Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Vanessa Obry, « Et pour ce fu ainsi nommee ». Linguistique de la désignation et écriture du personnage dans les romans français en vers des xiie et xiiie siècles

Hélène Bouget
Référence(s) :

Vanessa Obry, « Et pour ce fu ainsi nommee ». Linguistique de la désignation et écriture du personnage dans les romans français en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » n° 259, 2013, 466 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Vanessa Obry est issu de sa thèse de doctorat soutenue à l’université de Provence en 2010. Comme le précise le sous-titre, il s’inscrit à la croisée de plusieurs disciplines : linguistique, stylistique et approche littéraire, toutes convoquées pour définir et étudier la notion problématique de personnage dans une période charnière de l’histoire du genre romanesque (xiie et xiiie siècles). La réflexion porte sur un corpus principal restreint, limité au roman en vers : Le Conte de Floire et Blanchefleur, Ille et Galeron de Gautier d’Arras et Galeran de Bretagne, qui permet d’appréhender une partie de la production entre le milieu du xiie siècle et le premier tiers du xiiie siècle. Ponctuellement, un corpus secondaire est convoqué à titre de comparaison, en particulier les Lais de Marie de France, les romans de Chrétien de Troyes ou Eracle de Gautier d’Arras, les œuvres attribuées à Jean Renart ainsi que Le Roman de Floire et Blanchefleur, version plus tardive du Conte de la fin du xiie siècle. Accessoirement quelques comparaisons avec les romans en prose du xiiie siècle viennent mettre la réflexion en perspective. Ce choix apparaît bien justifié, dans la mesure où ce type de corpus n’a guère retenu sur ce point l’attention de la critique, contrairement aux romans arthuriens.

2L’introduction, très claire, engage la lecture par une mise au point théorique sur les acquis critiques de la notion de personnage et les théories linguistiques convoquées. En effet, le personnage est souvent abordé, dans la littérature médiévale, selon une approche fonctionnelle qui n’est pas retenue ici. La recherche se veut en effet au plus proche du texte et aborder la notion par le « matériau linguistique qui permet de désigner le personnage » (p. 16) et, en premier lieu, le nom propre, mais aussi tous les procédés de désignation. Vanessa Obry choisit le terme de « désignateur » (p. 22) qui englobe une variété d’expressions permettant de relier le langage aux référents. Il s’agit de « l’ensemble des expressions qui peuvent, pour un personnage donné, contribuer à l’acte de référence ou de désignation. Ils englobent les pronoms comme les syntagmes nominaux […] et leurs expansions » (p. 23), et ne se limitent donc pas aux simples noms propres.

3L’ouvrage se divise ensuite en trois parties dans lesquelles les trois œuvres principales sont tour à tour comparées selon les perspectives établies et toujours clairement annoncées. Dans un premier temps, l’auteur se consacre en toute logique aux fondements méthodologiques de l’étude qui lui permettent de sélectionner les désignateurs analysés par la suite. Elle commence par les choix onomastiques, dans la mesure où le nom propre s’impose avec évidence comme le premier type de désignateur. Il s’agit d’abord d’établir l’origine et l’éventuel intertexte convoqué par le choix de tel anthroponyme. On retient en particulier l’analyse des emprunts de noms de personnages célèbres : en effet, si la citation est un procédé convenu, elle aide à situer les protagonistes les uns par rapport aux autres, ainsi que dans le paysage littéraire. Vanessa Obry s’attache par exemple à une fine analyse de la mention de Turnus dans Galeran de Bretagne (p. 51-52). L’étude des noms de personnages par rapport à leur univers de référence permet de mettre en évidence, une nouvelle fois, les conventions auxquelles se soumettent les textes, mais aussi par exemple des phénomènes d’inversion comme dans Ille et Galeron. Plus qu’un simple emprunt, les textes pratiquent une sorte de réinvestissement littéraire qui participe de la construction du personnage et permet de le situer et de lui conférer une origine. Enfin l’étude de l’onomastique s’étend à la lecture en réseau, à travers notamment les jeux de miroirs et le thème de la gémellité récurrents dans les œuvres. Cette lecture s’opère selon un double axe : « l’axe horizontal des ressemblances et l’axe vertical de la filiation » (p. 94) à partir desquels les personnages étudiés sont sélectionnés. Vanessa Obry souligne ainsi l’importance de la filiation dans le roman d’Ille et Galeron par comparaison avec le lai d’Eliduc dont il s’inspire, et qui permet selon elle au roman d’entrer dans le temps contrairement à la légende. Dans un deuxième temps, elle établit la distinction entre noms propres et noms communs en s’attachant d’abord à la question de l’anonymat des personnages. Elle envisage plusieurs hypothèses afin de comprendre la part de nomination et d’anonymat dans les œuvres : l’importance de l’intrigue, la frontière entre les figures fonctionnelles et les autres par exemple. Cela lui permet de nuancer des présupposés qui tendent au lieu commun : ainsi, dans Floire et Blanchefleur, il n’y a pas de totale concordance entre importance et nomination, tandis qu’ailleurs, les enjeux de la nomination relèvent d’un trait stylistique qui rappelle l’esthétique des chansons de geste. Ce n’est donc pas « parce que le personnage est nommé qu’il joue un rôle de premier plan dans l’intrigue » (p. 110). En poursuivant l’analyse sur le corpus secondaire et notamment Chrétien de Troyes, Vanessa Obry insiste sur la nécessité de relativiser la différence souvent énoncée entre les œuvres de ce dernier et celles de Gautier d’Arras. Elle constate que les choix liés à l’anonymat chez Chrétien relèvent davantage de caractéristiques propres à son œuvre qu’à l’élaboration du genre romanesque au xiie siècle. La part de l’anonymat des personnages ne permet pas d’identifier une progression chronologique ou générique. C’est là un aboutissement important de la réflexion menée tout au long de l’ouvrage qui invite ainsi à rechercher ailleurs d’éventuels indices de ce type d’évolution. Les deux autres parties de l’ouvrage s’y consacrent à travers l’étude linguistique dont les modalités sont définies à la fin de la première partie. Qu’il s’agisse des noms propres ou des expressions substantivales, les distinctions majeures portent sur l’acte de nomination du personnage et la référence à celui-ci et, dans cette dernière catégorie, sur les termes d’adresse. Enfin, Vanessa Obry établit la répartition entre noms propres et noms communs dans les œuvres selon différents critères – parmi lesquels les emplois en récit ou en discours direct – et sous la forme de tableaux synthétiques. Si l’on s’égare un peu parfois dans la multiplicité des considérations de détail, celles-ci sont compensées par des synthèses régulières où apparaissent des résultats intéressants qui montrent par exemple que l’emploi du nom propre est favorisé en récit, tandis qu’il reste rare en adresse. En fait, « la référence est, le plus souvent, opérée grâce à un syntagme nominal », tandis que « le nom propre est alors réservé à l’opération de nomination » (p. 151).

4Ceci posé, la deuxième partie s’engage dans le but de « constituer un lexique » (p. 156) des personnages et d’étudier les modalités de leur construction à travers l’analyse des désignateurs. L’auteur s’intéresse d’abord aux expressions en emploi référentiel selon un classement reposant sur des critères sémantiques, lesquels mettent tour à tour en évidence la nature des relations amoureuses ou familiales du personnage, les rapports de force et les âges de la vie. Dans le premier cas, « le jeu des désignateurs reflète, sélectionne et réoriente les enjeux principaux de l’intrigue » (p. 173) ; dans le second, elle observe peu de variations ; le dernier met en évidence les structures biographiques. Le relevé détaillé, si important soit-il, présente un côté un peu fastidieux, propre certainement à l’exercice de la thèse, mais qui aurait gagné à être resserré. Vient ensuite l’étude spécifique du nom propre en emploi référentiel qui aboutit à d’intéressantes conclusions. Le nom propre, par sa nature même, réduit la variété des entourages possibles et contribue à ancrer le personnage dans un type stable. Il intègre notamment dans Ille et Galeron une structure formulaire héritée de la chanson de geste qui tend « à catégoriser le personnage comme appartenant à un type » (p. 205). L’étude de l’entourage du nom propre permet surtout de mettre à nouveau le corpus en perspective avec celui de Chrétien de Troyes et d’établir une distinction particulièrement éclairante : dans l’univers arthurien en effet, les noms sont hérités « et non pas attribués, au sein du récit, à un personnage nouveau » (p. 218), ils sont figés par l’arrière-plan littéraire ou légendaire, tandis que chez Gautier d’Arras par exemple, « c’est la dénomination même qui peut porter les enjeux de la problématisation du personnage » (p. 218). En toute logique, suit un développement sur les emplois cette fois non-référentiels des désignateurs (adresse, mention etc.). Après un rappel sur les fonctions d’identification et de délimitation de la prise de parole des termes d’adresse dans les textes médiévaux et leur dimension conventionnelle, l’auteur observe dans la corpus que l’emploi des noms propres semble réservé aux contextes amoureux et aux discours adressés à un locuteur absent, mais, progressivement, il acquiert lui aussi « la place de délimitateur en discours direct » (p. 242). En lien ensuite avec le parcours biographique de certains protagonistes, Vanessa Obry se demande si les désignateurs peuvent enregistrer d’éventuels changements de statut, réflexion poursuivie dans le cadre linguistique du « référent évolutif ». En d’autres termes, la démarche amène à se demander si le personnage est, selon les textes, perçu et représenté comme un référent construit, capable ou non d’évoluer. Les conclusions viennent renforcer les distinctions établies petit à petit sur les trois romans principaux : dans Floire et Blanchefleur, les personnages sont peu perçus comme des sujets susceptibles d’évoluer ; dans Ille et Galeron, au contraire, ils sont bien perçus comme mouvants ; Galeran de Bretagne enfin retarde les changements de statut avec notamment l’accession retardée et à peine effective du personnage au statut de chevalier, ce qui le distingue spécifiquement du roman arthurien. La fin de la deuxième partie s’achève sur une synthèse ferme qui marque la progression ainsi établie entre les textes, tout en apportant une nuance puisque finalement, « aucun personnage n’évolue de manière assez spectaculaire pour que le changement de catégorie dont il est l’objet rende difficile le choix des moyens de la référence » (p. 286).

5La dernière partie rassemble les résultats établis pour engager une ultime réflexion sur les rapports entre désignateurs et référents, posant ainsi la question de la transparence du langage ou de savoir s’il peut être « indépendamment des mots, la représentation d’un être humain fictif évoluant par lui-même » (p. 292). La formulation serait probablement à nuancer ici ; l’idée que le personnage puisse « évoluer par lui-même » est problématique et l’on préfère, de loin, la question bien plus pertinente à laquelle s’attache en réalité Vanessa Obry : « les désignateurs sont-ils des signes distinctifs, qui permettent de reconnaître le personnage ? » (p. 294). Là encore, la méthode est clairement définie : elle s’appuie sur les acquis de la linguistique française, y compris en moyen français, afin de classer les cas de figure propres au corpus, à partir notamment de la notion-clé de « concurrence référentielle ». Ainsi observe-t-elle par exemple que les femmes sont mesurées à leurs doubles et les hommes à leurs ennemis. Dans tous les cas, le héros se construit par confrontation. La deuxième notion empruntée à la linguistique est celle de valence verbale. En effet, les emplois des désignateurs correspondent aussi souvent à un changement de valence verbale ; toutefois elle relève aussi nombre d’emplois du nom propre sans « rupture de la distribution valentielle » (p. 317). Dans ce cas, la répétition du nom propre participe d’un effet de style propre à l’écriture des scènes topiques, comme les combats, si bien que l’emploi des désignateurs serait influencé par l’écriture de motifs. Est enfin abordé le critère de la continuité thématique, qui vient nuancer l’idée préconçue selon laquelle les désignateurs seraient strictement liés à la volonté de distinction du référent. Ils peuvent en effet intervenir comme marqueurs de l’organisation du récit, comme les incises ou les propositions formulaires introduites par « or » suivi d’un désignateur. Sur ce point, la démonstration est aussi un peu longue, mais les conclusions sont intéressantes. Vanessa Obry aboutit à l’idée que la formule introduite par « or » rend compte de la complexité des personnages, en particulier au xiiie siècle ; elle sert de « creuset » à l’élaboration d’un personnage à l’intériorité instable, en témoignant par exemple d’une émotion ou en mettant en valeur les fluctuations d’un personnage. La formule introduite par « or » favorise un mouvement « d’attraction du personnage vers le présent de l’énonciation » (p. 352), mais ce faisant, par sa nature formulaire même, elle revient à « exclure provisoirement [le personnage] du continuum narratif et temporel » (p. 352), c’est-à-dire que l’idée d’un personnage à l’intériorité complexe ne va pas de soi. L’ouvrage s’achève dans cette perspective par une réflexion sur le rapport du personnage aux mots : « est-il un assemblage de mots ou un référent représenté comme indépendant » (p. 353) ? La formule semble toutefois un peu approximative : une nouvelle fois, de quelle « indépendance » s’agirait-il pour un « être de papier » tel que le définissait Barthes ? L’étude s’étend ainsi aux objets divers (automates, œuvres d’art…) qui entretiennent dans les textes un rapport avec la représentation des personnages. Ainsi Floire et Blanchefleur sont-ils assimilables à leurs images, ce qui confirme l’intuition d’une stabilité qui les caractérise. La fin de la troisième partie tire les conclusions sur la confrontation des trois romans et dresse une synthèse rassemblant l’ensemble des réflexions et analyses précédentes. Dans le Conte de Floire et Blanchefleur, les désignateurs ne changent pas, les personnages « marqués du sceau de l’indistinction » (p. 390) ne subissent aucune modification et se rattachent à des types littéraires. Dans Ille et Galeron, la problématisation du personnage est davantage régie par le décalage entre le nom et le référent, si bien que dans ce texte, les désignateurs rendent compte des modifications de la situation du héros. Galeran de Bretagne prolonge le mouvement inauguré par Ille et Galeron par la recherche d’un rapport plus harmonieux « entre les signes et ce qu’ils désignent » (p. 415). Cette ultime mise en perspective éclaire ainsi significativement les principes et modalités d’évolution entre les textes – ce qui était l’un des enjeux de la recherche – dont les personnages, contrairement aux personnages récurrents du roman arthurien, ont pour caractéristiques d’être totalement à inventer.

6L’ouvrage s’achève sur une bibliographie et des index, en particulier un index tout à fait utile des noms de personnages, des auteurs et des textes médiévaux. Il a le grand mérite d’aborder la notion très complexe de personnage littéraire avec des outils neufs pour la littérature médiévale, souvent abordée sous cet angle avec les outils de la critique élaborés pour les romans des xixe ou xxe siècles. Les modalités de désignation des personnages permettent d’aborder la notion au plus près du texte, par la langue et le style et de rendre compte des différences entre les textes abordés. La démarche de Vanessa Obry s’inscrit aussi dans la mouvance qui ose, malgré les spécificités de l’œuvre médiévale, aborder les textes par la stylistique afin de pallier les lacunes de la critique littéraire dans le domaine justement à part des romans du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bouget, « Vanessa Obry, « Et pour ce fu ainsi nommee ». Linguistique de la désignation et écriture du personnage dans les romans français en vers des xiie et xiiie siècles », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/7849 ; DOI : 10.4000/peme.7849

Haut de page

Auteur

Hélène Bouget

Université de Bretagne Occidentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page