Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Cécile Le Cornec-Rochelois, Le Poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances

thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Claude Thomasset, professeur à l’université Paris-Sorbonne, soutenue le 18 octobre 2008 à l’université de Paris Sorbonne
Cécile Le Cornec-Rochelois
Référence(s) :

Cécile Le Cornec-Rochelois, Le Poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances, thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Claude Thomasset, professeur à l’université Paris-Sorbonne, soutenue le 18 octobre 2008 à l’université de Paris Sorbonne

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs les professeurs Chantal Connochie-Bourgne (Professeur à l’université de Provence), Joëlle Ducos (Professeur à l’université Paris-Sorbonne), Bruno Laurioux (Professeur à l’université de Versailles Saint-Quentin), Olivier Soutet (Professeur à l’université Paris-Sorbonne), Claude Thomasset (Professeur à l’université Paris-Sorbonne), Philippe Walter (Professeur à l’université de Grenoble-III).

Texte intégral

1L’animal médiéval nous est aujourd’hui étranger. Les textes au moyen desquels nous l’appréhendons l’envisagent toujours à travers sa relation avec l’homme et le soumettent constamment aux exigences du sens. Il est au cœur d’un discours complexe où se nouent divers héritages culturels et où s’exprime la rencontre entre les pratiques et les représentations propres aux hommes du Moyen Âge. Le poisson ne fait pas exception, même s’il n’est pas un animal comme les autres. Dans le contexte chrétien de l’Occident médiéval, sa charge symbolique est forte. Toutefois, l’ἰχθύς, symbole du Christ depuis l’époque paléochrétienne, est surtout la nourriture imposée par l’Église pendant les nombreux jours maigres du calendrier. Il joue par conséquent un rôle exceptionnel dans l’alimentation, et une intense activité commerciale se développe pour pêcher, conditionner et acheminer vers les villes cette denrée aussi indispensable que périssable. Le poisson se présente d’abord à la majorité de la population comme un aliment et non comme un animal. Les poissons du quotidien rappellent continuellement à l’homme médiéval cette vie dissimulée à sa vue, qui palpite sous la surface des eaux et qu’il peut chaque jour faire sienne en absorbant du poisson frais ou salé. Le poisson est donc à la fois un être mystérieux, hautement symbolique, suscitant curiosité et émerveillement, et un objet de consommation courante qui s’étale chez les marchands et exhale son odeur dans toutes les cuisines. Entre éloignement extrême et grande proximité, le regard que portèrent les hommes du Moyen Âge sur le poisson est nécessairement complexe et singulier.

2Les sources traditionnellement privilégiées par l’histoire de l’animal, telles que les bestiaires, livrent peu de renseignements à son sujet, et les mentions éparses dont il fait l’objet dans les œuvres littéraires demeurent souvent énigmatiques. La valorisation chrétienne du poisson en tant qu’aliment pur ne suffit pas à rendre compte de son rôle dans les récits. Les ermites des romans se contentent de pain et d’eau, alors que le poisson est fréquemment servi aux tables royales lors de plantureux banquets. Que signifient alors les repas de poisson ? L’évocation récurrente de quelques espèces soulève d’autres questions : ces précisions sont-elles indifférentes ou chaque espèce revêt-elle des connotations propres ? Pourquoi, par exemple, le Graal de Chrétien de Troyes ne contient-il ni luz, ni lamproies, ni saumons ? Qu’évoquent au public médiéval les fameuses anguilles du Roman de Renart ? D’où vient le miraculeux esturgeon qui conserve pendant neuf ans dans son ventre la main de l’héroïne du Roman de la Manekine de Philippe de Rémi ? De multiples interrogations suscitées par la lecture des œuvres littéraires ont été le point de départ de notre travail.

3Les poissons de la littérature médiévale apparaissent au lecteur d’aujourd’hui à travers le prisme d’un double codage Le premier est d’ordre poétique : les mentions de poissons s’inscrivent au sein d’un système de signes cohérent, spécifique à chaque œuvre. Cette logique interne varie selon les genres, les auteurs et les récits. Le second est d’ordre culturel : les références aux poissons prennent place dans un ensemble de savoirs et de croyances qui ne sont plus les nôtres. Un détour par l’histoire des représentations semble alors indispensable. Que croyait-on, au sujet des poissons dont on parlait ?

4Le risque d’anachronisme qui guette toute histoire des représentations est sans doute plus important encore lorsque l’on aborde les domaines de la zoologie et de l’alimentation. La faune aquatique s’est modifiée et les pratiques ont changé : nous ne mangeons plus les mêmes poissons que les hommes du Moyen Âge et nous ne les mangeons plus de la même manière. Le mot poisson n’a plus le sens qu’il avait alors puisque l’on désignait par ce terme générique un crabe, un poulpe, un dauphin, un crocodile ou une sirène ; parallèle à celui de sa désignation, un bouleversement épistémologique profond a affecté la représentation de cet animal. Les discours médiévaux sur le poisson étaient ancrés dans un contexte matériel et culturel qui nous est devenu étranger. Notre ambition au cours de ce travail a donc été de reconstituer l’arrière-plan susceptible d’éclairer les allusions littéraires. Postulant l’existence d’une culture médiévale relative au poisson, distincte aussi bien de l’héritage antique que des représentations modernes, nous en avons cherché les manifestations dans des œuvres scientifiques et littéraires principalement composées entre le xiie et le xive siècle.

5Un double corpus – savant et poétique – s’est en effet imposé. Il fallait pour décrypter les évocations littéraires les faire dialoguer avec d’autres sources contemporaines plus prolixes. Or la science médiévale s’est amplement intéressée au poisson à deux titres. En tant que créature aquatique formée par Dieu au cinquième jour de la Genèse, le poisson fait l’objet de longs développements dans les cosmologies latines du xiie et du xiiie siècle. Six œuvres nous ont fourni une matière abondante et variée : la Physica de Hildegarde de Bingen, le De Naturis rerum d’Alexandre Nequam, le Liber de proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais, le Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, le Speculum naturale de Vincent de Beauvais et le De Animalibus d’Albert le Grand. En second lieu, les médecins se sont penchés sur le cas du poisson envisagé comme aliment. Les ouvrages médicaux et les régimes de santé délivrent de nombreux conseils diététiques sur la consommation des poissons : lesquels choisir ? Comment les préparer et les accompagner ? Dans quels cas faut-il les éviter ? La place notable occupée par le poisson dans la littérature diététique n’est pas un effet de sa salubrité supposée ; les médecins invitent au contraire à s’en méfier et multiplient pour cette raison les recommandations et les mises en garde. Nous avons d’abord recherché dans cet ensemble de textes savants les outils épistémologiques dont disposaient les médiévaux pour penser la faune aquatique.

6Quant au corpus littéraire, il devait embrasser un nombre important de textes de genres variés, sur une période étendue. Les mentions de poissons, souvent très fugitives, se limitant à une phrase ou à un vers, ne peuvent pas être interprétées de manière isolée. Seul un échantillonnage assez large permettait de discerner les constantes et les variations intertextuelles ou inter-génériques, ainsi que les évolutions diachroniques. Et de fait, la diversité des connotations frappe au premier abord : les poissons des textes littéraires peuvent être associés à des idées de luxe ou de misère, évoquer le péché ou la sainteté. Afin d’éviter les rapprochements hasardeux, nous avons considéré successivement les valeurs attachées aux poissons dans chaque type de textes, en distinguant les genres narratifs nobles – romans et chansons de geste – de la littérature didactique et morale et des œuvres comiques. La majeure partie des textes dépouillés a été mise par écrit entre le début du xiie siècle et la fin du xive. À partir d’un corpus de base en français centré autour de cette période, nous n’avons pas exclu quelques incursions vers le haut Moyen Âge latin ou la Renaissance afin d’éclairer sur la longue durée le jeu de ruptures et de continuité dans lequel s’inscrit toute histoire des représentations.

7Classer et dénommer sont deux activités complémentaires à travers lesquelles s’exprime une vision de la nature. Notre première partie, consacrée aux textes cosmologiques et médicaux, repose essentiellement sur une étude des taxinomies et sur une approche lexicologique, lesquelles rendent compte du rôle joué par le poisson dans le paysage scientifique du Moyen Âge.

8Nous avons adopté une progression du général au particulier, en partant du discours cosmologique qui situe le poisson dans l’ordre du monde créé. Après avoir comparé la place occupée par le poisson dans la structure des six œuvres étudiées, nous avons présenté leurs relations divergentes aux sources et les milieux culturels dont elles émanent. Les résultats de ces analyses ont permis de distinguer les enjeux propres au discours ichtyologique de chacune. On constate notamment que les auteurs étudiés n’accordent pas une importance égale à l’exemplarité de leurs exposés, et ne recourent pas de manière uniforme à l’observation personnelle. Par ailleurs, la postérité de leurs textes, diverse, nous avertit qu’ils n’ont pas tous la même valeur pour une histoire des représentations. L’originalité du regard de chaque savant se lit surtout à travers la manière dont sont exprimés, surmontés ou évités les obstacles épistémologiques qu’il rencontre. Plusieurs savants s’essaient à subdiviser le genre des poissons ; leurs efforts de classement reposent sur des distinctions ou des associations révélatrices car elles doivent peu à la tradition. En revanche, les inventaires d’espèces des dominicains Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand reposent sur les nomenclatures antiques tirées d’Aristote, de Pline et d’Isidore de Séville. Or, ces listes d’espèces méditerranéennes sont en partie incompréhensibles pour les savants médiévaux du nord. En l’absence de référents identifiables, les catalogues des compilateurs du xiiie siècle apparaissent comme des sommes érudites, qui recensent et engendrent des créatures de papier, et dont le passage vers les textes scientifiques en langue vulgaire sera très limité. Néanmoins, l’usage d’appellations vernaculaires et le transfert, réalisé par Albert le Grand, des poissons d’Aristote à la faune du nord de l’Europe laissent la place à un discours sur les « vrais poissons ».

9Abordés par le second chapitre, les textes médicaux appréhendent les produits de la pêche au moyen de catégories empruntées pour l’essentiel aux Anciens par l’intermédiaire des auteurs arabes. L’évolution de ces classes diététiques depuis Hippocrate pose à nouveau le problème de la transmission des savoirs et de leur rapport plus ou moins marqué avec l’expérience personnelle des auteurs en tant que consommateurs de poisson ou en tant que praticiens. L’enquête a essentiellement porté sur des régimes de santé des xiiie et xive siècles. Le Lilium medicine du médecin montpelliérain Bernard de Gordon, rédigé en latin et traduit en français au xive siècle, nous a fourni l’exemple d’une terminologie spécifiquement médiévale, entre tradition et expérience. C’est par le recours aux périphrases et aux adjectifs plutôt qu’aux substantifs que les médecins expriment leur savoir sur les poissons. De l’examen de ces caractérisations ressortent plusieurs catégories de bons ou de mauvais poissons qui ne recoupent que partiellement les classifications zoologiques ou diététiques communément admises aujourd’hui.

10Le dernier chapitre de cette partie se penche sur le discours relatif aux espèces, en prenant comme point de départ les notices encyclopédiques. Il met en lumière des familles de poissons, ordonnées autour d’une ou deux espèces prototypiques. L’étude des noms donnés aux espèces et des croyances qui leur sont attachées manifeste la cohérence de ces familles. Nous avons formulé l’hypothèse que chacune se caractérisait par une relation spécifique avec les éléments. Les espèces d’eau douce, dont l’anguille est une représentante emblématique, s’ordonnent en un microcosme hiérarchisé. À mi-chemin entre l’eau et la boue, entre la pureté et la souillure, ces espèces couramment consommées mettent aussi en jeu un discours gastronomique. Plusieurs poissons prestigieux se regroupent autour du saumon. Les déplacements spectaculaires de ces animaux, les qualités nutritives de leurs chairs et des affinités aériennes les distinguent des autres poissons. Le hareng constitue un cas isolé dans la mesure où il apparaît comme le poisson parfait, au point de susciter un mythe : selon les croyances médiévales, il se nourrit exclusivement d’eau. Cette valorisation n’est pas sans rapport avec l’extraordinaire importance de l’espèce dans l’économie et l’alimentation médiévales. Le lien privilégié du hareng avec le sel, révélé à la fois par l’étymologie et par le lexique des marchands de poissons, éclaire son aura mythique. Le groupe formé par les bêtes marines et dominé par l’éminent modèle de la baleine a enfin retenu notre attention. L’évocation de quelques cas remarquables – celui d’un animal hybride, le porc marin, d’un homme poisson, le moine marin, et du cète aux multiples visages – permet de dégager le lien privilégié de ces créatures avec la terre et leur troublante proximité avec le monde des hommes.

11Les textes scientifiques ainsi exploités l’ont été en tant que documents culturels : ils sont à la fois agents de diffusion et dépositaires d’un savoir emprunté pour l’essentiel à la tradition et de croyances contemporaines. Leur examen nous a permis, en distinguant l’apport médiéval de ce qui relève de la transmission des autorités, de dégager une doxa partagée par les clercs médiévaux au rang desquels figurent de nombreux conteurs.

12Les deux parties suivantes abordent l’analyse des occurrences littéraires. La première se consacre aux notations alimentaires et donc à la représentation du poisson comme élément du quotidien. La seconde élargit la perspective à des épisodes où le rôle du poisson déborde sa fonction alimentaire, donnant lieu à des développements merveilleux.

13La question de la représentation des realia est au cœur de notre seconde partie. Nous avons cherché à interpréter les mentions du poisson comme aliment en partant du principe qu’elles ne sont pas anecdotiques. Qu’elles reflètent les usages contemporains ou s’écartent à dessein des pratiques, elles participent à la cohérence interne de chaque œuvre et sont intimement liées au sens des narrations. En nous efforçant de tenir compte de la singularité de chaque contexte, nous avons proposé une lecture de ces notations alimentaires à la lumière des observations formulées dans la première partie, des travaux d’histoire de l’alimentation et du commerce ainsi que des apports relativement récents de l’archéo-ichtyologie. Le rôle du poisson dans les romans et les chansons de geste est évalué en relation avec celui de la viande, aliment chevaleresque par excellence. Leur association, exprimée par la formule char et poisson situe le poisson du côté du luxe ostentatoire et, de fait, il n’évoque guère dans ces œuvres l’idée de pénitence. L’analyse de brèves listes formulaires d’espèces ébauchant des menus est l’occasion de discerner les connotations spéciales attachées aux espèces les mieux représentées : le brochet, le saumon, le bar, la perche, la lamproie et l’anguille. Le cliché stylistique se révèle alors plein de ressources sémantiques. Le poisson revêt enfin une valeur symbolique liée à l’ordre féodal : il signifie dans plusieurs épisodes la conquête ou la reconnaissance de la souveraineté.

14Les énumérations stéréotypées d’espèces prestigieuses observées dans les genres narratifs nobles circulent aussi dans la littérature didactique et morale. Leur interprétation est toute autre. Rapporté aux moines ou aux prêtres, le goût des bons poissons est un topos satirique forgé par les clercs latins. Il dénonce sous la plume des moralistes français l’amour excessif des biens temporels et participe à la caricature traditionnelle des papelards, également à l’œuvre dans les fabliaux. On glisse aisément du péché de bouche au péché de chair. Suggéré par diverses métaphores, le symbolisme sexuel du poisson est illustré sans équivoque par la fonction dévolue aux poissons-serpents – anguille et lamproie – dans certains récits grivois. On se garde pourtant de conclure à une corrélation systématique, car les connotations sexuelles n’épuisent pas le sens de ces poissons longs. Le sixième chapitre étudie les effets de décalage burlesque ménagés par l’évocation d’espèces variées dans les fabliaux. Comme dans les genres nobles, c’est le poisson idéal, frais et délicieux, qui conserve le premier rôle, du moins avant l’apparition du « Carême puant » dans les ballades d’Eustache Deschamps à la fin du xive siècle. On aborde enfin la recomposition des realia liées à la pêche, au commerce et à l’alimentation dans le Roman de Renart, en particulier dans la « branche des anguilles » (branche III de l’édition Martin). L’originalité de la narration française ressort d’une comparaison avec son modèle latin l’Ysengrimus, composé au milieu du xiie siècle. Les poissons du poème latin sont principalement hérités de la tradition anticléricale, alors que ceux du Roman de Renart présentent une plus grande variété : le conteur français, tout en jouant avec les conventions comiques, ancre son récit dans le quotidien médiéval. Il exploite les multiples connotations de l’anguille pour en faire un attribut du goupil.

15Entre références au quotidien et idéalisation symbolique, entre classements naturalistes et morale chrétienne, les poissons littéraires apparaissent au croisement de plusieurs discours, ce qui les dote de multiples virtualités signifiantes. La troisième partie met en lumière l’ambivalence constante du poisson dans les récits chrétiens où il est à la fois animal merveilleux et nourriture symbolique.

16On analyse d’abord la manière dont certains auteurs de vies de saints et de romans réinvestissent des éléments étrangers à la symbolique chrétienne. Les textes hagiographiques latins proposent ainsi une relecture des motifs bibliques de la pêche miraculeuse et de la multiplication des poissons adaptée aux espèces et aux croyances locales. La Vie de Godric de Finchale, rédigée peu après 1170 par le moine anglais Reginald de Durham, offre l’exemple d’un dialogue vivant entre des croyances païennes liées à la mythologie celtique du saumon et une perspective chrétienne. Une appropriation comparable de poissons venus d’ailleurs paraît à l’œuvre dans plusieurs romans français, jusqu’à la christianisation profonde accomplie par Robert de Boron. Du premier Conte du Graal au Roman de l’Estoire del saint Graal, on étudie l’évolution des rapports entre le saint vase et le poisson. Les allusions aux poissons dans le récit fondateur de Chrétien de Troyes apparaissent comme un creuset où se superposent une pluralité de senefiances. Robert de Boron développe l’une des pistes ouvertes par son prédécesseur : il achève de lier le Graal aux symboles du poisson eucharistique et de la pêche christique, qui rencontrent divers échos dans l’iconographie et dans les textes théologiques et hagiographiques du Moyen Âge.

17Un dernier chapitre est consacré aux poissons merveilleux peuplant la littérature médiévale. L’esturgeon miraculeux qui fait office de contenant dans le Roman de la Manekine a toutes les caractéristiques d’une merveille chrétienne. Le récit de Philippe de Rémi éveille plusieurs souvenirs de la Bible et réécrit un motif hagiographique. Toutefois, la symbolique chrétienne ne suffit pas à expliquer le choix de l’espèce. On peut y voir une simple caution rationalisante, une convocation de la doxa scientifique médiévale sur l’esturgeon, ou y reconnaître les résurgences d’un antique rituel prolongé par une coutume pontificale. Les adaptations de l’histoire aux xive et xve siècles révèlent d’étonnantes métamorphoses. Le poème épique Lion de Bourges place en regard de l’esturgeon divin emprunté à Philippe de Rémi un diabolique saumon aux allures de luiton. D’un poisson à l’autre, le merveilleux change de sens. Merveilles encore que ces hybrides aquatiques qui envahissent le champ de la fiction à partir du xiiie siècle. En réponse aux savants qui voient dans la faune sous-marine un reflet des créatures terrestres, les romans médiévaux suggèrent le caractère originel des mondes marins et en font une matrice de la société chevaleresque. Plusieurs indices en témoignent, notamment l’usage de matériaux tirés des bêtes marines dans les bâtiments, les vêtements et les armes. La dernière œuvre invoquée mène à bien une synthèse saisissante entre les divers visages du poisson merveilleux. En effet, le Perceforest, vaste somme romanesque de la première moitié du xive siècle, accomplit la conjointure entre le mythe des chevaliers-poissons et l’ère chrétienne de l’ἰχθύς divin.

18Il ressort des analyses de cette dernière partie que le poisson se prête tout particulièrement au merveilleux né de la réception d’une autre culture par la culture commune.

19En appliquant au corpus choisi les méthodes de l’histoire des sciences et de l’analyse littéraire, nous avons tenté de mettre au jour les principaux traits de la représentation médiévale du poisson. Un ensemble de savoirs et de croyances tantôt cohérent, tantôt paradoxal, ressort de cette recherche. Les échanges directs entre textes scientifiques et littéraires demeurent rares. Néanmoins, le corpus savant a éclairé notre lecture des œuvres poétiques dans la mesure où il nous a permis de déceler des références à une doxa commune concernant l’animal et l’aliment. Des axes transversaux ont ainsi été mis en lumière. Les textes du Moyen Âge central voient unanimement dans le poisson une nourriture d’abondance. Les espèces propres au salage et donc à la conservation occupent dans la littérature une place de choix. On retiendra les deux visages de la profusion alimentaire qu’incarnent d’une part le hareng, représentant de l’inépuisable multitude, d’autre part la baleine, immense masse de chair, de graisse et d’os. Qu’ils reconnaissent en lui une nourriture originelle ou l’ancêtre de tous les chevaliers, les auteurs médiévaux laissent affleurer par intermittence la dimension mythique de cet animal-aliment.

20De plus, science et fictions convergent pour témoigner de l’existence d’une riche culture médiévale des espèces. La mention d’un saumon ou d’une anguille dans un texte littéraire, quels que soient son genre et son registre, n’est pas indifférente. Elle est au contraire susceptible d’attirer notre attention sur des aspects difficilement perceptibles dans la mesure où ils mettent en jeu une complicité culturelle unissant les conteurs médiévaux à leur public. Par exemple, la lamproie connote plus nettement que l’anguille le luxe ou la gourmandise des puissants, les évocations du brochet se rattachent souvent à l’instauration d’un ordre féodal et l’irruption d’un saumon ou d’un esturgeon en contexte chrétien laissent soupçonner le réinvestissement de croyances autres. Le motif du don de poisson – brochet ou esturgeon – a retenu à plusieurs reprises notre intérêt. Privilège divin réservé aux élus des récits hagiographiques, il signifie dans le registre féodal la reconnaissance et la légitimation de l’autorité d’un souverain.

21Cette recherche aura ainsi permis, à travers la confrontation de textes scientifiques et littéraires contemporains, d’affiner notre lecture des uns et des autres, et de mieux entendre le langage médiéval relatif au poisson et à ses espèces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Le Cornec-Rochelois, « Cécile Le Cornec-Rochelois, Le Poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/1953

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page