Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Chanter de geste. L’art épique et son rayonnement. Hommage à Jean-Claude Vallecalle

Paris, Champion, 2013
François Suard
Référence(s) :

Chanter de geste. L’art épique et son rayonnement. Hommage à Jean-Claude Vallecalle, études recueillies par Marylène Possamaï-Pérez et Jean-René Valette, Paris, Champion, 2013

Texte intégral

1On notera d’abord que ce recueil de Mélanges dédiés à Jean-Claude Vallecalle possède une cohérence assez rare dans ce type de recueil : la totalité des articles est en effet consacrée, de façon directe ou indirecte, à un même sujet, l’art épique.

2Marion Bonansea s’interroge sur le fonctionnement et la signification du printemps épique dans les chansons de geste (p. 35-50) ; elle souligne le contraste entre la guerre, à laquelle son évocation sert de prélude, et la renaissance printanière – « les dérèglements humains et l’énergie printanière » –, opposant ainsi temps cyclique et lyrique, et temps de l’histoire et de la narration, ouvrage de l’homme.

3Dominique Boutet étudie « La récriture de Jehan de Lanson par Jean d’Outremeuse » dans la Geste de Liège (p. 51-65) ; il constate la fidélité globale de l’auteur du XIVe siècle au modèle épique, les différences repérées s’expliquant par l’orientation liégeoise de la récriture et la mise en valeur du personnage d’Ogier.

4Le Récit en vers de la première croisade d’après Baudri de Bourgueil (RPCB) est comparé par Marie-Madeleine Castellani aux traditions épiques et au roman d’antiquité (p. 67-79). L’originalité du texte réside dans la présence appuyée de manifestations surnaturelles et la mise en relation de la croisade avec les éléments fondamentaux du christianisme.

5Caroline Cazanave se penche sur le personnage de Malabron à la fois dans la tradition littéraire (Huon de Bordeaux, ses continuations, la mise en prose et la traduction anglaise de Lord Berners), mais aussi dans les représentations plastiques du personnage depuis le XVIe jusqu’au XXe siècle (p. 81-104). D’étonnantes transformations du luiton marin en sylphe, en sylphide ou en génie du terroir peuvent être signalées.

6C’est une image peu favorable de la chevalerie et de la femme que donne le fabliau, étudié par Corinne Füg-Pierville, d’ « Une seule fame qui a son cors servoit cent chevaliers de tous points », car les combats effectivement livrés contre les Sarrasins cèdent vite la place à des joutes érotiques dans lesquelles la femme, sorte d’Olivier femelle, se montre infatigable, puisqu’elle « lor livroit assez estor » (p. 105-119).

7Scrutant les préliminaires de la bataille de Roncevaux (« Sept anz tuz pleins ad estét en Espaigne ». Étude sur l’exposition de la Chanson de Roland : temps et espace »), Gérard Gros (p. 121-136) montre la richesse d’indications souvent négligées par la lecture courante, et qui doivent être mises en rapport, pour être comprises, avec le drame qui va se jouer : les images dégagées par des indications saisonnières, la présence de la montagne, de la mer et des richesses de l’Orient créent un tissu de correspondances sans doute mieux savourées par l’auditeur médiéval que par le lecteur contemporain.

8Avec « Rosamonde et l’illusion du pouvoir » (p. 137-151), Bernard Guidot met en évidence dans Élie de Saint-Gilles un personnage de princesse sarrasine déconcertant : possédant toutes les vertus d’un type déjà bien affirmé (beauté, énergie amoureuse, détermination), elle connaît un sort décevant, dans la mesure où les lois de l’Église lui interdisent d’épouser Élie, le beau chevalier pour lequel elle s’est convertie, mais qui a le tort d’être son parrain.

9Reprenant la scène d’Aliscans où Guillaume assiste son neveu Vivien dans ses derniers instants (p. 153-170), Marie-Pascale Halary s’intéresse aux v. 978-981 de la chanson, dans lesquels le comte d’Orange déclare qu’en ce « bautesme » il veut être le parrain du jeune héros. L’A. voit dans ce passage « une sublimation ou une spiritualisation du lien avunculaire topique », qui peut être également envisagée dans le cas du baptême de Rainouart.

10Claude Lachet s’intéresse au personnage d’Aragon dans la Prise d’Orange (p. 171-186), qui apparaît essentiellement « comme un bouffon, dont la fonction essentielle est de faire rire ». Des nuances apparaissent en revanche dans les différentes rédactions, le remanieur de C donnant par exemple au roi sarrasin un rôle plus honorable que dans les autres versions.

11C’est l’importance de l’aspect guerrier dans les versions norroises du Roman de Tristan, Tristams saga ok Isöndar et Saga af Tristram ok Isodd, qui conduit Daniel W. Lacroix à apporter sa contribution au présent recueil (p. 187-196). L’A. montre que le modèle utilisé par les sagas était beaucoup plus riche thématiquement que les fragments conservés du roman de Thomas, et que les conflits féodaux y tenaient une place plus importante.

12Beate Langenbruch étudie dans une perspective girardienne l’épisode final de Renaut de Montauban, son martyre à Cologne, qui instaure, comme le meurtre de la victime émissaire, une paix définitive (p. 197-219). Elle montre aussi le succès prolongé, en pays rhénan, et notamment à Dortmund, de la légende de saint Renaud.

13Le « petit cycle des reliques » (le Voyage de Charlemagne, la Destruction de Rome et Fierabras) est étudié par Marc Le Person (p. 221-240), qui en montre la relation historique avec plusieurs sites (Compiègne, Saint-Denis) et souligne, à propos de Fierabras, leur implication profonde dans le sens même de la chanson, expression d’un désir de spiritualité qui « trouve son accomplissement dans le baptême de Floripas » et son mariage avec Gui de Bourgogne.

14Dans la materia di Spagna, le personnage d’Olivier présente, comme le montre Chloé Lelong (p. 241-257) des figures contrastées, marquant de toute façon une évolution par rapport aux modèles épiques français. Le héros peut voir sa bravoure accentuée ou au contraire dévaluée, cependant que, dans les Fatti di Spagna, la présence de Galeant (Galien), son fils, ainsi que des aspects héroï-comiques, font de lui un personnage multiple, véritable héros de roman.

15Jean-Pierre Martin étudie avec précision la typologie des procédés d’anticipation dans la chanson de geste (p. 261-290) : rapports avec le prologue, prise en charge par la narration elle-même, ces « voix internes du récit », précision de l’information, distance avec l’événement annoncé, place dans la strophe. Ces anticipations, qui privent la narration de tout effet de surprise, font du texte épique un élément mythique de la mémoire collective.

16Philippe Ménard étudie (p. 279-290) l’emploi des temps du récit dans Berta da li pé grandi ; il montre la prédominance du passé, les phénomènes d’alternance avec le présent historique et relève quelques formes équivoques. Le passage du passé au présent crée durablement, lors du retour du passé, « l’illusion d’une mise en avant directe ».

17S’interrogeant sur le succès de la légende de Berte (p. 291-317), Valérie Méot-Bourquin y voit l’effet d’un agencement des relations entre les personnages du récit entre le modèle « couple » et le modèle « famille », qui crée un jeu d’échos entre des situations où la femme, à la fois épouse, mère et fille, s’inscrit dans une représentation idéalisée et peut-être tributaire d’une inspiration religieuse des relations intrafamiliales.

18C’est aux femmes messagères dans les chansons de geste françaises et leur postérité franco-italienne que s’intéresse Leslie Zarker Morgan (p. 319-331). Elle montre la spécificité des conditions et des buts de l’ambassade : la messagère n’annonce pas un combat mais cherche le salut pour elle et sa famille ; elle use du déguisement et ne néglige pas le mensonge et les séductions de la musique.

19Pierre Nobel étudie l’édition par François Bonnardot du fragment du Poème anglo-normand sur l’Ancien Testament (Romania l6, 1896, p. 177-213) conservé à Trèves (p. 333-349), qui présente un intérêt sur les plans lexicographique et littéraire, puisque le translateur a donné à son texte une coloration épique. L’A. étudie les sources du texte et propose des amendements à une édition qui n’est pas incontestable.

20Les portiers épiques ont-ils un statut subalterne ou appartiennent-ils à une classe plus noble, celle par exemple des guerriers ? Dépouillant vingt-quatre chansons, Muriel Ott (p. 351-365) montre qu’en général ils ne sont pas chevaliers et sont rémunérés pour leur service. Leur fonction principale est peut-être avant tout littéraire : ils mettent en avant un motif important de la diégèse, celui du franchissement de la porte d’une ville ou d’un château.

21Dépassant le cadre strict de la chanson de geste, c’est dans plusieurs types de littérature recourant à l’allégorie (roman de Chrétien, Ovide moralisé, poésie de Charles d’Orléans) que Marylène Possamaï-Pérez étudie l’emploi des motifs guerriers (p. 367-386). Elle y repère une fonction esthétique et une fonction morale, spirituelle et philosophique.

22Les Passages d’Outre-mer de Sébastien Mamerot offrent au XVe siècle un exemple intéressant de la succession de la chronique à l’épopée. Danièle Quéruel étudie dans cette œuvre la célébration du personnage de Charlemagne, magnifié, à l’imitation du Pseudo-Turpin connu à travers Vincent de Beauvais, comme incarnation de la royauté française et de ses liens privilégiés avec la chrétienté (p. 387-399).

23En analysant la scène d’ouverture d’Otinel, où le Sarrasin vient défier les chrétiens et notamment Roland, Bernard Ribémont montre comment le poète épique mêle la question du droit du messager et la procédure féodale du duel imposée par le code d’honneur, une intervention surnaturelle étant seule capable de résoudre un réseau de tensions particulièrement complexe (p. 401-414).

24Claude Roussel étudie un aspect particulier de l’intervention des messagers dans les chansons de geste tardives, qui consiste à pratiquer la désinformation et même la trahison. Le message devient ainsi l’équivalent d’une arme, notamment lorsqu’il concourt à la dispersion de la cellule familiale (p. 415-427).

25Étudiant l’ambassade de Bertrand auprès de Désier de Pavie dans la Chevalerie Ogier de Danemarche, François Suard s’attache à montrer les liens multiples qui unissent ce passage à l’histoire à venir de la guerre entre Ogier et Charlemagne (p. 428-440).

26Jean Subrenat s’interroge sur le rôle de la Bible et du Nouveau Testament dans la conception que se font les jongleurs de la religion sarrasine (p. 441-456). Il suggère notamment de s’intéresser aux jugements et aux imprécations des prophètes de l’Ancien Testament contre les idoles païennes.

27À partir de la reconnaissance dans le Perlesvaus d’une poétique de la violence et de la cruauté guerrière qui l’apparente au discours épique, Jean-René Valette, qui se demande si ce texte est un « roman épique », montre la complexité de l’œuvre. Visant, comme la chanson de geste, la promotion de l’ordre chevaleresque, le Perlesvaus, par l’intermédiaire du Graal, prend en charge, en la spiritualisant, la violence indispensable à la fonction guerrière (p. 457-472).

28Etudiant la scène de l’altercation entre Guillaume, qui revient du champ de bataille d’Aliscans, où les chrétiens ont été vaincus et où Vivien a trouvé la mort, et le roi Louis, qui refuse de recevoir le héros, Romaine Wolf-Bonvin voit dans la violence – le furor – de Guillaume l’incarnation des grands monstres sarrasins (Aérofle, Desramé, Haucebier), et le fil directeur qui unit dans cette parenté fondée sur l’altérité Guillaume et Rainouart (p. 473-489).

29Signalons enfin que le recueil présente un poème de Jean-Pierre Lemaire, Brou (p. 259-260).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Suard, « Chanter de geste. L’art épique et son rayonnement. Hommage à Jean-Claude Vallecalle », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 06 janvier 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/7657

Haut de page

Auteur

François Suard

Professeur émérite de littérature du Moyen Âge – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page