Navigation – Plan du site
État de la recherche
Ouvrages collectifs

La Fabrique du signe. Linguistique de l’émergence entre micro- et macro-structures, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2010

Patrick Brouchier
Référence(s) :

La Fabrique du signe. Linguistique de l’émergence entre micro- et macro-structures, éd. Michel Banniard et Dennis Philps, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, « Interlangues linguistique et didactique » 57, 2010, 332 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage est l’aboutissement, perçu comme une étape seulement, de plusieurs années de travail en séminaire ainsi que d’un colloque de deux jours organisé par les éditeurs, Michel Banniard et Dennis Philps, autour de la notion d’« émergence » appliquée tant à la linguistique qu’à l’histoire littéraire. L’étude de l’émergence se définit comme « repos[ant] sur l’observation que l’ensemble est plus simple que la juxtaposition des parties » (p. 13), en d’autres termes, un ou plusieurs principes pourraient plus facilement se dégager d’une masse perçue dans son ensemble qu’à partir d’une accumulation de propriétés issues d’éléments la composant. Les deux axes de réflexion choisis comme prémisses à ces travaux amènent, pour le premier, à repenser les phénomènes sublinguistiques, la naissance du signe même, et, pour le second « les conditions d’élaboration des langues littéraires à partir des langues naturelles » (p. 14). Cette nouvelle approche ainsi que les deux versants choisis entraînent une division de l’ouvrage en quatre parties ou « fenêtres », intitulées « Du langage aux langues littéraires », « Mutations fonctionnelles », « Logiques de la narration » et « Signes et symboles ». Le tout est précédé d’une introduction et suivi d’une conclusion des éditeurs rappelant les enjeux et difficultés de cette philosophie de l’émergence appliquée à la linguistique et à la littérature, expliquant l’organisation interne de l’ouvrage et les liens entre les contributions, et rappelant enfin, à juste titre, les nombreuses problématiques soulevées et laissées en suspens par leur démarche. Dans ce compte rendu, nous porterons une attention plus particulière aux articles portant sur le Moyen Âge, sans ignorer toutefois les contributions sur l’Antiquité ou sur la linguistique plus générale et théorique.

2La première partie réunit trois contributions autour de l’émergence du langage humain, celle de la langue littéraire, latine ici, et la réévaluation des approches linguistiques à faire en conséquent. Jean-Louis Dessalles présente dans le premier article « L’émergence du langage au cours de l’évolution » (p. 22-33) une réflexion claire et convaincante sur la naissance du langage et ses fonctions. Le langage serait apparu comme « moyen d’afficher certaines qualités dans un contexte social particulier » (p. 30), dans une forme de compétition où prédominent les deux fonctions langagières originelles : « narrative » et « argumentative ». Christian Dumont propose ensuite une étude des origines possibles du latin littéraire classique, langue parfaite défendue par Cicéron, dans sa contribution « La langue du théâtre latin entre décalque et démarcation du grec » (p. 34-46). Il constate que, si les auteurs élevés au rang de maîtres par Cicéron, comme Névius, Plaute, etc., illustrent un état de langue à admirer et copier, ces derniers semblent avoir construit le latin littéraire en opposition à la langue latine employée par Livius Andronicus, leur contemporain, qui, par ses origines grecques, produisait un latin quelque peu hybride. L’article parfois polémique de Michel Banniard invite ensuite les chercheurs à abandonner certains concepts linguistiques en raison de leur caractère binaire, de leur vision dualiste de la langue, comme celui de « diglossie » par exemple. Dans « Intrication et écrémage. L’évolution langagière entre pulsion et sélection » (p. 47-61), il propose plutôt de percevoir la langue comme un continuum, autant d’un point de vue synchronique que diachronique (p. 50). Il rejette ainsi les limitations trop arbitraires, héritées de la tradition universitaire qui fonctionne par « écrémage » d’une langue « intri[quée] », (« un ensemble où la totalité du diasystème fonctionne en multi-interférences », p. 51). La pensée scientifique aurait tendance à isoler des faits linguistiques comme dialectaux, rares, datés, erronés, alors qu’ils font en réalité partie d’un ensemble plus vaste et doivent se comprendre au sein de ce dernier. Ces phénomènes proviennent de « pulsions individuelles » pouvant devenir parfois « sélection collective » et ainsi intégrer d’un état de langue (p. 57) ou disparaître progressivement.

  • 1  Réunis dans I Plactiti del “Regnum Italiae“”, éd. Cesare Manaresi, Fonti per la storia d’Italia 92 (...)

3La seconde « fenêtre », « Mutations fonctionnelles », se concentre davantage sur l’émergence du mot et des langues, et se constitue également de trois articles. Walter Hirtle, dans « La langue, l’émergence du mot et la syntaxe » (p. 64-81), souhaite en finir avec l’idée que les mots ne seraient que des unités non analysables. Il s’appuie pour cela sur les théories de Gustave Guillaume pour démontrer que le mot n’apparaît pas soudainement dans la phrase produite par l’acte linguistique, mais découle de plusieurs processus cognitifs antérieurs à cet acte de parole. Il s’agit de « l’idiogénèse » et de la « morphogénèse » se produisant lors de la phase de représentation du mot (p. 72-73), c’est-à-dire au moment où se lient la langue et le « contenu d’expérience à exprimer ». Marieke Van Acker propose ensuite, dans sa contribution intitulée « Latin finissant et français émergent : changement de langue et modalité d’écriture » (p. 82-105), d’étudier la langue écrite mérovingienne ainsi que son rapport à la langue orale, à travers l’exemple des hagiographies. L’existence d’une frontière claire et nette entre langue écrite et orale à cette époque paraît fort improbable. C’est l’étude du style de l’auteur anonyme de la Vita Gaugerici qui permet à Marieke Van Acker de formuler une nouvelle perception du système linguistique précarolingien. Ce style paraît en effet d’une certaine « fidélité à des modèles non récents » sans que cette dernière soit absolue, et laisse entendre qu’il existe un « décalage entre les savoirs et les aptitudes langagiers » pour l’écrit et pour l’oral que certaines adaptations stylistiques réduiraient (p. 101). Par conséquent, il conviendrait plutôt de penser l’état de langue mérovingien comme un diasystème où écrit et oral sont intriqués, mêlés. Marieke Van Acker parle ainsi d’un « monolinguisme précarolingien [...] complexe » plutôt que d’une véritable diglossie (p. 101). Même si les conclusions restent prudentes, cette étude met au jour une relation plus complexe qu’imaginée auparavant entre langue orale et écrite à l’époque mérovingienne, et ouvre des perspectives nouvelles, soulignées à la page 102, à propos de « la conquête de l’écriture [...] du point de vue sociolinguistique et linguistique ». Quant à Michael Richter, il fait part, dans sa brève contribution « The Search for Spoken Language in Medieval Texts: Mission Impossible? The Case of Italy in the Ninth Century » (p. 106-113), de ses recherches au sujet d’environ quatre-vingt documents juridiques provenant du nord de l’Italie, entre 774 et 8751. Il a découvert dans ces derniers l’existence de formes non standardisées de certains verbes latins (posse, velle, offerre) côtoyant des paradigmes normés, ainsi que des parfaits/plus-que-parfaits construits par le participe passé suivi d’habere. Au regard du statut juridique de ces documents, il en conclut que ces formes nouvelles sont acceptées et constituent des « preuves du latin parlé à l’époque » (p. 113, notre traduction).

  • 2  Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, SOBODI, 1973, p. 140.
  • 3  Christian Touratier, Le Système verbal français, Paris, Colin, 1996, 254 p.

4La troisième partie, « Logiques de la narration », observe l’émergence linguistique en relation avec le « système énonciatif » (p. 115). L’article d’Antoine Toma, « Émergences notionnelles et fabrique du signe métalinguistique : pour une représentation des opérations énonciatives » (p. 116-153), étudie dans un premier temps, après une longue introduction sur l’état des recherches linguistiques, l’émergence du signe sur le plan cognitif via le modèle de « la mise en média ». Avant d’aboutir à la « surface » (moment de contact avec l’extérieur), le signe passerait du « niveau conceptuel » (« méta-concepts, concepts, concepts corrélés, représentations ») au « niveau idéel » (« champ des connaissances ») puis au « niveau communicationnel » où se rencontrent « mise en interprétation » et « mise en média » (schématisé p. 128). Le signe est donc métalinguistique avant d’être linguistique et c’est à ce stade originel qu’Antoine Toma s’intéresse dans la suite de sa contribution. Il élabore prudemment de nouveaux schémas afin de saisir les relations sémantiques et notionnelles du signe métalinguistique, travail qui nécessite un « socle épistémologique solide » et doit « être effectué AVANT [la prise en compte d]es modalités de l’assertion et celles de l’actualisable » (p. 151). L’article suivant de Wolgang Haubrichs, « Les signes de la langue parlée dans le Liber Evangeliorum d’Otfrid de Wissembourg (863/71) » (p. 154-171), s’attache à étudier les marques, ou du moins l’influence, de la langue parlée dans les prises de paroles des personnages du Liber Evangeliorum. Après avoir présenté l’auteur et son œuvre, Wolgang Haubrichs observe que, lors des discours directs des personnages envers les femmes et les subalternes, les « rites », le « vocabulaire » (p. 163), l’« expérience contemporaine » (p. 165) semblent pouvoir se lire dans le code écrit, donnant à penser à un « croisement des éléments de la langue parlée et de la langue écrite » (p. 169). Dans « Fluctuations de l’emploi des temps narratifs dans les chansons de geste françaises » (p. 172-205), Michel Gailliard s’attelle à deux phénomènes fréquents dans le genre épique médiéval : la « confusion de temps » (entre passé simple, passé composé et imparfait) et la rareté de l’imparfait. C’est d’ailleurs cette dernière qui « empêche l’opposition nette entre les temps » et renforce l’impression de confusion par manque « d’un canon narratif stable » (p. 173). En s’appuyant principalement sur la Chanson de Roland, la Chanson de Guillaume et Gormont et Isembart, il poursuit en émettant l’hypothèse que la présence de l’imparfait pourrait être liée au contenu narratif et notamment la présence d’éléments davantage romanesques : « plus la matière est variée, plus l’imparfait apparaît » (p. 175). Il remarque ensuite qu’un certain nombre d’occurrences de l’imparfait correspondent à des emplois modernes, preuve des débuts de l’installation du système que nous connaissons. Michel Gailliard interroge également la lecture stylistique de la « confusion des temps » pour la rejeter, du moins sous sa forme actuelle dans la critique littéraire. L’écart de style ne peut se juger que dans son rapport à une norme : si cette dernière n’existe pas à l’époque de la production du texte, il ne peut y avoir d’écart (p. 178). Cela paraît d’autant plus vrai que les concepts de plan (essentiel/accessoire, premier/second) ne semblent pas ancrés pareillement dans les consciences médiévales, ce que soulignait déjà Philippe Ménard2 ici cité. L’auteur cherche alors à savoir si cette « confusion » relève d’un « fait de langue » (p. 180), en s’appuyant sur les travaux d’Eugenio Coseriu, et émet comme thèse que « tout se passe [...] comme si des significations apparaissaient pour les morphèmes de temps [...] sans que nous disposions d’une systématique » (p. 180-181). Mais pour que cela se vérifie, il faut que « l’un des deux [temps soit] forcément le terme extensif (non marqué) et [doive] donc pouvoir se substituer à l’autre sans changement de signification » (p. 182). Si cette opposition n’est pas présente en français moderne, Michel Gailliard pense pouvoir la lire dans les chansons de geste, avec le passé simple dans le rôle du terme extensif. Pour prouver son propos, il relève plusieurs phénomènes : le passé simple ne marque pas toujours d’opposition aspectuelle (p. 183-184) et il est parfois sans épaisseur temporelle (p. 184). Dans les cas de paroles fortement marquées par le contexte énonciatif, le passé simple peut se alterner indifféremment avec le passé composé (p. 185-189). Le passé simple paraît dans certains cas n’avoir qu’une simple « valeur factuelle » (p. 189-194), c’est-à-dire qu’il ne fait que rendre compte de la situation passée du procès et de la nature factuelle de ce procès, étant alors « parfaitement délimité, [...] identifiable et isolable » (p. 189-190, citation de Christian Touratier3). Parmi ces « faits », Michel Gailliard place « ceux qui constituent les fondements de la chevalerie » (p. 190) comme le lignage, le fief et les armes, auxquels peuvent s’ajouter les motifs bibliques dans la prière du grand péril ou encore l’âge. Dans ces occurrences, il n’est que faiblement concurrencé par l’imparfait ou le passé composé. Il conclut de manière convaincante :

On chercherait donc vainement à expliquer l’emploi des temps, ici du passé simple, par une règle de type “grammatical” ou “pragmatique” qui ne tiendrait pas compte de l’emploi textuel de ces temps. Ici, c’est une configuration de procès dont les référents dessinent un pan entier de l’univers féodal et chevaleresque qui se trouve, d’une manière privilégie mais non prescrite en langue, exprimée par le passé simple factuel. (p. 194)

  • 4  Il s’agit des promesses faites par Guillaume aux soldats qu’il a conduits en Larchamp, aux vers 15 (...)
  • 5  Eugenio Coseriu, Lecciones de lingüística general [1976], Madrid, Gredos, 1990, p. 223.

5Cette analyse est toutefois confrontée aux occurrences de passé simple « itératif », dont l’aspect irait, en langue moderne, à l’encontre de la valeur « factuelle ». Michel Gailliard pointe cependant, de manière convaincante, qu’en ancien français, cette valeur « factuelle » n’est pas toujours aliénée par l’aspect « itératif » : « pour Guillaume et ses auditeurs4, les preuves de la générosité du grand seigneur peuvent être pensées comme ayant été fréquentes sans pour autant sortie de la zone de la signification factuelle » (p. 195). En opposition à ce passé simple « passe-partout » (p. 183), on retrouverait un imparfait marqué, « terme non neutre de l’opposition » (p. 196) comme tendrait à le prouver son émergence dans des contextes précis comme le planctus épique ou le songe. Il apparaît aussi que l’imparfait commencerait à être rattaché à « l’instance narrative », autre élément de marquage, phénomène plus développé dans « la “matière antique”, comme celle de Bretagne » (p. 198). Comme l’opposition imparfait/passé simple peut se lire, dans les chansons de geste, comme terme marqué/terme neutre, il faut en tirer les bonnes conclusions du point de vue de l’état de langue des xiie-xiiie siècles. Pour Michel Gailliard, on devrait davantage penser cette « confusion des temps » comme partie intégrante du diasystème, c’est-à-dire « un système linguistique à un moment donné [de la] langue [...], augmenté de l’ensemble des variations qui s’y rattachent et coexistent dans [cette] même synchronie » (p. 201). La « confusion des temps » dans les chansons de geste serait ainsi l’une des « variations », qui évoluera par « transformation de l’équilibre imparfait / passé simple » dans les siècles suivants (p. 201) mais qui montre, en synchronie, la présence de plusieurs faits de langue « constants mais non oppositifs » (p. 202, emprunt à Eugenio Coseriu5). De l’aveu de l’auteur, cette étude ne fournit pas une grille de lecture parfaite, mais elle a le mérite d’ouvrir une nouvelle perspective sur la question tout en incitant les chercheurs à réfléchir à une « linguistique historique textuelle » (p. 203).

  • 6  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français [1967], Paris, Payot, 1986, 278 p.
  • 7  Qu’il traduit de l’anglais « phonæstheme » employé par John Rupert Firth, Speech, Londres, Ernest (...)

6La quatrième et dernière partie de cet ouvrage, « Signes et symboles », met en scène diverses réflexions sur l’émergence du signe graphique et / ou des séquences orales (suite de phonèmes) en fonction du son, du sens et du processus cognitif. Dans un premier temps, Claudio García Tura et Fernando García Andreva, « En los orígenes de la escritura española : la creación gráfica de los glosadores altomedievales » (p. 208-230), étudient la naissance de la scripta hispanique à partir de l’alphabet latin via le travail des copistes voulant transcrire la langue orale par des graphèmes ou séquences graphiques particuliers dans les Glosas Emilianenses ou silenses, produites à San Millan de Cogolla et contenues dans le manuscrit 60 de la Real Academia de la Historia datant de la fin du xe siècle-début xie siècle. Georges Bohas offre ensuite, dans un article souvent polémique intitulé « L’émergence du sens dans le lexique de l’arabe » (p. 231-280), une argumentation probante visant à rejeter le concept de racine triconsonnantique dans les études du lexique arabe. Il propose à la place un étymon binaire, composé de deux consonnes et réunissant phonétique et sémantique (p. 234). Il invite également à dépasser la simple mention des phonèmes pour relever plutôt leurs traits phonétiques (p. 235). Apparaissent alors des « matrices » aux propriétés phonétiques (« invariant phonétique ») et sémantiques (« invariant notionnel ») précises, comme par exemple la matrice « nasale + continu = nez » (p. 238-239). Il postule par la suite que « l’émergence du sens, la combinaison du son et du sens se situe au niveau de la matrice » (p. 244). En effet, cette dernière est composée d’un élément satellite et d’un élément pivot (dans l’exemple précédent, la nasale), qui « confère au groupe la charge mimophonique » et par conséquent le sens. Le rapport mimophonique est « une analogie entre la matière phonétique de la matrice et l’objet auquel renvoie l’invariant notionnel », analogie « acoustique, cinétique [ou] visuelle » (p. 245, emprunt à Pierre Guiraud6). Pour reprendre l’exemple ici développé, la propriété phonétique de la nasalité entraîne la notion de « nez » par « motivation corporelle » (p. 245). Par conséquent, le signe linguistique n’est pas arbitraire, mais bien motivé de manière « intrinsèque et objective » (p. 250), même si le locuteur n’en a pas toujours ou plus conscience. Déployant d’autres exemples tout aussi convaincants, Georges Bohas poursuit sa démonstration qui finit par dépasser le seul lexique arabe et amène à penser autrement l’émergence des langues de manière universelle. Dennis Philps, dans l’article suivant « Stratégies de nomination du corps et émergence du signe linguistique » (p. 281-298) aboutit à des conclusions similaires en s’appuyant cependant sur des données plus scientifiques ou du moins neurologiques, et sur le lexique anglais moderne. Contrairement à son prédécesseur, il emploie l’expression « phonesthème7 » (p. 282) à la place de « matrice » mais démontre le même lien entre le corps et la bouche, entre le sens et la prononciation, et la même remise en question de la pensée saussurienne d’un signe arbitraire. La dernière contribution de l’ouvrage poursuit la réflexion de ces deux prédécesseurs en y ajoutant la dimension syntaxique. Il s’agit de l’article de Didier Bottineau, « L’émergence du sens par l’acte de langage : de la syntaxe au submorphème » (p. 299-325). Après avoir défini le principe d’émergence, étudié son historicité et avoir abouti à une définition probante de l’acte langagier, il propose de voir ce dernier comme « un acte d’émergence » (p. 304). C’est une « procédure vocale d’idéation adressée à autrui ou soi-même » (p. 304), où les « mots sont des actions sensori-motrices », engageant « une procédure de recomposition sémantique des notions permettant la constitution d’une scène mentale cohérente », « focalis[ant] l’attention sur la construction de l’idée, occultant les autres préoccupations » (p. 305) et « en acquisition » (p. 306). La construction du sens repose sur « deux niveaux de segmentation de la chaîne parlée, la syntaxe et la morphologie » (p. 306). Du point de vue de la morphologie ou plutôt « submorphologie », Didier Bottineau s’appuie sur les mêmes réflexions que les deux articles précédents et en particulier le concept de « matrice ». Pour la syntaxe, il étudie trois exemples (basque, breton, français/anglais), trois « profils syntaxiques différents » qui lui permettent de comprendre que « la formation du savoir-faire langagier passe par un entraînement » (p. 314) à la syntaxe, définie comme ensemble des relations et séquenciations morphosyntaxiques « observables » (p. 306). Ces deux versants sont à prendre en compte dans toute étude cognématique (des origines) d’une langue et il le prouve par quelques exemples issus de l’anglais.

7Comme on peut le constater, cet ouvrage aborde de nombreux sujets différents, et parfois complexes, avec une certaine logique dans l’agencement des contributions, dans l’avancée de la pensée, comme l’explicitent l’introduction et la conclusion. Quelques articles auraient peut-être mérité d’être placés dans une autre partie, comme celui de Wolgang Haubrichs qui aboutit à des conclusions proches de celui de Marieke Van Acker. En dépit du recours à un jargon parfois trop technique et de surcroît fluctuant, le propos est éclairant et compréhensible. La variabilité et la complexité des termes techniques paraissent cependant inévitables à toute nouvelle approche ou théorie en construction, comme celle de l’« émergence » en linguistique et en histoire littéraire. Les auteurs et éditeurs de cet ouvrage atteignent de toute manière leur but en proposant autant des modèles de pensée et de formalisation réutilisables que des pistes de réflexion utiles à l’édification de ce domaine scientifique et de son approche intellectuelle novatrice.

Haut de page

Notes

1  Réunis dans I Plactiti del “Regnum Italiae“”, éd. Cesare Manaresi, Fonti per la storia d’Italia 92, Roma, Tipografia del Senato, 1955, xx + 784 p.

2  Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, SOBODI, 1973, p. 140.

3  Christian Touratier, Le Système verbal français, Paris, Colin, 1996, 254 p.

4  Il s’agit des promesses faites par Guillaume aux soldats qu’il a conduits en Larchamp, aux vers 1569-1577 de La Chanson de Guillaume, édition et traduction de François Suard, Paris, Garnier, 1991.

5  Eugenio Coseriu, Lecciones de lingüística general [1976], Madrid, Gredos, 1990, p. 223.

6  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français [1967], Paris, Payot, 1986, 278 p.

7  Qu’il traduit de l’anglais « phonæstheme » employé par John Rupert Firth, Speech, Londres, Ernest Benn, 1930, 80 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Brouchier, « La Fabrique du signe. Linguistique de l’émergence entre micro- et macro-structures, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2010 », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14429 ; DOI : 10.4000/peme.14429

Haut de page

Auteur

Patrick Brouchier

Doctorant, Aix-Marseille Université, professeur agrégé de lettres modernes, Académie de Besançon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page