Navigazione – Piano del sito
État de la recherche
Ouvrages collectifs

Le Roman français dans les premiers imprimés

Paris, Classiques Garnier, 2016
Florence Bouchet
Riferimento/i:

Le Roman français dans les premiers imprimés, sous la direction d’Anne Schoysman et Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, 2016, 196 p.

Testo integrale

1La question de la transition du manuscrit à l’imprimé a suscité d’assez nombreuses recherches ces dernières années, facilitées par diverses campagnes de numérisation et bases de données en ligne. Ce volume propose neuf dossiers (présentés suivant l’ordre alphabétique de leurs auteurs), mis en perspective dans une introduction synthétique. Renaud Adam fait le point sur l’activité de Colard Mansion, tour à tour copiste, imprimeur et traducteur. Olivier Delsaux analyse la « forme » du Décameron de Boccace (traduit par Laurent de Premierfait) imprimé en 1485 par Antoine Vérard. Adeline Desbois-Ientile met au jour les intertextes médiévaux du « Roman de Pâris » contenu dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges. Paolo Di Luca présente Florent et Lyon, adaptation en prose (fin xve siècle) d’un roman en vers du xiiie (Octavian) ; il résume son histoire éditoriale et esquisse quelques réflexions sur les techniques de mise en prose. Sophie Lecomte évalue la pertinence de la prise en compte des deux imprimés (xvie siècle) de la mise en prose (xve siècle) de Guy de Warwick (roman du début du xiiie s.) pour l’édition de cette dernière. Giovanni Matteo Rocatti répertorie les romans français imprimés entre 1474 et 1499, ce qui lui permet d’identifier les titres les plus populaires, de localiser les editiones principes (d’abord Bruges, Genève et Lyon, puis Rouen et Paris) et d’éclairer les raisons de ces choix éditoriaux. François Suard explique pourquoi l’histoire de La Reine Sebile, quoique ayant bénéficié de plusieurs mises en prose en diverses langues européennes, n’a pas été imprimée en France : Sebile a été éclipsée par le chien d’Auberi (devenu un exemplum célèbre) et la matière carolingienne était connue à travers d’autres textes imprimés. Martine Thiry-Stassin étudie la version abrégée de la mise en prose de la Chanson de Bertrand du Guesclin imprimée en 1487 par Pierre Gerard ; celle-ci, jointe au Triomphe des Neuf Preux, contribue à faire du connétable breton le dixième Preux (il faut rappeler toutefois qu’Eustache Deschamps avait déjà amorcé cette consécration). Tania Van Hemelryck retrace la tradition textuelle du Perceforest et montre en quoi le péritexte de l’édition de Galliot du Pré (1528) est révélateur de la première réception de ce roman et de la montée en puissance du libraire.

2Comme le soulignent Anne Schoysman et Maria Colombo Timelli dans leur introduction, l’étude des incunables est cruciale pour mieux comprendre les stratégies éditoriales par lesquelles la matière romanesque du Moyen Âge (reconfigurée par les mises en prose du xve siècle) s’est transmise à la Renaissance et même au-delà (Bibliothèque Bleue, Bibliothèque universelle des romans, « médiévalisme » romantique). L’impression d’œuvres médiévales ne répond pas seulement à des intérêts littéraires ; c’est aussi, voire d’abord une opération commerciale de la part de libraires soucieux de vendre leur production à un public désormais ouvert (le passage du manuscrit à l’imprimé implique la sortie du système clos de la commande mécénale). Le découpage du texte en chapitres (et en paragraphes), récapitulés dans des tables des matières, agrémentés d’illustrations, vise à faciliter la lecture. Les enquêtes recueillies dans ce volume donnent une idée de la mise en place de nouveaux circuits de diffusion du livre.

3Cependant la promesse du titre du recueil n’est pas tout à fait tenue. Certains corpus étudiés ne sont pas proprement des « romans », même en tenant compte de l’hybridation des matières épique et romanesque dans les remaniements en prose utilisés par les libraires-imprimeurs. La production de Colard Mansion fait à cet égard problème (d’ailleurs Giovanni Matteo Roccati ne relève dans son inventaire que son édition de L’Abuzé en court) ; le Décameron, en tant que recueil de nouvelles, est, selon Roccati, d’une nature « bien différente du récit romanesque » (p. 97, n. 2). Plusieurs études manquent d’espace pour développer l’examen spécifique des procédures de récriture du roman à l’âge de l’imprimé et s’arrêtent principalement à l’inventaire des témoins manuscrits et imprimés de l’œuvre étudiée et à la comparaison du roman en vers et de sa mise en prose. Notons au passage qu’il y a débat quant à l’utilisation des imprimés dans le travail d’édition critique : Sophie Lecomte montre que certains imprimés, quoique tardifs, aident à restituer des leçons altérées dans le manuscrit de base ; cependant Tania Van Hemelryck précise qu’il ne faut pas s’en tenir à cette démarche philologique. En effet, le péritexte (page de titre, privilège, prologue) propre à l’imprimé explicite l’intérêt des œuvres éditées et recadre la communication avec les lecteurs qui sont aussi des clients. Il aurait été intéressant, dans plusieurs des dossiers proposés, de prolonger la réflexion du côté des publics visés et d’envisager dans quelle mesure l’œuvre médiévale est adaptée à un lectorat nouveau, en cours de diversification (passage d’un public aristocratique à un public plus populaire, notamment).

  • 1 On connaît la réticence des éditions Garnier envers les illustrations ; force est de déplorer que c (...)

4Plusieurs descriptions codicologiques d’imprimés mentionnent les bois gravés, qui malheureusement ne sont pas reproduits1 (à l’exception du bois figurant Bertrand du Guesclin, p. 150). Il y aurait certainement matière à élaborer des analyses iconographiques susceptibles d’éclairer la réception des œuvres médiévales, quand bien même l’on sait que les imprimeurs se sont souvent livrés à un « bricolage » dicté par des raisons d’économie. On peut aussi regretter que, parmi les précieuses annexes de Giovanni Matteo Roccati, les graphiques des p. 114-115 soient peu lisibles en raison du trop petit corps de caractères utilisé. Le volume est utilement complété par quatre index (Auteurs et titres, Noms propres, Imprimeurs et libraires, Manuscrits).

5Ce recueil fournit des pistes utiles à des investigations ultérieures qui aboutiront, souhaitons-le, à une grande synthèse. On peut se réjouir que ce domaine d’enquête offre une belle occasion de faire collaborer médiévistes et seiziémistes.

Inizio pagina

Note

1 On connaît la réticence des éditions Garnier envers les illustrations ; force est de déplorer que cela constitue un frein aux recherches iconographiques, qui pourtant peuvent constituer un complément précieux de l’analyse textuelle.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Florence Bouchet, « Le Roman français dans les premiers imprimés », Perspectives médiévales [Online], 38 | 2017, Messo online il 01 gennaio 2017, consultato il 16 dicembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/12526

Inizio pagina

Autore

Florence Bouchet

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Perspectives médiévales

Inizio pagina