Skip to navigation – Site map
Études & travaux

Manuscrit de base et variantes de tradition dans le Chevalier de la charrette*

Stefano Asperti, Caterina Menichetti and Maria Teresa Rachetta

Abstracts

In the last decades, thanks to the development of new technologies, scholars have been provided with a large amount of digital resources and data. For Chrétien de Troyes’ Conte de la charrette, such an improvement is mainly due to the homonymous Project developed by Foulet and Uitti, and to its various continuations. However, such resources have had little impact on the discussion concerning textual criticism, in the context of the vivid debate about the Copie Guyot (BNF, fr. 794), the manuscrit-de-base (guide-manuscript) of all the recent editions of the roman. We propose to broach the problem in a new fashion, in order to highlight the rich heritage of variant readings of the manuscripts and to preserve the readability of the text. Therefore, the reader will find in this article a critical presentation of the text accompanied with a commentary on the varia lectio connected to the “base-version”. Such a purpose shall be exemplified with the study of five specific excerpts, the variant readings of which will be reassessed here. This enables us to shed a new light on the text by Chrétien de Troyes, from a lexical, linguistic and definitely literary point of view.

Top of page

Dedication

Ad Adriana Solimena, con affetto.

Full text

  • * À l’intérieur dMtiqui292-it" hreflang="it" dezect" xml:s vass="="textandnoteno; Menic a n cla. 1, 2, 3.1long3.5en marract-292-ipan>notecall" go-top"ct-292-iarticle-292ngTvpaof p=io
    secheur
  • secheur um">* uien">Bibl;op;| h2
  • ">
  • Pascale Bourgain, « L’édition des textes vernaculaires », Bilan et perspectives des études médiévales en Europe : Actes du premier Congrès Européen d’Études Médiévales (Spoleto, 27-29 mai 1993), éd. par J. Hamesse, Louvain-la-Neuve 1995, p. 427-448.

    Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones, Lori Walters éd., Les Manuscrits de Chrétien de Troyes-The Manuscripts of Chrétien de Troyes, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1993.

    Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

    La Chanson de Roland, Cesare Segre éd., Genève, Milano-Napoli, Ricciardi, 1971, rééd. Droz, 2003.

    Chrétien de Troyes, Sämtliche erhaltene Werke. iv. Der Karrenritter (Lancelot) und das Wilhelmsleben (Guillaume d’Angleterre), Wendelin Foerster éd., Halle, Niemeyer, 1899.

    Chrétien de Troyes, Les Romans de Chrétien de Troyes, édités d’après la copie de Guiot (Bibl. Nat. Fr. 794). iii. Le Chevalier de la Charrette (Lancelot), Mario Roques éd., Paris, Champion, 1958.

    Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette (Lancelot). Roman traduit de l’ancien français, Jean Frappier éd., Paris, Champion, 1962.

    Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette (Lancelot), Alfred Foulet, Karl D. Uitti éd., Paris, Bordas, 1989.

    Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette ou Le Roman de Lancelot, Charles Méla éd., Paris, Le Livre de Poche, 1992.

    Chrétien de Troyes, Cligés, Stewart Gregory, Claude Luttrel éd., Woodbridge-Rochester, Brewer, 1993.

    Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou Le Conte du Graal. Édition critique d’après tous les manuscrits, Keith Busby éd., Tübingen, Niemeyer, 1993.

    Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, D. Poirion éd., Paris, Gallimard, 1994.

    Chrétien de Troyes, Godefroy de Leigni, Il Cavaliere della Carretta (Lancillotto), Pietro G. Beltrami éd., Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004.

    Gianfranco Contini, Breviario di ecdotica, Milano-Napoli, Ricciardi, 1985.

    Frédéric Duval, « L’édition des textes médiévaux français en France », Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’École des Chartes le 23 septembre 2005, F. Duval éd., Paris, École des Chartes, 2006, p. 115-50.

    Guillem de Toroella, La Faula, Anna Maria Compagna éd., Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2007.

    Alfred Foulet, « On Grid-Editing Chrétien de Troyes », L’Esprit Créateur xxvii, 1987, p. 15-23.

    Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame, V. Frédéric Koenig éd., Genève, Droz, 1970.

    Alexandre Micha, La Tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, Paris, Droz, 1939.

    K. Sarah-Jane Murray, « Medieval Scribes, Modern Scholars : Reading Chrétien de Troyes in the Twenty-First Century», Literatur und Literaturwissenschaften auf dem Weg zu den neuen Medien – Eine Standortbestimmung (Literature and Literary Studies on Their Way Towards the Digital Media – Where Are We ?), Bern, Germanistik, 2005, http://www.germanistik.ch/buch.php?id=Literatur_Neue_Medien

    Le Nouveau Testament de Lyon, Marvyn Roy Harris, Peter Ricketts éd., http://www.rialto.unina.it/prorel/NTL/NTL.htm

    Cinzia Pignatelli, « La lemmatisation du Chevalier de la charrette (Lancelot) ou le nécessaire retour aux manuscrits », Œuvres et Critiques xxvii, 2002, p. 52-69.

    Cinzia Pignatelli, « Le “Projet Charrette” à Poitiers : un état des lieux », Cahiers de Civilisation Médiévale lxviii, 2005, p. 227-32.

    Robert le Clerc d’Arras, Les Vers de la Mort, Annette Brasseur, Roger Berger éd., Genève, Droz, 2009.

    Gilles Roques, « Chrétien de Troyes des manuscrits aux éditions », Medioevo Romanzo, xxxiii-1, 2009, p. 5-28.

    Salut d’amor, Stefano Asperti éd., 2001, http://www.rialc.unina.it/0.38.htm

    Madeleine Tyssens, « Philologie “chevronnée”, nouvelle philologie », Revue de Linguistique romane lxvi, 2002, p. 403-20.

    Karl D. Uitti, A Brief History of the “Charrette Project” and Its Basic Rationale, 1997, http://www.mshs.univ-poitiers.fr/cescm/lancelot/project.html

    Lori Walters, « Le rôle du scribe dans l’organisation des manuscrits des romans de Chrétien de Troyes », Romania cxiv, 1974, p. 303-25.

Top of page

Notes

* À l’intérieur d’un travail unitaire, coordonné par Stefano Asperti, les sect. 1, 2, 3.1 et 3.5 sont de Caterina Menichetti, les sect. 3.2-4 de Maria Teresa Rachetta. Nous remercions Martine Vangeertruyden pour la révision du texte.

1 G. Roques, « Chrétien de Troyes des manuscrits aux éditions », Medioevo Romanzo xxxiii-1, 2009, p. 5-28.

2 W. Foerster éd., Christian von Troies, Sämtliche erhaltene Werke. iv. Der Karrenritter (Lancelot) und das Wilhelmsleben (Guillaume d’Angleterre), Halle, Niemeyer, 1899 ; A. Micha, La Tradition manuscrite des romans de Chrétien de Troyes, Paris, Droz, 1939. Après les travaux de Foerster et Micha deux autres témoins incomplets de la Charrette ont été découverts : il s’agit des manuscrits Princeton, Firestone Libr., Garrett 125, et Paris, Bibl. de l’Inst. de France, 6138 (ancien 4676).

3 On adopte comme sigles et comme numérotation de références le système d’A. Foulet, Karl D. Uitti éd., Le Chevalier de la Charrette (Lancelot), Paris, Bordas, 1989, édition qui, mis à part l’intégration des manuscrits inconnus à Foerster et Micha, est de ce point de vue parfaitement superposable à celle de Foerster. On rappelle les cotes des manuscrits : A = Chantilly, Musée Condé, 472 ; C = Paris, BNF, fr. 794 ; E = Escorial, Real Monasterio de San Lorenzo, M.iii.21 ; F = Paris, BNF, fr. 1450 ; G = Princeton, Firestone Libr., Garrett 125 ; I = Paris, Bibl. de l’Inst. de France, 6138 ; T = Paris, BNF, fr. 12560 ; V = Città del Vaticano, Bibl. Apost. Vat., Reg. lat. 1725. Pour les détails sur les manuscrits on se rapportera à K. Busby, T. Nixon, A. Stones, L. Walters éd., Les Manuscrits de Chrétien de Troyes-The Manuscripts of Chrétien de Troyes, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1993. Aux témoins directs du roman, il faudra ajouter le témoignage du « texte dérimé » de la Charrette (γ) qui remplace le texte de la Vulgate dans trois manuscrits du Lancelot en prose. Cette version extra-Vulgate, récemment éditée par Annie Combes, est « la seule mise en prose systématique du Chevalier de la Charrette connue à ce jour » (Le Conte de la Charrette dans le Lancelot en prose : une version divergente de la Vulgate, A. Combes éd., Paris, Champion, 2009, p. 13). Il s’agit d’une mise en prose tellement fidèle à l’original de Chrétien que, comme Mme Combe l’a remarqué, il est possible la plupart du temps – abrègements et dérimages mis à part – de la confronter de façon ponctuelle aux huit manuscrits conservés (cf. Combes, éd. cit., p. 88 sq.). L’évaluation des rapports entre γ et les témoins de la Charrette a déjà été faite par Mme Combes qui conclut : « T est sans doute le manuscrit le plus proche de γ ; cependant, T est rarement seul avec γ contre les autres manuscrits » ; et « l’individualité de C [...] est confirmée par une confrontation avec γ » (Combes, éd. cit., p. 93 et 91 respectivement).

4 Il faut en tout cas signaler que la grande majorité des éditeurs de la Charrette n’ont que très sommairement discuté les raisons qui les ont conduits au choix de C comme manuscrit de base – et au refus de T. D’autres romans de Chrétien ont été récemment édités. Pour Cligés, S. Gregory, C. Luttrel éd., Chrétien de Troyes, Cligés, Woodbridge-Rochester, Brewer, 1993, ont considéré C « non pas comme le meilleur manuscrit, mais comme le manuscrit le moins corrompu, c’est à dire, comme une base sujette à toute correction qu’on peut justifier » ; dans cette édition, le fait que la copie de Guiot soit interpolée (comme T pour la Charrette) n’a pas empêché son adoption en tant que manuscrit de base. La « supériorité » de C, au contraire, a été mise en question et rejetée par K. Busby éd., Le Roman de Perceval ou Le Conte du Graal. Édition critique d’après tous les manuscrits, Tübingen, Niemeyer, 1993, p. lix.

5 M. Roques éd., Les Romans de Chrétien de Troyes, édités d’après la copie de Guiot (Bibl. Nat. Fr. 794). iii. Le Chevalier de la Charrette (Lancelot), Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » 86, 1958.

6 J. Frappier éd., Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette (Lancelot). Roman traduit de l’ancien français, Paris, Champion, 1962.

7 Foulet-Uitti, éd. cit. ; Ch. Méla éd., Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette ou Le Roman de Lancelot, Paris, Le Livre de Poche, 1992 ; D. Poirion éd., Lancelot ou le Chevalier de la Charrette, dans D. Poirion éd. (avec la collaboration d’A. Berthelot, P. F. Dembowski, S. Lefèvre, K. D. Uitti, Ph. Walters), Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1994, p. 508-682 ; P. G. Beltrami éd., Chrétien de Troyes, Godefroy de Leigni, Il Cavaliere della Carretta (Lancillotto), Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004.

8 Foulet-Uitti, éd. cit., p. xxxviii.

9 Les principes qui sont à la base de cette « grille éditoriale » sont illustrés par A. Foulet, « On Grid-Editing Chrétien de Troyes », dans L’Esprit Créateur, xxvii (1987), 1, p. 15-23 (l’éditeur y analyse, entre autre, plusieures lectiones singulares de C) ; il s’agit d’un essai de définition, d’après des critères explicites, de l’ « usus scribendi » de l’auteur, comme l’a remarqué Beltrami, éd. cit., p. 20.

10 Foulet-Uitti, éd. cit., p. 401.

11 Foulet-Uitti, éd. cit., p. xxxvii.

12 Méla, éd. cit., p. 29.

13 Méla, éd. cit., p. 31.

14 Méla, éd. cit., p. 32.

15 Poirion, éd. cit., p. lv ; Poirion indique par P8 le manuscrit siglé F par Foerster, qui, pour la Charrette et Yvain, est néanmoins fortement lacunaire : il commence au v. 5652 de la Charrette et s’arrête au v. 3794 d’Yvain (numérotation de l’édition Foerster).

16 Pour l’analyse du « projet éditorial » des manuscrits F et (en marge) A, et des manipulations qui leur sont propres, cf. L. Walters, « Le rôle du scribe dans l’organisation des manuscrits des romans de Chrétien de Troyes », Romania cxiv, 1974, p. 303-25, surtout p. 305-13 et 321-23.

17 C’est ce que F. Duval, « L’édition des textes médiévaux français en France », Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’École des Chartes le 23 septembre 2005, F. Duval éd., Paris, École des Chartes, 2006, p. 115-50, part. p. 131-32, définit comme confusion entre les « différents “ avatars ” du texte » : original, archétype et manuscrit.

18 Adresse internet http://www.princeton.edu/~lancelot/ss/index.shtml .

19 K. D. Uitti, A Brief History of the “Charrette Project” and Its Basic Rationale, 1997, consultable à l’adresse internet http://www.mshs.univ-poitiers.fr/cescm/lancelot/project.html. Pour l’illustration des objectifs et de l’histoire du « Charrette Project » cf. en outre K. Sarah-Jane Murray, « Medieval Scribes, Modern Scholars : Reading Chrétien de Troyes in the Twenty-First Century», Literatur und Literaturwissenschaften auf dem Weg zu den neuen Medien – Eine Standortbestimmung (Literature and Literary Studies on Their Way Towards the Digital Media – Where Are We ?), Bern, Germanistik, 2005, lu dans la version électronique consultable à l’adresse internet http://www.germanistik.ch/buch.php?id=Literatur_Neue_Medien, et les travaux de Cinzia Pignatelli cités à la note suivante.

20 Les perspectives méthodologiques et les premiers résultats de cette deuxième phase du travail ont été illustrés dans le numéro Œuvres et Critiques, xxvii, 2002, intégralement consacré au « Charrette Project ». En suite, comme C. Pignatelli, « Le “Projet Charrette” à Poitiers : un état des lieux », Cahiers de Civilisation Médiévale lxviii, 2005, p. 227-32, l’a montré, le projet a marqué un temps d’arrêt, dû à l’ « insuffisance des ressources humaines », et au fait que « il [...] est apparu de plus en plus intellectuellement insatisfaisant de poursuivre l’étude linguistique sur les formes de l’édition critique. [...] Un index lemmatisé de l’édition Foulet-Uitti n’aurait comme garant que cette édition elle-même, et risquerait pourtant de devenir le point de départ d’analyses comparatives et de décomptes statistiques qui ne seraient confortés par aucun manuscrit » (p. 228, n. 4).

21 Voir à ce propos F. Duval, art. cit., p. 131 : « on s’aperçoit assez rapidement, en consultant des éditions synoptiques en ligne, que la juxtaposition de transcriptions ne suffit pas à constituer une édition. Le rassemblement des matériaux et la possibilité de les confronter à sa guise ne fait que renforcer l’impérieuse nécessité d’un commentaire critique et philologique plus approfondi que dans les éditions papiers, généralement publiées d’après un seul manuscrit de base accompagné d’un choix de variantes ». Voir aussi les remarques de P. Bourgain, « L’édition des textes vernaculaires », dans Bilan et perspectives des études médiévales en Europe : Actes du premier Congrès Européen d’Études Médiévales (Spoleto, 27-29 mai 1993), éd. par J. Hamesse, Louvain-la-Neuve 1995, p. 427-448, aux p. 433 sq.

22 G. Contini, Breviario di ecdotica, Milano-Napoli, Ricciardi, 1985, surtout p. 139 sq.

23 M. Tyssens, « Philologie “chevronnée”, nouvelle philologie », Revue de Linguistique romane lxvi, 2002, p. 403-20, part. p. 416.

24 Contini, op. cit., surtout les chapitres Scavi alessiani et La Critica testuale come studio di strutture.

25 C. Segre éd., La Chanson de Roland, Genève, Droz, 2003 (TLF), p. 24-6 ; cf. éd. orig., Milano-Napoli, Ricciardi, 1971, p. xx-xxi.

26 C. Pignatelli, « La lemmatisation du Chevalier de la charrette (Lancelot) ou le nécessaire retour aux manuscrits », dans Œuvres et Critiques, xxvii, 2002, p. 52-69, part. p. 63.

27 B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989, p. 108.

28 http://www.rialto.unina.it et http://www.rialc.unina.it respectivement. Voir, surtout, M. Roy Harris, P. Ricketts éd., Le Nouveau Testament de Lyon, http://www.rialto.unina.it/prorel/NTL/NTL.htm ; A. M. Compagna éd., Guillem de Toroella, La Faula, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2007 ; S. Asperti éd., Salut d’amor, 2001 (Destret d’emor mi clam a vos, http://www.rialc.unina.it/0.38.htm ).

29 Roques, éd. cit., p. 38, ponctue le v. 1239 quan qu’est bel, et gent a chascun : on a éliminé la virgule.

30 Foerster, éd. cit., p. 45 : aucun des éditeurs successifs n’a pris en compte ce remarque.

31 A. Brasseur, R. Berger éd., Robert le Clerc d’Arras, Les Vers de la Mort, Genève, Droz, 2009, str. 51, v. 601-606.

32 Moignet relève le phénomène d’attraction d’un substantif non-sujet par le relatif cas-sujet qui dans deux des Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci (voir V. F. Koenig éd., Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame, Génève, Droz, 1970, vol. 4, p. 190-200 et 378-411 respectivement ; dans le deuxième exemple, on trouve dans le texte établi par Koenig un cas-régime). La construction syntaxique a troublé les copistes : Nostre Dame de Soissons, v. 214-16 : « si com li fiex la povre fame / dire l’ot oï vraiement / li vrais des vrais qui pas ne ment », var. 216 li vrai des vrais] le vrai des vrais LFE, dou vrai des vrais N, li roys des roys S, li vrois Dex qui A ; De l’Ymage Nostre Dame de Sardanei, v. 610-13 : « car a Soissonz le trouverai / le bon bourjois, qui encor vit, / qui a ses ieuz l’ymage vit, / de Sardenay dont j’ai conté » var. 611 le bon] ung bon E, li bons (bon B) BNR.

Top of page

References

Electronic reference

Stefano Asperti, Caterina Menichetti and Maria Teresa Rachetta, « Manuscrit de base et variantes de tradition dans le Chevalier de la charrette », Perspectives médiévales [Online], 34 | 2012, Online since 01 September 2012, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/292 ; DOI : 10.4000/peme.292

Top of page

About the authors

Stefano Asperti

Sapienza - Università di Roma

Caterina Menichetti

Fondazione Franceschini – Firenze

Maria Teresa Rachetta

Sapienza - Università di Roma

Top of page

Copyright

© Perspectives médiévales

Top of page