Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

La Prise de Cordres et de Sebille, édition et traduction, Paris, Honoré Champion, 2 vol., 2011.

Patrick Brouchier
Référence(s) :

La Prise de Cordres et de Sebille, édition, présentation et notes par Magaly Del Vecchio-Drion, Paris, Champion, « Classiques français du Moyen Âge » 165, 2011, 544 p.

La Prise de Cordres et de Sebille, traduction, présentation et notes par Magaly Del Vecchio-Drion, Paris, Champion, « Traductions des classiques du Moyen Âge » 87, 2011, 176 p.

Entrées d’index

Mots clés :

cycle de Guillaume

Keywords :

Guillaume cycle

Parole chiave :

ciclo di Guillaume

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Guibert d’Andrenas, Prise de Cordres et de Sebille, Guibert, Bertrant, Hernaut
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Prise de Cordres et de Sebille, chanson de geste du xiie siècle, publiée d’après le manuscrit un (...)

1La Prise de Cordres et de Sebille est une chanson de geste assez méconnue du début du xiiie siècle, appartenant au cycle de Guillaume, et en particulier au petit cycle des Narbonnais. Elle met en scène les nombreux fils d’Aymeri, dont Guibert, Bertrant et Hernaut, parmi tant d’autres, jeunes héros cherchant à gagner en légitimité lors de la (re)conquête du territoire espagnol. Contenue uniquement dans le manuscrit D (Bibliothèque nationale de France, français 1448, mi-xiiie siècle) compilant un certain nombre de textes du cycle, elle apparaît à la place de Guibert d’Andrenas, dont elle constitue à la fois une « suite » et une « réécriture », une « sorte de palimpseste » (p. 152), comme le démontre, de manière claire et convaincante, MDVD dans son introduction. Véritable hapax littéraire médiéval, cette chanson présente de nombreux « défauts », comme celui d’être inachevée par exemple, mais elle n’est pas pour autant digne du délaissement dans lequel la critique l’a tenue depuis sa première édition en 1896 par Ovide Densusianu1. C’est cette injustice que souhaite en tout cas réparer MDVD par la publication de sa thèse doctorale chez Honoré Champion.

  • 2 La Prise de Cordres et de Sebille, an Epic Poem of the Thirteenth Century, Philadelphie, University (...)
  • 3 Le manuscrit comporte plusieurs tables des matières de mains ultérieures. La première donne pour ce (...)
  • 4 Archéologie de l’épopée médiévale. Structures trifonctionnelles et mythes indo-européens dans le cy (...)

2Le premier volume présente une édition accompagnée d’une copieuse introduction (244 p.) abordant aussi bien la question des éditions antérieures, celle du manuscrit D et de la place de cette chanson dans le cycle des Narbonnais, de sa datation, de son intérêt littéraire, que l’établissement de ce dernier ainsi que sa langue et sa versification. Dans son étude des éditions antérieures, seule celle d’Ovide Densusianu est considérée comme digne d’intérêt, tandis que la seconde de Kenneth Armand Morneau2 (jamais publiée) « ne se démarque pas vraiment » (p. 10) de son prédécesseur. La date de cette première édition ainsi que sa méthode lachmanienne, « voulu[e] par les normes scientifiques de l’époque » (p. 10), justifie une nouvelle édition. MDVD offre une description très précise du manuscrit D, isolé dans la tradition manuscrite, et en particulier des folios contenant la Prise de Cordres et de Sebille. L’éditrice ne commente pas le titre de la chanson ; pourtant ce dernier n’apparaît pas dans le manuscrit et semble n’être qu’une création moderne héritée de l’édition de 18963. Les hypothèses proposées pour expliquer le caractère unique de cette chanson et pour comprendre son insertion, son origine, son rôle dans le cycle, sont intéressantes. Le copiste possédait, selon toute vraisemblance, une version isolée de la Prise. Il a pu l’intégrer au codex, soit parce que le manuscrit modèle ne contenait ni Guibert, ni la Prise, soit, parce que la présence de Guibert dans ce modèle a fait surgir aux yeux du copiste des « absurdité[s] » auxquelles il a souhaité remédier (p. 20). La nouvelle et prudente datation (passant du xiie siècle au début du xiiie) est, elle-aussi, convaincante. L’étude de la langue aurait peut-être pu permettre d’approfondir cette réflexion. L’« Analyse de la chanson » consiste en un résumé complet et fonctionnel, comme c’est l’usage. La suite de l’introduction consiste en une étude des enjeux littéraires, qui doit beaucoup aux travaux de Joël H. Grisward4. MDVD aborde ainsi le cycle et l’insertion de la chanson en son sein (p. 144-155), mais aussi la question du ou des héros de la Prise (p. 155-159). Elle analyse ensuite la représentation des différents membres de la famille narbonnaise et celle du monde sarrasin dans toute sa complexité (p. 159-200) ce dernier étant «  celui d’où émergent des personnages qui vont sauvegarder l’équilibre du monde en préservant les chrétiens du "péril sarrasin" » (p. 174-175). C’est ainsi qu’elle observe le rôle des femmes et des convertis, ou « transfuges » (p. 183). Elle s’attarde ensuite, à juste titre, sur l’écriture même de l’œuvre (p. 200-229) et sa tension apparente entre style épique traditionnel et tentations romanesques, concluant que cette « chanson de geste a gagné en nuances et a enrichi la peinture morale de ses personnages de nouvelles attitudes, plus proches de la réalité du public » (p. 225). L’hybridité générique permet de redonner quelques lettres de noblesse à ce texte, si souvent délaissé, en l’inscrivant dans une mouvance caractéristique des chansons de geste du xiiie siècle. MDVD termine son étude littéraire par des remarques sur l’idéologie promue par l’œuvre concernant la chevalerie, l’autorité politique et l’« esprit de croisade », typique des productions épiques de l’époque (p. 230-248). S’ensuit alors une bibliographie adéquatement triée et amplement fournie (p. 252-276).

  • 5 On retrouve la formule devenue stéréotypée : « Nous reproduisons le texte du manuscrit D aussi fidè (...)

3L’exposé des principes d’établissement du texte, également contenu dans cette introduction, répond aux exigences de l’exercice non sans poser quelques problèmes. MDVD propose notamment de résoudre l’abréviation par tilde ou barre de nasalité en -m uniquement pour les termes « nom, femme et Romme » (p. 24) tandis qu’elle adopte un -n dans tous les autres cas. Cette distinction n’est pas justifiée par l’éditrice : s’est-elle appuyée sur des formes non abrégées du manuscrit (du moins dans la partie rédigée par le même copiste) ? Si cela n’est qu’un détail, la caractérisation du travail du copiste interroge : le scribe offrirait un « travail soigné » (p. 14) mais se montrerait aussi « assez négligent » (p. 28), et cette négligence supposée sert à justifier le nombre important de corrections apportées au texte, et un interventionnisme problématique au regard d’une démarche éditoriale présentée comme bédiériste5 en opposition au lachmanisme de son prédécesseur. La typologie des « fautes » commises par le scribe s’étend ainsi des pages 28 à 31 et aurait peut-être nécessité une plus grande réflexion autour de la notion de « faute » et des pratiques éditoriales à adopter. MDVD corrige, par exemple, le verbe du vers 9 gietent en giete afin de l’accorder avec le sujet singulier soloz. Elle offre pourtant en note de fin de volume une explication satisfaisante à cette forme P6 du verbe via un accord par syllepse avec les rayons du soleil (p. 394). De plus, l’éditrice ne suit pas toujours ses propres principes. Elle signale, par exemple, l’amuïssement de la voyelle atone en hiatus dans seusent que l’on retrouve graphié susent dans le manuscrit au vers 784, afin de rejeter l’une des corrections de son prédécesseur. Elle corrige pourtant au vers 420 la forme deustes en deüs, rajoutant un hiatus et modifiant le rang personnel de cette forme, alors que la leçon originale était juste selon le même principe d’amuïssement précédemment évoqué. Le -e peut se lire ici comme une simple réminiscence graphique.

4L’étude de la langue du manuscrit est très riche (p. 32-103). Malgré les précieuses identifications des traits dialectaux présents dans le texte (picards, lorrains, de l’Est, orléanais, etc.), certaines formes ne sont que vaguement identifiées (pages 39, 41, 50 et 51). De plus, on rencontre des explications fluctuantes, comme celles concernant le terme de barnaige : le -i est considéré comme issu « d’une palatalisation de [a] tonique en syllabe fermée » par traitement dialectal lorrain (p. 33), mais il est analysé ailleurs comme un « phonème de transition devant un [g] palatal » par traitement dialectal de l’Est et orléanais (p. 43). Si MDVD prend soin de relever les hapax de cette chanson de geste dans la partie « Lexique » (p. 100-101), ce qui est utile d’un point de vue lexicographique, elle ne fournit pas davantage d’explications à leur sujet.

5L’étude de la versification est très riche et sert un souci d’exhaustivité similaire à celui de l’étude linguistique. Elle est toutefois ancrée dans une conception classique des vers médiévaux et offre une interprétation problématique de l’omniprésence de la césure épique :

Cet abrégement prosodique par apocope en fin d’hémistiche de la finale féminine correspond d’une part à l’amuïssement naturel provoqué par la langue orale, d’autres part à l’entraînement rythmique du décasyllabe et de l’alexandrin réguliers (p. 104-105).

6L’idée d’une influence du code oral sur le code versifié laisse perplexe, et est peut-être inadaptée à la poésie médiévale. De plus, MDVD recense seulement trois coupes lyriques (v. 421, 1913 et 2356) au sein des 2948 vers de cette chanson (p. 105), alors qu’en acceptant d’en dénombrer davantage, un grand nombre de corrections aurait pu être évité. C’est par exemple le cas du vers 247 que l’éditrice corrige pour obtenir une coupe épique (« Je [bien] diroie qu’il n’a tel chevalier ») alors que le vers originel forme un décasyllabe juste avec une coupe lyrique (« Je diroie qu’il n’a tel chevalier »). On relève la même configuration dans les vers 554, 613, 733, 751, 980, 1414, 1778, 1994, 2117, 2634 et 2802. Quelques alexandrins isolés ont aussi malheureusement été corrigés en décasyllabes malgré leur justesse comme le vers 228 par exemple (« No ferai, dist Butor, biaus sire, par mon chief ») ou encore le vers 2485.

7Le texte édité en lui-même possède des qualités certaines : une ponctuation souvent judicieuse, une volonté de signaler toutes les corrections apportées et des notes explicatives très fournies en fin de volume. L’édition aurait cependant gagné en clarté si avaient été distinguées par deux niveaux de notes de bas de page les remarques sur le manuscrit et les leçons rejetées. Ces dernières sont d’ailleurs inscrites en transcription diplomatique peu lisible. L’adoption de crochets pour signaler les corrections aussi bien que les reconstitutions de l’éditrice (lacunes des pages coupées) prête parfois à confusion, notamment en début de vers (comme au v. 2868). Un usage du tréma en fonction métrique aurait apporté une aide certaine à la lecture de nombreux vers, notamment dans le cas de hiatus causés par des mots outils comme ge, que, se (v. 26, 42, etc.) que l’éditrice mentionne dans son étude de la versification (p. 103). MDVD signale consciencieusement les corrections qu’elle adopte à partir de l’édition d’Ovide Densusianu par la mention « Corr. D. » en note de bas de page, mais ces emprunts ne sont pas toujours rigoureusement signalés dans les notes de fin de volume. Certaines corrections ne reçoivent aucune explication, comme pour le passage de vié à viés au vers 1576. Si l’édition précédente sert véritablement de modèle, MDVD s’en distancie à de multiples reprises et prend soin d’expliquer ces différences en notes de fin de volume.

8Le glossaire (p. 451-518) et l’index des noms propres (p. 519-531), particulièrement copieux, ne reçoivent toutefois aucune introduction expliquant le choix des entrées, ni la graphie sélectionnée, ni la présentation typographique générale. Ainsi, certaine entrées sont imprécises : le fait qu’il s’agisse d’un pluriel n’est ainsi jamais signalé (ex : bericles, cornailles, grapaus, trives, etc.). Elles ne sont pas toujours utiles, les sens étant rigoureusement ceux du français moderne : lanterne est glosé par « lanterne », mangier par « manger », praierie par « prairie ». D’autres auraient méritées plus d’explications, comme la préposition a glosée par la conjonction de coordination « et » dans quelques vers, alors que cela n’est pas signalé dans la partie sur la coordination de l’« Étude de langue » mais dans la partie sur la graphie (p. 33). Le relevé des formes, autant pour le glossaire que pour l’index, est néanmoins exhaustif et souvent salutaire pour un lecteur peu aguerri, compte tenu des nombreuses variantes graphiques liées aux traits dialectaux.

9Le second volume propose une introduction littéraire (version condensée de la première) toujours aussi convaincante, bien que plus brève, suivie d’une bibliographie revue et réorganisée. La table des noms propres repose sur des règles typographiques plus claires. Les notes de fin de volume maintiennent les informations importantes du premier volume et proposent souvent une forme de vulgarisation du savoir sur la culture médiévale pour le grand public. Le lecteur appréciera ainsi les explications sur le verger, sur les mets et boissons médiévaux, sur les pièces d’équipement ou encore sur le perron. La traduction offre un texte agréable et entraînant, estompant l’aspect parfois répétitif des chansons de geste grâce à aux effets de varaiation lexicale, notamment lors des scènes de combat ou de joutes verbales. On notera toutefois une tendance à la traduction par le même, tantôt assumée, comme dans le cas d’aumaçor (« Remarques préliminaires », p. 23), tantôt problématique et non explicitée. Le terme cortois (v. 581) est ainsi traduit par « conduite courtoise » (p. 40), alors que le contexte plus précis appellerait le sème de « mesure », le personnage d’Aymeri refusant la colère qui risque de la submerger face aux paroles belliqueuses de Butor.

10Bien que certains choix éditoriaux soient imputables aux difficultés du travail sur un texte conservé dans un manuscrit unique, d’autres auraient mérité une plus grande attention. L’entreprise de réhabilitation et de mise à disposition pour le public de cette chanson de geste, souvent mal aimée par la critique, n’en demeure pas moins menée à bien par MDVD et son étude littéraire convaincante. Elle offre également de nombreuses pistes littéraires, stylistiques et linguistiques, que les chercheurs pourront suivre pour continuer l’élan initié par la jeune éditrice.

Haut de page

Notes

1 La Prise de Cordres et de Sebille, chanson de geste du xiie siècle, publiée d’après le manuscrit unique de la Bibliothèque Nationale, Paris, Firmin Didot, SATF, 1896, 194 p.

2 La Prise de Cordres et de Sebille, an Epic Poem of the Thirteenth Century, Philadelphie, University of Pennsylvania, 1974, 266 p.

3 Le manuscrit comporte plusieurs tables des matières de mains ultérieures. La première donne pour ce texte le titre « La Conquête d’Espagne », tandis que la troisième (la seconde étant erronée) l’inclut dans « Romans des enfants d’Aimery de Narbonne » (plusieurs branches). C’est le titre « La Conquête d’Espagne » qui est utilisé dans le catalogue général des manuscrits français de la Bibliothèque Impériale (Bibliothèque impériale. Département des manuscrits. Catalogue des manuscrits français. Tome premier : Ancien fonds, Paris, Firmin Didot, 1868, p. 230).

4 Archéologie de l’épopée médiévale. Structures trifonctionnelles et mythes indo-européens dans le cycle des Narbonnais, Paris, Payot, 1981, 348 p.

5 On retrouve la formule devenue stéréotypée : « Nous reproduisons le texte du manuscrit D aussi fidèlement que possible et en essayant de matérialiser le mieux possible les modifications apportées » (p. 31).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Brouchier, « La Prise de Cordres et de Sebille, édition et traduction, Paris, Honoré Champion, 2 vol., 2011. », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14367 ; DOI : 10.4000/peme.14367

Haut de page

Auteur

Patrick Brouchier

Doctorant, Aix-Marseille Université, professeur agrégé de lettres modernes, Académie de Besançon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page