Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

Béatrice Laurenti, La Contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale

Paris, Classiques Garnier, 2016
Anna Gęsicka
Référence(s) :

Béatrice Laurenti, La Contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale, Paris, Classiques Garnier, 2016, « Savoirs anciens et médiévaux » 4, 338 p.

Texte intégral

1Le livre de Béatrice Laurenti est consacré à la problématique universelle de la transmission des réactions psycho-physiologiques d’une personne à l’autre, la « contagion des émotions », qui fut désignée au Moyen Âge par le terme énigmatique de compassio. L’auteure annonce vouloir « mettre en évidence la place qu’occupe cette notion dans les écrits des auteurs scolastiques, les explications qu’elle a suscitées et les diverses questions qu’elle reprend en écho ». Ce qui l’intéresse surtout dans l’examen des subtilités doctrinales, c’est leur aspect de « pratiques de parole et d’écriture » (p. 16).

2L’ouvrage a une composition logique : le lecteur est averti du propos puis, guidé dans sa lecture, il trouve à chaque étape une conclusion récapitulant les observations et annonçant ce qui va être traité ensuite.

3Dans un court « Avertissement » (p. 9-10), Béatrice Laurenti rend compte des étapes de sa recherche et indique ses travaux antérieurs qui lui ont fourni la matière de certains chapitres de ce livre. L’auteure y justifie sa lecture des sources, qui s’appuie sur des commentaires médiévaux relatifs à la problématique de la compassion. L’« Introduction » (p. 11-17) est concise et bien construite. Béatrice Laurenti y élabore sa problématique de la transmission – d’une personne à l’autre – des réactions psycho-corporelles observées par les penseurs du Moyen Âge et d’autres époques. Elle analyse ensuite la notion centrale de son livre, qui est également au cœur de la réflexion médiévale : la compassio. Elle retrace deux définitions de ce terme. La première est courante : « un mouvement de commisération, une solidarité dans la douleur, exactement comme en français : la capacité à souffrir “avec”, une attitude d’empathie qui rend sensible à la douleur d’autrui et incite au partage » (p. 12). La seconde s’appuie sur l’étymologie et met en valeur la capacité d’« éprouver une passion, et de l’éprouver ensemble » (p. 12). La passio y est comprise comme « toute forme d’affection subie par le corps ou par l’âme ». La compassio, par conséquent, « est une passio, un état passif du corps ou de l’âme répondant à un principe de sympathie. C’est une réaction psychique ou corporelle provoquée par le comportement d’autrui et consistant le plus souvent en une imitation de ce comportement. Cette imitation est involontaire. Elle est « mise en œuvre par le jeu sensoriel, sans faire intervenir une interaction psycho-langagière » (p. 12).

4La réflexion se développe au carrefour de nombreux domaines de la recherche actuelle (sciences sociales, biologie et neurosciences, psychanalyse, philosophie, anthropologie). Mais elle a aussi recours aux savoirs médiévaux et analyse des commentaires universitaires et des discours médicaux des xiiie et xivsiècles. De ce point de vue, Béatrice Laurenti explore deux pistes. En premier lieu, la fortune du nouveau terme-concept de compassio dans la réflexion médiévale, à partir de la traduction et de l’interprétation de la section VII des Problemata physica attribués à Aristote. En second lieu, « des phénomènes rassemblés sous l’étiquette “compassio” », auxquels s’intéressent les savants médiévaux (p. 15).

5Le livre est divisé en deux grandes parties analytiques. La première (« Les Problemata, creuset de la compassion médiévale », p. 19-145) s’ouvre par une introduction exhaustive consacrée à l’œuvre-source, ses auteurs prétendus et ses traductions latines qui ont circulé dans la culture médiévale, contribuant à concevoir un « paradigme de la compassion » (p. 22). Puis, dans les chapitres suivants, sont analysés différents actes de la compassio : la souffrance à distance, la contagion du bâillement, le frisson de compassion, la transmission des maladies. L’examen s’appuie sur de larges citations en grec ou en latin, commentées par l’auteure avec un remarquable sens du détail. À titre d’exemple, le chapitre sur le bâillement rend compte d’un effort impressionnant, manifesté par les médiévaux, pour comprendre le mécanisme psycho-physiologique du mouvement d’air exhalé par le bâilleur et sa reprise par les témoins de l’acte. Les commentateurs médiévaux comparent leurs sources, surtout Aristote et Avicenne, en portant leur propre jugement et en proposant leurs propres explications de ce phénomène. De façon aussi détaillée que le sont les auteurs médiévaux à propos du vocabulaire utilisé par les auteurs antiques, Béatrice Laurenti se penche sur l’emploi de ce vocabulaire, la qualité de la traduction et son adéquation au texte original.

6La deuxième partie (« Autres sources et autres champs. Chemins parallèles, contrepoints », p. 147-292) débute par une courte introduction qui présente l’objet de la réflexion qui « entend ouvrir l’enquête à d’autres horizons. Il s’agit d’examiner la place qu’occupe la compassion dans la culture médiévale en dehors de la tradition des Problemata. [...] L’enquête s’engage aussi sur le vocabulaire et sur son aire de diffusion en Occident [...] » (p. 149). Les aspects suivants sont abordés : la compassion et la miséricorde dans la théologie et dans la pastorale, la compassion dans la médecine salernitaine, les sources médicales, la compassion dans la médecine scolastique, la compassion dans la philosophie naturelle. Tous ces aspects sont finalement rapportés soit aux Problemata, soit aux commentaires médiévaux analysés dans la première partie, et Béatrice Laurenti propose une approche différentielle des textes fine et nuancée.

7La dimension humaniste de ce livre et son impressionnant apport scientifique font toute la valeur de cet ouvrage. Le lecteur y est amené à réfléchir au phénomène de la compassion et à la place qu’il occupe dans le grand système naturel de la « sympathie ». Telle est d’ailleurs l’intention explicite de l’auteure qui a eu la très bonne idée de placer en exergue de ses chapitres des citations littéraires, puisées à différentes époques et cultures, illustrant cette dimension universelle de la contagiosité des émotions.

8D’une certaine façon, dans ce livre le lecteur se reconnaîtra lui-même, ainsi que certaines de ses attitudes par rapport au monde environnant, ses réactions face aux émotions d’autrui. Le chapitre sur la souffrance, par exemple, se révèle très inspirant. De nos jours, cet aspect de la vie humaine – que l’on peut appeler l’empathie – est intensivement examiné dans le cadre de réflexions sociologiques, philosophiques, psychologiques. Dans un monde contemporain où les médias diffusent quasi instantanément toutes sortes de malheurs, comment réagir et supporter ces émotions violentes ? Bloquer intentionnellement, pour se protéger, la compassio naturelle peut-être une façon d’éviter cette violence.

9Par ailleurs, la thématique de ce livre touche de près la problématique de la volition : les auteurs médiévaux hésitent, et tentent de distinguer ce qui – sous les diverses modalités de la contagion et de l’imitation – procéderait de l’acte volontaire ou involontaire (pp. 95-98, 130, 134, 154-155, 175).

10Béatrice Laurenti replace le raisonnement des auteurs médiévaux dans le contexte intellectuel de la scolastique. Là où c’est possible – et toutes proportions gardées – l’auteure démontre la « modernité » de telle ou telle approche médiévale par rapport aux acquis actuels des neurosciences (p. 91, 115). Les explications des médecins anciens pourront parfois sincèrement amuser le lecteur contemporain qui ne saura pourtant leur refuser la fraîcheur du regard porté sur le problème (p. 131, 176, 211, 219). 

11C’est donc un livre passionnant que Béatrice Laurenti nous donne à lire pour notre plus grand plaisir et profit. Il se recommande bien sûr aux spécialistes médiévistes, mais aussi à ceux qui aiment tout simplement se souvenir que nous appartenons à une grande famille qui a en partage une sensibilité commune et qui, depuis toujours, cherche à en comprendre les ressorts intimes. À tous, ce livre fournira une riche matière pour la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Béatrice Laurenti, La Contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/13560

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic – Toruń (Pologne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page