Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Édition & traductions

L’Estoire de Brutus. La plus ancienne traduction en prose française de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth

Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

L’Estoire de Brutus. La plus ancienne traduction en prose française de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, édition critique par Géraldine Veysseyre, Paris, Classiques Garnier, 2014

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’Estoire de Brutus dont Géraldine Veysseyre offre ici l’édition critique, élaborée dans la seconde moitié du xiiie siècle par un auteur anonyme, est transmise par un manuscrit unique (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 17177), où elle constitue une section de l’Histoire ancienne jusqu’à César.

2Ce texte relativement bref – il occupe les f. 82v-108r du manuscrit, une centaine de pages dans l’édition – fait ici l’objet d’une présentation des plus complètes. L’Introduction pose d’abord les questions essentielles sur le plan littéraire : le rapport avec le Brut de Wace, auquel l’auteur du Brutus a puisé occasionnellement et qui ne peut pas être considéré comme une « source » au sens plein du terme, et la question du modèle latin, que Géradline Veysseyre reconnaît dans la version dite « vulgate » de l’Historia regum Britanniae. On rappellera aussi que ce Brutus omet les quatre premiers chapitres de Geoffroy de Monmouth, qui constituent une sorte de prologue, ainsi que le cinquième, qui contient les préliminaires au récit, ce qui s’explique selon toute probabilité par son insertion à l’intérieur d’une compilation plus vaste (p. 47). Les modalités de la traduction sont analysées dans tous les détails et avec beaucoup de soin : il en ressort le portrait d’un « translateur » dont la familiarité avec le latin ne fait pas de doute, conscient des ressources du français et capable de les utiliser pleinement jusqu’à obtenir une écriture souple, proche « de la prose spontanée du xiiie siècle » (p. 70) ; en revanche, l’examen du lexique (p. 73-83) montre bien l’appauvrissement global du modèle latin.

3Dans l’ensemble, ce Brutus offre, dans une prose simple proche du « degré zéro de l’écriture » (p. 153), une version condensée de sa source, qui ne retient que les données factuelles, présentées sur un axe chronologique précis, et où les éléments redondants sont excisés : le résultat est un récit historique qui se démarque tant de sa source que du Brut de Wace par la suppression de tout motif romanesque.

4Une notice détaillée du manuscrit (p. 177-193) précède l’étude linguistique de l’Estoire (p. 195-231) et les principes d’édition (p. 233-235). Ce texte éminemment historique n’est pas d’un accès facile, et le lecteur tirera le plus grand profit de l’apparat de notes qui l’accompagnent (p. 341-395 en très petit module) et qui offrent des commentaires tant sur le contenu que sur la langue, ainsi que des renvois bibliographiques complémentaires. L’apparat critique en bas de page contient, comme il se doit, les leçons rejetées du manuscrit et justifie les amendements introduits par l’éditrice.

5Le glossaire (p. 397-478), dont les critères sont bien explicités, signale aussi les néologismes et les emplois rares : pour ceux-ci, on trouvera les renvois aux dictionnaires historiques dans les notes en bas de page ; la présentation est particulièrement claire, avec des alinéas pour chaque acception ou locution.

6La bibliographie (p. 479-508), qui sépare les « Instruments de travail », les « Textes : éditions et traductions », et les « Études », fournit un complément d’information essentiel. Deux index, des personnages et des toponymes, avec références exhaustives, permettront un repérage facile des épisodes recherchés.

7Comme le déclare le sous-titre, l’Estoire constitue la première traduction française en prose de l’œuvre de Geoffroy de Monmouth : deux autres suivront, les Chroniques des Bretons au début du xve siècle et le Roman de Brut de Jean Wauquelin en 1444-45 ; reste à espérer que Géraldine Veysseyre, qui les a étudiées et éditées dans sa thèse de doctorat, pourra en fournir bientôt l’édition critique, en offrant ainsi l’accès à l’ensemble de la réception médiévale française d’une œuvre dont le succès se mesure à l’échelle européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « L’Estoire de Brutus. La plus ancienne traduction en prose française de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/peme/8759 ; DOI : 10.4000/peme.8759

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page