p. 64 : « Et ils chevauchèrent jusques à un lac, lequel était large et d’une eau pure. Et au milieu du lac, Arthur aperçut un bras vêtu de soie blanche qui tenait dans sa main une belle épée. »

13 Ibid. Traduction de Pierre Goubert, Le Roman du roi Arthur, op. cit., p. 65 : « C’est bien, dit la demoiselle. Montez dans cette barque et ramez jusqu’à l’épée. Prenez-la, ainsi que le fourreau […]. Le roi Arthur et Merlin mirent pied à terre. Ils attachèrent leurs chevaux à deux arbres et montèrent dans la nef. Quand ils furent arrivés à l’épée que tenait la main, le roi Arthur la saisit par la poignée et l’emporta. Le bras et la main disparurent sous l’eau. »

14 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 43 min.

15 Ibid.

16 Le roi Arthur lui-même emploie ces « armes » pour obtenir des informations ou contrer ses adversaires. Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 58-61 min.

17 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 1 min. Traduction : « Un élan a mordu ma sœur une fois… »

18 Ibid., 1 min. Traduction : « Veuillez nous excuser pour les erreurs de générique. Les coupables ont été virés. »

19 Ibid., 3 min.

20 Id., 20 min. Traduction : « Le Livre du Film ».

21 Une scène plus tardive laisse voir le reflet brillant du papier photo employé pour intégrer les images du film au livre ainsi représenté. Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 41 min.

22 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 21 min. Traduction : « Leurs faits d’armes retentirent à travers les siècles ».

23 Id., 24 min. Traduction : « La Quête du Saint Graal ».

24 Id., 31 min. Traduction : « La geste de Robin ».

25 Id., 41 min. Traduction : « Scène 24 ».

26 Id., 41 min et 61 min.

27 François Amy de la Bretèque, L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 95.

28 Id., 30 min. Traduction : « Un célèbre historien ».

29 Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, et Michael Palin, Monty Python and the Holy Grail (Book), Monty Python’s Second Film : A First Draft, Londres, Eyre Methuen, 1977. Il est à noter que cette édition ne comprend pas de numérotation traditionnelle des pages. La distribution est toutefois accessible à la fin de l’ouvrage. Traduction personnelle : « John Young interprétait : le cadavre qui prétend n’être pas mort, et l’historien qui n’est pas du tout A.J.P. Taylor. Rita Davies interprétait : l’épouse de l’historien qui n’est (vraiment) pas A.J.P. Taylor. » A.J.P. Taylor fut l’un des premiers historiens universitaires à passer régulièrement à la télévision anglaise dans les années 1960, afin de vulgariser la connaissance historique – ce qui fut d’ailleurs très mal perçu par la communauté universitaire d’Oxford.

30 Les Monty Python suivent en ce sens un procédé déjà appliqué par Hergé dans la création du personnage du professeur Tryphon Tournesol, inspiré du savant suisse Raymond Piccard.

31 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 30 min. Traduction : « L’Histoire à l’école ».

32 Id., 31 min. Il est à noter que, contrairement à ce que l’arrestation d’Arthur et de ses chevaliers à la fin du film laisse à penser, ce meurtre n’est probablement pas commis par l’un des membres de la Table Ronde. En effet, le chevalier responsable de la mort de l’historien apparaît ici sur un cheval, alors que les héros arthuriens mis en scène dans Sacré Graal ! emploient tous des noix de coco pour signifier le bruit de leur monture absente.

33 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 84-85 min. Cette conclusion abrupte répond aux contraintes matérielles et financières de la production, les Monty Python n’ayant plus le temps ni les moyens de tourner une véritable scène de fin. À défaut d’une meilleure idée, l’intervention abrupte de la police est conservée comme scène de fin.

34 La Tapisserie de Bayeux présente notamment, dans la scène portant le numéro 26, une représentation de la main de Dieu, qui met en évidence la bénédiction de l’abbaye de Westminster récemment construite. Cette esthétique est parfois perceptible dans les animations proposées dans Sacré Graal !.

35 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 34 min.

36 Id., 15-16 min.

37 Id., 34 min. Traduction : « La geste de Galaad ».

38 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.

39 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 61 min.

40 Id., 74 min. Traduction : « Quand l’effroyable monstre s’apprêtait à fondre sur eux, le sort d’Arthur et des chevaliers parut réglé. Quand soudain, le dessinateur succomba à une crise cardiaque. Le péril graphique étant écarté, la quête du Saint Graal pouvait continuer. »

41 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.

42 Id., p. 93.

43 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 44 min. Traduction : « La geste de Lancelot ».

44 Id., 44-45 min.

45 Id., 23 min. Traduction : « Regarde bien, Arthur. Voilà le Saint Graal. Regarde bien. Car votre mission sacrée est de retrouver le Graal. Ce sera votre but unique : la quête du Saint Graal. »

46 Sur la représentation de cet instrument, voir notamment Irène Fabry-Tehranchi, « L’illustration marginale d’un ouvrage profane : étude du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 95, xiiie siècle (1290) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 19.1 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 03 mai 2016. URL : http://cem.revues.org/13848

47 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 24 min. Traduction : « La Quête du Saint Graal ».

48 Id., 23-24 min.

49 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 94.

50 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 31-32 min et 33-34 min.

51 Id., 21-22 min.

52 Id., 57 min. Traduction : « Il va nous raconter ».

53 Il est à noter que, dans les premières versions du script, les chevaliers trouvaient le Graal à plusieurs reprises, dans des endroits de plus en plus absurdes : dans un château français, en cadeau dans une boîte de céréales, dans la jungle auprès de Tarzan, etc.

54 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 22-23 min. Il est à noter que le visage choisi pour représenter Dieu est celui du célèbre joueur de cricket W.G. Grace.

55 Sandra Gorgievski, Le Mythe d’Arthur, op. cit., p. 93.

56 Terry Gilliam et Terry Jones, Monty Python and the Holy Grail, op. cit., 35-39 min.

57 Ibid., 64-65 min et 72-73 min.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Breton, « Sacré Graal ! et le détournement cinématographique », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/12202 ; DOI : 10.4000/peme.12202

Haut de page

Auteur

Justine Breton

Université de Picardie Jules Verne – TrAme (EA 4284)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page