Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Cladie Guillemin De-Min, Réécriture d’un archétype médiéval : les géants dans Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud

thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Laurence Harf, soutenue le 9 janvier 2010 à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle
Cladie Guillemin De-Min
Référence(s) :

Cladie Guillemin De-Min, Réécriture d’un archétype médiéval : les géants dans Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Laurence Harf, soutenue le 9 janvier 2010 à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs Jeanne-Marie Boivin (université de Créteil-Paris Est-Val de Marne), Florence Delay (Expert), Elisabeth Gaucher-Rémond (université de Nantes), Laurence Harf (université Paris III-Sorbonne Nouvelle), Laurence Mathey (université du Havre), Michelle Szkilnik (université Paris III-Sorbonne Nouvelle).

Texte intégral

  • 1 Les pièces Joseph d’Arimathie et Merlin l’enchanteur ont été publiées seules pour la première fois (...)
  • 2 Les pièces Gauvain et le Chevalier Vert, Perceval le Gallois, Lancelot du Lac, L’Enlèvement de Guen (...)
  • 3 Les deux dernières pièces (Galaad ou la Quête, La Tragédie du roi Arthur) font également partie de (...)

1Florence Delay et Jacques Roubaud ont ajouté une nouvelle pierre à l’édifice arthurien en écrivant Graal Théâtre : en tout, dix pièces de théâtre retracent la légende arthurienne du début à la fin. Les deux premières pièces, Joseph d’Arimathie et Merlin l’enchanteur1, racontent l’origine de la communauté du Graal avec l’arrivée de Joseph d’Arimathie en Bretagne et celle de la Table Ronde avec les débuts du règne du roi Arthur. Les pièces III à VIII2 regroupent les temps aventureux : Gauvain et le Chevalier Vert conte un an de la vie aventureuse de Gauvain ; Perceval le Gallois relate les débuts de Perceval dans la chevalerie et sa visite au château du Graal ; dans Lancelot du Lac, Lancelot fait son entrée à la cour arthurienne, remporte ses premières victoires et se retrouve partagé entre Guenièvre et Galehaut ; dans L’Enlèvement de la reine, Lancelot délivre la reine, enlevée par Méléagant ; Morgane contre Guenièvre montre le plan fomenté par Morgane pour se débarrasser de Guenièvre ; dans Fin des Temps Aventureux, c’est la fin des aventures qui préfigure la chute arthurienne. Les deux dernières pièces sont parallèles aux deux premières : elles racontent la fin de la communauté du Graal dans Galaad ou la Quête, et la fin de la cour arthurienne dans La Tragédie du roi Arthur3.

2Avec l’aventure de Graal Théâtre, Florence Delay et Jacques Roubaud ont endossé la fonction des clercs médiévaux. À la suite de tant d’autres, ils ont lu, analysé puis réécrit à leur manière la légende arthurienne. Pour eux, la littérature doit être l’œuvre de tous et non d’un seul. Pour écrire Graal Théâtre, ils ont utilisé plus de vingt œuvres médiévales, françaises mais aussi espagnoles ou anglaises. Graal Théâtre oscille entre la fidélité aux textes médiévaux et une réinterprétation personnelle du mythe arthurien. Afin de théâtraliser la légende arthurienne, les auteurs ont dû faire des choix dans les histoires et dans les personnages ; ils ont parfois changé des noms et sont devenus les rois de l’ellipse. Tous ces choix ne sont pas anodins. Sous leur plume, la légende arthurienne est devenue tour à tour fantaisie, humour et mystère. Les auteurs jouent avec les anachronismes, utilisent les brèches laissées par les romans médiévaux, inventent et complexifient des énigmes. À la suite des clercs médiévaux, Florence Delay et Jacques Roubaud ont fait de Merlin l’auteur de la légende arthurienne et de Blaise son scribe. Merlin et Blaise sont tous deux des personnages très mystérieux. Les auteurs donnent à Merlin trois origines différentes : une origine celtique – il est Myrrdinn – ; une origine diabolique comme dans le Merlin de Robert de Boron – il est le fils du diable – ; mais aussi une origine humaine : Merlin est le fils de Blaise. Dans Graal Théâtre, Blaise apparaît aussi énigmatique que Merlin : homme sans âge et père de Merlin, il devient après l’enserrement de l’enchanteur, l’auteur de la légende arthurienne.

3À travers toute la réécriture de la légende arthurienne, Florence Delay et Jacques Roubaud ont particulièrement modernisé un personnage qui est, au Moyen Âge, un véritable archétype : le géant. Les géants sont relativement nombreux dans Graal Théâtre : il y a six géants, une géante et une famille de géants, la famille Rouge dont la particularité physique est le gigantisme.

  • 4 Les quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, traduit du moyen gallois, pr (...)
  • 5 Les Premiers Faits du roi Arthur, texte établi par Irene Freire-Numes, présenté par Philippe Walter (...)
  • 6 Lancelot du Lac, édition complète d’Alexandre Micha, Genève, Droz, 1978-1983, 9 vol. 
  • 7 Sire Gauvain et le Chevalier Vert, traduit par Juliette Dor, Paris, 10-18, 1993.
  • 8 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion ou le Roman d’Yvain, édition critique d’après le manuscrit (...)

4Le premier géant, Bran le Béni, est un des personnages principaux du deuxième récit des Mabinogion4. Dans Graal Théâtre, le corps de Bran le Béni est enterré sous la colline Blanche, à l’endroit choisi par la communauté du Graal pour bâtir Corbenic. Hargodabran est un roi saxon que l’on trouve dans deux textes médiévaux, les Premiers Faits du roi Arthur5 et le Lancelot en prose6. Dans Graal Théâtre, deux Hargodabran coexistent et le premier est le père du second. Ils représentent tous deux la menace saxonne. Galehaut et la Belle Géante sont des personnages du Lancelot en prose. Galehaut est un conquérant, à l’image d’Alexandre. Mais il perdra tout pour l’amour de Lancelot. La Belle Géante, sa mère, n’est évoquée que par rapport à Galehaut. Le Chevalier Vert est le héros d’un texte anglais Sir Gawain and the Green Knight7. Il vient proposer un jeu, celui de la décapitation, à la cour arthurienne. Escladon le Roux vient d’Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes8. C’est en tuant ce géant qu’Yvain devient le seigneur de la fontaine et le mari de Laudine. La famille Rouge est une invention des auteurs et regroupe plusieurs ennemis de la Table Ronde : Bran, Bran le Roux, Bran de Lis, Bréhus sans Pitié, Mélian de Lis, le Chevalier Vermeil, Chastel Mortel, Brandas, Brandus des Îles et Méléagant. Dans cette liste, on retrouve aussi bien des géants médiévaux que des grands chevaliers et des chevaliers qui sont devenus dans Graal Théâtre, des géants.

5Au Moyen Âge, le géant est perçu négativement : c’est un personnage fruste, vêtu de peaux de bêtes, armé d’une massue. Il est, dans les romans comme dans les chansons de geste, un être brutal, représentant un lointain passé, alors que la terre n’était pas civilisée. Face au géant, le chevalier incarne la civilisation et la courtoisie et son rôle est de débarrasser la terre de tout ce qui représente le chaos. À mi-chemin entre le géant et le chevalier, on trouve le grand chevalier. Dans les romans médiévaux, le grand chevalier est un personnage ambigu : il peut se révéler aussi bien positif que négatif.

6Dans Graal Théâtre, le personnage du géant s’éloigne de son cousin médiéval pour devenir un grand chevalier merveilleux. Il se trouve ainsi à la frontière de deux archétypes des romans médiévaux : le géant et le grand chevalier. Les géants de Graal Théâtre peuvent être indistinctement nommés géants ou grands chevaliers. Pourtant la dénomination de géant n’apparaît pas par hasard dans Graal Théâtre. Ce terme permet tout d’abord d’unifier les ennemis de la cour arthurienne et de la communauté du Graal. Mais surtout le terme « géant » fait ressurgir de notre mémoire de lointains souvenirs au même titre que la fée. Grâce à ce terme de « géant », les auteurs nous entraînent dans un univers merveilleux. L’archétype du géant véhicule un grand nombre d’histoires et d’images. Le terme « géant » n’est plus un terme déprécié comme au Moyen Âge mais laisse planer, au contraire, un doute. Les géants de Graal Théâtre sont-ils de bons géants ou de mauvais géants ?

7Le portrait physique et mental des géants de Graal Théâtre nous montre qu’il y a une rupture définitive entre le géant médiéval et celui de Graal Théâtre. Tandis que les géants de Graal Théâtre ont généralement une tête de plus que les chevaliers, les géants médiévaux ont très souvent des tailles prodigieuses pouvant aller jusqu’à cinquante pieds. Les quelques portraits de géants disséminés ici et là dans les textes médiévaux reprennent les topoi de la laideur : yeux écartés, taches noires, cheveux roux. Les géants sont des monstres qu’il faut exterminer. Tout au contraire, les géants de Graal Théâtre ne présentent aucun trait de laideur et ne sont pas considérés comme des monstres. On retrouve dans Graal Théâtre quelques types de géants médiévaux avec le géant ravisseur, le géant envahisseur et le géant gardien d’un lieu. Mais ces fonctions ne sont pas propres aux géants dans les romans médiévaux : elles s’appliquent notamment à certains géants de Graal Théâtre qui sont de grands chevaliers médiévaux (Méléagant est un ravisseur, Galehaut un envahisseur et Escladon le Roux le gardien d’un lieu). À quelques exceptions près, les géants médiévaux n’ont de merveilleux que la taille et la force. Les géants de Graal Théâtre montrent leur appartenance à l’Autre Monde aussi bien par la magie des lieux qu’ils habitent que par certains pouvoirs qu’ils possèdent : ils sont de grands chevaliers faés.

8 L’appartenance à l’Autre Monde des géants de Graal Théâtre se perçoit à travers certains pouvoirs comme l’invisibilité ou l’immortalité mais aussi par un espace et une temporalité surnaturels. Au début de Graal Théâtre, Florence Delay et Jacques Roubaud ont tracé une typologie des personnages : les personnages Du côté du ciel – représentatifs d’un pouvoir surnaturel chrétien –, ceux qui sont Du côté de la terre, et ceux qui sont Entre la terre et le ciel – caractéristiques du pouvoir païen et diabolique. La famille Rouge fait partie de la famille du Graal et en conséquence, elle appartient aux personnages Du côté du ciel. Galehaut fait partie des personnages Entre la terre et le ciel. Les autres géants n’apparaissent pas dans cette typologie ; pourtant, ils sont sûrement à classer dans les personnages Entre la terre et le ciel.

9 Le temps et l’espace renforcent la position des géants de Graal Théâtre dans leur rôle de chevaliers faés. Les domaines des géants amènent bien des surprises aux chevaliers : ce sont des espaces difficiles à atteindre. Ne peuvent y entrer que ceux qui y sont invités ou ceux qui parviennent à conquérir le lieu par les armes. Les géants sortent parfois de leur domaine pour lancer des défis, proposer des jeux ou bien porter les « Coups Félons ». Le temps montre également une dimension merveilleuse : il est à la fois linéaire et cyclique. Les répétitions sont de mise aussi bien au château du Graal qu’à la cour arthurienne. Les répétitions des incestes, des aventures, contribuent à rendre le temps cyclique. Tout recommence... en se compliquant. Le temps confère à plusieurs personnages une autre dimension surnaturelle : l’immortalité. La famille Rouge semble immortelle. Elle incarne le concept d’une révolte éternelle.

  • 9 Première Continuation de Perceval, texte du ms. L édité par William Roach, traduction et présentati (...)
  • 10 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, édition bilingue de C. Croizy-Naquet, Paris, Cham (...)

10 Dans le monde merveilleux de Graal Théâtre, on peut rapprocher deux autres figures de celle du géant : le nain, son antithèse, et la fée, son double féminin. Les nains sont très peu nombreux dans Graal Théâtre. On retrouve le nain de la honte de Guerrehés de la Première Continuation de Perceval9, le nain de la charrette du Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes10 et le portier du château de Pesme Aventure du Chevalier au lion de Chrétien de Troyes qui devient ici un nain. Il y a aussi un curieux personnage, Pwyll, qui fait partie des héros celtiques : ce n’est pas un nain mais une minuscule créature. Dans les romans médiévaux, le géant et le nain se croisent rarement. Dans Graal Théâtre, on peut voir apparaître le couple mythique du nain et du géant : le nain de la honte de Guerrehés est le serviteur d’un très grand chevalier ; en parallèle de Méléagant, on trouve le nain de la charrette ; et Pwyll est le frère de Bran le Béni.

11 Dans Graal Théâtre, deux fées prédominent, Morgane et Viviane. Tandis que Viviane apparaît comme une adjuvante à la cour arthurienne, Morgane en est une opposante farouche et se rapproche ainsi de la famille Rouge. Les intrusions de Morgane se font toujours à l’encontre des chevaliers de la Table Ronde. Elle n’hésite pas à mettre en scène de faux géants pour troubler la cour arthurienne avec le Chevalier Vert ou le fantôme du Chevalier à la Fontaine.

12 Les géants de Graal Théâtre sont devenus des grands chevaliers faés. En modifiant l’archétype du géant médiéval, Florence Delay et Jacques Roubaud ont également bouleversé sa fonction. Le géant médiéval survenait dans l’aventure pour démontrer la supériorité du héros, de la chevalerie, du christianisme, de la culture, sur le paganisme et la nature. L’histoire du géant et du chevalier suit généralement un schéma narratif simple : la rencontre entre le géant et le chevalier est suivie d’un combat qui finit par la mise à mort du géant. Dans Graal Théâtre, les aventures des géants n’obéissent à aucun schéma narratif particulier et, s’il y a combat, il n’y a pas de mise à mort. Les géants dans Graal Théâtre représentent autant un chaos dans le royaume de Logres qu’un chaos dans la narration. Ils sont là où on ne les attend pas et ils n’obéissent pas aux règles chevaleresques et narratives.

13 Ainsi, le schéma narratif médiéval (rencontre/combat/mise à mort du géant) devient complètement caduque dans Graal Théâtre. La rencontre a bien lieu : elle peut se faire sur l’espace du géant (principalement des châteaux) ou bien en dehors de son espace (la cour arthurienne mais aussi l’aile droite du château du Graal qui lui est interdite). La rencontre n’est pas forcément suivie d’un combat. Il peut s’agir d’un jeu comme celui du Chevalier Vert. Ou bien le géant peut agir de nuit alors que ses victimes sont endormies : c’est le cas de la famille Rouge qui porte ses « Coups Félons » contre les Rois Pêcheurs. On ne peut pas alors parler de combat. Quand le combat a lieu, la plupart des géants ne respectent aucune règle chevaleresque et ridiculisent ainsi les chevaliers et toute la chevalerie. La mise à mort est inexistante. Certains géants sont déjà morts comme le Chevalier à la Fontaine vaincu par Yvain ou bien Bran le Béni. D’autres meurent comme le Chevalier Vermeil et Galehaut. Mais Galehaut ne meurt pas au cours d’un combat : il meurt d’amour. Et la mort du Chevalier Vermeil, membre de la famille Rouge, semble fictive. Les géants de Graal Théâtre meurent très rarement. Ils ne représentent pas comme les géants médiévaux un lointain passé qu’il faut bannir mais au contraire, ils apparaissent dans Graal Théâtre comme un vent de modernité.

14 Si le géant n’est pas là pour glorifier le chevalier, quelle est alors sa fonction narrative ? Le géant est là pour surprendre le chevalier aussi bien que le lecteur. Sa présence est nécessaire : il est un des moteurs principaux des aventures arthuriennes. Merlin, en tant qu’auteur fictif de Graal Théâtre, s’intéresse de près aux géants tout au long des dix pièces. À titre d’auteur de la légende arthurienne, il fait écrire à Blaise ce qui se passe et ce qui va se passer, sans intervention de sa part. Malgré ses dires, il apparaît très rapidement comme un marionnettiste. Ainsi, il prédit l’arrivée d’Hargodabran et de ses Saxons, ce qui lui permet de prévoir un plan pour se débarrasser d’eux. C’est lui l’instigateur de l’histoire du Chevalier Vert. Avant même le mariage d’Arthur et de Guenièvre, il connaît le rôle de Galehaut dans l’adultère de la reine avec Lancelot. Merlin agit sur le présent ou le laisse advenir en fonction des besoins narratifs. Pourtant, malgré tous les géants qu’il voit dans le futur, certains n’apparaissent pas dans ses visions prémonitoires : il s’agit de la famille Rouge. Merlin semble incapable de faire la moindre prédiction sur Bran et la famille Rouge. Face à Merlin la famille Rouge apparaît comme un électron libre dans le Livre du Graal.

15 Les géants de Graal Théâtre sont synonymes d’aventures. Ils se doivent de surprendre et de capter ainsi l’attention du lecteur. Sans ses géants, Graal Théâtre s’effondrerait, telle l’Orgueilleuse Emprise de Galehaut : pas d’enlèvement de la reine, pas de « Coups Félons », et surtout pas d’adultère entre Guenièvre et Lancelot… Sans l’histoire d’amour entre Guenièvre et Lancelot, il n’y aurait pas la guerre entre Arthur et Lancelot et donc pas de bataille finale à Salesbières. Sans les géants, la légende arthurienne ne perdrait pas seulement quelques aventures mais également, par un enchaînement diabolique, une partie de sa structure narrative.

16 Dans Graal Théâtre, deux géants sont omniprésents : Galehaut et Bran. Florence Delay et Jacques Roubaud suivent, pour Galehaut, la trame narrative du Lancelot en prose. Galehaut, nouvel Alexandre, est arrêté dans son désir de conquêtes par Lancelot : pour lui, il se rend au roi Arthur. Lancelot devient dans Graal Théâtre un objet de désir aux yeux de Galehaut. L’homosexualité de Galehaut, sous-jacente dans le Lancelot en prose, revient dans Graal Théâtre comme un leitmotiv. Atteint de la maladie des héros, Galehaut fait venir des clercs pour le guérir mais il n’y a rien à faire. Dans Graal Théâtre, Galehaut se fait psychanalyser : sous les paroles de Pétroine d’Oxford, d’Hélie de Toulouse et de Blaise de Northombrelande se cachent trois grands psychanalystes : Jung, Freud et Lacan. Galehaut n’est plus la victime du destin qu’il s’est tracé mais un homme atteint par la maladie des héros, une maladie d’amour à laquelle il succombera.

  • 11 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Conte du Graal, édition bilingue de Jean Dufournet, Paris, GF, 1 (...)
  • 12 Louis Aragon, « La leçon de Ribérac ou l’Europe française », Revue bimestrielle de la Nouvelle Poés (...)
  • 13 Drieu la Rochelle, « Aragon », Journal de Doriot, octobre 1941, p. 483-488, p. 488.

17 La famille Rouge dont Bran le géant est issu forme l’élite des ennemis de la cour arthurienne. L’origine de cette famille est triple : une origine généalogique, une origine littéraire et une origine politique. Bran et la famille Rouge font partie de la famille du Graal. Dans le Conte du Graal11, Chrétien de Troyes fait planer un doute sur un inceste possible dans la famille du Graal. Jacques Roubaud reprend cette idée et la complexifie au maximum. Dix-sept générations de Rois Pêcheurs vont se succéder et à chaque nouvelle génération, les trois sortes d’inceste (père/fille ; mère/fils ; frère/sœur) vont avoir lieu, compliquant chaque fois un peu plus la généalogie des Rois Pêcheurs. Dans cette généalogie des Rois Pêcheurs, la famille Rouge a une place maudite : chacun de ses membres est issu d’un inceste mère / fils, ce qui les empêche d’avoir le trône, réservé à un inceste père / fille. Bran le géant, devant cette injustice, se rebelle et s’installe dans l’aile gauche du château du Graal. En se séparant de la famille du Graal, il fait siens les pouvoirs païens et les pouvoirs maléfiques. Il crée ainsi un contre-pouvoir pour se battre contre tous les pouvoirs en place : le pouvoir politique représenté par la cour arthurienne et le pouvoir religieux représenté par la communauté du Graal. Bran et la famille Rouge ont également une origine littéraire avec la reprise de nombreux ennemis de la cour arthurienne dont Méléagant et Bréhus sans Pitié pour ne citer que ces deux-là. Par le choix de la couleur rouge et par ses discours, la famille Rouge a également une origine politique : avec son esprit de révolte, elle peut être assimilée au communisme. En 1941, Aragon a rédigé un article intitulé « La leçon de Ribérac ou l’Europe française »12 où il parle d’un nouveau Chevalier Vermeil qui apparaîtra pour Drieu de la Rochelle comme un chevalier rouge13. À travers la famille Rouge et son cri de protestation, on voit apparaître en filigrane le communisme.

18 À travers le personnage du géant, le travail de réécriture des auteurs prend toute sa saveur. Le géant, personnage archétypal du Moyen Âge, devient sous la plume des auteurs, un personnage moderne, avec d’un côté l’homosexualité de Galehaut et de l’autre le cri de révolte de la famille Rouge. Tout en utilisant les plus fameuses histoires de la légende arthurienne, les auteurs créent une nouvelle race de géants qui ne représentent plus, comme les géants médiévaux, la survivance d’un passé chaotique à exterminer mais un modernisme, face à un système chevaleresque qui apparaît comme déficient. Dans Graal Théâtre, le monde arthurien n’est pas un monde manichéen mais ambigu et les géants sont là pour le rappeler.

Haut de page

Notes

1 Les pièces Joseph d’Arimathie et Merlin l’enchanteur ont été publiées seules pour la première fois en 1981 et une deuxième fois, avec les ajouts et les corrections des auteurs, en 2005 avec l’ensemble des dix pièces : Florence Delay et Jacques Roubaud, Graal Théâtre : Joseph d’Arimathie et Merlin l’enchanteur, Paris, Gallimard, 1981 ; Graal Théâtre, Paris, Gallimard, 2005.

2 Les pièces Gauvain et le Chevalier Vert, Perceval le Gallois, Lancelot du Lac, L’Enlèvement de Guenièvre ont été publiées ensemble en 1977 puis rééditées avec ajouts et corrections des auteurs avec l’ensemble des dix pièces en 2005 : Florence Delay et Jacques Roubaud, Graal Théâtre : Gauvain et le Chevalier Vert, Lancelot du Lac, Perceval le Gallois, L’Enlèvement de Guenièvre, Paris, Gallimard, 1977. Les pièces VII et VIII (Morgane contre Guenièvre ; Fin des Temps Aventureux) ont été publiées avec la nouvelle édition de 2005.

3 Les deux dernières pièces (Galaad ou la Quête, La Tragédie du roi Arthur) font également partie de l’ensemble publié en 2005.

4 Les quatre Branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, traduit du moyen gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert, Paris, Gallimard, 1993.

5 Les Premiers Faits du roi Arthur, texte établi par Irene Freire-Numes, présenté par Philippe Walter, traduit et annoté par Anne Berthelot et Philippe Walter, édition établie d’après le manuscrit S 526, Universitäts- und Landesbibliothek Bonn, Paris, Gallimard, 2001.

6 Lancelot du Lac, édition complète d’Alexandre Micha, Genève, Droz, 1978-1983, 9 vol. 

7 Sire Gauvain et le Chevalier Vert, traduit par Juliette Dor, Paris, 10-18, 1993.

8 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion ou le Roman d’Yvain, édition critique d’après le manuscrit B.N.fr. 1433, traduction, présentation et notes de David F. Hult, Paris, Livre de Poche, 1994.

9 Première Continuation de Perceval, texte du ms. L édité par William Roach, traduction et présentation par Colette-Anne Coolput-Storms, Paris, Livre de Poche, 1993.

10 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, édition bilingue de C. Croizy-Naquet, Paris, Champion, 2006.

11 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Conte du Graal, édition bilingue de Jean Dufournet, Paris, GF, 1997.

12 Louis Aragon, « La leçon de Ribérac ou l’Europe française », Revue bimestrielle de la Nouvelle Poésie Française, juin 1941, p. 286-304.

13 Drieu la Rochelle, « Aragon », Journal de Doriot, octobre 1941, p. 483-488, p. 488.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cladie Guillemin De-Min, « Cladie Guillemin De-Min, Réécriture d’un archétype médiéval : les géants dans Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/1834

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page